NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Ronnie D

DESCRIPTION DE L'EXPERIENCE :

Je descendais en luge une allée qui croisait une avenue à son extrémité. Je n’ai pas réussi à m’arrêter avant l’avenue, J’ai heurté de la tête le parechoc avant d’une Cadillac blanche.

A l’instant même, je suis sorti de mon corps et je me suis retrouvé sur le trottoir. Je ne reposais pas sur le sol, je flottais. A côté de moi (les pieds sur terre) se trouvait une fille de mon âge se tenant la tête et hurlant. En l’entendant et je l’ai regardée, elle était très effrayée par ce qu’elle voyait, je me suis retourné pour regarder dans la même direction. C’était « moi », une voiture était sur le point de me rouler sur le corps. J’ai immédiatement su que si je voulais avoir une chance de survivre, je devais ralentir la voiture de manière à ce que la roue passe sur le corps quand il serait sur le dos. J’ignore comment, je savais que si la voiture me roulait sur le dos, je n’y survivrais pas. J’ai effectivement fait ralentir la voiture pour maîtriser l’instant où elle allait rouler sur le corps. J’ai réussi à la faire passer au moment où le corps était allongé sur le dos. Il me fallait ensuite faire la même chose pour la roue arrière. La voiture avait si peu de garde au sol qu’elle faisait rouler le corps (le mien) sur lui-même. Quand il est arrivé près de la roue arrière, j’ai à nouveau ralenti la voiture afin qu’elle passe sur le corps allongé sur le dos. C’est ce qui s’est produit. Le corps s’est ensuite coincé derrière la roue et un gros tas de neige s’est amassé sous la voiture. J’ai vu la voiture traîner mon corps sur la route jusqu’au carrefour suivant. Quand la voiture a percuté le caniveau, le corps s’est décroché. Je me rappelle avoir été content que ce soit terminé. Toutefois la fille continuait à hurler, elle l’a fait pendant toute l’expérience. A cause de ses hurlements, un homme est sorti de chez lui. Il a regardé dans notre direction, puis dans celle que fixait la fille (et moi). Il a vu mon corps et couru vers lui. Le corps rampait, utilisant seulement le bras gauche. Je crois qu’il essayait de rentrer à la maison, je n’en suis pas sûr.

Tandis que l’homme courait vers mon corps, j’ai essayé de dire à la fille que j’allais bien. Mais elle ne m’entendait pas et ne me voyait pas non-plus. J’ai tenté de l’agripper, toutefois mes mains sont passées à travers elle. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à comprendre ce qui se produisait. J’ai regardé vers mon corps, l’homme est arrivé, il l’a attrapé, l’a retourné, lui caressant la tête. Il a tourné la tête en direction de sa femme en disant : « Appelle une ambulance, le gamin est en train de mourir. ». Prise de très violents sanglots, la fille se tenait la tête. A ce moment-là on m’a dit de repartir ou de continuer. Je suis allé vers mon corps, je ne marchais pas, c’était comme si j’avançais en flottant. J’ai plané au-dessus de mon corps, à nouveau on m’a dit « Il reste peu de temps, décide-toi. ». En regardant vers le bas, j’ai répondu : « Je ne vais pas rentrer là-dedans. ». Le corps saignait par la bouche, les oreilles et le nez. Je voyais qu’il souffrait, j’ai donc dit : « Je ne vais pas retourner là-dedans. ». J’ai alors quitté les lieux. Il y a eu un bruit semblable à une machine qu’on met en marche, je me suis retrouvé dans un tunnel très sombre avec un tout petit point de lumière très, très loin devant moi. Je sentais que j’avançais vers la lumière. En approchant, j’ai remarqué qu’elle était plus intense que toutes celles vues au cours de ma vie, pourtant elle ne faisait pas mal aux yeux. En me rapprochant je ressentais un SENTIMENT d’amour. Comme dans les bras d’une mère mais beaucoup, beaucoup plus fort.

De plus en plus proche de la lumière, je n’avais pas peur, je ne m’inquiétais de rien. J’avais la sensation que tout allait bien. En sortant du tunnel, tout est devenu très brumeux, mais je pouvais distinguer la silhouette de personnes marchant dans ma direction. Je ne voyais pas leur visage, ils marchaient simplement près de moi, à droite et à gauche. Je me suis un peu éloigné du tunnel, mais j’ai à nouveau eu peur, craignant de ne pas retrouver mon chemin. Je continuais à entendre de l’eau goutter, avec de l’écho comme dans un tunnel. J’ai continué à avancer et je suis arrivé devant quelques marches. Elles étaient en or massif. Je me souviens d’avoir pensé que si je pouvais en ramener une à ma mère, tout irait bien. Ma mère était veuve depuis longtemps et nous subissions des difficultés. Sur le côté des marches, il y avait une plaque indiquant « Vol nnn », je ne me rappelle plus du numéro, mais il y avait trois chiffres. C’est alors que j’ai entendu, ou remarqué que quelqu’un descendait les marches. Je me suis éloigné un peu en courant et me suis agenouillé dans le brouillard afin de ne pas être vu. A mesure que cette personne descendait les marches, j’ai aperçu ses pieds, ses chevilles, puis ses jambes. J’ai alors eu la sensation de de la connaître mais sans savoir qui elle était. Ensuite j’ai vu sa poitrine vêtue d’une chemise blanche. J’aurais dû la reconnaître à ce moment-là, mais ce ne fut pas le cas (avant d’être inhumé, mon père portait une chemise blanche dans son cercueil). Quand son visage est apparu, j’ai vu que c’était lui. J’avais six ans quand il est mort. Je me suis levé et j’ai couru vers l’escalier en criant : « Papa, papa, oh papa je m’excuse de ce que j’ai fait. ». Il m’a souri, j’ai aperçu sa dent en or, il a cessé de descendre les marches. Il m’a alors dit : « Ce n’est pas grave… tant que tu es vraiment désolé de ce que tu as fait. ». J’ai répondu : « Oui papa, je suis vraiment désolé. ». Il a poursuivi : « Bien, alors il n’en faut pas davantage. Voudrais-tu venir vivre avec moi quelque temps ? ». J’ai acquiescé : « Oui, j’aimerais bien. ». Il a tendu la main pour me faire venir et j’y suis allé. Il m’a pris par la main, s’est retourné, nous avons entamé la montée des marches. Nous en avons gravi quelques-unes et nous sommes arrêtés. Il a soupiré en me demandant : « Qu’est-ce qui ne va pas ? ». Il avait la tête basse, regardant le sol, il ne m’a plus regardé par la suite. J’ai répondu : « Je ne peux pas aller avec toi, maman et Ritchie (mon petit frère) vont pleurer. ». Immédiatement, j’ai entendu comme un magnétophone se rembobinant. J’ai éprouvé de la douleur, beaucoup de douleur, je ne pouvais pas respirer. J’ai ouvert les yeux et j’ai vu un homme qui me tenait. C’était celui qui était sorti de chez lui quand la fille avait hurlé. J’ai essayé de lui parler mais je n’y parvenais pas. Respirer était très douloureux. J’ai fini par m’exprimer (je ne suis pas fier de ce que j’ai dit) : « J’arrive pas à respirer, espèce de fils de p… ». Il a répondu : « D’accord, tiens le coup, l’ambulance est en route. ». A ce moment-là, il y avait beaucoup de gens autour. Ils devaient être arrivés pendant que j’étais parti. Certains ont dit qu’ils me connaissaient, l’homme les a envoyés prévenir ma mère. Notre appartement était situé un pâté de maison plus loin. L’ambulance est arrivée en même temps que ma mère. Celle-ci est tombée dans la neige en courant vers moi, j’ai ri intérieurement en faisant des réflexions.

Quand nous sommes partis dans l’ambulance, je me souviens d’aller-retours dans mon corps, d’avoir regardé ma mère, moi-même et l’infirmière. A chaque cahot ou virage, la douleur était tellement atroce… qu’elle mettait ma vie en danger. J’ai appris plus tard que mon corps était écrasé, la plupart des côtes fracturées, fichées dans les poumons. Les cavités corporelles étaient remplies de sang. A l’hôpital, les médecins ont déclaré à ma mère qu’ils ne pouvaient rien faire, les cavités étant pleines de sang, si on incisait j’allais saigner à blanc.

Je perdais et reprenais connaissance. Toute ma famille était à l’hôpital. Six médecins discutaient autour de moi. Ma mère a envoyé chercher un prêtre pour les derniers sacrements. Elle et les médecins ignoraient ce que je savais : j’allais m’en sortir. Lorsque le père T. est arrivé, j’ai tenté de lui parler mais je n’y suis pas parvenu. J’arrivais seulement à remuer le bras gauche et bouger la tête. Je lui ai fait signe de façon répétée. Le père T. m’a regardé dans les yeux, j’ai secoué la tête. Sans paroles, nous avons communiqué. Il m’a à nouveau regardé dans les yeux en souriant, comme pour dire : tu es allé là-bas et tu vas t’en tirer. J’ai hoché la tête. Il a alors dit à ma mère que j’allais survivre, que je n’avais pas besoin des derniers sacrements. Elle a insisté pour qu’il les administre. Quand il a commencé, nous n’avons pas cessé de nous sourire, signifiant que nous savions mais pas eux.

L’hôpital m’a maintenu en observation permanente, les constantes vitales étant notées périodiquement. Les médecins ont informé ma mère qu’on allait pouvoir m’opérer si on parvenait à me stabiliser. Je savais qu’il n’y aurait pas d’opération. Tôt le matin je me suis endormi. L’infirmière a paniqué, commençant à m’administrer de l’oxygène et appelant de l’aide. Elle ignorait qu’en insufflant de l’oxygène dans les poumons, les côtes cassées allaient les perforer. Je ne pouvais l’en empêcher, pas plus que ceux venus à son aide. J’étais seulement capable de bouger le bras gauche. J’ai donc à nouveau quitté mon corps, observant leur tentative d’assistance. Finalement un infirmier a dit d’enlever l’oxygène, ce qui fut fait. Je m’en sortais bien.

Dans la matinée, les médecins sont arrivés les uns après les autres. Ils discutaient de mon état, incapables d’expliquer ce qui se passait. Moi je le savais. Finalement ils sont sortis, déclarant à ma famille que, de manière inexplicable, il n’y avait plus de sang dans les cavités, j’étais stabilisé et on allait continuer à me surveiller. Plus tard au cours de mon séjour à l’hôpital, on a envoyé des psychiatres pour parler de mon expérience. Je ne leur ai rien dit. 

Au moment de votre expérience, y avait-il une situation mettant votre vie en danger ?   Oui   Les roues avant et arrière d’un véhicule m’ont roulé sur le corps.

Cette expérience est-elle difficile à décrire avec des mots ?    Non    Pendant des années je n’ai dit à personne ce qui s’était passé.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à celui de tous les jours.     Conscience et lucidité normales    J’ai été conscient et lucide pendant l’intégralité de l’expérience    En réalité je ne l’étais pas, mais j’avais en fait une meilleure compréhension des choses.

Veuillez comparer votre vue pendant l’expérience à celle que vous aviez juste avant l’expérience.    Ma vue était identique mais pas ma conscience.

Veuillez comparer votre ouïe pendant l’expérience à celle que vous aviez juste avant l’expérience.    Mon ouïe était identique, sauf quand j’ai réintégré mon corps. La réalité s’est réinstallée.

Avez-vous vu ou entendu des évènements terrestres qui se déroulaient alors que votre conscience était séparée de votre corps physique/terrestre ?    Oui   Je ne suis pas certain de comprendre la question, vous demandez peut-être si j’ai entendu et vu des choses que mon corps n’entendait ni ne voyait, je ne peux pas répondre à cela. Je ne peux que raconter ce que j’ai vécu hors de mon corps. Celui-ci pouvait-il voir, entendre ou sentir, je l’ignore.

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ?     Peur, amour, sérénité. 

Avez-vous traversé un tunnel ?     Oui    C’était un tunnel obscur avec une lumière blanche à l’extrémité. A mesure que j’avançais vers la lumière, elle grandissait de plus en plus, le sentiment d’AMOUR PUR se faisait de plus en plus ressentir.

Avez-vous vu une lumière surnaturelle ?    Oui   Plus intense que toute les lumières que j’ai vues, mais elle ne faisait pas mal aux yeux.

Vous a-t-il semblé rencontrer un être ou une présence ésotérique, ou bien entendre une voix non identifiée ?    J’ai entendu une voix que je n’ai pas pu identifier Quelque chose ou quelqu’un m’a parlé pendant toute l’expérience. Je pouvais faire des choses dont je suis incapable maintenant.

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres décédés (ou en vie) ?    Oui     J’ai vu mon père nettement et je lui ai parlé. J’ai vu d’autres personnes, mais pas leurs visages.

Au cours de l’expérience, avez-vous eu connaissance d’évènements de votre passé ?     Non

Vous a-t-il semblé pénétrer dans un monde différent, surnaturel ?    Un endroit inconnu, étrange Je ne suis pas certain de l’endroit où je me trouvais, je crois que j’étais au seuil d’un autre lieu.

Le temps a-t-il paru accélérer ou ralentir ?    Le temps paraissait aller plus vite ou plus lentement que d’habitude Pendant l’expérience, j’avais le pouvoir de ralentir les choses sur terre.

Soudainement, vous a-t-il  semblé tout comprendre ?    Tout sur moi ou sur les autres J’ai tout à coup compris des choses que j’ignorais, sans parole ni ouïe je pouvais communiquer avec une « présence ressentie ».

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ?    Oui    Lorsque j’ai quitté mon corps. Il y a une limite à ce qu’on peut faire, selon le côté où l’on se trouve.

Etes-vous arrivé(e) à une limite ou un point de non-retour ?    Je suis arrivé(e) à une décision consciente et claire de « revenir » à la vie Ma décision ne relevait pas de la conscience terrestre mais de la perception.

Avez-vous vu des scènes de l’avenir ?     Non

Avez-vous  le sentiment d’avoir connaissance d’un savoir ou dessein particulier ?     Oui    Je sais que seul le corps meurt, pas soi.

Veuillez expliquer tout changement qui aurait eu lieu dans votre vie après votre expérience :     De légers changements dans ma vie.     Ce que je sais est la vérité pure.

Après s’être produite, votre expérience a-t-elle provoqué des changements dans vos valeurs ou vos croyances ?    Oui     Foi véritable en la survie après la mort.

Après votre expérience, possédiez-vous des facultés paranormales, sortant de l’ordinaire ou autres que vous n’aviez pas avant l’expérience ?     Oui     Je comprends pourquoi et comment on meurt, comment on a le choix de revenir ou non.

Avez-vous raconté cette expérience à quelqu’un ?   Oui   Après 5 années.

Avant votre expérience, connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) ?    Indécis   

Peu après avoir vécu votre expérience (quelques jours ou semaines), comment considériez-vous sa réalité :     L’expérience était tout à fait réelle     J’ai vécu des deux côtés, je suis allé là-bas.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience : L’expérience était tout à fait réelle     Je suis allé là-bas.

Vos relations ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?    Indécis

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?     Oui    Je suis davantage en harmonie avec certains comportements, certaines valeurs et croyances.

Au cours de votre vie, est-ce que quoi que ce soit, à un moment quelconque, aurait reproduit une partie de l’expérience ?     Oui    j’ai vécu quelques expériences qui m’ont ramené là-bas.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles votre expérience complètement et avec exactitude ?    Oui    Oui et non. Je trouve difficile d’expliquer comment je me trouvais à deux endroits en même temps.

Y a-t-il une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur particulière pour vous ?     J’ai pu voir la vie telle que nous connaissons, ainsi que la vie après la vie. Les personnes en vie ne pouvaient m’entendre, ni me voir, ni me sentir. Je ne pouvais pas les sentir, par contre je les voyais et les entendais. J’ai pu entendre mon père et sentir ses mains.