NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Mary S

 

TÉMOIGNAGE :


Je me rappelle le moment où j'ai ouvert les yeux ( dans la salle de réveil); j'ai vu mes parents au pied de mon lit. Maman pleurait. Je me rappelle les infirmières qui allaient et venaient à la hâte (elles essayaient de joindre le docteur qui ne devait pas retourner à l'hôpital avant le matin - il faisait nuit). Je me rappelle ma sensation de faiblesse. A peine si je pouvais parler. J'ai dit à maman, « Adieu, je m'en vais.» Maman a dit: «Sois pas bête, où vas-tu aller? Tu es à l'hôpital.» «Chez moi» ai-je dit, mais mes lèvres n'ont pas bougé. C'est à ce moment-là que, maman me l'a dit, mes yeux ont roulé en arrière pour en exposer le blanc.
 

J'ai tout de suite senti un courant d'air très froid, étrange, qui semblait souffler dans une de mes oreilles pour sortir de l'autre. L'étrangeté c'était que ce courant m'a traversée, et m'a touché l'âme. Quand ce courant a cessé de me traverser, je me suis sentie comme une feuille de cahier qui monte de plus en plus haut. Ma vue était effacée, je ne voyais rien, mais, par contre, mes autres sens ont été accentués. Deux hommes ont accouru (l'un sur ma droite, l'autre sur ma gauche), et ils m'ont dit qu'ils allaient me conduire jusqu'à un certain point, et que de là je devais continuer seule. L'un d'eux m'a dit que j'étais très malade, et que maman pleurait.
 

Je me rappelle que je ne voulais pas le croire, car je me sentais en pleine forme. Nous sommes allés en avant quelque peu, puis nous sommes arrivés à une cour de récréation, à ce qu'il me semblait. J'ai le souvenir d'une foule d'enfants de tous âges, qui riaient, couraient, roucoulaient (les bébés). A chaque coin de la cour il y avait des hommes, grands et forts, qui protégaient les enfants. Ils ne laissaient sortir personne, et personne ne pouvait s'en approcher. A cette époque j'avais 12 ans, je voulais les rejoindre pour jouer avec eux. Tout de suite, un des protecteurs m'en a empêchée. Les deux hommes qui m'accompagnaient ont accouru à mes côtés pour me ramener sur mon chemin. Ils ont dit que je ne pouvais pas entrer dans l'enclos des enfants. Je me rappelle que j'ai dit «d'accord». J'ai demandé à l'un des deux hommes, où pouvaient être les mamans et les papas des enfants. Il a répondu que les mamans et les papas dormaient.
 

Nous sommes allés plus loin, et j'étais tenue constamment au courant de mon état par mes compagnons de voyage. Ils m'ont informée que j'empirais et que mes parents étaient très anxieux, ma mère pleurait. Plus loin, un de mes compagnons m'a dit que j'avais deux dons spirituels, soit le don de parler d'autres langues et le don de connaître les événements, et du passé et du présent. Il m'a mise à l'épreuve, en me demandant de dire quelque chose dans une langue dont je n'avais jamais entendu parler. Il me l'a dit comme si j'étais née avec la connaissance de cette langue. Il m'a demandé en plus de lui dire, en citant année, mois, date, heure, minute et seconde, quand est née ma mère, et quand elle devait mourir. Je me rappelle que je lui ai fourni ces informations. Il m'a dit que ces dons étaient à moi.
 

Un peu plus loin, les deux m'ont arrêtée. L'un des deux m'a dit que je devais continuer seule, à partir de là. J'ai fait un pas en avant et je suis entrée dans une autre salle, une dimension plus intense. Immédiatement, j'ai vu une brume grise, tout autour de moi, et j'étais complètement entourée d'échos. «La voici, la voici, elle a réussi, elle a réussi... regardez, Lisa (mon petit nom) est là». Je n'avais pas peur, j'étais accablée d'amour. C'était comme si j'arrivais dans une réunion familiale. Ils m'encourageaient à avancer, et j'ai obéi. J'ai été tout de suite aveuglée. Je voyais vert, or, cuivre, blanc, qu'on me lançait en pleine figure, et puis j'ai perdu la vue. J'entendais de la musique (tour à tour forte, et puis en sourdine) qui se faisait entendre en même temps (comme pour annoncer quelque chose), et puis le silence. Tout de suite  j'ai senti une présence qui est entrée dans la salle où j'étais, et je me suis sentie toute petite. J'ai entendu une forte voix résonnante qui m'a demandé «es-tu prête à mourir?»
 

D'abord, j'ai dit «oui», car il y avait tant d'amour et de bonheur autour de moi. Il a dit, «Es-tu sûre, parce que tu en es déjà à mi-chemin?» Alors je me suis mise à réfléchir sur toute la vie que je voulais vivre et que je n'avais pas pu vivre encore. Et j'ai dit, «Non, je ne suis pas prête». Puis il a dit (quelque chose comme), «Très bien, ainsi soit-il, que ce soit écrit». Comme il achevait cette parole, j'ai senti quelque chose qui m'a saisie de dos, et qui m'a jetée en bas. Je me rappelle que mes cheveux me fouettaient les yeux et la figure. La force en était intense. C'était comme deux aimants qui s'approchent. Puis je me suis sentie heurter contre quelque chose, et j'ai ouvert les yeux.
 

Une infirmière se tenait debout sur ma gauche. Elle engraissait une machine ( prête à m'amorcer les battements du coeur). Et mes parents étaient toujours là dans la salle, en larmes. Le lendemain, j'ai raconté mon expérience à mes parents, et à l'infirmière, aussi. J'ai tenté de la raconter au docteur, mais il a vite fait de l'écarter, en disant que c'était en conséquence des médicaments qu'on m'avait donnés.  Au retour, j'étais dépouillée de mes dons.


Ce type d’expérience est-il difficile à décrire en mots? Non

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie? Oui

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? J'étais lucide pendant toute l'expérience.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours? Plus de conscience et de lucidité que d'habitude.  J'étais consciente de tout ce qui se passait.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours? Oui, j'étais empêchée de voir certaines choses. Certaines choses, qui auraient été trop difficile à voir, m'ont aveuglée.

Votre audition différait-elle de manière quelconque de votre audition normale? Oui. Comme je n'étais pas permise de voir tant de choses autour de moi, mes autres sens étaient accentués. Je voyais par l'intermédiaire de ces autres sens.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps? Oui.

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience? Amour, joie, sécurité.

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé?

Oui, je suis entrée dans une pièce grise, brumeuse. Une fois passée plus loin, je suis entrée dans une autre pièce, où j'ai entendu de la musique, et une voix mâle, résonnante.

Avez-vous vu une lumière?

Incertaine, j'ai vu du gris, de la brume. C'était comme si je me trouvais dans une pièce noire, dans laquelle une source de lumière rebondissait et causait une brume grisâtre. C'est plutôt difficile à expliquer.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres?

Oui. Jusqu'à un certain point, deux êtres mâles m'ont accompagnée. Avant d'arriver à ce point, j'ai entendu des enfants de tous âges dans une sorte de cour de récréation. Aux coins, il y avait des «hommes grands» qui protégaient les enfants. Je suis entrée dans une pièce grise, brumeuse, avec des voix résonnantes qui se faisaient entendre. Entrée dans une pièce où on jouait de la musique, j'ai entendu une voix mâle, résonnante.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ?

Oui. On m'a informée que j'étais malade et que mes parents se faisaient des soucis. Et que maman pleurait. La voix mâle et résonnante m'a demandé si j'étais prête à mourir, car j'étais déjà en mi-chemin.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ?

Oui, j'ai visité une pièce qui était si belle que les couleurs m'ont aveuglée. C'était comme si on me lançait les couleurs à la figure.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps? Non

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ?

Oui, j'ai reçu deux dons spirituels (qui m'ont été ôtés au retour). Le premier, c'était de parler diverses langues. L'autre, la connaissance du passé et de l'avenir.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation? Incertaine, j'ai traversé plusieurs pièces.

Avez-vous eu conscience d’évènements à venir ?

Oui, je savais exactement quand mourrait maman. L'année, le mois, la date, l'heure, la seconde même.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Incertaine, parfois j'ai des rêves qui se réalisent par la suite.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ?

Oui, pas longtemps après, quelques mois, peut-être. J'ai raconté ces expériences à maman. Au début, elle s'en est étonnée. Et mes parents, et tous les autres à qui j'ai raconté mon expérience, ont été influencés par celle-ci. Parce qu'ils savent maintenant que quand nous mourons, ce n'est pas la fin.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu

L'expérience était certainement réelle, parce que je sais au fin fond du coeur qu'elle était réelle. Je ne peux pas expliquer.

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur spéciale pour vous ?

Oui. Cette année, (à l'école du dimanche) j'ai trouvé un extrait, dans la bible (livre de Job), où la voix de Dieu est caractérisée comme «tonnante». Je crois que la voix mâle et résonnante que j'ai entendue était celle de Dieu. Je crois que c'est pour cela que la vue m'a été enlevée, car personne qui vive n'a vu Dieu.
 

D'ailleurs, je crois que les enfants que j'ai entendu étaient déjà décédés. Il ne m'était pas permis de les joindre car je n'étais pas encore morte. Je crois que quand on m'a dit que les mamans et les papas dormaient, cela voulait dire qu'ils attendaient le jour du jugement dernier. Les enfants jouaient parce que Jésus a dit: «Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent». Simplement je crois que le paradis leur appartient.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience:

L'expérience était certainement réelle. J'ai vécu bien des choses dans cette expérience qu'un enfant de 12 ans ni ne connaitrait ni ne comprendrait. Ce n'est que des années plus tard que j'ai commencé à lire la bible, et en bien écoutant les leçons, j'ai commencé à trouver des choses inexplicables, telles que la voix tonnante caractérisée dans la Bible (livre de Job).

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Non

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?

Incertaine, je ne doute pas de la vie après la mort ni de Dieu.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui