NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Penny W

DESCRIPTION DE L'EXPERIENCE :

Avant l’évènement, j’avais présenté aux Urgences les symptômes d’un choc anaphylactique, je suis en effet allergique au poisson. Il avait fallu m’intuber et me mettre sous assistance respiratoire. Puis on m’a transférée par avion vers un hôpital plus grand. On m’a mise sous traitement afin de provoquer un coma de trois jours. Mon expérience est survenue au cours de cette période de trois jours. Je n’ai idée ni du jour, ni de l’heure, car le temps n’existe pas dans cet « autre » endroit. Tout se passe simultanément, mais sans chaos.

Voici mon expérience :

Je suis donc dans le coma. Il fait très noir, un vide. C’est tellement obscur. Une pression intense s’exerce tout autour et sur moi. Je suis seule. Il fait tellement, tellement noir, puis je m’endors et perds connaissance. Je m’éveille à nouveau dans le vide. Je lutte violemment pour me déplacer dans l’espace de ce vide. C’est épuisant et je retombe fréquemment dans un sommeil profond. Je suis incertaine concernant la durée, car dans cet autre endroit le temps tel que nous le connaissons n’existe pas, dans celui-là tout existe simultanément. Ce n’est pas le chaos car c’est ainsi que cela doit être.

Je me trouve de l’autre côté de ce que je décrirais au mieux comme une membrane. Cela ressemble à une image sous la surface gelée d’un lac. Ce n’est pas froid mais l’analogie fonctionne. Je flotte sous la membrane et je me rends compte que la pièce où se trouve mon corps est de l’autre côté. J’entends les gens parler. Ma fille est à ma droite, un peu en arrière et face au respirateur. Elle porte un chemisier. Elle est silencieuse. Elle est vraiment inquiète et le cache. Je me vois. J’essaie de réveiller mon corps, mais je gis inanimée dans le lit. Je suis sous la membrane et pas dans la chambre. Je peux seulement la voir, à travers la glace. Je me sentais profondément triste pour ma famille, mais indifférente à l’égard de mon corps et de son état.

Puis je me retrouve dans l’endroit obscur, le vide, avec toute cette pression, puis le sommeil profond. Ce dernier n’est pas du tout reposant. C’est le néant, induit hors de mon contrôle. Je lutte pour ne pas y tomber lorsque je le sens venir.

Ensuite je suis dans la lumière, mais « lumière » n’est pas le bon terme. Elle est blanche, riche de vibrations mais pas désagréable. Elle est tout autour de moi, sur moi, en moi et à travers moi. Elle est sécurisante. Je ne vois personne, mais je suis tout à fait consciente que tout le monde est là ; tous ceux que je connais ou non ; tous ceux qui ont existé. Nous sommes tous liés même si je ne vois personne. Je n’ai que la lumière pour seul vêtement. Je n’ai pas vraiment de forme définissable telle un corps ; je ne suis que lumière intense. D’autres personnes portent des vêtements, certaines des robes. Je comprends que les gens sont habillés en fonction de l’idée préconçue de ce qu’ils allaient porter ici, ce qu’ils pensaient porter au paradis alors qu’ils étaient encore en vie.

Je « vois » ces personnes, mais pas au sens physique, c’est difficile à décrire. J’ai utilisé l’expression « en vie ». Ce terme est inapproprié car il implique la « mort ». La mort n’existe pas. Il existe un état dans lequel nous pouvons choisir d’occuper un corps, mais le quitter ne signifie en aucun cas mourir. L’énergie ne peut être ni créée, ni détruite. Elle ne fait que changer de forme. On me l’a dit, mais pas en paroles, ce savoir était tout simplement présent. Je sais que j’ai appris cela tandis que je me trouvais dans mon corps, quand j’étais petite fille. C’est une vérité ici, dans le présent et ailleurs.

Je suis une lumière très brillante dans cet endroit, les êtres qui brillent intensément sont en danger. Les brigands qui vivent dans le vide œuvrent de concert afin d’essayer d’éteindre les lumières intenses. Je sais que les brigands l’ont tenté  à la fois dans le monde physique (aussi appelé présent) et l’endroit spirituel. Il n’y a pas de religion là-bas. AUCUNE. Il y a l’esprit, la connaissance, la lumière, la conscience. La connaissance est fournie lorsqu’elle est nécessaire. Il ne s’agit pas non-plus d’un amoncellement de faits. Elle est accordée, on n’a pas ensuite à s’en souvenir, elle s’imprime puis le plus gros s’en va. L’empreinte suffit pour la retenir.

Je n’ai pas vu d’être cher, ni une personne en particulier. Je n’en recherchais pas. J’ai simplement profité de la lumière et des ondes qui me traversaient, tout à fait contentée, sans aucun conflit. Puis j’ai été aspirée en arrière, très fortement, retour dans le lieu obscur, le vide. Ensuite je me retrouve près de la membrane entre le vide et le présent. Je sens que je la traverse. Je me vois allongée sur le lit. Je suis au-dessus de moi, bien que je ne flotte pas. J’aimerais pouvoir le décrire.

Mon existence se situe à l’emplacement du plafond de la pièce. Je me vois, ainsi que les moniteurs et le respirateur. Megan, ma meilleure amie, est là. Elle et mon fils, David, pleurent ensemble. Des infirmières se précipitent à l’intérieur, les opérateurs du respirateur arrivent en trombe, il y a des alarmes, des chiffres qui clignotent, mais je n’ai pas peur. Je suis complètement indifférente. Je vois mon corps totalement inerte sur le lit. Mes amis, Megan et David sont alors dans une salle d’attente. Je suis omniprésente, à la fois avec moi-même dans la chambre et dans la salle d’attente. David et Megan sont en train de dire que si je survis à cela, il faudra que quelqu’un puisse prendre les décisions médicales si je n’étais pas en mesure de le faire. Cette conversation et l’endroit ont été confirmés par la suite.

Mon attention s’est portée sur la salle d’attente. La conversation entre mon amie et mon fils, ainsi que ce qui se passe aux Soins Intensifs, se déroule simultanément mais je suis en mesure de reporter mon attention de l’un à l’autre. Le temps n’existe pas là-bas, même si les évènements se situent dans la chronologie correcte.

Mon attention se reporte sur la chambre. L’équipe médicale est concentrée, dans l’urgence. Le médecin arrive, on ouvre le chariot de réanimation, des traitements sont injectés dans la perfusion. Une pause intervient, chargée d’attentes, puis d’autres traitements, ensuite une infirmière blonde me masse violemment le sternum avec le poing. Si je pouvais le sentir, ce serait sans-doute douloureux. Cet évènement a été confirmé. Je suis brutalement aspirée en arrière dans l’obscurité, le vide. Tant de pression m’opprime fortement la poitrine. Respirer requiert toutes mes forces, bien que je ne ressente aucun souffle, ni le besoin de m’emplir les poumons. C’est comme si je devais faire ce travail pour le moi extérieur qui se trouve dans mon corps. Puis c’est le sommeil profond. Je me déplace dans l’espace noir, avec davantage d’efforts physiques que jamais. Je fais tout mon possible pour tenter de trouver la membrane, ou la lumière. Ensuite, sommeil profond à nouveau, puis dans la lumière. Je me déplace vers le centre de la lumière blanche, puis celle-ci m’habille, même si je n’ai pas de corps.

Je m’appuie davantage, comme si le dos reposait plus fermement contre un matelas. Je m’appuie dans la lumière. Je m’appuie dans cette part d’existence, comme si j’enfonçais les pieds dans le sol pour être en sécurité. Je ne veux pas être à nouveau aspirée dans le vide, dans le présent. Puis retour dans le vide, l’obscurité est tout autour de moi, pas seulement l’absence de lumière, mais aussi la présence de ce qui pourrait être qualifié de mauvais esprits, même s’il semble que ce soit une description tout à fait creuse, inappropriée. Ils sont tout autour de moi, venant dans ma direction, violant mon espace, comme s’ils me voulaient du mal. Je suis très faible, je perds rapidement mes forces.

Soudain, une femme de grande taille (indubitablement de sexe féminin mais à la posture de guerrier), parée d’une intense lumière blanche, je suis attirée avec grande force vers elle et plaquée contre ce qui constituerait sa poitrine. Elle lance le poing violemment pour frapper ce qui serait la tête de l’entité maléfique. Il fait sombre et je ne vois qu’elle, mais au tréfonds de moi-même je sais ce qui se passe. L’entité maléfique explose, projetée en de nombreux morceaux. Je suis avec elle, cet esprit lumineux, très proche, en sécurité et au chaud. Je sens sa présence qui m’enveloppe, autour de moi, sur ma peau, en moi et à travers moi. Nous sommes telles du sable dans un tourbillon, il est difficile de déterminer où elle se termine et où je commence, pourtant, d’une manière ou d’une autre, elle conserve son apparence de grande femme parée de lumière, c’est un esprit hardi, ma protectrice. Je ne veux pas la quitter et pourtant, je ne sais comment, je détermine de ne pas pouvoir rester dans l’immédiat. Je dois repartir pour exister dans mon corps et dans le présent, même si je préfèrerais qu’il en soit autrement. Je me sens très indifférente envers tout le monde, envers les enfants ; j’ai toutefois fermement pris ma décision et je retourne à mon corps.

Depuis je suis différente. Je rencontre des gens et je sais des choses que je ne devrais pas pouvoir connaître. A une infirmière, j’ai indiqué le prénom de sa dernière petite-fille. Je lui ai dit qu’une femme avait mis le bébé sur ses genoux, qu’elle avait enlevé une couverture derrière elle, qu’elle avait posé les mains sur la poitrine du bébé, qu’elle lui avait caressé le torse en descendant vers les jambes, jusqu’à dépasser les orteils de l’enfant. Je l’ai dit à cette infirmière que nous avons connue après ma sortie de l’hôpital. Je ne l’avais jamais rencontrée, elle n’avait pas pris part à mes soins, elle travaillait dans un hôpital d’une autre ville. Je savais qu’elle et son mari avaient acheté une maison, elle avait choisi de ne pas prendre sa retraite afin de pouvoir rembourser le prêt. Je lui ai dit sans ambages que c’était une mauvaise décision, qu’elle et son mari s’épuisaient  en se concentrant sur eux-mêmes et leur propre confort, au lieu de se rapprocher de leurs petits-enfants en déménageant et d’agir d’une manière qui enrichirait la vie des membres de la famille.

J’ai vécu depuis de nombreuses expériences de ce genre. Je peux même recréer l’endroit où je ne suis pas dans mon corps, je suis à l’extérieur, je peux voyager à volonté vers la lumière et d’autres endroits. Je n’ai pas du tout peur de la mort, car elle existe seulement dans le sens où le corps devient inutile, qu’on l’abandonne. L’au-delà me manque, je suis impatiente d’y retourner, de ne plus être encombrée par le corps et tout ce qui va avec. J’ai beaucoup de difficultés à m’adapter à mon corps et à mon mental. Je suis des thérapies : langage, occupationnelle et aussi physique chaque semaine à cause de troubles de l’équilibre. Bien qu’on ne m’ait pas diagnostiqué d’attaque, j’ai des problèmes d’aphasie réceptive / expressive, comme savoir comment se comporter en société. Par exemple, quand je ressens fortement quelque chose concernant des personnes, je vais vers elles et je leur dis certaines choses, particulièrement des éléments qui amélioreront leur avenir ou qui leur apporteront du réconfort. J’ai chaque fois raison concernant les détails de leur vie, quand je leur dis ce qu’il en est elles sont toujours reconnaissantes, elles ont le sentiment que ces informations « mettent en plein dans le mille ». Avez-vous déjà déballé un paquet puis remis le contenu dans l’emballage, les articles ne rentrent jamais tout à fait correctement. Je me sens ainsi aujourd’hui, comme si je ne rentrais plus dans la boîte du corps et de l’intellect. Ce n’est plus pareil.

Informations générales :

Sexe :         féminin

Date de l’EMI :           août 2014

Éléments de l’EMI :

Au moment de votre expérience, y avait-il un événement qui menaçait votre vie ?    Oui  réaction allergique, choc anaphylactique et coma provoqué avec assistance respiratoire. Evènement mettant la vie en danger, mais sans mort clinique.

J’ai subi un choc anaphylactique.

Comment considérez-vous la teneur de votre expérience ?     A la fois agréable ET pénible

L’expérience a comporté :     une décorporation

Vous êtes-vous senti séparée de votre corps ?   Oui  Les faits ont été vérifiés.

J'ai nettement quitté mon corps et j'existais en dehors

Quel était votre degré de conscience et de lucidité durant cette expérience comparativement à celui que vous avez au quotidien en temps normal ?     Plus conscient(e) et lucide que d’habitude

C’est difficile à exprimer car les mots sont restrictifs. J’étais dans la lumière, je savais des choses sans les demander, j’ai appris sans chercher, je connaissais mon dessein et la définition de mon existence. Je savais que tout est comme il se doit, même lorsque cela semble être le contraire. Je sais que toutes les choses existent simultanément. Je savais que j’avais vécu dans le présent à de nombreuses reprises auparavant, que j’allais choisir d’habiter un corps sur cette terre bien d’autres fois. Je savais que les liens avec les gens sur terre ne cessent pas. Rien n’est perdu. La conscience n’est pas le cerveau, elle ne peut être confinée à une structure ou à un corps. Elle existe et a toujours existé. Nous sommes tous liés à tout. Un jour j’ai voyagé en esprit vers un lieu, il y avait des fleurs, de l’herbe, j’étais dans une vallée. Les sons, les couleurs et les odeurs étaient indéfinissables. Ces fleurs étaient brillamment ornées de lumière d’une couleur comme il n’en existe pas ici. Tout dans l’au-delà comporte une vibration, il en est de même ici, mais rares sont ceux qui le ressentent. Il y aurait tant à dire que je pourrais écrire des livres, mais je vais m’arrêter là.

Durant votre expérience, à quel moment étiez-vous au niveau maximum de conscience et de lucidité ?     Lorsque j’étais dans la lumière.

Vos pensées étaient-elles accélérées ?     Plus rapides que d’habitude

Est-ce que le temps vous a paru s'accélérer ou ralentir ?     Tout semblait se passer en même temps, ou le temps s’est arrêté, ou il n’y avait pas de notion de temps   C’est la bonne description. Le temps tel qu’on le conçoit ici, n’existe pas là-bas, même s’il y a une chronologie nette des évènements. C’est-à-dire : ceci se produit en premier, puis ceci, puis cela. Je n’ai aucune idée de la durée de mes séjours dans les différents endroits, si ce n’est que je suis restée trois jours dans le coma. A un moment donné, je sais par contre qu’il s’agissait du troisième jour, lorsque j’ai traversé la membrane vers le « présent » ma sœur était en effet arrivée.

