NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Rebecca I

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Je ne me rappelle pas de l’accident, c’était par un après-midi pluvieux. Il ne me reste que le souvenir très net d’avoir été inconsciente. Il y avait une vaste obscurité au dessus de moi et je m’en éloignais, par en dessous, comme si je tombais. Je n’étais pas certaine de l’endroit où je me trouvais, ni de ce qui se passait. Je me rappelle d’une sensation physique de rétrécissement, ainsi que de m’être parlé à moi-même. Je crois que c’était comme si j’avais été dans un entonnoir et que je descendais, à ce moment là j’étais à la pointe de l’entonnoir, j’étais très petite. J’ai même dit : «  Je suis de la taille d’un petit pois maintenant. Ça alors, je dois être en train de mourir. C’est vraiment facile, c’est si facile de mourir. On meurt en un clin d’œil, on peut mourir sans même le savoir… ».

J’ai alors réalisé que je ne pouvais pas mourir, mais pourquoi étais-je en train de mourir ? Puis des sons et des mots me sont parvenus d’au dessus du vide, comme par exemple : « lésions internes ». Quand j’ai entendu cela, je me suis souvenu que ma fille (5 ans) et ma nièce (6 ans) étaient dans la voiture avec moi, je ne pouvais pas mourir sans savoir si elles allaient bien. Alors que je pensais à m’efforcer de remonter, j’ai vu une lumière blanche aveuglante au dessous de moi. J’ai dû lutter pour m’en éloigner et traverser l’obscurité. Puis je suis arrivée en haut, j’ai ouvert brusquement les yeux, j’ai vu le visage d’un homme penché sur moi. J’ai exigé de savoir ce qui se passait, il a répondu : « Vous avez eu un accident de voiture et vous avez des blessures internes, nous vous emmenons au centre pour traumatisés. ». Je me suis alors mise à lui fournir les numéros de portable de mon mari, de mon frère, de ma belle-sœur. J’ai tendu le bras et pris la main de ma fille, puis j’ai perdu connaissance plusieurs fois, mais je ne suis pas repartie dans le vide.

J’ai bien surmonté toutes mes blessures, il ne m’en reste qu’une énorme cicatrice. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience y avait-il une situation mettant votre vie en danger ? Oui. Accident de voiture, j’ai subi des lésions internes. Fracture du bassin, rupture du diaphragme (les organes internes sont remontés dans les poumons).

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Inconscience.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Seulement au dessus de moi quand je me suis rendu compte (ou que je me suis dit) que j’étais en train de mourir. Ensuite j’ai pu me concentrer sur certaines paroles cruciales qui m’ont ramenée.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Oui. Cela ressemblait à un entonnoir dans lequel j’avais l’impression de descendre.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Elle était extrêmement brillante et blanche.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Non

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ? Non

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Il ne semblait pas y avoir de temps, comme s’il n’y en avait plus.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Non

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. J’ai atteint l’extrémité de l’entonnoir, c’était comme si j’allais tomber dans la lumière blanche, ou bien aller ailleurs.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. Il fallait que je « remonte » afin de savoir si les enfants allaient bien.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Exactement un an plus tard, j’ai fait d’effroyables cauchemars réalistes au cours desquels j’avais des accidents de voiture, cela a duré peu de temps. Dans mes rêves, je vivais des expériences de sortie du corps. Je n’avais eu aucun rêve juste après l’accident, ni durant toute l’année qui a suivi, je n’en ai plus eu depuis. Mais ils étaient tellement pénibles que je me suis écaillé la base des dents en serrant les mâchoires durant mon sommeil. La pression était à ce point, de plus je ne pouvais plus ouvrir la bouche au matin. J’ai dû aller voir un psychiatre. Je pense que ces rêves n’ont persisté qu’une semaine ou deux. Ils ne sont jamais revenus.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? J’ai toujours été très heureuse et positive, je le suis encore davantage mais maintenant je suis préoccupée des aléas de l’environnement. Cela me rend plus attentive, précautionneuse, craintive. Avant l’accident j’étais toujours insouciante, je me sentais très jeune pour mon âge, invulnérable en quelque sorte, totalement insensible aux dangers… J’ai aussi maintenant tendance à dire aux gens que mourir n’est pas un problème. Chaque fois que j’apprends qu’une personne est incurable, je veux la réconforter. Pourquoi, je l’ignore, car ce n’était qu’un sentiment, pas un endroit, ni un ange, ni quoi que ce soit de ce genre.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Je ne suis pas pieuse, mais je me pose des questions au sujet d’un second incident. Le fait que j’aie fait une « prière » ou « marché » m’interroge… un peu.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je suis davantage en paix, plus consciente.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Elles ont paru intéressées. Un de mes amis proches est mort d’un cancer des os, il m’a souvent demandé de lui dire ce que j’avais ressenti quand j’ai pensé que je mourais. Cela l’a beaucoup réconforté. J’aurais souhaité pouvoir lui en dire davantage, ou bien que j’avais eu la vision d’anges, quelque chose de ce genre. Mais il a acquis beaucoup de sérénité du simple fait que je me sois sentie en paix au cours de l’évènement.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? La peur, j’ai éprouvé ma nature mortelle, je ne me sentais plus jeune, invulnérable, protégée comme c’était le cas avant.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? J’ai survécu, je suis contente de savoir ce que l’on ressent en « mourant ». Je suis très curieuse de ce qui se serait passé si j’étais allée plus profondément ou dans la lumière blanche ? Cela donne l’impression qu’il existe un au-delà où aller…

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui. Assez curieusement, trois ans plus tard j’ai vécu un autre incident de « mort imminente ». Au cours de celui-ci un véhicule a failli me percuter, ainsi qu’un groupe de 80 écoliers, nous descendions une route de montagne escarpée tard le soir. Les phares étaient juste derrière moi et j’ai vu la voiture arriver (vite et du mauvais côté de la route). Je me suis dit : « Oh mon Dieu, des gens vont mourir, s’il Te plaît, fais que ce soit moi. ». Je suis le seul parent qui ait vu la voiture arriver (peut-être étais-je naturellement bien plus attentive à cause de l’accident précédent). Quoi qu’il en soit, je ne sais comment, j’ai eu une réaction stupéfiante, rapide et d’une force énorme, je me suis mise à crier pour avertir tout le monde. Puis j’ai littéralement poussé et projeté 7 enfants (y compris ma fille) hors de la trajectoire de la voiture, le tout en courant plus vite que jamais. Je n’ai pas été percutée, ni personne d’autre. Mais le lendemain j’avais une terrible lésion au cou, une douleur tellement atroce. Rapidement, j’ai eu le bras paralysé. J’ai dû subir une opération majeure pour réparer ces graves dégâts. Même si le neurochirurgien a pratiqué une grande incision, la cicatrice au cou est à peine visible. Peu après, les parents ont accouru auprès de moi, ils m’ont étreinte et embrassée en me qualifiant d’héroïne. Aujourd’hui encore quand elle me voit, une des petites filles (adolescente maintenant) me remercie de lui avoir « sauvé la vie ». La raison pour laquelle je mentionne cet incident, c’est que les phares de la voiture m’ont plus tard rappelé la lumière de l’autre accident. Il est également étrange que ma « prière » ait reçu réponse. C’est moi qui ais été touchée, pas les enfants, toutefois je ne suis pas morte. Les gens m’ont demandé ensuite si je n’étais pas amère et en colère (j’ai extrêmement souffert pendant deux mois avant que les médecins ne réalisent que j’avais la moelle épinière lésée). J’éprouvais le contraire, comme si dans ce « marché » je m’étais éloignée de la lumière, car j’avais alors accepté de renoncer à la vie. Maintenant je vais bien avec un bras qui fonctionne, aucune douleur, une petite cicatrice, un cou qui bouge normalement mais simplement différemment et moins qu’auparavant.

Je sais que cela paraît sans relation avec l’accident précédent, mais je ressens quelque chose d’indéfinissable dans ce qui s’est passé. Le fait de regarder ces phares et de faire face à la mort à nouveau, comme si j’avais fait une prière ou un marché avec une puissance, ou quelque chose de ce genre. Cela ressemble tellement à l’incident précédent, au moment où j’étais à l’extrémité de l’entonnoir et que j’ai vu la lumière blanche. C’est mystérieux pour moi. Je me pose des questions, il doit y avoir du divin dans ce monde, ou dans l’autre.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui