NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de VF

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

En octobre 1983, j’ai réalisé une action très particulière pour la famille de ma sœur. Son mari a été très heureux de mon offre pour les assister amicalement pendant leur déménagement vers l’Utah. En quittant notre famille pour de nouvelles aventures en Utah, il a été envahi par une expression sincère de son amour. Il souhaitait retourner le service et l’amour qu’il avait reçu de ma famille. Je me souviens lui avoir dit que tout ce que je voulais en retour, c’était qu’il fasse passer l’amour. Il a quand même insisté en disant qu’un jour il rendrait cette gentillesse. En avril 1984, seulement 6 mois plus tard,  il est décédé de la leucémie. Pendant ses funérailles, je me souviens que ma sœur m’a demandé de rester seule avec elle et son mari. Nous étions assises devant son cercueil ouvert et nous échangions des mots de réconfort et d’encouragement, une fois encore ma famille a eu l’opportunité d’aider ma sœur et sa famille.

En avril 1995, presque un an plus tard jour pour jour, j’ai été impliquée dans un très grave accident, la conductrice a été la plus sérieusement atteinte, un passager a subi plusieurs fractures, tout comme moi en tant que passagère également. Nous avons tous les trois été éjectés de la Jeep dans laquelle nous nous trouvions, mon expérience transformatrice de vie s’est alors produite.

Je me souviens de m’être retrouvée hors de mon corps, regardant vers le bas tous ces gyrophares et les gestes de ceux qui essayaient de sauver nos vies. J’ai vu la conductrice et j’entendais un jet de sang sortir de sa bouche. J’ai vu qu’on lui tournait la tête pour qu’elle ne se noie pas dans son propre sang. J’ai vu du sang lui sortir des oreilles et j’ai aussi entendu quand on lui a ouvert le crâne à l’hôpital, alors que j’attendais à l’extérieur du bloc opératoire. J’ai également vu mon corps gisant dans la rue, je me souviens de ma confusion par rapport à ce que je devais faire ensuite. Il était environ 23 h, la nuit était froide, pourtant je ne me rappelle pas avoir eu froid. J’ai regardé sur ma droite et j’ai vu mon beau-frère vêtu de blanc, ainsi qu’un autre homme entre nous. J’ignore qui était cet homme, il semble toutefois qu’il était là pour superviser. Sans bouger les lèvres, j’ai parlé à mon beau-frère, il a fait de même. Il m’a dit que tout allait bien se passer, que je devais respirer.

Depuis que cet événement a eu lieu, cette expression est revenue plusieurs fois dans ma vie, je pense maintenant que quelqu’un voulait que je sache que tout allait bien dans ma vie malgré les épreuves et les vicissitudes que j’ai traversées depuis. Je ne suis pas entrée dans un tunnel et pendant de nombreuses années, j’ai pensé que j’avais un problème, ou que je n’étais pas aussi particulière que ceux qui vivaient cette expérience. Je n’ai pas eu de grandes lumières ni d’autre message, si ce n’est que tout allait bien se passer. C’était simplement la dette payée par mon beau-frère qui voulait me rendre l’offre d’amour à sa famille.

Vous pourriez vous demander s’il s’agissait un rêve, je l’ai fait pendant de nombreuses années, cependant, une fois éclairée sur ce qui s’est réellement passé sur les lieux de l’accident cette nuit là, j’ai dû me demander comment je savais que la conductrice avait subi exactement les blessures et l’opération dont j’avais été témoin. J’ai été déclarée morte et ceux qui m’avaient assisté ont commencé à partir, j’ai alors soudainement respiré, ce qui leur a révélé que j’étais toujours en vie. Ce fut une très profonde inspiration, suffisamment bruyante pour qu’ils la remarquent. C’est mon beau-frère qui m’a demandé de respirer, j’ai fait ce qu’il m’a dit. Durant les soins importants que j’ai reçus dans la salle des Urgences de l’hôpital, les membres de ma famille ont plusieurs fois demandé aux médecins pourquoi je ne saignais pas. J’avais une plaie profonde, du haut de la cuisse jusqu’au genou, la jambe avait été presque sectionné et la blessure se poursuivait sur l’autre jambe. J’avais neuf entailles sur la tête, de nombreuses coupures profondes sur tout le corps et pourtant pas de sang. J’avais la main écrasée et le visage plein de verre que l’on essayait de m’enlever morceau par morceau, mais pas de sang.

Un médecin a dit à mon mari que les morts ne saignent pas. Mort ou rêve ? J’en suis également ressortie avec le savoir que les familles sont éternelles, même celles qui n’ont pas les liens du sang. Mon beau-frère m’aimait et je l’aimais, je lui serai toujours reconnaissante d’avoir payé sa dette. D’autres choses étranges se sont produites avant l’événement, puis par la suite, elles me renforcent dans ma croyance que quelqu’un veille sur nous.