NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Michael Joseph

DESCRIPTION DE L'EXPERIENCE :

J’en suis incapable, c’est tout simplement beaucoup trop immense et détaillé pour le résumer sous ce format. Il faudrait un livre. C’était le jour de la commémoration de Washington et je n’avais pas école. J’aurais pu rester à la maison mais j’ai choisi d’aller travailler avec mon père à la station essence qui appartenait à mes parents. J’y travaillais le weekend et après l’école pour aider mon père. Je servais l’essence, lavais les vitres, vérifiais les niveaux, je m’occupais des clients y compris pour le paiement et le rendu de monnaie. Je nettoyais également les sanitaires, garnissais les présentoirs d’huile avec des bidons, rechargeais la machine à soda et récupérais l’argent, je balayais et faisais d’autres tâches pour mon père. J’étais payé 50 cents de l’heure, ce qui représentait BEAUCOUP d’argent en 1966 si on considère qu’une bande dessinée coûtait 12 cents, le ticket de cinéma en matinée 1 dollar et ainsi de suite. Je pouvais gagner 4$ par jour en travaillant pour mon père le weekend et 1$ supplémentaire en journée après l’école. Cela faisait entre 13 et 15 $ par semaine. J’ai donc décidé d’aller avec mon père le jour férié de commémoration de Washington.

Près de la station essence se trouvaient d’énormes rochers calcaires dont certains mesuraient plus de 10 mètres de hauteur. C’était encore une matinée glaciale et le sol était couvert de glace (ce qui arrivait FREQUEMMENT dans les années 60 et 70). Il n’y avait donc pas beaucoup d’activité ce jour-là et j’avais terminé toutes les autres tâches que mon père m’avait réservées. Comme je m’ennuyais, je lui ai demandé si je pouvais m’absenter quelque temps.

Je suis allé vers ces énormes rochers que j’avais souvent escaladés. Pour faire bref, l’eau en gelant s’était expansée dans les fissures des rochers, éclatant une partie de l’un d’eux qui mesurait entre 5 à 7 mètres. Le morceau se trouvait sur une corniche mais paraissait adhérer au flanc du rocher. J’avais souvent grimpé dessus, mais ce jour-là il s’est détaché. Le morceau était en forme de goutte d’eau, étroit et pointu en haut mais épais, large et lourd en bas, j’ai le souvenir qu’il mesurait environ 1m20 de haut. Il a cassé, je suis tombé en arrière de l’immense rocher et cette pierre m’est tombée directement dessus. En fait je l’ai chevauchée jusqu’au sol. Elle pesait probablement entre 200 et 250 kg.

Je ne me rappelle pas grand-chose de cet instant, si ce n’est une voix lointaine qui a hurlé « Oh mon Dieu ! Je suis mort ! » Mais bizarrement, j’en étais déconnecté.

Immédiatement après je me suis retrouvé en train de flotter en l’air, stupéfait, ne sachant où je me trouvais, ni qui j’étais, ni même ce que j’étais. J’éprouvais une sensation d’amnésie. J’ai essayé de m’orienter par rapport à mon environnement, de prendre des repères, c’est-à-dire d’observer avec attention. Instantanément j’ai eu la tête inondée de savoir. En fixant le rocher, j’ai su sa composition chimique, je pouvais décrire la structure de chaque courbe concave ou convexe à l’aide de formules mathématiques que je connaissais sans pourtant les avoir apprises. Je n’arrivais pas à croire à quel point mes pensées étaient claires. J’ai ensuite pris conscience d’un corps. J’utilise ces mots parce qu’ils expriment ce que je ressentais, mais je ne les ai pas utilisés alors. En fait je ne pensais pas du tout avec des mots. J’ai pris conscience d’un « élément biologique » qui ne fonctionnait pas. Je le considérais littéralement comme je l’aurais fait d’un véhicule très endommagé. Je suis passé au-dessus de ce corps, il n’y avait presque rien de visible entre ce sur quoi le rocher reposait et le sol. Il subsistait véritablement moins de 3 cm. Le visage était déformé et gris, bouche ouverte, de la terre et du sang le souillaient du nez jusqu’au front. Aucun mouvement, aucune respiration, ce visage me paraissait familier, mais je ne me souvenais pas où je l’avais vu avant.

