NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Paul B


Description de l'expérience:

Les événements autour de l'EMI: j’ai eu un grave accident d'automobile à 19h00 le 17 septembre 1963. Le volant m'avait soulevé du siège du conducteur lors de l'impact et m'avait brisé le visage contre le toit intérieur de la voiture. J'avais dix-sept ans à l'époque et venais d'être impliqué dans mon premier accident de voiture. Un accident de voiture unique avec un mur de briques. L'accident s'est produit sous la pluie lors d'une tempête, lorsque les freins ont lâché. Cela a entraîné un accident. Il n'impliquait ni l'alcool, ni des drogues. Je venais du travail et me dirigeais vers la maison d'un collègue.

Après le crash, alors que la voiture s'écroulait au sol après avoir grimpé le mur, j'étais stupéfait, j'ai ressenti une douleur brûlante dans mon visage et je suis sorti de la voiture et me suis couché dans l'herbe humide. Je me souviens m'être senti momentanément apaisé par cette fraîcheur alors que la douleur se répandait à travers mon visage.

D'ici à 20 heures, j'étais arrivé à l'hôpital, j'ai été radiographié et laissé dans un couloir avec des compresses de gaze trempées d'alcool sur les yeux pour réduire le gonflement. Mes parents plus tard m'ont dit que je me dressais tout droit toutes les dix à quinze minutes et crachais de grandes quantités de sang que j'avais avalées. Mes blessures consistaient en des fractures faciales sévères des deux articulations temporo-mandibulaires, de la conque nasale, de la mastoïde, du palais (le long des trois axes), tandis que le plancher orbital droit s'était désintégré, ce qui faisait tomber mon œil droit dans la cavité sinusale. Sept dents avaient été perdues lors de l'impact; deux étaient sorties de ma peau au-dessous de ma lèvre inférieure. Telle était l'étendue de mes blessures, et, aussi massives qu'elles soient, j'avais sombré dans l'inconscience et je ne me souviens pas avoir ressenti de la douleur pendant cette période.

Décrivez en détail les événements (dans l'ordre) arrivés:

Après avoir été inconscient pendant environ deux heures, je me suis senti lucide. Je savais que quelque chose d'horrible était arrivé, mais je ne savais pas ce qui s'était passé exactement. Je savais que c'était un moment grave, dont je ne pouvais pas m’extirper, que personne ne pouvait intervenir pour moi ni rien changer, bref, qu'une très mauvaise chose se passait, et qu’il n'y avait pas moyen de «refaire» quoi que ce soit. J'ai entendu des sons comme dans un hôpital, un téléphone qui sonnait, un médecin qui était contacté d'urgence, des pas, une activité silencieuse, etc. Je savais que la lumière s'écartait de quelque chose qui couvrait mes yeux.

Puis, tout à coup, j'ai commencé à me sentir calme, très calme. Je ressentais un calme qui m'était inconnu, mais le fait qu'il soit unique ne me faisait pas peur. Au lieu de cela, je me sentais plus lucide que jamais. J'ai remarqué que la lumière avait commencé à s'effacer, d'abord, elle était la même, puis elle s'est estompée rapidement. J'étais maintenant enfermé dans un vide noir comme l’encre tridimensionnel et les sons du couloir de l'hôpital devenaient de plus en plus estompés, puis ils avaient disparu! Pas de son. Pas de lumière. J'ai ressenti des sentiments intenses de calme et de tranquillité couplés à un état d'alerte non verbale. Je me sentais comme si je me déplaçais silencieusement vers le bas, comme dans un ascenseur, mais seulement pour un bref instant. Ensuite, c'était comme si j'étais poussé (doucement) vers le bas, puis, doucement, légèrement, relâché vers le haut, je me suis senti flotter vers le haut et hors de mon corps. Je m'élevais, puis légèrement à gauche et à une vitesse lente. Je me souviens de l'étrangeté de tout cela. Je pensais que je reviendrais dans mon corps à tout moment. Mais je ne l'ai pas fait.

J'étais déconnecté de mon corps, et je commençais un voyage vers le haut, m'éloignant de mon corps. Je me suis rendu compte que c’est comme cela qu'on meure, c'est cela qui inspirait souvent de la peur aux gens, dont ils voulaient prendre leurs distances, dont personne ne voulait parler, mais qui m'arrivait maintenant! Et ce n'était pas si grave. Mais alors, j'ai été arrêté tout de go par un intense sentiment de douleur émotionnelle qui venait de ma droite. Je l'ai ressenti comme le chagrin de mes parents. Ils étaient à côté de moi, le long du côté droit de mon corps, et essayaient de se consoler, parce qu'on leur avait dit de se préparer au fait que je ne survivrais probablement pas à la gravité de mes blessures. Un prêtre catholique avait été convoqué pour administrer les derniers rites. Ce que je savais, c'est que je ne souffrais pas et que leur souffrance était extrême. Et c'était la première fois de ma vie que j'éprouvais la douleur d'une autre personne, non seulement en «la comprenant», ou en «sympathisant» avec eux; mais je la ressentais vraiment comme une onde de choc massive qui agressait mon âme.

J'ai brisé la force de traction magnétique qui m'attirait vers le haut, et me suis dirigé vers le bras droit de ma mère, et j'ai immédiatement été surpris qu'elle ne se tourne pas vers moi pour me regarder. Elle et mon père, qui était debout sur son côté gauche, continuaient de regarder mon corps qui était endommagé au-delà de toute description. Je me rappelle avoir été désintéressé par mon corps, et à la place, je me concentrais intensément sur le chagrin de mes parents. Soudain, je me suis rendu compte qu'ils sauraient le moment venu que je ne souffrais pas - que j'irais très bien et qu'ils pourraient alors commencer se libérer de leur chagrin. Cette réalisation m'a détendu assez pour céder à nouveau à la traction magnétique qui m'attirait doucement pour reprendre mon "chemin de vol flottant". Je l'ai fait, et j'ai pris conscience d'une mince barre de lumière dans la partie supérieure gauche de ce vide noir comme l’encre. Je savais qu'entrer dans cette lumière me séparerait de ma vie ici, de ma famille, de mes amis, de mon voisinage et de ma vie qui aurait eu lieu à l'avenir. Cependant, j'ai senti quelque chose se détendre dans mon intérieur, me fournissant l'autorisation d'aller de l'avant vers cette lumière. Puis, tout à coup, de mon côté extrême gauche, une voix que je n'ai jamais pu identifier, sauf pour dire que c'était une voix masculine, et même si j'utilise le mot «voix», c'était plus comme une communication télépathique très forte; bref, cela a crié, "NON! ... PAS ENCORE!" J'ai été immédiatement poussé vers le bas avec une grande force et j'ai été flanqué dans mon corps.

Maintenant, j'avais peur, et j'ai tendu ma main droite et j'ai serré. J'ai serré! Fort. Si fort que je me suis levé de la civière. Dans mon poing droit, serré, se trouvait l’écharpe de tissu mauve qui était drapée autour du cou du prêtre qui avait maintenant remplacé mes parents et qui administrait les derniers rites. Tout ce que je sais de ce moment-là, c'est qu'il n'a pas reculé. Il était âgé, avec une tête chauve, des lunettes et son livre de prière. Et de manière décontractée et calme, il a doucement, mais délibérément caressé mon avant-bras droit une fois vers mon poignet et m'a dit: «Du calme, mon fils». J'ai alors éprouvé cette même sensation de calme que j'avais connu auparavant. 

Renseignements généraux:

Genre:     Homme

La date à laquelle l’EMI est survenue:     17/09/1963

Au moment de votre expérience, y avait-il un événement qui menaçait votre vie?    Oui         Blessures graves causées par un accident de voiture.

Éléments de l'EMI:

Y at-il des médicaments ou des médicaments qui auraient pu influer sur l'expérience?   Non    

L'expérience a été onirique de quelque manière?   Très différent d’un rêve

Vous êtes vous senti séparé de votre corps?   Oui   Voir le récit principal.

Durant votre expérience, à quel moment étiez-vous au maximum de votre conscience et vivacité?   Voir le récit principal.

Est-ce que le temps vous a paru s'accélérer ou ralentir?     Non    

Est-ce que votre ouïe était différente de ce qu’elle est en temps normal?  Voir le récit principal. J’ai entendu une voix.

Avez-vous eu l'impression d'être conscient de choses se déroulant ailleurs?   Le chirurgien chargé de la reconstruction de mon visage m'a signalé la présence du prêtre. Le jour précédant ma sortie de l'hôpital, j'ai demandé au docteur ce qu'il pouvait me dire au sujet de la nuit de l'accident. J'avais pris conscience de mon souvenir de l'EMI et je ne savais pas comment évoquer ce que j'avais éprouvé. Il m'a regardé un instant, a déposé son presse-papiers et m'a dit: «Si je t'avais atteint une minute plus tard, il est plus que probable que nous n'aurions pas cette conversation". Je lui ai demandé ce qu'il voulait dire, et il a dit qu'il avait été contacté par l'hôpital alors qu’il se trouvait dans le quartier de Brooklyn, à New York, à une distance d'environ 32 km, dans une zone très congestionnée - près de l'aéroport Kennedy. Quand il est arrivé, il s'est arrêté brusquement quand il a vu le prêtre administrer les derniers rites - par respect; mais il a remarqué que j'étais «cyanotique» et il expliqué ce que cela signifiait. Mes ongles, mes oreilles, mes joues devenaient bleu! Il a rapidement interrompu le prêtre, m'a poussé dans une pièce hors du couloir et a effectué une trachéotomie d'urgence, avec un petit kit qu'il portait sur lui. Il m'a ensuite renvoyé au prêtre, puis il est allé se préparer pour l'opération, qui a duré de 22h00 à 5h00. À la fin de l'opération, il a dit à mes parents qu'il n'offrirait aucune précision sur mes chances de vie ou de mort à moins - et jusqu'à ce que - j'arrête de perdre du liquide céphalo-rachidien. L'os à la base du cerveau avait une très légère fissure, et ce liquide s'écoulait et sortait à travers mon passage nasal. Ce qu'il leur a dit, c'est que si le liquide arrêtait de couler avant midi, j'aurais seulement dix pour cent de chances de survie. On m'a dit que le liquide s'est arrêté à 9h00.

Êtes-vous passé à travers un tunnel?   Non 

Avez-vous rencontré ou été conscient de la présence d'êtres décédés ou encore vivants?   Oui   La voix.

Avez-vous vu une lumière qui ne vous semblait pas d'origine terrestre?     Oui  Voir le récit principal.

Avez-vous eu l'impression d'entrer dans un autre monde non terrestre?    Non

Quelles émotions avez-vous ressenties durant l'expérience?     Voir le récit principal.

Avez-vous eu l'impression de soudainement tout comprendre?     Tout sur l'univers.     Voir le récit principal.

Est-ce que des scènes de votre passé vous sont revenues?   On a passé en revue rapidement les copains (plus que de la famille) de mon quartier (j'avais dix-sept ans à l'époque et «le coin» était là où on se retrouvait) et l'idée d'une vie future dont je ne ferais pas l'expérience.

Est-ce que des scènes de votre avenir vous sont apparues?     Des scènes de l’avenir du monde. Juste l’idée que quelque chose m’attendait dans ma vie, et qu’il était important que je le fasse.    

Avez-vous atteint une frontière ou une structure physique limite?     Non

Êtes-vous arrivé à une frontière ou à un point de non-retour?   Non  

Dieu, Spiritualité et Religion:

Est-ce que vos valeurs et croyances ont changé à la suite de cette expérience?     Oui    Beaucoup plus tolérant vis à vis des «tracas» de la vie, et une appréciation plus profonde de l'esprit qui réside dans chacun de nous.

Concernant nos vies terrestres en dehors de la religion:

Est-ce que vos relations ont changé précisément à cause de cette expérience?   Mes pratiques religieuses avaient cessé à l'âge de quatorze ans, et je ne sentais aucune impulsion pour les reprendre, mais j'appréciais la spiritualité inhérente à toute vie.

Après l'EMI: 

Est-ce que l'expérience a été difficile à décrire en mots?   Oui Cela s'est produit en 1963. Lorsque je me suis souvenu de l'expérience environ huit ou neuf jours après l'accident (je suis resté dans le coma pendant trois jours et dans un état proche du coma pendant quatre autres), je n'avais aucun cadre de référence pour ce que j'avais connu. Je me souviens avoir senti que je pouvais en parler à mon ami, Ed, et j'avais hâte de le faire. Je l'ai partagée avec Ed après avoir été libéré de l'hôpital, vingt et un jours après l'accident. Au cours des prochaines années, j'ai partagé l'expérience avec trois ou quatre amis proches, avec mes parents et mes deux frères.

En 1971, je suis devenu un éducateur en santé et j'ai mené des cours d'éducation en santé pour les aînés du secondaire. Dans le cadre de l'unité sur la santé mentale, nous avons couvert une section sur la mort et l'agonie, et j'ai partagé mon expérience avec eux. J'ai été étonné lorsque certains de ces lycéens qui ont obtenu leur diplôme en juin sont rentrés de l'université pour la fête de Thanksgiving et ont apporté une copie du livre d'Elizabeth Kubler-Ross qui venait d'être imprimé et qu'ils avaient du lire dans le cadre de leur Cours de psychologie de première année. J'ai été stupéfait! L’ouvrage citait des cas semblables (pas exactement), mais assez similaires, et j'ai été stupéfait en prenant conscience qu'il s'agissait ici d'une expérience humaine unique qui ne nécessitait que la permission d'être partagée ouvertement. Elizabeth Kubler-Ross avait maintenant fourni cette permission.

Même si j'avais su que mon expérience était réelle, j'ai compris que d'autres pouvaient en douter parce que je n'étais qu'une seule personne, qui indiquait sa perspective subjective d'une expérience très privée. Mais, après avoir lu tant d'expériences semblables de tant de personnes différentes à partir de tant d'endroits différents, il est devenu clair que les gens dans cette circonstance de la mort imminente vivent collectivement quelque chose qui n'avait jusqu'alors pas été suffisamment documenté.

À la suite de votre expérience, avez-vous acquis des habiletés médiumniques, hors de l'ordinaire ou d'autres dons spéciaux que vous n'aviez pas avant?  Oui Je m'en suis vraiment sorti avec la capacité de deviner les sentiments des gens et de comprendre leur logique émotionnelle.

Avez-vous déjà partagé cette expérience avec d'autres?     Oui    

Est-ce qu'une partie de cette expérience a déjà été reproduite dans votre vie?     Non