NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Val

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Je me souviens de m’être éveillée dans la salle de réveil, 2 infirmières planaient au-dessus de moi, me parlant, essayant de me réveiller. Quand j’ai ouvert les yeux, je les ai vues en train de me regarder, une des infirmières du coude me poussait doucement l’épaule, elle a ensuite regardé le bandage de ma gorge et a dit à l’autre infirmière : « Va chercher le médecin, elle saigne. ». A ce moment là, je me sentais tout à fait déconnectée de mon corps, j’ai entendu un son puissant et impétueux qui m’emplissait la tête. J’ai tourné la tête vers la porte de la pièce et j’ai vu une lumière très brillante qui grandissait dans l’entrée. Elle était plus brillante que le soleil et continuait à croître en intensité. Puis j’ai entendu quelqu’un hurler : « Elle s’effondre ! », j’étais consciente de la présence d’au moins 4 infirmières et médecins autour de moi. J’ai à nouveau tourné la tête vers la gauche, la lumière avait alors totalement englobé l’entrée de la pièce. J’ai vu une silhouette debout dans la lumière, un être grand et serein, de la forme et de la stature du Christ, un profond sentiment de paix et de joie m’a envahi. De plus, je me suis sentie soulevée hors de mon corps physique et j’ai commencé à me déplacer vers la Lumière et l’Etre de Lumière qui m’attendait. Toutefois, je n’ai pu m’éloigner de mon corps que de moins d’un mètre, j’ai eu l’impression que quelqu’un me retenait par le bras gauche. Je me suis retournée et j’ai vu les médecins qui s’occupaient de moi, appuyant sur ma poitrine, ma mère était à mon chevet agrippée des deux mains à mon bras gauche, me suppliant de ne pas partir. J’étais déchirée entre continuer dans la lumière ou retourner à mon corps. Mon souvenir suivant est de m’être réveillée dans ma chambre d’hôpital, avec mes parents à mon chevet. J’avais la sensation que quelque chose d’important s’était passé et j’étais surprise de me trouver  encore dans mon corps physique. J’avais de la difficulté à leur parler car j’étais plus ou moins consciente à cause des traitements anti-douleur. 2 jours plus tard, quand les effets de l’anesthésique ont disparu, j’ai eu des flash back de l’événement de la salle de réveil. J’étais dans la confusion et triste de n’avoir pas pu aller dans la lumière. Ma mère m’a dit ensuite qu’elle n’avait pas été présente dans la salle de réveil avec moi. Quand elle a vu mon chirurgien et mon médecin passer rapidement devant elle en direction de la salle de réveil, elle a senti que j’étais en danger et elle s’est « projetée » à mes côtés pour m’aider. Elle a démenti le fait que je sois morte, mais elle a dit que j’étais très malade et qu’on m’avait quasiment perdue. Le jour suivant mon opération, alors que j’étais dans ma chambre, la femme à côté de moi a subi un arrêt cardiaque et elle est morte.  C’était la première fois de ma vie que j’étais en présence d’une personne décédée, j’ai « vu » la forme spirituelle de cette femme quitter son corps. Cela m’a fortement perturbée car je me suis rendu compte que j’avais également été sous cette forme et que je n’avais pas été capable d’aller « chez moi ». Mon médecin est venu me parler car j’avais raconté à mon infirmière ces flash-backs perturbants, les problèmes de sommeil après avoir été témoin de la mort de ma voisine de chambre. Il m’a dit qu’il n’était pas inhabituel pour les personnes dans mon état de vivre de telles expériences, qu’effectivement mon cœur s’était arrêté pendant quelques minutes, qu’ils avaient eu beaucoup de chance de m’avoir « sauvée ». A propos de ce que j’avais vu dans la chambre lorsque cette femme était morte près de moi, il m’a dit qu’on aurait dû me faire sortir de la chambre, il s’est excusé de m’avoir fait subir cela. Toutefois, je lui ai expliqué que ce n’était pas grave et que je savais que cette femme avait continué et qu’elle était « chez elle ». Il a juste souri, m’a tapoté le haut de la tête et il a dit que ce n’était probablement que mon « imagination », il a ordonné à l’infirmière de me donner quelque chose pour m’aider à dormir. Dès cet instant, j’ai décidé de ne plus raconter mon expérience à qui que ce soit, car personne ne semblait me croire, mais je sais que ce que j’ai vu, senti et vécu était la « vérité ». Ce que nous vivons en tant que réalité physique n’est qu’une toute petite partie de qui nous sommes et de ce que nous sommes, il y a une vie après la mort.

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Incertaine

Explication : je sortais juste d’une thyroïdectomie quasi totale (maladie de Graves) et j’étais toujours sous l’effet des anesthésiques.

L’expérience était-elle difficile à exprimer avec des mots ? Oui

Qu’est-ce qui dans l’expérience la rend difficile à transmettre ? J’ai trouvé difficile d’exprimer l’expérience à mes parents et au personnel médical car ils ne semblaient pas accepter ni comprendre l’expérience.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui

Décrivez : dans la salle de réveil après l’opération, j’ai fait une crise thyroïdienne et l’incision à la gorge s’est rouverte, provoquant une hémorragie. La perte de sang et les symptômes de l’afflux massif de thyroxine dans l’organisme ont provoqué l’arrêt cardiaque, nécessitant une réanimation. On m’a dit après l’événement qu’on m’avait « presque perdue » et que mon cœur s’était arrêté pendant quelques minutes. Grâce à mon âge et à mon état physique, j’ai réagi rapidement à la réanimation.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? En dépit de l’étourdissement provoqué pas les anesthésiques et les autres traitements que l’on m’avait administrés au moment de l’événement, j’ai eu la sensation que mes sens de l’odorat, du goût et de l’audition étaient hyper affûtés. Toutefois, je me sentais très déconnectée de mon corps physique, comme si je n’étais plus à l’intérieur.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non, les flash-backs après l’événement donnaient la sensation d’une vision/souvenir de quelque chose qui a eu lieu, mais je me trouvais décalée, l’observant de l’extérieur, le regardant se dérouler devant moi.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Décrivez votre apparence ou forme hors de votre corps : lorsque j’étais au-dessus de mon corps, regardant vers le bas, je pouvais voir les bras, les jambes et le torse de mon esprit comme emplis de lumière et transparents.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? Un mélange, à un moment, lorsque je me suis sentie aller vers la lumière et l’Etre de Lumière, c’est à dire la silhouette du Christ se tenant dans la porte et m’attendant, j’étais emplie de joie, d’amour et de paix extrêmes. Lorsque je me suis rendu compte que je ne pouvais plus avancer parce que ma mère me tenait le bras, je me suis sentie excessivement déchirée…ne voulant pas la quitter elle et ma famille, mais souhaitant désespérément rejoindre la silhouette qui m’attendait dans la lumière.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Le bruit que j’ai entendu était un fort son impétueux, comme si je me tenais près d’une chute d’eau. Je pouvais également entendre d’autres voix qui chantaient une chanson, je ne pourrais même pas commencer à décrire cela tellement c’était beau.

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Oui

Décrivez : c’était la lumière la plus brillante qu’on puisse imaginer, blanche, dorée, argentée et toutes les couleurs de l’arc-en-ciel mélangées.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui

Décrivez : il y avait une silhouette semblable au Christ se tenant dans la porte, avec la lumière le/la bordant. Je n’ai pas reçu de communication directe, seulement un profond sentiment d’amour, de paix et d’Accueil. Plus que tout, je voulais rejoindre cet être dans la lumière, mais ma mère m’a empêché de terminer le voyage « dans la Lumière ».

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Incertaine

Décrivez : bien que j’aie vécu de nombreux évènements « paranormaux » depuis la petite enfance, cet événement m’a prouvé sans l’ombre d’un doute, que notre réalité physique n’est qu’une petite partie de qui et de ce que nous sommes. Ce que nous interprétons comme la réalité n’est que l’ombre de dimensions avec lesquelles nous interagissons constamment. Il y a continuation de notre conscience au-delà de la mort de la forme physique.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui

Décrivez : j’ai décrit aux médecins et aux infirmières leurs réactions à ma situation précaire et avant qu’on ne m’ait dit  que mon cœur s’était arrêté, j’ai décrit comment on avait pratiqué la réanimation sur moi, que j’avais vu les infirmières appuyer sur les poches de fluides de perfusion pour les injecter dans les tubes raccordés sur moi. Je leur ai aussi dit qu’ils paraissaient effrayés et perturbés.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Incertaine

Décrivez : étant donné que je n’ai pas pu entrer complètement dans la lumière, je ne me rappelle d’aucun autre endroit ou dimension. Lorsque j’ai vu ma mère et mon corps éthérique au-dessus de ma forme physique, c’était comme si la trappe d’un piège s’était refermée et ce fut le néant. Le souvenir suivant a été mon réveil dans la chambre d’hôpital. Je ne me rappelle de rien entre le moment où ma mère tenait mon bras éthérique et mon réveil dans la chambre d’hôpital.

Avez-vous vécu une modification de l’espace ou du temps ? Non

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui

Décrivez : comme expliqué plus haut, j’ai senti ma mère me retenir, m’empêchant de continuer vers la porte où m’attendaient la Lumière, la silhouette semblable au Christ.

Avez-vous eu conscience d’évènements à venir ? Non

Décrivez : pas à l’époque. Depuis l’enfance, j’ai eu des rêves et des visions prémonitoires, leur intensité s’est accrue après l’EMI.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou conscient(e) d’une décision de retour au corps ? Incertaine

Décrivez : je ne suis pas certaine d’avoir consciemment décidé de retourner à mon corps ou si c’était une décision commune de l’Etre de Lumière, de ma mère et de moi-même.

A la suite de l’expérience, votre attitude et vos croyances ont-elles changé ? Oui

Décrivez : je me suis sentie plus reliée à Dieu/le Créateur. J’ai pris conscience que la vie est un don précieux que l’on ne doit pas considérer comme acquis. Que nous, en tant qu’humains, avons toujours beaucoup à apprendre sur la vie et sur la mort.

L’expérience a-t-elle affecté vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? J’ai intériorisé la plus grande partie de ce que j’ai vécu, parce que ma famille et mes amis ne semblaient pas vouloir entendre ce par quoi j’étais passée. Cela paraissait leur faire peur. Je me suis donc « renfermée » pour un temps. Je continuais à croire en un Dieu/Etre Suprême et je ressentais souvent autour de moi la présence de ceux que j’appelais des Anges Gardiens. Le sentiment que l’on s’occupait de moi était particulièrement fort lorsque j’étais dans une église. A une époque, j’ai été très attirée par la foi Catholique et à 17 ans, j’envisageais sérieusement d’entrer dans un couvent et de consacrer ma vie à Dieu. Cependant, ma vie a pris un chemin différent et je me suis immergée dans des objectifs plus intellectuels, au lieu de me retirer dans une vie de dévotion spirituelle. Je suis allée à l’université pendant 2 ans, puis j’ai décidé de devenir infirmière. La décision de choisir la carrière d’infirmière découlait de mon désir sincère d’aider les gens en des moments de crise. C’est au cours de ma carrière d’infirmière que j’ai découvert que j’ai des « mains qui guérissent » et des capacités médicales intuitives (vision de l’intérieur du corps physique). Ces « dons », je les ai utilisés sereinement et je n’en ai pas parlé aux collègues, car je savais qu’ils ne comprendraient pas. Toutefois, j’ai acquis la réputation d’être « différente », dans un service où j’ai travaillé on me surnommait « Radar », car je semblais « savoir » quand une personne allait « s’effondrer » avant que l’événement ne se produise effectivement. Je me suis débattue avec ces « dons » et je ne me suis jamais totalement sentie en confiance et sereine pour en parler, sinon à quelques amis choisis qui sont également guérisseurs et à des membres immédiats de ma famille.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? Confusion, peur, incertitude et en même temps une paix profonde…en sachant qu’il existe une réalité et une existence après la mort de la forme physique. La confusion et la peur résultaient de la présence de la forme éthérique projetée de ma mère au cours de l’événement, d’une certaine manière, elle a influencé ma décision de rester ici dans le monde physique. Depuis lors, j’ai souvent ressenti que je vis la vie de quelqu’un d’autre. Une partie de ma conscience est allée « dans la lumière », elle existe de ce côté de la réalité.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure partie de l’expérience est d’avoir pris conscience que nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. La pire partie a été de ne pas obtenir encouragement et assistance de ma famille et du personnel médical afin de raconter l’expérience, d’avoir le sentiment qu’ils ne croyaient pas mon expérience. Egalement, le sentiment d’être déconnectée d’une part de moi-même et un « mal du pays » écrasant qui quelquefois m’envahit au point que j’ai parfois envisagé de m’ôter la vie pour retourner à l’esprit.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? En mars 2001, ma mère est morte des suites d’une longue maladie. Elle venait juste d’avoir 68 ans. Nous avons souvent eu l’occasion de parler, par rapport à mon EMI ,de nos approches de la vie et de la mort, avant qu’elle-même ne parte pour un endroit de paix. J’étais avec elle quand elle est morte, elle m’a indiqué qu’elle comprenait mes sentiments tourmentés au cours de certaines périodes de ma vie. Elle regrettait d’avoir influencé ma décision de rester alors que j’avais 15 ans, cependant c’était mon rôle sur cette terre de l’accompagner. Une partie du contrat de mon âme consistait à partager mes dons avec autrui et lorsque le moment serait venu, de l’assister dans son passage vers l’esprit. Avant sa mort, j’étais complètement déchirée et je ressentais le besoin d’être dans l’« au-delà » afin de l’aider à passer. Maintenant, je me rends compte que ce n’était pas nécessaire, que je peux vivre à la fois les dimensions spirituelles et la réalité physique, que je peux être un canal d’amour et de lumière de l’esprit se manifestant dans le royaume physique.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui

Décrivez : j’ai souvent des Sorties Hors du Corps pendant l’état de rêve, j’ai pu reproduire des SHC au cours de la méditation. Je médite régulièrement et j’ai pratiqué plusieurs techniques de guérison par imposition des mains, comme le Reiki. La plupart du temps, ma sensation de conscience est intensifiée et je peux « m’accorder » avec les dimensions spirituelles plus élevées. Selon mon état émotionnel, je ressens souvent dans ma vie la présence de guides et de Maîtres Ascensionnés.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui