Page d’accueil – NDERF

EMI de Vern D.

Témoignages d’EMI
Partagez votre EMI

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE : 

En 1974, j’étais membre opérationnel du « Royal Signals » (régiment des télécommunications) stationné à Chypre et engagé dans une opération en coopération avec la NSA. Le soir du 28 novembre 1974, nous avions pris quelques verres au bar local (l’armée Turque avait envahi le nord de Chypre cette même année). Durant la nuit, je n’arrêtais pas de me lever pour aller aux toilettes, à un moment, je suis à nouveau sorti du lit, j’ai contourné les casiers parsemant la pièce mais j’ai trébuché sur un obstacle et je suis tombé la tête la première sur le sol. Malheureusement, par terre se trouvait une cantine, en fait un petit casier fait d’acier embouti. En tombant, ma tête a heurté violemment l’un des coins effilés. J’ai senti une douleur incroyable pendant une fraction de seconde puis je me suis relevé.

Une fois debout, je ne sentais aucune douleur, je me suis touché la tête et je n’ai pas pu palper de dommage réel. J’ai marché sans douleur ni déficit fonctionnel vers la petite table située en face de l’une des fenêtres de la caserne. Bien qu’il ait encore fait sombre, je voyais clairement les autres occupants de la chambre. Je sentais que j’étais gravement blessé et que je devais chercher quelqu’un pour m’aider. J’ai fait le tour de la chambre en regardant les autres endormis dans les lits mais pour une raison que j’ignore, je savais que je ne pouvais pas les réveiller. Je me suis assis à la table et j’ai tenté de résoudre un jeu pour enfant : obtenir 23 avec de nombreuses allumettes. Je l’ai fait pour passer le temps car je voulais que quelqu’un me trouve et me donne dès que possible des soins médicaux. Lorsque j’ai regardé à l’extérieur par la fenêtre, une lumière est apparue (je me rends compte que cela paraît fou) jaunâtre ou dorée, on aurait dit qu’il y avait une limite à la distance à laquelle je pouvais voir (cela pouvait-il être la brume de l’aube ?). Après un moment (aucune idée de la durée), j’en suis venu à penser que si quelqu’un trouvait mon corps et que moi je me trouvais ici, on risquait de me manquer…(pensée bizarre). Je suis donc retourné à l’endroit occupé par ma propre couchette (derrière les casiers à l’étage inférieur d’un lit superposé) J’ai regardé vers une des personnes endormies et c’est la dernière chose dont je me souvienne avant mon réveil le 3 décembre.

C’était tellement réel que je n’avais aucune raison de penser que ce que j’avais vécu n’avais pas eu lieu « physiquement », j’ai entrepris de raconter mon histoire à l’une des infirmières. Elle m’a informé que j’avais été retrouvé « juste après 5 heures » et que je gisais là où j’étais tombé. Elle a dit que je n’aurais pas pu marcher dans la chambre etc., car personne ne peut bouger avec le type de blessure que j’avais subi. Elle a également dit que j’avais été retrouvé en état d’hypothermie et que j’étais « mort deux fois », une fois dans l’ambulance et une autre fois dans le bloc opératoire. Heureusement, je suis resté là où je me trouvais en ces deux dernières occasions. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

L’expérience était-elle difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui

Précisez : voir les détails plus bas.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Totalement conscient, mais je sentais que je ne pouvais réveiller personne ni communiquer – j’espérais simplement que quelqu’un allait se réveiller et me retrouver (aller chercher de l’aide). Je ne ressentais aucun effet physique négatif mais je savais que j’avais besoin d’aide.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non, c’était tellement réel que j’ai cru que c’était totalement effectif. Ce n’est qu’ensuite que l’infirmière m’a dit que mon corps gisait à l’endroit où j’étais tombé, elle-même, puis des médecins m’ont informé que bouger n’aurait pas été possible dans « mon état ».

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Non

Décrivez votre apparence ou forme hors de votre corps : à part les effets bizarres mentionnés précédemment, je croyais que j’étais toujours dans mon corps.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? Frustration que les personnes dans la chambre ne se réveillent pas et sensation d’être en attente que quelque chose se produise.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Je n’entendais aucun bruit (dans mon souvenir).

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Oui

Précisez : je répète simplement que « l’aube » semblait un peu bizarre.

Avez-vous rencontrés ou vus d’autres êtres ? Non

Précisez : (les seuls autres êtres étaient les vivants dans la chambre)

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Non

Précisez : non, je n’en ai pas eu l’opportunité, si ce n’est les regards obliques après que j’aie raconté mon histoire à l’équipe médicale. J’étais une « évacuation sanitaire » urgente vers le Royaume Uni.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Non

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Non

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui

Précisez : je ressentais une limite auto-imposée. J’avais le sentiment que si je m’éloignais trop des « lieux », que quelqu’un « me » retrouve et que « je » ne sois pas là, alors ce serait vraiment grave.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui

Précisez : je me répète, je savais que je devais retourner à l’endroit où j’avais été blessé. J’avais peur « d’aller voir », mais j’ai décidé que je devais revenir (je ne me rappelle pas « m’ »être vu).

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Non

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui

Précisez : je crois que parfois les « morts » ne savent pas qu’ils sont partis.

L’expérience a-t-elle affecté vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Pas vraiment.

Avez vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui

Précisez : à ma femme. Elle ne veut pas vraiment savoir, « quelle que soit la réalité ». Je doute sérieusement de l’intérêt d’évoquer le sujet en fin de réunion de Direction au chapitre « Affaires diverses ».

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Grande douleur physique (je ne me suis réveillé que 5 jours plus tard).

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La survie est la meilleure partie, la douleur était la pire (subie plus tard).

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Si j’avais eu le choix, j’aurais préféré éviter tout cela.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui

Précisez : problèmes de mobilité

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

Précisez : dans la mesure ou l’écrit puisse correctement transmettre l’émotion.

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire de www.nderf.org : je ne vois pas.