NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Marta Y

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Le 13 mars 1985, suite à un accident de taxi qui m’avait provoqué de violentes douleurs au cou et au dos, j’ai été admise à l’hôpital Ayala de l’IMSS (Instituto Mexicano del Seguro Social) à Guadalajara. J’étais seule, ma famille ignorait ce qui se passait et je n’ai pas eu le temps de la prévenir. Je pouvais à peine parler et je ne parvenais pas à garder la tête droite. On m’a installée dans une salle d’attente où je suis restée plus de deux heures, sans que quiconque ne se préoccupe de mon cas, jusqu’à ce qu’une dame, une totale inconnue, s’assure qu’on s’occupe de moi rapidement dès qu’elle s’est aperçue que je perdais quasiment connaissance à cause de la douleur. Les médecins et les infirmières avaient mis les patients en attente car ils fêtaient l’anniversaire de l’un d’entre eux.

Quand ils sont finalement venus autour de moi, un médecin a ordonné, sans m’examiner correctement, qu’on pose une perfusion avec différents analgésiques. On m’a emmenée dans une petite salle car aucun lit n’était disponible, une infirmière a commencé à poser la perfusion. Mes veines sont difficiles à trouver et après un moment, déjà à court de solution, elle m’a piquée dans une veine du coude gauche. Mais comme il fallait que la zone soit immobilisée, elle est partie chercher ce qu’il fallait pour le faire, dès qu’elle est sortie j’ai commencé à sentir que la perfusion me provoquait de la tachycardie, j’ai compris que quelque chose n’allait pas. J’ai voulu l’arracher, mais les muscles ne m’obéissaient plus. Je n’avais qu’une idée en tête : « Je suis en train de mourir et je veux être allongée sur le dos pour partir confortablement. ». Quand l’infirmière est revenue et qu’elle m’a vue, elle a appelé à l’aide. Un brancardier est arrivé et m’a demandé de monter sur le brancard, mais je n’y parvenais pas seule. Un médecin est arrivé ensuite, ensemble ils m’ont soulevée. J’ai essayé de monter les barreaux mais je n’ai pas pu. Puis, avec mes dernières forces j’ai dit au médecin : « Merci, Dieu vous bénisse. ». Je n’ai aucune idée de la raison pour laquelle je lui ai dit cela. Quoi qu’il en soit, tout est devenu noir immédiatement après, je ne me souviens pas comment on m’a reposée, je ne sais pas non plus si je suis tombée, ni ce qui s’est passé.

Ensuite et sans transition, je me suis retrouvée seule, sur le dos, les yeux ouverts, j’ai vu une lumière intense au plafond (j’ignore si j’ai physiquement ouvert les yeux et que j’ai vu un des projecteurs du bloc, ou s’il s’agissait de la Lumière Divine). Plus tard, j’ai vu un genre de brume illuminée bleu roi, me sortant du nez au niveau de l’espace entre les sourcils. Avec une grande sérénité et comme si je l’avais déjà vécu auparavant, je me suis simplement dit : « C’est moi en train de quitter mon corps. ».

Très vite j’ai senti que je flottais en l’air, j’ai regardé en direction du brancard où j’ai vu mon corps, pourtant j’étais au dessus de lui, ce fut un moment d’émotion indescriptible. J’ai été stupéfaite de ce que représente le corps physique, à quel point il est petit comparé aux dimensions de l’esprit. J’ai compris que la réincarnation est une réalité. Quand je me suis retournée pour regarder autour de moi, je me suis rendu compte que je pouvais voir à travers les murs, j’ai vu un homme, également en salle d’opération et qui quittait son corps lui aussi. Puis, dans une petite salle, j’ai reconnu un de mes amis d’enfance que je n’avais jamais revu, il travaillait en tant que radiologue et radiographiait une dame, je me suis dit : « C’est Juan. ». Immédiatement je me suis retrouvée face à lui, je lui ai dit : « Je suis très contente de te voir. », mais il a paru ne pas m’entendre du tout, ce qui m’a fait comprendre qu’il ne pouvait ni m’entendre, ni me voir parce que j’étais morte.

Je suis directement revenue dans la salle où se trouvait mon corps, j’ai vu les médecins m’appuyer sur la poitrine encore et encore ; cela m’a ennuyée qu’on maltraite mon corps. J’ai voulu essayer de les arrêter, mais c’était sans espoir, je criais mais ils ne m’entendaient pas, j’ai voulu leur attraper les mains, mais je n’ai pas pu, j’étais désespérée et angoissée.

Mais tout à coup, j’ai senti une force m’aspirer vers le haut, au début j’ai tenté de la fuir, mais quand j’ai réalisé que c’était inutile, je me suis laissé entraîner en spirale vers « la lumière ».

J’ai traversé un tunnel, sentant d’étranges présences, mais la lumière visible au bout grossissait de plus en plus à mesure que je m’en approchais, ma vitesse de déplacement s’accélérait de plus en plus, jusqu’à ce que je commence à sentir qu’elle était trop rapide, le vent caressait mon corps qui était en extension comme l’homme de Vitruve, formant une belle étoile à cinq branches avec la tête et les quatre membres. Je me sentais immensément heureuse, tout à coup je me suis arrêtée net, restant là comme flottant dans le vide. Devant moi se trouvait un être, masculin, âgé, avec de belles mains semblables à des ailes bougeant harmonieusement. Je ne me rappelais pas l’avoir vu auparavant, pourtant j’avais l’impression de l’avoir connu au cours de toutes mes vies antérieures. J’ai senti qu’il s’agissait de mon ange gardien, il était là pour me guider. Je voulais l’étreindre, mais quelque chose d’indéfinissable m’a empêché de l’approcher. Même si ses lèvres ne bougeaient pas, il a parlé à mon esprit intérieur, me disant de nombreuses choses. J’en ai compris certaines et d’autres non. J’ai eu l’impression d’une langue étrange. Le peu que je me souvienne avoir compris maintenant incluais ce qui suit :

« Comme tous les autres êtres tu vis afin d’accomplir une mission, mais tu ne l’effectue pas. Tu dois modifier ton mode de vie, tu es censée aider de nombreux autres êtres et tu ne le fais pas. Tu dois cesser de manger de la viande, car aucun de ceux qui mangent de la viande ne peut rester ici. »

Après cela, j’ai vu toute ma vie en grand détail, j’ai revécu les sentiments de satisfaction, de honte, de repentance, ils se succédaient les uns aux autres sans me laisser le temps de réfléchir.

Puis je me suis retrouvée dans le vide, peu à peu se sont manifestées de toute petites sphères aux nombreuses couleurs, immobiles au départ, elles se sont ensuite mises à vibrer soudainement tout en s’approchant de moi, s’incorporant à mon essence, ce qui m’a procuré une sensation que je ne saurais décrire, c’était comme un chatouillis. J’ai demandé de quoi il s’agissait, une voix a répondu : « C’est le savoir que tu as accumulé au cours de vies antérieures, il t’avait été retiré mais il va t’être utile maintenant. ».

Puis nous nous sommes à nouveau retrouvés face à face, l’être antique et moi-même, il m’a dit de nombreuses choses incompréhensibles mais, je ne sais comment, il m’a fait comprendre qu’il ne s’agissait pas d’interpréter ce qu’il me disait, il me suffisait d’enregistrer les informations, j’allais les comprendre le temps venu. Ainsi, je me suis retrouvée là, qui sait combien de temps, comme douchée par un torrent d’informations me paraissant importantes pour moi, même si sur le moment je ne les comprenais pas.

Je me sentais de plus en plus heureuse dans cet endroit, puis j’ai tout à coup entendu derrière moi la voix d’un enfant, elle ne ressemblait pas du tout à celle de mon fils de deux ans, le seul enfant que j’avais à l’époque ; mais après quelques instants j’ai senti qu’il s’agissait également de l’un de mes enfants, quand je me suis tournée vers lui, j’ai éprouvé une immense joie en voyant son visage, je l’ai entendu me dire : « Maman, maman, c’est moi Hermes. ». J’ai immédiatement réalisé qu’il avait quelque chose de particulier. Il a disparu dans une brume blanche et je me suis tout de suite mise à sa recherche, sans trop me préoccuper des informations que l’être antique continuait à me transmettre.

Puis j’ai entendu une voix me dire : « Imelda, Imelda ! ». J’ai ouvert les yeux et j’ai à nouveau vu mon environnement depuis l’intérieur de mon corps physique. L’un des médecins m’appelait par mon nom, je me suis tout de suite assise, remarquant que je n’avais mal nulle part, je pouvais bouger les muscles avec une aisance parfaite. Mais on m’a fait allonger en me demandant de donner le nom et le numéro de téléphone d’un membre de ma famille, afin de l’informer de mon état. Je ne me souvenais que de mon ami Juan, le travailleur social le connaissait, on est donc allé le chercher et il a transmis les nouvelles à ma famille.

Lorsque j’ai parlé de l’expérience au médecin, il m’a dit qu’elle était due aux analgésiques qui altèrent les processus mentaux. Mais mon mari, qui est médecin, m’a crue, par la suite j’ai continué à lentement et progressivement déchiffrer tous les messages.

Trois ans et demi plus tard, mon second enfant est né, nous l’avons appelé Hermes. 

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire avec des mots ? Indécise. Ce que l’être, qui m’a Accueillie dans cet endroit, m’a communiqué semblait être exprimé dans une langue étrange, ou bien  à l’époque je n’étais pas en mesure d’appréhender les concepts qu’il utilisait. Je me suis vraiment efforcée de comprendre ce qu’il disait, mais après quelque « temps », je me suis laissée aller, me concentrant simplement sur la réception des informations, même sans les comprendre, je sentais en effet que j’allais plus tard avoir l’opportunité d’en interpréter le contenu. Il m’a pratiquement fallu deux mois pour que ce soit le cas. Depuis cette période, toutes les idées se sont mises à jaillir comme d’une fontaine inépuisable. 

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. En raison d’un choc anaphylactique mon cœur a cessé de battre pendant 15 minutes, les signes vitaux ont cessé, ce qui a amené les médecins à prononcer mon décès.

A quel moment de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? Tout du long.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours ? Davantage consciente et lucide que d’habitude.

Si votre niveau d’état de conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience était différent de votre état de conscience et de lucidité de tous les jours, veuillez préciser : Tout du long.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours (pour tous les aspects tels que clarté, champ de vision, couleurs, luminosité, degré profond de perception de la massivité/transparence des objets, etc.) ? Oui. Quand j’ai quitté mon corps, j’ai pu voir à travers les murs et les plafonds. J’ai vu Juan, un ami d’enfance que je n’avais pas revu depuis, j’ignorais qu’il travaillait dans cet hôpital.

Votre ouïe différait-elle de manière quelconque de votre audition normale (pour tous les aspects tels que clarté, capacité à identifier la source sonore, hauteur, force, etc.) ? Oui. J’avais l’impression d’entendre les sons avec le corps entier, pas seulement avec les oreilles. Par ailleurs, alors que je traversais le tunnel à grande vitesse, j’ai entendu un bruit semblable à un moteur d’avion ronronnant près de moi puis disparaissant progressivement derrière moi, comme si je m’en éloignais.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ? Au début j’ai vu qu’une lumière bleue brillante s’échappait des mes narines, j’ai senti ou pensé qu’il s’agissait de moi-même en train de quitter mon corps, mais d’une manière plus naturelle que je ne l’aurais espéré, j’ai senti que j’étais en train de mourir et je n’avais pas peur. Je me suis rapidement retrouvée en quelque sorte en train de flotter près du plafond, j’ai été surprise de voir mon corps allongé en dessous de moi, il paraissait si petit, mes propres dimensions étant devenues tellement vastes. Je ne parvenais pas à comprendre comment j’avais pu être emprisonnée, compactée dans un corps aussi petit. Je l’ai admiré et me suis émerveillée de la beauté, de la perfection de ce contenant, j’ai remercié mon être intérieur de m’avoir permis de vivre grâce à lui. Une grande béatitude m’a envahie, j’ai senti une Paix et  un Amour profonds m’envelopper, plus grands que tout ce que j’avais pu ressentir alors que j’étais en vie.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Oui. Quand j’ai décidé de me laisser emporter par l’attraction que je sentais derrière moi, je me suis retournée et j’ai alors vu une lumière intense, semblable à un phare au milieu d’une obscurité profonde. J’ai senti que j’étais aspirée sans à-coup, accélérant sans cesse, ce qui s’est avéré être pour moi un voyage exquis. Pourtant, j’ai eu au début la sensation de me trouver dans un tunnel empli de choses indescriptibles, par moment j’avais l’impression qu’il s’agissait de serpents ou d’êtres obscurs, bien que je n’aie même pas eu le temps d’avoir peur, j’étais en effet plutôt concentrée sur la lumière et j’avais le sentiment qu’elle me protégeait.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. J’ai vu une lumière très intense, terriblement belle, elle me procurait une sensation de chaleur, de sécurité, d’amour, de paix et de bonheur. Je me suis rapidement dirigée vers elle, la béatitude et la joie m’ont envahie, c’est au-delà des mots. Je serais restée éternellement là, face à cette magnifique lumière.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. L’Etre principal, qui m’a Accueillie et guidée au cours de l’expérience. Mais derrière lui se trouvait un paysage particulier, semblable à des prairies emplies de fleurs d’une grande beauté. Là, on pouvait voir de nombreuses personnes qui me regardaient avec étonnement, je n’en ai reconnu aucune.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Oui. En images rapides, j’ai revu ma vie depuis ma naissance. Moi qui pensait que ma mère ne m’avait jamais aimée, j’ai clairement vu et senti son amour lorsqu’elle m’a aperçue pour la première fois. J’ai vu comment elle m’a embrassée, enlacée dans ses bras, j’ai éprouvé des sentiments différents avec chaque image me passant par l’esprit ou devant les yeux (je ne parviens pas à déterminer la chose). Et de même que je ressentais un profond bonheur en voyant quelque chose de bien que j’avais accompli pour quelqu’un, ce sentiment changeait immédiatement et je me sentais profondément honteuse à la vision d’une mauvaise action de ma part. Je me suis rendu compte que personne ne me jugeait, si ce n’est moi-même et avec une conscience emplie de sagesse et de justice divine me faisant rendre vraiment justice à mon égard. J’ai réalisé que j’avais davantage fait de mal que de bien, je regrettais immensément mes actes. Des profondeurs de mon âme, j’ai demandé qu’on m’accorde la chance de réparer les dommages que j’avais causés aux personnes qui m’aimaient. J’ai appris que l’esprit est Dieu, Qui est éternel, que nous nous réincarnons pour apprendre des choses différentes, ce qui serait impossible au cours d’une seule vie. J’ai appris que nous ne formons qu’un seul être avec tout ce qui a été créé. J’ai appris que c’est à travers mes yeux terrestres que Dieu peut se reconnaître Lui-même, être conscient de Lui-même. J’ai appris que ce que nous pensons, ressentons et faisons reste imprimé dans l’univers, que nous venons dans cette vie-ci pour nous améliorer, pour apprendre en toute humilité au sujet de tout ce qui nous entoure, pour enseigner aux autres ce que nous avons appris. Et j’ai surtout appris que la vie est axée sur deux aspects : l’Amour et le Service.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. Alors que ma fascination était à son comble, tandis que je recevais les informations de la part de l’Etre qui s’occupait de moi, j’ai entendu derrière moi une petite voix qui disait : « Maman, maman ! ». Ce n’était pourtant pas une voix qui m’était familière, comme je l’entendais appeler avec insistance, je me suis retournée, j’ai vu qu’il s’agissait de quelqu’un de petite taille dont j’ai d’abord pensé qu’il s’agissait d’une fille, il avait en effet de longs cheveux ondulant joyeusement autour de son joli petit visage, il m’a dit : « Maman, maman, c’est moi Hermes, ton fils, il faut que tu repartes pour moi… ». Ensuite il s’est retiré et tout est redevenu noir… Quand j’ai parlé de ce détail à mon mari, je lui ai dit que j’avais la sensation qu’il s’agissait de mon fils. J’ai dessiné son visage au crayon, puis j’ai oublié. Mais trois ans et demi plus tard, le 20 avril 1998, j’ai eu un fils que nous avons appelé Hermes. Je lui ai laissé pousser les cheveux, ceux-ci sont identiques au dessin.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou remarquables ? Oui. Je me suis retrouvée en train de flotter, environnée par des sphères colorées, j’ai senti comment chaque sphère vibrait, venait vers moi, se fondait à mon énergie en se dissolvant instantanément, me faisant ressentir un genre de chatouillis qui me remplissait de joie. J’ai demandé de quoi il s’agissait, une voix m’a répondu que c’était le savoir que j’avais acquis dans le passé, qu’on m’autorisait alors à le réintégrer afin qu’il me soit utile lorsque j’allais reprendre connaissance, il allait former le fondement de ma nouvelle vie.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps ? Oui. J’ai senti que le temps ne correspondait pas à ce à quoi j’étais habituée. Il m’a semblé que beaucoup de temps s’était écoulé là-bas, environ une semaine, mais quand je suis revenue dans mon corps, je me suis rendu compte que quelques minutes seulement avaient passé. Par ailleurs, les dimensions (longueur, hauteur et largeur) qui m’étaient coutumières dans le corps physique, paraissaient ne plus avoir cours là-bas. J’avais l’impression d’être moi-même plus grande qu’un immeuble de 12 étages. Dans le même temps je me sentais toute petite par rapport à ce que je voyais…

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. J’ai compris beaucoup de choses que ma grand-mère m’avait apprises dans mon enfance, il n’y avait aucune place pour le doute car non seulement je les comprenais, mais je les vivais.

Maintenant je sais que tout dans l’univers obéit aux lois Divines et Parfaites.

Je sais que l’Amour est la source de tout ce qui existe.

Je sais que je viens de Dieu, que je suis Dieu et que je vais vers Dieu.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. Je n’ai pas été autorisée à la franchir, une force m’a empêché de continuer à progresser, j’ai senti que cela signifiait que le temps n’était pas encore venu pour moi de la franchir.

Avez-vous eu connaissance d’évènements à venir ? Oui. J’ai vu un jeune être auquel j’ai donné naissance trois ans et demi plus tard.

J’ai également senti que dans l’avenir j’allais devoir aider de nombreuses personnes en danger.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Maintenant je sens quand une personne est en danger, quand je tiens un objet appartenant à une personne disparue, je ressens ce qui lui arrive, si elle est en vie ou décédée. J’ai pu retrouver des personnes enlevées. Toutefois, c’est vraiment épuisant pour moi et j’ai plusieurs fois mis ma vie en danger, c’est pour cela que je ne le fais plus. Par contre je peux me mettre en relation avec l’Etre Supérieur d’une personne afin de répondre aux questions qu’elle se pose et qui peuvent être liées à la réalisation d’un progrès dans la conscience spirituelle.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Deux mois plus tard je me suis mise à raconter mon expérience à d’autres personnes, celles-ci m’ont indiqué avoir ressenti de la paix et de la tranquillité, avoir perdu la peur de la mort. J’ai appris à plus de deux mille élèves la manière d’entrer en relation avec leur Etre Supérieur, ainsi nous avons donné de nombreuses consultations à des personnes concernant leurs vies antérieures, leur mission dans la vie, avec ces informations elles ont pu surmonter leurs peurs et leurs fardeaux matériels.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu (quelques jours ou semaines) : L’expérience était tout à fait réelle. Je l’ai considérée comme un réveil, afin que je puisse prendre une nouvelle direction, que je réalise ce que j’étais venu accomplir.

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur particulière pour vous ? L’ensemble de l’expérience était empli de sens.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience : L’expérience était tout à fait réelle. Elle a changé ma vie pour le meilleur, maintenant je sais que j’ai accompli ce que j’étais venu faire, je suis maintenant prête, lorsque l’univers y sera disposé, à partir heureuse et satisfaite.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. Je n’éprouve plus d’amertume, de haine ou de sentiments négatifs envers quiconque. Je ne peux voir que Dieu chez autrui, je sais que ce qui advient est toujours Juste et pour le mieux.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Oui. Je ne peux plus adhérer à un quelconque culte religieux. Je fais seulement ce que ma conscience me dicte, j’essaie de vivre en harmonie avec tout et tous.

J’aime tout ce qui a été créé.

Je vis sans préoccupation matérielle.

Je lutte contre le cours du temps afin de servir autrui, lorsqu’il s’agit d’aimer et de servir on n’a en effet jamais assez de temps.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances en ont-ils reproduit une partie ? Oui. J’ai déjà vécu deux autres expériences similaires, mais elles n’ont pas été aussi pertinentes que la première.

Souhaiteriez-vous ajouter autre chose au sujet de l’expérience ? Que je vous remercie, je me sens privilégiée d’avoir pu raconter mon histoire.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. Bien que j’ignore si les mots humains peuvent vraiment décrire la nature divine de l’expérience et ce qui existe au-delà.

Y a-t-il d’autres questions que nous pourrions poser afin de vous aider à exprimer votre expérience ? Je pense que c’est parfait.