NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Silvia C

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Tout a commencé alors que j’étais chez un ami, j’ai tout à coup éprouvé un violent mal de tête et j’ai eu la nausée. J’ai porté les mains à la tête, mais la douleur était insupportable. Je me suis écroulée sur le sol en gémissant : « Ma tête, ma tête. ». Puis ce fut le noir. J’étais dans le coma, on m’a emmenée aux Urgences à l’hôpital, puis à Bergen en hélicoptère. Mes paramètres vitaux étaient très faibles, on ne savait que faire, s’il fallait m’opérer ou non, que sais-je ! Finalement, on a décidé de m’opérer. Selon mon mari et les chirurgiens, je suis restée là-bas cinq jours, totalement inconsciente. Durant ces cinq jours je ne me suis pas réveillée, je n’ai rien dit, je n’ai pas même bougé. J’étais quasiment morte.

J’ai demandé si quelqu’un m’avait vu ouvrir les yeux ou bouger au cours de ces cinq jours. Tout le monde s’accorde à répondre non. Le pronostic médical prévoyait que je n’allais pas survivre. Il y avait davantage de probabilité pour moi de mourir que de survivre, à tel enseigne que, conseillé par le chirurgien,  mon mari a appelé ma fille en Espagne afin qu’elle vienne me voir avant que je ne meure. Mon état était critique.

Dans mon expérience, je me suis réveillée quatre fois ; les trois premières au milieu d’une lumière intense/aveuglante. Je n’ai vu personne, seulement la lumière. Mon corps n’existait plus. Il y avait la lumière, mes yeux, mon esprit, rien d’autre. Cette lumière était à peine tolérable, trop intense. En même temps je n’éprouvais absolument aucune douleur, ni aucune préoccupation. J’étais heureuse d’être là, mais la lumière me blessait les yeux, elle était trop forte. J’ai pensé que je faisais un cauchemar, mais en réalité je ne dormais pas, j’étais en fait dans le coma et pourtant je pensais. Je me disais donc : « Tu fais un cauchemar Silvia, ferme les yeux et tu vas te rendormir. Quand tu te réveilleras tu seras chez toi. ». J’ai donc fermé les yeux, ceux de mon esprit, car les vrais étaient totalement clos, en plein sommeil.

Ceci s’est produit trois fois consécutives. La quatrième, la même chose est arrivée. Je me suis réveillée dans la lumière et là j’ai remarqué que c’était comme si je flottais en l’air, mais je n’étais que mes yeux et mon esprit… Mon corps n’existait plus ou bien je n’étais pas en mesure de le voir. Cette fois il y avait des gens derrière la lumière. Ils étaient nombreux, allant et venant comme s’ils se promenaient. Un profond sentiment de sérénité m’a envahie, du bonheur, du réconfort… on se sent en plein état de grâce, c’est une sensation merveilleuse. J’ignore combien de temps je suis restée là-bas, observant les gens. Tout à coup, j’ai reconnu quelqu’un, c’était mon mari qui marchait en compagnie d’autres personnes, quelle coïncidence ! Il se retourne et me remarque, lève les bras, me salue et marche vers moi…ensuite je retombe dans l’obscurité totale (comme si j’avais été extraite), ENFIN J’OUVRE LES YEUX SUR LA VIE…

Lorsque je me suis réveillée, je ne savais pas où j’étais, ni ce qui m’était arrivé. Il y avait des machines partout et de nombreux tuyaux étaient reliés à mon corps. Une infirmière s’est mise à me parler, mais il m’était difficile de comprendre. Elle a appelé quelqu’un pour traduire. Elle a réclamé mon mari qui dormait dans la pièce adjacente aux Soins Intensifs.

J’ai posé la question à tout le monde et il en ressort que je ne me suis jamais réveillée, je suis restée tout le temps dans le coma, j’ignore dans quelle mesure. Mon mari m’a à peine vue, il était dans la pièce contigüe aux Soins Intensifs. Il affirme qu’il a été appelé immédiatement lorsque j’ai repris connaissance. Pendant le coma, des infirmières et des médecins étaient en permanence auprès de moi.

Selon le neurochirurgien, le fait que j’aie survécu EST UN MIRACLE ; sur la base des examens on pensait que je n’allais pas survivre, ou que j’allais terriblement souffrir.

Après le coma, j’ai vécu des expériences bizarres ; je voyais des ombres passer (je ne peux affirmer qu’il s’agissait de fantômes, je ne voyais que des ombres en mouvement). Au début j’en ai eu peur, mais après quelque temps j’ai réalisé que mon regard devait être plus rapide qu’elles et les fixer, de cette manière elles disparaissaient.

En fait elles ont disparu après un certain temps. Quand j’ai expliqué cela à mon mari, il m’a répondu que j’avais l’imagination fertile. C’est tout à fait possible ; Il est probable que lorsqu’on est dans le coma on peut rêver… Mais je crois que si la plupart des gens voient la lumière ou sont dans la lumière, il s’agit d’autre chose qu’une coïncidence ; Je ne pense pas que le même rêve soit programmé dans chacun de nos cerveaux. Je sais qu’il n’existe aucune explication logique à cela. Maintenant je peux le dire sans crainte d’être considérée comme folle ; celui qui penserait ainsi ne ferait qu’ignorer les secrets du monde et de l’humanité. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Oui. Je ne sais pas quels traitements m’ont été administrés, mais j’avais une hémorragie au cerveau.

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. Je l’ai tout d’abord décrite à mon mari. Il m’a regardée comme si j’étais folle…Imaginez si je l’avais raconté à d’autres !

Au moment de l’expérience une situation mettait-elle votre vie en danger ? Indécise. Je suis restée cinq jours dans le coma, je sais que mon état était critique.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Nul

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. J’ai tenté avec insistance de me convaincre qu’il ne s’agissait que d’un rêve, je me suis ordonné de me rendormir (dans la partie consciente de mon inconscience).

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Mon corps n’existait plus, mais à aucune étape je n’ai vu mon corps séparé de ma conscience. Lorsque j’étais dans la lumière, seuls mes yeux et ma capacité à réfléchir existaient.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Non

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Oui

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Dans l’autre rue. Je ne suis pas entrée en contact avec eux, ils faisaient des choses ; allant et venant, riant, bavardant, mais ils ne se sont pas adressés à moi.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ? Non

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Indécise. La lumière. Il n’y a aucune limite… c’est ici, là-bas, partout. C’est un tout.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Non

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. Chaque fois que je me réveillais, je me répétais que je devais rentrer chez moi, je voulais y retourner… mais je crois vraiment que c’est mon mari qui m’a ramenée. Si je ne l’avais pas rencontré, il est tout à fait probable que je ne serais pas revenue. Je crois qu’il m’a retrouvée et qu’il m’a ramenée. C’est mon opinion.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. On cesse d’avoir peur de la mort ; c’est comme si on vous enseignait qu’il n’y a rien à craindre. Dans l’au-delà on ne sera pas seul, nombreux sont ceux qui nous rejoindront.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Avant mon EMI, j’étais douée pour épargner ; maintenant j’essaie de profiter de la vie… et j’enseigne cela à mes proches…

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. La plupart étaient sceptiques, d’autres non. Celles qui ne l’étaient pas m’ont conseillé d’entreprendre des recherches sur internet afin de trouver des réponses ; j’ignore si leur vie a été influencée. On dit qu’on apprend de ses propres expériences.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure a été le sentiment de paix et de bonheur  qui représente tout ce qu’on désire dans la vie. La pire est de ne pas savoir exactement ce qui s’est passé, de rester dans l’incapacité de fournir une explication logique… C’était un rêve, un cauchemar… c’était QUOI ?

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances en ont-ils reproduit une partie ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui, je le crois. Dans mon cas, les questions posées ont suffi pour que j’explique mon expérience.