NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Mark H

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

A la mi-mai 2004, pour autant que je m'en souvienne, la vie que je connaissais jusque-là avait pris la pente descendante. J'étais frustré, depuis un mois environ, ne pouvant plus réfléchir avec clarté, et m'égarant dans des lieux qui m'étaient pourtant bien connus. Le médecin familial m'avait envoyé pour des examens, et j'avais consulté de nombreux spécialistes. Tous avaient trouvé quelque chose, sans conclusion définitive. Un chirurgien vasculaire m'avait envoyé chez un cardiologue, qui m'a dit: «Il faudrait regarder à l'intérieur, mais les symptômes indiquent un petit problème cardiaque. Vous devriez voir un neurologue. En attendant de vous fixer un rendez-vous pour examiner votre cœur, prenez ces cachets de nitroglycérine en cas de douleurs.».

Bon, d'accord! J'ai vu le neurologue cette semaine-là, j'ai eu quelques douleurs de poitrine, j'ai pris les cachets-nitro.

Le neurologue m'a dit, «Je ne vois pas de problème! Allez voir votre endocrinologue, afin de contrôler la thyroïde, et dans six mois vous vous sentirez parfait. Mais, par précaution, je vais vous ordonner un électroencéphalogramme et un scintigramme».

Bien avant ces interventions, pourtant, et avant qu'on puisse examiner mon cœur intérieur, à midi environ, le 27 mai, la catastrophe est survenue! La sensation à l'intérieur de ma tête était indescriptible. Comme si on m'avait coupé la gorge, et déversé tout mon sang, mais sans signe visible! Quand j'ai regagné ma vue, et ma capacité de réfléchir, en même temps les douleurs du dos et de la poitrine sont revenues, jusqu'aux omoplates. Bon, je me meurs sur-le-champ! Il me reste assez de bon sens pour sortir, m'asseoir, et appeler le 911 (service secours). «Au secours! Je vous prie, je crois que j'ai une crise cardiaque».

Ils sont arrivés cinq minutes plus tard, et ils m'ont mis les moniteurs, etc. «Mais non, on vous emmène à l'hôpital, mais cela n'a pas l'air d'une crise cardiaque, en fait!». A l'hôpital, on m'a mis sur une chaise dans la salle d'attente. «Tenez, veuillez remplir ces feuilles, on vous appellera.».

Une infirmière arrive dans la salle, et me dit: «Bonjour, Mark! Faites-voir les feuilles!» Eh bien, si seulement je pouvais! J'ai du mal à bouger! Entre moi, l'infirmière et ma femme, on a pu me diriger jusqu'à la salle de triage. On me regardait d'une drôle de façon. «Souriez pour moi» m'a dit l'infirmière. J'obéis. «Sourcillez, serrez mes mains avec les vôtres.» Il me regardaient si drôlement. Je demande à ma femme «Qu'est-ce que j'ai?» Les deux me répondent, et je ne veux plus les entendre! «C'est un accident vasculaire, touchant le côté gauche.» Les douleurs cardiaques ne m'étaient rien en comparaison de la sensation que j'en ai eue! Les larmes me coulaient des yeux, mon dieu, qu'est-ce qu'il m'arrive? On m'a admis aux soins intensifs pour m'examiner, me donner des anti-coagulants, médicaments cardiaques, analgésiques pour les douleurs de poitrine.

Bon. Il fait nuit, les douleurs sont passées, je ne suis pas mort, un peu de faiblesse sur le côté gauche, c'est tout. Un neurologue a confirmé le diagnostic, et il a ordonné des examens. Il a préconisé une visite de cardiologue, à cause des soucis causés par les battements du cœur. Le cardiologue arrive au lendemain matin. «Bien! Vous avez eu un accident vasculaire, mais tout va bien aller! On vous fera une angiographie le 1er juin, juste par précaution, après le week-end.»

Le 1er juin, j'allais mieux, je mangeais normalement, et je n'avais pas peur de l'angiographie.

Le matin, ils sont venus faire les préparatifs de l'examen. On m'a emmené en bas, au laboratoire. Le processus a commencé, ma femme allait me voir après, dans la salle de réanimation. Sensationnel! Peu de douleur pendant l'examen, ni après. Ma femme m'attendait et tout allait bien.

Le docteur responsable de l'angiographie est venu, il m'a dit: «Il y a un problème avec l'artère coronaire droit! On va le régler demain; vous serez transféré à l'hôpital principal, pour être plus sûr, demain matin. Tout va bien aller!»

Bon, je commence à avoir peur, mais bon, j'ai déjà signé les documents, car je savais par avance que les interventions entraînaient des risques. Ma femme avait tous les pouvoirs par procuration, au cas où. J'ai prié cette nuit, pour que Jésus sois présent pour les guider, les conseiller. J'avais vu le pasteur de l'église où j'assistais, et je lui ai demandé de prier pour moi, aussi. J'étais prêt! Tout irait très bien!

Le matin du 2 juin, j'attendais avec impatience le transfert à l'hôpital principal. L'équipe responsable avait pris un peu de retard. J'étais censé être déjà opéré à partir de 10h30, mais je venais d'arriver seulement à cette heure-là. Ma femme m'y attendait, et nous avons parlé:«S'il m'arrive quelque chose, as-tu les papiers? Tout va bien aller, je serai dans la salle de réanimation à t'attendre!» Les infirmières sont venues me chercher à 11h00 environ. Ils ont dit à ma femme où il fallait attendre, et qu'ils la tiendraient au courant quand tout serait terminé.

On m'a emmené à la salle d'opération, où on a fait les préparatifs pour le cardiologue. On m'a drapé, l'anesthésique local mis en place, et la musique favorite du docteur mise aussi. Classique! Le docteur entre en scène, l'intervention commence. Anesthésique local, insertion de la tige. Moi j'écoutais avec attention les entretiens du docteur avec les autres personnes dans la salle. On avait dit à ma femme que l'intervention devait durer une heure, une heure et demie, peut-être. Après deux heures la caméra bouge, je sens une pression dans la poitrine. Je les entends parler de l'endoprothèse vasculaire, et les pressions nécessaires pour faire passer la tige.

 Tout d'un coup j'entends -  mot peu convenable de la bouche du docteur - «Merde!» Je me dis, «Merde... et quoi?» Soudain, le bruit des voix qui parlent s'arrête. Toutes les voix provenaient maintenant de l'arrière du laboratoire, où étaient installés les ordinateurs.

Des entretiens furieux m'arrivent de loin! «C'est un caillot? Pas sûr? Oui ou non? Je ne sais pas!...» Puis la sensation de lourde pression dans la poitrine. J'ai gémi. Une voix de l'autre côté de la table: «Vous souffrez?» «Non, seulement beaucoup de pression!» «La pression devrait se disperser!» Je sens le froid qui entre dans mon bras, et en même temps une autre voix: « Vous lui avez donné la morphine?» «Ben oui!» répond l'autre voix.

L'équipement, les moniteurs et les écrans ont été retirés, et le lumières allumées. Je pense: en voilà des soucis! Puis j'entends le cardiologue qui demande à quelqu'un dans la salle:«Je retire la tige, ou je la laisse?» Une voix répond:«Laissez-la, je la retire quand j'aurai terminé.»

Puis je vois un inconnu qui me regarde de haut. Il avait l'air agréable, rassurant. Il s'est présenté, et il m'a dit: « Je n'ai pas le temps de vous l'expliquer, mais il y a un problème. Je vous emmène en chirurgie à cœur ouvert. On va vous soigner, votre femme a déjà donné l'autorisation.» Si on parle de frayeur, j'étais si effrayé que je ne pouvais faire autre chose que prier que le Seigneur soit là à leurs côtés.

Ma femme est arrivé, et j'ai vu le chirurgien, cette fois-ci il était en blouse stérile. Ma femme m'a pris la main, et le docteur m'a dit: «Nous allons faire de notre mieux. Je vous verrai très bientôt, rétabli.» Ma femme et moi avons dit nos adieux, pour moi c'était le dernier adieu, à celle que j'aimais tant!

Comme je roulais par le couloir vers l'ascenseur, l'anesthésiste m'a regardé en me disant:«Vous serez endormi avant d'y arriver! C'est la dernière chose que j'ai entendu, jusqu'à me réveiller attaché à l'insufflateur, avec un tas de tubes et de tiges. Ma femme était là; elle m'a pris la main et elle m'a dit doucement: «Tout va bien aller, chérie, tout va bien.» Il y avait toutes sortes de personnes, infirmières, médecins, techniciens, qui vérifiaient, essuyaient, injectaient!

Je savais qu'il était arrivé quelque chose de grave! J'avais du sang qui me pendait, et ma poitrine me donnait une sensation comme si j'avais sauté du dixième étage d'un bâtiment, pour atterrir sur le sternum.

Pendant les sept jours précédents, j'avais eu un accident vasculaire, une angioplastie ratée, une chirurgie à cœur ouvert. Perte de sang importante, d'ailleurs, comme je l'ai appris plus tard. Une crevaison d'artère, en plus. Seule la sage  décision de laisser la tige en place a empêché une hémorragie mortelle.

J'ai appris que la broncho-pneumopathie chronique obstructive, que je croyais peu grave, s'était avérée très grave, et qu'à force d'être attaché trop longtemps à l'insufflateur, j'avais subi encore des blessures pulmonaires. Sensationnel! Avec ça je souffre, je respire péniblement, j'ai des coups de vertige et ma tension artérielle est en chute. Quoi d'autre? Il faut faire gaffe aux conséquences de nos prières!

En convalescence de ce dernier assaut de mon corps, j'étais optimiste. J'arrivais à marcher un peu, et à m'asseoir sur une chaise à côté du lit, pour une heure environ. La nourriture reprenait son goût, et je priais constamment. Merci, Seigneur, de m'avoir permis de rester là, afin de faire ce que bon te sembleras, bien que j'ignore ce que tu veux de moi, exactement. Merci toutefois pour la leçon apprise.

Il est maintenant le 5 juin, et le chirurgien et les autres docteurs parlent de mon retour chez moi dans un ou deux jours. Bravo! Je me porte bien, pourtant je suis si faible que j'ai encore du mal à déambuler. Il m'a fallu deux heures pour me laver, assis près du lavabo. Mais ça allait mieux tout de même!

Ils m'ont retiré les sondes, comme je ne saignais plus intérieurement, et il y avait la possibilité d'une douche, ce jour-là! Le docteur est venu au cours de la matinée, il m'a dit: «On veut vous renvoyer cet après-midi, mais peut-être qu'on vous gardera encore un jour ou deux car la tension vasculaire est si baissée. On va vous vérifier les médicaments afin de les rajuster, il y en a pour un jour, à peu près.» Moi j'étais encore reconnaissant, dévot, très heureux quand la famille me rendait visite. C'était comme si je renaissais. Le 6 juin j'étais prêt à me rendre chez moi pour me reposer, en vue de me mettre à la tâche de suivre la volonté de Dieu. J'étais sûr de trouver le bon chemin, et de pouvoir le suivre.

Le 7, je me suis réveillé tôt. J'étais un peu impatient, il était 06h00, le changement de service serait à 07h00, je ne verrais personne que passé 07h30. J'attendais en fait l'arrivée du petit déjeuner hospitalier, j'avais faim! N'importe quel petit déjeuner, j'avais envie de manger! Un peu après 07h00, assis sur le bord du lit, je regardais la télé. Je venais d'aller aux toilettes, et j'attendais ma nourriture. J'ai senti une lourdeur de mâchoires, j'ôtais sans cesse mes lunettes pour me frotter le menton. J'ai pensé, tiens, c'est le commencement d'une migraine, peut-être, ça va s'en aller si je mange quelque chose.

J'ai entendu le bruit des plateaux de nourriture qu'on sortait de l'ascenseur, l'attente me rendait fou. 07h30, je ne pense qu'à manger, et à rentrer chez moi ce jour-même. Je comptais appeler ma femme, qu'elle vienne me chercher dans l'après-midi.

Moins d'une minute plus tard, j'avais commencé le voyage le plus merveilleux de ma vie. J'ai eu un pressentiment soudain de mort. C'était comme si le sang ne circulait plus! Sans douleur! Au bout de quelques secondes, tout ce que je pouvais dire était «Aidez-moi, s'il vous plait, au secours. Ah, bon Dieu!»

Je n'étais déjà plus dans une salle d'hôpital, mais sur une route! Certes, ce n'était pas une route pavée d'or, mais une route tout simplement belle. C'était moi! Je me voyais jeune, à 10 ans environ, et je portais sur l'épaule, tel un clochard,  une branche de saule, avec, au bout , un bandana rouge. Sur la route il y avait des gens que j'avais connus en vie, et bien d'autres que je ne connaissais pas. Nous nous souriions en passant, et j'étais émerveillé de ce que je voyais. La route la plus belle que je n'eusse jamais vue! Des détails indescriptibles. Soudain, j'ai pensé à une montagne que j'avais vue tout jeune. En levant les yeux je la voyais devant moi; la Montagne! Non seulement la montagne, mais la montagne en une forme à couper le souffle; à détails inimaginables, couleurs, teintes, ombres, qui dépassaient tous les pouvoirs du langage humain.

Avec tout ce que je voyais, tout ce que je ressentais, c'était comme si mon esprit était comblé de réponses, avant même que je puisse poser les questions. La présence de Dieu était en toutes choses. C'était comme si la promesse de combler toutes les espérances de l'âme s'accomplissait sur le moment, à ras-bord. Tout besoin de l'âme était satisfait, avant même de naître. L'espace n'est pas, et par conséquent le temps n'est pas. Ce que désire l'âme, l'âme devient. Ce que vous désirez savoir, est su! Comblé de l'Esprit! Et en pleine connaissance! Jamais je n'avais vécue une telle satisfaction, de toute ma vie.

