NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Waylan

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Mon expérience s’est déroulée en 1987, suite à ma première opération à cœur ouvert qui a duré longtemps. Après la salle de réveil, j’étais de retour dans ma chambre, j’étais mourant. Je savais que ceux qui s’occupaient de moi étaient au courant que j’étais en train de mourir, mais ils ne parvenaient pas à en comprendre la raison. Je priais beaucoup à cause de cela. Je n’ai pas eu conscience d’un mouvement tel que la traversée d’un tunnel.

Instantanément, je me suis retrouvé en présence de Dieu, J’ai entendu que je ne devais pas avoir peur, que j’allais bien, toute crainte a immédiatement disparu, j’ai su que j’allais bien. Je me rappelle tout à fait qu’il y avait là d’autres personnes, j’en ai reconnues certaines, d’autres non, j’avais cependant conscience de les connaître toutes. Il est impossible de décrire l’amour que Dieu a pour nous. Personne, jamais, ne quitterai Dieu volontairement. Je me languis de repartir.

Ensuite, une femme pasteur, que j’avais rencontrée environ un an auparavant, s’est avancée. Notre tâche a été de prier avec et pour certaines personnes, dans différents secteurs de l’hôpital Baylor à Dallas, où je me trouvais. Nous sommes allés vers ces personnes à travers l’espace, les murs et les portes closes. Je n’avais pas l’impression d’être hors de mon corps. Tout paraissait normal, je me souviens avoir pensé que Jésus devait avoir  le même genre de corps après être sorti de la tombe. Il passait à travers les murs, pourtant il mangeait et buvait, il a été vu et touché par ses compagnons. J’ignore combien de temps s’est écoulé.

Lorsque je suis retourné vers mon lit, on me transfusait, on m’a dit que mon sang avait été endommagé par la machine qui le traitait pendant l’opération. J’avais l’intention de vérifier si la femme pasteur était décédée, mais je ne l’ai pas fait. Peut-être pouvait-elle être présente et en vie. Pendant de longues années après cette expérience, je n’ai pas pu raconter cette histoire sans pleurer comme un bébé, car cela me rappelait avoir ressenti l’amour de Dieu. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Indécis. Opération à cœur ouvert d’une durée de 8 h ½. Mon médecin, auquel j’ai tenté d’expliquer ce qui m’était arrivé, a clairement pensé que c’était dû aux médicaments.

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. Seulement la partie concernant l’amour de Dieu. C’est indescriptible.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Normal

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Bien qu’ayant vu mon corps sur le lit, je pensais me trouver dans mon corps normal.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Non

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Non

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Seulement Dieu et la femme qui a voyagé avec moi.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non. J’ai tout compris, ainsi que notre avenir dont je ne peux maintenant plus me souvenir.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Indécis. J’ai eu l’intention de contacter cette femme, mais je ne l’ai jamais fait.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non. Tout semblait normal, sauf que l’attention de tous se portait vers Dieu.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Non

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. J’étais alors stupéfait de tout comprendre.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non. Liberté totale.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Oui. Je ne parviens pas à m’en souvenir.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. Je ne voulais pas revenir.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Je suis bien plus conscient des actes et des intentions des gens, de ce qu’ils vont faire. Je les devine facilement.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Plus de peur. Tout est positif.

De quelle manière l’expérience a-t-elle affecté vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Ceux que j’aime, je les aime davantage. J’ai réalisé, qu’avant l’âge de 5 ans, j’avais été amené à vénérer Dieu. Je ne fréquente aucune Eglise pour diverses raisons. Je crois fermement en Jésus.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je n’ai peur de rien.

Avez vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Réactions positives à sans intérêt. Il m’est dit à qui je dois le raconter, je le fais alors. J’en ai parlé à un homme âgé au restaurant, il a éclaté en sanglot et m’a remercié en disant à quel point il avait besoin d’entendre parler de l’amour de Dieu.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? l’amour.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? Etre en présence de Dieu. La pire : devoir revenir.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Je pense qu’il est possible que je sois en vie uniquement parce qu’il est prévu que je parle à certaines personnes de l’amour de Dieu.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. Du mieux que je m’en souvienne.