NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Monty Z

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Bonjour. J’ai cru qu’il s’agissait d’un rêve. A l’été 1974, vers 23 h, je me suis endormi au volant et je me suis encastré à l’arrière d’une remorque stationnée le long d’un grand axe. La Ford Mustang 1976 que je conduisais était coincée entre l’essieu arrière et l’extrémité de la remorque.

Lorsque je me suis réveillé, j’étais sur un brancard dans une pièce, un employé de l’hôpital habillé de blanc retirait mes vêtements. J’ai demandé : « Qu’est-ce qui se passe ? ». Il a répondu : « Il faut que j’aille chercher un médecin, ne bougez pas. ». Je suis resté allongé jusqu’à ce que le docteur arrive et qu’il m’emmène dans une autre pièce qui m’a semblé être une salle des Urgences. On a commencé à m’ausculter.

Un Policier de l’Etat m’a alors demandé : « Savez-vous ce qui vous est arrivé ? » J’ai répondu : « Non, mais j’ai fait un rêve, j’étais debout près de ma voiture essayant de regarder à l’intérieur, la plus grande partie du véhicule était coincée sous l’attelage d’une remorque. Je ne pouvais pas vraiment voir plus loin que l’arrière du siège baquet conducteur. J’ai cru que j’avais rêvé, que quelqu’un m’avait volé ma voiture et attrapé un accident grave. Je me suis dit qu’étant donné l’état du véhicule, le conducteur devait être mort. ». Le policier est devenu blanc, il a dit : « Vous n’avez pas rêvé, ce que vous décrivez, c’est précisément ce qui s’est passé. ».

Il m’a ensuite montré des clichés pris sur les lieux, c’était exactement ce que j’avais vu dans mon rêve. Il m’a avoué : « Si j’avais pensé qu’il y ait une chance que vous soyez vivant ou si vous aviez montré un quelconque signe de vie, j’aurais dit à l’équipe de secours de se dépêcher. Il nous a fallu deux heures et demie pour extraire la voiture d’entre les essieux, sous l’arrière de la remorque et vous de la voiture ensuite. Les urgentistes m’ont dit « Oubliez ça, il est mort. ». ». On m’a chargé dans l’ambulance et on m’a amené à l’hôpital où j’ai plus tard repris connaissance.

Il m’a fallu des années pour réaliser que ce devait être moi, dans la voiture à l’intérieur de laquelle je tentais regarder. Il est possible que j’aie été très proche de la mort, j’ai eu une fracture du bras, du poignet, du nez, de la mâchoire, plus des blessures internes, j’ai uriné du sang pendant des jours, il m’a fallu quelques mois pour que je me sente comme avant. 30 années se sont écoulées, je n’avais jamais entendu parler d’EMI, on n’en entendait jamais parler, donc, jusqu’aux années récentes j’ai cru qu’il s’agissait juste d’un rêve. Quand j’y réfléchis, je ne sais toujours pas si j’étais vraiment mort. Je ne crois pas non plus à la vie après la mort, pour moi la mort c’est la mort.

====

Je viens juste de rechercher l’article et je l’ai trouvé, il est assez abîmé, mais la photo de la voiture broyée est nette, près de celle-ci apparaissent le policier d’Etat et un badaud. L’article sous la photo mentionne mon nom, mon âge, et mon adresse. Une partie de l’article, le reste à droite, est illisible à cause du temps. J’étais un peu décalé par rapport à la date de l’accident, il s’agit de l’édition du 4 juin 1974, si vous voulez la photo, je vous l’enverrai. J’ai en fait arraché le volant avec le haut du torse et la tête, l’impact de la colonne de direction a eu lieu en plein centre de la poitrine. Si je l’avais vu venir et que je m’étais arc-bouté cela m’aurait sans doute tué. Mon père pense que ce qui m’a sauvé c’est le fait d’être endormi et relâché, de simplement voler dans tous ces obstacles sans être tendu.

Je ne sais pas si j’étais encore dans la voiture au moment de la photo, probablement pas car je me souviens seulement d’avoir été près de la vitre arrière, côté conducteur, essayant de regarder à l’intérieur, mais il faisait très sombre et je ne pouvais pas voir suffisamment bien pour identifier le conducteur, à ce moment là il n’y avait personne d’autre que moi. En y réfléchissant davantage, je n’ai pas souvenir de sensations de toucher, de la température de l’air ou des odeurs. Je pense donc que mon rêve, ou mon EMI, a eu lieu immédiatement après l’accident. Par contre je me rappelle bien de la vapeur brûlante de l’antigel et de l’huile moteur rendant encore plus difficile la vision vers l’intérieur, j’étais là tout seul, me demandant ce qui se passait. Après cela je n’ai ni rêve ni souvenir, jusqu’à ce que je me réveille à l’hôpital. Je ne me rappelle pas d’avoir été extrait de la voiture, ni d’avoir été emmené pour le transport vers l’hôpital. Je pense que la raison pour laquelle j’ai cru qu’il s’agissait d’un rêve, c’est parce que je me suis réveillé comme d’habitude, si ce n’est qu’on m’enlevait mes vêtements dans une pièce ouverte de l’hôpital, sans équipement médical autour, avec un peu de douleur aussi.