NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Martin E

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Je suis resté à l’hôpital pendant 8 ou 10 heures avant qu’on décide de réaliser de la chirurgie exploratoire sur moi pour voir ce qui provoquait tout cette douleur. J’ai perdu la notion du temps, ce n’est que plusieurs semaines plus tard que j’ai déterminé la chronologie de évènements. J’étais ravagé par la douleur. Je me rappelle effectivement m’être trouvé dans un couloir, allongé sur un brancard à l’extérieur de la salle d’opération. Je gémissais de douleur. Un aide-soignant est venu me dire que la souffrance devait s’atténuer parce qu’on m’avait administré une pré anesthésie. Je me souviens d’avoir été emmené en salle d’opération, la douleur diminuait. On m’a mis un masque sur le visage et on m’a dit de respirer profondément.

Je me rappelle ensuite m’être élevé au dessus de mon corps en direction du plafond. D’une manière ou d’une autre, j’ai compris que mon corps et d’autres personnes se trouvaient en dessous de moi, mais j’ai continué à regarder vers le haut. Je me suis arrêté près de l’éclairage au plafond, il se trouvait près de mon visage, très intense. Ensuite je me suis retrouvé à l’extérieur au dessus d’une rivière mais face à une légère ondulation de terrain avec une petite maison sur la gauche, il y avait une femme, au longs cheveux noirs (jusqu’aux épaules et un peu ondulés), elle avait à peu près mon âge, elle était extrêmement heureuse de me voir. Je ne me trouvais pas au sol. Elle m’a mis les mains de chaque côté de la tête et m’a embrassé plusieurs fois (ce n’était pas sexuel, elle était juste heureuse de me voir). Elle m’a étreint. Elle ne parlait pas, mais elle m’a communiqué qu’elle était très heureuse de me revoir, qu’elle savait que je ne la reconnaissais pas, que ce n’était pas grave parce qu’elle m’aimait et que j’allais me souvenir si je venais avec elle. Plus important, je devais prendre une décision… c’était tout à fait bien si je voulais retourner à ma vie et ce serait parfaitement correct si j’allais avec elle. C’était à moi de décider. Je me rappelle très bien avoir ressenti une sérénité presque écrasante, c’était fantastique.

J’ai également remarqué un vieil homme, cheveux blancs, posture lourde, regard neutre. Il attendait que je me décide. Il se trouvait à ma droite et un peu en dessous. Il y avait une porte en bois derrière lui et il avait un trousseau de clefs à la ceinture. Il ne me regardait pas dans les yeux et n’a aucunement communiqué avec moi. Je n’avais pas la sensation qu’il soit bon ou mauvais, il attendait tout simplement, très patiemment. Je savais aussi que s’il ouvrait la porte, je n’allais plus repartir. Je ne me souviens d’aucune peur, mais je savais qu’il allait suivre ma décision, quelle qu’elle soit. A ce moment là, l’éclairage au plafond était toujours près de mon visage, je savais que j’étais toujours dans la salle d’opération, mais simultanément je me trouvais aussi en l’air et à l’extérieur avec ces deux personnes. Je me rappelle d’une sensation de calme, du sentiment que tout allait bien. Toutefois il me fallait prendre une décision.

La femme continuait à m’assurer que j’allais être heureux et que tout serait en ordre si j’allais avec elle, mais elle comprendrait également si je restais. Je me souviens d’avoir pensé que je n’avais pas encore terminé. Qu’il me restait encore quelque chose à faire. J’ignorais ce dont il s’agissait, mais je savais que je n’avais pas achevé ce que j’étais censé faire. Je leur ai dit que je devais repartir. Je me suis retourné et je me suis senti descendre…ma décision prise. L’éclairage du plafond faiblissait de plus en plus. J’étais content de ne plus l’avoir en plein visage.

Je me rappelle avoir réintégré mon corps, dés que ce fut fait, je me suis assis et une femme m’a mis la main sur la poitrine, me repoussant en disant que je devais m’allonger, que le médecin n’avait pas encore terminé. J’ai répondu : « D’accord. » et je me suis allongé. J’ai entendu d’autres personnes parler dans la pièce, mais je ne me souviens pas de ce qu’elles disaient. J’ai senti qu’on me mettait un masque sur la bouche et le nez. Je savais aussi qu’il s’agissait d’une infirmière, pas de la femme aux cheveux noirs. Je voulais lui dire que j’étais revenu mais j’ignore si je l’ai fait ou non. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non. J’étais sous anesthésique (mon orthographe est mauvaise), mais aucune autre substance.

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. Cela vous fait passer pour un fou, qui recherche peut-être de l’attention, ou pire veut se mettre en avant.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Torsion de l’intestin grêle… la chirurgie exploratoire a révélé que l’intestin grêle était noir car il était plié… coupé de la circulation sanguine, ce qui me tuait.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? J’étais aussi lucide que je le suis en ce moment.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Idem.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? A part l’expérience entière… non.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Indécis. Il s’agissait de l’éclairage de plafond tout près de mon visage, il était dirigé vers mes yeux.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Il y avait deux personnes, une femme aux cheveux noirs qui était très heureuse de me voir (elle me connaissait mais je ne l’ai pas reconnue), un homme âgé aux cheveux blancs qui n’a pas communiqué avec moi, mais je savais qu’il attendait, patiemment et de façon neutre, que je prenne la décision de rester ou non.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Non. Mais je n’ai pas non plus posé de questions.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. L’été, au bord d’une rivière, une petit maison à proximité, à l’extérieur mais je savais que la salle d’opération était juste en dessous de moi.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Le temps existait mais n’avait pas alors d’importance… je ne peux le décrire autrement qu’en disant que je savais que j’étais près du plafond de la salle d’opération et que je me trouvais également dehors près d’une rivière avec 2 personnes que je n’ai pas reconnues.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Tout ce qui existe est lié. La terre n’est qu’une partie d’un tout vivant et vibrant.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. Je ne l’ai pas franchie, mais je m’en suis approché. Je sais également que si j’avais passé cette porte, je ne serais pas revenu.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. Le retour était totalement mon choix. On m’a assuré que si je restais, tout irait bien. Je n’avais pas besoin d’être rassuré, je le savais, j’ignore comment, mais je le savais et je le sentais.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Non

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Pourtant j’étais tout à fait au courant auparavant. Cela m’a fait réaliser ce qui est important, ne pas avoir l’esprit faussé par le fait de devoir gagner sa vie, même s’il faut toujours payer ses factures.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Cela m’a fait réfléchir sur la vie davantage que je ne l’aurais fait. Je sais que la responsabilité envers les autres est importante. La religion est le souffle même que l’on respire, mais pas ce pour quoi on prie.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je sais ce qui est important dans ma vie, par exemple je suis très loin de l’indépendance financière, mais je ne m’inquiète pas pour l’argent (je paie mes factures aussi). Je suis vraiment meilleur, plus indulgent envers les autres, je ne me préoccupe pas de choses mesquines. J’ai l’esprit ouvert.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. A quatre reprises… on m’a écouté poliment et on ne m’a pas cru. Franchement, j’ignore ce qu’on a vraiment pensé de mon expérience.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? La paix.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? Revenir à ma vie. Je savais que j’avais un dessein à accomplir, mais je savais également que j’avais quitté un monde meilleur.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire : Je ne vous ai pas fourni mon nom, mon numéro de téléphone, mon adresse, ni  mes coordonnées professionnelles. Je vous ai par contre donné mon adresse e-mail. Je ne sais pas si je souhaite que mon nom figure ici, ni comment le fait de vous avoir raconté mon expérience influencera mon avenir. Je ne prévois pas de le remplir.