NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Terry E

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Le 23 septembre 1970, j’ai eu un accouchement difficile pour notre première fille. Je n’avais que 19 ans, une faible constitution et le bébé pesait plus de 3,5 Kg. Après de nombreuses heures de travail, le médecin a finalement pratiqué une césarienne pour l’extraire. On m’a dit plus tard que j’avais fait une hémorragie sur la table d’opération, les médecins ont « failli me perdre ». Pourtant ce n’est pas à ce moment là que j’ai vécu mon EMI, mais 10 jours plus tard.

J’étais chez moi avec ma famille (ma mère, ma sœur et mon père), mon mari faisait en effet partie de l’armée de l’air et il était en mission de formation à plusieurs Etats de distance. J’ai subi un premier choc anaphylactique, les médecins ont supposé qu’il était dû à une réaction tardive aux substances administrées au cours de l’accouchement. Ma mère et ma sœur m’ont amenée à l’hôpital (le service des Urgences n’existait pas à l’époque), j’ai été déclarée cliniquement morte à l’arrivée. Je me souviens d’avoir été brancardée dans la salle d’urgences, de m’être retrouvée dans l’angle supérieur de la pièce, me regardant sur la table en dessous. Mon corps avait les yeux ouverts, braqués vers le haut, mais le regard vide. J’avais suffisamment regardé la TV pour comprendre que j’étais « morte ». Je me rappelle également avoir vu ma mère et ma sœur de l’autre côté de la salle d’urgence, elles essayaient de regarder à travers la petite lucarne de la porte (je leur ai dit que je les avais vues, j’ai pu décrire l’endroit où elles se trouvaient, leur apparence et ce qu’elles avaient dit. Elles ne m’ont pas crue… ma sœur m’a répondu : « Mais tu étais morte. Nous t’avons vue ! ». Donc après leur réaction, je n’en ai plus parlé à personne pendant de nombreuses années.).

Même si c’est arrivé presque 34 ans auparavant, je m’en souviens toujours nettement. Je n’ai pas vu de tunnel, au lieu de cela, j’ai été enveloppée par une magnifique lumière d’amour, j’ai compris que j’étais assise sur les genoux de Jésus, comme un enfant. C’est un sentiment d’amour inconditionnel, ce qui s’en approche le plus c’est l’amour qui m’envahissait quand je tenais ma toute petite fille dans les bras… mais même cela n’est pas comparable. Je n’ai pas revu ma vie. Au lieu de cela, Jésus et moi avons eu une conversation stupéfiante, au cours de celle-ci il a patiemment répondu à toutes mes questions. Je me rappelle clairement de l’une d’elles : je venais de suivre un cours d’arithmétique épuisant, j’avais réussi toutes les épreuves à l’examen final, sauf une… je voulais connaître la réponse à cette question. Jésus a ri, puis il m’a donné la réponse, pas en paroles mais avec un « savoir » qui contenait non seulement l’élément de cette question, mais aussi une compréhension totale de tous les aspects relatifs au problème.IL a un merveilleux sens de l’humour, j’ai nettement l’impression qu’IL nous apprécie, nous les humains, à la façon d’un père qui s’amuse de voir les petites ennuis dans lesquels ses enfants se plongent eux-mêmes.

On m’a permis d’avoir un savoir et une compréhension complets. Et je me souviens que la connaissance m’a atteinte avec une netteté absolue, j’ai pensé : « Bien sûr ! C’est tellement évident. Pourquoi passons-nous tous à côté ? ». Même si je n’ai pas été autorisée à conserver tout le savoir qui m’a été communiqué, on m’a permis de garder deux éléments :

1)    En réponse à ma question : parmi les religions du monde, quelle-est la « véritable » religion, Il m’a répondu : « Les hommes viennent à moi par de nombreux chemins. » et j’ai eu la compréhension totale de la réponse qui est plus large que ce que les mots transmettent. Le point important n’est pas la religion, mais la foi.

 

2)    En réponse à ma question sur la raison de notre présence ici, IL a répondu : « Pour vous aimer les uns les autres. ». A nouveau la compréhension et le sens de SA réponse est tellement plus vaste que les paroles. Nous faisons tous partie de LUI, en nous aimant les uns les autres (et nous-mêmes), en fait c’est LUI que nous aimons.

Après ce qui a semblé des heures, mais qui n’a en fait duré que 7 minutes selon le dossier de l’hôpital, IL m’a demandé si j’aimerais repartir. J’ai eu le sentiment qu’il connaissait déjà la réponse mais demandait par politesse. Je LUI ai répondu que je voulais rester ici, élever ma fille. Il a dit : « Comme tu veux. », à l’instant même j’étais de retour dans mon corps. J’ai senti les aiguilles dans mon corps, la douleur aussi, j’ai entendu le médecin dire : « Je pense qu’elle est revenue. ».

J’ai eu une seconde fille depuis, notre quatrième petit-enfant est attendu pour septembre. Je sais que mon dessein ici consiste à être une mère/grand-mère et que ce rôle est tenu en grande estime par DIEU. Je prends cette responsabilité très au sérieux… et je rie beaucoup ! 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. Nos mots sont inadéquats.

Au moment de l’expérience une situation mettait-elle votre vie en danger ? Oui. Choc anaphylactique suite à l’accouchement.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Physiquement, j’étais cliniquement morte. Spirituellement, j’étais davantage consciente que je l’ai été avant ou depuis.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? NON

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Non

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Je ne l’ai pas vue, elle m’a enveloppée.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. NOTRE SEIGNEUR.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ? Oui. J’ai vu les médecins, les infirmières, ma famille.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Indécise. Modification ? Il n’y avait plutôt ni temps ni espace.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. On m’a accordé des rêves, toujours pour des grossesses, on me montrait les bébés. Tous ces rêves étaient exacts.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Indécise

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. A ma famille proche et mes enfants quand ils sont devenus adultes. Mon mari a mis des années avant de me croire. Mes deux filles m’ont crue.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui