NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Nina H

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Quand j’avais neuf ans, j’ai eu la varicelle. Certaines éruptions se sont transformées en furoncles. Ma mère m’a dit que ma tête avait enflé. J’avais coutume de jouer ardemment dehors, faisant semblant d’être un cheval. Un jour j’ai eu l’impression de sortir de ma tête. J’ai compris que quelque chose n’allait pas.

Ma mère pense que je suis d’abord restée à la maison. Elle m’a dit que j’ai séjourné une semaine à l’hôpital. L’expérience a eu lieu tandis que je m’y trouvais. Je ne me souviens de rien concernant les jours qui ont suivi, j’ai eu l’impression de disparaître, jusqu’à l’expérience à l’hôpital.

Je me suis retrouvée dans un endroit éthérique de lumière. En sécurité, ni au chaud, ni au froid, simplement en sécurité. Je n’étais plus dans mon corps. Dans cet endroit mais ne lui appartenant pas, il y avait un petit cercle en bas, là se trouvait le monde avec de la couleur, le visage de ma mère et des médecins étaient dans ce petit cercle. Ils me regardaient très inquiets. J’ai ressenti un amour et une compassion immense pour ma mère qui souffrait comme si elle était en train de me perdre. Les médecins paraissaient souffrir. Même si j’étais au dessus d’eux, je pouvais voir leur visage en train de me regarder. Je savais exactement ce qui se passait. Je suis restée suspendue dans la lumière quelque temps. Je savais que je pouvais choisir l’endroit où je voulais être. J’ai décidé de revenir près de ma mère. Celle-ci et les médecins ont pensé qu’ils avaient failli me perdre. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. J’avais une néphrite.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Un autre monde

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non c’était réel, pas un rêve.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Décrivez votre apparence ou forme hors de votre corps : Je baignais dans une lumière vivante. On ne peut le décrire avec des mots. Je suis sortie de mon corps.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? De l’amour, un amour rayonnant, de l’amour pour ma mère.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Il n’y avait aucun son.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Indécise. Pas une lumière en particulier, tout était lumière, moi comprise. Hors de mon corps j’étais composée de cette lumière.

Le seul endroit, c’était ce petit cercle en bas dans un coin, un peu comme en vision périphérique, où se trouvaient ma mère et les médecins, il était séparé de là où j’étais.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Non

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ? Indécise. Ma mère m’a dit qu’elle et les médecins ont pensé qu’ils avaient failli me perdre. Je le sais et je sais que je le savais quand j’étais dans la lumière. De l’endroit où j’étais, je pouvais sentir ce qu’ils éprouvaient. Avant et après l’expérience, je n’ai aucun souvenir de quoi que ce soit. L’expérience elle-même et le petit cercle où se trouvaient ma mère et le médecin sont extrêmement nets.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. L’endroit de cette lumière blanchâtre est au-delà de toute description. La lumière est vivante là-bas. J’y étais bien.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Indécise. Cet endroit a quelque chose d’immense. Le monde où se trouvaient ma mère et le médecin était très petit et comportait des limites. Cet endroit n’en a aucune.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Je suis revenue en sachant que la mort n’est pas effrayante. J’ai développé un immense amour pour les peuples indigènes, il semble que j’aie un sens du dessein et du savoir de ces ethnies. C’est difficile à expliquer. Je suis restée confinée dans mon lit pendant six mois, on ne m’a pas autorisée à jouer beaucoup pendant un an. A l’école, les enfants se moquaient horriblement de moi. Je suis devenue une adolescente perturbée. Ma mère m’a emmenée chez un psychologue. Je pense qu’elle avait des problèmes également. Le psychologue m’a dit que ma mère avait des problèmes à cause de moi. Cela m’a affectée. J’ai tenté de cacher des parts de moi-même.

J’ai traversé une folle période à l’adolescence. Je mettais toute ma douleur et ma souffrance dans la musique et je chantais des solos avec le chœur, etc.

Je crois que je connaissais des choses que les autres ne pouvaient comprendre.

Je sais qu’il y a un sens au fait d’être ici, chaque jour cela vient à moi au travers de ce à quoi je suis confrontée. Je suis très sensible vis-à-vis des gens.

Mon frère cadet s’est égaré en prenant du LSD. Je savais comment le récupérer. J’ignore comment je le savais, c’est simplement venu à moi. C’est à cause de mon expérience.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. J’ai moi-même consciemment décidé de revenir. J’aurais pu rester là-bas. Je vois toujours en moi-même les qualités de cet endroit, la lumière vivante.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Je ressens des choses que les autres ne sentent pas. Je pense que c’est à cause de cela que ma famille croyait que quelque chose n’allait pas chez moi. Je pensais que je devais cacher quelque chose à mon sujet. J’ai retourné ma force vitale vers l’intérieur et je suis tombée émotionnellement malade. La seule façon de sortir de la maladie a été de partir en quête. Je suis allée seule en Amérique du Sud. J’ai suivi mon cœur en le faisant. Les moyens se sont présentés d’eux-mêmes à moi. Trois mois plus tard je suis revenue, en laissant la maladie émotionnelle derrière moi. Ce voyage a renforcé mon sens du dessein, j’ai toujours eu ce but depuis.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Les réponses sont toutes en moi. Je ne crains plus la mort. Elle ne me gêne pas. J’ai pratiqué les courses de chevaux pendant longtemps. Même si j’ai connu la peur en le faisant, je savais que la mort chevauchait sur mon épaule. J’ai été fascinée par les enseignements des Indiens Yaqui, Don Juan, comment la mort chevauche sur votre épaule. Cela ne me gêne pas. Je ne la défie pas, je sais simplement qu’elle fait partie de la vie. Il y a quelque chose de très généreux chez moi, dans tout ce que je fais dans cette vie. C’est une question de service et d’amour.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? J’ai peut-être en partie répondu plus haut. J’ai suivi mon cœur dans mes choix de carrière et je le fais toujours. A 53 ans je suis incroyable. J’entame une nouvelle carrière. Il FAUT que je me sente reliée à une carrière. Même en conduisant des camions je l’ai vécu. Un évènement avec un Indien Apache et le gros camion que je conduisais confirme mon attitude vis-à-vis de tout ce que je fais.

Les relations ont été un défi… Certaines de mes expériences ont été profondes et douloureuses, elles m’incitent à devenir guérisseuse. Je suis fascinée par l’énergie de la relation et de la communication. Il me reste encore quelque chose à faire en étant guérisseuse, en tant qu’ancienne.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Je l’ai finalement dit à ma mère. Mon père est proche de la mort. Il semble que je puisse me lier d’amitié avec les autres expérienceurs. Nous avons des choses en commun : sensibilité, dessein, intégrité, absence de peur de la mort, spiritualité, amour des autres.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Tristesse et douleur, personne ne me comprenait. J’avais 9 ans, je ne pouvais pas être comme les autres enfants, j’étais tellement jeune. Wayne Muller a écrit un livre : « Legacy of the Heart, the Spiritual Advantages of a Painful Childhood » (héritage du cœur, les avantages spirituels d’une enfance douloureuse). Ce livre m’a aidée à comprendre ce que j’avais vécu. A travers tous les chemins et les défis de la vie, j’ai cette réaction stupéfiante.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure est mon sens du dessein et la façon de se lier à autrui. J’ai même un sentiment pour les objets inanimés. Les indigènes comprennent cela. Le pire, c’est que j’ai été une étrangère dans un pays étrange. A long terme, je suis plus profonde et plus forte grâce à tout cela.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Ce sentiment d’être guidée, d’avoir un but, de suivre mon cœur, de réaliser ce qui se présente à moi. Les réponses sont toutes là.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui. En Amérique du Sud dans les ruines antiques de Machu Picchu, il m’est arrivé quelque chose. Ensuite je me suis sentie plus forte intérieurement, j’avais fait la relation avec quelque chose qui paraissait faire défaut à cause des agressions que j’avais subies de la part de mes camarades. J’ai également vécu quelque chose à San Francisco. Les deux expériences ont eu lieu alors que j’avais une vingtaine d’années. En ces deux occasions et en d’autres, j’ai pris des drogues. J’ai soigneusement choisi les lieux et les moments, je savais que c’était important pour moi. Comme le dit Ram Dam à propos des répondeurs téléphoniques, une fois que j’ai eu le message, je n’ai pas besoin de continuer à l’écouter. Je continue toujours à étudier et apprendre de nouvelles choses, de nouvelles manières d’être, de communiquer, etc. Tout ne fait que renforcer quelque chose en moi et au-delà.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. J’ai écrit un mail hier soir au sujet de mon père en stade terminal et de ma famille. J’apprécie la réponse du Dr Jeff Long. Pour certaines raisons j’ai pleuré des seaux en parcourant votre site hier soir! Je pense que c’est en partie à cause de ma famille, en partie un retour aux sources du fait d’avoir trouvé ce site web. Il m’est familier, ainsi que les mots qui y figurent.

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire : Je pense qu’il s’agit d’expériences très personnelles. Si vous avez des questions après m’avoir lue, n’hésitez-pas !