NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Maryann C

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J'étais à l'article de la mort par suite d'une réaction allergique, provoquée par une piqûre d'antitoxine antirabique. C'était un cas très dangereux de la maladie du sérum. L'intensité de la douleur était telle que même les douleurs d'accoucher s'avèrent peu de chose en comparaison. Je ne sais pas quelles drogues on m'avait données, sauf que celle qui me soulageait le plus était dans une seringue au bout mauve, et celle qu'on m'avait donnée par une seringue au bout rouge me faisait moins mal, mais par contre ne me faisait pas d'effet contre la douleur. Cette douleur était si intense qu'aucune drogue n'y faisait vraiment beaucoup d'effet. La personne à côté de moi aux urgences, derrière un rideau, ne faisait aucun bruit. Je me souviens de m'être demandé qui c'était, et puis d'un coup, je flottais au-dessus de la salle, au coin. Ma vue s'étendait de tous côtés à la fois, 360 degrés. Je me sentais en très bonne forme, et derrière moi je percevais une lumière. J'ai pu voir que sur le plateau posé au-dessus du lit on avait préparé encore une seringue mauve, et une rouge. Couchée, je n'aurais pas pu voir si haut vu la hauteur de la table.  De suite, je me retrouve au lit, souffrante de nouveau. L'infirmière m'a fait une piqûre avec la seringue mauve que j'avais vue sur la table. Pendant ma convalescence on m'a recrutée comme aide soignante, et plus tard je suis devenue infirmière.

J'ai appris par la suite la signification de la couleur des bouts de seringues, car il y a une couleur standard pour distinguer les types de seringues. Calibre 19 (7mm approx) est mauve, utilisée pour piqûres intramusculaires, narcotiques et analgésiques, les bouts rouges sont des seringues plus petites, utilisées pour donner des stéroïdes. J'ai obtenu mon dossier médical quand j'avais 27 ans. Le bout mauve aurait été démérol, le rouge serait pour les stéroïdes. Avant d'être infirmière, je n'avais aucun moyen de connaître ces détails. Hors de mon corps, j'ai vu les seringues sur le tableau et plus tard, au retour à mon corps, elles y étaient encore, et j'ai vu l'infirmière qui les prenait pour m'en donner des piqûres.

Depuis cette expérience, je n'ai pas pu porter une montre qui fonctionne comme il faut. Ou elle s'arrête complètement avant deux semaines passées, ou bien elle commence à retarder de beaucoup. Etant adolescente, je n'ai pas fait grand cas de l'expérience, j'ai fait «cool!» sans plus y réfléchir beaucoup, jusqu'au moment où ont commencé à paraître les récits d'EMI d'autres personnes, ce qui a éveillé pas mal d'intérêt. Je ne crois pas que ce soit l'effet du démérol, parce que j'en ai reçu une piqûre peu après mon retour au corps physique, donc à supposer que les piqûres précédentes s'affaiblissaient déjà au moment de l'expérience. Je suis certaine que ce n'était pas un rêve, non plus. Je m'en souviens comme d'une expérience «cool», voilà tout. Je n'ai pas eu peur.


Ce type d’expérience était-il difficile à décrire avec des mots? Incertaine. Pour moi, c'était une occurrence normale, comme j'étais si jeune.  C'était impressionnant, mais par la suite j'étais encore malade, pour cela je ne l'ai jamais mentionné. J'ai tenu pour dit que ces choses pouvaient arriver à tout le monde. J'avais 13 ans, c'était chouette que ça m'arrive, voilà tout, à cette époque. Ce n'est que de nombreuses années plus tard que j'en arrive à parler de ça, bien que l'impression en est aussi claire dans mon esprit que le jour où j'y suis passée. De plus, j'ai perdu la crainte de la mort au cas où mes actions dans la vie seraient acceptables au Seigneur. A 13 ans, il est peu de péchés qui soient à même de vous bloquer le passage au ciel. Je suppose que j'ai vécu les débuts de ce qui se passe quand on passe à ce lieu qui nous figure comme le paradis. Ce qui m'inquiète, c'est que, étant adulte, je ne suis pas si innocente, et la prochaine fois mon expérience ne sera peut-être pas de la même pureté qu'à 13 ans.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie?

Oui, voir ci-dessus, c'était une réaction allergique au sérum antirabique. On a informé mes parents que je ne survivrais pas. Après l'expérience, je me suis rétablie assez rapidement - avant 2 semaines.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience?

Très lucide, douleurs sévères, les médicaments n'y pouvaient rien, vraiment. La maladie du sérum a fait que des plaques de collagène se sont déposées dans  les organes, articulations et muscles. A n'importe quel point du corps, le moindre contact, tout léger qu'il soit, provoque des hurlements de douleurs atroces. Accoucher (et j'ai eu 4 enfants sans anesthésique aucun), est un jeu d'enfant à côté de cette souffrance (et on sait bien que c'en est pas un, tout de même!).

D’une manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve? Non, très lucide, vive, plaisant, et SANS SOUFFRANCE.

Des médicaments ou des substances ont-ils pu affecter l’expérience?

Oui, voir encore ci-dessus. Du reste, ça m'a changé la vie, car je n'avais jamais songé à être infirmière. Une des nonnes à l'hôpital m'a recrutée comme aide-soignante, et j'ai suivi une carrière médical depuis ce temps-là.

Avez-vous vécu une séparation entre votre conscience éveillée et votre corps physique?
Oui

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels?

L'audition paraissait meilleure, la vue était étendue sur 360 degrés, mais à part cela, c'était tout comme normalement dans la salle d'urgences, sauf qu'on ne me voyait pas flotter dans un coin.

Êtes-vous passé dans ou à travers un tunnel ou une enceinte? Non

Il y avait une lumière brillante au coin du plafond, elle semblait loin de moi, et moi je me préoccupais plutôt de ce qui se passait aux urgences depuis ma position au-dessus. Sous peu, j'étais de nouveau dans mon corps. Toute l'expérience a dû prendre peut-être 3 minutes, à ce qu'il me semble.

Avez-vous vu une lumière?

Oui, voir ci-dessus.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres? Non

Avez-vous passé en revue les événements de votre vie? Non

On m'a recrutée comme volontaire quand j'étais à l'hôpital, et j'ai continué comme infirmière depuis ce temps-là, dont  21 ans comme infirmière diplômée. J'ai maintenant 49 ans. C'est curieux que je ne peux pas porter de montre. En tant qu'infirmière, j'en ai besoin, mais même les meilleures montres fonctionnent mal, alors j'ai abandonné finalement, et je garde la montre dans ma poche.
J'ai lu que de nombreuses personnes qui ont eu des EMI ont ce même problème avec des montres.


Avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des gens ou des événements, qui ait pu être vérifié par la suite?

Oui, voir ci-dessus, relatif à la couleur des seringues que j'ai vues depuis le haut de la salle. Quand j'ai pu avoir mon dossier médical, à 27 ans, déjà infirmière, j'ai constaté que les différentes couleurs des seringues auraient bien été correctes suivant le traitement que j'avais reçu. Lors de l'incident, je n'aurais eu aucune connaissance du système de couleurs utilisé. Ce n'est que quand je suis devenue infirmière que j'aurais pu comprendre ces choses-là.

Avez-vous vu ou visité des dimensions, endroits ou plans de grande beauté ou particuliers?

Je voyais simplement les activités de la salle d'urgence, d'au-dessus du lit, des rideaux etc.


Avez-vous vécu une altération du temps et de l’espace?

Oui, j'ai eu une sorte d'impression que le temps s'était arrêté, pour moi seul, non pas pour autrui. En plus, je n'avais pas de corps. Le personnel des urgences se préoccupaient de leurs devoirs.

Avez-vous l’impression d’avoir eu accès à une connaissance particulière, reliée à un ordre ou à un but universel?

Non, car j'avais 13 ans, et par conséquent j'ai cru que c'était «cool» et tout à fait normal, que cela arrive à tous les malades, seulement mes parents avaient oublié de m'en informer. J'ai tenu cela pour normal.

Avez-vous atteint une sorte de frontière ou de limite matérielle? Non

Avez-vous été conscient d’événements futurs? Non

Étiez-vous impliqué ou conscient d’une décision concernant votre retour à votre corps? Non

Non, soudainement je me suis retrouvée dans mon corps, et je me sentais beaucoup mieux, voilà tout.

Avez-vous reçu des dons psychiques, paranormaux ou autres que vous n’aviez pas avant l’expérience?

Oui, c'est-à-dire, je crois que je possède un pouvoir psychique, que je suis douée d'une façon inculte, c'est un don infructueux jusqu'ici. J'ai des pressentiments indéfinis , par exemple j'ai regardé une image de la Princesse Diana avec Dodie, qui a paru dans un journal. Ils s'amusaient, mais moi j'ai eu un drôle pressentiment qu'on allait l'assassiner, dont je ne pouvais me débarrasser si fort que j'essaie. J'imaginais qu'il y avait un complot pour assurer qu'elle ne l'épouse pas, car il ne serait pas acceptable. Plusieurs semaine plus tard elle était morte, et je suis d'accord avec le père de Jodie, je ne serais jamais persuadée que ce n'était pas un assassinat, très bien comploté et exécuté. Ce n'est qu'un seul exemple, mais ce n'est pas quelque chose que je peux faire à volonté, cela se produit tout seul.

À la suite de l’expérience, votre attitude et vos croyances ont-elles changé?

Oui, j'ai développé une empathie très précoce.

Comment cette expérience a-t-elle affecté vos relations? Votre vie quotidienne? Votre pratique religieuse? Votre choix de carrière?

Voir ci-dessus, je suis toujours infirmière, en conséquence de la totalité de cette expérience. Je crois à la vie après la mort.

Votre vie a-t-elle changé conséquemment à cette expérience?
Cela m'a renforcé la croyance à une vie quelconque après la mort. Qu'elle soit bonne ou mauvaise dépend de l'état de l'âme au moment de mourir.

Aviez-vous partagé cette expérience avec d’autres personnes?

Oui, la plupart des gens font «Ah, bon?» et passons à autre chose.

Quelles émotions avez-vous ressenties à la suite de cette expérience?

Je croyais que c'était une chose normale associée à la douleur.

Décrivez le meilleur et le pire aspect de cette expérience?

C'était une expérience merveilleuse, sans côté négatif, sauf que je n'ai pas partagé cela avant bien des années.

Après cette expérience, y a-t-il eu d’autres événements, une médication ou des substances qui ont reproduit une partie de l’expérience?

Oui, j'ai eu une expérience très brève quand j'accouchais avec mon quatrième enfant. Le cordon ombilical s'était enroulé autour de son cou. Je poussais, avec beaucoup de douleur, pendant 4 heures. J'était dilatée après 2 heures, seulement, mais je n'arrivais pas à le faire sortir. Brièvement je me suis sentie sortir de mon corps. J'avais envie de filer par le couloir, mais j'ai réalisé que ce n'était pas possible, et je suis retournée tout de suite. Je n'ai pas reçu de drogues pour l'accouchement.

Les questions demandées et vos réponses permettent-elles de rendre compte de votre expérience avec exactitude, clarté et précision?

Oui.

 

2nd dialect - Translation by Jean Peter

J’étais en train de mourir d’une réaction allergique à une antitoxine de la rage. Cette affection du sérum mettait ma vie en danger : en comparaison, l’intensité des douleurs de l’accouchement semblent une petite crampe d’estomac. J’ignorais quel traitement on m’avait administré, si ce n’est que celui qui soulageait la douleur se trouvait dans une seringue avec une extrémité violette, celui qu’on m’injectait avec une aiguille rouge ne faisait pas aussi mal, mais il ne soulageait pas la souffrance non plus. La douleur était tellement forte qu’aucun médicament ne la soulageait réellement.

Aux urgences, la personne derrière le rideau à côté de moi était très paisible. Je me souviens que je me suis demandée de qui il s’agissait, immédiatement, je me suis retrouvée en haut, dans l’angle de la pièce. J’avais une vision à 360 degrés, je me sentais très bien et je percevais une lumière derrière moi. Au dessus de mon lit, j’ai aussi vu que l’infirmière avait préparé une autre seringue violette ainsi qu’une rouge sur la table de lit. Cette dernière était remontée, je ne pouvais donc rien voir en étant allongée dans le lit en dessous. L’infirmière m’a fait une injection avec la seringue violette aperçue sur la table.

Au cours de mon rétablissement j’ai été engagée en tant que bénévole pour distribuer des bonbons, depuis, je suis devenue infirmière. J’ai découvert l’importance de la signification des couleurs en fonction du type d’aiguille. Le code couleur d’une aiguille de 3,8 cm, c’est le violet, on l’utilise en intramusculaire pour les traitements narcotiques antalgiques, le code rouge concerne les petites aiguilles destinées aux stéroïdes. J’ai obtenu mon dossier médical à 27 ans. On m’avait administré du Demerol ce qui correspond à l’extrémité violette et des stéroïdes correspondant à l’extrémité rouge. Je n’avais aucun moyen de savoir ce que signifiait l’extrémité rouge avant de devenir infirmière. Pendant que j’étais Hors Du Corps, j’ai vue les seringues sur le plateau, plus tard, quand je suis revenue dans mon corps, elles y étaient toujours et j’ai vu l’infirmière les prendre pour me faire les injections.

Depuis lors, je n’ai jamais pu porter une montre sans, qu’en quelques semaines ou moins, elle se détraque ou retarde vraiment beaucoup. Adolescente, je n’ai pas beaucoup réfléchi à l’expérience (c’était juste « génial ») jusqu’à ce qu’apparaisse l’intérêt pour les EMI d’autres personnes. Je ne crois vraiment pas que le Demerol ait été en cause car, rappelez-vous, l’infirmière m’a fait l’injection peu de temps après que je sois revenue dans mon corps. Donc, les effets de toute dose antérieure auraient été amoindris. Je sais que ce n’était pas non plus un rêve. Je m’en souviens juste comme un bon moment. Je n’avais pas peur. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Oui

J’étais en train de mourir à cause d’une réaction allergique à l’antitoxine de la rage.

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Indécise

J’ai simplement pensé que c’était normal, j’étais en effet tellement jeune. C’était « génial », mais quand je suis revenue, j’étais toujours malade, je n’en ai donc jamais parlé. J’ai simplement supposé que ce genre de chose pouvait arriver à n’importe qui. J’étais impressionnée, mais j’avais 13 ans. Il est bien que cela ait tant importé pour moi à l’époque, mais que je n’en ai vraiment parlé à personne avant de nombreuses années, c’est toutefois toujours aussi net dans mon esprit que le jour où cela s’est produit. Grâce à Dieu, cela m’a enlevé la crainte de la mort au cours des actes de ma vie. Je suppose que j’ai ressenti ce qui se passe lorsqu’on va dans cet endroit que l’on appelle paradis. Ce qui m’inquiète c’est que je sois adulte et plus tellement innocente, que vais-je voir la prochaine fois si mon âme n’est pas aussi pure que celle d’une enfant de treize ans.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Voir plus haut pour plus de détail. C’était une affection du sérum en réaction à l’antitoxine de la rage. On a dit à mes parents que je n’allais pas survivre. Après l’expérience, j’ai guéri relativement vite, en l’espace de deux semaines.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Très lucide, fortes douleurs que les traitements atténuaient à peine. L’affection du sérum a entraîné un dépôt de plaques de collagène dans les organes, les articulations et les muscles. On ne peut toucher aucun endroit du corps sans que la personne ne hurle de douleur… aucun endroit. L’accouchement (et j’en ai subi 4 naturels) n’est pas grand-chose en comparaison de cette douleur (on sait que ce n’est pas le cas).

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. Très claire, nette, distincte et AUCUNE DOULEUR.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Il semble que j’entendais mieux, je voyais à 360 degrés, par ailleurs, activité normale aux Urgences, toutefois personne ne me voyait pas en train de flotter dans l’angle supérieur de la pièce.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Précisez : il y avait une lumière, en haut, dans l’angle du plafond, elle paraissait très lointaine, je me suis intéressée qu’à ce que je pouvais voir en flottant au dessus des Urgences. Je n’ai pas remarqué ce qu’elle est devenue par la suite. J’ai rapidement réintégré mon corps. L’expérience entière a semblé durer environ 3 minutes.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Voir plus haut.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Non

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

A 13 ans, j’ai été engagée à l’hôpital en tant que bénévole, je suis infirmière DE depuis 21 ans, j’ai maintenant 49 ans. Il est intéressant que je ne puisse porter de montre. En tant qu’infirmière j’en ai besoin, cependant, même les meilleures montres cessent de fonctionner, j’ai donc capitulé et je mets ma montre dans ma poche. J’ai lu récemment que de nombreuses personnes ayant vécu une EMI ont les mêmes problèmes avec les montres.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. Voir plus haut ce qui concerne les couleurs d’aiguilles vues en flottant au dessus. Lorsque j’ai obtenu mon dossier médical à l’âge de 27 ans, devenue infirmière, la couleur des aiguilles s’est avérée conforme au type de traitement que je recevais. A l’époque de cet incident, je n’avais aucune idée du système de codification par couleur des aiguilles. Je n’ai pas pu en avoir connaissance avant de devenir infirmière.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. J’ai simplement pu voir vraiment l’activité partout aux urgences, par dessus les rideaux des lits, etc.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. J’ai eu un peu l’impression que le temps s’était arrêté pour moi, mais pas pour qui que ce soit d’autre. Je n’avais pas de corps non plus. Tout le personnel des Urgences vaquait à ses occupations.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Non. Je précise à nouveau que j’avais 13 ans, j’ai pensé que c’était « génial », que cela arrivait à toutes les personnes malades, j’ai simplement oublié d’en parler à mes parents. J’ai pensé que c’était normal.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Non. Je me suis juste retrouvée dans mon corps, mais je me sentais bien mieux.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. J’ai le sentiment de n’avoir pas nourri mes pouvoirs extralucides, que je n’ai pas tout à fait pu les faire fructifier. Je sens que des choses vont se produire, même si je ne suis pas certaine de ce que je ressens. Par exemple, j’ai vu dans un journal à sensation une photo de la princesse Diana s’amusant avec Dodie. J’ai eu la sensation très bizarre que quelqu’un allait la tuer, je n’arrivais pas à m’en débarrasser, quels que soient mes efforts. J’avais l’impression que cela faisait partie d’une conspiration pour s’assurer que Diana ne se marie avec lui, car il ne convenait pas. Quelques semaines plus tard, elle était morte. Comme le père de Dodie, je ne serai jamais convaincue qu’il ne s’agissait pas d’un assassinat très bien planifié et exécuté. Ce n’est qu’un exemple, ce n’est cependant pas quelque chose que je peux provoquer, cela arrive, tout simplement.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. J’ai développé de l’empathie à un âge très précoce.

De quelle manière l’expérience a-t-elle affecté vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Voir plus haut. Je suis toujours infirmière, le choix de mon métier résulte de toute cette expérience de maladie. Je crois à la vie après la mort.

 Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ?

Précisez : elle a renforcé ma croyance en une existence après la mort, positive ou négative, cela dépend de l’état de l’âme lors de la mort.

Avez vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. La plupart des gens disent : « Ah oui !!! » et s’en désintéressent.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? J’ai pensé que c’était normal, que cela arrive lorsqu’on souffre.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? C’était une expérience superbe, rien de négatif à part le fait de ne l’avoir raconté à personne durant de nombreuses années.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui. J’ai vécu une brève expérience en mettant au monde mon 4ème enfant. Le cordon était très enroulé autour du cou, pendant 4 heures j’avais tant poussé et souffert. Il ne m’a fallu que 2 heures pour la dilatation, mais je n’ai pas pu l’expulser. J’ai brièvement senti que je quittais mon corps, je voulais fuir dans le couloir, mais je me suis rendu compte que je ne pouvais pas faire cela, je suis revenue. On ne m’a administré aucun traitement pour la naissance de mes enfants.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui.