NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Lucie C

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J'étais sur mon lit, dans ma chambre chez ma grand-mère. J'ai aspiré du spray pour la gorge pour soigner mon rhume, sauf que j'ai dirigé le gaz vers mes voies respiratoires et j'ai inspiré ce gaz. Je n'ai pas compris ce qui m'arrivait, mais brusquement tout s'est bloqué, je ne pouvais pas respirer, et un gros râle sortit de ma gorge au lieu d'expirer l'air normalement. Mes voies respiratoires étaient obstruées complètement, plus rien ne pouvait passer. J'ai paniqué. Au bout de 2 gros râles, je ne contrôle plus mon corps, c'est la panique totale, mes mains cherchent de l'aide, je regarde tout autour de moi pour trouver une solution, tout en suffoquant. Je suis chez ma grand-mère, je pourrais lui demander de l'aide, mais j'ai la présence d'esprit de ne pas la réveiller (il est 1h du matin) parce que si elle me voit comme ça, elle pourrait faire un arrêt cardiaque, elle est âgée... La panique augmente quand je sens l'étau autour de ma gorge se resserrer, comme si quelqu'un cherchait à m'étrangler, et j'ai des spasmes, comme si j'allais vomir sauf que rien ne peut sortir, tout est bloqué, toujours. Je me débats entre les spasmes de mon estomac et les râles bruyants. Au bout d'un moment (peut-être quelques secondes, mais qui me paraissent une éternité), je vois mon corps se lever, je n'ai plus aucun contrôle dessus, tandis que ma conscience cherche en vain à trouver une solution.

Mon corps se met à courir dans tous les sens, sort de ma chambre, va dans le salon, tourne autour de la table et mes bras cherchent quelque chose pour s'accrocher, quelque chose à quoi s'agripper pour ne pas sombrer ou quitter la Terre... Puis il (toujours mon corps, sans le contrôle de mon cerveau) retourne instinctivement dans ma chambre et je m'écroule, soudain prise d'une énorme fatigue à force de lutter. J'étouffe toujours, mais ma conscience s'éloigne de cette souffrance et de ce combat pour faire comme un bilan de ma vie, je visualise des images de façon extrêmement rapide un peu à la manière des images qui passent du coq à l'âne dans mes rêves la nuit, mais que seul mon cerveau comprend parce qu'il n'a pas besoin de tout détailler pour faire le lien, seules quelques images suffisent... Je ressens toutes les émotions de mon enfance à une vitesse incroyable, ça doit faire une minute à peu près que je m'étouffe complètement. Et là, j'ai conscience que je suis victime d'une décision supérieure, qu'une présence comme divine, une supériorité a ma vie entre les mains, et donc que je vais mourir. J'en ai conscience, et je n'ai plus peur. La première pensée en réalisant que je vais mourir, c'est le regret :

Le regret de ne pas avoir dit au revoir à ma famille, le regret de n'avoir rien vécu à 19 ans, un sentiment d'une injustice par rapport à ça, comme d'en vouloir à cette supériorité de m'arracher à la vie, moi qui ne faisait que la commencer, de me dire que jamais je ne me serais douté que ma vie s'arrêterait si tôt et que je ne laisserais aucune trace. Le regret de ne pas avoir aimé, de n'avoir pas été aimée par un garçon comme je rêvais de l'être, de ne pas avoir eu d'enfant, puis, un autre sentiment... La honte pudique: je me suis vue morte étendue dans la chambre, le visage défiguré par la douleur, et je me suis imaginée la personne découvrant mon corps. Je me suis dit que l'état de mort était vraiment intime, c'est comme si j'étais nue et qu'on me voyait sans que je ne puisse me cacher. Puis dernier sentiment: une soudaine plénitude, j'ai oublié que je souffrais, je n'entendais plus mes râles, ma conscience était comme attirée par autre chose : j'expliquerais ça par le mot lumière, mais c'en était pas vraiment une, je sais que c'était quelque chose au-dessus de moi, comme supérieur, quelque chose de rassurant, d'Accueillant, comme une proposition de mettre fin à mes souffrances gentiment et sans arrière pensée. J'avais déjà un pied dans ce monde : ma conscience y était, suffisait que je mette l'autre pas, et mon corps y serait... Au bout d'un moment, la question ne se posait même plus car mon corps n'avait plus aucune force. Je n'ai plus peur et j'accepte et le mot est fort, car c'est ce qui m'a rendu la vie sauve : J'ACCEPTE de MOURIR. Et c'est au moment de cette acceptation, qui m'a rendue calme et apaisée soudainement, que mon oedème se dégonfle brusquement, et que l'air entre à nouveau dans mes poumons. A ce moment, je suis comme propulsée hors de cet état de plénitude, ma conscience rejoint mon corps immédiatement, et je redeviens moi. Pendant quelques secondes, je sais que j'ai flirté avec la mort et qu'elle est plutôt agréable, je n'en ai pas peur... Puis l'humain reprend le dessus, et la peur de la mort revient. Cependant, j'ai beaucoup moins peur de la mort aujourd'hui après avoir vécu ça, ce dont j'ai le plus peur, c'est de l'état de souffrance précédant la mort...

Je vis les choses plus intensément depuis cet épisode, je le sens comme un message que la vie peut être emportée n'importe quand et qu'il faut en faire quelque chose pour ne pas avoir de regret le jour de sa mort...

J'ai mûri extrêmement vite, j'ai 25 ans, mais les gens me pensent souvent beaucoup plus âgée moralement parlant, j'ai acquis comme une sagesse, et une sensibilité extrême envers autrui. Comme une capacité d'analyse extrêmement rapide sur la nature des gens...

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire en mots?       Oui    

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie? Oui

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? Au moment où je savais que j'allais mourir, j'avais conscience de tout : de ma condition physique et psychologique, de ce qui allait se passer pour les autres, de ma vie passée, et de la plénitude qui s'offrait à présent à moi...

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours? Plus de conscience et de vigilance qu’en temps normal.

Si votre niveau de conscience et de vigilance le plus élevé, durant l’expérience, était différent de votre niveau normal de conscience et de vigilance de tous les jours, veuillez expliquer s’il vous plaît : Mon cerveau (ou ma conscience) fonctionnait extrêmement rapidement, comme l'inconscient dans les rêves... J'avais soudainement comme une intelligence supérieure à d'habitude, et aussi une sagesse digne des vieilles personnes, que j'ai ensuite cultivée 3 ans plus tard, et qui m'a aidée à me sortir d'une dépression.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours?   Oui     Je me souviens plus de mes pensées intérieures que de ce que je voyais concrètement, j'avais l'impression de voir des choses différentes que le sol sous mes yeux, j'étais comme dans une bulle.

Votre audition différait-elle de manière quelconque de votre audition normale?
            Non      

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps?         Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience? Panique au début, puis quand j'ai pris conscience de ma mort proche, comme une attirance, pas peur du tout, calme, bien-être total...

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace ferméNon       J'ai repris conscience avant...

Avez-vous vu une lumière? Oui     Mais le terme lumière est incorrect, il est juste là pour décrire avec des mots l'ineffable, c'était plus comme une présence divine, une supériorité...Notre culture donne au mot "lumière" ce sens là quelque part, donc ce serait plus pour mettre en mot cette sensation.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres?   Non      

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie?      Oui     Je ne me souviens pas avoir appris une chose que j'ignorais précédemment, d'autant que j'ai voulu occulter tout ça après l'avoir expérimenté. Mais j'ai appris à vivre intensément, à prendre des risques dans ma vie pour ne rien avoir à regretter, à apprécier et aimer mes proches, à pardonner plus vite, à reconnaître mes erreurs, j'ai mûri plus vite que la normale, j'ai développé un intérêt pour autrui, une volonté d'aider les gens qui vont mal, comme une mission de "sauveur" en moi...

Ce que j'ai vu de ma vie était à la fois chargé en émotion et trop court car ma vie n'était pas longue jusqu'à 19 ans, donc le fait d'en avoir si rapidement fait le tour m'a fait réaliser que la vie est un cadeau et qu'il faut savoir en faire quelque chose de beau...

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ?       Non      

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui            Comme un tapis de feuilles mortes, et des arbres illuminés par des rayons de soleil.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps?        Oui     Le temps parait plus long qu'il n'est en réalité puisque j'ai eu le temps de penser à tout ce que j'ai décrit plus haut, mais en même temps accéléré puisque j'ai pu avoir toutes ses pensées et l'espace n'est absolument pas perçu par le corps, tout est intérieur.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui     Je me dis que ce n'est pas anodin, que cette expérience je l'ai vécue pour apprendre à VIVRE, parce qu'à l'époque je déprimais, j'étais paresseuse, je gaspillais le temps... J'étais solitaire. Depuis, je m'intéresse aux autres, et j'aspire à profiter de la vie qu'on m'a donnée, je me sens en connexion avec l'univers, je m'intéresse au bouddhisme, et on m'a dit plusieurs fois que j'étais sûrement une vieille âme proche du Nirvana, parce que j'ai acquis une certaine sagesse philosophique.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation?          Oui     Une limite pas concrète, mais ressentie. J'avais comme un pied dans un monde et l'autre dans le monde des vivants... Je savais qu'en mettant l'autre pied, je mettrais fin à mon combat pour la vie, et que je serais enfin bien et sans souffrance...

Avez-vous eu conscience d’évènements à venir ?  Non           

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ?     Non      

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ?        Oui     J'ai attendu UN AN avant d'en parler à ma mère, qui m'a reproché de ne pas lui en avoir parlé. Puis à mon père qui m'a dit que c'était un oedème de Quincke et que j'aurais pu "crever"(dit sans émotion) puis à ma grand-mère qui a trouvé stupide que je ne l'alerte pas. Et ensuite à des amis qui ont été impressionnés par ce que j'ai vécu, certains ont eu peur, d'autres m'ont dit que ce n'était pas la première fois qu'ils entendaient parler d'un flirt avec la mort... Certains autres trouvent ça rassurant.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non      

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu ? Je savais au fond de moi qu'elle avait eu lieu, mais je ne VOULAIS PAS l'accepter, comme un déni, quelque chose qui m'a traumatisée sur le coup et que je voulais à tout prix oublier. J'ai d'ailleurs gardé ça pour moi pendant un an.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience:           Cette expérience était absolument réelle. J'ai passé le cap du traumatisme et j'arrive aujourd'hui à en parler avec sérénité et même beaucoup d'intérêt, j'ai presque l'impression d'avoir été privilégiée.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Indécise     Je ne sais pas si c'est cette expérience précisément ou si ce sont les expériences de ma vie qui ont suivi, mais mes relations sont devenues beaucoup plus intéressantes, profondes, intellectuelles, sensibles, sincères, et j'ai développé une capacité à faire le tri des bonnes personnes, à sentir les gens...

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Indécise      Toujours pareil, je ne sais pas si c'est en lien, mais je me dirige aujourd'hui vers le bouddhisme alors que je suis juive (non pratiquante) à la base.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non              

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui