NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Maggie S

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J’étais à l’hôpital, mais j’ignorais à quel endroit, je souffrais beaucoup, à tel point que j’avais la sensation de ne plus pouvoir le supporter. J’ai regardé autour de moi et j’ai eu l’impression de me trouver dans un genre de vaisseau spatial, tout était inox et blanc. J’ai cru avoir été enlevée (par des extra-terrestres peut-être ? Mais j’ai réalisé qu’il ne s’agissait que de mon propre souhait. J’ai toujours voulu qu’on m’emmène dans un vaisseau spatial pour visiter une autre planète.). Je ne voulais pas mourir, je souhaite encore faire tant de choses.

Je ne voulais pas mourir, mais je savais que je ne pouvais plus supporter la douleur. Puis j’ai eu l’impression d’être transportée ailleurs. Je ne me souviens ni d’une lumière blanche, ni d’un tunnel, ni de rien de tel. Par contre il y avait une grande prairie avec de l’herbe verte et des fleurs roses, violettes et jaunes. Ma mère était à droite près d’un banc, un peu comme le banc d’un parc sur lequel on peut s’asseoir pour se reposer, elle était en train de planter de grandes plantes au bout du banc, des tigridia oranges. J’ai essayé de capter son attention, mais elle ne m’a pas regardée. Je l’ai appelée sans cesse, mais elle ne faisait pas du tout attention à moi. C’était comme si elle ne me voyait ou ne m’entendait pas. Pour une raison que j’ignore cela m’a beaucoup apaisée. J’ai donc continué.

Plus loin, à ma gauche sur une colline, se trouvait mon meilleur ami Buddy, il s’est suicidé il y a quelques années. Il regardait vers l’ouest, à l’opposée de ma mère. Il avait l’air de fumer la pipe, mais il n’a jamais fumé, je sais donc qu’il ne fumait pas. Je me suis alors rendu compte que ce n’était pas mon ami Buddy, mais Alfred Hitchcock. Celui-ci m’a jeté un regard réprobateur et s’est éloigné de l’endroit où je me trouvais. J’étais tellement fatiguée après cette expérience que je me suis endormie où j’étais, dans un lit d’oreillers pelucheux très doux. Je croyais toujours que j’allais mourir et que je devais attendre. J’ignore ce que j’attendais, mais je devais attendre. J’ai donc dormi en attendant. Je ne souffrais pas et j’avais le cœur soulagé, comme si je n’avais pas besoin de m’inquiéter de tout cela finalement. Quand je me suis réveillée, j’ai eu l’impression d’être emportée dans un souffle depuis l’endroit où j’étais. J’étais toujours en vie, souffrant énormément, 3 de mes amis me regardaient en souriant ! C’était Guy, Sandy et Emily. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Indécise. Je n’ai aucune idée des traitements pour l’opération à cœur ouvert ou l’infection pulmonaire. Toutefois je n’étais pas traitée très lourdement, je ressentais en effet beaucoup de douleur. Mon médecin ne voulait pas me « bourrer de drogue ».

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. Il s’est produit une partie dont je ne me rappelle toujours pas. Je crois que je n’ai pas cessé de parler à Dieu, lui disant que je ne voulais pas mourir déjà. Je n’arrêtais pas de demander à quelqu’un de le lui dire. Mais je ne voyais personne, pas à côté de moi, sauf ma mère et Buddy, ceux-ci ne m’ont pas regardée.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation mettant votre vie en danger ? Indécise. Je ne sais pas à quel point. La crise cardiaque a endommagé le cœur plus gravement que ne l’avait cru mon médecin, 60% des tissus sont lésés. Il a dit qu’à cause de cela et de l’infection pulmonaire, il craignait que je ne puisse pas me rétablir.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Je ne me maîtrisais pas, ce qui n’est pas très confortable. Mais la douleur avait cessé et j’en étais reconnaissante.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. Cela semblait très réel.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Non

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Des oiseaux chantaient au loin je crois. Pas d’autre bruit.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Indécise. Je ne pense pas.

Avez-vous vu une lumière ? Indécise. Pas de lumière brillante, c’était l’après-midi, la lumière de l’après-midi.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Voir plus haut. J’ai vu ma mère et mon ami Buddy. Aucune autre personne. J’ai par contre entendu murmurer en arrière plan.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non. Je me souviens vaguement que j’aurais souhaité voir mon fils avant l’opération.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. La prairie, belle et sécurisante.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. L’espace et le temps étaient tous deux différents, comme suspendus…

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Non. Si ce n’est que j’ai pensé que Dieu m’entendait quand je lui demandais de me laisser vivre plus de temps.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. Mais je ne peux bien l’expliquer. Je n’ai pas été autorisée à entrer dans la prairie. J’étais à l’extérieur, même s’il n’y avait aucune barrière visible.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non. C’était comme si l’avenir n’existait plus.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Non. Tout à coup j’ai totalement perdu connaissance. Je suis restée totalement inconsciente quelque temps.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Non. J’ai bien senti qu’on m’enlevait un énorme poids, ce n’était pas ma faute si maman et Buddy sont morts, je n’avais pas causé leur décès, je n’aurais pu empêcher la mort d’aucun d’eux. J’ai profondément compris que si je n’arrêtais pas de me reprocher leur mort, de porter leur deuil, alors j’allais mourir. Je n’étais pas suffisamment forte pour endurer la douleur de mon chagrin.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. J’ai abandonné mon chagrin. Ce fut un tel soulagement. C’était tellement bon !!! J’ai également cessé de fumer à cette époque, je n’ai ressenti aucun manque.

Cela m’a fait croire davantage en Dieu.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Je pense que je me suis rendu compte que la mort est réelle, qu’elle peut survenir, qu’elle peut arriver soudainement, peu importe l’état de santé. J’apprécie davantage chacun et chaque chose maintenant. Je suis quotidiennement consciente de la vie et j’en profite, j’essaie également de rendre la vie des autres plus facile.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je suis beaucoup plus heureuse. Je me suis remariée depuis, cela me semble irréel parfois, comme si on m’avait accordé une nouvelle vie. Je sais que ce n’est pas vrai, mais c’est ainsi que je le ressens.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Je l’ai racontée à ma sœur. Je crois que j’en ai en partie parlé à mon mari, je l’ai fait pour mes enfants. Aucun ne veut réellement savoir, personne ne veut m’entendre parler de la mort. Cela les gêne.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Soulagement, grand soulagement.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure c’est que chaque jour je suis très reconnaissante d’être en vie. La pire ? Je ne pense pas qu’il y en ait. Bien sûr j’aurais voulu n’avoir ni crise cardiaque, ni opération, je déteste cela. Mais c’est arrivé. Je suis très heureuse d’avoir arrêté de fumer, j’avais en effet prié Dieu encore et encore de m’aider à cesser de fumer. C’était devenu un handicap social dans ma vie…

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Je pense qu’il existe un endroit où l’on va après la mort, ou peut-être davantage qu’un seul endroit. Je ne pense pas que ce que j’ai vu soit le paradis. Mais ce n’était pas sur terre non plus, pas telle que je la connais.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non. Etonnamment je prends peu de médicaments. Je dois en prendre un pour le cœur lorsque celui-ci me fait mal. Cela arrive quand je me surmène, j’essaie de faire trop de choses.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. C’est plus exhaustif que je ne le pensais.

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire : Pour le moment je ne vois rien ! Bonne chance pour votre travail. J’ignore dans quel état de conscience je me trouvais à ce moment là, je me sentais effectivement séparée de mon corps. J’ai aperçu mon corps endormi, mais je n’ai pas pris la peine de le regarder. Je voulais demander à Dieu de ne pas mourir. Bizarre, hein !