NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Sherry G

PRÉLIMINAIRES À L’EMI 
Expérience de mort imminente



PRÉLIMINAIRES À L’EMI 

La rue Rugie était une rue ordinaire comme toutes celles de San Jose  (Californie), à l’exception que c’était la rue où mon père et moi avions l’habitude de courser. Ce n’était pas loin du Junior High School non plus. Et, même si j’avais bien des rêves comme tous les enfants en ont, mon vrai rêve était de devenir une athlète de classe internationale. Une gymnaste, une étoile de la course, voire une culturiste, c’était sans importance à l’époque. Je savais que je voulais faire de la compétition athlétique. Mon père le savait aussi et c’est pourquoi nous coursions sur la rue Rugie; il me poussait à me développer physiquement et il supportait mon vrai rêve de la seule façon qu’il connaissait. Il m’encourageait dans tout ce que je faisais. Il a même rédigé la plupart des discours de mes récitals d’élocution et me coachait pendant que je récitais – c’était l’un des autres buts de ma jeunesse. À 12 ans, mes aptitudes pour l’élocution se développaient parallèlement à mon entraînement athlétique.

Lorsque sa mère est morte cette année-là, j’ai perdu son aide. Je l’ai perdu, lui aussi. Je ne sais pas pourquoi. Était-ce à cause de la façon dont elle avait souffert de son cancer du poumon? Était-ce parce que cela l’obligeait à réfléchir sur sa propre vie? Je l’aimais, elle aussi. Elle était mon amie et ma grand-mère. La sagesse rétrospective n’est jamais gratifiante et ne fait pas de différence. Notre vie familiale a piqué du nez et, à quelques mois d’intervalle, mes parents ont divorcé. J’ai perdu mon père et ma grand-mère durant la même année. Je n’ai plus coursé sur la rue Rugie.

Mes espoirs et mes rêves se sont envolés. La perte de ma grand-mère et le divorce de mes parents créèrent un vide et une maladie en moi que je ne pourrais pas corriger avant plusieurs années. Je pensais que tout cela avait quelque chose à voir avec moi. Alors, afin d’être capable de faire face à ma douleur, à ma solitude et à ma propre disqualification, j’ai trouvé compensation dans la nourriture. Extérieurement je me battais toujours avec les vieux besoins d’être acceptée et aimée, de réaliser mes rêves, d’être appréciée et considérée comme athlétique, d’être belle et populaire comme les autres filles – la voie de la perfection. Intérieurement, je me détruisais en me qualifiant de grosse et laide. J’ai rapidement pris du poids avec les années car je me servais de la nourriture pour pallier la douleur et la tristesse que je ressentais.

À 15 ans, je pensais avoir trouvé la solution qui me permettrait de réaliser partiellement l’apparence que je recherchais. J’ai rencontré une copine au travail qui aimait la nourriture tout autant que moi. Elle me dit : « Nous pouvons manger autant que nous voulons et le vomir après. » C’est ainsi que commencèrent mes années de boulimie. Je rêvais d’être comme tout le monde et je souhaitais de tout mon cœur pouvoir manger tout ce que je voulais, comme tant de filles que je connaissais. Il semblait que si vous étiez jolie et mince, vous pouviez attirer tous les beaux gars et trouver le bonheur total.

À 18 ans, j’ai rencontré celui qui allait devenir mon conjoint. Un athlète, un culturiste acharné qui paraissait bien avec qui je passerais les dix prochaines années de ma vie à essayer d’atteindre le niveau de perfection qu’il croyait que je devais avoir. Il n’était pas très enclin à me guider pour me montrer la bonne façon d’atteindre ce but. Il me disait que je devrais déjà y être. À 21 ans, mon conjoint fut transféré en Allemagne pour un séjour militaire. C’est là qu’a débuté mon désir d’acquérir un statut; le coach de l’équipe militaire d’haltérophilie me demanda si un training m’intéresserait. Je lui ai répondu : « Et comment! J’ai toujours voulu apprendre, mais mon mari s’attend à ce que je sache tout sans training. » Pendant les quelques années qui suivirent, j’ai occupé mon temps avec l’équipe d’haltérophilie de la base et le bébé que j’ai eu.

