Page d’Accueil – NDERF

EMI de Pegi R

Témoignages d’EMI
Partagez votre EMI

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Pendant que mon mari me conduisait aux Urgences situées à une heure de route, je souffrais beaucoup, mais la douleur a cessé de manière étrange alors que nous étions presque arrivés, cela m’a fait comprendre que j’étais en train de disparaître/mourir. Une fois à l’hôpital, j’ai dit à l’infirmière que j’étais sur le point de mourir ou de vomir, que je suspectais un accouchement par les trompes. Une infirmière m’a véhiculée le long d’un couloir dans une chaise roulante. Elle m’avait donné un haricot dans le cas où j’aurais vomi. J’ai incliné la tête au-dessus car je me sentais très nauséeuse et faible tandis qu’elle me poussait.

Tout à coup, je me suis retrouvée en train de traverser un tunnel très rapidement. Le vent de la vitesse était extrêmement bruyant. Comme sur une montagne russe qui grimperait tout droit dans l’espace, j’ai jailli telle une fusée et je suis allée très loin. J’avais très peur de l’endroit vers lequel j’étais entraînée. J’ai compris que je n’allais pas savoir comment revenir. J’avais nettement le sentiment de quitter la terre, d’aller quelque part très loin dans l’espace. Puis cela s’est arrêté. Tout était parfaitement immobile et paisible, j’étais suspendue dans une lumière intense qui m’environnait. En haut, en bas, en-dessous et au-dessus, tout était lumière. J’étais à l’intérieur de cette lumière blanche. Je ne me voyais pas moi-même. J’avais toujours la sensation d’être moi. J’ignorais quoi faire, je sentais seulement que j’étais là. Je me souvenais du tunnel et de la vitesse, comment cela avait cessé brutalement et maintenant je me retrouvais là. Je savais que j’étais morte.

Au début, j’ai eu l’impression d’être seule. Ensuite, j’ai remarqué des ombres face à moi. Il s’agissait d’un groupe de personnes. Elles me regardaient. Je pouvais les ressentir, voir leur silhouette. Elles étaient toutes debout, à l’exception de l’une d’elles, assise au milieu et en avant des autres. C’était Dieu. Il m’a parlé et je lui ai parlé. J’ai été impolie et irrespectueuse. Je hurlais que je ne voulais pas être là, que je ne voulais pas rester. J’étais très en colère. Je lui ai dit que j’avais deux jeunes fils à la maison et qu’ils avaient besoin de moi. J’ai dit que je n’allais pas partir. Par la pensée, Dieu m’a communiqué que je faisais de la manipulation, que foncièrement ce n’était pas moi la patronne là-bas. Je me suis soumise, je lui ai demandé à voir l’avenir. J’ai déclaré que si mes fils s’en tiraient mieux sans moi, alors j’allais rester. Mais si ce n’était pas le cas, je le suppliais de me laisser repartir afin de m’occuper d’eux. J’ai alors vu mes fils chez moi, élevés par leur papa sans que je sois là. Ils étaient tellement tristes et solitaires. Leur père avait une compagne qui ne les aimait pas comme moi. Je leur manquais terriblement. J’étais très peinée et je voulais les réconforter. J’ai demandé à Dieu : « Qui va les instruire à ton sujet ? ».

J’ai soudain réintégré mon corps sur le fauteuil roulant, la tête toujours penchée, le haricot reposant sur les genoux. L’infirmière qui me poussait était en train de discuter avec une femme. Au début je pouvais seulement les entendre, ensuite j’ai ressenti mon corps, d’abord les mains sur les accoudoirs de la chaise roulante, puis le reste. Ensuite j’ai pensé que l’infirmière ne s’était même pas rendu compte que sa patiente venait de mourir, car elle était trop occupée à discuter. Puis je me suis demandé ce qui avait bien pu se passer ? Ensuite j’ai décidé que je ne pouvais pas y réfléchir sur le moment, je devais me concentrer sur ma survie pour m’en sortir. Dans mon cœur je savais que mes jumeaux étaient morts et que je devais maintenant trouver un moyen de vivre pour mes fils. L’infirmière m’a emmenée en salle d’examen et m’a installée sur une haute table d’examen. Je tremblais de froid. Mon mari était là en train de m’attendre. Il m’a maintenu les genoux afin que les tremblements ne me fassent pas tomber de la table. Il a obtenu qu’on continue à me fournir des draps chauds. Le médecin est arrivé et m’a préparée pour une dilatation et un curetage. Il a toutefois indiqué que je n’en avais pas besoin car l’utérus était intact. Il a dit que je pouvais rester durant la nuit si cela me rassurait. Mon mari est reparti à la maison. Je suis restée seule dans la chambre toute la nuit. J’éprouvais une souffrance terrible dans la région du bassin (trompe). Je me suis alors assise et j’ai perdu connaissance, j’ai vomi et me suis réveillée couverte de vomissures. Chaque fois que je m’asseyais, je m’évanouissais et je vomissais. L’infirmière s’est mise en colère en disant que je devais utiliser le haricot, elle a refusé d’appeler le médecin. Elle a dit qu’il était parti dormir chez lui et qu’elle n’allait pas le réveiller. Le lendemain on m’a emmenée passer une échographie (couchée dans le lit car si on tentait de m’emmener assise dans un fauteuil roulant, je perdais connaissance). Là on a décelé une hémorragie interne emplissant toute la cavité abdominale jusqu’à la poitrine. Ensuite on a vu un bébé dans l’utérus et un autre à moitié coincé dans la trompe droite. Organe par organe, on m’a fait signer une autorisation de don, puis on m’a emmenée au bloc opératoire. On a fait venir toute ma famille en disant que je n’allais pas survivre. On a chargé ma mère d’organiser les funérailles. 

Au moment de votre expérience, y avait-il une situation mettant votre vie en danger ?   Oui  contre mon gré, on m’a fait subir une ligature des trompes à l’âge de 20 ans. A 25 ans je les ai fait dé-ligaturer afin de concevoir. Le mois suivant, j’étais enceinte de jumeaux. Au début de la 7ème semaine j’ai commencé à souffrir, à la fin je pouvais à peine marcher. Puis j’ai commencé à saigner et la douleur est devenue très intense. Je savais qu’il s’agissait d’un accouchement par les trompes mais mon médecin ne me croyait pas. L’échographie montrait les deux bébés dans l’utérus, mais plus tard on a découvert que l’un des bébés était à moitié coincé dans une trompe, ce qui a provoqué une hémorragie interne emplissant toute la cavité abdominale. 

Cette expérience est-elle difficile à décrire avec des mots ?  Oui     J’en ai parlé pour la première fois plusieurs mois plus tard seulement. Je l’ai racontée à mon mari. Tandis que je lui en parlais, me souvenant de tout, je tremblais de la même manière qu’en me réveillant à l’hôpital. C’était incontrôlable et j’étais bouleversée. C’était comme si je devais extirper cela de moi-même, mon corps luttant contre le besoin d’expression de mon âme. J’avais peur qu’il se moque de moi, qu’il pense que j’avais perdu la raison, qu’il dise à tout le monde que j’étais folle et menteuse. Mais plus important, avant qu’il ne revienne du travail ce jour-là, je me suis autorisée à me souvenir pour la première fois. Moi-même, je n’arrivais pas à comprendre mais je SAVAIS que c’était la vérité et il fallait que je la dise à quelqu’un. Il m’a dit qu’il me croyait à cause de mon expression pendant que je le lui racontais et parce qu’il me connaissait. Après cela, j’ai tremblé à chaque fois que j’ai eu le courage de le dire à quelqu’un, mais de moins en moins d’une fois sur l’autre, jusqu’à ne plus avoir peur. Maintenant j’apprécie grandement d’avoir été autorisée à revenir pour élever mes enfants. Je n’ai plus peur de la mort, la prochaine fois j’accepterai la volonté de Dieu car mes fils sont élevés maintenant. Je SAIS que Dieu et le paradis existent, qu’il n’y a rien à craindre de la mort. Seul notre corps meurt, nous continuons à vivre. Je suis tellement reconnaissante envers Dieu. 

A quel moment au cours de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?    Lorsque j’étais dans le tunnel et au paradis. 

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à celui de tous les jours ?      Plus consciente et lucide que d’habitude. Je l’étais davantage parce que j’avais si peur et que j’implorais pour ma vie. 

Veuillez comparer votre vue pendant l’expérience à celle que vous aviez immédiatement avant l’expérience.   J’avais l’impression de voir tout autour de moi, je n’avais pas besoin de me retourner. 

Veuillez comparer votre ouïe pendant l’expérience à celle que vous aviez immédiatement avant l’expérience.   J’ai entendu Dieu et lui m’entendait aussi, nous nous comprenions totalement. Ma voix communiquait des mots, mais de son côté, c’est moi qui savais ce qu’il communiquait. Il possédait toutefois une voix masculine ferme mais aimante. En écrivant ces mots, je peux toujours l’entendre/la ressentir. Je me suis comportée comme une enfant gâtée, trépignant et hurlant de fureur, lui était calme mais autoritaire. Contrairement à lui en effet, je ne maîtrisais pas la situation. J’ai pourtant senti qu’il allait certainement comprendre à quel point mes enfants avaient besoin de moi. Je me suis finalement fiée à sa sagesse, j’ai placé mon destin entre ses mains, faisant confiance à son savoir. Aujourd’hui encore je ressens son amour paternel. Cela me réconforte. Ce souvenir/lien ne diminue pas. 

Avez-vous vu ou entendu des évènements terrestres qui se déroulaient alors que votre conscience était séparée de votre corps physique/terrestre ?   Non    

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ?   Peur de ne pas revenir, d’être si loin, qu’on dise à mes fils que j’étais morte et que je n’allais plus revenir. Crainte que mes fils aient besoin de moi, que je ne sois pas là pour les protéger et les aimer. Implorant, plaidant. Résignation et tristesse si je n’avais pu repartir.    

Avez-vous traversé un tunnel ?   Oui   Il était étroit, il y avait juste la place de se tenir debout. Il était circulaire, long comme une corde tendue vers l’espace. C’était comme si un aspirateur m’avait avalée/entraînée/ éjectée très loin et très haut dans le cosmos. Le vent de la vitesse était bruyant, se répercutant sur les parois du tunnel tandis que je le traversais. Il ne faisait pas sombre, mais il n’y avait pas de lumière non plus. C’était similaire à une montagne russe grimpant tout droit dans l’espace. 

Avez-vous vu une lumière surnaturelle ?   Oui   La lumière était très intense et blanche. Elle était partout, comme dans une pièce, au sol, au plafond, sur les murs, en haut, en bas, au milieu, partout. Elle prenait toute la place, moi comprise. J’étais dedans, j’y flottais. 

Vous a-t-il semblé rencontrer un être ou une présence ésotérique, ou bien entendre une voix non identifiée ?   J’ai rencontré un être précis, ou une voix clairement d’origine ésotérique ou surnaturelle

J’ai vu Dieu, je lui ai parlé. Il y avait d’autres personnes là-bas, se tenant en rang derrière lui. Dieu se trouvait face à moi, au milieu. Je distinguais des silhouettes et je décelais tous ces gens (imaginez qu’il fasse sombre, vous voyez que des personnes sont présentes, mais il fait trop noir pour les distinguer, toutefois vous identifiez celle du milieu, face à vous comme quelqu’un que vous connaissez bien). Mais au lieu de l’obscurité, tout était dans la lumière blanche. 

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres ayant vécu précédemment sur terre et dont le nom est mentionné par les religions (par exemple : Jésus, Mahomet, Bouddha, etc.) ?   Oui   Dieu, il aurait pu s’agir de Jésus, je dis Dieu quand je désigne celui à qui je parlais, mais je me demande si c’était Jésus, ou même si cela importe. 

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres décédés (ou en vie) ?   Non    

Au cours de l’expérience, avez-vous eu connaissance d’évènements de votre passé ?   Non   Je n’ai pas oublié mon passé, cela n’avait pas d’impact sur ce qui arrivait, seul m’importait l’avenir de mes enfants. 

Vous a-t-il semblé pénétrer dans un monde différent, surnaturel ?   Un monde nettement ésotérique ou surnaturel

J’étais au paradis et je parlais à Dieu. D’autres esprits se trouvaient là, ils écoutaient mais n’ont pas parlé. 

Le temps a-t-il paru accélérer ou ralentir ?   Non 

Soudainement, vous a-t-il  semblé tout comprendre?   Non 

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ?   Oui

J’ai été forcée d’aller dans le tunnel et au paradis. Il m’a semblé que la lumière blanche était dans une pièce, comme si elle ne s’était pas étendue indéfiniment, comme si nous nous trouvions dans une salle de réunion privée. L’entrée du paradis. J’ai senti que j’allais progresser plus avant si je restais. 

Etes-vous arrivé(e) à une limite ou un point de non-retour ?   Je suis arrivé(e) à  une barrière que je n’étais pas autorisé(e) à franchir ; ou bien j’ai été « renvoyé(e) » contre ma volonté

Je me trouvais à un point de non-retour, mais on m’a permis de repartir. Initialement, je n’étais pas censée revenir. 

Avez-vous vu des scènes de l’avenir ?  Des scènes de mon avenir personnel 

J’ai vu ce que j’ai compris être la vie de mes fils dans le cas où je ne reviendrais pas. 

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir s spécifiques suggérant que l’existence persiste (ou non) après la vie terrestre (vie après la mort) ?   Oui   On m’a dit que je ne maîtrisais pas ma mort ou ma survie, ceci est du ressort de Dieu. 

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifique suggérant que Dieu ou être suprême existe (ou non) ?   Oui   Dieu existe effectivement, je l’ai vu, je lui ai parlé, je me suis emportée contre lui, je l’ai imploré, j’ai réfléchi avec lui. Il m’a permis de revenir. Il m’a fait comprendre que je devais me calmer, que là-bas je ne commande pas, le patron c’est lui. Les autres lui obéissaient en le laissant me parler sans l’interrompre. 

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifique suggérant que vous existiez (ou non) avant votre vie actuelle ?   Non    

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques suggérant qu’il existe (ou non) un lien ou une unité/unicité ésotérique dans l’univers ?   Oui   J’ai dit à Dieu que je savais qu’il pouvait voir l’avenir, que si mes fils s’en sortaient mieux sans moi, alors j’allais rester. Il m’a permis de voir l’avenir dans le cas où je ne serais pas revenue. 

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques concernant le sens ou le but de la vie terrestre ?   Oui    

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques concernant les difficultés, défis, épreuves de la vie terrestre ?   Non    

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques concernant l’amour ?   Non    

Pendant votre expérience, avez-vous découvert d’autres information / un autre savoir spécifiques que vous n’avez pas mentionné pour d’autres questions et qui serait pertinent pour vivre nos vies terrestres ?   Non    

Avez-vous  le sentiment d’avoir connaissance d’un savoir ou dessein particulier ?   Oui   savoir ce que Dieu ressentait, sentir qu’il savait ce que j’éprouvais. Nous n’étions pas empêtrés dans les mots, tout passait par une communication ouverte et comprise. 

Ce qui s’est produit pendant votre expérience comportait :   Un contenu absolument pas conforme aux croyances que vous aviez au moment de votre expérience   Je n’avais jamais imaginé que j’allais me retrouver au paradis et faire des reproches à Dieu. Je n’avais jamais pensé qu’on pouvait y aller en hurlant et en trépignant. Je croyais que la peur de la mort c’était avant la mort, qu’une fois au paradis tout était béatitude et bonheur. Je ne savais pas qu’on pouvait demander à repartir, ni que certaines personnes revenaient. Quand j’ai vécu mon expérience de mort imminente, je n’en avais jamais entendu parler. Par mon éducation catholique, je savais que Dieu est omniscient, qu’il peut voir l’avenir, c’est pourquoi je  lui ai demandé de le faire. 

Comparez le degré de précision de votre souvenir de l’expérience avec le souvenir d’autres évènements qui se sont produits à l’époque ?   Je me souviens plus précisément de l’expérience que d’autres évènements de ma vie à l’époque   Je n’ai jamais oublié, le souvenir ne s’est pas amoindri, les émotions que j’ai éprouvées non plus. C’est similaire à un syndrome post traumatique, à un souvenir émotionnel puissant, mais c’est positif et cela me fait me sentir bien, j’aime en parler, quand je m’en souviens, je m’assure que ce ne soit ni intrusif, ni hors de contrôle. Mais c’est aussi net que des souvenirs de syndrome post traumatique, c’est détaillé, émouvant. Cela change une vie. 

Veuillez expliquer tout changement qui aurait eu lieu dans votre vie après votre expérience :   Au début je me souvenais simplement de ce qui s’était passé, j’avais peur de ce que les gens allaient penser de moi si je leur en parlais. Des années plus tard, je me suis aperçue qu’on ne me croyait pas ou bien qu’on était indifférent. Ces dernières années, à mesure que j’ai vieilli, que je suis devenue plus sage, que je me suis moins préoccupée de l’avis des autres, je me suis émerveillée de cette expérience. Je me suis remariée à l’âge de 36 ans, nous avons adopté 9 enfants, après m’être occupée de 60 enfants en 16 ans. Mon mari m’écoute, je sais que je peux m’en ouvrir à lui, il sait que je suis honnête. Il croit à mes expériences, cela me permet donc de les examiner sans jugement. Maintenant, lorsque je prie je me transporte vers cette lumière au paradis, de là je prie face à Dieu. Je raconte mon histoire avec plaisir, les gens peuvent entendre la vérité et la croire ou non, c’est leur choix, mais elle leur aura été dite. Maintenant que j’ai élevé mes fils, je n’ai plus peur de la mort, j’apprécie tant qu’on m’ait rendu la vie. J’ai amené mon mari vers l’Eglise et j’y ai adopté des enfants. Aujourd’hui je penche davantage vers la spiritualité que vers la religion. J’ai le sentiment d’avoir guéri des personnes physiquement, émotionnellement et spirituellement, je crois en effet avoir ramené un petit peu de lumière avec moi. Je possède une certaine dose de perception extrasensorielle. J’ai la sensation de léviter lorsque je parle de Dieu, du paradis ou de la spiritualité suffisamment longtemps pour que, d’une certaine manière,  je quitte quelque peu mon corps. Au début c’était aussi un peu effrayant, mais j’ai appris à ne pas le redouter, à simplement demeurer là et le ressentir. Quelques-uns de mes proches sont décédés, je les ai touchés, j’ai communiqué avec eux, je leur ai expliqué certaines choses. 

Mon expérience a directement entraîné :   De grands changements dans ma vie 

Après s’être produite, votre expérience a-t-elle provoqué des changements dans vos valeurs ou vos croyances ?   Oui   Je croyais en Dieu, maintenant je SAIS qu’il existe. Je priais quelqu’un de lointain, maintenant je prie juste devant Dieu. 

Y a-t-il une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur particulière pour vous ?   Le fait que Dieu soit aussi proche de moi que j’en aie besoin. Si vous avez peur, ouvrez la main et prenez la sienne, il est là. Si vous avez besoin d’une réponse, priez, écoutez, elle viendra. Quand vous entendez sa voix c’est une bénédiction. 

Après votre expérience, possédiez-vous des facultés paranormales, sortant de l’ordinaire ou autres que vous n’aviez pas avant l’expérience ?   Oui   Je les possédais déjà mais je les rejetais, je les reconnais davantage, je les utilise sans crainte. Maintenant je vois cela comme un don de Dieu, il n’est pas nécessaire que les autres l’acceptent ou y croient. C’est utile pour moi et pour autrui. Cela amène de la profondeur et de l’émerveillement dans ma vie. 

Avez-vous raconté cette expérience à quelqu’un ?   Oui  Il a fallu des mois avant que j’en parle à qui que ce soit. Ensuite je l’ai fait à plusieurs reprises avec des personnes auxquelles je croyais pouvoir me confier. Personne n’a voulu l’entendre, je n’en ai donc plus parlé. Maintenant je la raconte si la conversation évoque la mort, mais je propose seulement de le faire si les interlocuteurs le souhaitent. Généralement ils ne veulent pas. Maintenant, à chaque fois que j’en ai envie j’en parle à mon mari et à mes enfants. 

Avant votre expérience, connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) ?   Non   Le premier jour où j’en ai parlé à  mon mari, Oprah Winfrey venait de traiter le sujet dans son émission. Je me suis retrouvée seule, ébahie devant la télé, m’exclamant : « C’est réel, c’est ce qui m’est arrivé ! ». 

Peu après avoir vécu votre expérience (quelques jours ou semaines), comment considériez-vous sa réalité :   l’expérience était tout à fait réelle   Je savais que c’était réel, dès que je me suis retrouvée dans mon corps, je me suis demandé : « Qu’est-ce que ça pouvait bien être ? », mais sur le moment j’ai décidé de laisser cela de côté, je devais me concentrer sur autre chose… comme survivre par exemple ! C’est seulement en voyant l’émission d’Oprah Winfrey que j’ai pu commencer à mettre des mots sur ce phénomène et tenter de l’expliquer. 

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience :   l’expérience était tout à fait réelle Absolument aucun doute. 

Vos relations ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?   Oui   Des années plus tard, j’ai subi une autre grossesse extra- utérine. J’en connaissais les symptômes et mon médecin avait appris à m’écouter, on s’en est occupé à temps. Mais alors que j’étais alitée en attente de l’opération, j’ai regardé mon (ex) mari et je me suis dit : « La prochaine fois que je serai sur mon lit de mort, j’aurai un autre mari qui sera attentionné. ». Nous avons divorcé peu après ma sortie. Dieu m’a menée vers mon mari actuel, nous sommes des âmes sœurs. 

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?   Oui   Je penche maintenant davantage vers la spiritualité que vers la religion. Je crois en Dieu et je le prie avec plus de profondeur, je n’ai besoin ni de me confesser à un prêtre, ni de réciter des prières. Je parle à Dieu et il est présent. Je me fie à mon sentiment, beaucoup moins au monde physique, aux objets et aux choses. 

Au cours de votre vie, est-ce que quoi que ce soit, à un moment quelconque, aurait reproduit une partie de l’expérience ?   Non     

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles votre expérience complètement et avec exactitude ?   Oui     

Selon vous, quelles actions intéressantes un organisme national consacré aux expériences de mort imminente (EMI) pourrait-il mener ?        Former des groupes locaux, ainsi lorsqu’une personne vit une expérience, elle saurait où aller pour parler à d’autres qui veulent bien tout entendre, qui la croient, également un endroit où sa famille pourrait se rendre afin d’apprendre que de nombreuses personnes sont dans le même cas que leur proche. Mes fils sont « sceptiques », ma fille me croit. Quand personne ne vous croit, cela vous conduit à réfuter l’expérience. Il ne faut pas rejeter les témoins, ils sont merveilleux et nous offrent à tous l’espoir. Je pense aux gens qui s’affligent inutilement après la mort d’un proche. Oui ils vous manquent, oui ils sont partis trop tôt. Même si mon histoire ne parle pas d’arc-en-ciel et de béatitude, c’est le cas pour d’autres témoins. Je les crois, nous devrions tous attendre cela avec impatience, mais ne pas tricher ni le provoquer. 

Merci de proposer toute suggestion permettant d’améliorer ce questionnaire. Y a-t-il d’autres questions que nous pourrions poser afin de vous aider à exprimer votre expérience ?                    Demander si le témoin a tenté de se suicider pour essayer de repartir là-bas. Je l’ai fait une fois. Après avoir élevé mes fils, j’ai voulu être avec les bébés que j’ai perdus. Dieu et le paradis sont tellement réels après une EMI, repartir parait semblable à un départ en vacances. C’est juste de l’autre côté du mur. 

 

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE N° 2 : 

Par une journée chaude et ensoleillée, ma mère, ma sœur Teri et mon frère John sont descendus de la colline depuis notre maison pour aller nager dans l’étang bordant la SR 7. J’y suis allée seule. Etant donné que je ne savais pas nager comme mes 4 frères et sœurs plus âgés, j’ai pataugé tant que j’ai eu pied. J’étais la cadette de 5 enfants et je ne connaissais que la nage « petit chien ». Je l’ai pratiquée jusqu’à ce que je croise une planche qui flottait dans l’eau. Je m’y suis allongée l’utilisant comme radeau. Ça marchait vraiment bien, elle ne coulait pas. J’ai donc ramé jusqu’au milieu de l’étang. J’étais tellement heureuse de mon exploit que j’ai crié à mon frère John de me regarder. Il avait 7 ans et il était un bon nageur. Il a nagé rapidement jusqu’à moi et il a attrapé la planche en l’éloignant de moi, il est parti en l’utilisant lui-même. J’ai coulé. Je donnais des coups de pied et je hurlais, essayant de garder la tête hors de l’eau. J’avalais de l’eau et j’étouffais.

Soudain, j’ai regardé autour de moi sous l’eau, je ne savais plus où se trouvait la surface, j’ignorais dans quel sens me propulser, le haut, le bas, les côtés, tout se ressemblait. L’eau était sombre, je ne voyais de lumière nulle part. J’avais peur d’aller plus profond ou latéralement au lieu de remonter et de sortir la tête de l’eau, j’allais me noyer. En essayant de réfléchir, j’ai remarqué que je pouvais alors respirer. Je n’inspirais plus d’eau. Je me sentais bien. J’ai pensé que mes parents m’avaient menti. Ils avaient toujours dit que si j’étais sous l’eau je ne pourrais pas respirer et je me noierais. J’avais l’impression de ne pas m’être noyée parce que j’allais bien, j’arrivais très bien à respirer sous l’eau. En fait c’était merveilleux, tout cela me fascinait. L’eau est devenue magnifique, d’un vert clair, transparent et lumineux. J’ai vu des poissons nager juste devant mon visage. J’ai regardé de près leurs nageoires, leur bouche s’ouvrant et se refermant tandis qu’ils ondulaient dans l’eau. Ils se sont heurtés à mon corps qui flottait entre deux eaux. J’étais troublée car étant enfants, lorsque  papa pêchait, nous essayions d’attraper les poissons à mains nues, mais nous n’étions jamais assez rapides pour le faire. Ils s’échappaient toujours. Maintenant ils se comportaient comme si je n’étais pas une menace, comme si j’avais été un objet dans un aquarium, juste un obstacle à contourner. Ensuite j’ai senti que je remontais dans l’eau. J’ai atteint la surface. Ma vision était différente. Je voyais sous l’eau ou au-dessus si je le souhaitais. Comme lorsqu’on trempe les œufs de pâques dans la peinture, 2 visions de paysage simultanément. Ou  alors je pouvais monter davantage. Après quelques instants j’ai décidé d’aller plus haut. C’était comme si j’avais eu le choix de ce que je regardais. Je me suis élevée dans le ciel, jusqu’à une hauteur qui me satisfasse. Je voyais ma mère et ma sœur Teri qui avait 8 ou 9 ans à l’époque, elles discutaient assises sur un drap sur la berge. J’étais très en colère qu’elles se soucient si peu que je me sois noyée, j’ai pensé : « Je suis morte et elles s’en fichent ! ». J’étais jalouse de leur proximité, de ne pas être associée à leur conversation. Puis, de l’autre côté de l’étang, j’ai vu mon frère John sur ma planche ! J’étais tellement furieuse. Une colère dont je n’avais jamais fait l’expérience étant enfant, celle que peut éprouver un adulte, de la rage.

Dans mon souvenir suivant, je me réveille. Je pend sur l’épaule droite de mon frère John qui porte mon corps vers la maison. Je vois que je suis suspendue tête en bas. Proches l’une de l’autre, parlant discrètement à voix basse, ma mère et ma sœur Teri marchent en avant. John dit alors : « Maman, est-ce que je peux la reposer maintenant ? ». Ma mère s’est retournée pour le regarder, elle a vu que je vomissais de l’eau sur son dos. Elle a hoché la tête, s’agrippant la poitrine dans un soupir de soulagement, elle s’est retournée vers l’avant, reprenant la marche à côté de Teri, traversant la voie ferrée puis remontant la colline en direction de notre maison. Fin du souvenir. 

Au moment de votre expérience, y avait-il une situation mettant votre vie en danger ?   Oui  Je me suis noyée. 

Cette expérience est-elle difficile à décrire avec des mots ?  Non      

A quel moment au cours de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?    Quand j’étais dans le ciel, regardant l’étang et ma famille en-dessous. A cause de la rage que j’éprouvais d’être morte, que mon frère en soit la cause, qu’on ne s’en soit même pas aperçu ou soucié. J’avais le sentiment qu’on aurait dû me surveiller. De plus mon frère était au courant que je ne savais pas nager, mais il m’a pris la planche, il était dessus, elle était à moi parce que je l’avais trouvée, pas lui, il n’en avait même pas besoin. Sans cette planche, je me suis noyée. 

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à celui de tous les jours ?      Plus conscient(e) et lucide que d’habitude   Les enfants n’éprouvent pas cette sorte de rage, ils ne sont pas en mesure de juger une situation comme je l’ai fait. Sans oxygène, il n’est bien-sûr pas possible de flotter entre deux eaux et de jouir de la vue, ni de choisir d’être suspendue dans le ciel et de voir depuis cette perspective, à moins d’être sur la branche d’un arbre ou quelque chose de ce genre. 

Veuillez comparer votre vue pendant l’expérience à celle que vous aviez immédiatement avant l’expérience.   Capacité de voir la vie avec des visions différentes de ce qu’il est possible quand on est en vie. J’étais très impressionnée par la vue sous l’eau, j’ai considéré cela comme un miracle. 

Veuillez comparer votre ouïe pendant l’expérience à celle que vous aviez immédiatement avant l’expérience.   Je ne me souviens pas d’avoir entendu quoi que ce soit, seulement d’avoir vu, ressenti, discerné la satisfaction des membres de ma famille, ce qui a provoqué ma colère. 

Avez-vous vu ou entendu des évènements terrestres qui se déroulaient alors que votre conscience était séparée de votre corps physique/terrestre ?   Oui   Tandis que mon corps était sous l’eau, je me trouvais au-dessus, voyant d’un point de vue aérien l’étang et ce que faisait ma famille. 

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ?   Peur, puis j’ai été perdue, puis troublée, puis calme, puis émerveillée/heureuse, puis j’ai vu une opportunité, puis j’ai observé, puis ce fut la tristesse et la jalousie, ensuite la colère puis la rage.    

Avez-vous traversé un tunnel ?   Non    

Avez-vous vu une lumière surnaturelle ?   Non    

Vous a-t-il semblé rencontrer un être ou une présence ésotérique, ou bien entendre une voix non identifiée ?   Non 

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres ayant vécu précédemment sur terre et dont le nom est mentionné par les religions (par exemple : Jésus, Mahomet, Bouddha, etc.) ?   Non    

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres décédés (ou en vie) ?   Non    

Au cours de l’expérience, avez-vous eu connaissance d’évènements de votre passé ?   Non    

Vous a-t-il semblé pénétrer dans un monde différent, surnaturel ?   Un endroit inconnu, étrange  Pas le paradis, j’étais juste hors de mon corps, dans un monde différent, pas celui des vivants, celui des morts. 

Le temps a-t-il paru accélérer ou ralentir ?   Non 

Soudainement, vous a-t-il  semblé tout comprendre ?   Tout sur moi ou sur les autres

J’ai compris que ma famille  n’était ni aimante, ni attentionnée envers moi. Je l’ignorais auparavant (c’est devenu plus flagrant à mesure que j’ai grandi). Ils ne se soucient toujours pas de moi. 

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ?   Non 

Etes-vous arrivé(e) à une limite ou un point de non-retour ?   Non                                                                                          

Avez-vous vu des scènes de l’avenir ?  Non   

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir s spécifiques suggérant que l’existence persiste (ou non) après la vie terrestre (vie après la mort) ?   Oui   J’ai constaté que nous continuons à vivre sans nécessité d’un corps. Sans ce dernier, on peut aller où l’on veut, on peut voir les gens tels qu’ils sont vraiment. On peut évaluer les situations sans la maturité. On peut aller dans des endroits et s’émerveiller d’aspects de la vie qui ne sont pas accessibles aux vivants. 

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques suggérant que Dieu ou être suprême existe (ou non) ?   Non    

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques suggérant que vous existiez (ou non) avant votre vie actuelle ?   Non    

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques suggérant qu’il existe (ou non) un lien ou une unité/unicité ésotérique dans l’univers ?   Oui   Je pouvais ressentir les pensées et les émotions des autres, il ne m’était pas nécessaire d’entendre ce qu’ils disaient, je sentais ce qu’ils avaient en tête. 

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques concernant le sens ou le but de la vie terrestre ?   Non    

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques concernant les difficultés, défis, épreuves de la vie terrestre ?  Non    

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques concernant l’amour ?   Oui   j’ai constaté que ma famille était dépourvue d’amour envers moi, j’ai éprouvé un sentiment d’injustice de m’être noyée, que cela ne les touche même pas. 

Pendant votre expérience, avez-vous découvert d’autres information / un autre savoir spécifiques que vous n’avez pas mentionné pour d’autres questions et qui serait pertinent pour vivre nos vies terrestres ?   Non    

Avez-vous  le sentiment d’avoir connaissance d’un savoir ou dessein particulier ?   Oui   Je connaissais leurs sentiments. 

Ce qui s’est produit pendant votre expérience comportait :   Un contenu absolument pas conforme aux croyances que vous aviez au moment de votre expérience   Je n’avais que 5 ans, je ne pensais pas pouvoir survivre sous l’eau. J’ignorais ce que l’on ressent quand on quitte son corps, je ne savais même pas que c’est possible, ou qu’on peut voir et sentir des choses en planant au-dessus d’un étang. 

Comparez le degré de précision de votre souvenir de l’expérience avec le souvenir d’autres évènements qui se sont produits à l’époque ?   Je me souviens plus précisément de l’expérience que d’autres évènements de ma vie à l’époque   Je ne me suis pas du tout souvenu de tout cela jusqu’à ce que j’aie une vingtaine d’années. Une nuit, j’étais seule assise dehors, j’ai levé les yeux vers les étoiles dans le ciel nocturne, pour me détendre, m’évader d’une fête stressantes chez mes beaux-parents. Soudain je me suis sentie très détendue, j’étais stupéfaite de la beauté du ciel nocturne, puis ce souvenir a tout à coup frappé mon esprit. Peu après, je suis allée chez ma mère, je lui ai demandé : « Est-ce que je me suis noyée dans l’étang quand j’étais petite ? ». Elle m’a regardée bizarrement, comme si elle avait tout oublié et venait de s’en souvenir. Elle a répondu que c’était exact, précisant qu’elle avait cru perdre un autre enfant ce jour-là. Je voulais savoir comment on m’avait retrouvée, est-ce que je flottais, ou bien autrement ? Elle ne s’en rappelait pas. Je suis allée chez ma sœur, elle se souvenait également, mais pas de la façon dont on m’avait retrouvée. Je suis allée chez mon frère, il a dit se souvenir d’avoir eu un tas d’ennuis ce jour-là. Lui non-plus n’a pu me dire comment on m’avait retrouvée. En ce qui me concerne, ce souvenir ne s’est jamais affaibli depuis qu’il m’a frappé l’esprit. 

Veuillez expliquer tout changement qui aurait eu lieu dans votre vie après votre expérience :   Je n’avais que 5 ans, j’ignore donc ce que je pensais avant ou après ma noyade. Le souvenir a ressurgi quand j’ai eu une vingtaine d’années, j’ai alors surtout été curieuse des faits entourant cet évènement, m’assurant qu’il était réel ; Maintenant que je suis plus âgée, je lui ai conféré du sens. Cela confirme ma croyance en la survie de l’âme, celle-ci gagnant des pouvoirs après s’être libérée du corps. 

Mon expérience a directement entraîné :   Des changements moyens dans ma vie 

Après s’être produite, votre expérience a-t-elle provoqué des changements dans vos valeurs ou vos croyances ?   Oui   Je m’en suis souvenue presque 20 ans plus tard. Mais cela ne m’a pas changée beaucoup jusqu’à ce que je vive une EMI à l’âge de 25 ans. Ces 2 expériences réunies ont beaucoup changé ma vie. La deuxième plus que la première. 

Y a-t-il une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur particulière pour vous ?   Cette rage me surprend. 

Après votre expérience, possédiez-vous des facultés paranormales, sortant de l’ordinaire ou autres que vous n’aviez pas avant l’expérience ?   Oui   Je me souviens qu’à l’âge de 5 ou 6 ans, mon père m’a punie en me faisant assoir sur les toilettes toute la nuit, jusqu’à ce que tout le monde se lève le lendemain matin. Le siège me faisait mal aux fesses et je m’ennuyais. J’ai souhaité sortir par la petite fenêtre en haut du mur, dans l’angle du plafond au-dessus des toilettes. Je voulais me faufiler dehors pour aller jouer. C’est ce que j’ai fait. Ensuite j’ai réintégré mon corps. J’ai vu mon esprit grimper pour sortir par la fenêtre, puis après quelques temps, redescendre à l’intérieur. Je ne me suis pas rappelé de ce que j’avais fait pendant que j’étais à l’extérieur. Plus tard, à l’âge de 16 ans, j’ai été enlevée et violée. J’ai alors pensé que ma famille allait vraiment me haïr à cause de ce que « j’avais » fait. J’ai souhaité ne pas être venue au monde, sur terre, car personne ne m’y aimait. Soudain je me suis retrouvée dans l’espace, parmi les étoiles du ciel nocturne, contemplant la terre au loin, elle était éclairée. Cela ressemblait vraiment au globe terrestre, le bleu des océans, les zones émergées, un disque suspendu en l’air (exactement comme nos âmes après la mort). Ensuite je suis revenue dans mon corps, le viol était terminé. Je n’ai pas eu à subir ce qui arrivait à mon corps. A cause de ce don j’ai le sentiment qu’on m’a accordé un pouvoir. Bien-sûr je n’ai pas considéré cela comme un don à l’époque, c’était un souhait qui se réalisait. Je l’ai compris après avoir vieilli, cessant de redouter le souvenir du viol et de l’enlèvement, pouvant en parler sans culpabilité. 

Avez-vous raconté cette expérience à quelqu’un ?   Oui  Après m’être souvenu de la noyade, j’en ai parlé à mon mari, à ma mère, à mon frère et à ma sœur qui étaient impliqués. Je l’ai raconté à quelques personnes depuis. Généralement elles me regardent comme si j’étais bizarre. J’imagine qu’elles pensent que je mens, même si j’ai la réputation d’être une personne très honnête. 

Avant votre expérience, connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) ?   Non    

Peu après avoir vécu votre expérience (quelques jours ou semaines), comment considériez-vous sa réalité :   l’expérience n’était certainement pas réelle   Je suppose qu’à 5 ans je l’ai réfutée. 

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience :   l’expérience était tout à fait réelle   Je sais que ce souvenir est réel, il a surgi de nulle-part, il était très net et détaillé, il ne s’est pas amoindri avec le temps. Si je ne m’en étais pas rappelé, ma famille ne m’en aurait jamais parlé. Nous ne sommes pas proches. 

Vos relations ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?   Oui   Avant de perdre mes jumeaux à cause d’une grossesse extra-utérine (EMI). Nous étions le dimanche de Pâques pendant ma grossesse, une magnifique journée ensoleillée suivant un long hiver très pluvieux. Nous avions acheté un terrain, mon mari et moi nous trouvions à l’endroit où nous avions décidé de faire construire la maison. Nos trois jeunes fils jouaient dans les bois près du ruisseau. Tout à coup Matthew, l’aîné qui avait 6 ans a hurlé : « MAMAN, Jeremy ! ». Au ton de sa voix, nous avons compris que quelque chose d’affreux venait d’arriver à Jeremy. Nous avons compris que son cri provenait du ruisseau. Mon mari a couru. D’instinct j’ai su que je n’allais pas avoir le temps d’y courir, il fallait que j’y sois immédiatement. J’étais pétrifiée par la peur, refusant d’aller voir mon fils mort. J’ai prié Dieu pour qu’il prenne mes deux jumeaux à la place de mon bébé Jeremy. Dans ma tête j’ai dit à Jeremy tout en priant : « Calme-toi, mets tes pieds en bas, mets-toi debout. ». Je savais qu’il était tombé dans les eaux gonflées par toute cette pluie, il avait paniqué et se noyait alors que ce n’était pas tellement profond. Tandis que j’étais dans la prairie du fond, pleurant et priant, j’ai vu Jeremy remonter du ruisseau, passer à côté de son père qui venait d’atteindre la berge, marcher tout droit vers moi, comme en transe. Ses grands yeux bleus levés vers moi, il m’a dit : « T’avais peur pour moi maman ? ». J’ai répondu : « Oh mon dieu, Jeremy, tu es mon bébé ! ». Je me suis agenouillée et je l’ai étreint en remerciant Dieu. Peu après j’ai perdu les jumeaux. J’ai raconté cette histoire pour la première fois alors que Jeremy était adulte. Il fêtait la saint Sylvestre chez lui. J’étais en train de raconter cela à son ami et à son cousin. Jeremy m’a entendue, il a dit : « Je m’en souviens. ». Sous le choc, je l’ai regardé. J’ai demandé : « Vraiment ? ». Il a répondu : «  Oui. Pendant que je me noyais, je t’ai entendu prier. Tu m’as dit de ne pas paniquer, de mettre les pieds vers le bas. ». Il a précisé que l’eau n’était effectivement pas profonde, il avait pourtant paniqué, croyant que c’était beaucoup plus profond qu’en réalité, il essayait donc de nager  au lieu de simplement marcher pour sortir. Ses grands yeux bleus levés vers moi, il m’a dit : « T’avais peur pour moi maman ? ». Son ami a déclaré : « Voilà de l’amour maternel ! ». 

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?   Indécise   Même si je ne me suis pas souvenu de ma noyade avant d’être adulte. A peu près à l’âge que j’avais à l’époque, je me rappelle qu’en préparation au catéchisme, j’ai soudain ressenti l’esprit. Je me suis mise à chanter très fort, louant le Seigneur, les autres enfants se sont couvert les oreilles, implorant le maître de me faire taire. Durant tout le cours, j’avais été complètement emplie de l’esprit et j’étais incapable de le contenir. Le maître leur a répondu non, que j’étais emplie de l’esprit, qu’il fallait me laisser faire (cela ne s’est produit qu’une seule fois). 

Au cours de votre vie, est-ce que quoi que ce soit, à un moment quelconque, aurait reproduit une partie de l’expérience ?   Non       

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles votre expérience complètement et avec exactitude ?   Oui