J'étais venu à mon Seigneur. Dans le lieu le plus parfait, la demeure de Dieu, j'étais reçu! Quelle merveille! C'était comme si j'étais retourné chez moi. Originaire de la perfection, pour naître au péché, vivre en imperfection, sans jamais y comprendre la majesté de Dieu, et finir par me  trouver à sa porte, Accueilli, bienvenu!

Alors une voix qui semblait être nulle part, mais partout, m'a dit: «Mark, il faut retourner!» Retourner! Non! Non! Pas possible! Encore une fois la voix m'a dit: «Tu dois retourner; je t'ai chargé d'entreprendre une tache qui n'est pas accomplie.» «Non, non, je t'en supplie Seigneur, non! Laisse-moi rester!» Mais d'une rapidité d'éclair, je me suis trouvé nu, reculant à toute allure par une obscurité des plus noires, sauf des éclairs tout autour de moi. Des pieds jusqu'à la tête j'étais frappé de coups de foudre énormes, tous azimuts! En dépit de quoi, ces lueurs ne pénétraient pas dans la noirceur terrible.

Soudain mes yeux se sont ouverts, mon bras droit s'agitait violemment, et moi je protestais vainement: «Non, je t'en supplie, arrête, lâche-moi!» J'ai regardé devant moi, et j'ai vu ce qui semblait être un stade plein de gens qui me regardaient tous, et qui poussaient des cris d'encouragement pour que ceux qui m'entouraient de près viennent à mon secours. Le bruit était incroyable, tous parlaient, criaient des chiffres, se dirigeaient entre eux. Puis, sur ma gauche, quelqu'un m'a pris la main. J'ai levé les yeux, et j'ai vu une jeune femme.

Elle avait un regard qui me pénétrait au-delà de mes yeux, jusqu'au fin fond de l'âme même. Le bruit s'est abattu, si bien que je n'entendais plus que le son de sa voix. Son regard ne m'a pas quitté, est resté fixé sur les profondeurs de mon âme; elle avait une voix d'ange. Au moment où elle m'a dit: «Ce n'est pas ton choix maintenant! Le choix est à lui!» j'ai renoncé à la lutte, je ne me débattais plus en gesticulant des bras, je me suis tu, plus de protestations ne me sortaient de la bouche. J'ai entendu comme au lointain une infirmière qui a dit «Clair!» - le son d'une machine qui bipait et bourdonnait fortement. C'est le dernier souvenir, avant mon réveil, 15 heures plus tard.

Pourquoi mon Seigneur m'avait-il retourné? M'a-t-il envoyé cette jeune femme pour m'aider à accomplir sa volonté? Etait-elle présente pour faciliter mon retour à ce monde? Je le crois bien, moi! Il a tenu sa promesse, c'est à moi maintenant de lui tenir la mienne. Une fois réveillé de cet incroyable voyage, l'insufflateur m'étant enlevé, j'avais la sensation d'un changement du caractère spirituel de mon corps. En ouvrant les yeux pour la première fois depuis le commencement de ce voyage, plus de 15 heures plus tôt, je me suis rendu compte que ces yeux ne voyaient plus d'une façon abstraite, par contre c'était comme si mon âme fixait directement le monde extérieur. Tout avait une signification, je voyais plus profondément que jamais jusque-là. Toutes chose importaient, les paroles que je prononçais, ma façon de former les gestes, l'expression de mes réactions par les contours de mon visage. Si je souriais, c'était de tout mon cœur. Mes pleurs venaient également du cœur, en larmes de gratitude. Tout affaibli que j'étais, j'avais de la peine à respirer, chaque souffle me coûtait, et les douleurs par tout mon corps étaient intraitables. Toutefois, mon cœur en était comblé de gratitude, à cause de l'expérience que j'avais eue.

Rien que de vivre pour les desseins de Dieu, accordait une signification à chaque douleur, chaque souffle. C'était comme si Dieu m'emplissait les poumons de son propre souffle, chaque fois que j'avais besoin de respirer. Chaque mot que je disait me semblait comme écrit d'avance par Dieu, et moi je ne faisais que lire le texte. Mes pensées n'étaient plus miennes, ni axées sur mon moi, plutôt chacun avec qui je me trouvais en contacte devenait le centre de mon être. Mon prochain est devenue d'une importance primordiale, et ce que je disais également.

J'ai parlé avec les deux infirmiers qui m'avaient soigné cette nuit-là, en racontant mon expérience. J'ai mentionné la femme, que j'avais prise pour une infirmière. Je ne connaissais pas son nom, mais j'ai pu la décrire. J'ai dit qu'elle avait apparu sur ma gauche, ce jour-là, et que je voulais la remercier personnellement de m'avoir aidé. L'un d'eux m'a dit «D'après votre description, ça doit être Debbie! En effet, elle a travaillé ce matin-là. Je vais l'interroger quand je la vois.»

Deux jours plus tard, en mi-matinée aux soins intensifs cardiaques, on a frappé à la porte de ma chambre. «Entrez» ai-je dit. La porte s'est ouverte lentement, et une jeune femme est entrée. J'ai dit «Vous êtes Debbie, n'est-ce pas?». Elle a dit que oui, en se dirigeant encore une fois sur ma gauche. Elle m'a pris la main, et elle m'a dit: «Je suis si contente de vous voir en si bonne forme après tout ce que vous avez subi!» Encore une fois je la regarde, les yeux dans les yeux, encore une fois elle pénètre profondément dans mon âme. Je dis «Merci! merci! C'est toi qui m'a rendu possible le retour à la vie».  Je continue, «Je ne voulais pas revenir, tu sais? C'est toi qui m'en a rendu capable! Dieu t'a menée là, au bon moment: même les mots que tu m'a adressés! Dieu a envoyé un ange à mon aide, c'était toi, pour que je revienne au monde!» Les larmes de mon cœur, et ma reconnaissance étaient sûrement visibles dans mes yeux. Je lui voyais l'esprit du Seigneur. Cela m'a tout de suite fait penser à un vers de la Bible.

J'ai répété à maintes reprises, intérieurement: «Je ne vous laisserai jamais seuls. Je vais envoyer un ange devant vous pour vous protéger en chemin et vous conduire au lieu que j'ai préparé pour vous.» Et le vers favori de mon propre père:«Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures... en effet je vais vous préparer une place.» Tout cela m'est devenu maintenant parfaitement clair. J'étais dans la maison de Dieu! Mais ma demeure n'était pas encore prête, alors mon Père m'avait confié une mission pendant qu'il me préparait ma place.

Les Anges, existent-ils? Je n'en étais pas totalement convaincu! Maintenant, par contre, je sais non seulement qu'ils existent, mais qu'ils sont constamment présents à nos côtés. A chaque fois, je revois ce regard, le regard de l'âme qui se déclare ouvertement. Je ne peux que m'agenouiller devant eux, pour exprimer ma gratitude. Merci infiniment pour ta présence, Seigneur, dans l'âme de cet être-ci.

Nous en sommes au 10 juin, je suis mobile, mais constamment surveillé. Les docteurs discutent la question de me poser un stimulateur cardiaque afin de me garantir d'une récidive de mort soudaine causée par un arrêt cardiaque. Le 14, la veille de l'opération pour me poser le dispositif, le docteur m'a expliqué les risques. Pour tester le stimulateur, ils devaient m'arrêter deux fois le cœur, en me  laissant choquer par le dispositif à chaque coup.

Je me suis lavé au lavabo, et je me suis rasé. Ce faisant, je priais pour tous ceux qui devaient participer à l'intervention le lendemain. Soudain, je me suis regardé dans la glace. J'y ai regardé de près encore une fois. Qui est là? Qui est maintenant dans moi? Les yeux qui retournaient mon regard n'étaient plus ceux de ce Mark qui m'était familier! J'ai demandé à haute voix: «Qui es-tu?» Une voix douce m'a répondu, «C'est Mark renouvelé! L'ancien n'est plus.» J'ai dit: «Seigneur, que me demandes-tu?» Encore une fois la voix douce: «Tu dois aimer davantage! Tu dois accepter l'amour davantage, pardonner davantage, garder le souvenir de ce que tu as eu le privilège de voir, un monde dont très peu de personnes se souviendraient. Le plus important: l'amour est la clef!»

J'arrivais à peine à le croire, les larmes me coulaient des yeux, et je répétais cet éloge à de nombreuses reprises: «Merci, pour le nouveau moi! Oh, merci.» Mes yeux étaient maintenant ouverts, dans le sens de ce vers de cantique, «Ouvre les yeux de mon cœur, Seigneur, je veux te voir» La compréhension m'en a laissé stupéfait.

Je vois maintenant des yeux de mon cœur, pas seulement les yeux de la tête. J'ai vu le Seigneur, et je me suis rendu compte que je l'avais vu tant de fois dans ma jeunesse. Il m'avait montré tant de choses, sur la terre comme au ciel. Pourtant je ne voyais que ce que les yeux de ma tête voyaient.

Je comprends maintenant que la Bible nous déclare qu'au commencement Dieu créa les cieux et la terre, avec perfection. L'homme a été place dans ce lieu parfait sur la terre pour bénéficier de tout ce qui était parfait.

Nos ancêtres ont désobéi et la Terre est devenu imparfaite. Quand nous passons de cette vie d'imperfection, à la prochaine vie, Dieu nous pose toujours la question, à n'importe quel âge, «Es-tu prêt? Tes ancêtres possédaient la Perfection! Mais ils n'en étaient pas dignes, ils n'étaient pas prêts, donc je te pose la question, es-tu prêt?» Il a fallu que je meure pour comprendre ce concept! Dieu me posait la question! Il essayait de me montrer le chemin. Mais j'ai choisi le chemin humain. Le mien était le chemin préféré.

Le décès de mon corps  a été si paisible, si merveilleux. Soyez certain, le retour a été tout, sauf facile. J'ai eu tellement peur, que la noirceur par laquelle je passais, bon gré mal gré, et la souffrance qui en résultait, soient en conséquence de mon défaut; que la vie éternelle m'ait refusé pour me renvoyer droit à l'enfer. Apprenez maintenant! Comprenez la grâce de Dieu avant de mourir.

Certains n'apprennent qu'avec peine, certains ne comprennent leur relation avec Dieu qu'au moment où ils sont menacés de la perdre. Ouvrez les yeux de votre cœur, qu'ils perçoivent la grâce et le pouvoir du JE SUIS. Croyez qu'il EST! Croyez qu'il vous a préparé une place qui est sans chagrin, sans souffrance, sans les contraintes de la condition humaine. La distance n'y est pas, ni le temps; tel que votre âme désire les choses, ainsi se réalisent-elles. Ce que l'âme désire voir, est vu.

Voir de façons inimaginables, ici-bas, comprendre instantanément tout ce qui se présente. Sentir Dieu dans le tout! Eternellement! Il vit avec nous, parfait et à tout jamais. Comme je l'ai déjà dit, il a fallu que je meure pour comprendre l'amitié qui me soutenait, dans quelle mesure cette amitié et cet amour m'étaient importants. Son conseil est bon! Il suffit de demander, et puis être disposé à écouter. Parfois, Dieu nous crie. Pour la plupart, il chuchote, pourquoi donc n'écouter que les cris?

Il y a maintenant six mois que j'ai quitté l'hôpital, le 17 juin. Depuis ce jour-là, bien des choses se sont passées. J'ai repris contact avec ma fille, mes petits enfants, et d'autres membres de la famille que je n'avais pas vus depuis longtemps. J'ai pu les rencontrer, tous, les voir, passer des moments d'allégresse avec eux. Ma famille et moi avons résisté trois ouragans, avec tous les dégâts qui en résultent. Nous avons passé quelques semaine sans les convenances de la vie. On a eu des mauvais moments, mais l'important c'est que nous nous soutenions.

A l'heure actuelle, je ne sais pas si je vais pouvoir continuer ce récit. Il me reste beaucoup de choses à dire! Mais je le laisse pour le moment, que la volonté de Dieu soit faite. J'ai supporté souffrances, plaisirs, injures et blessures. Toutefois, c'est bien cela, le point significatif! Dieu m'a imposé tout cela pour ses raisons à lui, non pas pour les miennes. S'il m'accorde encore du temps sur cette terre, je tacherai de continuer son travail.

Et je chanterai sans cesse ses louanges. 17 novembre 2004.

Son serviteur dévot,

Mark.

Eh bien, l'examen est passé sans problèmes. Je suis toujours en vie! Encore la vie problématique. Hospitalisé pendant les vacances de Noël par suite d'une infection dangereuse. Mes pensées sont perturbées, de jour en jour. Est-ce que je veux vivre encore, quand bien même on m'a déjà renvoyé de l'hôpital? Mon credo m'interdit le suicide! Mon corps me dit sans cesse d'en avoir fini! Cette vie, ces soucis. Comment vais-je m'arranger pour payer mes dettes, vu le nombre de personnes auxquelles je dois de l'argent?

La plupart du temps je me sens comme le dernier des derniers (like dog snot = littéralement, «comme la morve de chien»). Je respire à peine, j'ai des douleurs sans trêve, pourquoi Dieu me punit-il encore? Bonne question! Me punit-il, ou bien me permet-il de voir que c'est moi qui me punis, tel que je l'ai fait la plupart de ma vie, d'ailleurs? Il m'est encore difficile d'apprendre les leçons qu'il a essayé de m'apprendre depuis tant d'années! Je suis quand même une tête dure!

J'en suis venu à comprendre que la souffrance qui nous afflige dans le corps humain nous fait apprécier l'avenir qui nous attend en sa perfection! Ma dépression est en conséquence de ma crainte face à la vie! Je suis anxieux face à l'inconnu. Depuis neuf mois déjà, par occasions, des pensées naissent en moi qui me surprennent énormément. Ces perles qui viennent de ma bouche, à moi! Je les avais en moi parce que Dieu me les avait apprises depuis des années. C'est moi qui ne voulais pas l'écouter, voilà tout.

Comme par exemple: Nous ne sommes pas placés là pour servir de chiottes à l'intention du prochain («the paper on which others poop»), nous sommes là pour nous entraider, non pas pour être utilisés. Nous avons vraiment besoin les uns des autres parfois, mais il nous faut la sagesse de savoir quand c'est préférable de laisser quelqu'un seul, s'il a envie de fréquenter son autre ami, Dieu! On n'a pas le droit de lui brouiller sa relation avec son Dieu.

Il faut reconnaître que le malheur arrive à des personnes de bonne volonté, et le bonheur à des personnes de mauvaise volonté. Mais il ne faut pas juger. Si on a envie de quelque chose, il faut le poursuivre de bon cœur, que la vie nous surprenne, au lieu d'essayer de la surprendre! En me souvenant de mon enfance, j'y prends beaucoup de plaisir. C'était l'époque la plus merveilleuse de ma vie! Une surprise constante! Chaque jour m'apportait une nouvelle aventure.

Mes amis m'apportaient des surprises et des joies chaque jour! Mes souvenirs en reluisent comme des phares dans la noirceur de ma vie d'adulte. J'ai la larme à l'œil de joie toute les fois que je me souviens d'une de ces vraiment merveilleuses journées. Cela égale gagner un majeur prix de loterie tous les jours!

Je ressens encore l'épuisement de cette journée, je vois encore les figures de mes amis, encrassées par suite de nos merveilleuses aventures. Je vois l'exquise beauté des choses banales, en me souvenant du partage de nos intimes pensées entre ces amis étonnants. Pourquoi ai-je laissé s'évaporer, dans la vie d'aujourd'hui, ces surprises mondaines qui me donnaient tant de joie?

Enfant, j'avais un ami spécial, personne ne le voyait sauf moi. Souvent ma famille se moquait de moi à cause de mon soi-disant ami imaginaire. Moi, je l'appelais Matty! Il était toujours là avec moi quand j'étais seul, si j'avais peur ou bien si j'avais besoin de conseil. Si j'étais malade, Matty était là! Seul Matty était là! S'il m'arrivait des choses qui m'embrouillaient, Matty était là! Il se trouve que Matty est un autre nom pour Dieu. J'avais une relation avec lui, si personnelle, si réelle, que je pouvais lui confier mes secrets les plus intimes. Il me connaissait complètement. Matty m'a prédit les occurrences des années postérieures. Pour la plupart, je l'avais oublié, ce qu'il me prédisait s'était perdu dans l'obscurité des années passées. Pendant mon expérience de 2004 des fragments de ces conversations me sont revenus. Mon ami Matty m'avait préparé pour ce qui était à venir. Merci, Matty, ça me fait vraiment plaisir de refaire ta connaissance! Peu importe le nom par lequel vous le connaissez, soit Matty, soit Vishnu, soit Yahvé - Dieu ne veut que cela,  avoir une relation intime et honnête avec VOUS! Laissez croître l'enfant en vous, pour que l'adulte jouit du même émerveillement, de la même surprise, de la même prodigalité de vie, que l'enfant en jouissait.

Pour être aimé, pas besoin de vous laisser marcher dessus, ni de marcher sur votre prochain pour exprimer votre amour.

Vous pouvez très bien ne pas accepter un mauvais comportement chez ceux que vous aimez, sans pour autant les aimer moins.

Dieu nous aime malgré nos défauts, il ne les approuve tout de même pas.

A chaque instant, le mieux qu'on puisse se dire, c'est: «Es-tu prêt?» On ne connaît ni le jour ni l'heure (de la mort), mais dans tous les cas, il n'y a rien à craindre. La fin de cette vie est le commencement d'une autre.

Apprêtez-vous, comme si aujourd'hui sera le dernier de votre vie! Je comprends maintenant la souffrance, mais ce n'est pas obligatoire de l'aimer! Le mal qui m'arrive à moi ou à ceux qui me sont chers, je comprends, d'une façon générale, mais je pourrais très bien m'en passer!

J'ai tant aimé ma mère et mon père, qui étaient les meilleurs parents que Dieu eût pu me donner. Ils possédaient peu, et dans ma jeunesse je les ai vus souffrir un tas de choses, dont une partie était par ma faute, mais dont la plupart faisait partie tout simplement de la vie. Quand ils sont passés, j'en ai beaucoup souffert, j'avais perdu deux parents extraordinaires, mes meilleurs amis. Pourtant, du coup, Dieu a reçu deux âmes des plus merveilleuses, soit aux cieux, soit sur la terre.  

Si on n'est pas le gardien de son frère, on est toutefois son gourou! Allez donc, soyez prodigue de lumière, ne cachez pas ce que vous avez appris dans la vie. C'est la seule chose que vous ayez vraiment à transmettre aux autres. Si vous la gardez à vous-même, en croyant ainsi faire accroître votre statut, pour être le seul à connaître ces choses-là, c'est moi qui vous le dit: Votre statut est caduque, dès que vous quittez cette demeure. Et personne n'aura le souvenir de votre sagesse quand vous aurez quitté la terre.

Mais, si vous la transmettez avec révérence, en recherchant ceux qui sont affamés de lumière, quand vous aurez quitté la terre la lumière y restera. Et les autres feront de même, si bien que la lumière durera longtemps après votre départ d'ici-bas. La seule chose qui soit à vous de donner au monde, c'est votre connaissance! Si vous la cachez, elle s'en va avec vous, et ne sera plus jamais retrouvée.

Tout ce que j'ai appris, tout ce que j'ai pu faire bien, dans la vie, je l'ai appris de quelqu'un d'autre. Aussi ai-je appris la joie de le partager avec ceux qui veulent bien apprendre! J'ai tant appris, c'est incroyable qu'un seul esprit puisse contenir tant! Dieu, quoi que soit le nom que vous lui donnez, nous a donné la possibilité d'être toutes ces choses, et davantage encore.

Enfant, vous pouvez très bien être pirate, ou aventurier; homme, grand technicien ou constructeur; homme mûr, savant, professeur ou mentor; vieux, saint accompli. Bon père, ou bonne mère. Fils merveilleux, ou fille merveilleuse. Tant de choses! Pourtant, si vous ne les partagez pas, elles sont toutes perdues, poussière de votre corps. Encore une chose! Nous sommes si préoccupés de nos corps, fiers de notre forme! Une fois parti l'esprit de cette vie, ce corps est relégué à l'oubli, l'esprit étant renouvelé. Ce qui endure de vous, c'est le souvenir de ces choses que vous avez partagées, non pas ce que vous étiez.

Lorsque ma mère est morte, je me sentais perdu. J'avais besoin d'écrire quelque chose pour exprimer ma perte. Alors j'ai écrit le texte suivant, et le pasteur l'a lu à ma place, comme suit:

«Quand tu es né, j'avais attendu depuis le moment de ta conception. J'ai attendu si patiemment, ton entrée dans mon monde. Des mois, des jours, puis finalement le jour attendu. Tu es né.

Tu étais parfait, tout à fait, tous les doigts y étaient, sur les mains et sur les pieds. J'avais tant attendu que tu me viennes. J'ai tant attendu ton premier mot, ton premier pas! J'ai attendu ton premier acte d'indépendance. Toute cette attente a bien valu la peine. J'ai attendu que tu grandisses, peu à peu, puis plus rapidement.

J'ai attendu ta première blessure, et encore pour en constater les conséquences. J'ai attendu que tu sois homme, et tu es devenu homme, en effet. J'étais si fière de toi, tu étais venu si loin.

Toute cette attente, et maintenant je suis partie à ma demeure éternelle. Mais je ne t'ai pas quitté, mon fils, car cela me serait impossible. Je suis là, je t'attends encore une fois, j'attends ton retour à domicile, comme tant de fois je l'ai fait. Pas partie, j'attends toujours.»

Je sais que cette femme, que j'ai tant aimée de son vivant, sera là à m'attendre. Je sais que son attente sera courte. J'imagine le moment de revoir son visage, sa grâce et son merveilleux amour.

Quelle merveille, n'est-ce pas?

On vit cette vie en subissant la douleur, la cruauté d'autrui, les calomnies d'autrui. Puis la joie qui vient des être aimés, des occurrences qui restent hors de notre contrôle, pour le bien ou pour le mal. Mais, figurez-vous, la vie ne serait pas la vie s'il nous en manquait la moindre de ces occurrences! Réfléchissez-y! Si on savait ce qui nous attendait chaque minute, comment pourrait-on tenir le coup? Si un grand coup de pot nous attendait, comment réagirait-on? Morts de choc? Dirait-on, «Il était bien temps? Cela me permettra de donner un coup de main à quelqu'un, mais qui?» Ou bien, «Pas moi, non! Ces choses ne m'arrivent jamais, ni dans le passé, ni dans l'avenir!»

Ou, par exemple, que faire si une voix se fait entendre, «Ta vie va terminer dans deux heures, à 08h30 tu vas mourir!» Pas assez de temps pour tout régler, je n'y arriverai pas. Mais, pas de choix, les minutes s'écoulent, il n'en reste plus qu'une heure et 45 minutes. A qui faire appel? Quoi dire? Quels souvenirs allez-vous garder? Qu'attendez-vous? Jouissez de ce que vous avez! Que ce soit peu, ou beaucoup, jouissez-en. A quoi vous servira l'or dans la vie de l'au-delà? Il n'y en a pas besoin, l'esprit ne peut pas porter un poids pareil.

Le souvenir de bons amis, le don de soi à la vie, pour peu que ce soit, voilà ce qui vous y suivra. Des mots doux, des actes doux, feront partie intégrante de votre esprit, et les bons souvenirs vous suivront. Dieu a bien de la place pour ces sortes de choses dans la demeure qu'il vous a préparée. Vous ne croyez pas à la réalité de tout cela? Nous allons tous avoir l'occasion de nous en informer!

Je serais un parieur, avec une cote de 50/50, je voudrais bien parier sur cela, car l'histoire même me soutient, et un cheval bien éprouvé dans la boue a une meilleure chance de gagner sur une piste mouillée qu'un cheval qui n'a jamais couru du tout! Et un cheval borgne a une meilleure chance de gagner qu'un cheval aveugle et sourd.

Vous choisissez vous-même votre façon d'affronter la mortalité. La mortalité est garantie, l'immortalité, par contre, dépend de votre point de vue. La vie terrestre est certain pour les vivants, mais la vie éternelle n'a pas de cote si la croyance n'est pas. Je crois, moi, que le soleil se lève à l'est, et chaque jour, le voilà!

Le soleil se couche à l'ouest! Tous les jours, des êtres naissent et des êtres meurent. Je ne les connais pas tous personnellement, mais c'est vrai tout de même! Je ne connais pas personnellement chaque personne sur terre, mais elles existent, soyez-en sûrs!

Quand vous voyez un autre, est-ce que vous vous interrogez sur leur vie? Si oui, à quoi ça sert? L'amour ne s'arrête pas au seuil du domicile familial, c'est un caractère enraciné de l'humanité! Nous avons tous envie d'être aimés, nous avons tous le désir inné d'aimer. La situation où je me trouve à présent est peu agréable, souvent je n'arrive pas à respirer, ou bien je souffre de douleurs atroces.

Je ne peux plus marcher trop loin, car je me fatigue facilement. Je ne reprendrai plus jamais l'emploi que j'aimais! Ce n'est que dans ce domaine que je m'y connais vraiment. Je prenais plaisir à mon métier, j'y gagnais bien, et on respectait les décisions que je prenais de jour en jour. Moi, à mon tour, j'avais du respect pour l'équipe de direction, quand même nous n'étions pas tous toujours d'accord, le respect tenait le coup.

Avant cet événement, je pouvais taper 90 mots à la minute, sans regarder le clavier. Maintenant je ne peux plus me rappeler la position des lettres. Je ne me plains pas! Je suis plein de gratitude pour ces moments de communication, étant donné que je suis encore capable de communiquer mes sentiments. Je peux encore me réveiller le matin, reconnaissant que ma vie a toujours une signification.

Mes anciens collègues me manquent énormément! Mais le souvenir de chacun me restera à tout jamais. Quand je mourrai, je les attendrai. Je suis capable d'écrire ces paroles, car j'espère que certains trouveront le pouvoir de persister, d'arriver à la paix qu'ils n'avaient pas pu atteindre, de se réconcilier avec la vie.

Je crois que je connais la raison pour laquelle on m'a obligé à revenir à terre! Même à contrecœur! Il m'a dit, LUI, qu'il me restait quelque chose à faire, et je crois que cette narration en fait partie. De surcroît, j'ai changé mes rapports vis-à-vis d'autrui. N'étant pas d'accord avec quelqu'un, je suis d'une franchise brutale. Toutefois, la franchise de mon amour envers chacun est totale, aussi!

Je ne laisse plus croire aux autres que je suis d'accord avec eux, juste pour qu'ils se sentent mieux. Je n'esquive pas des sujets controversés. Pourtant je serai toujours prêt à déclarer mon amour, qui surmonte tous les désaccords.

Je me surprends, parfois, en rencontrant des inconnus, car je leur dis des choses inattendues! Je les loue par exemple pour leur façon de parler à leurs enfants, ou bien pour leur façon de parler de leurs intimes. Je leur offre des bénédictions, si je vois de ses yeux qu'ils en ont besoin.

La souffrance, la maladie, sont tant soulagées, quand j'ai l'occasion d'aider les autres. Mon envie de pratiquer mon métier est si forte, parfois, que je me sens démuni. Mais, si je ne peux pas le faire, physiquement, j'ai quand même le sens d'un esprit très fort. Comme si, plus je souffre, plus l'esprit devient fort. Oui! Cela me donne envie de crier: «Eh, tout s'améliore! L'avenir est meilleur que tout ce qui est, à présent!»

Chaque jour, n'importe votre situation, il  y a une leçon à apprendre. Pas forcément à votre goût, mais nécessaire tout de même. En écrivant ce récit, j'ai décrit ce que j'ai ressenti et vu, en utilisant certaines images. Bien, il n'y avait pas de brillante lumière! En quelque sorte, la lumière n'est autre qu'une sensation, un sentiment même, que tout est illuminé. J'ai mentionné qu'au retour à cette existence terrestre, il y avait une terrible noirceur. C'était effrayant! J'ai souvent connu le noir, mais ça, pour être noir, c'était bien noir! Un manque total de lumière, sans ombres du tout, même les éclairs n'y échappaient pas. Ce n'est pas un lieu de plaisance! Soit vivant, soit mort, soit entre les deux, enfer, purgatoire, tout ce que vous voulez, il ne faut pas rester là! 

C'est comme si toute la peur du monde s'était massée en même temps, en un même lieu, et que vous y êtes! Mais le lieu où vous vous trouverez à la fin, c'est un lieu de rêve, mais qui n'est pas un rêve. Tant s'en faut, c'est tout ce que vous désirez, et bien plus.

J'ai eu tant de moments où tout allait mal, parfois on dirait que rien ne va bien. La mort aurait été préférable, largement! Mais on peut imaginer Dieu, qui dit - «Ne cède pas encore, l'épreuve devient plus dure, mais la récompense en sera d'autant plus merveilleuse.» Cela sonne vrai! Lui qui est plus grand que n'importe qui dans le monde! Pourquoi nous imaginons-nous les seuls êtres au monde? Qu'on peut être bêtes. Nous ne sommes pas seuls! De tous temps, et pour toujours! Le crépuscule de la vie terrestre annonce l'aurore de l'éternité. Mes yeux se ferment sur cette vie, pour se rouvrir sur la vie éternelle.                                                            
Mon plus grand espoir, pour ceux qui lisent cette oeuvre, c'est qu'ils en aient le cœur plus embrasé, que l'espoir s'accroisse, que le fardeau devienne plus léger. Quant à moi-même, j'espère qu'en faisant cela, accomplir la tâche pour laquelle il m'a renvoyé. Que mes paroles incarnent ses pensées, descendant sur terre en forme de sons.

«Seigneur, rends-moi fort, fais de moi ce que tu voudras. Pour ma souffrance, je te loue, je ne te maudis pas. En temps de faiblesse, donne-moi tes forces. Que mes jours soient remplis de toi, non pas de moi. Je sais que, une fois faite ta volonté, tu me donneras repos et paix.»

Pour ceux qui auraient perdu un être cher: père, mère, frère, époux, quel que soit le rôle joué... il convient de vous mettre en deuil pendant un certain temps. Mais, une fois rétabli de leur absence de la terre, le deuil n'est plus pour la personne décédée, mais pour vous-même. Il ne faut plus ce deuil, car la vie de l'au-delà est la vie comme elle devait être depuis le commencement.

Aimez-les, honorez leur souvenir. Rappelez-vous le bien qu'ils gardent en eux, et sachez qu'ils attendent votre retour à votre demeure commune. Ils seront de nouveau vos partenaires dans la vie, mais une vie difficile à concevoir. La beauté de la terre y est mille fois plus intense. La douleur, le chagrin, y sont inconnus. Si j'arrive à la fin de mes jours, que ces paroles restent, qu'elles servent de plan, pour cette demeure-là.

Ton fils bien aimant, Marcus Greyfeather Hansley.

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire en mots? Oui. Concernant ce que je ressentais, ce que je voyais, il me semble qu'il n'y a pas de mots pour en dépeindre la beauté, la grandeur, la sensation. La réponse aux questions me venait avant même les questions posées. Le sens de l'espace, du temps, n'était pas. Tout ce que désirait l'âme se manifestait immédiatement.  

                                                                                                                   
Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie? Oui

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? Au-delà de cette vie, quand on m'a ordonné le retour à la vie terrestre, et je me suis vu à l'âge 10 ans, peut-être, l'époque de ma vie où tout était merveille.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours. Plus de conscience et de lucidité que d'habitude. Je comprenais des concepts qui m'ont échappé tout de suite au retour. J'étais conscient de chaque détail de mes environs, dont les mots me manquent pour décrire les couleurs, les formes vues. Je ne voulais pas quitter ce lieu.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours? Oui. Les couleurs étaient brillantes, l'obscurité la plus noire que j'eusse jamais vue. Les êtres étaient réalisés d'une façon très détaillée, je les connaissais à fond à première vue. Il n'y avait de (barrière à la) transparence ni pour la vue, ni pour la connaissance.

Votre audition différait-elle de manière quelconque de votre audition normale?
 

Oui, tous les sons étaient incroyablement clairs, la voix de l'être suprême semblait émaner de nulle part, mais en même temps, de partout. La parole ne sortait pas de la bouche des êtres, mais de l'aura qui les entourait.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps? Oui


Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience? Je n'avais jamais connu une telle paix, de ma vie. Tout était merveilleux, le bonheur que j'ai vécu m'était inconnu auparavant.

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé? Incertain. J'étais dans l'obscurité, puis soudain je me suis trouvé sur une belle route, que je connaissais de ma jeunesse, mais plus détaillée.

Avez-vous vu une lumière? Oui, comme j'approchais de la route, il y avait une lumière semblable à un soleil brillant.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres? Oui, certains que j'ai vus m'étaient connus, mais déjà décédés, d'autres que je ne connaissais pas, pourtant en me passant, ils souriaient d'une façon très paisible. Ils étaient sur la route, passant dans les deux sens, l'aura de chacun parlait comme pour raconter l'histoire de sa vie. Je comprenais tout, comme si cette connaissance m'était transmise d'une rapidité d'éclair.


Avez-vous revu des évènements passés de votre vie? Oui, si je pensais à ce que j'avais connu en mon enfance, le voilà devant moi, en tous les détails. C'était comme un traitement automatisé des données. Au retour à la vie, je comprenais le chagrin, la souffrance, et d'autres sensations que je ne comprenais pas avant l'expérience.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. Au retour à l'existence, j'entendais l'infirmière principale qui disait: «Allez, encore un choc, il ne nous reste que trente secondes environ.»  D'autres disaient que non, qu'ils ne croyaient pas pouvoir me réanimer! Elle a dit «600, clair!» Mes yeux se sont rouverts d'un coup, et j'ai vu mon Ange sur la gauche, me tenant la main, en disant «C'est son choix, maintenant, pas le vôtre.» Deux jours plus tard, j'ai pu le vérifier.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui, tout était plus beau, d'une beauté surnaturelle. Je ne percevais ni temps, ni distance, comme nous les concevons.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps? Oui.  Car si l'espace n'est pas, le temps n'est pas non plus. Ce que conçoit l'âme, se réalise. J'ai le souvenir d'avoir appris, en quelque sorte, que ce que je désire, ainsi soit-il! Comme si tout existe en tous lieux en même temps, sans aucune séparation entre la réalité et le moi.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui, chaque question avait sa réponse avant même d'être posée. J'ai compris que nous avons tous un but, et il faut l'atteindre avant de passer outre. J'ai su que la mort n'est pas à craindre. C'est le naturel des choses. J'ai appris que nous y passons peut-être des milliers de fois, pendant la vie, sans en être conscients.

Nous y recevons des instructions, malgré quoi nous ne sommes conscients que d'une intuition dont nous ne connaissons pas l'origine. L'autre monde est à portée de main, si on savait. Nous ne savons ni le temps ni la manière de notre mort, mais elle est proche comme un clin d'œil.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation? Non

Avez-vous eu conscience d’évènements à venir ?

Oui, j'ai connu la valeur de la parole humaine, qu'il faut aimer davantage, pour être aimés. Il faut être d'une franchise brute concernant les émotions, mais aussi concernant l'amour.

Je me suis vu en train de parler avec de petits groupes de personnes, parlant de la vie et de la mort d'une façon très différente. Ceci s'est prouvé correcte en l'occurrence, sans aucun doute.

Je me suis vu dans des lieux, dans des situations, qui se sont prouvés réels par la suite, jusqu'à présent.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ?

Oui, j'ai émis des paroles, soit en parlant, soit par écrit, qui tombent juste au bon moment, au bon lieu. J'ai changé la vie des gens avec ces mots justes.

J'ai des rêves qui prévoient des événements concernant autrui, toujours de caractère positif. Rien de bouleversant, mais qui les aide dans la vie.

Je ressens le malheur des autres, c'est comme un poignard qui me perce, et tout d'un coup je leur dis quelque chose, spontanément, qui m'étonne, moi, autant qu'eux. Pour réponse, je reçois toujours un regard qui me dit «Merci, comment saviez-vous que je souffrais tant?»

Je suis capable de calmer la crainte de la mort chez les autres, je la leur sens infailliblement, et je sais pourquoi!

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ?

Oui, j'ai vu une infirmière surveillante, en août, à peu près trois mois plus tard. Elle avait tout mon dossier, et elle m'a dit: «Vous avez passé une véritable crise!» J'ai pu voir qu'elle souffrait, alors suite à l'examen, je lui ai raconté ce que j'avais vu et ressenti.

Elle m'a dit que ce que je lui avais raconté était rassurant, car elle avait perdu son père moins d'un an plus tôt. Elle m'a remercié, et je suis parti.

Je l'ai revue deux mois plus tard. Elle avait changé, de timide et fade, en confiante et bien habillée. Pas prétentieuse! Pleine d'assurance, souriante, optimiste. Elle voulait tant m'aider avec mes problèmes, et effectivement elle m'a aidé. Comme je quittais le bureau du docteur elle m'a fixé les yeux,  pénétrant jusque dans mon âme, et elle m'a dit «Merci». Ceci est une des raisons pour lesquelles j'ai été renvoyé, je crois. Par d'autres occasions j'ai parlé spontanément aux gens, pour découvrir que c'était juste à ce moment-là qu'ils avaient besoin de quelqu'un à qui parler.


Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle a eu lieu?

L'expérience était certainement réelle. Je me suis vu dans la glace, et les yeux qui me regardaient n'étaient pas ceux de l'ancien moi! C'était un nouveau moi qui me retournait le regard. J'ai compris que les douleurs, la souffrance que je vivais, n'étaient que la vie même de ce monde, vers un but plus grand. Depuis, j'ai vu les yeux des anges, qui sont partout. Ils peuvent passer à travers vos yeux, jusque dans l'âme.

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur spéciale pour vous ?

La connaissance qui m'a été transmise. Ma façon de traiter les gens depuis mon retour, avec des sentiments très intenses envers eux.

Sachant qu'il n'y a rien à craindre de la mort, je peux rassurer les autres que c'est la moindre des choses à craindre.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience?

L'expérience était certainement réelle. J'ai mes problèmes dans la vie, je souffre parfois, parfois la vie est si dure, cependant l'expérience me donne les forces pour continuer. Il me semble que si vous ne savez pas vous orienter dans la vie, vous ne pouvez pas savoir votre destination.

Je connais la souffrance de la vie, et je connais la paix de ma destination, qui dépend justement de cette connaissance de la vie.


Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?

Oui, l'intensité de l'amour que je ressens pour ceux qui me sont chers est multipliée mille fois. J'ai une reconnaissance inimaginable pour ceux qui m'aide dans la quête mondaine. Les choses tenues pour dites, anciennement,  sont celles qui m'intéressent le plus. Ce sont les dons les plus riches de la terre: femme, enfants, petits-enfants, beaux-parents, amis. Plus importants que l'argent, ces choses qu'il faut laisser en quittant la vie. Il n'y a pas de réciprocité avec les objets, et l'argent!

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?

Oui, je prie pour moi, et pour autrui, journellement. J'ai une relation personnelle avec mon créateur. N'importe le nom que vous lui donnez, cela ne change rien. Notre relation avec l'univers est aussi réelle que les mots que je tape actuellement.

Quelqu'un l'a créé! Et vous, et tout le reste. Depuis quelques mois, je suis trop malade pour assister à l'église, mais mes croyances n'en sont pas moins fortes. Au contraire.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ?

Oui, j'ai revécu l'expérience, y compris toute la souffrance, après mon retour à la vie. Chaque nuit pendant deux semaines. Pas agréable, mais je le comprends.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ?

Je ne regrette pas d’avoir eu cette expérience, bien que ne pas voulant retourner. Je crois qu'il y a une raison pour avoir eu cette vision fugitive, j'ai des choses à accomplir. Quand finalement j'aurai accompli la tâche de cette terre, je sais que tout sera bien, et pour moi, et pour le monde entier.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui, très utiles.

Merci de proposer toute suggestion permettant d’améliorer ce questionnaire. Y a-t-il d’autres questions que nous pourrions poser afin de vous aider à exprimer votre expérience ? Non