NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Richard L

DESCRIPTION DE L’Experience

J’avais huit ans et je grandissais dans les faubourgs de Los Angeles, dans la Vallée  San Gabriel, dans une ville qui s’appelle el Monte.

Je me trouvais sur mon vélo, un jour, avec mon meilleur ami, Félix, le long d’une rue très passante. J’étais du côté droit de la route, dans le sens de la  circulation.  Mon ami se trouvait de l’autre côté, roulant dans le même sens. Il fallait que je traverse la rue pour le rejoindre. J’ai donc regardé par-dessus mon épaule pour voir les voitures qui arrivaient.  A cause de la courbe sur la route, je ne pouvais pas voir au-delà de 100 pieds. La vitesse sur ce tronçon, était limitée à 40 kilomètres/heure, mais les gens conduisaient souvent à une vitesse bien supérieure, de sorte que je savais que je n’avais pas assez de visibilité pour traverser en toute sécurité.

Je me suis rendu compte que Félix pouvait voir beaucoup plus loin que moi, aussi l’ai-je appelé : « Hé ! Tu vois des voitures qui arrivent ? ». Il a regardé en arrière, a secoué la tête, et a dit : « La voie est libre ! ». J’ai viré d’un seul coup du côté gauche pour traverser. La dernière chose dont je me souviens, c’est le son des pneus qui crissaient, d’avoir regardé par-dessus mon épaule et d’avoir aperçu l’avant d’une Chevrolet Impala qui  se trouvait à moins de 10 pieds. De la fumée gris bleu s’est échappée de ses côtés alors que le système de freinage verrouillait les pneus. 

Ensuite, ce dont je me souviens, c’est d’avoir éprouvé cette sensation de flotter  en l’air, à  20 pieds de haut. J’ai regardé vers le bas et j’ai vu un gamin allongé au milieu de la route. Il était là, les bras en croix, et la jambe gauche dans une drôle de position, les vêtements déchiquetés et sanglants,  il ne respirait pas. J’ai ressenti une étrange sensation de calme et de détachement, comme si le spectacle horrible qui se déroulait au-dessous de moi n’avait pas vraiment d’importance. J’ai vu des gens accourir vers le garçon. L’un d’entre eux a commencé à lui faire le bouche-à-bouche. Je pouvais l’entendre parler avec deux voix. 

« C’est étrange », ai-je pensé en moi-même.

Je l’ai entendu dire : « Appelez une ambulance, il ne respire plus ». Je pouvais aussi l’entendre dire en même temps : « oh, Mon Dieu, oh ! Mon dieu, ne meurs pas dans mes bras ! ». Je me suis rendu compte qu’il était en train de le penser,  mais pas de le dire. Je pouvais par ailleurs entendre les pensées des autres,  et néanmoins  distinguer tout ce qu’ils disaient/pensaient en même temps, me trouver à même d’en comprendre le sens dans son intégralité. 

J’ai observé ce spectacle pendant ce qui m’a semblé durer une minute,  puis j’ai remarqué une lumière vive qui brillait au-dessus de moi. J’ai levé les yeux et j’ai vu de la lumière qui ruisselait de ce qui semblait être un trou d’épingle dans le ciel. Le trou s’agrandissait graduellement. J’ai pu me rendre compte qu’il semblait déformer les choses qui l’environnaient, comme une lentille qui diffracte la lumière. La lumière ressemblait à de la nacre colorée, avec des filets de bleu, de rose, de vert et de jaune ou d’or. Elle était très belle et vraiment éclatante, pourtant je pouvais la voir nettement. Pas comme quand on regarde la lumière du soleil, qui peut être très gênante.

Je me suis mis à entendre un bourdonnement qui est rapidement devenu très fort. Comme le son augmentait, le trou au-dessus de moi s’agrandissait et je me sentais attiré vers le haut jusqu’à lui.  J’ai eu l’impression que  je me frayais difficilement un passage à travers une ouverture qui était trop petite pour moi.  Le bourdonnement s’est mué en hurlement strident quand j’ai pénétré dans le trou, produisant un effet semblable à celui d’un doppler quand je l’ai traversé. La sensation ressemblait à une descente le long d’un tunnel à une vitesse faible, pas très éloignée de l’effet  de « voilé » que l’on voit dans les films.  Je n’étais pas seul là-dedans, en tout cas. Je sentais la présence d’autres personnes mais je ne  pouvais pas les voir.

Je suis passé à travers une sorte de ligne de démarcation, une barrière de triage, difficile de décrire tout cela.  

Je me suis retrouvé environné de lumière. Des formes brumeuses ont commencé à se former alors que je regardais autour de moi. Au début, c’étaient juste des tourbillons de lumière mais elles ont rapidement pris la forme d’êtres humains. Il y en avait beaucoup autour de moi. J’ai entendu un léger murmure émanant d’elles, comme une foule qui chuchote  et parle entre elle. De cette foule se sont détachées trois formes qui se sont approchées de moi. Comme elles s’approchaient, je pouvais mieux les discerner, comme si elles étaient légèrement en dehors du champ de mire et que mes yeux étaient en train de s’adapter. « Ils » étaient grands et sveltes, portaient ce qui ressemblait à des tuniques  fluides. L’un d’entre eux avait une barbe.  Ils avaient tous des cheveux longs tombant jusqu’aux épaules. L’un d’eux s’est adressé à moi :

 « Tu n’es pas encore supposé te trouver là. Tu dois retourner. Tu sais ce que tu as accepté», a-t-il dit.

Je lui ai répondu que je ne voulais pas rentrer. J’aimais cet endroit, m’y sentais chez moi. J’ai eu l’impression que ma réponse les amusait.

J’ai jeté un coup d’œil circulaire à la foule. J’ai vu des visages familiers. C’étaient des amis, des ennemis, des gens que j’avais connus avant, mais je ne pouvais pas me souvenir où et quand. Je savais que pour certains d’entre eux, je les connaissais depuis vraiment longtemps. De nombreuses vies, de nombreux endroits, de nombreuses époques. J’avais des flashes de ces vies et de ces époques. Il y avait une sorte de continuité et de connexion à tout ce qui existe, une sorte de plan et d’ordre qui embrassait les siècles.

J’ai regardé à nouveau les trois personnes en face de moi. Ces gens étaient antiques. Je ne sais pas comment j’étais au courant de ça mais je savais que c’étaient de « vieilles âmes » qui encadraient mon groupe. Nous avions tous « jailli » d’eux, comme des enfants, chacun allant dans sa direction, mais restant cependant connecté à la source. Je n’ai rien ressenti, venant d’eux, qui ressemble à un jugement de nos actions. Je percevais tout au plus  comme une espèce de bienveillance amusée de leur part, comme des parents qui regardent leurs enfants jouer. Même les choses vraiment mauvaises que nous avions faites au cours de notre vie étaient exemptes de jugement. 

Celui qui portait une barbe m’a parlé : « tu peux poser des questions. Nous y répondrons et tu te souviendras. Il est important que tu le fasses ».

Ma première question a été : « Est-ce que c’est cela le Paradis ? »

Ca peut être ça, c’est ce que tu veux que ça soit. Ca peut aussi bien être l’Enfer, c’est ce que tu crois. Cette réalité est une extension de toi, qui se forme et se concrétise rapidement. Nous créons toujours notre propre réalité, quel que soit l’endroit où nous nous trouvons car nous sommes tous co-créateurs.

« Où est dieu ? Je ne le vois pas », ai-je demandé. Ils ont alors paru visiblement amusés, comme s’ils étaient en train de rire sous cape à ma question.

Comment pourrais-tu voir quelque chose dont tu es partie intégrante ? Nous sommes tous des expressions de Dieu.  Quand tu vois avec tes yeux, tu vois avec les yeux de Dieu et il expérimente la réalité à travers les tiens. Quand tu parles à Dieu,  tu parles à toi-même. Nous sommes tous une seule et même chose, il n’y a pas de division ou de séparation. Tu ne peux pas plus «voir » Dieu que ta main ne peut te voir car elle est une partie de toi-même et fonctionne à cause de toi et pour tes desseins, autant que pour les siens. Il n’y a pas de séparation. Tout ce qui semble exister est une illusion. La lumière qui nous entoure est Dieu.  C’est la source de notre existence et elle est accordée libéralement à tous. 

Question suivante : « Pourquoi est-ce que je me sens ici tellement chez moi ? »

Parce que c’est chez toi. Tout commence ici et retourne ici. C’est le point de départ de tous les voyages et de toutes les leçons.

Une question étrange. Je ne sais pas encore pourquoi je l’ai posée mais, en même temps, elle me semblait pertinente. « Quand je reviendrai, est-ce que je pourrai rester ? ». J’ai reçu une réponse encore plus étrange.

« Nous ne pensons pas que tu aies envie de rester longtemps, tu ne le fais jamais. Tu aimes tes leçons, particulièrement les plus ardues. Tu peux faire ce qui te plaira, c’est à toi de voir ». 

Cela a continué pendant une heure, à ce qu’il m’a semblé. J’ai posé un total de 15 questions qui couvraient une grande variété de sujets et d’idées. Je discuterai de certaines de ces idées sur demande. En ce qui concerne certaines d’entres elle, je préfèrerais ne pas en discuter. Elles sont, soit de nature très personnelle, des choses que la plupart d’entre nous ne sont pas prêts à entendre, soit des choses dont je ne peux pas encore parler.

Un jour, peut-être, j’écrirai un livre à ce sujet.

Après la dernière question, on m’a dit qu’il était temps de revenir. Je ne voulais toujours pas revenir, mais à cause de ce que je savais, je ne voulais pas discuter sur le sujet.

Je ne me souviens pas d’un quelconque événement qui m’ait remis là, mais je me suis soudain retrouvé dans une ambulance. J’ai senti une terrible douleur me parcourir tout le corps. J’avais l’impression d’étouffer. Il y avait un tube dans ma gorge. Je sentais une odeur de sang et je la goûtais. J’ai jeté un coup d’œil à l’assistant assis à côté de moi et j’ai été frappé d’une intense sensation de déjà vu. C’était le souvenir d’un rêve que j’avais fait deux jours auparavant. Toute la scène y était. Je me souviens d’une chose qui ressortait vraiment. Deux mots :

« Je me souviens ».

Est-ce que cette  sorte d’expérience était difficile à exprimer en mots ?
Oui Certains éléments de cette expérience sont difficiles à traduire en mots avec exactitude. Le sentiment d’expérimenter différents points de vue et événements simultanément en est un exemple. 

Au moment de l’expérience, existait-il un événement associé menaçant votre vie?
   
Oui, j’ai cessé de respirer, mais je ne suis pas sûr que mon cœur se soit aussi arrêté.

A quel moment de l’expérience vous trouviez-vous à votre niveau le plus élevé  de conscience et de vigilance ?  Tout de suite après être entré dans le tunnel. Mes sensations à ce moment-là peuvent seulement être décrites comme « surnaturelles », mais très « réelles » (et « naturelles ») à la fois. Même à ce jour, la sensation persiste comme un événement réel non un rêve.

Comment votre niveau de conscience et de vigilance le plus élevé au cours de cette expérience  pouvait-il se comparer à votre conscience et à votre vigilance normales de tous les jours ?   Plus de conscience et de vigilance que la normale.

Si votre niveau le plus élevé de vigilance et de conscience pendant l’expérience était différent de votre conscience et de votre vigilance quotidienne normale, veuillez expliquer :        J’étais capable de me trouver dans de multiples endroits en même temps et d’expérimenter des événements, d’avoir des conversations à de nombreux niveaux en même temps. Je n’avais pas de problèmes à conserver la trace de ces multiples expériences. La notion de temps semblait  « en expansion », en quelque sorte comme un moment donné qui s’étire en même temps dans le futur et dans le passé.

Est-ce que votre vision différait d’une quelconque manière de votre vision de tous les jours (sous touts les aspects, tels que la netteté, le champ de vision, les couleurs, la brillance, la profondeur du champ, le degré de solidité/la transparence des objets, etc.) ?  Oui         Quand je flottais autour de mon corps, je pouvais voir à 360 ° autour de moi en même temps.  Mais il me semblait me concentrer sur une plus petite zone de visibilité similaire à ma vision physique normale. Les gens que je voyais en dessous de moi apparaissaient comme hachurés, barbouillés quand ils bougeaient. Les couleurs semblaient normales, aucune transparence notée.

Est-ce que votre ouïe différait d’une quelconque manière de votre ouïe normale, quotidienne (sous n’importe quel aspect, telle que la netteté, la capacité à reconnaître la source du bruit, le ton, la sonorité, etc.) ?

Incertain      Pendant l’ESC (Expérience de Sortie du Corps), je n’ai rien noté. Au cours des événements qui ont suivi immédiatement, quand j’étais de l’autre côté, j’ai entendu les sons dans ma tête, en opposition à l’ouïe normale où les sons proviennent de l’extérieur.

Est-ce que vous avez expérimenté une séparation de votre conscience avec votre corps ?     Oui


 Quelles émotions avez-vous ressenties pendant l’expérience ?        Surtout du calme. 
 
Est-ce que vous êtes passé à travers un tunnel ou un espace fermé ? 
Oui        Description dans le récit ci-dessus.
  

Est-ce que vous avez vu une lumière ?       Oui   description dans le récit ci-dessus. 

Est-ce que vous avez vu ou rencontré d’autres êtres ?       Description dans le récit ci-dessus.

 
Est-ce que vous avez assisté à une revue d’événements passés de votre vie ?    Incertain.     J’ai revécu des événements du « passé » mais ils ne se raccordaient pas à ma vie présente.  J’ai également vécu des événements du « futur », aussi bien dans cette vie que dans des « vies à venir ». 
 
Est-ce que vous avez observé ou entendu quoi que ce soit en rapport avec des gens ou des événements, pendant votre expérience,  qui ait pu se vérifier plus tard ?  Oui      Mon ami qui avait assisté à l’accident m’a décrit de quelle manière  j’étais allongé sur la route. Cette description s’accordait avec mes souvenirs d’expérience de sortie du corps.

Est-ce que vous avez vu ou visité de beaux endroits ou des lieux, des niveaux, des dimensions autrement significatifs ?            Oui            Plusieurs endroits, de plusieurs façons. A certains moments, je me sentais comme si je me tenais vraiment sur un sentier sale, par exemple je voyais une maison où j’avais vécu  à une courte distance. A d’autres moments, j’observais les choses de l’ « extérieur », comme si j’étais en train de scruter une autre réalité. Difficile à décrire !

Est-ce que vous avez eu une sensation de temps ou d’espace altéré ?

Oui    Comme je l’ai décrit dans mon récit ci-dessus, le temps semblait s’étirer . J’aime utiliser le mot “expansif” car il semble le plus approprié à l’expérience.

Aviez-vous le sentiment d’accéder à un savoir spécial, un ordre et/ou un plan universels? Oui     tout est relié. Il n’y a pas de séparation entre nous et ce que nous décrivons comme Dieu. Pour ce que je sais d’autre, je préfèrerais ne pas en parler tout de suite. Une partie de ce savoir est très dérangeante. 

Est-ce que vous avez atteint une frontière ou une structure physiquement limitante ?  Oui      Comme cela est décrit dans le récit ci-dessus, il existait ubne frontière sous la forme d’un « trou » d’une sorte quelconque à travers lequel je me suis « glissé » à la fin du tunnel.

 Est-ce que vous avez eu connaissance d’événements futurs ?
Oui     En ce qui concerne les événements de ma vie que j’ai vus, ils se sont tous réalisés. Les visions consistaient d’événements majeurs et de « carrefours » de ma vie. Les détails n’apparaissaient pas, comme s’ils n’avaient pas encore existé.   

Est-ce que vous avez reçu un ou plusieurs dons psychiques ou paranormaux  à la suite de l’expérience, que vous ne possédiez pas avant celle-ci ?  Oui    je suis très empathique. Je peux aisément ressentir les sentiments et les émotions des autres personnes, même celles qui me sont totalement étrangères, quand elles se trouvent près de moi. Quant à ceux avec qui j’ai un lien émotionnel proche, je peux les percevoir à une distance très éloignée. J’ai aussi de nombreux rêves prémonitoires au sujet d’événements de ma vie et d’événements tout court.


 Est-ce que vous avez partagé votre expérience avec les autres ?    Oui           La première fois que j’ai raconté cette expérience, c’était au Pasteur de mon Eglise.  Il a rejeté l’expérience et il m’a dit que je devais avoir rêvé. Cela se passait plusieurs années avant que j’en parle à quelqu’un d’autre. La plupart des gens à qui j’en parle sont très sceptiques.

Est-ce que vous aviez connaissance  des experiences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ?   Non

Comment avez-vous appréhendé la réalité de votre expérience peu de temps (en jours ou en semaines) après qu’elle est survenue ?   L’expérience était manifestement réelle. Elle a eu lieu. Elle était réelle. Je me rappelle absolument tous les événements, exactement comme il m’a été dit que ce serait le cas.  Je me les rappelle dans les moindres détails à ce jour. 

Est-ce qu’il y avait une ou plusieurs parties de l’expérience chargées de sens pour vous ?     Tout avait un sens. 

Comment percevez-vous actuellement la réalité de votre expérience ?  L’expérience  était absolument réelle. Voir plus haut.

 Est-ce que votre relation aux autres a changé de manière significative, en résultat de votre expérience ?    Oui
          tout ce qui me concerne a, dès lors,  été modifié. On dirait que je n’ai plus la même personnalité qu’avant l’accident.  Ma vie avant l’accident ressemble davantage à un rêve, comme si elle appartenait à quelqu’un d’autre.

Est-ce que vos croyances/pratiques religieuses ont changé de manière significative en résultat de votre expérience ?
 
Oui    Je ne vais plus à l’église. C’est une perte de temps et d’énergie. Dieu se moque pas mal d’être adoré, il s’intéresse seulement à nos expériences et à notre croissance spirituelle.

A la suite de cette expérience, avez-vous connu des événements dans votre vie, des médicaments ou des substances qui ont reproduit une partie quelconque de l’expérience ?  Non.

Y a-t-il quelque chose que vous voudriez ajouter concernant cette expérience ? J’attends avec impatience le moment d’y retourner.