NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Tracy D

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J’ai vécu une EMI en février 2009. Je dois d’abord vous informer que je suis diabétique, je souffre de psoriasis et mon état général est en dessous de la moyenne. C’est en grande partie ma faute, car je suis négligent en ce qui concerne la surveillance de mon taux de sucre, les visites chez le médecin et…etc…

Je rendais visite à ma mère qui sortait juste d’une opération de la hanche, lorsque j’ai commencé à ressentir des douleurs aigües dans la région abdominale et le bas du dos. Elles sont devenues tellement intenses que j’ai quitté l’hôpital pour aller chez ma mère où je séjournais pendant la visite. Quand j’y suis arrivé, les douleurs étaient très vives, j’ai donc appelé une ambulance. J’étais inconscient à l’arrivée à l’hôpital. Peu après, les reins se sont bloqués et j’ai fait un arrêt cardiaque.

A un moment donné mon cœur s’est donc arrêté et je me suis retrouvé assis en tailleur au fond d’un magnifique lagon tropical. L’eau était limpide et d’une belle couleur turquoise. Le sable était pur et d’un blanc brillant, la visibilité semblait infinie. De nombreux poissons tropicaux nageaient tout autour, leurs couleurs étaient très vives, comme s’ils avaient été recouverts de néons branchés sur une prise électrique (difficile à décrire vraiment). Je n’avais jamais rien vu de semblable auparavant, il n’y avait aucune vie végétale… ni corail, récif, rochers, etc. seulement du sable blanc, une eau magnifique, les poissons et moi. Je me souviens d’avoir pensé : « Eh bien, c’est plutôt bizarre. Comment je fais pour respirer sans appareil sous l’eau maintenant ? Encore mieux… où suis-je et comment suis-je arrivé là ? ». C’est alors que quelque chose au-dessus de moi  a attiré mon attention. J’ai levé les yeux et j’ai vu la surface de l’eau 3 mètres plus haut environ. Au-delà se trouvait une boule de lumière très intense qui descendait dans ma direction. Je l’ai observée et quand elle a crevé la surface, elle a dispersé, englouti le lagon et son environnement. Croyant qu’elle était aveuglante (mais je ne suis pas certain qu’il s’agisse d’une réaction instinctive car je ne me rappelle pas avoir été aveuglé, ni même gêné par la luminosité au cours de toute l’expérience), j’ai regardé vers le bas en direction du fond de l’océan.

Tout à coup un poteau de bois s’est fiché dans le sable, un peu de biais et à environ 1 mètre (un poteau que j’imagine similaire à celui sur lequel JESUS a été crucifié). Toutefois il ne comportait pas de barre transversale, c’était seulement un poteau). J’ai commencé à lever les yeux et j’ai vu deux pieds en sandales et un pantalon d’un blanc incroyablement brillant (comme des néons, une description plus exacte me faisant défaut). Levant davantage le regard, j’ai été totalement stupéfait de découvrir qu’il s’agissait de mon père décédé deux ans plus tôt. On lui avait diagnostiqué une tumeur de la taille d’une balle de golf au milieu du pédoncule cérébral, c’était inopérable. Deux semaines après le diagnostic, la tumeur s’est mise à saigner et il est tombé en sortant d’un restaurant, il a été transporté en ambulance à l’hôpital le plus proche. Aucun testament de vie (Ne pas réanimer, etc.). Nous n’étions pas certains de ce que nous devions faire (Assistance médicale ? Sonde gastrique ? Tentative d’opération ?). La seule chose que nous savions, c’est que notre père était un homme bon, qu’il avait vécu une vie exceptionnelle, traitant bien son entourage ainsi que nous-mêmes. Il ne méritait pas de souffrir, qu’on prolonge une vie de légume. Il ne l’aurait pas souhaité non-plus. Nous avons choisi les antidouleurs en intraveineuse et l’oxygène sans sonde gastrique (soulager la douleur et l’inconfort autant que possible lors de son départ). Trois options, une seule et même fin. Il ne devait pas survivre à l’opération, si par miracle il y avait survécu, il aurait été un légume. Il est décédé trois jours plus tard à peu près paisiblement, par simple arrêt du cœur. Vers la fin, le rythme cardiaque a augmenté dans une tentative d’accroissement du niveau d’oxygène, le cœur a fatigué et s’est arrêté. Inutile de dire que ce ne fut pas un choix facile pour nous (nombreux arguments pour une autre décision). En réalisant qu’il s’agissait de lui, je me suis rendu compte que j’avais quitté la vie telle que je la connaissais et, je ne sais comment (je ne me souviens pas du voyage vers l’endroit où je me trouvais alors), j’étais arrivé dans ce lieu de beauté et de sérénité totale (j’ignore s’il y a un rapport, mais nous avons répandu les cendres de mon père en mer, au large de Newport Beach). Ma première réaction a consisté à dire : «  Nous ne savions pas quoi faire papa, je suis désolé. ». Il m’a simplement souri en disant : « Aucun problème mon garçon, tu as très bien fait. Je suis dans un excellent endroit. C’est encore plus merveilleux que dans tes rêves les plus fous. Mon heure était venue. ». Il avait l’air tellement parfait, en paix. Je ne peux vraiment décrire à quel point il paraissait impressionnant, serein et parfait. Quand il est mort, sa barbe et sa moustache étaient grises, il avait 73 ans. Quand il est apparu devant moi il semblait beaucoup plus jeune (cheveux roux vifs, épais et ondulés comme dans sa jeunesse, mais en plus éclatants et intense. Toutes les imperfections ou défauts antérieurs avaient été sculptés, ciselés en une lisse perfection. Il avait l’air parfait, magnifique, brûlant de paix et de joie, débordant de compréhension et d’amour, je pourrais continuer ainsi sans fin… J’ai eu l’impression que nous étions restés ensemble durant des heures (par la suite j’ai appris que l’arrêt cardiaque avait duré 1minute et 14 secondes). Nous avons ri, nous nous sommes étreints, nous avons pleuré (et tout fonctionnait, aucun blocage des membres, pas d’incapacité de mouvement…). Puis il a sauté du poteau sur le fond de l’océan, il s’est retourné et s’est mis à marcher. J’ai bondi en disant : « Papa, attends ! » et j’ai commencé à le suivre. Il s’est alors arrêté, s’est retourné en souriant, de cet immense sourire chaleureux et indescriptible. Il m’a dit : « Non mon garçon, tu dois repartir. On est en train de te soigner, ce n’est pas ton heure. ». Il a ensuite tendu le bras, m’a touché l’épaule, j’ignore comment décrire l’impression que cela m’a fait, mais je pense qu’en me touchant l’épaule, il a réintégré ma vie dans mon corps et je me suis réveillé à l’hôpital, retour à la vie telle que je l’avais connue.

