NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Vincent H

     Mémorandum pour l'au-delà - Un pas dans l'éternité

     Concession à perpétuité - Mémorandum pour l'au-delà

DESCRIPTION DE L'EXPERIENCE :

Le récit de cette expérience est très long il à nécessité deux livres : 1er -Mémorandum pour l'au-delà, un pas dans l'éternité et le deuxième : Concession à perpétuité aux Éditions La Providence.

Ici je ne peux que donner des extraites extraits du premier Livre - Mémorandum pour l'au-delà :

Voici cette aventure… Bienvenue dans cette éternité…

Un matin de juin…

            Tout commença ce matin de juin 1999, par une visite chez le cardiologue. À la suite d’un examen Doppler, mon muscle cardiaque accusait des activités électriques anormales, il fallut donc pousser l’investigation plus loin. Un électrocardiogramme confirme en effet une activité irrégulière et certifie un réel dysfonctionnement. Une échographie précise du coeur dévoile un défaut de la valve mitrale, il est urgent d’intervenir chirurgicalement pour éviter un risque de problème cardiaque devenu trop importants.

           

            Après une succession de visites dans une clinique de Tours, le chirurgien cardiologue me propose de bénéficier d’une nouvelle technique de remplacement, celle éprouvée jusqu' alors étant « la valve mécanique ». Invité par la clinique, un chirurgien cardiologue canadien devait enseigner cette nouvelle technique, « la plastie mitrale », qui n’avait jamais encore été pratiquée en Europe, quoique largement expérimentée  en Amérique du Nord depuis près d’un an. Pour cette première, une pléiade de chirurgiens venus des quatre coins d’Europe purent suivre cette opération, retransmise au palais des congrès sur grand écran qui se situé à quelques centaines de mètres de la clinique.

En acceptant les risques encourus, je devenais le « cobaye ». Confiant et curieux, j’avais accepté d’être la proie de l’intelligence scientiste… Sans en connaître la suite mais avec discernement, lâchant prise peu a peu je plongeais dans un état d’angoisse, je tentais de me raccrocher à l’idée que ma vie serait légèrement différente après, certainement améliorée ? De toute évidence plus serein sur mon avenir… Cette intervention exceptionnelle était-elle un signe? Je ne sais pas ! Cette question restera toujours en suspens...

           

            Toutefois, après mûres réflexions l’homme que je suis avec sa cohorte d’expériences belles ou mauvaises, ne devait pas ignorer que ce type de chance ne vient qu’une seule fois.

            Au regard de l’aspect quelque peu aventureux dont je connaissais le risque, j’acceptai en toute conscience que ma vie puisse s’arrêter à ce moment précis.

           

            Le long cheminement du patient plombé par son fardeau d’angoisses, et craintes du futur, oblige à reconsidérer sa vie et son devenir. Le fait de pénétrer dans l’enceinte de la sacro-sainte chambre praticienne chirurgicale de haute technologie amenait son cortège d’appréhensions. Découvrant un milieu totalement inconnu, je ne pouvais bien sûr être serein.

            Le 3 octobre 1999 est donc la date retenue pour l’opération, enfin, les examens à répétition sont terminés, les explications dispensées avec gentillesse et empathie, les détails décortiqués par l’ensemble du personnel médical ne peuvent que me rassurer.

            La veille, au matin nous prenons la route avec ma compagne en direction de Tours, les belles lumières automnales de cet été indien nous accompagnaient. Mais tout au long du trajet, l’angoisse me martèle le cerveau, je tente d’être serein pour faire croire à ma compagne que tout va bien. Au fur et à mesure de notre approche, étonnamment l’inquiétude se dissipe, laissant place à une sérénité grandissante.

Certes cette opération ouvrait beaucoup d’interrogations sur mon avenir, mais je l’envisageais malgré tout sans anxiété, mais avec certaines incertitudes.

                       

En franchissant les portes de  cette clinique, je ressentais une légère appréhension comme si J’entamais ce chemin vers l'incertitude… vers un devenir incertain.

            Je suis rapidement pris en charge par le personnel médical, et je commence à comprendre alors ce que représente cette opération et les moyens mis en place.

Après une succession de rencontres avec les médecins et nombre d'analyses, ce matin du 3 octobre à huit heures vêtu d’une tenue bleue, je parcours en brancard les longs couloirs et prends les ascenseurs qui mènent à la salle d'opération.

J’ai froid, la petite couverture qui me recouvre ne suffit à me réchauffer, le froid me vient de l’intérieur je le ressens pressent et malgré tout pénétrant, la question m’assaille comme une flèche : 

Que vais-je devenir après ? 

Et si tout ne ce passe pas comme prévu ?

Plus le temps de répondre à ses interrogations, car mes yeux captent la réalité de cet instant, ce moment où je serais l’unique personne à choyer, à protéger, et à réparer. Il y a beaucoup de personnes dans cette salle blanche et froide, j'en distingue certaines avec des casques et oreillettes, d'autres affairées et silencieuses. Je grimpe sur la table en évitant de heurter le scialytique, qui rayonne d’une douce lumière.

Impressionné par le déploiement de caméras et de micros, j’ai du mal à fixer mon attention. Pourtant j’essaye de me concentrer afin de ne pas perdre une miette de ce qui peut se passer. Je suis baigné par cette douce lumière, l’éclairage change ce qui me permet de réaliser que maintenant les choses vont s’accélérer. Les chirurgiens s’affèrent et mettent en place leurs gants et masques, le bleu et le vert se mélangent, les lentilles des caméras brillent, derniers réglages… Ils sont si nombreux que je ne distingue même pas le « Boss », ils se rapprochent et me rassurent en m'expliquant le dispositif mis en place, en plaisantant joyeusement… Je me sens incroyablement tranquille, ni nerveux, ni inquiet, je sais que je suis entre de bonnes mains. L'anesthésiste commente le côté exceptionnel de cette opération, il me présente tout son assortiment de ses produits, la machine à injection... Il me donne les explications nécessaires pour que je me sente détendu et rassuré.

Je tourne mon regard sur le côté, Il se fixe sur cette machine qui injecte à l’aide d’un petit tuyau le produit nécessaire à mon endormissement, la lente progression de l’anesthésique dans mes veines réchauffe chaque partie de mon bras... Je songeais au fait que j’allais revenir, sorti de ce chemin vers l'incertitude… Juste un sourire et le noir s'approprie brutalement l’espace...

Suis-je dans un rêve, ou suis-je ?

Qu’est-ce que cette lumière, qu’est-ce que cette obscurité profonde, ce néant ?

Puis–je, me poser cette question quand je rêve ?

Que c’est-il passé, je vois en dessous de moi, plein de gens qui s’affaire sur une forme allongée, que je reconnais par surprise, il s’agit de moi… Oh non ! Qu’est ce que je fais là au dessus de tous, je bouge, je flotte je me sens aspiré vers ce noir… si pressent. Il me colle, comme un vêtement magnétisé… Je me sens bien, j’ai l’impression de ressentir une attirance qui m’oblige sans je puisse faire quoi que ce soit, à me déplacer, à me transporter rapidement vers un point à peine visible, tout va très vite, les parois sombrent qui m’entoure me semble faites d’une énergie extrêmement vivace  et qui défile à grande vitesse, cela devient vertigineux, je perçois une harmonie de sons qui me rassurent, comme une vibration intérieure. Tout est dans l’instantanée, je me ressens serein et clairvoyant.

L’immersion… Ce tunnel… Cette lumière.

            Les questions fusent comme l’éclair, quand ? Je ne sais pas. Pourquoi ? Non plus d’ailleurs. Je me vois encore allongé et très rapidement, comme aspiré, je décolle, comme pressé… Ces parois énergétiques vibrent et défilent à une vitesse vertigineuse, le noir me colle, il est profondément intense, ce n’est pas comme dans une chambre noire, vous le sentez très présent, il est pénétrant et sans limites, il vous presse comme une certitude vibratoire… un bref instant, comme si vous arriviez au bout d’un « tunnel ».

 Je donne aussi le nom de « tunnel » à un effet ressenti comme un tourbillon : les structures énergétiques qui le composent semblent tournoyer afin de créer une géométrie, qui permet la concentration et la rémanence. Cela donne un effet de tube dont l’extrémité semble plus étroite. Une symphonie de sons mélodieux vous accompagne, vous berce et vous transcende à un point d’apaisement inégalé.

            Ce bout, cette extrémité, est fait d’une lumière et de volutes d’une blancheur opaline. Très intense et non éblouissante, cette lumière comme un voile texturé se compose de reflets d’innombrables couleurs luminescentes, elle semble pleine de vitalité.

Ce doux aveuglement m’attire et m’enveloppe en un instant.

Cette membrane énergétique, je la ressens comme une couverture chaude, chaleureuse, aimante et très attirante. Comme une vérité…

            Cette lumière, cette douche d’amour débordante, me tranquillise immédiatement, je n’ai pas conscience de ce que je vais trouver en approchant de son centre.

            Une douce sensation m'envahit, c’est un émerveillement, fort et puissant.

Je sais où je suis, je n'ai pas la sensation de rêver, je ressens tant d'amour que cela me paraît impossible. Je retrouve une vibration dont je connais l'existence, celle d'un environnement familier.

Je ne connais ni la peur ni l'angoisse, je suis dans une quiétude sans nom, je me sens Accueilli comme un héros, je ne peux comprendre et assimiler ce que je vois. Dans cet endroit si grand et si beau, un flot d'interrogations me submerge.

Je vois de loin, et en même temps de tout près, une multitude de petits et de grands halos multicolores dansant au son d'une majestueuse mélodie, dont les notes s'accordent et se mélangent avec harmonie. Ils se dirigent vers moi avec douceur et volupté, si bien que je ressens un bien-être extraordinaire, comme si je me baignais dans une énergie dont l'essence est ce sentiment sublime : l'amour.

            Je n’éprouve aucune peur, aucune angoisse, je ne comprends pas où je suis… Mais la réponse est immédiatement donnée, je suis dans l'antichambre du monde de la quintessence. C’est dans cette réalité que le voyage prend des allures invraisemblables… 

            Il me faut franchir une « porte » pour comprendre ce qui va suivre. 

            Attiré, je pénètre dans ce monde, avec docilité et aussi une grande délicatesse, là où la lumière ordonne harmonieusement en maître, là où la profondeur de l'infini est d'une redoutable vérité, là où les couleurs sont d'une multitude de nuances, et qui brillent de cette énergie. Changeantes d'une façon qu’il est impossible à décrire, tant l'amplitude est à l’infini.

L'amour si saisissant, transporté par ces halos laisse place à une quiétude sans nom, je suis dans une allégresse lumineuse entouré de sons indescriptibles.

            Les halos se dissipent avec douceur, pour laisser place à une autre forme très lumineuse, immensément belle dont émane une « radiance » d'amour.

Je n’avais plus conscience de ma présence terrestre temporelle que je venais à peine de quitter, pourtant l'évidence de ce qui arrivait me parut d’une grande logique.

J'avais la réponse avant même d’avoir formulé la question, je n’étais pas mort, mais un simple visiteur, un simple expérienceur…

La « radiance » d'amour est véhémente, ces formes et ces êtres lumineux rémanents m’offrent la vision héroïque de mon enveloppe, mon entendement.

L’harmonie ambiante ouvre des formes insoupçonnées, d’une incroyable précision et d’une incroyable définition.

Je n’ai plus conscience de la différence d’avec mon corps de matière. Je suis un, je n’ai pas de bilan à faire, je ne suis qu’un voyageur…

Ces formes lumineuses m’entourent et m’offrent à nouveau la perspective honorifique de ce qui va suivre, je suis dans une béatitude sans nom, je ressens autour de moi tant d'amour qu’il est impossible de l’imaginer.

L’ambiance sonore et subtile, organise l’environnement pour me permettre d’ouvrir mon champ de vision vers un état vibratoire beaucoup plus délicat, l’attirance vers cette ouverture qui se profile comme évidente, m’amène vers une dimension insoupçonnable, impossible aujourd’hui encore de décrire avec exactitude l’immense plénitude qui m’assaille quand la vision s’ouvre devant moi sur ce monde immensément beau et radieux.

            Il me suffit d'un « pas » pour pénétrer dans cet autre état. Un pas, dans l'éternité.

Le pas dans l’éternité…

Le voyage commence par la prise de conscience d'un vécu, je retrouve quelques sentiments et sensations déjà connus. J'ai l'impression de revenir chez moi dans mon pays, cette sensation est identique à celle que l’on éprouve lorsqu’au bout d’un interminable et fatigant voyage… on rentre à la maison.

            Je suis sans chagrin, sans amertume, sans lourdeur, ni maux, tout est tellement beau, que j’en vibre de béatitude.

Ce corps que je sens n’est plus le même, il ne se limite pas à ses sensations habituelles, celles-ci sont élargies à l’extrême.

Cette enveloppe charnelle qui restreint notre espace intérieur est libérée des contraintes organiques et de la matière. Je regarde mes mains, mon corps, je ne vois pas de différence, simplement libérée de la matière ma conscience ne crée pas d’illusion, elle réalise dans une exactitude tangible mon tout.

           

Étrange de se déplacer par la force de la pensée ; des paysages dont les courbes majestueuses ne ressemblent à rien de ce que je connaissais m'apparaissent comme irréels, et pourtant si animés.

            Cette vie, je la vois rayonner avec tant de chaleur, de vibration, que par manque de vocabulaire, sa légitimité peut sembler pâlir considérablement.

            Mes sens exacerbés me font prendre conscience que tout est magnifié ; l'infinitude de l'environnement est telle que plus rien de ce que l’on connaît sur terre n’existe dans cette réalité. Le sens géométrique des choses est modifié, les courbes plus majestueuses, l'espace est sur des dimensions inconnues, les sons sont aussi bien présents que lointains, le souffle de l'énergie environnante est harmonieusement diffusé, l'odorat est juste, vrai et équilibré. La vue est immensément amplifiée, je vois, ressens, entends et sens, tout cela en même temps.

           

Les paysages ressemblant de loin aux paysages terrestres sont de toute beauté, mais non pas comme on pourrait les voir sur terre. Ils sont d'une géométrie harmonieuse et peu importe l’endroit où vous êtes, vous en découvrez toute la subtilité. Je ne peux les décrire en détail, tant leur géométrie inexplorée est complexe et indéfinissable. La notion de profondeur me paraît plus exiguë dans la dimension terrestre, ici on la sent illimitée...

           

            La « nature » du monde de la quintessence ressemble davantage à une incroyable diversité, définition, précision, et vous permet de détailler jusqu'à sa consistance, et je vois jusqu'à la naissance même de la vie. Ici c'est l'harmonie qui régit les lois, à ce niveau céleste c'est une composante unique, qu'elle soit lumineuse, vibratoire, créative, elle est là omniprésente. Cette énergie lumineuse et chatoyante souffle et organise l’aspect éthéré de mon environnement, l'impression de voler, de marcher, de courir est juste une vérité. Je marche, cours et vole avec aussi peu d’énergie qu’il m’en faut pour faire un simple pas sur terre. L’énergie attractive qui nous lie en chaque état grâce son appartenance à la vibration qui lui correspond le mieux, organise et tend à concevoir une force d’influence qui me maintient à la verticale. Je suis dans ma réalité, elle est unique et indéfectible.

           

            L’absence de chagrin et d’amertume nivelle ma conscience au point de me faire oublier qui et ce que j'étais auparavant. Je n’ai pas le sentiment de rêver, je me sens baigné dans une réalité, une évidence telle que mon questionnement se limite à accepter mon état, je n’ai pas d’inquiétude, aucune interrogation…

            L’invitation se précise, nimbée de fluides fluorescents. Cette forme galbée à la ressemblance humaine s’associe à cet environnement, elle me transmet son souhait que j’accepte et de l’accompagner vers cette majestueuse et scintillante nature… Cette nature n’est pas comparable à celle que je connais bien, elle ouvre des perspectives insoupçonnées, elle participe avec harmonie à la réalité des formes et des structures, elle permet à l’infini le champ créateur de la beauté.

Ébahi par tant de possibilités offertes, ce monde ne ressemble en rien à ce que je connais sur terre. Même si l’analogie avec mon ancien contexte est là afin de faciliter mon intégration, je ne peux même avec ma plus extravagante sensibilité d’humain, ouvrir le champ de mon imaginaire à ce point.

            Je ne suis que dans la banlieue d’un état vibratoire d’Accueil. C’est l’antichambre des différents plans d’élévation, ordonnancée par une fréquence vibratoire plus pure, plus fine…

            Cette nature regorge de possibilités inespérées, mon regard s’accroche à chaque élément, tant sa diversité est immense. L’homogénéité permet la cohésion de cette nature, par le fluide qui court en son sein. Ce fluide, que j’appelle particule divine, œuvre à l’harmonie. C’est dans cette béatitude que j’entends la sollicitation… Je ne suis pas déconcerté, tant l'amour que je ressens ouvre une immense compassion en moi ; grâce à cette compassion je me sens protégé et accompagné…

À l’ombre de l’arbre…

            C’est vers « l’ombre » de ce magnifique arbre majestueux au feuillage resplendissant, planté dans un décor enchanteur, que je me sent irrésistiblement attiré. A sa base une couleur magique, ressemblant de très près à un tapis de verdure, m’incite à m’étendre.

            L’essence même de la vie semble courir dans ses branches, jusqu’au bout de ses feuilles aux teintes indéfinissables.

            C’est sur ce tapis d’herbe multicolore et si doux que l’invitation à s’asseoir trouve vite une résonance en moi. Il ne s’agit pas en vérité de m’allonger, mais de profiter du très beau panorama qui s’offre. Je ressens le besoin de me redresser pour entendre le « chant des anges », car il résonne en moi d’une manière incroyable, totale. Ce chant dont la magnitude spectrale étonnamment riche, m’invite à « étalonner » ma conscience sur un « diapason » parfait.

            À mes côtés est assise une belle présence, la douceur de sa pensée apaise fortement le peu de tension qui me reste, je la ressens féminine et subtile.

           

            Ce « chant » s’imprime dans ma mémoire. Au fur et à mesure, le magnétisme de son amour envahit la moindre parcelle de mon esprit, je ressens que « l’ouverture » qui va suivre va me séduire, m’orienter vers des révélations que je ne pouvais imaginer sur terre. Ce chant ne pouvait que permettre la pleine compréhension de ce qui allait m’être transmis. Mon accord se fit par la pensée, génératrice et structurelle, je me sentais prêt à l’approche de l’omniscience…

            Je prends petit à petit conscience d’un besoin réel de comprendre, d’entendre et de ressentir ce monde. Ce « pas, dans l’éternité » initie ma pensée en enlevant tous mes souvenirs inopportuns d’avant. Je recherche cette mémoire perdue, elle est vide et nettoyée… Je veux encore m’y accrocher… Peu à peu, je ressens malgré l’appréhension, un lavage bienfaisant.

            L’information transmise me donne l’impression de retrouver une connaissance perdue, comme un retour en arrière vers une demeure intime, je ne peux que ployer sous tant de vérité.

Même si le souvenir de mon exactitude terrestre, ce sentiment d’appartenance est inexistant dans cette absence de temps, il regorge d’émotions liées à ma propre histoire. Ici ou plutôt maintenant, ce courant affectif qui me parcourt ne s’efface pas, au contraire il renforce l’ensemble de mon être et de ce que je vais devenir…

puis il y a toutes les étapes du négatif vers le positif.... la connaissance universelle, la cosmologie, les états altérés, les vallées infernales, l'entourage terrestre, les plans fastidieux, les plans des suicidés, l'attente et l'accompagnement, la nature pénétrante, les sphères et espaces étincelants, la source et le fondement, la fondation et l'expansion du tout, les sphères religieuses, le retour vers la matérialité, l'accompagnement de personnes en fin de vie, le silence des expérienceurs, l'EMP : le voyage spirituel, l'instant de mourir, mourir dans la dignité... Voila les chapitres du 1er livre.

Extraits du 2ème livre - Concession à perpétuité :

Ce qu’il s’est passé ce matin-là…

Ce fut ce matin du 3 octobre 1999, un matin d’automne où j’ai basculé dans la mort, dans une mort imminente, mort qui ne fut que provisoire. Ce que j’ai compris dans cette expérience et ce que j’ai vécu, transforma la vision de ce que je croyais être, de ce que je pensais de la vie et de cette possible vie d’après.

L’expérience de mort imminente, dite mort provisoire, métamorphose la perception par nos sens. Se voir et se ressentir en dehors de son corps avec exaltation, cette particularité extraordinaire qu’est la perception extra corporelle, sont au-delà de ce que l’on peut imaginer. La première approche est l’observation visuelle et la sensation sonore. Je contemplais de loin et légèrement au-dessus ce que je considérais comme un corps ; il était allongé sur une table d’opération, entouré de personnes nerveuses cherchant désespérément à lutter contre le temps. Je comprenais que la situation était grave, mais pour autant, cela ne me perturbait pas ; ces personnes essayaient de me sauver et de ramener mon corps moribond à la vie.

Sans inquiétude ni angoisse, j’assistais avec curiosité à ce sauvetage, à ce ballet de blouses vertes et de bleues. J’arrivais à percevoir bien au-delà de cet environnement opératoire et cela me perturbait profondément. Je voyais au-delà des murs, au-delà et à travers la matière ; je ressentais la pensée des personnes qui se démenaient pour ce corps en difficulté et je comprenais parfaitement le sens de leurs pensées et de leurs connaissances ; je percevais leurs échanges, même au-delà des murs, dans les pièces avoisinantes ; tout se confondait et j’observais ; tout était réel.

Comment comprendre à ce moment-là, ce que nous sommes et ce que nous serons dans le temps suivant ?

Quand on ressent cette plénitude qu’est l’âme en dehors de son enveloppe terrestre, on ne se pose pas la question de le savoir, nous le savons et cette vérité est sidérante : nous existons en dehors de nous.

Il arrive que certaines personnes soient troublées et elles ne s’aperçoivent pas qu’elles ont changé de dimension, d’état vibratoire. Sauf dans les cas de mort violente, ce trouble est révélateur d’une faiblesse spirituelle. Lorsqu‘elles en prennent conscience, elles admettent  qu’il existe une autre étendue personnelle, une autre dimension spirituelle et vibratoire.

Quelle surprise quand je me suis vu allongé entre ces va-et-vient incessants ; à ce moment précis, j’ai compris l’état dans lequel j’étais. Rien de troublant, mais je ne comprenais pas ce changement d’apparence ; la question ne se posait pas, la réponse était évidente : étonné d’être en dehors de soi, mais ni perdu, ni décontenancé ; j’étais avide d’explorer les incroyables ressources de mes sens magnifiés.

Ces nouveaux outils me permettraient désormais de comprendre  ce monde immatériel. Passé cet étonnement et mon acceptation, je fus immergé ; tout s’accéléra et le voyage commença. Une forme énergétique, lumineuse, oblongue, se dévoila, un son harmonieux m’accompagna vers cette luminescence, ce voile attirant…

Je perçois des volutes énergétiques incroyablement vivaces qui vibrent sur des sons de grandes amplitudes, formant une voûte d’un bleu sombre et luminescent. Je comprends que mon âme est sortie de ce que je croyais être « mon moi » ; elle entame une ascension vers quelque chose de magnifique, d’indécelable et de très attirant. Je pressens cette pensée affective, celle d’être dans un endroit de plénitude, cela me permet à cet instant de comprendre que je ne suis pas encore « mort », je suis dans un état transitoire, une exception élévatrice.

Cette transition est faite d’une illumination fulgurante : il existe bel et bien un État après la mort, la mort n’est pas l’absence de vie…

Cette connaissance révélatrice oriente cette montée vibratoire vers un point lumineux extrêmement étincelant… très attirant. 

À ce moment-là, je fus confronté à une autre connaissance, la plénitude : elle ressemble à celle que l’on m’a enseignée dans la religion. On ne peut imaginer autant de sollicitude, on ne peut imaginer autant de bien être, par ce moment d’inversion d’un état de matière vers un état éthéré.

Je pensais simplement que la mort était le basculement vers un état de repos, de silence, d’endormissement, et non la glorification immédiate de l’âme.

Après avoir traversé ce voile énergétique, cette luminescence qui clôture ce bout de tunnel énergétique, cette antichambre du monde éthéré, je me sens dans un espace sans limites et étincelant. Autour de moi évoluent des volutes énergétiques et multicolores ; elles se magnétisent entre elles pour venir à mon contact ; la perception de cette proximité est grandiose, c’est un véritable bain d’amour, une douche d’amour où les sens sont excités et magnifiés à l’extrême.