Après la naissance du bébé, mes habitudes alimentaires n’avaient toujours pas changé. Je vivais la même confusion entre ce que je voyais de moi à l’extérieur et ce que ressentais à l’intérieur. L’ultimatum que m’avait donné mon mari (faire en sorte que mon embonpoint disparaisse en trois mois ou il me quittait) ne m’aidait pas; je me suis battue avec ça pendant plusieurs années jusqu’à ce que je me retrouve enceinte d’un deuxième enfant et en instance de divorce. C’est pendant que j’étais enceinte de mon fils que j’ai décidé de réaliser mon rêve. Je ne comprenais pas que le premier pas à franchir consistait à me demander pour qui je faisais ça (pour moi-même ou pour la société?). Je me suis donc entourée de personnes que je croyais capables de m’aider à atteindre ce statut. Je voulais tellement qu’on m’aime et qu’on me trouve belle que j’étais prête à faire tout ce qu’il faut pour arriver à ce niveau de perfection. Le problème, c’est que je ne questionnais pas mes valeurs, de sorte que si quelqu’un me disait « saute », je répondais « à quelle hauteur? » Je cherchais des réponses dans ce que tous les autres considéraient comme réel.

On me disait que seules les drogues et les stéroïdes pouvaient me conduire à ce niveau; j’ai cru ce qu’on m’a dit. Je n’avais jamais expérimenté les drogues et les stéroïdes avant; j’ai accepté ce qu’on me suggérait. Je ne réalisais pas qu’ils n’en savaient pas plus que moi. C’était une question d’ego. Alors, j’ai gonflé et je suis devenue plus grosse; tout ce que je voulais, c’était pourtant d’être belle et mince pour qu’ensuite, on m’aime. Il semblait impossible d’atteindre ce niveau de perfection.

On me proposa alors une drogue avec laquelle il serait facile de ne jamais manger si je le voulais. Dès lors, j’introduisis la Méthamphétamine dans ma vie et j’avançai dans ma quête de perfection en ne mangeant plus du tout. J’allais atteindre cette parfaite forme physique! Cette période de ma vie m’a fait comprendre comment les gens se perçoivent les uns les autres, selon ce qu’ils voient avec leurs yeux. J’avais mordu à l’hameçon! Ma perception et la réalité de la vie étaient déformées parce que je vivais selon la vision du monde au lieu de la mienne. J’étais si obsédée par la minceur, que j’ai complètement cessé de manger. Ce jeu devint de plus en plus difficile à maintenir. Tout ce que je pouvais voir dans le miroir c’était la graisse alors qu’en réalité, tout ce que le monde voyait c’était que je disparaissais. Je ne pourrais jamais être assez mince.

Je me souviens d’une fois où ma mère, qui ne m’avait pas vue depuis trois mois, a commencé à pleurer amèrement! Elle me dit : « Sherry Marie, tu es devenue un squelette! Qu’est-ce que tu es en train de te faire? Qu’est-ce qui t’arrive? » Je suis devenue très en colère et je lui ai dit qu’elle ne savait pas de quoi elle parlait.

C’est à cette époque-là, que j’ai décidé de déménager à Las Vegas (Nevada). J’étais certaine que là-bas on me découvrirait et que j’allais devenir célèbre. Jusque-à, j’avais eu l’occasion de faire de la compétition et d’être photographiée pour des magazines, mais à chaque fois que j’atteignais mon but, je le perdais aussitôt. Je me sentais vide. Ma passion pour la vie commença à se dissoudre dans une noirceur dont je ne pouvais plus m’extirper. Je suis devenue très malade; ma tolérance envers les irritations quotidiennes devint de plus en plus difficile à gérer. Mes enfants ne comprenaient pas ce que je traversais et qu’à chaque fois que je me regardais dans le miroir, je voyais l’image d’une grosse femme. J’avais franchi la limite vitale et je suppliais pour qu’on me fasse mourir. « Que se passe-t-il? Mais qu’est-ce que c’est que ce monde? Pourquoi sommes-nous ici? Le bonheur existe-t-il? Je déteste la vie! Les gens sont là pour se détruire les uns les autres! », voilà le dialogue qui tournait dans ma tête.

Des expériences et des événements commencèrent à se produire, et tout ce que je peux faire aujourd’hui, c’est de les partager avec vous. Ces événements et expériences étaient très réelles et m’ont ouverte à la raison de notre présence ici. J’ai déjà mentionné que je ne voulais plus vivre. Je ne pouvais plus supporter d’être en présence d’une autre personne.  Je ne pouvais même pas endurer le son de la voix de ma propre fille. Dans ce temps-là, je quittais rarement la maison et les fenêtres et les rideaux restaient fermés.

Puis vint le moment de quitter la maison parce que je devais absolument le faire. Les enfants avaient besoin de nourriture, entre autres. J’ai commencé à vivre des expériences que je me permets de relater ici. Peu importe où je me trouvais, à l’épicerie, au garage ou au gymnase, il y avait toujours quelqu’un qui venait me dire que Dieu leur avait demandé de me parler. Cela arrivait si souvent, que je pensais que j’allais devenir folle. Je suppliais Dieu encore plus souvent de me tuer.

Peu de temps après, j’ai commencé à recevoir la visite d’esprits. Comment décrire cela autrement qu’en disant la vérité! Un de mes meilleurs amis était décédé d’une overdose l’année précédente. Scott était très près de mes enfants et moi, mais il avait commencé à fuir la douleur du monde avec la drogue. L’esprit de Scott m’exhortait afin qu’il ne m’arrive pas la même chose qu’à lui. Il parlait de ma beauté intérieure et d’amour envers le monde. Il me disait que j’avais beaucoup à partager avec le monde.

Peu après, un autre esprit me visita pour partager la même sagesse. J’étais  ici pour une raison. Je ne pouvais pas lâcher! Cet esprit avait été autrefois une puissante figure du monde physique, mais elle avait été, elle aussi, confrontée à sa propre pulsion auto-destructive. Il s’agissait de Marilyn Monroe. Là, il se peut que vous vous demandiez : « Comment est-ce possible? » Je vous dis que c’est vrai. Je ne peux partager avec vous que la réalité de mon expérience et ses effets sur moi. L’influence spirituelle de Marilyn était si intense, qu’elle me visita à toute heure du jour pendant les semaines qui précédèrent mon EMI. Peu importe l’endroit où je me trouvais, elle parlait par le biais de la télévision, dans la cuisine, dans l’escalier, dans ma chambre. J’ouvrais la télévision et voilà qu’on présentait un documentaire sur sa vie.

Marilyn partageait sa sagesse vis-à-vis de la vie avec moi. Elle me disait que ma vie ressemblait beaucoup à la sienne. Elle me disait qu’elle avait aussi cherché l’amour et l’acceptation dans le regard du monde. Elle avait aussi vécu l’ombre en s’entourant de personnages puissants de Las Vegas et d’autres endroits du monde; l’ombre du monde de la renommée que la beauté peut procurer par le biais d’hommes de pouvoir. Pendant ces quelques semaines, les messages de Marilyn ont porté sur la voie de la sagesse et de l’amour, seule issue valable. Elle me conseilla de toujours m’accrocher à l’amour, de ne jamais oublier l’amour, celui-ci étant est la seule voie pour la survie de l’humanité. Elle m’encourageait à éviter de vivre la même chose qu’elle pendant que j’en avais encore la chance. Elle m’a dit que Joe Dimaggio avait été l’amour de sa vie pendant son expérience humaine. Elle partageait son amour avec moi, encore et encore.

Je suis certaine qu’il y aura beaucoup à dire au sujet de ce que je viens de raconter. Et, je peux vous dire qu’à ce moment-là, je pensais que j’étais en train de devenir folle.

Les événements qui suivent se sont produits deux semaines avant l’EMI, et c’est ce qu’il y a de plus cher à mon cœur. Il se peut que vous ne compreniez pas, mais c’est correct. Je sais ce qui fait partie de moi. C’était le dimanche du Super Bowl 1997. J’avais passé beaucoup de temps à inviter des gens très influents de New York. Ils venaient à Las Vegas et je sortais avec eux pour dîner ou simplement les accompagner.

L’un des hommes du groupe, de passage pour ce week-end, m’invita à visiter son penthouse; il voulait me parler. Lorsque je suis arrivée chez lui, il a ouvert la porte et m’a demandé de m’asseoir. Il m’a regardée droit dans les yeux pendant quelques minutes et cela m’incommoda. Puis, il a dit : « Sherry, on voit dans tes yeux à quel point tu aimes et tu te préoccupes des autres, mais tu es une petite fille apeurée. Tu ne sais même pas qui tu es, pas vrai? Tu es une brillante étoile! Tu cherches la renommée et la fortune dans le monde, mais, si tu ne peux pas te tenir la tête haute et dire ‘je me fous de ce que le monde pense!’, tu ne seras jamais une étoile, tu ne seras jamais quoi que ce soit, si tu es toujours préoccupée par ce que les gens pensent! Sois toi-même! » J’ai regardé cet homme dans les yeux et j’aurais pu jurer que c’était les yeux de Dieu. La seule réponse que j’ai trouvé deux semaines plus tard fut l’autodestruction.

Expérience de mort imminente

Le 13 février 1997, on me tirait du sommeil, on me donnait une seconde chance. J’ai quasiment perdu la vie à cause de la boulimie, de l’anorexie et la drogue à travers une expérience que vous appelez expérience de mort imminente. Comme à tous ceux qui racontent des histoires similaires, on m’a montré et dit qu’on me donnait une seconde chance de terminer ma tâche. J’ai reçu un cadeau. Il n’y a pas de mots pour exprimer ma gratitude pour la chance de partager cette histoire avec vous. J’espère que mon message atteindra les personnes qui ont le plus besoin de l’entendre.

J’avais trouvé l’AMOUR! J’observais mon esprit quitter mon corps et se libérer du monde de la chair. Je pouvais me voir passer au travers d’un tunnel de lumière qui représentait la liberté – c’est difficile à décrire en termes physiques. Tout était simultané, l’amour, la liberté, la libération et l’unité de tout ce que nous sommes. J’étais tout à coup en présence de puissants esprits et de beaucoup d’amour. Ces esprits me réconfortaient et me préparaient à ce qui allait suivre. Leur amour était d’une totale sérénité.

Une source divine entra en communication avec moi - une communication puissante. Cela ressemblait à la communication que nous avons entre nous, mais plus puissante. C’était un savoir acquis par télépathie. Je pouvais tout entendre à travers mes sens. C’était des esprits qui avaient été présents physiquement dans ma vie et qui étant décédés avant moi m’offraient leur réconfort et leur amour; il y avait aussi un groupe de guides et d’instructeurs qui m’avaient aidée à compléter mon voyage et ma tâche sur cette planète.

Soudain, la source d’énergie et d’amour la plus impressionnante me dit que j’avais encore beaucoup à faire sur terre, que je n’avais pas encore terminé ma tâche et qu’on me donnait le choix entre la destruction ou la mission. Ensuite, on me montra ce que j’appelle aujourd’hui le défilement de ma vie : tout ce que j’avais expérimenté dans ma vie humaine jusqu’à ce moment-là. J’interprète cela maintenant comme le « jugement » dont il est question dans la Bible, mais il n’y a pas ce souffre et ce feu si terribles de la Bible, il s’agit plutôt d’un auto-jugement. C’est revivre tous vos choix, l’amour, la haine, la colère et l’affliction projetés sur les autres. À la différence que, ces moments où vous avez fait souffrir les autres, vous les revivez comme si vous étiez dans leurs chaussures. Vous ressentez la souffrance à travers leurs yeux.

Puis, on m’a dit que j’avais le choix entre rester ou alors, retourner terminer ma tâche. Cette tâche comportait une grande mission. C’était une bénédiction, semble-t-il, que de voir ce qui m’attendait. Alors, j’ai regardé ce futur défiler devant mes yeux comme un film ou un conte de fée où tous les vœux de la princesse lui sont accordés. On m’a dit que j’allais être un leader, une guérisseuse, envoyée sur terre pour aider les autres à vivre. On me montra le film d’une femme venue sur terre pour aider les gens à manifester leur grandeur individuelle. Elle deviendrait très connue par le truchement du cinéma, de la télévision, de la publicité et de la mode, et allait transformer la manière dont le monde regardait les femmes via les industries du conditionnement physique et de la mode. 

Je voyagerais dans différents pays pour conscientiser les femmes et les aider à découvrir leur propre divinité. Ma plus grande réalisation consisterait à ouvrir des centres de guérison pour femmes et enfants et à ouvrir des fondations humanitaires pour les sans-abri et les gens coincés dans la tragédie ou le besoin. Je m’adresserais à des grands regroupements partout dans le monde sur des sujets tels que l’anorexie, la boulimie, l’abus des drogues, la sobriété et je leur ferais découvrir le pouvoir unique qui est en eux.

L’épisode qu’on m’a montré par la suite se rapportait à un homme qui avait fait partie de ma période de noirceur. Son nom était Phil. On m’a dit que je partagerais avec Phil des tâches qui se présenteraient dans sa propre vie. On me donnait le choix entre la destruction et la lumière. On a donné à Phil le même choix, ici, sur le plan physique. Lorsque j’ai parlé à Phil de son avenir, il ne l’a pas pris!

On m’a montré la raison de notre présence à tous ici. Nous sommes ici pour vivre l’expérience humaine. On me dit aussi qu’en matière de religion, nous espérions tous que notre religion soit la bonne. Nous ne sommes pas ici pour nous tuer les uns les autres. Nous sommes ici pour nous entraider et nous élever à un niveau d’amour supérieur. On m’a dit que je laisserais une impression si marquante que le monde ne l’oublierait jamais. Toute ma vie on m’a enseigné que le péché et Satan allaient me capturer si je faisais quelque chose de mal. Alors qu’en réalité, le péché et Satan sont notre propre création. Nous sommes l’essence de Dieu. Nous sommes Dieu créant Dieu. « Vous êtes des Dieux. » Dieu vit en nous et à travers nous. C’est ce qu’on appelle le libre arbitre; le plus grand don que nous avons reçu consiste à créer notre propre réalité. [Nous venons] expérimenter la version la plus extraordinaire, la plus formidable de nous-mêmes.

« Enseigne au monde le jeu, apprends-leur à redécouvrir l’enfant en eux, apprends aux jeunes à développer l’amour mutuel et leur grandeur à l’unisson. » J’ai alors choisi d’essayer à nouveau. Le retour de mon esprit dans mon corps est la dernière chose qui s’est produite. On m’a dit : « Tu dois aider les gens à comprendre qu’ils doivent se donner gratuitement sans attente et aimer tout ce qui est! »

Lorsque je suis revenue, mon entourage ne me comprenait pas et ne voulait pas saisir la connexion que nous avons les uns avec les autres. Phil me traitait de folle et m’appelait « Scary Sherry ». On m’avait dit qu’il me quitterait mais qu’il me reviendrait un jour. Un mois avant un procès de Phil à la cour, je lui ai décrit ce qui allait se passer. Devinez quoi? Il est arrivé ce qui avait été prédit, et Phil s’est mis à avoir encore plus peur de moi.

Même si c’était pénible, je prenais la responsabilité de mes actes et de moi-même. J’ai perdu mes cheveux; je suis passée de 100 à 187 livres sur le pèse-personne. Je ne réalisais pas que les prédictions n’allaient pas se réaliser en un seul jour. Je croyais sincèrement que si je revenais, la promesse que Dieu m’avait faite allait s’accomplir ce jour-là. Les gens me désertaient, riaient de moi et disaient que j’étais folle. J’en ressentais de la peine, mais j’avais reçu une bénédiction que personne ni aucune chose ne pouvait m’enlever. Alors, j’ai décidé de lâcher prise. Comment pouvais-je lâcher prise alors que je vivais le contraire de ce qu’on m’avait promis durant mon expérience? J’étais soudainement revenue, j’avais perdu toutes mes possessions, mes cheveux tombaient à cause de la malnutrition, j’avais pris près de 90 livres en deux mois et j’étais à la rue car ma famille et mes amis avaient décrété : « t’as fais ton lit, dors dedans. » Je n’aimais ni ce que je voyais ni ce que je ressentais.

L’absolue béatitude que j’ai expérimentée par la suite vint d’un sentiment d’unité avec tout ce qui est. Vous voyez, l’énergie négative qu’on éprouve dans ce monde avait été éliminée à l’intérieur de la lumière. J’étais remplie d’amour. Comment décrire ce sentiment? Cela ressemble un peu au film The Highlander. Je suis tout. Je sais tout, je suis une avec tout. Avec mon retour vint l’expérience du mysticisme. La grâce d’être en fusion avec l’être suprême. Qu’est-ce que le mysticisme? Ce sont les événements qui se produisent dans notre vie et que nous ne pouvons pas facilement expliquer. Ce pourrait être quelque chose d’aussi simple qu’une personne que nous rencontrons et qui s’adresse à nous comme si c’était Dieu qui parlait à travers elle.

Je vais parler d’un événement qui s’est passé six semaines après mon retour. Je participais à un événement en athlétisme à Pal Springs. Il ne me restait presque plus d’argent mais je voulais y participer quand même. Le promoteur me donna vingt dollars pour mon essence afin que je retourne à Las Vegas. Sur le bord de la route, j’ai demandé à un homme de m’indiquer la route vers Las Vegas. Il me dit de prendre l’autoroute 10 en direction de Las Vegas.

Tout ça était encore nouveau pour moi à ce moment-là; dans un sens j’étais comme un nouveau-né. J’ai conduit pour un bon moment, perdue dans mes pensées, lorsque j’ai vu un panneau de signalisation indiquant l’Arizona! J’ai vérifié le niveau d’essence – le réservoir était presque vide. Je savais que je n’avais pas un sous dans mon compte de banque et je me demandais ce que j’allais faire. Je me suis arrêtée à une station service juste pour essayer ma carte de débit. On lisait : fonds insuffisants. Que faire? J’ai commencé à raconter mon histoire à des gens. Plusieurs pensaient que j’étais folle! J’étais encore très mince à ce moment-là. Les gens me lançaient  un 50 cents ou 2$ que je mettais dans le réservoir d’essence, bien sûr. Il semblait impossible d’obtenir la bonne direction pour retourner à Las Vegas.

Pendant cette expérience, je pouvais entendre l’esprit me parler à propos des grandes choses que j’accomplirais dans l’avenir : j’aiderais beaucoup de gens à découvrir leur être véritable. Cela faisait bien une dizaine d’heures que j’étais perdue dans le désert et je semblais me perdre de plus en plus. Arrivée à une station service, j’ai entendu une voix me dire « essaie ta carte de débit ». Un homme m’avait lancé 4$ de pièces de monnaie. Je suis entrée dans la station pour au moins essayer ma carte. Je l’ai remise au commis pour constater que j’avais 13$ à utiliser pour l’essence.

Je suis remontée dans la voiture et j’ai roulé jusqu’à une nouvelle station au beau milieu de ce bled perdu. Il y avait deux hommes âgés assis dehors, devant la station. Je suis sortie et me suis mise à pleurer. Je dis à l’un d’eux que j’étais perdue, affamée, fatiguée et que je n’arrivais pas à trouver la bonne direction pour rentrer chez moi. Il m’a regardé un moment dans les yeux en disant qu’on l’avait envoyé pour me donner le message suivant: « Raconte ton histoire, d’une façon dégagée, sans insister; sois plutôt un exemple inoubliable dont tout le monde se souviendra. » J’ai recommencé à pleurer ne sachant pas quoi penser de tout ça. Plusieurs événements de ce genre ont jalonné ma vie. Je raconte celui-ci pour donner un petit exemple de ce que nous laissons passer parce que nous croyons qu’il n’est pas réel.

Je réalisais que le déni, le blâme et la procrastination devaient cesser. Je devais reprendre le contrôle de ma vie. On m’avait donné un cadeau, une seconde chance. Je devais m’engager vis-à-vis de moi-même.

Il y deux facteurs qui nous motivent : la recherche du plaisir et l’évitement de la douleur. Ces perspectives sous-jacentes gouvernent nos attitudes et nos comportements. Votre perception est l’agent qui contrecarre ou favorise votre croissance. Je devais m’éveiller et me regarder bien en face. Tout un monde à apprécier m’attendait. Le temps était venu de commencer à vivre pour vrai et d’apprécier cette vie. Je commençais à voir ma situation comme un défi. Beaucoup de gens pensent que le changement est trop dérangeant. Ils croient que c’est un aspect négatif de la vie. Motivation signifie mouvement! Motivation signifie aller de l’avant, ne pas rester sur place.

Mon vrai défi était de m’accrocher à mon but. Lorsque vous percevez la vie et ses nombreux défis comme un test, vous commencez à voir ces défis comme des occasions de grandir. J’ai commencé à prendre des décisions basées sur la croissance personnelle plutôt que sur la nécessité ou la peur. J’ai réalisé que les miracles comme ceux que j’avais vécus n’étaient pas nécessaires pour effectuer des changements. On doit avoir une dose de foi, la volonté de se faire confiance et s’engager à essayer quelque chose de nouveau. Nous sommes destinés à grandir mentalement, physiquement, émotionnellement et spirituellement. Si vous êtes convaincu que le changement est mauvais, vous empoisonnez votre futur. Rappelez-vous que « si vous continuez de faire ce que vous avez toujours fait, vous allez recevoir ce que vous avez toujours reçu. » Alors, persévérez.

J’ai travaillé très fort pour apprendre à m’aimer et à accepter ce que je suis au-dedans. Ça n’a pas été facile; ça demande du travail! Vous devez savoir que vous êtes capable, que c’est possible et vous portez volontaire. Je me disais que je pouvais remporter la victoire sur mon poids ou quoi que ce soit d’autre. Cela s’est fait étape par étape. Mon rêve est de devenir un modèle pour les femmes et les enfants et d’aider les gens à réaliser que tout est faisable à n’importe quel âge si c’est fait avec le cœur et la confiance en soi. Lorsque vous êtes prêt, le maître se présente. Les instructeurs sont venus les uns après les autres.

J’aimerais exprimer ma gratitude pour l’arrivée de mon précieux ami George Snyder, fondateur de Women’s Galaxy Competition. Il a pris le temps d’enseigner aux femmes à s’entraîner comme des femmes, de sorte que j’ai pu retransmettre cette connaissance à d’autres femmes et les aider à accomplir leurs propres rêves et buts.

Alors, je vous demande à tous de sonder votre cœur et de comprendre que nous sommes tous à des niveaux d’évolution différents. Quel exemple voulez-vous présenter à la société? Si vous deviez quitter aujourd’hui, auriez-vous accompli ce que vous aviez planifié?

Alors, me voilà, Sherry G., de nouveau ici, cinq ans et demi plus tard. J’ai perdu 70 livres il y a deux ans et j’ai participé à ma première compétition en culturisme où j’ai remporté le titre de Ms. Fitness. J’ai aussi obtenu le titre « pro » au concours World Natural Ms. Figure 2000, et parallèlement, j’ai réalisé plusieurs rêves et buts.

J’ai finalement appris à être moi-même en dépit de tout, à faire confiance à la guidance de mon pouvoir supérieur en toutes circonstances et à croire en sa présence lumineuse comme quelqu’un qui s’apprête à assumer un rôle et une mission durant le prochain millénaire visant la création d’un monde au potentiel illimité et rempli d’amour. J’ai récemment décidé de commencer mon projet d’ouverture de centres de guérison et de régénération pour les femmes; ceux-ci s’adapteront à tous les niveaux de forme physique dans une atmosphère de plaisir et de défi.

Cinq ans et demi plus tard, je suis définitivement mon cœur. Je sais maintenant qu’il y avait une raison à tout cela. Comment aurais-je pu être cette femme superbe au moment de mon retour? Elle devait expérimenter, guérir et grandir avant de partager le message. Je réalise aujourd’hui que je ne suis pas ici pour convaincre qui que ce soit de ma réalité ou de ce qui m’est arrivé. Je suis ici pour offrir de l’espoir, répandre le message et renseigner les autres sur la multitude d’opportunités qui résident en eux.      

Des médicaments ou des substances ont-ils pu affecter l’expérience? Oui.
           
Précisez : Drogues, anorexie, boulimie.

Ce type d’expérience était-il difficile à décrire avec des mots? Non.

Au moment de l’expérience, y avait-il un événement menaçant votre vie? Oui.

Décrivez. J’avais privé mon corps de nourriture pendant très longtemps. Je commençais à avoir des palpitations et des mini attaques cardiaques.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience? Complètement lucide et consciente. Très alerte!

            D’une manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve? Pas vraiment. C’était très vivant. 

Avez-vous vécu une séparation entre votre conscience éveillée et votre corps physique? Oui.

Décrivez votre apparence ou la forme du corps. Je me regardais quitter et revenir.

Quelles émotions avez-vous ressenties durant l’expérience? De l’amour au-delà de toute description.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels? Oui, des voix réconfortantes.

Êtes-vous passé dans ou à travers un tunnel ou une enceinte? Oui.

Décrivez. Je suis passée dans un tunnel rempli de perfection et de pur amour. C’était la liberté, une libération, et tout ce que vous pouvez souhaiter, ici, dans l’expérience humaine.

Avez-vous vu une lumière? Oui.

Décrivez. La lumière est une force qui vous remplit de puissance, d’amour, de connaissance globale.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres? Oui.

Décrivez. Beaucoup d’esprits, ma grand-mère et l’énergie la plus puissante de tout ce qu’est Dieu. Il y avait un groupe d’esprits qui m’avaient accompagnée durant mon expérience humaine. Ils partageaient leur amour et me réconfortaient. Ils avaient assisté à la révision de ma destruction. Ma grand-mère me dit qu’elle avait été avec moi durant mon enfance pour me protéger et me surveiller. 

Avez-vous passé en revue les événements de votre vie? Oui.

Décrivez. On m’a montré toute ma vie. La somme de mes expériences. Ma propre destruction et ma propre création. La joie et la souffrance causées aux autres, sauf que je les revivais à travers leurs yeux. 

Avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des gens ou des événements, qui ait pu être vérifié par la suite? Pas de réponse.

Précisez. J’ai vu mon avenir. Ce que je suis devenue maintenant et les événements qui sont arrivés tels que prédits ont confirmé ces révélations.

Avez-vous vu ou visité des dimensions, endroits ou plans de grande beauté ou particuliers? Oui.

Décrivez. On m’a montré juste la sixième dimension. Un plan de guérison.

Avez-vous vécu une altération du temps et de l’espace? Indécis.

Précisez. Cette réalité est quelque chose d’impossible à oublier. Personne ne peut vous l’enlever, même si on vous croit fou. Vous savez ce que vous savez et vous avez entendu ce que vous avez entendu. 

Avez-vous l’impression d’avoir eu accès à une connaissance particulière, reliée à un ordre ou à un but universel? Oui.

Décrivez. On m’a montré pourquoi nous sommes tous ici. On m’a montré ou communiqué pourquoi il fallait conduire la terre vers l’unité et le partage. C’est une époque où nous devons nous unir et nous aider les uns les autres. On m’a montré que nous étions DIEU EXPÉRIMENTANT DIEU!

Avez-vous atteint une sorte de frontière ou de limite matérielle? Indécis.

Décrivez. On m’offrait le choix de traverser la limite ou d’avoir une seconde chance en revenant accomplir ma tâche.

Avez-vous été conscient d’événements futurs? Oui.

Décrivez. On m’a montré ma tâche, la raison de ma présence ici. 

Étiez-vous impliqué ou conscient d’une décision concernant votre retour à votre corps? Oui.

Décrivez. On me donnait le choix.

Avez-vous reçu des dons psychiques, paranormaux ou autres que vous n’aviez pas avant l’expérience? Oui.

Décrivez. L’expérience quotidienne du Mysticisme, toujours présente à ce jour.

À la suite de l’expérience, votre attitude et vos croyances ont-elles changé? Oui.

Décrivez. L’amour envers tout.

Comment cette expérience a-t-elle affecté vos relations? Votre vie quotidienne? Votre pratique religieuse? Votre choix de carrière? Ce fut une expérience de croissance. Cela m’a donné le courage de faire face à l’opposé de ce que je deviendrais un jour et m’a appris à accepter les gens avec leur propre niveau d’amour et de croissance.  

Aviez-vous partagé cette expérience avec d’autres personnes? Oui.

Décrivez. Au début j’ai perdu presque tout le monde. À l’époque, les gens de mon entourage me traitaient de folle, riaient de moi, me crachaient dessus, me vilipendaient et me désertaient. Ma famille me disait « t’as fait ton lit, dors dedans. » Ma mère était terrifiée à cause de son système de croyance à savoir qu’il faut inviter Jésus dans son cœur pour être pardonné et aller au ciel. Et voilà que je lui disais que nous étions « Dieu expérimentant Dieu ». Que Dieu était tout et était dans tout. Certaines personnes étaient influencées et d’autres pensaient que j’étais une Looney Tunes.

Je crois que j’ai expérimenté le Mysticisme aussi intensément parce que premièrement, j’étais consciente, et puis, parce que ma tâche demandait beaucoup de courage.    

Quelles émotions avez-vous ressenties à la suite de cette expérience? Solitude.

Décrivez le pire et le meilleur aspect de cette expérience? Le meilleur aspect fut d’avoir une seconde chance et de connaître mon but. Le pire fut de réaliser, après mon retour, que je ne savais pas à quel moment je deviendrais cette femme qui aimerait et aiderait si gratuitement les gens. Je pensais que j’allais m’éveiller et que tout serait fait en un jour. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai erré dans les rues. On m’avais dit que j’aurais tout ce qu’il faut pour aider le monde à avancer, et qu’un jour, je serais très riche et que je saurais comment utiliser l’argent pour aider les gens. Cette expérience m’a rendue confuse par la suite, car je savais dans mon cœur que c’était pour arriver.

Aujourd’hui, je réalise que j’ai vécu le contraire de tout ce qu’on m’avait montré. Je sais maintenant que je n’aurais pas su partager tous les ingrédients de ma recette avec les gens si je n’avais pas marché dans ce genre de souliers. J’ai été sans abri, dépendante des drogues, boulimique et anorexique, excessivement grosse, j’ai perdu tous mes cheveux, j’ai été mère, épouse, fille, j’ai eu de l’argent et l’ai perdu, j’ai vécu partout dans le monde. J’ai été mariée à un alcoolique, j’ai vécu la violence conjugale. Voilà, presque tout.

Votre vie a-t-elle changé conséquemment à cette expérience? Oui.

Décrivez. Je suis en train de manifester tout ce qu’on m’a montré, un jour à la fois. Les manifestations les plus spectaculaires surviennent lorsque je vis dans le moment présent et que je laisse tomber mes peurs.

Après cette expérience, y a-t-il eu d’autres événements, une médication ou des substances qui ont reproduit une partie de l’expérience? Pas de réponse.

Les questions demandées et vos réponses permettent-elles de rendre compte de votre expérience avec exactitude, clarté et précision? Oui.