NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Maria D

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Dans l’ambulance, j’ai perdu connaissance à quelques pâtés de maisons de l’hôpital, je suis revenue à moi à l’intérieur alors qu’on m’emmenait aux Urgences. Une fois arrivée, on a commencé à s’occuper de moi. J’ai découvert plus tard que j’avais la rate perforée (on l’a enlevée lors de l’opération), des côtes cassées et plein de mauvaises coupures, d’hématomes du fait d’avoir été traînée, j’avais aussi perdu une grande quantité de sang.

Tandis que le(s) médecin(s) et les infirmières étaient très occupés à me raccorder à des appareils, à me poser des questions, comme me demander mon nom, je me suis sentie très, très faible et légère. Tout à coup je n’ai plus rien entendu – je pouvais juste voir les infirmières remuer les lèvres, sachant qu’elles parlaient assez fort entre elles ainsi qu’au médecin. Je me suis donc rendu compte que quelque chose changeait rapidement. Je n’arrêtais pas de fermer et rouvrir les yeux, pensant que d’une manière ou d’une autre, cela allait m’aider à les entendre à nouveau. Puis, je ne fus soudain plus là, je fonçais au centre d’un immense tunnel qui semblait illuminé depuis l’intérieur de ses parois. Je voyais que je me déplaçais effectivement  car les murs montraient une sorte d’effet de spirale. Je me rappelle avoir pensé à quel point c’était beau, j’étais stupéfaite de me retrouver simplement suspendue en l’air, volant si vite au milieu de cette immense chose. En le traversant, j’ai commencé à perdre la mémoire de ma vie et de ma famille, cela m’a surprise et effrayée. Cela me perturbe aujourd’hui encore. Ensuite j’ai cessé de me déplacer, je paraissais flotter, j’ai eu conscience d’une autre personne, une entité avec moi, elle avait une forme très peu massive, c’était plutôt une grande forme d’énergie lumineuse.

Cette énergie me connaissait personnellement. Une voix semblable à celle d’un homme, différente pourtant, est entrée dans ma tête en m’appelant par mon nom, elle a dit : « Denise, ce n’est pas ton heure, il va falloir que tu repartes. ». J’ai répondu uniquement en pensée (cela semblait être la seule forme de communication) que je ne voulais pas, parce que cela faisait trop mal. Il a alors levé le bras devant lui (cela avait plutôt l’air d’être la manche lumineuse et blanche d’une robe), j’ai regardé dans la direction qu’il paraissait indiquer, face à nous, j’ai vu un pupitre sur lequel se trouvait une énorme livre paraissant très ancien. J’ai pensé : « Je veux aller le voir. », immédiatement il m’a été dit que je ne le pouvais pas. Il m’a ensuite déclaré : « C’est le Livre des Réponses. Tu ne peux le lire et repartir. Soudain je me suis à nouveau retrouvée en train de dévaler l’immense tunnel, je suis retournée à mon corps. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. Car vous ne pouvez faire l’expérience de ce que j’ai senti et fait comme cela se passe « là-bas ». J’ai tout « senti » avec mon esprit plutôt que par le processus de pensée normal.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Sur un parking, ma voiture a roulé deux fois sur moi. Je l’avais démarrée sous le capot, ainsi que j’avais vu mon père le faire quand le moteur ne voulait pas partir. La voiture a démarré mais je l’avais laissée en prise et elle s’est mise à reculer. J’ai donc couru derrière elle et j’ai sauté dedans, tentant d’appuyer sur la pédale de frein. Mon sabot s’est coincé derrière la pédale de frein ou d’accélérateur. J’ai ensuite été traînée, je suis tombée et la voiture a roulé sur moi. Comme les roues étaient braquées et que j’avais été gravement blessée lorsqu’elle m’a roulé dessus la première fois, je n’ai pas pu me relever à temps, quand elle est revenue elle m’est passée dessus une seconde fois. C’est arrivé à seulement quelques pâtés de maison de l’hôpital, et juste à côté d’un dîner auquel participaient deux policiers. Ainsi, quand ils ont entendu tout le vacarme provoqué par ma voiture percutant d’autres véhicules en stationnement, ils sont sortis en courant et ont appelé une ambulance. J’ai prié Dieu quand j’ai vu que la roue de la voiture revenait sur moi et qu’elle allait me rouler sur la tête (ce qui ne s’est évidemment pas produit, sinon je ne vous écrirais pas ceci aujourd’hui).

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Très lucide, il me faut l’expliquer ainsi : pendant cette expérience, je me suis sentie plus vivante que jamais. Je me sentais excellemment, tout dans mon moi physique paraissait fonctionner en totale harmonie. Tandis que je traversais le tunnel, j’ai vu que j’avais un corps. C’est pourquoi il était tellement stupéfiant que je ne souffre pas.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Rien de semblable à un rêve. Plus proche de l’éveil que n’importe quoi d’autre, mais c’était comme vivre dans un état perfectionné.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Non. Mon corps semblait parfait, sans défaut. Aucune douleur, sans poids.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? Sérénité comme si j’avais été environnée d’eau dans une piscine, mais à l’intérieur et à l’extérieur.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Non

DESCRIPTION DES LIEUX : avez-vous reconnu des lieux familiers ou des lieux relevant d’enseignements religieux connus ou bien avez-vous visité des lieux peuplés de créatures incroyables ou surprenantes ? Non. C’était un endroit par rapport au fait de ne pas être ici et d’exister cependant. La seule chose massive que j’aie vue, c’était le pupitre et le livre. Le tunnel était très réel mais paraissait presque charnel. Il était argenté et pourtant semblait onduler.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. « L’Etre de Lumière » seulement au bout du tunnel.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. « L’Etre de Lumière » ou Dieu.

Avez-vous tenté des expériences pendant que vous étiez hors du corps ou dans un autre état modifié ? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Non. J’ai bien les documents de l’hôpital qui montrent que je suis « morte » trois fois. Deux fois pendant l’opération en urgence.

Avez-vous remarqué la manière dont vos 5 sens fonctionnaient, si oui, en quoi étaient-ils différents ? Je possédais bien la vue, je ne semblais pas avoir le « toucher » bien que/en fait je n’ai rien touché, je n’ai pas senti le vent dans le tunnel, ni la température de l’air. Je n’ai pas essayé de toucher « L’Etre de Lumière », il ne m’a pas touchée non plus. Lorsque j’ai voulu voir ce qui était écrit sur le livre, en y pensant, je me suis retrouvée en train d’avancer dans sa direction, mais j’ai été arrêtée par les pensées de l’être : je ne pouvais lire le livre et repartir.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Je n’avais aucunement conscience de l’écoulement du temps, ni même de son existence. Le fait que l’être ait employé le terme  « repartir »  semblait cependant indiquer l’existence du temps, au moins jusqu’au point où je suis parvenue.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? J’ai compris que l’être savait que j’existais avant d’aller là-bas. Il connaissait mon nom, il m’a dit que le « temps » n’était pas venu, que je devais repartir. Le fait d’avoir vu le « Livre des réponses » indique qu’il existe bien afin que nous le lisions à un moment donné. Personnellement, je suis très contente de savoir qu’il existe ! J’ai fait des rêves prémonitoires, même étant petite fille, mais cela ne concernait rien d’important, juste des évènements normaux. Après l’expérience toutefois, il semble que je ne me sois jamais « déconnectée » de ces états de conscience différents. J’ai donc une existence amplifiée, comme un souvenir !

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Indécise. Il semble que j’aie su que je devais rester près de « L’Etre de Lumière », que j’aie connu l’endroit où je devais regarder dans le livre, ce que je m’apprêtais à faire. Après le tunnel il y avait un espace infini, mais j’ai effectivement ressenti qu’une séparation existait entre nous et l’endroit où se trouvait le livre.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. « L’Etre de Lumière » m’a dit : « Denise, ce n’est pas ton heure. ». Je lui ai dit que je ne voulais pas repartir parce que cela faisait trop mal.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. J’ai ce que ma tante appelle des Révélations. La veille de la première explosion d’une navette spatiale, j’ai eu la vision de quelque chose qui explosait dans l’espace, puis du drapeau des Etats-Unis, j’ai senti que, d’une manière ou d’une autre, cela allait affecter tout les citoyens des Etats-Unis. J’ignorais de quoi il s’agissait, j’ai eu peur que ce soit une bombe ou quelque chose de ce genre. Le lendemain matin, la navette a explosé lors du lancement. Plus tard, j’ai parfois vu les gros titres des journaux. Lorsque j’habitais à Escondido en Californie, dans ma tête je n’arrêtais pas de voir en caractères d’imprimerie les mots : « Tempêtes de feu ». Je les ai notés, j’en ai alors parlé à un ami et à ma fille, car cela ne cessait de m’importuner. Puis, quelques semaines plus tard, nous avons subi dans le secteur de terribles tempêtes de feu, les gros titres des journaux annonçaient : « TEMPETES DE FEU ». Maintenant, ma famille et mes amis sont habitués à ce genre de choses.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Il a été très, très difficile d’apprendre que j’allais rester ici-bas. Je me souviens avoir eu le sentiment que si je me concentrais suffisamment sur mon expérience, que je la revivais ou la ressentais, j’allais tout simplement « repartir ». Ainsi, il m’a fallu de nombreuses années pour que mon esprit soit à nouveau « orienté » vers la terre. Il était difficile de prendre au sérieux quantité de choses, comme le faisaient les autres, particulièrement ceux de mon âge. J’étais très heureuse d’être revenue… au moins après avoir pleinement récupéré, ce qui a nécessité quelques années, mais je savais/sais que la chose la plus importante dans la vie, c’est de bien traiter autrui, d’être une personne bonne, de faire montre d’amour envers les autres. Il semble que ce soit, sinon la seule chose importante, en tout cas la plus importante et de loin. Cela semble nous toucher beaucoup après que nous soyons partis d’ici. Il s’agit de ce que cela nous fait quand nous aimons les autres, que nous apprécions nos vies ici.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Oh, eh bien, je vais à l’église de temps en temps. J’essaie toujours de comprendre pourquoi les gens y vont pour quantité de raisons différentes de sa fonction réelle. Fondamentalement, je pense qu’on devrait l’utiliser pour aider autrui à se sentir aimé et acquérir une estime commune, unifiante de la vie et du fait de vivre. Il semble qu’elle soit plus souvent un facteur de division et qu’on l’utilise dans le but inverse.

En ce qui concerne les relations, je me suis fiancée avec l’agent de service qui travaillait à l’hôpital, j’avais découvert qu’il était resté avec moi nuit après nuit durant les semaines de mon rétablissement là-bas. Plus tard nous avons rompu, il est parti pour une mission mormone et je ne l’ai jamais revu. Il a dit que mon expérience lui avait fait ressentir la nécessité d’accomplir cela.

Quant à ma carrière, je dois dire que j’ai eu des difficultés à la prendre au sérieux. En me réveillant par une belle journée ensoleillée, je me sentais obligée de profiter de ce que Dieu nous avait donné à ressentir, à voir et à apprécier… mais à mesure que le temps est passé, que les exigences et la satisfaction de travailler ont repris le dessus, j’ai appris à mieux me concentrer et à garder les « pieds sur terre ». J’ai ma propre entreprise depuis de nombreuses années maintenant, je suis quasiment sûre que la raison principale, c’est de pouvoir m’accorder la liberté de sortir pour regarder le vol d’un papillon, ou de manger un morceau de chocolat au bureau sans crainte de perdre mon emploi. C’est une chose qui doit vraiment changer, l’idée que les gens ne peuvent travailler que s’ils sont relativement dans des cages mentales. Quand cela a-t-il commencé, je l’ignore, mais c’est vraiment un péché. Les gens doivent vivre et travailler, pas travailler pour vivre. Cette vie sur terre n’a pas été faite pour vivre ainsi que nous le faisons maintenant. Nous avons structuré la vie hors du fait de vivre.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. De nombreuses années se sont écoulées depuis l’expérience, mais je me souviens de m’être rendu compte que j’avais changé de façon durable. Disparue l’ignorance aveugle. A 18 ans cela m’a rendu différente, parfois je me sentais comme étrangère. Avant de vivre une telle expérience on est juste comme ses amis, comme tout le monde. On connaît peu de choses avec certitude. Ensuite, après ce genre d’expérience on sait sans aucun doute ce qu’on fait et dit, la façon dont on vit les choses. Ainsi disparaît tout le plaisir… c’est juste pour rire, mais à 18 ans j’avais parfois cette impression. Cela m’a rendue précocement responsable.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Parfois, en discutant, une personne dit une chose qui amène  cette histoire, généralement  pas en entier, mais des parties que, pour une raison donnée, elle a besoin d’entendre à ce moment là. J’aime quand cela arrive, le partage est incroyable ! C’est arrivé récemment dans une file d’attente à une caisse, J’ai remarqué le sac à main de la dame devant moi, je lui ai dit à quel point il était joli et nous nous sommes mises à discuter. Il n’a pas fallu deux minutes avant que nous parlions d’expériences de mort imminente ! C’était la première fois que cela m’arrivait. Toutes deux, nous nous sommes senties obligées d’en parler, nous avons aussi eu le sentiment de nous reconnaître d’une manière ou d’une autre ! C’était tout à fait passionnant et bizarre à la fois.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Il a été beaucoup plus facile pour moi de faire montre d’amour authentique et de mes sentiments envers ma famille et mes amis. En fait, je me souviens de personnes qui paraissaient gênées par ces démonstrations de chaleur et d’honnêteté. J’ai donc dû me contrôler ! Je me sentais presque « angélique », tellement proche de Dieu, le sentiment de l’expérience était encore en moi, je l’étendais simplement aux autres et cela semblait trop intense.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La pire a été la sensation de perdre le souvenir de ma famille tandis que je passais dans le tunnel. Cela m’a rendue triste. Je ne voudrais pas les oublier, mais c’était peut-être nécessaire pour abandonner cette vie.

La meilleure partie c’est que pour le restant de mon existence ici, je sais que Dieu existe, peut-être pas tel que nous Le représentons au travers des différentes religions, Il est en fait bien plus que cela, de toutes les manières. J’ai aussi réalisé que chacun d’entre nous est ici intentionnellement, pas accidentellement, que chacun joue un rôle qui modèle cette réalité partagée. Lorsque je prie, je sais que ma prière est entendue, toutes les prières le sont. Cette forme de communication est la plus élevée.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Oui. Une autre chose intéressante, c’est que lorsque je suis revenue à mon corps physique (qui était différent de celui qui est resté avec moi), j’ai senti que ma peau était beaucoup trop petite pour moi ! Elle était tendue et rigide. Je la ressentais effectivement. Cette sensation a disparu après quelques jours. Je ne cessais de m’en plaindre auprès des infirmières, du chirurgien, de ma famille. Cela a dû leur paraître bizarre.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire : Je pense qu’il s’agit d’un très bon questionnaire. Il m’a aidé à me souvenir de quantité de choses auxquelles je n’avais pas réfléchi depuis très longtemps, et aussi de les écrire, ce pour quoi je n’étais pas à l’aise au début. Pourtant, après l’avoir fait je me sens mieux à cet égard, je suis aussi heureuse de pouvoir partager cela. Lorsque j’ai vécu cette expérience en 1972, je n’avais jamais entendu quiconque parler d’expériences de mort imminente, de tunnel avec des lumières, de quoi que ce soit de ce genre. La première fois que j’ai lu le récit d’une expérience similaire, c’était dans le Readers Digest de mes parents. J’étais tellement enthousiaste de voir que quelqu’un d’autre connaissait ce que j’avais senti et traversé ! Je ne crois pas qu’à l’époque mes parents aient su ce qu’ils devaient en penser.