Ce premier contact avec cette énergie est très rassurant, il apaise ainsi l’inquiétude de l’inconnu, de la vision invraisemblable.

Une venue flamboyante se dévoile, cette présence éclatante que je sens comme féminine par cette délicatesse appropriée et cette attirance nourrissante, m’apparait avec respect et bienveillance. Je la ressens comme une forme étincelante faite d’une énergie incroyablement belle ; elle luit comme la métamorphose de l’amour. La connaissance se déverse en un seul instant ; je comprenais tout sur tout, l’évidence du tout sur tout. De surprise en surprise, d’une richesse exubérante, l’information remplit ma conscience, mon âme.

Puis le rideau s’ouvre vers le beau et l’incroyable. Je suis dans un paysage où la nature est si vivifiante que l’on à l’impression d’en être le créateur.

Les couleurs sont si éclatantes, que la notion de l’étalement est impossible à définir, elle est furtive.

J’ai conscience de mon corps, cette appartenance jumelle me rassure, comme la copie conforme de mon enveloppe charnelle dont l’âme en est l’harmonie.

On peut se poser cette question qui interpelle beaucoup d’entre nous aujourd’hui :

- Mais qu’est-ce que l’âme ?

....

L’état vibratoire.

Qu’est-ce la vibration ? Que veut dire état vibratoire ?

Dans la matière à l’échelle de l’atome, le noyau primordial vibre et raisonne sur une échelle qui s’établit sur une connaissance donnée et cette échelle est infinie. L’eau, élément indispensable de notre vie, a sa composition qui vibre sur une échelle que nous connaissons bien, celle de l’élément liquide. Thermiquement, cet élément change de composition, il devient un gaz, une buée, une autre forme vibratoire, qui a la particularité de se retransformer par capillarité et condensation en un état liquide. Durant cette transmutation, il a gardé sa structure atomique.

L’âme suit le même processus. Par son mode vibratoire, elle change d’état parce qu’elle s’élève. Composante de la matière, au moment de l’échauffement spirituel, elle se métamorphose et s’extrait de l’enveloppe charnelle. Cette ascension est une montée vibratoire, d’un état inférieur vers un état supérieur, que l’on appelle État astral ou Sphère astrale.

De l’atome à l’univers, la matière n’est que vibration. Les ondes qui la traversent sont dotées d’une résonnance harmonieuse.

Sa polarisation, sa magnétisation induisent une construction géométrique parfaitement ordonnée.

Dans le monde d’après, et selon votre niveau spirituel, la vibration énergétique vous met en relation avec la sphère spirituelle la plus adaptée. Quand on parle d’élévation, il s’agit surtout d’une montée vibratoire, une montée oscillatoire en parfaite adéquation avec celles qui vous correspondent et vous attendent, le tout, dans un grand souci de liberté et de respect.

 

Il n’y a pas de « machine » dans laquelle vous pénétrez et dont vous ressortez transformé ; non, il n’y a que votre miroir et votre libre arbitre qui vous amènent à votre élévation vibratoire.

 La pleine capacité de votre expérience spirituelle précédente est aussi prise en compte.

..../...

L’incarnation ou la réincarnation de l’âme.

“Tout désir est commémoratif. Toute aimée est la réincarnation d’une défunte inassouvie.” Amélie Nothomb

Pour l‘âme humaine, descendre en vibration et atteindre

l’ondulation pesante de la matière est non seulement un pas vers la dévotion, mais aussi une action à dessein salutaire.

Certaines parviendront facilement à ce renouveau vibratoire, mais d’autres devront faire preuve de beaucoup d’habileté pour échapper aux réminiscences de la mémoire. Celles qui avaient un goût fort prononcé pour le pouvoir, le confort matériel, devront se défaire de leurs inclinations afin d’échapper à ce piège spirituel au moment de l’incarnation.

Cette ruse régressive permet de nous confronter à l’élévation.

Pourquoi la réincarnation dissimule-t-elle dans notre âme, la mémoire de nos vies passées dans la matière ou dans le monde éthéré ?

Pour deux raisons :

La première est l’observation de ce que l’on est. Le cheminement terrestre est un acte décidé, demandé par chacune des âmes postulantes pour être confronté aux attraits de la vie matérielle ; sans changement, il n’y a pas d’élévation possible : comprendre pourquoi nous sommes sur terre et quel chemin nous devrons prendre pour développer notre source spirituelle, notre éclat spirituel.

Le réveil de la spiritualité se distingue par l’approche positive de l’obstacle à franchir, et son acceptation. Fuir, c’est se retrouver à nouveau sur le chemin.

Les vicissitudes de la vie permettent à l’âme de développer sa spiritualité et d’en comprendre le sens. La peur et les doutes peuvent nous faire fuir devant l’évidence.. 

La deuxième est liée à la notre état vibratoire ; la redescente est une chute vibratoire dans la laquelle l’âme, en accord avec son libre arbitre, accepte de se retrancher derrière sa connaissance pour lui permettre d’exister. La descente vibratoire de ce fait, change la perception des choses, annihile provisoirement une connaissance acquise dans un état supérieur.

Ne pas succomber à l’alternative ou à l’attrait du matérialisme, vivre sa spiritualité est un combat quotidien.

Dans leur vie d’incarnées, les âmes conscientes de leurs mauvais choix antérieurs, changent radicalement leur orientation de vie, sociale, confessionnelle et parfois familiale.

La vacuité spirituelle induit la facilité et la quête obsessionnelle du pouvoir. Les différentes vies incarnées devraient augmenter la spiritualité, mais les énergies obscures veillent et nous incitent à posséder davantage et à revêtir une enveloppe trompeuse.

Si bien que cet enchaînement de vies moribondes spirituellement, finira dans le creuset de la destruction.

Toutes ces vies dépourvues de sens profond seront anéanties.

Ancrées depuis longtemps dans ces états de plaisir, certaines finiront par se défaire de ce sentiment de fatuité et pourront enfin accéder, suite à de multiples réincarnations à l’échelle vibratoire de la spiritualité.

Le choix de la réincarnation n’est pas le fait du hasard. L’âme est fortement attirée vers un statut familial, social et culturel dans lequel elle a déjà évolué.

Sa conscience affective lui fera choisir ses parentes éphémères, sa fratrie.

Sa recherche spirituelle et son palier vibratoire lui indiqueront le lieu de vie idéal.

Elle aura pleinement conscience des obstacles et l’amour la ramènera dans la vie matérielle.

Le libre arbitre peut occasionner certains pièges.  Bien souvent l’âme ne mesure pas la portée de ses choix, elle se surestime et elle revient dans une vie matérielle chargée de difficultés souvent insurmontables. Pour pallier à ces erreurs, certains des guides ont un devoir d’éclairement. Ils orientent tout en respectant chacun, ils suggèrent.

Cette liberté de choix amène la controverse. L’âme a souvent tendance à croire en elle-même plus qu’aux autres et ce par facilité.

L’incarnation ou la réincarnation s’accomplissent au bout de quelques mois de gestation maternelle, l’entrée dans la lumière matérielle alors prend toute sa dimension. L’intelligence, l’intuition spirituelle lui feront franchir les obstacles d’un tel apprentissage et la transformeront en un être de lumière

Ces cycles s’avèrent rédempteurs pour la plupart d’entre nous. Mais certains sont pris au piège du choix ambigu de la réincarnation et ils sont ramenés à l’État inférieur.

Certains choix permettent un déclin spirituel. Cela peut être dû soit à une stagnation spirituelle, soit l’âme est investie d’une nouvelle mission qu’elle percevra alors dans sa nouvelle réincarnation.

Les choix spirituels, autres que la réincarnation.

Mais il y a aussi d’autres voies spirituelles.

 

Quelles sont ces voies ?

            Tour à tour fascinées ou emplies de compassion, les âmes offrent à celles en souffrance, une sollicitude chargée d’amour qui leur ouvrira les lumières de la rédemption. Elles œuvrent activement dans les sphères de basses vibrations, là où les âmes postulantes s’enivrent de plaisirs terrestres.

            Elles s’associeront en un groupe homogène. Elles s’emploieront à porter par leurs qualités intrinsèques, les âmes prisonnières et nostalgiques de leur vie matérielle vers l’ouverture d’une spiritualité naissante. L’espérance d’une autre vie spirituelle les libérera de leurs attaches terrestres, soumises à une énergie néfaste.

            Le travail accompli se concrétisera par des milliers d’étincelles qui permettront ainsi à ces nouvelles postulantes de s’élever avec leur accompagnant...

..../...

 

Quels sont ces paysages enchanteurs ?

La nature qui y règne est la même que sur terre, mais l’harmonie ambiante, la luxuriance nous donnent l’illusion d’en être le créateur, chaque élément y trouve sa place idéale.

 Nous ressentons l’immense énergie qui les vivifie, comme-ci elle faisait partie de nous-mêmes. La projection de notre pensée s’accorde harmoniquement à leur vibration. Cette résonnance, cette agitation sont une composante essentielle de l’énergie qui circule dans cette nature surabondante.

Les montagnes succèdent aux vallées, elles s’adaptent sans contrainte à cet autre environnement, elles se juxtaposent parfaitement avec celui de la terre et les autres planètes de notre univers, le tout dans un subtil mélange de matière et d’esprit.

L’horizon et les distances prennent une dimension différente de celle de la matière ; les profondeurs, les largeurs sont démultipliées au-delà de notre entendement.

Curieusement, notre perception oculaire est circulaire; loin de nous déstabiliser, nous comprenons l’instant que nous vivons et ce vers quoi, nous nous projetons. Nous maîtrisons mentalement les déplacements dans l’espace, mais avec plus d’acuité quand il s’agit d’observer ou d’assimiler.

Troublant de voyager à des vitesses supraluminiques et d’en comprendre l’autre versant. Ce qu’un chercheur sur terre mettrait en milliers d’années, pour en comprendre toute la subtilité, se trouve ramené à un instant.

Cette lente progression est nécessaire à l’appréhension de notre nouvel état. La profondeur du champ visuel est alors au-delà de l’imaginable, du plus proche au plus éloigné de nous, dans une conception infinitésimale.

L’expansion de notre environnement est étroitement liée à notre niveau spirituel. Plus celui-ci s’élève, plus nous maîtrisons les horizons lointains.

Schématiquement, on peut faire l’analogie avec la lettre V : le niveau inférieur correspond au croisement des deux lignes formant la lettre et leur extrémité représente l’infini. Donc, plus l’âme s’élève, plus l’horizon s’éloigne (il est très proche dans les états inférieurs) et plus la perception s’accroît.    

            Les paysages évoluent selon le niveau de vibration dans lequel on se trouve. Leur créateur révèle des talents hors de notre imagination. Leur beauté s’affine de plus en plus pour arriver dans l’état supérieur à une harmonie sublime (supra-harmonie), exceptionnelle. Il n’y a pas de mots, de qualificatifs humains pour la retranscrire.

Dans ces décors mirifiques qui Accueillent une foultitude d’âmes, il n’y a que la lumière pour seul horizon.

Les cités, ces villes qui illuminent les paysages, sont semblables et différentes à la fois. Elles respectent avec douceur cette nature.

La richesse d’une telle diversité magnifie ces espaces de vie. Pas de gigantisme comme sur terre, mais un urbanisme étendu et luminescent parfait cette impression.

L’énergie sous-jacente aux couleurs indéfinissables rejaillit sur ces villes étincelantes. La nature répond à nos attentes, tout est vie, harmonie, lumière dans une parfaite symbiose avec l’environnement : l’âme.

La joie, le bien-être, la liberté, la confiance règnent. Les capacités artistiques sont décuplées et les créations se multiplient par expansion dans un tourbillon de nouveautés et d’originalités.

Les âmes élevées donnent toute leur luminosité à ces cités célestes. Leur densité reste constante ; leurs habitantes s’y organisent : travail, jeux, chants, sommeils, repas rythment cette vie céleste avec toujours le souci des autres âmes sœurs, celles de la fratrie. La concorde ainsi installée harmonise sans cesse le rythme de la vie spirituelle.

Dans les hautes sphères spirituelles, celles élaborées par la pensée divine, les âmes n’ont de cesse de faire progresser celles des niveaux inférieurs. Elles œuvrent inlassablement en communauté vers le meilleur, l’apogée divin.

Leurs voyages extra-planétaires et extra-universels, leur développement artistique, leur approfondissement personnel contribuent à l’essor spirituel de leurs prétendantes. Chaque famille conserve son identité, et tout en jouissant du pouvoir divin, elle accède à la création de toute forme de vie et de tout aspect matériel. L’absoluité de ses connaissances et leur cohésion lui permettent de fusionner avec le tout en conservant sa singularité, c’est-à-dire avec Dieu, au-delà de la quantique et au-delà de l’infinitésimal…

.../...

Le processus de la mort est élaboré comme ceci :

            Ce que nous percevons en tout premier à l’instant de mourir, quand l’âme quitte définitivement son enveloppe terrestre, c’est ce transport dans une énergie d’amour, un amour incommensurable que nous reconnaissons et qui nous confère une absence totale de douleurs, de sensations désagréables et de peur.

            Que la mort soit douce, brutale ou vaporeuse, cette énergie nous facilite l’accès d’un état vibratoire à un autre.

            Elle n’est qu’un passage nécessaire pour atteindre notre but. Cette montée vibratoire nécessite notre totale adhésion et l’authenticité de nos sentiments. Tel un film qui se déroule rapidement devant nos yeux, la vérité de ce que nous sommes réellement nous apparaît limpidement et ce constat va nous servir de révélateur.

Nous prenons conscience de nos échecs et de nos réussites, de notre vie gâchée ou accomplie, de notre bienveillance aux autres et à nous-mêmes. Je décrirai plus loin le processus de l’acte rédempteur.

Cette analyse et cette autocritique influenceront nos choix et notre devenir....

.../...

Juste, approcher cette énergie abjecte invraisemblable.

Ma perception est troublée, mais je suis « descendu » dans l’inférieur juste pour comprendre et apprendre.

Comprendre pourquoi la méchanceté est un sentiment puissant qui aveugle l’âme et empêche toute velléité spirituelle. Je vois à cet instant précis, comme une allégorie, l’épouvantable et destructrice énergie qui habite ces malheureuses âmes.

Malgré la bienveillance et la protection de mes guides, je ne peux imaginer pareille noirceur.

Ressentir cette rancœur incroyable est insoutenable. Mais je dois y faire face. Je dois sortir de ce marasme et toute la protection dont je suis entouré, me préserve et m’empêche d’être atteint au plus profond.

Je comprends que des réincarnations successives ont amené ces états corrompus. Les âmes ont été confrontées au choix divin, soit pour refaire un parcours plus spirituel soit pour perpétuer les abominations meurtrières dont elles s’étaient rendues coupables dans leur vie précédente.

La fausse représentation divine est la pire malédiction que l’âme ait à affronter. Au nom d’un Dieu vengeur, s’en prendre aux plus faibles, abuser de la crédulité des naïfs, éliminer pour dominer, manipuler les esprits par perversité, diviser pour régner sont les caractéristiques d’une âme dénuée de toute sensibilité. Si au cours de ses vies successives, elle maintient cette attitude, elle n’aura aucune chance d’accéder à l’indulgence de Dieu. Elle sera vouée au néant et à la destruction.

Combien sont ces tyrans et affréteurs spirituels aussi abjects que leur gloire ?

Les pourfendeurs de vérité confessionnelle pratiquant la charia ou la croisade, sont-ils dans ces États de noirceur absolue ?

Je le pense sincèrement puisque j’ai été confronté à cette monstruosité ; j’ai ressenti cette abjection quand j’avais face à moi cette muraille luisante. Ils étaient emprisonnés dans leur vérité morbide.

Malgré la bonté divine infinie, certaines âmes réincarnées sont restées esclaves de l’énergie funeste qui les habitait. D’une vie à l’autre, elles sont restées empêtrées dans leur instinct belligérant.

Dans l’histoire de l’humanité, nous retrouvons ces puissants courants de pensée collective dédiés à la conquête du pouvoir et de la domination. Des envahisseurs despotiques à l’ambition démesurée aux pourfendeurs religieux de la chrétienté, de l’islam et autres religions (croisades, djihad et charia, etc.) tour à tour victimes et bourreaux, tous ont pratiqué des massacres systématiques. Les plus faibles d’entre eux abusés par les plus sataniques et les plus pervers, sont persuadés de gagner ainsi le paradis convoité et attendu, la demeure des mille vierges.

Et ces situations se perpétuent dans notre histoire, alternant les périodes calmes et agitées, de prospérité et de récession.

Le seul chemin conduisant à une paix durable est celui du respect de la vie et de la nature, de ce qui la fait, la distingue et la singularise.

Au-delà de ces visions apocalyptiques, j’ai néanmoins ressenti une once d’espoir que je ne m’explique pas moi-même.

Il suffirait juste dans notre vie terrestre, que ceux obsédés par leur quête absolue du pouvoir et de la possession matérielle, prennent conscience du caractère chimérique de tels biens. Le monde pourrait alors croire à une embellie. Ces obsédés n’auront de cesse de se détruire tant que nous n’aspirerons pas à un avenir moins absurde. 

L’impermanence est un état transcrit par le bouddhisme comme la consécration vers le progrès, vers l’élévation. Les âmes noires réfutent tout changement et s’enlisent dans les États inférieurs qui ne reconnaissent pas l’épanouissement personnel...

Puis tous les autres Chapitres :

La recherche inversée de l’amour - Diable ou démons, mages et gurus, Les plans éphémères et intermédiaires, ces passages vibratoires et voies de transition vers les hautes sphères, induisent une montée vibratoire particulière - L’élévation et la diversification de l’âme - Quel est ce concept de l’élévation - La diversification de l’âme - De la notion de distance et de temps - Les sphères de plénitude et de partage, les détails harmonieux qui organisent ces sphères en de magnifiques paysages - L’édification dans les sphères religieuses - À l’approche des hautes sphères et l’approximation de la représentation divine - Les hautes sphères et la sphère divine - La supra harmonie - Comment se déroule notre éternité ? Attentistes ou actifs ? - Comment ressentir le niveau spirituel auquel on appartient ? - Que cherchent ces âmes célestes dans leurs communications ? - La pensée créatrice. - Y a-t-il une présence extraterrestre ? - Raison et perception des univers, des mondes - L’univers, les univers - L’éternité et l’infini - Ce qui est et ce qui sera - Le moi et l’être - L’amour - L’Etat de noirceur spirituelle - Le départ volontaire - Le processus de vie et de mort. Concession à perpétuité - Il n’est vain, que celui qui ne cherche pas.

