EMI de VV

Page d’accueil – NDERF
Témoignages d’EMI (300+)
Partagez votre expérience de mort imminente (EMI)

TÉMOIGNAGE :

Soumis le 8 décembre 2002

C’est une longue histoire, mais en lisant d’autres histoires semblables à la mienne, je pense qu’un jour je vais l’écrire au complet. En attendant, brièvement, il m’a fallu 33 ans (entre 17 et 50 ans) pour mettre cela en perspective avec un peu d’aide provenant de livres de toutes religions, d’articles et de l’Internet – celui-ci ayant été le plus efficace pour me faire réaliser que je ne suis pas seule!

Ma première expérience d’une autre réalité s’est produite à l’âge de 17 ans lors d’un accouchement (je sais, c’est un peu jeune). Je faisais de  l’éclampsie puerpérale et j’ai apparemment cessé de respirer. Quoi qu’il en soit, je suis revenue avec une soif intense et l’infirmière m’a donnée de l’eau… c’était comme boire la vie elle-même. J’ai dit à l’infirmière que je n’avais pas peur de mourir. Elle m’a demandé pourquoi et je lui ai répondu que j’étais allée ailleurs. J’essayais d’expliquer, les mots me manquaient, mais dans ma tête, je me souvenais que j’étais dans une pièce, c’était gris, il y avait des gens dans une pièce semblable à une salle d’attente. Des personnes venaient vers moi, j’en reconnaissais certaines, possiblement de la famille; mais je ne les connaissais pas alors qu’elles, elles me connaissaient.

Je me souviens de la merveilleuse impression d’amour, de chaleur, de vérité et d’attention vis-à-vis de moi, une impression d’union inconditionnelle. Je voulais rester avec ces gens-là, sans mots prononcés, dans une sorte de compréhension télépathique. Mais ils m’ont dit, et ce sont les mots dont je me souviens le plus, « Retourne W., tu dois retourner. » J’ai supplié, argumenté, car je ne pouvais simplement pas envisager l’idée de quitter cette impression d’amour total et de chaleur. Mais ils ont insisté « Tu dois retourner, tu as du travail à faire. » Et puis, je me suis retrouvée dans mon corps à nouveau, avec toute la douleur et l’inconfort… C’était en 1969.

J’ai vécu plusieurs expériences spirituelles par la suite; étant jeune et ayant un mari et de nombreux jeunes amis à l’époque, nous fêtions. À l’occasion d’une de ces fêtes chez moi, quelqu’un avait apporté des gâteaux, mais pas des gâteaux ordinaires. J’ignore ce qu’il y avait dans le mien, mais je riais et soudain un être, vêtu d’une cape à capuchon et portant une barbe grise, m’adressa la parole. Je me souviens qu’il avait l’air bon; il me posait des questions. Peu importe, j’ai vu ensuite une image devant moi. Un pattern. J’ai scruté attentivement le pattern, c’était comme une tapisserie. Ce pattern, c’était moi. Je ressentais que c’était MOI. L’homme barbu m’encouragea à y regarder de plus près, et, en observant chaque point de couleur, je me suis vue dans une scène de ma vie.

Je me voyais dans une situation passée et puis chacun des scénarios me dévoila comment mes actes avaient affecté les autres. Il y en avait tant où j’avais été égoïste, cupide, mauvaise, calculatrice et étourdie que j’ai j’éprouvais réellement de la honte, envahie par une immense tristesse causée par mon comportement envers les autres. Puis, cet homme de bonté me tira de ma misère en me disant : « Allons, tout n’est pas mauvais! » Nous avons alors exploré d’autres coins de la tapisserie où des incidents différents se rejouaient, comme dans un film vidéo. J’ai regardé des scènes où je me sentais correcte. J’avais été bonne, aidante, aimante, drôle; ces bonnes choses faisaient en sorte que je ne me trouvais pas si mal. On me montra l’envers de la tapisserie où l’on voyait beaucoup de fils pendants; ça faisait un peu négligé et j’en ai fait la remarque. Ce à quoi il répondit : « C’est parce que ce n’est pas encore fini. »

Lorsque je me suis réveillée, j’avais l’impression d’avoir été partie pendant des jours alors qu’il ne s’agissait probablement que de quelques minutes. J’avais 18 ans à ce moment-là. Maintenant je comprends le sens de la tapisserie de la vie. J’ai vécu d’autres expériences et dès le départ je me suis retrouvée en train de parler à Jésus ou à quelqu’un d’autre. Je savais simplement qu’ils étaient là. Parfois je ne m’en occupais pas car je me disais que j’avais rêvé tout ça; et comme j’avais une imagination débordante, que j’étais un peu fofolle, j’ai mis ça de côté. Tout ce que je faisais, c’était de parler à haute voix à Jésus quand les affaires tournaient mal. J’ai découvert que la prière fonctionne vraiment, mais soyez prudents quand vous priez car il répond, mais pas nécessairement comme nous l’avions souhaité; il y a des leçons à tirer et certaines sont parfois très dures.

 J’ai trouvé un livre intitulé « Tao of Physics ». Je ne pouvais pas m’empêcher de l’acheter car en le feuilletant, j’avais vu le pattern de ce que l’auteur appelle La Danse de Shiva. Lorsque je lis sur quelque chose que j’ai expérimenté, j’éprouve toujours une satisfaction paisible pour la confirmation. La Danse de Shiva est une compréhension de la vie où rien n’est perdu ni gaspillé. J’ai vu l’énergie bondir, partout en interaction, puis repartir, l’énergie se déplace vers d’autres points d’attraction et recommence encore; rien ne se perd, tout bouge tout le temps.

Je me rappelle que lorsque j’ai vu cela je savais à quel point nous sommes tous importants, que nous faisons partie de quelque chose de magnifique, et qu’un plan existe véritablement. La dernière expérience qui m’a marquée durant dans la trentaine (même si ce n’est pas la dernière révélation que j’ai eue) fut glorieuse. Je n’étais pas très heureuse, j’avais l’impression d’avoir gâché plein de choses. Je ressentais que je n’étais pas en train de faire la bonne chose, en fait, plutôt l’opposé. Je me souviens que je n’arrivais pas à oublier ce « TU AS DU TRAVAIL À FAIRE! » Si j’avais su la somme de travail que cela représentait j’aurais mis le pied dans l’étrier plus vite! Tant pis!

Il me semblait que je ne faisais pas le genre de travail qu’ils voulaient pour moi. Mais, en certaines occasions, lorsque je parlais à des gens (après cette dernière révélation) confrontés par certaines situations, je me voyais leur dire des choses qui les laissaient bouche bée et je me demandais alors d’où venaient ces paroles. Je n’étais pas très fière de moi et je me sentais désespérée, alors j’ai fait quelque chose que je ne fais pas régulièrement. Je me suis rendue à l’église du coin. C’était Vendredi Saint. Je me sentais très triste. Il y avait les chandelles, les robes, une procession vers le vicaire qui passait la coupe de vin et des morceaux de quelque chose semblable à du papier de riz. J’ai suivi la cérémonie en larmes et me suis jointe à la queue des fidèles, j’ai reçu les bénédictions et accepté les dons.

J’ai entendu dire par la suite que je n’aurais jamais dû faire ça puisque je n’avais pas été confirmée. Mais bon, Jésus ne m’aimait-il pas? Je ne sais pas. Puis, on était Lundi de Pâque. Ce matin-là je me suis levée d’un bond. Mon conjoint m’a demandé ce qui se passait. Jésus, j’ai vu Jésus! C’est juste un rêve, rendors-toi. Cela a rempli totalement ma vision. C’était comme une lumière atomique brillante mais qui ne m’aveuglait pas; mais j’avais peur. Au milieu de cette lumière se tenait un être. Il était vêtu d’une robe blanche (j’ai lu plus tard une description dans la bible, et je l’ai réellement vu), avait les cheveux longs et je me souviens avoir remarqué que son ceinturon avait des glands aux extrémités.

