NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Micheal D

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Voyons, comment vais-je m’y prendre ? Bon, je pense que je vais commencer par celle de janvier 2004.

Je me sentais tellement déprimé et seul. Au cours des quatre années précédentes, j’avais été violé par un type auquel mes parents m’avaient confié car j’avais dix ans. Je voulais quitter cette vie dont je pensais qu’elle ne me voulait pas. Je couchais avec tous ceux qui voulaient de moi, je me droguais et je me querellais tous les jours avec mes parents. A l’époque, j’avais le sentiment que mon père me gardait comme punching ball, qu’il ne se souciait pas de ce qui m’arrivait.

Donc, un soir j’ai pris un couteau et je me suis enfermé dans ma chambre avec ma petite sœur (qui avait alors juste trois mois), je voulais l’utiliser comme otage. Il n’a pas fallu longtemps avant que mon père et son ami ne cognent à la porte, son ami l’a ouverte d’un coup de pied (à l’époque mon père avait été muté et nous habitions chez un de ses vieux amis avant d’avoir notre maison). J’avais dit à mon père que s’il entrait dans la chambre, j’allais me planter le couteau dans la poitrine pour me suicider. Je lui avais également dit que s’il essayait de m’en empêcher, j’allais tuer le bébé. Mon père et moi avons commencé à lutter pour attraper le couteau tandis que le fils aîné de son ami entrait dans la chambre pour essayer d’en extraire ma sœur. J’ai arraché le couteau des mains de mon père, le coupant au bras gauche. Je me suis ensuite planté le couteau quatre fois dans la poitrine en disant à mon père de partir. Je lui ai affirmé que s’il faisait venir une ambulance, j’allais me redonner des coups de couteau.

Je gisais sur le sol, perdant mon sang, ma mère hurlait aux urgentistes de me sauver. Un des fils de l’ami de mon père s’est mis à me parler, il m’a suffisamment calmé pour que les urgentistes puissent commencer à s’occuper de moi et m’emmener à l’hôpital. Quand j’y suis arrivé, on m’a opéré pendant huit heures, il a presque fallu deux semaines avant qu’on me retire la ventilation.

Je ne sais pas exactement combien de jours se sont écoulés entre le moment où j’ai été admis et ma première EMI, toutefois j’ai entendu mes parents me parler durant les quelques jours précédents. Je les ai aussi entendus se quereller à mon sujet. Je sais que mon père voulait faire une décharge de non-réanimation et que ma mère ne voulait pas la signer.

Comme je l’ai dit, j’ignore le nombre exact de jours avant mon EMI. A l’époque, je ne savais même pas ce qui se passait. J’avais une certaine connaissance de ce qui arrive quand on meurt, mais je n’y avais jamais cru. Je ne m’en étais alors jamais vraiment préoccupé.

Mon dernier souvenir, c’est que mon père criait à ma mère de signer la décharge, mais elle a refusé. Ensuite j’ai eu l’impression de m’évanouir ou de ne pas avoir suffisamment d’air, que mes poumons rétrécissaient. Puis je me suis senti léger, je ne ressentais plus rien du tout. La pièce est devenue floue, j’ai compris que j’éprouvais ce que les personnes autour de moi ressentaient. Je sentais les émotions de ma mère et de mon père. Ma mère éprouvait de l’amour et de la douleur, mon père de la douleur et de la colère. Je les ai ensuite entendu crier mais en sourdine. Mon père a dit «  Ne le touchez pas. Laissez-le partir, c’est ce qu’il veut. Il essaye de se suicider depuis longtemps, laissez-le partir. ». Ma mère a alors répliqué en criant : « Faites ce qu’il faut pour le sauver, c’est mon fils aussi et je veux qu’il vive. Mike, s’il meurt je te quitte, je prends Kell’i avec moi et j’enterrerai mon fils toute seule. ». Puis tout a paru fondre autour de moi.

Ensuite j’ai cru que j’étais sorti de mon lit parce que je voyais mes parents se quereller dans le couloir, mais je ne distinguais pas ce qu’ils disaient. J’ai vu mon médecin à la porte d’une chambre, il regardait mes parents. Je suis retourné dans ma chambre et je me suis vu, mon corps, allongé en train de mourir sur le lit. Puis, la dernière chose que j’ai entendue de mon père fut : « D’accord, sauvez-le, je veux mon fils. ». Ensuite tout est devenu noir.

L’endroit était noir comme la nuit. Il n’y avait personne autour pour entendre mes appels à l’aide. J’ignorais où je me trouvais. Je ne savais pas si j’étais dans une pièce, dans un couloir ou ailleurs. Tout ce dont je me souviens c’est qu’il n’y avait que l’obscurité. Il n’y avait ni haut, ni bas, ni parois, juste le noir. J’avais la sensation d’être perdu quelque part, je voulais retrouver mon chemin pour aller n’importe où sauf à cet endroit.

Puis j’ai vu un éclair lumineux, si brillant et plein de couleurs que j’ai eu l’impression que j’allais devenir aveugle. J’ai remarqué que la lumière venait dans ma direction, que les couleurs devenaient plus puissante, mais  cette lumière ne m’aveuglait pas. Au lieu de cela elle était chaude, pleine d’amour, d’attention et de pardon.

Tandis qu’elle se rapprochait de moi, j’ai vu les couleurs de l’arc-en-ciel sortir de partout, j’ai entendu de la musique, une sorte de musique qu’on ne pourrait entendre sur terre. J’avais la sensation d’entendre chanter des anges. Quand les couleurs sont passées à côté de moi, je les ai entendu dire que tout allait bien se passer, que j’étais chez moi. On allait tout me dire. Elles parlaient par un genre de pouvoir mental, je pouvais les comprendre, je me souviens de leur avoir répondu que j’étais heureux d’être chez moi, là où vit un tel amour, une sorte d’amour qu’on ne peut éprouver sur terre. Lorsque je me suis retrouvé juste devant la lumière, j’ai remarqué que son centre doré me parlait. Encore une fois par pouvoir mental, la lumière m’a demandé si je savais où je me trouvais. J’ai répondu que j’étais chez moi pour y rester.

Ensuite elle est passée sur moi et j’ai vu des photos de ma vie. J’ai vu mes parents. Le centre de la lumière m’a demandé si je ressentais quelque chose provenant des photos. J’ai dit que j’éprouvais l’amour et la douleur intenses qui venaient de ma mère. De mon père j’ai ressenti un amour intense, qu’il était très blessé par ce que j’avais fait.

A ce moment là, il m’a été demandé ce que je voulais faire. On m’a dit que si je continuais à traverser juste un petit peu, il n’y aurait pas de retour. On m’a ensuite montré une maison. J’ai pu regarder à l’intérieur et j’ai vu mon père tellement triste et déprimé, sans personne auprès de lui. Ma mère n’était pas visible. On m’a dit que mon père allait se retrouver ainsi si je restais. On m’a ensuite montré une colline très verte, en haut de laquelle j’ai vu ma mère pleurer et j’ai pu ressentir sa douleur intense. On m’a dit que si je restais, elle allait être ainsi. J’ignorais alors ce que je voulais faire. Tout ce que je sais, c’est que je ne voulais pas revenir, mais je ne voulais pas non plus voir mes parents ainsi.

La lumière s’est alors retirée un peu en disant qu’un ange voulait me parler. Elle m’a dit qu’il s’agissait de la maman de Mandy (Mandy est la fille de l’ami de mon père, chez qui nous vivions à l’époque. Sa maman est morte en novembre 2003 des suites de blessures subies dans un accident de voiture). Elle m’a dit qu’il serait peut-être mieux que je revienne vers mes parents, car ils m’aimaient et j’allais souffrir en les voyant si je restais. Je ne me rappelle pas avoir dit que je voulais repartir, je me souviens seulement qu’on m’a annoncé : « D’accord, tu as déclaré que tu voulais repartir, tu vas donc le faire. ».

On m’a ensuite dit de fermer les yeux, de simplement écouter la musique et le chant des anges. Quand j’ai fermé les yeux j’ai senti une forte poussée, j’étais sur le dos et je tombais dans un cercle. Je me rappelle avoir vu des points noirs de lumière me traverser la tête. Quand je suis rentré dans mon corps j’ai eu la sensation d’avoir percuté un trottoir, tout à fait comme quelqu’un qui tomberait d’un toit. J’avais tellement mal. Si je devais noter la douleur de 1 à 10, je mettrais 2000.

Mes parents avaient quitté l’hôpital quand on leur avait dit que j’étais décédé. Ils ne savaient absolument pas que j’étais revenu vers eux. Il a fallu quelques heures pour qu’ils arrivent à l’hôpital et qu’ils m’informent que je faisais à nouveau partie du monde des vivants. Ma mère a été tuée par un conducteur ivre quelques semaines après ma sortie de l’hôpital.

Ma seconde tentative ressemble beaucoup à la première. Je me suis planté un couteau dans la poitrine et je me suis pendu. A l’époque j’avais le sentiment que mon père ne m’aimait pas, que mon sort ne l’intéressait pas, qu’il était mieux sans moi. Lui et un voisin m’ont découvert et ils ont coupé la corde. Mon père me tenait, il s’est mis à pleurer. J’ai été emmené d’urgence à l’hôpital, puis au bloc où on m’a enlevé la rate. C’est alors qu’on m’opérait que ma mère est venue me voir, elle m’a dit que mon père m’aimait, qu’il se préoccupait tant de moi. Elle a fait repasser les évènements en insistant pour me faire ressentir ce qu’avait éprouvé mon père quand ils avaient coupé la corde pour me descendre. Elle m’a même montré qu’il pleurait dans la salle d’attente, priant pour que je tienne le coup. La seconde fois, je n’ai eu d’autre choix que de revenir.

Quand je suis revenu dans mon corps la seconde fois, j’étais installé dans une chambre sous ventilation. J’ai vu mon père pendant quelques minutes, il m’a dit que tout allait bien se passer. Il m’a caressé le front, me repoussant les cheveux, puis il m’a donné un baiser en disant que nous allions tout résoudre. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience une situation mettait-elle votre vie en danger ? Oui. Tentative de suicide les deux fois.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? J’étais lucide quand je suis passé de l’autre côté.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Je voyais mes parents se quereller dans le couloir, mais je ne distinguais pas ce qu’ils disaient. J’ai vu mon médecin à la porte d’une chambre, il regardait mes parents. Je suis retourné dans ma chambre et je me suis vu, mon corps en train de mourir allongé sur le lit. Puis, la dernière chose que j’ai entendue de mon père fut : « D’accord, sauvez-le, je veux mon fils. ».

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? De la musique.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Oui. L’endroit était noir comme la nuit. Il n’y avait personne autour pour entendre mes appels à l’aide. J’ignorais où je me trouvais. Je ne savais pas si j’étais dans une pièce, dans un couloir ou ailleurs. Tout ce dont je me souviens c’est qu’il n’y avait que l’obscurité. Il n’y avait ni haut, ni bas, ni parois, juste le noir. J’avais la sensation d’être perdu quelque part, je voulais retrouver mon chemin pour aller n’importe où mais pas dans cet endroit.