Au moment de votre expérience, y avait-il une situation mettant votre vie en danger ?    Non      

Cette expérience est-elle difficile à décrire avec des mots ?    Oui     comment décrire l'incomparable, faire le comparatif avec ce qu'il y a sur terre c'est minimisé la réalité de cette expérience.

A quel moment au cours de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?    Plus conscient(e) et lucide que d’habitude     Au moment de ma mort.    Oui l'on voit à travers la matière, l'on ressent la pensée des autres incarnés, les sens sont très élargis.

Veuillez comparer votre vue pendant l’expérience à celle que vous aviez immédiatement avant l’expérience.    aussi loin, qu'aussi près : de l'atome à l'univers

Veuillez comparer votre ouïe pendant l’expérience à celle que vous aviez juste avant l’expérience.    dans le même sens que la vue, de symphonies d'harmoniques.

Avez-vous vu ou entendu des évènements terrestres qui se déroulaient alors que votre conscience était séparée de votre corps physique/terrestre ?          

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ?    immense gratitude, enveloppement de l'amour  

Avez-vous traversé un tunnel ?    Oui     Plus qu'un Tunnel, cela semblait Oblond de couleurs bleu et très énergétique comme des tourbillons qui limités la paroi.

Avez-vous vu une lumière surnaturelle ?    Oui     à l'orée et la fin du tunnel

Vous a-t-il semblé rencontrer un être ou une présence ésotérique, ou bien entendre une voix non identifiée ?      J’ai rencontré un être précis, ou une voix clairement d’origine ésotérique ou surnaturelle    rencontre avec un être très lumineux, puis trois autres dont un ami décédé 35 ans auparavant.

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres décédés (ou en vie) ?    Oui     un ami décédé 35 ans auparavant

Au cours de l’expérience, avez-vous eu connaissance d’évènements de votre passé ?    Oui     très rapidement en constatant le travail à réaliser pour l'amour.

Vous a-t-il semblé pénétrer dans un monde différent, surnaturel ?     Un monde nettement ésotérique ou surnaturel    Incomparable avec la sphère terrestre. Où l'amour régi tout dans tout.

Le temps a-t-il semblé accélérer ou ralentir ?     Tout semblait se passer en même temps, ou le temps s’est arrêté, ou il n’y avait pas de notion de temps    Tout un temps relatif en fonction de ce que vous ressentez.

Avez-vous soudainement semblé comprendre tout ?  Au sujet de l’univers     je connaissais tout sur tout, plus aucune interrogation de ce qu'est la vie et de toutes ces composantes, de ce qu'est l'univers et les autres, je savais le pourquoi du comment.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ?    Oui     UN corps semblable dans sa forme, au corps terrestre et aussi tangible.

Avez-vous vu des scènes de l’avenir ?     Des scènes de l’avenir du monde    Cela est très difficiles à expliquer, cela est morcelé dans la mémoire avec la difficulté de les rattacher à une époque, sauf celle marquante, comme attentats ou changement de société.

Avez-vous  le sentiment d’avoir connaissance d’un savoir ou dessein particulier ?    Oui     la science de l'amour.

Veuillez expliquer tout changement qui aurait eu lieu dans votre vie après votre expérience :   Large changes in my life   

Après s’être produite, votre expérience a-t-elle provoqué des changements dans vos valeurs ou vos croyances ?    Oui     l'attrait du matériel à changé profondément, l'acceptation de ce je suis devenu m'oriente de plus en plus vers le partage de cette expérience en donnant le soulagement, l'aide et l'accompagnement de personnes en fin de vie...

Après votre expérience, possédiez-vous des facultés paranormales, sortant de l’ordinaire ou autres que vous n’aviez pas avant l’expérience ?    Oui     Le lecture de la vie de l'autre, la clairaudience et la clairvoyance, la précognition.

Avez-vous raconté cette expérience à quelqu’un ?    Oui     plus de dix de silence ayant créé un déni, puis le retour au partage, par un "forçage" pratiqué par l'autre coté, et l'invite inconditionnelle au partage.

Avant votre expérience, connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) ?    Non     

Peu après avoir vécu votre expérience (quelques jours ou semaines), comment considériez-vous sa réalité:    l’expérience était tout à fait réelle     L'expérience est d'une forme intime, qui ne souffre d'aucun mensonge ou quelconque affabulation.... Ce n'est pas considéré comme un rêve ni un songe tant la structure cognitive est importante, L'imagerie est au dehors de la réalité terrestre et sa compréhension est de l'ordre cognitif. On sait, on reconnait et on est en harmonie avec ce vécu.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience:    l’expérience était tout à fait réelle     Je suis revenu avec de capacités particulières décrites plus haut, ce n'est pas le hasard. C'est tellement gravé en soit que cela fait partie intégrante de notre quotidien.

Vos relations ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?    Oui     déjà l'entourage familiale, puis les amis tente de fuirent et le relationnelle devient plus vrai avec des gens compatissants.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?    Oui     Une réalité religieuse à pris place, plus de dogme et une relation humble avec cette forme spirituelle.

Au cours de votre vie, est-ce que quoi que ce soit, à un moment quelconque, a reproduit une partie de l’expérience ?    Non   

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles votre expérience complètement et avec exactitude ?    Non     Car les questions ne peuvent envelopper l'importance de cette expérience, c'est pour cela en ayant rempli bon nombre de questionnaires, j'ai compris l'importance d'écrire ce récit dans sa totalité, et cette écriture a permit l'édition de deux livres.

Devrions-nous poser d’autres questions afin de vous aider à exprimer votre expérience ?    cela est déjà assez conséquent comme questionnaires, simplement vous faites un travail d'information important qu'il faut fair connaitre du grand public. Je donne beaucoup de conférences et je reçois souvent cette question du public : Comment cela se fait que l'on en parle pas bcp voir jamais ?