Mais ce dont je me souviens le plus, ce sont ses pieds. Ceux-ci avaient l’air de pierre ou de marbre, si magnifiquement parfaits dans leurs sandales. Je me souviens m’être sentie petite comme un grain de sable ou de poussière, tandis que je fixais ses pieds! Je ne peux absolument pas me rappeler ce qu’il m’a dit, mais je me souviens du son qu’il faisait, vibrant comme au beau milieu d’un tremblement de terre. Comme un grondement profond je suppose. Mais encore une fois, les mots n’étaient pas nécessaires. Il n’avait pas l’air très satisfait de moi bien qu’il reconnaisse ma présence; il me faisait comprendre qu’il savait qui je suis. J’étais tellement ébranlée et apeurée, que je me suis réveillée. Alors, pour répondre à votre question, rêve ou réalité, peu importe, je parle à Jésus.

Soumis le 21 mars 2002

Réveillée par une soif intense. Dit à l’infirmière que je n’avais pas peur de mourir. Elle m’a demandé pourquoi j’avais dit que j’étais allée ailleurs… j’ai essayé d’expliquer que je m’étais ramassée dans une sorte de salle d’attente grisâtre et que j’y avais rencontré des gens très chaleureux et aimants qui m’avaient accueillie comme s’ils me connaissaient; j’ai réalisé que certains m’étaient familiers, comme si nous étions reliés… Ces gens-là m’enveloppaient d’un tel degré d’amour et d’attention que lorsqu’ils m’ont dit que je devais retourner, j’ai argumenté et insisté pour rester avec eux dans cette béatitude. Mais ils ont insisté et je me suis réveillée dans mon corps avec une douleur terrible et ces mots résonnant encore à mes oreilles « Retourne, tu as du travail à faire. » (Si j’avais su quelle quantité!!) (…) À peu près un an plus tard, il y a eu cette fête où les gens avaient apporté certains gâteaux. J’en ai pris un, j’ai ris, et puis, je me suis ramassée en train d’observer un pattern, un pattern qui me paraissait familier, j’avais l’impression que c’était moi. C’était un bout de tapisserie et j’ai réalisé que l’homme à barbe grise regardait en même temps que moi. Il me demanda si je voulais examiner de plus près, zooma sur un point particulier et je basculai dans un événement de mon enfance – c’était comme regarder un film vidéo 3D en couleurs. Pendant que le film vidéo jouait, j’avais honte de mes actions dont on me montrait les conséquences. Tous ces points représentaient des événements de ma vie et l’homme barbu me dit que ce n’était pas si pire que ça et égalisa le compte avec de meilleurs actes. Voyant l’envers de la tapisserie, j’ai demandé pourquoi il y avait des fils qui pendaient – ça faisait négligé – et il me répondit que c’était parce que ce n’était pas encore fini. Maintenant je sais ce que l’expression « tapisserie de la vie » signifie! Des années plus tard, à 32 ans, d’autres actes ayant affecté les autres s’étant rajoutés, je trouvais que ma vie ressemblait à de la bouillie pour les chats. C’est pourquoi je suis allée à l’église du coin où, étonnamment, je n’allais pas souvent, et je me suis payée une bonne crise de larmes et d’apitoiement. J’ai suivi tout le monde, j’ai pris le papier de riz et le vin tout en ne réalisant pas à ce moment-là que je n’aurais pas dû puisque je n’ai jamais été confirmée. C’était Pâque et le lundi matin je me suis réveillée brusquement dans mon lit en criant que je l’avais vu, que je l’avais vu!!! Dans mon rêve, je fus éblouie par une lumière des plus brillantes qui remplit tout mon être – qu’on pourrait maladroitement qualifier d’atomique. J’ai vu un être que je pourrais identifier comme étant Jésus – il était grandiose. Il portait une robe blanche avec un ceinturon et avait des cheveux longs flottants. Ce dont je me souviens très bien, ce sont ses pieds qui avaient l’air de marbre doré. Je me souviens m’être sentie petite comme un grain de poussière en observant ses pieds. Il me fit comprendre que même si je n’étais qu’un grain de poussière, il me connaissait. Il me parlait d’une voix qui faisait penser à une sorte de grondement et n’avait pas l’air très fier de moi – je dirais plutôt désappointé. J’étais tellement pétrifiée que je me suis réveillée. C’était plus qu’un rêve, cette lumière, la vision, je n’aurais pas pu vivre cette expérience… En vieillissant, je voulais comprendre ces merveilleuses expériences qui au départ m’avaient fait peur. J’ai acheté des livres et j’ai lu avidement tout ce qui pouvait ressembler à ce que j’avais vécu. C’est pourquoi je sais qu’une révision de la vie est une EMI, la danse de Shiva. Je sais ce qu’ils veulent tous dire, mais c’est difficile de vivre avec ce matériel et de le garder en soi presque tout le temps.              

Des médicaments ou des substances ont-ils pu affecter l’expérience? Indécis.

Précisez : Médication de l’hôpital. Quoi qu’il en soit, c’était difficile de répondre à ce questionnaire car j’ai reçu quatre profondes révélations durant ma vie et je dois entremêler les incidents…

Ce type d’expérience était-il difficile à décrire avec des mots? Oui.

Qu’est-ce qui la rend si difficile à communiquer? Rien dans la vie n’est comparable… simplement limitée à une explication orale selon les standards d’éducation pour livrer un compte rendu exact…     

Au moment de l’expérience, une situation menaçait-elle votre vie? Oui.

Précisez : Crises, arrêt de la respiration, naissance de ma fille à l’aide de forceps.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience? Complètement alerte – mon esprit.

D’une manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve? Oui.    

Avez-vous vécu une séparation entre votre corps et votre esprit? Oui.

Quelles émotions avez-vous ressenties durant l’expérience? N’importe quelle émotion qu’on peut décrire.    

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels? Pas que je me souvienne mais la communication semblait se faire sans bouger les lèvres.

Êtes-vous passé dans ou à travers un tunnel ou une enceinte? Oui.

Précisez : Durant mon EMI j’étais dans une pièce avec quelques personnes éparpillées; c’était gris brumeux. Je savais que je voulais passer à autre chose mais ils ne me l’ont pas permis.

Avez-vous vu une lumière? Oui.

Décrivez. Lorsque j’ai vu l’image de Jésus, c’était comme j’ai tenté de le décrire préalablement (lumière atomique ne rend pas justice).       

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres? Oui.

Décrivez. Durant l’EMI ils avaient l’air de gens ordinaires même si leur façon de s’exprimer ressemblait à une lecture de pensées. Je décris l’image de Jésus comme un homme barbu, dans mon expérience de prière intégrée à l’expérience du gâteau.        

Avez-vous passé en revue les événements de votre vie? Oui.

Décrivez. J’ai décris cette expérience dans une question précédente mais je vais y retourner et copier! … À peu près un an plus tard, il y a eu cette fête où les gens avaient apporté certains gâteaux. J’en ai pris un, j’ai ris, et puis, je me suis ramassée en train d’observer un pattern, un pattern qui me paraissait familier, j’avais l’impression que c’était moi. C’était un bout de tapisserie et j’ai réalisé que l’homme à barbe grise regardait en même temps que moi. Il me demanda si je voulais examiner de plus près, zooma sur un point particulier et je basculai dans un événement de mon enfance – c’était comme regarder un film vidéo 3D en couleurs. Pendant que le film vidéo jouait, j’avais honte de mes actions dont on me montrait les conséquences. Tous ces points représentaient des événements de ma vie et l’homme barbu me dit que ce n’était pas si pire que ça et égalisa le compte avec de meilleurs actes. Voyant l’envers de la tapisserie, j’ai demandé pourquoi il y avait des fils qui pendaient – ça faisait négligé – et il me répondit que c’était parce que ce n’était pas encore fini. Maintenant je sais ce que l’expression « tapisserie de la vie » signifie!

Avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des gens ou des événements, qui ait pu être vérifié par la suite? Non.

Avez-vous vu ou visité des dimensions, endroits ou plans de grande beauté ou particuliers? Indécis.

Précisez. Si je l’ai fait, je ne peux pas le décrire maintenant, mais je peux me rappeler des qualités émotionnelles.    

Avez-vous vécu une altération du temps et de l’espace? Oui.

Précisez. Le panorama de vie semblait durer indéfiniment mais peut-être que ce n’était que quelques minutes.      

Avez-vous l’impression d’avoir eu accès à une connaissance particulière, reliée à un ordre ou à un but universel? Oui.

Précisez. De par ce que j’appelle mes révélations je sais que nous faisons tous partie de quelque chose de plus vaste, tout ce que nous faisons est interconnecté et que nous nous efforçons de porter attention à ce que en quoi nous croyons.

Avez-vous atteint une sorte de frontière ou de limite matérielle? Oui.

Décrivez. On ne me permit pas d’aller plus loin, ils disaient que je devais revenir.

Avez-vous été conscient d’événements futurs? Indécis.

Décrivez. J’ai parfois le flash que quelque chose va arriver mais probablement pas plus que les autres en termes d’intuition bien qu’il me soit arrivé d’avoir des rêves qui se sont réalisés.

Étiez-vous impliqué ou conscient d’une décision concernant votre retour à votre corps? Oui.

Décrivez. Très très déçue car l’expérience d’amour, de chaleur et d’attention était renversante.

Avez-vous reçu des dons psychiques, paranormaux ou autres que vous n’aviez pas avant l’expérience? Oui.

Décrivez. Décrit précédemment...

À la suite de l’expérience, votre attitude et vos croyances ont-elles changé? Oui.

Décrivez. Initialement j’ai essayé de passer outre, j’avais 17 ans, et parallèlement à l’EMI il y avait tellement d’expériences que je désirais vivre, donc j’ai classé ça comme étant un rêve vivide. Mais avec les années c’est devenu très fort, et plus je lisais et en parlais avec d’autres personnes, plus je réalisais que je n’étais pas la seule…  

Cette expérience a-t-elle affecté vos relations? Votre vie quotidienne? Votre pratique religieuse? Votre choix de carrière? Oui, profondément, mais c’est difficile de vivre avec ça au quotidien, on doit se contenir.  

Aviez-vous partagé cette expérience avec d’autres personnes? Oui.

Décrivez. Je n’ai pas vraiment eu de réaction de la part du vicaire, il a pris note et m’a bénie, voilà tout… J’en ai parlé à mes enfants, le plus jeune a 24 ans… Ils pensent que c’est un peu excentrique mais maintenant, ils savent… Récemment j’ai commencé à en parler un peu plus. Si seulement les gens étaient plus conscients de leur valeur!!! Jusqu’à maintenant, les gens à qui j’ai parlé de ces choses sont tranquilles et pensifs ou d’autres ont entendu parler de ces choses et évoquent des raisons pour insinuer que c’est une invention de l’esprit.

Quelles émotions avez-vous ressenties à la suite de cette expérience? Une langueur terrible pour une raison réelle qui fait en sorte que je suis revenue, même si je ne savais pas que je n’aurais jamais mes fils, même s’ils ne sont pas chirurgiens du cerveau. Une frustration profonde vis-à-vis des choses que nous faisons tous, moi la première.  

Décrivez le meilleur et le pire aspect de l’expérience. Tout…

Aimeriez-vous ajouter autre chose à propos de cette expérience? Tous les gens devraient en avoir une.  

Votre vie a-t-elle changé conséquemment à cette expérience? Oui.

Décrivez. C’est toujours là, particulièrement lorsque j’essaie de l’ignorer.

Après cette expérience, y a-t-il eu d’autres événements, une médication ou des substances qui ont reproduit une partie de l’expérience? Oui.

Décrivez : J’ai décrit plusieurs choses qui me sont arrivées initialement durant l’EMI lors de questions précédentes, mais je suis revenue avec la prière et une substance ou il peut y avoir eu des expériences amplifiées par la prière ou la substance du gâteau.

Les questions demandées et vos réponses permettent-elles de rendre compte de votre expérience avec exactitude, clarté et précision? Oui.

Précisez : Je n’anticipais de questions révélatrices mais l’évolution de l’enquête me fait réaliser que c’est suffisamment poussé pour moi, bien qu’il y ait encore beaucoup plus à dire.

Veuillez nous faire part des suggestions qui, selon vous, pourraient améliorer notre questionnaire. Ce ne sont pas tant les questions que la compréhension des gens qui liront et les actions qui suivront qui comptent.