Avez-vous vu une lumière ? Puis j’ai vu un éclair lumineux, si brillant et plein de couleurs que j’ai eu l’impression que j’allais devenir aveugle. J’ai remarqué que la lumière venait dans ma direction, que les couleurs devenaient plus puissante, mais cette lumière ne m’aveuglait pas. Au lieu de cela elle était chaude, pleine d’amour, d’attention et de pardon. Tandis qu’elle se rapprochait de moi, j’ai vu les couleurs de l’arc-en-ciel sortir de partout et j’ai entendu de la musique. Une sorte de musique qu’on ne pourrait entendre sur terre. J’avais la sensation d’entendre chanter des anges. Quand les couleurs sont passées à côté de moi, je les ai entendu dire que tout allait bien se passer, que j’étais chez moi. On allait tout me dire. Elles parlaient par un genre de pouvoir mental, je pouvais les comprendre, je me souviens de leur avoir dit que j’étais heureux d’être chez moi, là où vit un tel amour. Une sorte d’amour qu’on ne peut éprouver sur terre. Lorsque je me suis retrouvé juste devant la lumière, j’ai remarqué que son centre doré me parlait. Encore une fois par pouvoir mental, la lumière m’a demandé si je savais où je me trouvais. J’ai répondu que j’étais chez moi pour y rester.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Tandis que la lumière se rapprochait de moi, j’ai vu les couleurs de l’arc-en-ciel sortir de partout et j’ai entendu de la musique. Une sorte de musique qu’on ne pourrait entendre sur terre. J’avais la sensation d’entendre chanter des anges. Quand les couleurs sont passées à côté de moi, je les ai entendues dire que tout allait bien se passer, que j’étais chez moi… La lumière m’a dit qu’il s’agissait de la maman de Mandy (Mandy est la fille de l’ami de mon père, chez qui nous vivions à l’époque. Sa maman est morte en novembre 2003 des suites de blessures subies dans un accident de voiture). Elle m’a dit qu’il serait peut-être mieux que je revienne vers mes parents, car ils m’aimaient et j’allais souffrir en les voyant si je restais.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Oui. Ensuite la lumière est passée sur moi et j’ai vu des photos de ma vie. J’ai vu mes parents. Le centre de la lumière m’a demandé si je ressentais quelque chose provenant des photos. J’ai dit que j’éprouvais l’amour et la douleur intenses qui venait de ma mère. De mon père, j’ai ressenti un amour intense, qu’il était très blessé par ce que j’avais fait. La seconde fois : C’est alors qu’on m’opérait que ma mère est venue me voir, elle m’a dit que mon père m’aimait, qu’il se préoccupait tant de moi. Elle a fait repasser les évènements en insistant pour me faire ressentir ce qu’avait éprouvé mon père quand ils avaient coupé la corde pour me descendre. Elle m’a même montré qu’il pleurait dans la salle d’attente, priant pour que je tienne le coup.

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ? Oui. Ensuite j’ai cru que j’étais sorti de mon lit parce que je voyais mes parents se quereller dans le couloir, mais je ne distinguais pas ce qu’ils disaient. J’ai vu mon médecin à la porte d’une chambre, il regardait mes parents. Je suis retourné dans ma chambre et je me suis vu, mon corps allongé sur le lit était en train de mourir. Puis, la dernière chose que j’ai entendue de mon père fut : « D’accord, sauvez-le, je veux mon fils. ». J’ai demandé à mon père si c’était bien arrivé la première fois.

Elle a fait repasser les évènements en insistant pour me faire ressentir ce qu’avait éprouvé mon père quand ils avaient coupé la corde pour me descendre. Elle m’a même montré qu’il pleurait dans la salle d’attente, priant pour que je tienne le coup. La seconde fois j’ai à nouveau demandé à mon père s’il avait bien dit cela.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. On m’a ensuite montré une maison. J’ai pu regarder à l’intérieur et j’ai vu mon père tellement triste et déprimé, sans personne auprès de lui. Ma mère n’était pas visible. On m’a dit que mon père allait se retrouver ainsi si je restais. On m’a ensuite montré une colline très verte, en haut de laquelle j’ai vu ma mère pleurer et j’ai pu ressentir sa douleur intense.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. La première fois j’ai cru que j’étais parti quelques secondes seulement. Il s’est avéré que je suis parti pendant 90 minutes.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Je sais et je me rends compte que non seulement ma vie sur terre est un don de Dieu, mais tout est un don de Dieu : ma famille, mes amis, mes animaux, les fleurs sur les routes où nous passons tous, le chant des oiseaux, les poissons qui nagent dans les lacs, les rivières, les fleuves et les océans, l’eau que nous buvons, la nourriture que nous mangeons. Je sais et je me rends compte que je n’ai pas autorité pour me retirer ces dons. Je réalise que Dieu m’a donné cette vie sur terre avec ces merveilleux dons. Mes deux parents représentent des dons merveilleux, tout ce qu’ils m’ont montré est un don magnifique qu’ils ont reçu et qu’ils m’ont transmis. Ma mère n’est plus de ce monde, mais elle et mon père vont continuer à nous transmettre de nombreux dons, à ma sœur et à moi. J’ai aussi développé un besoin bien plus profond d’apprendre en ce qui concerne Dieu. J’éprouve également un amour bien plus profond envers ma famille, mes amis et le monde qui m’entoure.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. On m’a dit que si je continuais à traverser encore un peu, il n’y aurait pas de retour.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Oui. Je sais ce que les gens vont faire avant qu’ils ne le fassent. Je peux terminer les phrases d’une personne. Je sais ce qu’on va me demander avant qu’on ne me pose la question. Je connais le contenu des tests, ainsi que les réponses.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. A ce moment là, il m’a été demandé ce que je voulais faire. On m’a dit que si je continuais à traverser juste un petit peu, il n’y aurait pas de retour. On m’a ensuite montré une maison. J’ai pu regarder à l’intérieur et j’ai vu mon père tellement triste et déprimé, sans personne auprès de lui. Ma mère n’était pas visible. On m’a dit que mon père allait se retrouver ainsi si je restais. On m’a ensuite montré une colline très verte, en haut de laquelle j’ai vu ma mère pleurer et j’ai pu ressentir sa douleur intense. On m’a dit que si je restais elle allait être ainsi. J’ignorais alors ce que je voulais faire. Tout ce que je sais, c’est que je ne voulais pas revenir, mais je ne voulais pas non plus voir mes parents ainsi.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Je sais ce que les gens vont faire avant qu’ils ne le fassent. Je peux terminer les phrases d’une personne. Je sais ce qu’on va me demander avant qu’on ne me pose la question. Je connais le contenu des tests, ainsi que les réponses. Je vois également les émotions des personnes. Je peux voir les émotions avec la lumière.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je crois en ce que ma mère et mon père ont essayé de m’enseigner concernant la religion.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? J’aime tellement ma famille et mes amis. J’essaie de faire quotidiennement autant de chose possibles avec eux, y compris aller à la messe avec mon père.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. J’ai davantage d’amour et de compréhension pour mon père maintenant. Lui et moi avons pris un conseiller. Nous avons une séance hebdomadaire de conseil à la fois individuel et familial et aussi sur l’affliction. Il a compris que nous avions tous les deux besoin d’aide pour surmonter nos problèmes et reconstituer une famille. Des amis m’ont montré un don. Je sais qu’à chaque fois que je me sens déprimé ou triste, que je ne peux pas joindre mon père ou que je ne peux pas lui parler, il m’est alors possible de m’adresser à eux et ils seront là pour m’aider à surmonter mes émotions. J’ai aussi commencé à participer à des séances d’étude des Ecritures avec Mandy et deux camarades d’école. Je sais que je vais passer ma vie à servir Dieu, mais pour le moment il me faut trouver une voie qui me mènera à lui.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Certaines personnes apprécient beaucoup d’entendre parler de ce qui nous attend dans une autre vie. D’autres pensent juste que je suis dingue.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Amour et tristesse plus forts. Une parole malveillante et je souffre.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure de la première fois a été de savoir qu’il existe un au-delà, que ceux qui sont partis nous attendent et qu’ils sont là pour nous aider dans ce monde quand nous en avons besoin. La pire de la première fois a été de revenir dans un monde de douleur. La meilleure de la seconde fois a été de retrouver ma mère et d’entendre mon père dire que tout allait bien se passer, que nous allions tout surmonter. La pire de la seconde fut d’être ventilé pendant deux jours, je voulais en effet tellement parler tout de suite à mon père.

Souhaiteriez-vous ajouter autre chose au sujet de l’expérience ? J’ignore si la seconde fois compte comme une EMI car je n’ai pas été déclaré mort.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui