NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Tom S

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

On a diagnostiqué une blessure, mais il s’est avéré qu’il s’agissait d’une pneumonie. Le médecin ne m’a alors rien donné pour contrer une infection. Le temps que je consulte à nouveau pour un second avis, le poumon droit s’était effondré. Le niveau d’oxygène dans le sang était tombé très bas. Je suis allé voir ce second médecin qui m’a immédiatement envoyé à l’hôpital. J’étais presque mort. Je suis resté dans un premier hôpital pendant une semaine, juste pour qu’on me dise qu’on ne pouvait rien faire pour moi parce que mon cas était trop avancé. On m’a envoyé dans un hôpital plus grand. Pendant que ma femme faisait mon admission, les médecins m’ont posé des drains dans la poitrine afin d’évacuer le fluide du poumon (droit). On nous a dit que si cela ne fonctionnait pas, j’allais devoir subir une intervention d’urgence. Après 13 heures de drainage, l’évacuation n’était pas suffisante. On m’a opéré pendant 10 à 12 heures. On a informé ma femme et ma mère que cela se passait très mal. Les chirurgiens ont sorti le poumon droit, ils l’ont désinfecté, il l’ont regonflé et remis en place, en espérant que tout aille bien.

En unité de soins intensifs, mon taux d’oxygène ne cessait de baisser. J’ai regardé ma femme en lui disant : « Je ne me sens pas bien. », elle a répondu : « Tu plaisantes. », j’ai rétorqué : « Non, je me sens vraiment mal. ». C’est à ce moment là que j’ai vécu l’expérience. Celle-ci m’a beaucoup changé… 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Indécis. Je subissais une opération.

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. Elle a changé tout ce en quoi je croyais, principalement la religion.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Je savais ce qui se passait, j’ai entendu les alarmes se déclencher.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. Pas pour moi.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. C’était comme un boum, ou une sensation d’aspiration, la douleur a disparu au moment où je l’ai ressentie.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Non

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Oui. C’était plutôt comme l’entonnoir d’une tornade. Un sentiment d’amour en provenait.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Elle était autour de moi.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. C’est difficile à expliquer. Mon père est décédé environ un an avant, je l’ai davantage senti que je ne l’ai vu. Sa mère (ma grand-mère) était là, mais il y avait aussi des gens qui m’étaient familiers, je ne les ai toutefois pas reconnus. Je me sentais très proche d’eux.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Oui. Je pense que l’Eglise est une fumisterie. « JE CROIS » que je ne sais plus. J’ai été éduqué dans l’Eglise, mais les choses sont différentes maintenant. Quand on meure, on ressent tout ce qu’on a fait aux autres. Si mes paroles avaient blessé quelqu’un, je ressentais la douleur que l’autre personne avait éprouvée. Idem si j’avais aidé une personne ou que je l’avais rendue heureuse en étant à l’écoute, j’ai ressenti cela également. Aller à l’église ou non n’a aucune importance. Je crois que ce qui importe, c’est le genre de personne que l’on est. Avidité, égoïsme, tout ce que l’on a pensé, on le ressent.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Indécis. Je crois que oui. Lorsque je me suis réveillé aux Soins Intensifs, j’ai dit à ma femme et à ma mère que je ne voulais pas être là (être en vie). Ma mère m’a demandé ce que je voulais dire par là, je crois que j’ai fait de mon mieux pour lui expliquer. Ma femme m’a posé la question plus tard et je lui ai expliqué également. Elle en a été contrariée, mais c’est ce que je ressentais.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. Les COULEURS….. uniquement les couleurs et le sentiment d’amour.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. J’ai eu la sensation d’être là-bas longtemps. En même temps ce n’est pas exact. C’est tellement difficile à expliquer…

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Je sais que je suis ici dans un but précis, je crois qu’à un moment donné je connaissais ce but, mais plus maintenant.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Indécis. D’une certaine manière (cela paraît stupide) on m’a dit que ce n’était pas encore mon heure parce qu’il me reste encore beaucoup à faire. A l’époque, ma femme et moi avions un enfant, un garçon. Plus tard, quand j’ai obtenu une chambre semi-individuelle, ma femme m’a dit qu’elle attendait un autre enfant. La question n’est donc pas de pouvoir aller plus loin ou non, quelque chose me retenait, je devais décider de continuer ou d’arrêter là, mais pas de repartir. J’ai eu le sentiment que ce choix m’appartenait. Je crois que c’est l’amour que j’éprouve pour ma femme et mon fils qui m’a arrêté, je me suis en effet mis à penser à eux.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Indécis. Dans un sens, je ne voulais pas revenir vers toute cette souffrance mais il le fallait. Je le DEVAIS parce qu’à ce moment là, je savais dans quel but j’allais revenir. Pendant toutes ces années j’ai tenté de m’en souvenir, mais je n’y parviens pas.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Après avoir quitté l’hôpital j’ai entendu des voix dans ma tête…j’ai vraiment cru que je devenais fou. Elles étaient fortes et je ne parvenais pas à m’en débarrasser. Je ne faisais que m’isoler. J’avais de violents maux de tête. Ils empiraient lors des moments émotionnellement chargés. J’en suis arrivé au point de ne pas pouvoir faire mes courses de Noël. Ce fut le pire moment pour moi. Les rassemblements familiaux étaient exclus. C’est quelque chose qu’on ne peut pas arrêter. Je vais mieux maintenant parce que j’ai appris à les ignorer. Mais c’est parfois  très proche. Je m’en suis amusé un moment, mais après quelque temps cela m’a contrarié. Je commençais à avoir mal à la tête. J’ai dit à un ami des choses le concernant, je n’avais aucun moyen de les connaître. Cela lui a vraiment fait peur parce que c’était exact. Il m’a dit qu’il n’en avait jamais parlé à quiconque auparavant, pas même à sa femme. Mais j’avais raison. Des petites choses de ce genre.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Absolument, ma femme dit qu’elle a l’impression que je suis quelqu’un d’autre. Je me fichais des autres, de ce qu’ils pensaient. Je me fichais de tout, je vivais ma vie mais rien n’avait d’importance. Ma femme ne comptait pas, ni ma famille, j’étais une très mauvaise personne.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Les relations…les gens m’appellent, pour avoir mon avis. Ça rend ma femme furieuse parfois. Les gens écoutent ce que j’ai à dire.

La vie quotidienne… ma vision entière est meilleure. Je m’en sors mieux avec les gens.

La religion… je pense que c’est une fumisterie. Aller ou non dans un bâtiment n’a aucune importance, ce qui importe c’est le genre de personne que l’on est.

La carrière…aucun changement. Je conduis toujours un semi-remorque.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. On m’a dit que je suis quelqu’un de meilleur maintenant.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Indécis. J’ai essayé, mais c’est tellement difficile. Les gens voudraient comprendre mais ils n’y parviennent pas. Ils veulent en savoir plus mais c’est difficile pour moi de leur expliquer. Parfois je deviens émotif et c’est encore plus difficile pour moi.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Elles sont trop nombreuses pour les énumérer toutes. J’en ai éprouvé beaucoup, je pense que ma femme a cru que je devenais fou. Je ressentais surtout de la confusion.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La PIRE : j’ai dû retourner dans ce corps empli de douleur. J’ai souffert d’une façon que je ne pourrai jamais exprimer. La MEILLEURE : j’ai observé mon propre changement. Généralement en positif, mais aussi un peu en négatif.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Je ne comprends tout simplement pas tout. J’aimerais pouvoir y retourner, le revivre. Je n’ai jamais rien ressenti de tel de toute ma vie. Je sais que je ne dois pas me faire quoi que ce soit pour retourner là-bas.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non. IMPOSSIBLE.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. Du mieux possible, mais c’est difficile à croire pour les autres. Certains pensent que j’ai perdu l’esprit.

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire : Je me demande s’il existe un endroit sur ce site où je pourrais parler avec d’autres personnes qui ont vécu cela. C’est dur de garder cela pour soi tout le temps. Je peux le raconter aux autres, mais cela ne m’aide pas. J’aimerais trouver des gens qui comprennent vraiment. Pourriez-vous m’y aider. Merci.