Puis je me suis rendu compte que c’était MON VISAGE ! Il semblait différent en partie à cause de la mort, mais aussi parce que je l’avais toujours vu dans un miroir. Hors du corps, il prenait une autre apparence. C’est à cet instant que tous mes souvenirs sont revenus : qui j’avais été, qui étaient ma famille et mes amis, ce que j’avais fait et pensé.

Puis avec un grand choc j’ai réalisé que j’étais MORT et pourtant j’étais là, toujours vivant et pleinement conscient. Comment était-ce possible ? En cet instant mon athéisme a été balayé et je ne savais plus à quoi m’attendre. J’ai paniqué. J’ETAIS MORT ! Papa allait VRAIMENT être furieux contre moi de m’être tué. Puis la panique s’est envolée d’un coup lorsque je me suis rendu compte que j’étais MORT !!! Papa ne va pas être furieux. Je suis MORT ! MOOOORRRRT !!!! Oh mon Dieu, qu’est-ce qui va m’arriver ?!!!! Comme j’ai rejeté Jésus, Je vais aller en enfer ! Je suis vraiment dans le PETRIN ! Je n’aurais peut-être pas dû être aussi rapide à refuser la religion. J’aurais peut-être dû écouter davantage.

Puis toute cette panique a été chassée hors de moi. Je ne peux utiliser qu’une analogie : être glacé jusqu’aux os et se tenir devant un bon feu, tous les tremblements et le froid sont lentement chassés hors de soi, tous les muscles se détendent tandis que la chaleur du feu vous emplit. J’avais la sensation que ce « feu » venait de derrière moi, je me suis retourné et j’ai vu un homme aux cheveux noirs ondulés, à la barbe noire taillée court, à la peau bien bronzée. Ses yeux étaient comme des diamants étincelants dans la lumière, sa robe ressemblait à celle d’un moine, sauf qu’elle était d’un blanc éclatant et qu’elle brillait. Je la voyais bouger autour de lui avec des ondulations, des flottements. Cet être me souriait, j’ai immédiatement été empli d’amour, à tel point que j’ai eu l’impression que j’allais éclater. Je ne pouvais le contenir. Je ne me suis jamais senti autant adoré. Cet être communiquait directement avec moi par la pensée, aucun mot n’a été employé.

Il m’a dit qu’il s’agissait d’un accident et que je « pouvais » repartir SI je le souhaitais. En pensée je lui ai répondu qu’il était impossible de faire fonctionner ce corps à nouveau, qu’il était complètement aplati. En essence, il m’a assuré qu’il pouvait le remettre en état, mais voulais-je repartir ? J’ai voulu connaître les options. Qu’allait-il se passer si je choisissais de repartir ou non. A peine venais-je de le penser, BOUM, j’ai été percuté par un paquet d’images. Elles montraient brièvement ce qui allait se produire si je ne repartais pas. J’ai vu ma sœur sombrer dans l’alcool et la drogue, sa vie partant à la dérive… A CAUSE de mon absence. Le suicide de mon père dû à ma mort, peu après un divorce d’avec ma mère provoqué lui aussi par mon décès. J’ai vu mon grand-père paternel dépérir et mourir, le cœur brisé par ma mort et le suicide de mon père. Ce double coup ayant détruit la seule joie qui lui restait dans la vie. Les effets se poursuivaient encore et encore. Ma mère était triste, le cœur brisé pendant le reste de sa vie, tellement seule… J’ai vu un défilé de visages de personnes que je n’allais jamais connaître, dont j’aurais influencé les vies et qui auraient influencé la mienne, mais que je n’allais jamais connaître et réciproquement. L’homme à la robe blanche m’aurait Accueilli avec ma petite sœur. J’ai toujours aimé ma petite sœur et rien que pour elle, j’aurais choisi de revenir. Mais au vu de toute la souffrance que cela allait occasionner pour tous les autres… Maman, papa, les grands-parents, les amis, les cousins, les tantes, les oncles… Il FALLAIT que je revienne.

Alors est arrivé un second paquet d’images, celles de ce qui allait se produire SI je revenais. J’ai passé l’évidence. Papa ne se suicidait PAS. Ma sœur tournait bien. Maman finissait heureuse. Mon Grand-père continuait de rayonner de fierté pour son petit-fils qui fréquentait l’université. Mon Grand-père a immigré légalement d’Italie, il n’a pas étudié au-delà du primaire, il chérissait l’instruction plus que TOUT. Il était fier comme un paon lorsque ses enfants ont réussi au lycée, je suis devenu le premier de ses petits-enfants fréquentant une université prestigieuse. Mais dans ce deuxième paquet, ce qui a attiré mon attention, c’est le prix que j’allais devoir payer pour revenir. Je savais que j’allais remarcher, tout ce que j’avais perdu allait être restauré, mais seulement pour un temps. Plus tard dans ma vie, peut-être 10 ou 15 ans après l’accident, j’allais souffrir de douleurs extrêmes qui allaient m’affecter le reste de ma vie.

J’ai choisi de revenir. Il a souri, comme s’il SAVAIT que j’allais prendre le chemin difficile à cause de mes sentiments pour ma famille et mes amis. Il y a eu un craquement, un « pop » et je me suis retrouvé dans mon corps. Il était empli de sons et de sensations semblables à des craquements électriques. Je ne respirais pas, pas d’air, cet énorme rocher m’étouffait complètement. J’ai attrapé le bout effilé proche de mon nez avec la main gauche qui était libre (le bras droit était coincé sous le rocher). Je me suis dégagé en le faisant rouler comme s’il avait été fait de papier mâché.

J’ai pris une douloureuse inspiration, c’était comme si on m’avait plongé une épée dans le côté droit. C’était une respiration atroce, tellement douloureuse que j’ai perdu connaissance, roulant le long d’une pente en direction d’un trou. Cependant, tandis que mon corps tournoyait encore et encore en descendant, je le regardais depuis une perspective située au-dessus de ma tête, mi à l’intérieur, mi à l’extérieur de mon corps ravagé. Je ne sentais pas mes jambes et ne pouvais pas les bouger. J’étais totalement paralysé à partir de la taille, je pouvais A PEINE respirer. Chaque inspiration était superficielle et me poignardait profondément le côté droit de la poitrine. Mais j’étais VIVANT, exactement comme me l’avait annoncé l’homme en robe blanche brillante. Je n’avais toutefois aucune idée de la façon dont il s’y était pris. J’avais pu ressentir et entendre ces craquements, le son et la sensation ressemblaient à de l’électricité circulant à travers moi. J’ai COMPRIS que je devais trouver de l’aide et VITE, mais avec un dos brisé, des jambes fracturées qui non seulement ne fonctionnent pas, mais qu’on ne sent même pas, comment sortir d’un profond ravin encerclé de pentes boueuses et de rochers calcaires de plus de 7 mètres ?

Juste à cet instant, deux garçon sont arrivés sur la crête qui me surplombait, je connaissais l’un d’eux prénommé Johnny. Je les ai appelés d’une voix faible, Johnny a dévalé la pente dans ma direction. Je lui ai dit de courir chercher mon père, que j’étais très gravement blessé. L’autre garçon, que je ne connaissais pas, habitait juste au-dessus du ravin. Il s’est précipité chez son père pour lui demander d’appeler une ambulance (le service paramédical US n’existait pas à l’époque).

Ensuite, les choses se sont enchaînées. Mon père, totalement paniqué, a fini par me retrouver après avoir erré dans les rochers en m’appelant. C’était l’homme le plus rude, le moins craintif que je connaissais, pourtant j’ai vu la terreur dans ses yeux quand il m’a finalement retrouvé. Il voulait me soulever et me sortir de là, mais je lui ai dit de ne pas le faire parce que je m’étais cassé le dos. L’ambulance est rapidement apparue en haut de la pente, près de la maison du garçon que je ne connaissais pas. Une petite armée d’hommes est arrivée de Dieu sait où. J’ai été attaché sur une planche glissée sous moi, avec précautions le groupe d’hommes m’a passé de mains en mains jusqu’en haut de cette pente raide et boueuse. Près du sommet, la ligne d’hommes s’est effondrée dans la boue glissante et j’ai commencé à retomber, seul mon père m’a magnifiquement rattrapé,  refusant de me laisser tomber. Il a planté les pieds dans la boue, formant des prises et tenant bon jusqu’à ce que les autres rétablissent leurs positions, puis me fassent passer la crête et me portent vers l’ambulance où m’attendait ma mère.

Le trajet jusqu’à l’hôpital était assez long, en chemin j’ai demandé à ma mère de m’enlever le sang et la boue du visage, ce qui l’a surprise car je n’aurais pas dû le savoir ! Elle a sorti un Kleenex de son sac, l’a humecté de salive et m’a nettoyé le visage avec. Ironiquement, j’avais le visage tellement engourdi que je ne la sentais même pas le toucher.

On a découpé mes vêtements pour me radiographier, les clichés ne montraient aucun dommage interne, pourtant durant les 11 heures suivantes j’ai senti l’électricité de l’homme en robe blanche fuir lentement. Malgré mon état délirant, dû à toute la morphine qu’on m’avait injectée pour contenir la douleur, je savais être à nouveau mourant. Il était clair qu’il FALLAIT opérer car ma pression artérielle s’effondrait, j’ai entendu évoquer une possible hémorragie de la rate.

Mon médecin de famille est venu me voir et m’a dit qu’il fallait opérer, il m’a demandé si j’étais d’accord. Il était tellement gentil ! J’ai répondu : « Oh oui, bien-sûr, à condition de me promettre que je vais me réveiller. ». Dans ma famille les promesses sont sacrées et l’on n’y manque JAMAIS, à moins que l’univers entier ne se ligue pour l’empêcher et même ainsi, on la tient plus tard. Il a promis, ce qui signifiait que j’allais survivre à l’opération. Il m’a donné sa parole.

On m’a administré un anesthésique en me demandant de compter à rebours à partir de 100. Je l’ai fait jusqu’à zéro et l’aide-soignant m’a demandé de recommencer. Je l’ai donc refait et comme j’ai atteint zéro à nouveau, j’imagine qu’il a été obligé de me demander de le faire une troisième fois, je me suis donc exécuté. Je me suis rendu compte qu’on m’amenait dans un bloc opératoire. Plusieurs aides-soignants et infirmières ont installé mon corps, la colonne vertébrale entre deux rails parallèles. On a recouvert mon corps avec des draps, un capuchon placé devant le visage, j’avais un énorme spot au-dessus de moi, la pièce était vraiment très, très froide.

J’ai entendu quelqu’un dire : « On est en train de le perdre ! », puis : «  Sa tension est à zéro. ». Cela signifiait que mon cœur s’était arrêté. J’ai vu le médecin, chirurgien en chef, attraper une scie pour littéralement m’ouvrir rapidement en deux, j’en garde toujours une affreuse cicatrice sur la poitrine. Après qu’il m’ait ouvert je l’ai entendu dire : « Oh mon Dieu ! ». Les dommages internes étaient massifs. En fait, je n’aurais jamais dû survivre à l’impact initial du rocher. Le cœur était délogé de sa cavité naturelle sous l’aisselle droite. L’estomac et le foie avaient été enfoncés dans le poumon droit qui s’était effondré autour d’eux. Il n’y avait plus de diaphragme. Tous les intestins, y compris la rate étaient entassés dans la région surplombant le bassin. Il ne restait plus rien au niveau de l’abdomen, c’est la raison pour laquelle rien ne paraissait anormal sur les radios. J’ai entendu le chirurgien dire qu’il avait vu des accidentés de la circulation mourir avec des blessures beaucoup moins graves que les miennes. Il trouvait miraculeux que j’aie survécu aussi longtemps. Après m’avoir découpé la poitrine, il y a plongé les mains. Je suppose qu’il a recherché mon cœur afin de le relancer en le massant. C’est à cet instant même que s’est produite une chose très étrange. J’ai entendu des gens prier pour moi. Je me suis tout à coup retrouvé auprès d’eux, j’ai vu mon médecin s’agenouiller sur le sol dans une salle d’attente pleine de chaises, près de lui se trouvaient ma mère, mon père et une autre personne derrière eux, tous agenouillés sur le sol dans cette pièce en train de prier pour ma vie.

Immédiatement après, j’étais de retour dans le bloc opératoire où le chirurgien luttait frénétiquement pour me sauver la vie. Tandis qu’il me massait le cœur, je me suis mis à dériver et plus je dérivais, plus la pièce devenait sombre, plus sa voix paraissait lointaine. Je me suis retrouvé au-dessus du bloc, j’aurais dû être au niveau d’un étage supérieur ou au-dessus du toit, mais ce n’était pas le cas. Au lieu de cela je flottais à l’entrée d’un tunnel ou d’un tourbillon. J’ai été aspiré à l’intérieur et c’est alors que mon aventure a VRAIMENT commencé.

J’ai revu ma vie, j’ai parcouru « l’au-delà » escorté par un être qui était mon ange gardien / mon maître, j’ai fini par l’appeler le « professeur », il avait un incroyable sens de l’humour. Quand je dis : « il » c’est une façon de parler, car ce n’était ni un homme, ni une femme.

J’ai vu ce qui arrive aux véritables athées (apparemment j’avais l’esprit suffisamment ouvert pour ne pas en faire partie). J’ai vu différents « paradis » et j’ai demandé à voir ce qu’est « l’enfer » (cela n’avait rien à voir avec ce à quoi je m’attendais). J’ai même demandé à voir Jésus, désolé mais j’ai seulement rencontré un homme qui n’était pas du tout comme je l’imaginais, on m’a fourni des faits historiques intéressants que j’ai pu vérifier par la suite.

Mais tout cela est BIEN TROP complexe pour l’inclure ici, tout comme de nombreuses prédictions qui se sont TOUTES réalisées à l’exception d’UNE seule qui, je pense, reste encore à venir.

Au moment de votre expérience, y avait-il une situation mettant votre vie en danger ?   Oui  Je ne comprends pas à quoi la question se réfère. J’ai été tué par un rocher. Environ 12 heures plus tard et bien qu’à demi délirant, on m’a dit qu’il fallait m’opérer, je suis mort sur la table d’opération. Le délire confus a disparu mystérieusement, je ne comprenais pas pourquoi je ne m’endormais pas après qu’on m’ait administré le produit. Jusqu’à ce que je me rende compte que j’étais sorti de mon corps une deuxième fois et que je me trouvais à côté de celui-ci.

Cette expérience est-elle difficile à décrire avec des mots ?  Oui     Euhhh... comment décrire la couleur bleue à une personne aveugle de naissance ? Certaines parties de mon expérience sont hors de portée de tout vocabulaire.

A quel moment au cours de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?    Après avoir quitté mon corps (les DEUX fois). Ainsi que je l’ai dit précédemment, j’ai un QI de 150, celui d’un génie, pourtant quand je suis sorti de mon corps (à l’état de « mort ») je me suis retrouvé beaucoup PLUS intelligent. Si je fais la comparaison, je me considère comme un crétin baveux par rapport à ce que j’étais hors des limitations de mon corps.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à celui de tous les jours.      Davantage conscient et lucide que d’habitude     Je l’ai expliqué plus haut. Je paraissais tout simplement capable d’accéder à BEAUCOUP plus de connaissances, des choses que j’ignorais même savoir, si cela a un sens !

Veuillez comparer votre vue pendant l’expérience à celle que vous aviez juste avant l’expérience.   Eh bien, j’ai vu des couleurs que je n’avais jamais vues avant, j’ai visité des mondes dont on ignore même l’existence.

Veuillez comparer votre ouïe pendant l’expérience à celle que vous aviez juste avant l’expérience.   C’était déconnecté, je n’entendais pas avec les oreilles mais par la pensée. C’est bizarre d’essayer de le décrire.

Avez-vous vu ou entendu des évènements terrestres qui se déroulaient alors que votre conscience était séparée de votre corps physique/terrestre ?   Oui   Décrit plus haut.

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ?   Peur, terreur, panique, AMOUR ECRASANT, révérence, curiosité, etc.  

Avez-vous traversé un tunnel ?   Oui 

Avez-vous vu une lumière surnaturelle ?   Oui

Vous a-t-il semblé rencontrer un être ou une présence ésotérique, ou bien entendre une voix non identifiée J’ai rencontré un être précis, ou une voix clairement d’origine ésotérique ou surnaturelle

C’était davantage une PENSEE surnaturelle qu’une voix. Je n’ai pas véritablement entendu des gens parler, j’ai « entendu » leurs pensées.

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres ayant vécu précédemment sur terre et dont le nom est mentionné par les religions (par exemple : Jésus, Mahomet, Bouddha, etc.) ?   Oui   Je me suis promené en parlant avec Jésus, il m’a donné des détails de sa vie dont j’ai pu vérifier la véracité historique plus tard.

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres décédés (ou en vie) ?   Indécis   J’ai rencontré mon « ange gardien » ou « professeur » qui m’a escorté dans les « paradis » et les « enfers », mais je ne suis pas sûr qu’il ait jamais vécu sur terre. Si c’est le cas, il est incroyablement vieux.

Au cours de l’expérience, avez-vous eu connaissance d’évènements de votre passé ?   Oui   Décrit plus haut. J’ai revu toute ma vie, les moments où j’avais failli, j’ai revécu les évènements non seulement de mon point de vue, mais aussi depuis la perspective de ceux que j’avais influencés, à la fois en bien et en mal.

Vous a-t-il semblé pénétrer dans un monde différent, surnaturel ?   Un monde nettement ésotérique ou surnaturel

Je ne peux pas le décrire, c’est beaucoup trop vaste.

Le temps a-t-il paru accélérer ou ralentir ?   Tout semblait se passer en même temps, ou le temps s’est arrêté, ou il n’y avait pas de notion de temps

Comme je l’ai dit plus haut, cela a paru des mois alors que ce n’était que quelques minutes. Tandis que dans la vie réelle je suis resté dans le coma pendant plus d’une semaine dans le monde terrestre.

Soudainement, vous a-t-il  semblé tout comprendre ?   Tout au sujet de l’univers.

Décrit plus haut. Il semble que je recevais réponse à tout ce que je souhaitais savoir.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ?   Non

On m’a dit que je n’allais rien me rappeler de ce que je vivais, la structure de délimitation était donc sans objet. J’avais le sentiment que si je voyais tout, je n’allais PAS revenir. Leur solution a été que je n’allais pas me rappeler, point final. Toutefois, il suffit de me dire de ne pas faire quelque chose pour que je le fasse. DONC, à la seconde où je me suis réveillé du coma, je me suis mis à écrire tout ce dont je me souvenais sur du papier de l’hôpital. J’ai caché ces feuilles parmi les pages des bandes dessinées que ma famille m’avait offertes. J’ai compilé ces notes dans un journal lors de mes premières années d’université (environ 7 ans plus tard).

Etes-vous arrivé(e) à une limite ou un point de non-retour ?   Non

Comme je l’ai dit, j’ai franchi cette barrière sous réserve de ne me souvenir de RIEN. Pourtant je me suis souvenu et je me rappelle d’une grande partie.

Avez-vous vu des scènes de l’avenir ?  Des scènes de l’avenir du monde 

A LA FOIS des scènes de mon avenir ET de celui du monde, chacune d’entre elles s’est réalisée à l’exception de scènes de mon avenir personnel que j’ai volontairement modifiées, éprouvant un sentiment très bizarre en le faisant. Par exemple, j’étais censé mourir au milieu ou à la fin de la cinquantaine, pourtant j’ai entamé la soixantaine et je suis toujours vivant. En ce qui concerne l’avenir de notre monde, tous les évènements qu’on m’a montrés se sont réalisés à l’exception d’un seul. Le dernier ne s’est pas encore produit, mais je n’ai aucun doute sur sa réalisation.

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir s spécifiques suggérant que l’existence persiste (ou non) après la vie terrestre (vie après la mort) ?   Oui   Trop de choses à expliquer. Je me contenterai de dire que j’ai vu mes parents et le médecin s’agenouiller dans une salle d’attente afin de prier ensemble pour ma survie. J’ai également vu des parties de l’opération pour sauver mon corps, ce qui a choqué et effrayé mon médecin quand je les lui ai décrites plus tard. J’ai également eu de nombreuses visions de l’avenir qui se sont toutes réalisées sauf une. J’ai aussi rencontré Jésus qui m’a fourni des faits particuliers au sujet de sa vie qui ne font PAS partie des croyances habituelles de la chrétienté. Après étude approfondie de l’histoire et de documents antiques, chacun de ces faits ont toutefois été confirmés.

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques suggérant que Dieu ou être suprême existe (ou non) ?   Oui   J’ai eu le sentiment que « Dieu » existe en tant que conscience collective et bien davantage.

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques suggérant que vous existiez (ou non) avant votre vie actuelle ?   Oui   je me souviens de plusieurs vies antérieures, j’ai pu vérifier la véracité historique de deux d’entre elles.

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques suggérant qu’il existe (ou non) un lien ou une unité/unicité ésotérique dans l’univers ?   Oui   J’ai fait l’EXPERIENCE de ce lien universel. Pour utiliser une analogie, nous faisons partie d’un vaste « internet » surnaturel et pourtant nous sommes aussi des ordinateurs individuels.

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques concernant le sens ou le but de la vie terrestre ?   Oui   Déjà abordé plus haut.

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques concernant les difficultés, défis, épreuves de la vie terrestre ?   Oui   Déjà abordé plus haut.

Pendant votre expérience, avez-vous découvert des informations / un savoir spécifiques concernant l’amour ?   Oui   OH OUI!!!! L’AMOUR EST LA REPONSE ! J’ai fait l’expérience d’un amour au-delà de toute échelle de mesure.

Pendant votre expérience, avez-vous découvert d’autres information / un autre savoir spécifiques que vous n’avez pas mentionné pour d’autres questions et qui serait pertinent pour vivre nos vies terrestres ?   Oui   Et je ne vais pas en faire part dans un résumé de ce type.

Avez-vous  le sentiment d’avoir connaissance d’un savoir ou dessein particulier ?   Oui   Et je ne vais pas en faire part dans un résumé de ce type.

Ce qui s’est produit pendant votre expérience comportait :   Un contenu absolument pas conforme aux croyances que vous aviez au moment de votre expérience  

Comparez le degré de précision de votre souvenir de l’expérience avec le souvenir d’autres évènements qui se sont produits à l’époque Je me souviens plus précisément de l’expérience que d’autres évènements de ma vie à l’époque   J’ai consigné dans un « journal » les évènements survenus « là-bas », ce qui m’a aidé à en conserver les détails vivants dans mon esprit.

Veuillez expliquer tout changement qui aurait eu lieu dans votre vie après votre expérience :   je me rends compte maintenant que la réalité représente bien DAVANTAGE que ce que nous voyons et entendons dans nos corps physiques. Je veux en savoir BEAUCOUP plus.

Mon expérience a directement entraîné :   De grands changements dans ma vie.

Après s’être produite, votre expérience a-t-elle entraîné des changements dans vos valeurs ou vos croyances ?   Oui   Je ne suis plus athée. Je SAIS que l’au-delà existe, ce qui a modifié entièrement ma façon de penser.

Après votre expérience, possédiez-vous des facultés paranormales, sortant de l’ordinaire ou autres que vous n’aviez pas avant l’expérience ?   Oui   Maintenant J’ai un une connaissance des choses qui semble provenir de nulle-part. Par exemple, avec ma future épouse nous participions à une réunion d’une association professionnelle dont nous sommes membres, on y vendait des billets de tombola. Je lui ai demandé d’en acheter pour 20$ car le billet gagnant faisait partie de la deuxième dizaine de dollars. Je lui ai indiqué ce billet gagnant en lui disant qu’il s’agissait de celui-là. Les billets coûtaient 1 $ pièce et j’ai sélectionné le bon. Elle en a été effrayée, mais par chance pour moi, elle s’était habituée à mes intuitions bizarres. Je « sais » des choses sur des gens qu’il m’est impossible de connaître, ou à propos d’endroits comme, par exemple, un logement que nous envisagions d’acheter. Pour l’esprit rationnel que j’étais (et que je suis toujours), ces expériences sont dérangeantes, étonnantes et me rappellent constamment que la réalité est BEAUCOUP plus vaste.

Y a-t-il une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur particulière pour vous ?     Oui et parce qu’elles sont importantes pour moi, je ne les divulgue pas. A un niveau superficiel, je ne suis plus athée et je SAIS maintenant que l’au-delà existe.

Avez-vous raconté cette expérience à quelqu’un ?   Oui  Je l’ai gardée secrète pendant des décennies, même quand j’en ai parlé il ne s’agissait que de parties, y compris avec les personnes en lesquelles j’avais le plus confiance en ce monde. Je n’en parle davantage que depuis une quinzaine d’années. Je reste réticent à tout raconter.

Avant votre expérience, connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) ?   Non   Je ne croyais pas en l’au-delà. Le premier livre de Raymond Moody sur les EMI (La vie après la vie) n’est sorti qu’en 1977, je n’en ai entendu parler qu’à la fin des années 80. Je pensais que mon expérience était unique, je me suis souvent dit que j’étais peut-être fou.

Peu après avoir vécu votre expérience (quelques jours ou semaines), comment considériez-vous sa réalité :   L’expérience était tout à fait réelle   Et pourtant mon « esprit rationnel » prenait le pari d’y trouver une solution logique, jusqu’à ce que les faits historiques prouvent que c’était réel, ne me laissant plus aucun doute.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience :   L’expérience était tout à fait réelle   Déjà abordé plus haut.

Vos relations ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?   Oui   Je sais maintenant que nos actes d’ici nous influencent de MANIERE PROFONDE « là-bas ». J’ai appris à être plus réfléchi dans ma façon d’aimer autrui.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?   Oui   Expliqué plus haut.

Au cours de votre vie, est-ce que quoi que ce soit, à un moment quelconque, aurait reproduit une partie de l’expérience ?   Oui   Quotidiennement... Quotidiennement...

Souhaitez-vous ajouter autre chose concernant l’expérience ?   Pas ici.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles votre expérience complètement et avec exactitude ?   Oui   Déjà fait plus haut.

Selon vous, quelles actions intéressantes un organisme national consacré aux expériences de mort imminente (EMI) pourrait-il mener ?       Apprendre la nature de la véritable conscience, trouver un moyen de déclencher une EMI sans que le sujet doive mourir. Je ne vois pas de mission plus importante pour tout être humain, je voudrais faire partie d’une telle mission ou d’un tel organisme.