NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Sharon D

Description de l’expérience:

Pendant ma première expérience, j’étais dans un endroit étrange émotionnellement. Par ailleurs, je n'étais pas là où j'avais dit que je serais ce jour-là. C'est étrange, ayant étudié l'astrologie pendant des années, je sais qu'une partie de mon tableau indique qu'il est très important que je me rende là où je me suis engagée à aller, sinon, les conséquences pourraient être graves. Il indique également que j'aurai de la chance pendant des accidents, ce qui a été le cas.

Je devais faire du ski nautique avec des amis, j'avais vingt-un ans et j'étais censée sortir avec un type que je ne connaissais pas, un vendeur qui avait très bien réussi  et qui avait la quarantaine, mais je n'arrivais pas à me forcer à y aller. Donc, je suis partie avec Clyde, un de mes amis avec qui j'avais passé la nuit précédente. Parce que je ne suis pas allée à la maison d'abord, je n'avais pas de sous-vêtements propres et je me souviens que je m’habillais ce matin et j'ai demandé à Clyde si je pouvais emprunter certains de ses sous-vêtements de style bikini. J'avais pensée à ce que ma mère m’avait toujours dit: «Rappelle-toi de porter des sous-vêtements propres, au cas où tu serais dans un accident. Oui, ce fut là un présage.

Juste quelques jours avant, je me souviens avoir demandé à ma mère, si elle pensait qu'il n'y avait pas de problème à conduire une moto. J'avais des sentiments drôles à ce sujet, comme si ce n'était pas quelque chose qu'une dame doit faire, ou quelque chose de ce genre. Je ne sais pas, mais je me sentais mal à l'aise. J'avais été sur une moto seulement deux fois auparavant, pendant le même été. Donc, nous nous sommes dirigés vers Virginia City à partir de Reno. C'était une belle journée. Nous avons fait du lèche-vitrines et déposé les affiches que Clyde avait apporté avec lui qui devaient être livrées à l'homme pour qui il travaillait dans l'atelier. Clyde était un Taureau, comme mon père. Il m'a emmenée déjeuner dans un salon de thé dans le vieux quartier de Virginia City. C'était ma première visite là-bas. Le déjeuner était quelque chose que je n'avais pas refait depuis mon enfance, vu que mon père avait l'habitude d’emmener mes sœurs dans un salon de thé à Newbury, en Angleterre, quand j'avais entre six à dix ans. Je me souviens que ce jour semblait trop beau pour être vrai. C'était comme si un énorme nuage s'était levé de mes émotions. Nous avons décidé de revenir à Reno en prenant un chemin plus long, qui passait par Carson City, avant de repartir au nord vers Reno, plutôt que de retourner de la façon dont nous étions venus. Ce serait un long trajet et des paysages différents et la journée était belle, claire, chaude, en fait même un peu trop chaude. C'était le 15 Juillet 1973. J'avais 21 ans, j'avais toute ma vie devant moi et je commençais juste à devenir autonome.

J'avais seulement avec moi des sandales à haut licou, un coupe-vent, des jeans s'arrêtant à la hanche, les sous-vêtements de Clyde, mes longues tresses et  Dieu merci, un casque de moto. Une chose étrange est arrivée ensuite. Tout d'un coup, j'ai senti comme une piqûre forte dans ma jambe et j'ai tressauté. J'avais été piquée à l'intérieur de ma cuisse gauche par une abeille. Ce qui est étrange, c'est qu'elle m'a piquée si haut à l'intérieur de ma cuisse. Je me suis toujours demandée si le venin de l'abeille avait incite mon système immunitaire à commencer à travailler.

Clyde a senti que je tressautais et a demandé ce qui se passait. Il a garé la moto sur le côté de la route. Là, sur le côté de la route à quatre voies, devant Dieu et tout le monde, j'ai enlevé mes jeans et trouvé le dard. Je suis descendue de la moto et j'ai baissé mon jean, et vous vous demandez probablement pourquoi je vous dis cela, mais je vous prie d'être patient, cela a à voir avec la façon dont tout devait se passer comme il fallait. Au lieu de s'irriter de me voir baisser mon pantalon sur le côté de la route - et il m'a fallu des années pour comprendre pourquoi je pensais qu'il se mettrait en colère - il m'a aidé à retirer le dard et il était très prévenant et attentionné. Des années plus tard, environ un mois après cette saga ait commencé, j'ai été piquée par une autre guêpe et un homme que j'avais miraculeusement rencontré et vu seulement une fois a conduit une heure pour venir me voir et m'amener de quoi dîner en dépit des vagues de nausée je ressentais après avoir été piquée par une guêpe dans l'estomac. C’était un prédicateur laïque et il croyait aux guérisons par la prière, et les pratiquait. Il a prié sur moi et j'ai eu cette vision que le poison perdait sa toxicité et opérait un changement positif en moi. Je n'ai pas souffert le moindre gonflement suite à la piqûre de guêpe jusqu'à trois jours plus tard, quand c'est devenu légèrement rouge sur les bords. Cela ne m'a même jamais démangé. Eh bien cette nuit-là, après que l'homme qui m'avait aidé avec le dard de guêpe sur l'estomac ait écouté ma poésie, mes émotions ont pris le dessus et j'ai appris pourquoi j'avais été tellement surprise par le comportement de Clyde. Quand j'avais deux ans, je m'attirais des ennuis en enlevant mes vêtements à l'extérieur. Je ne le sais que parce que je l'ai entendu dire par mon père. Nous vivions à Waco, papa était militaire, il rentrait à la maison et me trouvait nue dehors, et cela l'énervait tellement, que je recevais une fessée. Eh bien un jour, il est allé travailler et maman était dans l'autre pièce, donnant son bain au bébé, et à l’âge de deux ans, j'ai fait mon premier choix vraiment autonome. J'avais chaud, je souffrais de démangeaisons, ayant la varicelle, et ma mère n'avait pas verrouillé la porte derrière papa quand il était parti pour son entrainement. Je me souviens encore avoir regardé en haut, et vu que la vieille porte avec grillage n'avait pas été verrouillée en haut et avoir décidé de pousser la porte ouverte. Voilà, j'étais indépendante et j'étais à l'extérieur.

Dans le cauchemar que j'ai connu pendant plus de quarante ans, jusqu'à ce que j'en raconte l'histoire à cet homme, je me souviens juste avoir regardé le loquet pendant que je sortais, avoir enlevé ce qui était chaud et démangeait avant de rechercher les enfants plus grands pour jouer avec eux. Je me suis souvenue dans ce rêve avoir vu le grillage de la clôture du terrain de jeux et avoir marché le long, mais il n'y avait pas d'enfants. Je suis montée au sommet du plus haut toboggan, et suis descendue, ou tout simplement je me préparais à descendre, puis une terreur. C'est quand je me réveillais en sueur pétrifiée de peur. Papa m'a infligé une fessée tout au long du chemin du retour. J'étais hystérique. Maman m'a dit, quand je lui ai dit que je m'étais souvenue de l'origine du rêve, “Sa fessée était trop dure." Elle pleurait à chaudes larmes. Il y a davantage à dire, mais pas en en rapport avec cet incident. La réaction de Clyde au fait que mes fesses étaient presque nues en public a suscité une énorme vague d'amour en moi. Je pense que c'est parce que je le comparais déjà à mon père et sa réaction était si moderée comparée à celle de mon père. A ce point-là, j'étais euphorique. Je me souviens que lorsque nous sommes remontés sur la moto, j'ai pensé et prié, Dieu, si cela est amour, je veux connaitre votre amour et tout cela. Des vagues de sentiments positifs et des vibrations déverrouillées après avoir été supprimées pendant des années par la douleur et le dégoût de moi-même m'ont submergée. Je ne m'étais pas sentie aussi heureuse depuis ma première communion. Je me suis installée contre l'adossoir en arrière et me suis presque assoupie. Il faisait chaud et je me sentais bien, sauf un peu de douleur de la piqûre à la jambe. J'ai senti Clyde ralentir la moto, pour presque s'arrêter. Mes yeux étaient toujours fermés. Nous étions à un feu jaune clignotant à l'intersection de l'autoroute qui allait de Virginia City à Tahoe et celle de Carson City à Reno. Nous nous dirigions vers le nord.

Puis j'ai ressenti une secousse intense, qui m'a fait ouvrir les yeux. Là, elle était dans cette grande vieille voiture, qui avait pris la direction du sud en provenance de Reno, en train de faire un large tournant, avec seulement une lumière clignotante jaune et elle, elle ne me voyait pas, je pouvais voir ses yeux et elle ne nous a pas vu du tout. Deux choses sont survenues simultanément de mes émotions, qui ont hurlé de toute ma force: « Cher Dieu, aide-moi ». Je ne pense pas que ces mots ont même eu le temps d'être audibles. Elle était à moins de 30 cm de nous quand j'ai levé les yeux. Clyde avait fait se lever la roue brusquement pour tenter de sortir de son chemin, ce qui lui a épargné l'impact, mais ma jambe était juste à l'avant gauche de la voiture. L'impact m'a projetée à une trentaine de mètres plus loin sur la route. Les personnes qui ont assisté à l'accident et ont téléphoné aux autorités ont dit que j'étais morte. Je me suis cognée la tête si violemment que le casque a craqué. Je gisais, hurlant dans une mare de sang, bien que je n'en ai aucun souvenir conscient. Le minutage était impeccable. Une voiture aux arrêts à ce carrefour, en provenance de Tahoe, avec une lumière rouge clignotante, s'est immédiatement dirigée vers moi, et le jeune homme qui en est sorti était un étudiant en médecine. Il a mis un garrot sur ma jambe et il est resté avec moi pendant les vingt minutes qu'il a fallu à l'ambulance pour m'atteindre, puis il est monté dans l'ambulance pour rester avec moi jusqu'à l'hôpital tout en soulageant la pression pour que mon membre ne meure pas.  Mon corps était cassé de partout. Cinq fractures. Ils pensaient que j'avais cassé mes deux bras, mes deux jambes et mon cou. J'avais perdu plus de deux litres et demi de sang. Trois jours se sont écoulés avant que je reprenne conscience. Les fractures étaient toutes dans ma jambe gauche, la même jambe ou je m'étais blessée à plusieurs reprises tout au long de mon enfance. Tous les os cassés dans le haut de mon pied après qu'un cheval m'ait fait tomber d'une ruade, avant de le piétiner; une si mauvaise chute pendant que je skiais que j'ai atterri le visage dans la neige avec ma chaussure et la pointe du ski vers le haut, mes ligaments tordus, déchirés. J'ai passé plus de trois ans et demi de ma vie sur des béquilles. Je me demande ce qui cela signifie. Mais je digresse, encore une fois. 