Il s’est avéré que j’avais subi un blocage des intestins, me rendant incapable de les vider, cela m’a empoisonné le sang, surmenant les reins, ce qui les a bloqués, causant un arrêt cardiaque qui a provoqué mon EMI. Quand je me suis réveillé, j’ai inspiré et j’ai perdu connaissance. Je me suis réveillé trois jours plus tard avec des tubes sortant de partout et allant Dieu sait où. Et tout a recommencé encore et encore jusqu’à ce que je voie mon retour, sachant que  quelque chose d’absolument incroyable nous attend en quittant notre vie humaine. J’ignore à quoi cela ressemble exactement, mais je sais ceci : « Où que mon père soit allé, c’est un endroit merveilleux qui inspire la révérence, il n’avait en effet jamais paru autant en forme, dans la paix et la plénitude. Je ne trouve pas vraiment les bons mots pour rendre justice à l’ensemble de cette expérience. Je crois sans l’ombre d’un doute que c’était réel, davantage que tout ce que j’ai vécu auparavant… et de loin. Je ne pense pas avoir acquis de pouvoirs particuliers, je n’ai pas non-plus davantage d’explications aux mystères du monde, je ne connais pas l’avenir, si ce n’est que la mort n’est pas une fin mais un nouveau et généreux commencement. 

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire avec des mots ? Oui. Tenter de décrire les couleurs pures et brillantes comme je n’en avais jamais vues auparavant, les termes « éclatantes, magnifiques, pures, saillantes, apaisantes » sont insuffisants. J’ai fait malgré tout une description approximative afin de rendre justice sur le fond. Impressionnant !

Au moment de l’expérience une situation mettait-elle votre vie en danger ? Oui. Maladie, voir ci-dessus mon état au moment de l’expérience.

A quel moment de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? Environ après le premier quart de l’expérience. J’étais dans la confusion au début, pensant que c’était bizarre, me demandant ce que tout cela signifiait, ce qui se passait. Je n’ai pas eu peur, il m’a seulement fallu quelque temps pour comprendre ce que je vivais.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours ? Plus conscient et lucide que d’habitude.

Si votre niveau d’état de conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience était différent de votre état de conscience et de lucidité de tous les jours, veuillez préciser : Environ après le premier quart de l’expérience. J’étais dans la confusion au début, pensant que c’était bizarre, me demandant ce que tout cela signifiait, ce qui se passait. Je n’ai pas eu peur, il m’a seulement fallu quelque temps pour comprendre ce que je vivais.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de la vue de tous les jours (pour tous les aspects tels que clarté, champ de vision, couleurs, luminosité, degré profond de perception de la massivité/transparence des objets, etc.) ? Oui. Voir le niveau maximum de conscience.

Votre ouïe différait-elle de manière quelconque de l’audition normale (pour tous les aspects tels que clarté, capacité à identifier la source sonore, hauteur, force, etc.) ? Oui. Voir le niveau maximum de conscience.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Non

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ? Toutes étaient bonnes, par exemple la paix, l’amour, la joie et la révérence, l’environnement et l’ensemble de l’expérience étaient en effet oh combien magnifiques et remarquables.

Etes-vous passé(e) dans un espace clos ou avez-vous traversé un tunnel ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Oui

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Pendant votre expérience, avez-vous observé ou entendu quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui ait pu être vérifié par la suite ? Non

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou remarquables ? Non

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Mais pas avant d’apprendre que mon EMI n’avait duré ici qu’une minute et 14 secondes.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Que Dieu est mon père, qu’Il inspire la révérence et qu’Il nous aime inconditionnellement.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous eu connaissance d’évènements à venir ? Non

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Non

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. A chaque fois que l’opportunité se présente spontanément, de manière à ce que les gens ne se détournent pas de Dieu en pensant que ce n’était pas réel et qu’ils n’y accordent aucun crédit.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Indécis

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu (quelques jours ou semaines) : L’expérience était tout à fait réelle.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience : L’expérience était tout à fait réelle.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Il est certain que je suis davantage dans la spiritualité, j’en suis moins sûr concernant la religion, changement de vie net.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances en ont-ils reproduit une partie ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. Les questions m’ont très certainement aidé à fournir les informations orientées vers les champs spécifiques de vos recherches. Le récit de l’expérience lui-même fournit une description exhaustive, ne trouvez-vous pas ?