Est-ce que vos sens étaient plus vifs que d'habitude ?    Incroyablement plus aiguisés

Pendant l’expérience, votre vue était-elle différente de ce qu’elle était juste avant ?    C’était totalement différent de la vue telle qu’on la connait. Là-bas on « voit » en totalité. Les images étaient créées dans mon savoir par de grandes ondes, toute l’énergie s’exprimant au travers de fréquences différentes. La lumière était utilisée pour envoyer des pensées en moi, elles formaient ensuite des images, mais pas devant mes yeux, dans mon esprit comme si je les avais vues.

Pendant l’expérience, votre ouïe était-elle différente de ce qu’elle était juste avant ?  Il s’agit là de pensée. L’ouïe ici-bas est limitée car nous ne percevons que des sons et non pas chaque onde et fréquence fine. Le son là-bas est similaire à ce qu’on peut ressentir lorsqu’on met la main sur un haut-parleur : on ressent les vibrations du son dans la main et si on met le volume très fort, dans le bras, dans les os, plus fort encore, au plus profond de soi. Concernant la façon dont les informations sont relayées, elles sont comprises en paroles non prononcées ; elles sont transmises à l’intérieur et forment une empreinte.

Avez-vous eu l'impression d'être conscient(e) d’évènements se déroulant ailleurs ?   Oui, les faits ont été vérifiés.

Avez-vous traversé un tunnel ?     Oui     Pas dans le sens qu’on pourrait croire. J’ai seulement été soudainement consciente de me trouver dans un vide obscur. Ensuite j’ai pu me retrouver dans le présent, j’ai éprouvé une sensation physique et un « pop » audible, lorsque j’ai traversé la membrane entre là-bas et ici. Lorsque j’ai été entraînée dans la lumière, je n’ai perçu aucun genre de paroi autour de moi, telles qu’on en verrait dans un tunnel, juste une forte sensation de traction vers l’ange brillant et ses bras. Lorsque j’ai été entraînée depuis ses bras vers le présent, c’était comme si j’avais été aspirée paru une violente tornade, mais par chance ce fut bref. En allant vers la lumière, je me déplaçais toujours vers l’avant. En revenant vers le présent, j’étais tirée en arrière, je regardais derrière. En allant et venant dans le vide, je me déplaçais dans les deux directions.

Avez-vous vu un(des) être(s) pendant votre expérience ?     Non

Avez-vous rencontré ou perçu la présence d'êtres décédés (ou encore en vie) ?     Oui     J’essaie de trouver une manière de l’exprimer. J’ai perçu autrui au sens collectif, en tant que conscience partagée. J’étais reliée à toute chose. Je le savais dans ma connaissance, même si je n’ai vu personne en particulier. Les termes « décédé ou en vie » posent problème car personne ne meurt : en ce sens, personne ne cesse d’exister. Les corps physiques sont abandonnés, mais tout le reste persiste.

L'expérience a comporté :   un vide

L'expérience a comporté :   une obscurité

L'expérience a comporté :   une lumière surnaturelle

Avez-vous vu ou vous êtes-vous senti(e) entouré par une lumière intense ?     Une lumière nettement ésotérique ou surnaturelle

Avez-vous vu une lumière surnaturelle ?     Oui   c’était ainsi que je l’ai décrit : brillant, plein d’ondes qui pénétraient jusqu’aux moindres nerfs ou cellules, ce qui entrainait une sensation physique puissante et agréable. La vue n’est pas seulement une perception visuelle, elle implique tous les sens, elle est spirituelle et mentale.

Avez-vous eu l'impression d'entrer dans un autre monde, surnaturel ?     Un monde nettement ésotérique ou surnaturel      J’ai pu déplacer mon existence à travers et dans 5 endroits identifiables. 1 le présent, qui comportait alors une chambre d’hôpital aux Soins Intensifs. Je possédais également une présence multiple dans le présent, au sens où je pouvais être dans ma chambre aux Soins Intensifs, ainsi qu’avec les membres de ma famille en salle d’attente, je percevais aussi leurs déplacements dans les couloirs. 2 le vide. Cet endroit obscur était très oppressant. 3 le sommeil profond : j’étais capable de sentir que j’y allais, mais une fois sur place j’étais totalement inconsciente. 4 la membrane, un endroit qui semblait se trouver dans une partie du « vide ». C’était comme une fenêtre à travers laquelle je voyais le présent, que je pouvais parfois traverser pour me rendre dans le présent. 5 la lumière intense : un lieu de lumière blanche brillante sur moi, en moi et à travers moi.

L'expérience a comporté :    une tonalité émotionnelle intense

Quelles émotions avez-vous ressenties durant l'expérience ?     Je juge mes capacités à la décrire tellement inappropriées. La mettre en mots semble souvent inexact, je sais en effet qu’ils sont cruellement insuffisants. J’ai fait l’expérience de l’amour complet, tous les genres à la fois, paternel, maternel, érotique, amical, tous. L’amour érotique est présent dans le sens où les sensations d’amour sont ressenties  agréablement comme juste après un orgasme, mais avec la même intensité. Beaucoup vont rejeter cette aspect, mais le nier ou l’omettre équivaudrait à le dérober. L’amour n’est pas seulement érotique car il serait creux ; il est paternel, protecteur, rassurant, maternel, m’enveloppant et me réconfortant intérieurement, il est fidèle et sans fin, procurant une sécurité totale. En étant aimée de cette façon, ma liberté d’expression a été libérée. J’ai ressenti la peur. Quand j’étais dans le vide, je me sentais menacée par les brigands ténébreux. Je savais qu’il y avait péril, me sentant tout à fait comme lorsqu’on est en danger ici-bas. Mon savoir connaissait leurs intentions. Lorsque la femme brillante est venue à mon secours, j’ai intensément éprouvé soulagement et sérénité. Ma peau tintait des ondes de l’endroit. Je ressentais de l’effervescence dans tous les sens du terme. Quand j’étais dans le vide, je me suis sentie oppressée, plombée, c’était une sensation d’écrasement à la fois physique et spirituelle.

Avez-vous éprouvé une sensation de paix ou de bien-être ?   Paix ou bien-être incroyable

Avez-vous éprouvé un sentiment de joie ?     Une joie incroyable

Avez-vous eu l'impression d'être en harmonie ou d'être uni(e) avec l'Univers ?     Je me sentais uni(e) au monde ou ne faisait qu'un avec le monde

L'expérience a comporté :    une connaissance ou un dessein particulier

Avez-vous soudainement eu l'impression de comprendre tout ?     Tout sur l'univers     J’ai compris tout ce que j’avais besoin de comprendre. Je n’ai pas reçu de connaissances sur des évènements ou des personnes en particulier. J’ai compris que l’univers est en harmonie, sa totalité et ses habitants, qu’ils soient humains, animaux, rochers ou arbres. Je savais qu’il existe un créateur, un être ou une entité qui a mis tout cela en mouvement. J’ai compris que rien n’existe en dehors de cette entité. J’ai totalement appréhendé que tout est toujours tel qu’il se doit.

Est-ce que des scènes de votre passé vous sont revenues ?     Non

Est-ce que des scènes de l’avenir vous sont apparues ?     Non

L'expérience a comporté : une frontière

Avez-vous atteint une frontière ou une structure physique de délimitation ?     Oui     La membrane entre là-bas et le présent a constitué la limite la plus nette : je passais à travers dans les deux sens avec une sensation de claquement.

Êtes-vous arrivée à une frontière ou à un point de non-retour ?   J'ai atteint une barrière que l'on ne m’a pas permis de dépasser; ou j'ai été renvoyé(e) contre ma volonté.   J’ai perçu dans mon savoir (savoir signifiant connaître quelque chose en totalité, pas seulement de façon académique, le connaître intégralement et à tous les niveaux d’existence), que je repartais. Je me suis résignée au fait qu’il s’agissait vraiment de la chose à faire alors. J’ai été aspirée de force dans mon corps et dans le présent, même si ma volonté en fut à l’origine. J’étais largement indifférente au fait que je puisse être nécessaire ou que je manque à quelqu’un. Cela n’a pris aucune part dans ma décision de revenir. Je savais tout simplement dans mon être que c’était l’étape suivante.

Dieu, spiritualité et religion :

Quelle importance accordiez-vous à la religion ou la vie spirituelle avant cette expérience ?     Peu importante pour moi

Quelle était votre religion avant cette expérience ?  Autre ou plusieurs   Je fréquentais une église chrétienne. Toutefois, je sais que ma spiritualité est indépendante, non liée à une quelconque religion. En particulier depuis mon EMI.

Vos pratiques religieuses ont-elles changé depuis cette expérience ?     Oui     Fondamentalement, il n’existe pas de religion dans le monde spirituel. Il y a un « Dieu » qui est l’auteur et le créateur de tout ce qui est. On vit plus d’une vie terrestre. Tout ce que nous « connaissons » et percevons existe effectivement en dehors de notre forme physique, c’est conservé d’une manière ou d’une autre dans l’univers, cela ne disparaît pas avec la mort du corps. La vie terrestre n’est qu’une toute petite partie de notre existence. Nous sommes éternels. Nous sommes tous reliés les uns aux autres et à tout, par conséquent, tout ce que nous faisons a une influence sur le reste. Chaque personne détermine elle-même son existence, Dieu est cependant présent en chaque part de celle-ci. L’amour et l’harmonie sont les valeurs les plus importantes. Le cœur de toute discorde comporte le mot « moi » ou « je ». Je fréquente une église chrétienne, je sais toutefois que ma spiritualité ne dépend pas, n’est pas liée à une religion. En particulier depuis mon EMI. Je sens les esprits à proximité. Je peux me connecter à des informations que les esprits me communiquent à l’intention de certaines personnes. J’ai vécu l’expérience d’être irrépressiblement obligée à prendre un crayon et un papier. Après l’avoir fait, je suis entrée dans une sorte de transe et j’ai écrit trois pages. Je les ai relues, ce n’était pas mon écriture… elle était totalement différente, sur la dernière page les mots formaient un cercle. Le message consistait en une affirmation de l’existence de Dieu.

Quelle importance accordez-vous à votre vie religieuse ou spirituelle après votre expérience ?     Très importante pour moi

Quelle-est votre religion maintenant ?     Chrétienne – Chrétienne autre   Je fréquente une église chrétienne, je sais toutefois que ma spiritualité ne dépend pas, n’est pas liée à une religion. En particulier depuis mon EMI.

Est-ce que cette expérience comportait des éléments conformes à vos croyances terrestres ?     Un contenu partiellement en accord, partiellement en désaccord avec les croyances que j’avais à l'époque de votre expérience.     Fondamentalement, il n’existe pas de religion dans le monde spirituel. Il y a un « Dieu » qui est l’auteur et le créateur de tout ce qui est. On vit plus d’une vie terrestre. Tout ce que nous « connaissons » et percevons existe effectivement en dehors de notre forme physique, c’est conservé d’une manière ou d’une autre dans l’univers, cela ne disparaît pas avec la mort du corps. La vie terrestre n’est qu’une toute petite partie de notre existence. Nous sommes éternels. Nous sommes tous reliés les uns aux autres ainsi qu’à tout, tout ce que nous faisons a par conséquent une influence sur le reste. Chaque personne détermine elle-même son existence, Dieu est cependant présent en chaque part de celle-ci. L’amour et l’harmonie sont les valeurs les plus importantes. Le cœur de toute discorde comporte le mot « moi » ou « je ».

Vos valeurs et croyances ont-elles changé à la suite de cette expérience ?     Oui     Tout est tel qu’il se doit. Nous pouvons vivre de nombreuses vies. Les temps sont simultanés, ce qui permet aux gens (qui en ont le pouvoir) de se déplacer d’un monde à un autre.

L'expérience a comporté :   la présence d’êtres surnaturels

Avez-vous eu l'impression de rencontrer un être ou une présence ésotérique, ou d'entendre une voix non identifiable ?     J'ai rencontré un être précis, ou une voix, clairement ésotérique ou surnaturelle   J’ai rencontré l’esprit féminin lumineux qui m’avait été affecté comme protectrice. Je n’ai pas entendu comme on « entend » dans le présent. J’ai simplement acquis sans effort toutes les informations dans mon être.

Avez-vous vu des esprits religieux ou des morts ?     Non

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres ayant vécu précédemment sur terre et dont le nom est mentionné par les religions (par exemple : Jésus, Mahomet, Bouddha, etc.) ?     Non 

Durant votre expérience, avez-vous acquis de l'information à propos d'une existence avant la vie de mortel ?     Oui     il a été fourni dans mon savoir que j’avais vécu de nombreuses vies, que j’allais en vivre beaucoup d’autres. Il était clair qu’il en va de même pour nous tous, que nous avons le choix de revenir, de faire l’expérience de la vie dans un corps physique car nous en décidons ainsi. Il a été fourni dans mon savoir qu’on choisit ces « vies » comme une partie du voyage pour se connaître soi-même, connaître et comprendre Dieu en nous. Il a aussi été fourni dans mon savoir que j’allais communiquer cette information à une multitude de gens, que j’allais être raillée pour l’avoir fait, qu’on allait me considérer comme blasphématrice, que je n’allais pas être acceptée par nombre de personnes dans la communauté chrétienne ou religieuse en général. Que des gens de la communauté religieuse allaient s’exprimer publiquement contre ces informations, tentant de réfuter l’intégralité de mon expérience, le faisant de façon à exposer des informations sur ma vie, dans l’espoir de ternir mon image. Cette information ne m’a pas perturbée.

Durant votre expérience, avez-vous acquis de l'information sur un lien ou une unicité dans l’univers ?     Oui     Oh Oui.  J’ai été informée que TOUT est lié. Toutes les personnes, toutes les choses, toutes les vies existantes sont liées. Toutes nos pensées sont liées, ensemble elles influencent l’orientation du monde et de l’univers. Nous sommes liés à la fois dans le présent et dans d’autres endroits. Nous sommes également liés aux esprits, ils sont avec nous, même si de nombreuses personnes ne sont pas en mesure de le percevoir ou de le savoir. Toute action de toute chose influence tout. TOUT.

Croyiez-vous en l'existence de Dieu avant votre expérience ?     Incertitudes sur l’existence de Dieu

Pendant votre expérience, avez-vous acquis des informations sur l'existence de Dieu ?     Oui     J’ai tout simplement su et compris que c’était la vérité. On m’a récemment communiqué des paroles qui ont été rendues présentes dans mon savoir au sujet de Dieu et de son existence. S’il existe quelque part une opportunité dans ce questionnaire, je vais en faire part.

Croyez-vous en l'existence de Dieu à la suite de cette expérience ?     Existence de Dieu indubitable

Concernant nos vies terrestres en dehors de la religion :

Durant votre expérience, avez-vous acquis une connaissance ou de l'information particulière à propos de votre dessein ?  Oui   Je suis une « lumière intense », en tant que « lumière intense » on m’a accordé le don de parler aux autres, de partager mes expériences d’une manière qui leur sera très utile. Avec le récit de mon expérience, beaucoup vont acquérir une compréhension qui leur procurera une sérénité extrêmement nécessaire.

Avant cette expérience, croyiez-vous que nos vies terrestres sont significatives et importantes ?     Significatives et importantes

Durant l'expérience, avez-vous reçu de l'information quant au sens de la vie ?     Oui     Il m’a été accordé le savoir selon lequel la raison de notre existence terrestre consiste en ce que nous puissions apprendre ce que nous sommes, ce que Dieu est en nous. Nous sommes ici-bas pour manifester Dieu au reste du monde par nos actes et nos pensées… Il nous faut de nombreuses vies ici-bas pour le comprendre. On m’a également accordé le savoir qu’il plaît à Dieu que nous profitions pleinement de notre expérience dans sa plénitude, au sens le plus pur.

Croyiez-vous à la vie après la vie avant cette expérience ?     Existence probable d’une vie après la vie

Croyez-vous en une vie après la vie à la suite de cette expérience ?     Existence indubitable d’une vie après la vie     Oui     Je l’ai su parce qu’on m’a accordé ce savoir. Je ne sais pas vraiment qui, dans le sens où je n’avais pas une personne face à moi. Savoir certaines choses est tout simplement accordé là-bas par l’énergie qui est la création de tout, à la fois dans le présent et ailleurs.

Aviez-vous peur de la mort avant cette expérience ?     Je craignais légèrement la mort

Avez-vous peur de la mort après votre expérience ?     Je n’ai pas peur de la mort

Aviez-vous peur de vivre votre vie avant cette expérience ?     J’avais légèrement peur de vivre ma vie terrestre

Après cette expérience, aviez-vous peur de vivre ?     Je n’avais pas peur de vivre ma vie terrestre

Avant votre expérience, croyiez-vous que nos vies terrestres sont importantes et significatives ?     Importantes et significatives

A la suite de votre expérience, croyiez-vous que nos vies terrestres sont importantes et significatives ?     Importantes et significatives

Avez-vous appris comment vivre nos vies ?     Non   

Durant votre expérience, avez-vous acquis de l'information à propos des difficultés, défis et obstacles de la vie ?     Oui     Seulement que cela ajoute à la riche complexité de notre expérience ici-bas. Qu’à la fois le bon et le mauvais, l’acide et le sucré, nous sont accordés afin que nous puissions disposer de l’expérience la plus complète ici-bas. Par contre, choisir de le voir ainsi ou non dépend grandement de nous-même. Depuis que je suis allée dans l’au-delà, je choisis de le considérer, de le vivre tel que prévu.

Étiez-vous compatissant(e) avant cette expérience ?     Légèrement compatissant(e) envers autrui

Durant cette expérience, avez-vous appris quelque chose à propos de l'amour ?     Oui     Pour en profiter au maximum, nous devons apprendre à l’exprimer et l’accepter sous tous ses aspects. Maternel, paternel, érotique, amical, etc. C’est merveilleux, une femme devrait manifester de l’amour maternel envers son partenaire et réciproquement, en plus de l’amour érotique, de celui vécu amicalement et fidèlement. Cet amour, notre manière de l’exprimer, apporte de la plénitude à la vie.

Etiez-vous compatissant(e) après cette expérience ?     Très compatissant(e) envers autrui

Quels changements sont survenus dans votre vie à la suite de votre expérience ?     De grands changements dans ma vie      Je me sens tout simplement tout à fait sereine la plupart du temps. Je ne suis ni fâchée, ni affectée par l’expression de la colère et de la frustration des autres par rapport aux problèmes dans leur vie, j’éprouve une grande compréhension et compassion à leur égard. Je suis maintenant en étroite harmonie avec le spirituel et les questions qui le concernent. Je suis aujourd’hui en mesure de savoir des choses sur la vie d’autrui… en particulier sur les personnes que je viens de rencontrer. Dieu m’a poussé à écrire des informations dont il veut que je dispose pour les partager avec autrui. Je suis hypersensible aux ondes, aux fréquences audibles. Les aigües provoquent une douleur immédiate, les basses me mettent presque immédiatement dans une sorte de transe. Je peux goûter la nourriture non seulement avec la langue mais avec l’intérieur des joues. Maintenant j’adore les plats épicés et je déteste des mets que j’aimais autrefois. Je peux maintenant lancer une méditation de guérison au diapason sur YouTube, quitter mon corps et voyager ailleurs. Je peux concentrer mon énergie sur une personne, elle semble la ressentir et se calmer. Il y a tant de changements, je pourrais continuer encore et encore.

Est-ce que vos relations ont changé précisément à cause de cette expérience ?    Les gens semblent percevoir que je suis sereine. Ceux qui ne venaient pas me voir pour du réconfort, ou pour lesquels c’est contraire à leur caractère, viennent à moi maintenant. J’éprouve bien plus de compassion à l’égard des personnes de ma vie. Je suis bien plus patiente. Je sais que les émotions négatives et leur expression par autrui ne sont pas un problème, que c’est une façon d’affronter la confusion de cette vie.

Après l'EMI :

Est-ce que l'expérience a été difficile à décrire en mots ?    Oui   Les mots sont trop restrictifs. J’ai l’impression que si j’étais artiste, je pourrais la dessiner, puis écrire les paroles, si je savais chanter, je pourrais ajouter le chant et la musique, le rythme. Si je pouvais vous toucher, je pourrais l’intégrer dans votre savoir. Il faudrait tous les arts, tous les sens, et un contact de ma part que vous puissiez recevoir. Mais hélas, je ne sais pas chanter, je ne suis pas une artiste non-plus et je ne peux pas écrire une symphonie qui communiquerait à vos oreilles comment c’était. Mon contact serait douloureusement insuffisant, avec les doigts je serais en mesure d’envoyer l’information dans votre corps, mais vous n’auriez aucune idée de la façon de l’interpréter.

Avec quelle précision vous rappelez-vous de l'expérience en comparaison d'autres événements à l’époque de l'expérience ?     Je me souviens plus précisément de l’expérience que d’autres évènements de ma vie à l’époque   Je me souviens tout à fait nettement de l’expérience, même si certains détails acquièrent occasionnellement une meilleure définition. Lorsque je me suis réveillée du coma, ma confusion était PROFONDE. Il a fallu 2 jours pour que je sois certaine de l’endroit où je me trouvais, quelle était l’année, etc. Tout le monde m’a dit que la seule chose dont je me souvenais, c’était du transport en hélicoptère… c’est bizarre car j’étais alors totalement inconsciente et je n’en ai aucun souvenir. Je crois que quelqu’un m’a dit que je ne cessais de le répéter. Mon fiancé m’a appris que quelques heures après être sortie du coma, je lui avais indiqué m’être vue dans le lit et m’être retrouvée en haut de la pièce en train de regarder vers le bas. Je ne me souviens pas de le lui avoir raconté, mais je me rappelle très nettement de ce souvenir.

A la suite de votre expérience, avez-vous acquis des capacités médiumniques, hors de l'ordinaire ou d'autres dons spéciaux que vous n'aviez pas avant ?     Oui     Je peux savoir des choses sur des gens que je ne connais pas. Je perçois des choses avec un lien émotionnel ou un sens profond pour des inconnus. Par exemple, la serveuse d’un restaurant où nous mangions… je l’ai regardée et je lui ai dit : « Vous êtres très liée à l’eau, en particulier à l’océan de la Côte Est. ». Elle était stupéfaite. Je lui ai dit : « Votre esprit et vous-même bénéficierez grandement d’un déménagement vous rapprochant de l’eau. ». Elle n’a eu aucun doute sur l’exactitude de mes propos.

Une ou plusieurs parties de l'expérience sont-elles particulièrement significatives pour vous ?      Toutes.

Avez-vous déjà raconté cette expérience ?   Oui    Quelques heures après être sortie du coma, j’ai raconté à mon fiancé que je m’étais vue allongée dans le lit alors que j’étais dans le coma sous assistance respiratoire, que ma fille se tenait dans la pièce à ma droite et un peu en retrait, qu’elle portait un chemisier rouge. Je me suis souvenu de l’expérience très peu de temps après mon réveil (quelques heures), mais mon élocution était telle que je ne pouvais pas l’exprimer. Par ailleurs, j’étais très faible et j’ai beaucoup dormi pendant environ quatre jours. Il est frappant que le jour de la sortie du coma et de l’arrêt de l’assistance respiratoire, j’aie fait des allées et venues entre le présent et le vide. J’ai mis par écrit l’expérience environ un mois après ma sortie de l’hôpital. Aujourd’hui, j’en suis sortie depuis environ un mois.

Aviez-vous connaissance des expériences de mort imminente (EMI) avant cette expérience ?   Oui   J’ai vécu une expérience de mort imminente par le passé. Je ne sais pas si elle a influencé celle-ci, même si elle était différente dans la mesure où je suis restée dans la pièce, observant les évènements qui s’y déroulaient. Je ne suis pas allée dans un autre monde. J’ai toutefois vécu par la suite une décorporation, au cours de celle-ci j’ai voyagé vers un lieu spirituel dans lequel j’ai séjourné.

Qu'avez-vous pensé de la réalité de l'expérience que vous avez-vécue peu de temps (jours ou semaines) après qu'elle soit survenue ?    L'expérience était tout à fait réelle     Je savais tout simplement que c’était authentique. J’étais impatiente de recouvrer mes facultés d’élocution afin de pouvoir la raconter à autrui.

Que pensez-vous de la réalité de l'expérience maintenant ?     L'expérience était tout à fait réelle     Je n’ai tout simplement aucun doute sur son authenticité. Ce fut une merveilleuse expérience, du genre que je suis impatiente de revivre : pas le vide, qui était vraiment un endroit affreux.

Est-ce que quelque chose a reproduit une partie de cette expérience à une période de votre vie ?   Oui   Je peux voyager hors de mon corps, dans le monde spirituel. Certaines fréquences sonores, comme celles des bols tibétains et des diapasons, peuvent me mettre en transe et je peux voyager hors du corps.