Souvent, je me suis demandée si ce qui serait arrive ensuite si j'avais été dans un endroit différent émotionnellement et mentalement. Si je n'avais pas demandé de faire l'expérience de l'amour de Dieu et tout cela. Je me souviens d'une présence réconfortante, je n'étais pas dans mon corps. Ma vie a été examinée et dans la même mesure que j'avais jugé les autres, j'ai été jugée. Mais je ne sentais aucune condamnation en dehors de mes propres pensées. C'était comme si la vérité m'était montrée à chaque événement après qu'il eut été examiné. Ces événements, et des choses qui avaient fait une différence positive, se répercutaient dans d'autres lumières et amour qui étaient en quelque sorte capturés et m'appartenaient pour l'éternité. Les actes, actions et pensées qui n'avaient pas fait une différence positive étaient brûlés comme l'on sépare l'ivraie du grain. Il m'a fallu plusieurs années pour retourner voir des personnes à qui j'avais fait du mal et leur dire que j'étais désolée; dans certains cas, cela n'a pas été possible. Il n'y avait pas de honte, il n'y avait pas de condamnation, cependant il y avait des remords. Seulement plus tard durant cette expérience ai-je ressenti de la tristesse, non pas pour le mal qu'à mon avis, j'avais fait, mais parce que je n'avais pas fait plus de bien. Je suis entrée dans la lumière.

Je n'ai rien vu, ni personne, mis a part la revue de ma vie. J'ai néanmoins ressenti ce que je crois qu'on appelle, la présence réconfortante, ou juste ce sentiment profond de compréhension et de compassion, qui me tenait doucement pendant que ma vie était examinée. Je n'ai pas vu d’autre tunnel que l’examen de ma vie, qui a été un mouvement à travers le temps, et les tunnels de ma mémoire. Lorsque l'examen s’est terminé, je sais que quelque chose d'autre est arrivé et je l'ai lu dans l'EMI de quelqu'un d'autre, mais cela m'échappe en ce moment.

La lumière ne ressemblait pas à la lumière que nous voyons de nos yeux. C'était comme la lumière vous éprouvez lorsque vous avez une idée qui est très juste, et que vous savez que vous avez pensé à quelque chose qui doit se faire, ou la percée qui vous mène dans la bonne direction, une ampoule qui s'allume dans la tête, mais multipliée à l'infini car il est impossible de mesurer l'éclat de la vérité. Il n'y avait rien, mais l'illumination, la connaissance de l'avenir, du passé de l'âge, tout ce qui va être et a été. Au total, tout en paix, tous magnifiquement ensemble. Cela me rappelle le «Aha» que j'ai eu quand j'étais petite, quand en neuvième ou huitième, on nous avait présenté la notion de "Nul". L'institutrice avait dessiné un numéro zéro avec une ligne tirée au milieu. Tous les chiffres positifs étaient sur le côté droit (bien sûr ce que nous appelons le bon côté) et les nombres négatifs sur le côté gauche. Elle a demandé à la classe ce que nous pensions de l'identité de zéro et j'ai levé la main et j'ai dit (stupéfiant la mémoire qui m'a été donnée de l’incident, peut-être juste pour que je puisse raconter cela, qui sait). J'ai dit: «Nul ou zéro, c'est tous les nombres positifs et l'ensemble des nombres négatifs mis ensemble dans le néant parfait.» Comment savais-je cela à un si jeune âge? Comment l'ai-je reconnu? Est-ce que j'avais déjà amené quelque chose ici qui se rapportait à cette idée. Le néant parfait, peu importe, pas de problème, rien, juste la perfection, l'unité si parfaite que rien n'existait que la vérité. Voilà ce qui était. Il n'y avait ni bien, ni mal, juste "être". Je me sentais tellement aimée, tellement à l'aise; il n'y avait pas de douleur émotionnelle, pas de rejet, pas de séparation, pas même une goutte dans l'océan, mais l'océan. Pourtant, j'avais conscience d'une sorte d'identité, mais pas d'un corps, rien qui ait gardé une pensée qui m'eut identifiée comme séparée ou isolée; je suppose que c'est ce que vous appelez être au courant du dossier Akashique et les pensées de votre vie à l'intérieur et celles de tous ceux qui ont jamais été - mais je m'agrippais toujours à quelque chose de séparé, je devais l'avoir fait. 

Baignée dans l'émerveillement, l'admiration et la béatitude.

Suprêmement aimée, et doucement embrassée.

Connue pour tout ce que j'avais fait ou ferais.

Pourtant aimée complètement, pourtant qu'avais-je manqué?

 

Enveloppée, caressée, au chaud et dans le froid.

Juste à droite, juste parfaite, à vous en faire baver d'envie.

Pas de couleur, juste de la brillance, sans doute, sans honte,

Je ne voulais pas revenir, qui pourrait blâmer?

 

Le temps a filé sans jamais bouger.

Il ne pouvait pas, ne le ferait pas, n'avait pas à être prouvé.

Car j'étais celle qui bougeait, mais la vérité était juste que j'étais immobile.

Calme et impressionnante, vraiment satisfaite.

 

Paix et pas de son, mais je pouvais entendre.

Tout autour de moi il y avait une présence, mais aucune crainte.

Dans mes émotions, j'étais rentrée à la maison.

J'étais entière et guérie, je n'aurais pas à errer.

Pourtant, quelque chose m'a appelé, et m'a demandé maintes et maintes fois. 

Voulez-vous rentrer, revenir, être dans votre corps? Ce que nous appelons vie. Je ne voulais pas revenir. C'était si paisible et sûr, il n'y avait pas de douleur, mais c'était à la douleur émotionnelle que je pensais, pas la douleur physique. C'était la paix de l'esprit et non de la chair qui m'a incitée à rester. Mais la question a persisté comme quelque chose qui chantait doucement, voulez-vous revenir, revenir? Étrange qu'on dise revenir, comme si c'est un pas en arrière. J'ai eu un choix, un choix clair et je savais que j'avais eu le choix avant de naitre comme Sharon et que je continuerais à avoir des choix à travers l'éternité, qu'il avait toujours été mon choix: étais-je prête, irais-je, resterais-je, choisirais-je l'expérience d'aller au terrain de jeux et ses conséquences. Je me souviens que le matin j'avais eu un sentiment étrange, que ce n'était pas tout à fait bien, mais la tentation de jouer avec les plus grands était écrasante et j'étais jalouse de l'attention que ma mère accordait au bébé. Le bébé n'avait pas la varicelle, je l'avais.

C'est resté avec moi quand je l'ai constaté, combien j'avais peu aidé cette magnifique vérité brillante à luire et être connue. Elle était là en permanence, puis tranquillement, mais pas méchamment, juste cette voix immobile qui continuait à me questionner ou à m'offrir un choix. Ensuite, je voulais être plus, apporter davantage à la lumière, pour que le positif l'emporte sur le négatif et fasse pencher la balance, si elle pouvait être poussée, pour aider les autres - je savais qu'aucun d'entre nous ne serait en paix jusqu'à ce que nous le serions tous. Je pouvais être de ceux qui feraient que cela se produise. Je voulais aider. Si vous êtes bien informé astrologiquement, j'ai le Poisson au milieu de mon ciel. Ajustement parfait. Je demandais, pouvais-je être plus utile dans un corps que dans l'état où je me trouvais. Je savais en quelque sorte au fond de moi que je voulais faire une différence positive et je voulais aider les autres, je voulais partager mon savoir et qu'ils sachent qu'ils sont aimés au-delà de toute mesure. Qu'il n'y a pas de bien ou de mal, que tout cela fonctionne ensemble parfaitement. Le processus est parfait.

Je ne voulais pas partir, me sentant en sécurité et choyée, aimée, bercée mais pas pour autant soumise à la moindre pression. Douce, chaude, succulente. J'étais toujours frappée par l'absence de couleur, la couleur provenant de la séparation et il n'y en avait aucune. Aussi, je continue à penser depuis lors que c'est le désir d'être unique qui apporte ce type d'expérience. A l'époque où cela se passait, mes sœurs étaient ensemble à plus de 1.600 km à Parker, dans le Colorado. Elles l'ont toutes deux ressenti très fort et savaient que quelque chose de mal était arrivé. Elles sont allées à la maison de notre père et quelques heures après, ont appris de ma mère que j'avais eu un accident.

Quand je pouvais voir, j'ai regardé en bas et j'étais très haut dans l'atmosphère, regardant au-dessus d'une chaîne de montagnes à pics élevés. Était-ce les Rocheuses où se trouvaient mes sœurs, ou les Sierras, où se trouvait mon corps. Je ne sais pas, mais cela ressemblait à ces chaines de montagnes, les couleurs étaient magnifiques. Une telle intensité, rien que j'ai jamais vu avec mes yeux humains; cela n'a pas duré longtemps, cette vision des montagnes, et j'ai senti une vague d'énergie et ce raccord à mon corps comme si un énorme aspirateur m'avait aspirée. Ensuite, un poids lourd et une voix disant: "Tortille ses orteils". À ce moment-là, j'ai pensé que j'étais inconsciente et le serais pour quelques jours encore. Le docteur se tenait au pied de mon lit dans ma chambre de l'unité de soins intensifs, expliquant qu'ils ignoreraient l'étendue des dégâts aux nerfs jusqu'à ce qu'ils puissent voir si elle pouvait bouger ses orteils. Mes orteils se sont agités  et tous les deux l'ont vu.

Quand j'ai repris conscience, je ne pouvais rien voir, sauf cette lumière brillante. Il a fallu trois jours pour obtenir que l'ophtalmologiste vienne m'examiner et ma vue était alors revenue à 20/10, même si mon œil gauche avait été gravement endommagé  et que mes paupières, du haut et du bas, avaient dû être réparées pour tenir l'œil en place. Cela n'allait pas bien au début, je me souviens qu'il a fallu plusieurs jours pour que l'expérience filtre, j'étais sous le coup des médicaments contre la douleur. J'avais un énorme trou béant dans ma jambe et deux fractures où l'os était sorti du tissu, un genou cassé, une rotule cassée, l'artère coupée, la cheville brisée. Mais je n'ai pas une seule fois souffert d'une infection, même s'il leur a fallu quatre heures et demie pour retirer le verre, les saletés, la peinture au plomb, et le gravier de ma jambe. Pas même une fièvre. J'étais à l'hôpital pendant sept semaines et dans un plâtre pendant dix-huit mois.

Ce n'est que vingt-quatre ans plus tard que j'ai dit que la prière m'a donné le don des psaumes. J'avais demandé à trouver les mots et la façon de parler à mes enfants de mon expérience de mort imminente.

J'aimerais vous en dire plus, mais il est tard et j'ai rendez-vous avec ma fille demain pour fêter son trente-deuxième anniversaire. Je crois aux miracles et nous sommes ces miracles.

Renseignements généraux:

Genre:     Femme

La date à laquelle l'EMI est survenue:     15 juillet 1973 et 2 mars 1977

Au moment de votre expérience, y avait-il un événement qui menaçait votre vie ?    Oui   Accident  Accouchement     Deux EMI différentes. L’une suite à un accident, et l’autre suite à des complications durant un accouchement. Pendant ma première expérience, ma jambe gauche a été cassée en cinq endroits suite à un accident entre une auto et une moto. La section centrale de mon tibia est sortie de ma jambe. La première personne sur les lieux de l’accident était un jeune homme qui faisait sa médicine. C’est lui qui a place un garrot sur ma jambe et m’a accompagnée dans l’ambulance jusqu’à l’hôpital. Même si je ne me souviens pas puisque j’étais inconsciente pendant trois jours et aveuglée par la lumière quand j’ai repris conscience. La seconde EMI est survenue pendant la naissance de mon fils. Il était placenta praevia, ce qui signifie que le placenta tentait de sortir par le canal de naissance en premier.

Ils avaient induit le travail sans se rendre compte de cette anomalie. J'avais dit au docteur des mois auparavant que j'avais perdu beaucoup de sang, mais il ne m'avait pas vraiment cru, dont il leur a demandé d'induire le travail. Le médecin qui m'a vérifiée est celui qui a détecté l'anomalie, mais il était trop tard pour récupérer les pilules que j'avais avalées. On m'a dit que si je poussais, le bébé serait mort-né. J'ai vu la lumière et me suis rappelée comment l'atteindre quand c'est arrivé.

Éléments de l'EMI:

Comment considérez-vous la teneur de votre expérience?     merveilleuse

L'expérience incluait:    une expérience hors du corps

Vous êtes vous senti séparé de votre corps?   Oui  

J'ai clairement quitté mon corps et j'existai en dehors

Quel était votre degré de conscience et de lucidité durant cette expérience comparativement à celui que vous avez au quotidien en temps normal?    Plus conscient(e) et lucide que d’habitude   Dans la lumière, je savais tout ce qui était jamais arrivé ou n'arriverait jamais; je touchais tout ce qui sera jamais.

Durant votre expérience, à quel moment étiez-vous au maximum de votre conscience et lucidité?   Dans la lumière, je savais tout ce qui était jamais arrivé ou n'arriverait jamais; je touchais tout ce qui sera jamais.

Est-ce que vos pensées allaient rapidement?     Incroyablement vite

Est-ce que le temps vous a paru s'accélérer ou ralentir?     Tout semblait se passer à la fois; ou le temps s'arrêtait ou perdait toute signification     Il n’y avait aucun sens du temps après l’examen de ma vie.

Est-ce que vos sens étaient plus vifs que d'habitude?    Incroyablement plus vifs

Est-ce que votre vision était différente de ce qu’elle est en temps normal?     Oui   Les montagnes que j’ai vu étaient vivaces, je ne les voyais pas avec des yeux humains. C'était mon essence regardant leur essence, et elles sont aussi vivantes que moi, se déplaçant tout simplement très lentement, en écoutant et en faisant ce qu'on leur demande de faire, soyez toujours immobiles et sachez que je suis Dieu. Les montagnes font cela beaucoup mieux que les humains. Les roches me parlent encore.

Est-ce que votre ouïe était différente de ce qu’elle est en temps normal?  Oui   je pouvais entendre télépathiquement.

Avez-vous eu l'impression d'être conscient de choses se déroulant ailleurs?    Oui, et les faits ont été vérifiés    

Êtes vous passé à travers un tunnel?   Non  Voir ci-dessus. J'ai eu l'expérience de passer par une revue de ma vie, le tunnel de mes souvenirs, mais je n'ai pas vu un tunnel physique, je l'ai vécu.

Avez-vous rencontré ou été conscient de la présence d'êtres décédés ou encore vivants?   Non, on communiquait avec moi et j'ai senti la présence d'un réconfort lorsque ma vie a été examinée ou passée en revue.

L'expérience incluait:   une lumière surnaturelle

Avez-vous vu ou vous êtes-vous senti entouré par une lumière brillante?     Non

Avez-vous vu une lumière qui ne vous semblait pas d'origine terrestre?     Oui  Incroyable. L'ampoule de lumière 'Aha' amplifiée au-delà de toute mesure. Pile, la vérité.

Avez-vous eu l'impression d'entrer dans un autre monde non terrestre?    Un endroit clairement mystique ou un domaine surnaturel

L'expérience incluait:    une tonalité émotionnelle intense

Avez-vous eu une sensation de paix ou de réconfort?      Paix ou bien-être incroyable

Avez-vous eu un sentiment de joie?     Une joie incroyable

Avez-vous eu l'impression d'être en harmonie ou d'être uni avec l'Univers?     Je me sentais uni(e) au monde ou ne faisait qu'un avec le monde

L'expérience incluait:    de la connaissance ou un but particuliers

Avez-vous eu l'impression de soudainement tout comprendre?     Tout sur l'univers    

L'expérience incluait:   la conscience d’évènement passés de votre vie

Est-ce que des scènes de votre passé vous sont revenues?     Mon passé est apparu en un clin d'oeil,  hors de mon contrôle    Voir ci-dessus. Si vous voulez d’autres détails, je vous invite à prendre contact. 

Est-ce que des scènes de votre avenir vous sont apparues?     Des scènes de l’avenir du monde   Tout ce qui va jamais se passer est dans la lumière de la vérité, tout a été révélé.

Avez-vous atteint une frontière ou une structure physique limite?     Non

Êtes-vous arrivé à une frontière ou à un point de non-retour?   J'ai atteint une barrière que l'on ne me permettait pas de dépasser; ou j'étais renvoyé contre ma volonté  

Dieu, Spiritualité et Religion:

Quelle était votre religion avant cette expérience?      J'ai été élevée catholique, mais ne suis pas allée à l'église depuis mon retour d'Angleterre à l'âge de 10 ans. J'étais en colère contre l'église. Juste avant l'accident, j'avais le sentiment que j'étais enfin capable d'être aimée et de sentir l'amour pour la première fois depuis le divorce de mes parents quand j'avais 13 ans, huit ans plus tôt. Cela était dû à plusieurs événements qui m'ont ouvert et m'ont permis de me sentir aimée, des actes très simples que je finirai par comprendre et saisir qu'ils étaient associés à un traumatisme dans ma petite enfance. J'avais prié pour la première fois depuis des années en demandant à Dieu que si ce que je ressentais était l'amour, je voulais connaître l'amour de Dieu et tout cela. En 10 minutes, je l'ai fait l'expérience de l'amour à travers l'EMI.

Est-ce que vos pratiques religieuses ont changé depuis cette expérience?    Oui, je n'ai aucun doute en ce qui concerne la vie après la mort, pas de doute que tout ce que je peux faire va me séparer de l'amour de Dieu. J'ai une foi énorme, je comprend l'interdépendance de tout ce qui est, ou sera jamais. L'impact automatique de chaque acte et comment tout est entrelacé pour forger un tout parfait. Combien nous avons tous besoin les uns des autres. Quelle est l'importance d'être en vie et de pouvoir toucher la vie des autres. Oui, je prie et cherche à faire souvent le bien, je ne crois pas à la religion, elle ne sert qu'à nous séparer. J'ai lu quelque chose qu'une femme sage en Inde a écrit: “La religion est comme chercher l'océan en allant jusqu'à une rivière qui se jette dans l'océan. Pourquoi irais-je jusqu'à la rivière pour chercher l'océan quand je sais où l'océan est?”

Quelle est votre religion maintenant?  

Je ne suis pas religieuse, je suis spirituelle, j'ai maintenant des capacités psychiques. Je suis considérée comme mystique par mes amis et j'ai des dons que j'ai reçu suite à l'EMI. Je peux sentir la douleur des autres et voir comment leur comportement actuel s'est développé à travers leurs blessures. J'ai une forte foi en "Abba" (Dieu) qui nous aime, nous a crée et nous nourrit. Je crois aussi que nous aidons à manifester notre réalité. Il n'y a pas de temps, c'est une illusion, et nous sommes vraiment tout un. J'ai découvert plusieurs moyens de canaliser différentes formes d'art, de la poésie, avec deux âmes qui sont décédées au cours de l'année dernière.

Est-ce que vos valeurs et croyances ont changé à la suite de cette expérience?     Oui, je n'ai aucun doute en ce qui concerne la vie après la mort, pas de doute que tout ce que je peux faire va me séparer de l'amour de Dieu. J'ai une foi énorme, je comprend l'interdépendance de tout ce qui est ou sera jamais. L'impact automatique de chaque acte et comment tout est entrelacé pour forger un tout parfait. Combien nous avons tous besoin les uns des autres. Quelle est l'importance d'être en vie et de pouvoir toucher la vie des autres. Oui, je prie et cherche à faire souvent le bien, je ne crois pas à la religion, elle ne sert qu'à nous séparer. J'ai lu quelque chose qu'une femme sage en Inde a écrit: “La religion est comme chercher l'océan en allant jusqu'à une rivière qui se jette dans l'océan. Pourquoi irais-je jusqu'à la rivière pour chercher l'océan quand je sais où l'océan est?”

Avez-vous eu l'impression de rencontrer un être mystique ou une présence, ou d'entendre une voix non identifiable?     J'ai rencontré un être précis, ou une voix, clairement mystique ou d'origine non terrestre

Avez-vous rencontré des êtres durant votre expérience?   Je les ai vus vraiment

Concernant nos vies terrestres en dehors de la religion:

Durant votre expérience, avez-vous acquis une connaissance ou de l'information à propos de vos objectifs de vie?    Oui    Tout est ici, comme avant, la vérité et la lumière, la question est de savoir si nous pouvons écarter nos propres pensées et perceptions de nos limites afin que nous puissions les exploiter. Je l'ai fait de temps en temps.

Est-ce que vos relations ont changé précisément à cause de cette expérience?    Oui    

Après l'EMI

Est-ce que l'expérience a été difficile à décrire en mots?     Oui     Jusqu'à ce que je demande à Dieu de m'inspirer les mots et la façon d'exposer à mes enfants mon expérience proche de la mort en 1997, vingt-quatre ans après l'accident, puis un miracle m'a donné le don des psaumes et maintenant je m'exprime avec la plus belle poésie sur beaucoup de choses, dont cette expérience. Ce n'est pas toujours facile, mais plus le moi, c'est à dire mon ego/ma personnalité, s'écarte, plus c'est facile. Cela m'a récemment permis d'aider deux personnes à se connecter avec ceux qui ne sont pas physiquement présents en raison d'avoir transité vers ce que notre culture appelle la mort. Je ne savais pas que je pouvais le faire, mais on m'a vraiment poussé à le faire, je leur ai permis de parler à travers moi. Non tant pour canaliser mais pour dire en poésie ce qu'on me confiait, ou ce qu’on me demandait de dire à l'autre personne. La confirmation que j'ai eu de ces expériences m'a permis de me rendre compte à quel point je suis davantage connecté que d'autres qui n'ont pas eu une telle expérience. Cela a pris près de neuf ans à partir du moment où la poésie a commencé pour que je sois assez guérie pour le faire. Ces expériences ont été profondes pour moi et pour la personne qui recevait le message. Cela a été vraiment une confirmation pour moi que j'ai conservé une connection avec le royaume (de Dieu), que nous ne pouvons pas voir avec nos yeux, mais que nous percevons avec notre âme. J'ai eu en fait deux EMI.

À la suite de votre expérience, avez-vous acquis des habiletés médiumniques, hors de l'ordinaire ou d'autres dons spéciaux que vous n'aviez pas avant?    Oui   Vingt-quatre ans après l'accident, j'en étais à un point très étrange à nouveau émotionnellement. Beaucoup d'événements synchronistiques ont abouti à cela. Mais ce qui est arrivé en fin de compte, c'est que j'ai ouvert mes émotions au bien et j'étais dans un état très reconnaissant. Mon fils m'avait questionnée au sujet de Dieu et de Jésus et je pouvais l'aider avec la question sur Dieu, mais pas l'autre. J'ai dit une prière très profondément sincère, à nouveau avec tout ce qu'il y avait en moi: "Dieu, donne-moi s'il te plaît les mots et la façon d'expliquer à mes enfants mon expérience de mort imminente. Je savais qu'on me faisait un cadeau, je savais également que ce serait ce don des psaumes. Cela avait à voir avec le même don que le roi David possédait. On m'a également dit que je serais comme Jean-Baptiste. Je ne suis pas une personne religieuse, donc il m'a paru étrange que je reçoive un don qui, je le percevais, avait à voir avec le Dieu de l'Ancien Testament, mais il n'y a qu'un seul Abba (Dieu), celui qui nous aime, nous crée et nourrit. Alors, pourquoi pas?

Je suis allée plus tard à Camp Chesterfield, suite à une autre serie d'événements synchronistiques, je ne savais pas où j'allais, je n'avais jamais entendu parlé de l'endroit. En fait, je viens juste de réaliser que cela a été la première fois que j'avais canalisé une personne décédée, j'avais oublié cette expérience. Quoi qu'il en soit, au service du dimanche au camp, ils ont des médiums qui suivent une formation - et je n'ai pas eu moins de quatre messages qui sont passés à travers moi. Un, qui m'a stupéfaite et que personne d'autre n'a revendiqué, était si écrasant et semblait tellement pompeux à revendiquer, à cause de ce que cela signifiait, mais je savais qu'il était pour moi. Que le prophète Samuel, qui avait oint le roi David, était fier de moi. J'avais accepté ce don face à ma pire crainte. J'avais résisté à l'épreuve comme Abraham l'avait fait avec Isaac. J'avais fait confiance au chemin que Dieu ouvrait devant moi en dépit de ma peur, ma plus grande peur qui a envahi mon cœur si rapidement après que j'ai su qu'on m'offrait ce don comme s'il avait attendu dans le secret un tel moment. Ma crainte est que je ne serai jamais heureusement marié. Le message de la peur était imminent, sombre et effrayant que si j'acceptais ce cadeau, ce désir de mon cœur ne serait jamais exaucé. Je n'ai pas hésité à choisir le cadeau, la paix, la lumière. J'étais stupéfaite quand j'ai commencé la poésie des langues. Je n'avais lu que quelques poèmes dans ma vie et n'en avait écrit que quelques-uns au lycée et la poésie se déversais de ma bouche. Parfois sotte, parfois prophétique, d'autres fois avec une cadence G'lic. J'étais absente du travail pendant neuf mois, je ne pouvais pas travailler. Je guérissais et faisais beaucoup de travail intérieur. J'ai eu la chance de recevoir un salaire complet pendant tout ce temps là et suis passée par de nombreuses expériences merveilleuses. On m'a également dit que parce que de mon esprit était vif, c'était le don des langues mais que je pouvais les traduire. Cela a été confirmé un jour où l'on m'a conduite à un service de l'église de Dieu, et quoique je ne fréquente pas normalement cette église ou tout autre, je m'y suis rendue ce jour-là et quand quelqu'un a parlé en langues, personne n'a revendiqué ce message au début. Je l'avais compris par télépathie, mais je n'ai rien dit parce que je pensais, comment pourrais-je interprêter cela? Je dois me tromper; alors, quelqu'un s'est levé et a offert une interprétation, la même que ce que j'avais reçu.

J'ai eu beaucoup d'expériences psychiques depuis et je continue d'avoir ce don. Je me débat un peu pour savoir comment l'utiliser avec sagesse, mais je le laisse entrer quand c'est nécessaire pour guérir.

Cela m'a amenée au Reiki, qui n'est pas un cadeau, mais plutôt quelque chose que nous avons tous, mais qui se dévoile tout comme l'habileté à peindre des fresques en huile. Bien que je n'ai jamais reçu de formation - la sculpture, des jardins impressionnants, un don pour les plantes malgré mon manque de compétences pour le jardinage, la cuisine gastronomique sans formation -  c'est comme si j'avais puisé dans un puits de dons sans fonds. Est-il possible que j'ai possédé certains de ces dons auparavant, sans le savoir? Probablement, mais le fait d'honorer ma vraie nature, que je suis une enfant de la vérité, la lumière et tout ce qui est rempli d'espoir m'a permis d'être courageuse face à des problèmes de la vie intimidant. Je crois que cela a également éveillé ma capacité à pardonner. Je n'en veux absolument pas à la femme de ne pas nous avoir vu. Elle a fait de son mieux. Dieu l'aime pour le fait qu'elle m'a permis de faire cette expérience. J'ai une grande douleur dans ma cheville, du fait de cette vieille blessure, mais la foi et le courage de savoir que tout ce dont j'ai besoin me sera donné me permet d'aller de l'avant, une étape à la fois, et d'être reconnaissante pour chaque pas que je puisse faire - même si un jour ces étapes seront seulement avec mon coeur.

Est-ce qu'il y a une ou plusieurs parties de l'expérience qui sont particulièrement significatives pour vous?      Le plus significatif pour moi était que j'avais un choix et par mes choix, je pouvais faire une différence et même si je choisissais le chemin qui ne menait pas à ce que nous appelons le bien, tout finirait bien parce qu'en fin de compte, c'était le processus qui comptait, pas la destination, puisqu'il n'y a pas de destination, nous sommes déjà là. Il faut se souvenir que nous sommes connectés, nous ne faisons qu'un, ce que je fais pour vous affecte tout le monde, y compris moi-même. La vision des montagnes et leurs magnifiques pourpres, bleus, rouges profonds et riches, et si bariolés, m'a inspirée à aménager des paysages sculptés, à peindre, tant de choses. Le réconfort que j'ai ressenti lors de l'examen de ma vie et le manque de jugements me condamant. C'était la première fois de ma vie que je me sentais attachante, digne d'être aimée, capable de recevoir de l'amour.

Avez-vous déjà partagé cette expérience avec d'autres?     Oui     La première fois que je l'ai partagée, c'était à l'hôpital, mais pas avec les deux ou trois premiers religieux qui m'ont rendu visite. C'était au pasteur chrétien que j'ai parlé de la lumière et de ce qui était arrivé. Il m'a encouragé à écrire, mais je ne l'ai pas fait. Ce que je regrette. Il y avait tellement plus à dire, que c'est seulement quand j'ai lu d'autres EMI que cela m'a fait me souvenir de ces choses, et j'ai su qu'elles m'étaient également arrivées. Le pasteur était un homme très spirituel; il était très tolérant et n'a eu aucun problème à me croire. J'ai eu le sentiment que cela confirmait ses propres convictions.

D'autres avec qui j'ai partagé la poésie, en sont toujours ébahis. Cela vient aussi vite que je peux taper ou parler, et d'habitude, c'est exactement ce que quelqu'un a besoin d'entendre. Cela me stupéfie encore parfois, à quel point c'est profond et juste, quand je m'efface et permet à ce qui est plus grand que moi de percer à travers. Les gens ont la chair de poule, des émotions profondes reviennent à la surface bien sûr, ils sont curieux. Je ne pense pas avoir jamais parlé à quelqu'un qui se sentait sceptique concernant ce que je disais. Mais je ne peux pas parler à ceux qui, que je le sache, ne sont pas ouverts, je peux sentir s'ils ne sont pas ouverts, je ne peux pas leur donner le don de la poésie quand cela arrive et parfois, quand je le fais, si elles-mêmes sont des âmes vraiment connectées, je me sens tellement humble de leur transmettre un message. Connecter des individus avec un message de l'autre côté a été un peu effrayant. La première fois, je tremblais, ainsi que les autres personnes présentes, lorsque le message nous est parvenu; ce n'est que lorsque j'ai senti la présence disparaitre que j'ai cessé de trembler, de même que les autres personnes présentes. Ensuite la mère, qui avait été sceptique qu'il s'agissait vraiment de son fils, a été stupéfaite, et ce n'est que lorsque j'ai fait une pause et retiré ma tête que cela est arrivé. Elle a raconté qu'elle savait que le message venait de lui et que lors de ses funérailles, c'est un jeune homme qui a été tué violemment et brutalement en Irak, la lampe Tiffany au bout de son cercueil a remué, et que c'était évident pour beaucoup de ceux qui avaient assisté aux funérailles. J’ai à nouveau communiqué avec cet homme, et cette fois j'étais avec une femme, une amie qui était en train de devenir consciente de ses propres capacités psychiques; c'est étrange, plusieurs personnes avec qui j'avais commencé à m'associer ont reçu ce don après m'avoir connu et entendu mon expérience; ils ont pris conscience de leur propre don profondément. Quoi qu'il en soit, nous étions dans la chambre de ce jeune homme. La seule fois que j'avais jamais été dans la maison de sa mère. Sa présence était si forte; je doute que je serais allée dans la chambre si Jean ne m'avait pas convoquée. Je me suis assise et j'ai parlé à Robert et j'ai évoqué mon EMI, nous avons senti son esprit et il est passé à un meilleur endroit, moins de soucis, moins accroché à ici-bas. Il s'avère également que sa mère est une artiste et elle avait un tableau dont elle voulait expliquer le sens aux autres, j'ai demandé si je pouvais le voir et lui donner mon impression en premier, elle a accepté. Je reste sceptique propos de la réincarnation, mais dans le message qui est venu pour Robert et dans le tableau, tout concernait la réincarnation. Le tableau avait un fond blanc frappant avec les branches grises d'un arbre et des oiseaux noirs assis dans l'arbre et je savais qu'il s'agissait d'âmes de ceux qui attendaient de rentrer dans un corps. Je suis étonnée par ce que j'ai appris de la poésie et de ce don. Des choses que j'ignorais, ou dont au moins je ne me souvenais pas. Peut-être des restes de l'EMI.

Aviez-vous quelque connaissance à propos des expériences de mort imminente (EMI) avant cette expérience?  Indécis(e)  Je ne me souviens pas avoir discuté, ou lu, sur les EMI avant, mais il se pourrait que j’ai entendu d’autres personnes le faire. Je n’avais aucune opinion, dans un sens ou dans l’autre, je n’y avais tout simplement jamais vraiment pensé. 

Qu'avez-vous pensé du réalisme de l'expérience que vous avez-vécue peu de temps (jours ou semaines) après qu'elle soit survenue?     L'expérience était définitivement réelle

Que pensez-vous du degré de réalisme de l'expérience maintenant?     L'expérience était définitivement réelle

Est-ce qu'une partie de cette expérience a déjà été reproduite dans votre vie?     Oui   Quand j'ai donné naissance à mon fils, il n'allait pas y arriver. Après, j'ai eu le sentiment que je l'avais rattrapé de l'autre côté, j'ai vu la lumière et à l'époque je me suis rappelée comment on y parvenait; cela avait à voir avec un renoncement, abandonner le contrôle, mais je ne peux pas reproduire cela aujourd'hui. Il y avait lumière et paix, mais sans l'évaluation de la vie.