NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Lynne

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Je me souviens d’avoir été allongée sur une table blanche et froide dans une salle d’opération. Ma mère était là, en compagnie du médecin et d’une infirmière. Je me rappelle que le médecin a dit que j’étais morte. Je me trouvais au dessus de tout cela, observant l’ensemble. Ma mère a répondu qu’elle en était contente (plus de 30 ans après, je l’ai confrontée à cette version, elle est devenue blanche comme un linge). Je suis ensuite allée dans un tunnel chaud, très brillant (comme une aurore boréale), j’ai été Accueillie par une personne assise sur une chaise. C’était si paisible, tellement merveilleux. Je n’avais plus mal, je pouvais courir, respirer, j’ai adoré. Cette âme m’a dit que je devais retourner sur terre pour enseigner aux autres. Je ne voulais pas repartir, je voulais rester.

Plus tard dans la semaine, j’ai lu mon épitaphe. Ma mort était prévue parce que j’étais très atteinte par l’asthme depuis de nombreuses années.

Je me demande si la petite cicatrice au dessous du sein gauche a quelque chose à voir avec un protocole que les médecins auraient pratiqué pour me ramener à la vie. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Aucune idée, je n’avais que huit ans.

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. J’avais de l’asthme, j’ai passé la majeure partie de mon enfance sous une tente à oxygène.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Très lucide

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Mon esprit flottait au dessus, je regardais mon corps en bas.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Non

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Oui. Le tunnel était brillamment éclairé, il chatoyait comme une aurore boréale ; tons bleus, jaunes chauds.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Voir N° 9

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Je n’ai aucune idée de qui il s’agissait, si ce n’est une âme incroyablement aimante. Une paix et un amour stupéfiants en émanaient, il a dit que je devais repartir parce que je devais enseigner certaines choses. J’ai répondu que je n’avais que HUIT ans, qu’on me laisse tranquille, que je puisse RESTER !!

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. J’ai entendu ma mère dire qu’elle souhaitait ma mort. Environ 30 ans plus tard, je l’ai vérifié avec elle. Elle est devenue blanche comme un linge et m’a répondu : « Tu as entendu ! ». Mais voyez-vous, elle n’a jamais dit qu’elle était désolée d’avoir proféré ces paroles blessantes, JAMAIS je ne pourrais envisager de dire cela à mes enfants.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Je savais que c’était à des « années lumière » du « temps ».

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. On m’a juste dit qu’il me fallait enseigner certaines choses aux autres. J’imagine que c’est la vérité, au fil des années en effet, de nombreuses personnes m’ont déclaré que je leur avais appris des choses (mais généralement celles qu’elles étaient censées apprendre, renâclant et protestant sans cesse). Je semble être un catalyseur de changement.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. On m’a fait réintégrer mon corps et j’étais en colère. Pourquoi devais-je retourner sur terre alors que je n’y étais pas désirée ?

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Je suis hypersensible en ce qui concerne les gens, je ressens trop nettement leurs émotions. Quand je travaillais, j’ai éprouvé le besoin de « rentrer dans ma carapace », sinon c’était insupportable pour moi. J’avais l’impression d’être écorchée. Il semble que j’aie une capacité à soigner. Je suis aussi du genre prolifique – je suis tombée enceinte contre toute attente, pourtant je prenais la pilule… vraiment efficace ! Il semble également que je possède un corps hypersensible.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je crois en Dieu, pas en la religion.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Mes relations, avec mes enfants elles sont fantastiques ; avec mon mari, oubliez ! je ne sais tout simplement pas comment il faut s’y prendre. Je ne sais pas jouer mon rôle dans ce monde, dans la vie quotidienne, j’ai détesté la routine du travail. Je suis inadaptée, incapable de mentir, je ne pouvais donc pas cadrer avec une structure d’entreprise.

Pratiques religieuses : j’aurais dû être bouddhiste ou quelque chose de ce genre, il est en effet certain que je ne crois pas au Christianisme tel qu’il est enseigné. On y prêche la haine, les Ecritures ont été interprétées totalement à tort.

Choix de carrière : initialement je désirais ardemment devenir kinésithérapeute pour enfants à l’hôpital pédiatrique de Toronto. J’aurais aimé être en mesure de réaliser ce rêve, je crois en effet beaucoup au contact thérapeutique.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je pense que d’une certaine manière cette expérience a recâblé mon cerveau et mon corps. Je suis tout simplement différente de mes frères et sœurs, ou de qui que ce soit dans mon entourage. Mon cerveau passe directement à la conclusion en sautant la partie intermédiaire. Je possède la bonne réponse à une question, mais je suis incapable de dire comment je l’ai découverte. Avec mon frère nous avions un jeu : il pensait à un nombre et je le devinais. Quand j’étais à l’hôpital, je mettais mon corps en état d’hibernation. C’était amusant, parce que l’infirmière me prenait la pression artérielle et je la faisais baisser, elle ne parvenait pas à obtenir de résultat, elle se précipitait dans le couloir pour aller chercher le médecin, quand ils arrivaient, je me moquais d’eux. Eh ! J’étais une enfant, quand on est gamin on fait des choses puériles, on veut rester petit pour s’amuser.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Je fais très attention à qui je la raconte. Bizarrement, je ne l’ai jamais racontée étant enfant. D’une manière ou d’une autre, je savais qu’il était dangereux de le faire. Par ailleurs, je pense qu’il ne s’agissait pas de ma première EMI. Je crois en avoir vécu une autre alors que j’étais bien plus jeune. J’ai fait beaucoup de fortes fièvres étant petite, on me roulait dehors dans la neige pour me refroidir.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Je ne m’en souviens pas, j’étais seulement occupée à survivre à mes parents.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure a été de connaître et de ressentir l’amour, la chaleur et l’absence de douleur. Il n’y a pas eu de mauvaise partie.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Plus tard, à l’adolescence, j’ai essayé de la recréer avec une tentative de suicide. Je n’ai pas vécu de répétition de l’EMI, j’étais très déçue.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non