NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Margaret C

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J’ai entendu le bruit de l’impact semblable à une explosion, ma fille se trouvait sur le siège passager, ma petite-fille était derrière moi dans un siège enfant. Tout à coup je me suis retrouvée dans une lumière intense, j’avais en moi ce sentiment de paix intérieure totale que nous recherchons tellement dans cette vie. Je ne ressentais ni crainte, ni envie de repartir. On m’a ensuite dit : «  Le bébé ne doit pas mourir. ». J’ai à nouveau refusé de repartir, on m’a répété : « Le bébé ne doit pas mourir. », je me suis soudainement retrouvée dans le siège conducteur de ma voiture. Il m’a fallu beaucoup de temps pour être en mesure de parler de cette expérience. Finalement je l’ai racontée à ma famille, ainsi qu’à l’un de mes thérapeutes, il s’occupe de moi depuis mon dernier accident en 1996, dont je ne me suis pas rétablie. Je souffre de douleurs chroniques, mais quand je désire la paix, je me ramène à la lumière. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. C’était la deuxième fois que je m’arrêtais à un feu rouge et qu’on me percutait par l’arrière. J’ai eu un troisième accident du même genre, mais seul le second m’a fait traverser la lumière.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? J’ignore combien de temps je suis restée inconsciente, je l’ai demandé à ma fille, mais elle est incertaine, elle a dit que j’étais effondrée sur le volant.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. En étant dans cette belle lumière brillante, cette sérénité.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Pas vraiment.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? J’étais dans un tunnel de lumière.

Avez-vous vu une lumière ? Oui

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Indécise. Je n’ai pas vu qui m’a renvoyée. Je ne peux pas expliquer comment nous communiquions. Je ne voulais pas revenir, je l’ai refusé par deux fois ; juste après la deuxième fois je me suis retrouvée dans la voiture.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. J’étais dans un tunnel de lumière, une lumière magnifique.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. Je ne voulais pas repartir, mais on m’a dit que je le devais.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Pour le moment je ne suis pas prête à en parler.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je suis devenue meilleure, plus généreuse, je plaisante toujours sur le fait de ne pas perdre mes bons-points.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. A très peu de gens, c’est très difficile de transmettre cela aux autres.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Difficile à décrire.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? Il n’y a pas de pire.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Je pense avoir dit ce qui s’est passé du mieux possible.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire : Tout ce que je sais, c’est que je me trouvais dans ce magnifique et paisible tunnel de lumière, le bébé (ma petite-fille) ne devait pas mourir, j’ai par conséquent été renvoyée. A aucun moment il n’a été fait mention de son nom, ni du fait qu’il s’agit de ma petite-fille, seulement du « bébé qui ne doit pas mourir».