NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

Lori E Expérience Spirituellement Transformatrice /Décorporation spirituelle

Témoignages d’EMI
Partagez votre EMI

DESCRIPTION DE L'EXPERIENCE :

J’étais allongée sur mon lit. Ma chambre était dans l’obscurité bien qu’il ne fut pas très tard. J’entendais la télé que ma famille regardait dans le salon, ce dernier se trouvant à côté de ma porte de chambre. Je n’étais ni endormie, ni totalement éveillée non-plus. En fait j’étais en train d’entrer en moi-même, réfléchissant à ce qui se passe réellement quand on meurt, mes croyances étaient-elles exactes ? J’ai toujours été de ceux qui se posent des questions sur tout dans la vie. Du genre qui doit faire l’expérience des choses pour y croire. La foi n’a jamais été mon fort. Je suis toujours demeurée dans mes pensées, réfléchissant à tout. Même si tout au long de ma vie j’ai toujours eu de l’intuition, voyant depuis un très jeune âge des choses que la plupart des gens ne voient pas. J’ai toujours tout remis en question. J’ai toujours cherché à valider mes sensations, mes émotions. Même lorsque ces sentiments semblaient plus vastes que l’intégralité de moi-même, je continuais à chercher.  

Tout à coup, j’ai vu un point de lumière dans l’angle gauche de la chambre. J’étais tellement surprise, stupéfaite ! Je me rappelle m’être dit : « Ce n’était pas là il y a une seconde ! Qu’est-ce que c’est ? ». Puis j’ai ressenti une traction vers le haut, une délivrance. J’ai compris que mon corps physique était resté sur le lit en-dessous de moi. Dès que j’ai identifié la lumière, je me suis retrouvée dedans. Je suis incapable de décrire en mots les couleurs que j’ai vues. Des rouges, des verts, des violets, des bleus que je n’avais jamais vus avant. Ces couleurs étaient elles-mêmes vivantes. Elles étaient tout autour de moi, comme si je m’étais trouvée dans un genre de trou de vers. J’ai ressenti une présence m’environner à la façon d’un tunnel, le tourbillon des couleurs et des lumières était stupéfiant. « Stupéfiant » n’est même pas un bon qualificatif, mais il n’existe aucun autre mot que je pourrais utiliser. « Vigilance-vitale », conviendrait probablement. En fait c’était exactement ça. J’étais entraînée vers le haut et vers l’extérieur en même temps. J’avais conservé ma capacité à réfléchir habituelle, je continuais effectivement mon monologue intérieur. Je ne voyais ni mes mains, ni mes pieds, j’avais seulement la sensation d’être une entité d’énergie pulsatile, flottant alentour. C’était comme se trouver sur une luge aquatique, glissant toutefois vers le haut et non pas vers le bas. 

Ensuite, j’ai été projetée hors du tunnel, je me suis retrouvée sur une ceinture de ce qui paraissait être des étoiles, à la fois au-dessus et en-dessous de moi. Je n’étais pas, à proprement parler, « immergée » dans ces étoiles, car elles n’étaient pas proches au point de les toucher. Toutefois, elles étaient partout dessus et dessous. Il m’a fallu une seconde. J’ai essayé de me vider l’esprit de toute pensée. Juste à ce moment-là, j’ai repéré un espace devant moi. Cela ressemblait à un genre de couloir. Avant d’avoir fini de me demander ce dont il s’agissait, je m’y suis retrouvée! Boum !  J’étais pile dedans ! J’ai vu une lumière étincelante à l’extrémité du couloir.  J’ai délibérément évité de souhaiter aller au bout du couloir, car franchement, je voulais rester là où je me trouvais. Je savais que si j’y pensais, j’allais me retrouver là-bas, au bout, immédiatement.  Quoi que ce fut (« couloir » n’étant peut-être pas le meilleur terme), c’était lumineux en soi. J’étais vraiment à l’intérieur de quelque chose.  J’ai vu que c’était translucide également, j’imagine que la meilleure analogie serait un hologramme. 

A ma gauche, il y avait ma vie. Je la voyais ! Je me voyais ! J’ai vu et ressenti tous mes choix de ma vie actuelle. Il n’y avait absolument AUCUN jugement sur ma vie. Aucun. Je ne la jugeais pas, je me contentais de la voir. A droite c’était sombre, obscurci. J’avais la « sensation » que la partie droite était réservée au temps où je serai effectivement morte. J’aurai alors accès à ses secrets. Elle contenait toutes les possibilités, sous tous les angles de toutes les décisions que j’avais prises, se déroulant dans différents mondes. Comme si, par exemple, je n’avais pas décidé de me marier au moment où je l’ai fait. Ce qu’aurait été ma vie, qui était effectivement visualisée, mais pas de manière physique. Encore une fois, c’était représenté. Il s’agissait de toutes les « possibilités » de la vie. J’ai demandé, en pensée ou en émotion (pas oralement), pourquoi je me trouvais là. Une voix m’a répondu que c’était à ma demande. Je connaissais cette voix. Elle était réconfortante, familière, pourtant je savais qu’il s’agissait de Dieu. Comment était-ce possible ?  

J’ai immédiatement demandé à la voix pourquoi elle était féminine. Je m’étais toujours imaginé que « Dieu » était masculin. Je m’étais attendu à être Accueillie par une voix masculine. Ce fut un choc d’entendre/de sentir que j’avais choisi cette voix car… c’était la MIENNE ! C’était MA voix ! J’ai soudain compris que je faisais partie de l’univers ! Je n’étais pas un être, projeté dans un monde et distinct de Dieu, en quelque sorte j’étais Dieu. Je faisais partie de l’univers, ou quel que soit le nom qu’on lui donne. J’ai compris exactement à ce moment-là que nous faisons tous partie de cette force vitale. Elle englobait tout, partout autour de moi. J’avais la sensation d’être un ballon que l’on gonfle, se dilatant puis se contractant. J’étais libre et pourtant liée à cette voix. Cette voix était une strate, une strate d’un milliard d’autres âmes qui parlaient. Je suis incapable de décrire cela, je savais que je n’étais pas seule là-bas, j’ai effectivement senti et vu un milliard d’âmes lumineuses derrière une substance brumeuse, presque comme un voile, devant moi. Les sentiments d’amour et d’espoir m’ont rendue frénétique. De la part de chacune de ces autres âmes, je ressentais la compassion et l’amour à mon égard. C’était la plus extraordinaire et bouleversante des choses. 

J’entendais les pensées de chacune, ce n’était pourtant pas la cacophonie, mais comme une voix intérieure, c’était l’intégralité des pensées et toutes étaient compréhensibles. Je savais que les images que je ne pouvais voir sur la droite représentaient également toutes les vies que je vivais, toutes simultanément ! Cela m’était totalement étranger, j’avais en effet toujours cru en la réincarnation et en des « vies antérieures », pas en des vies simultanées. J’ignorais même que cela soit possible. Maintenant je sais que ça l’est. Pourquoi vivrait-on des vies simultanées ? Le but n’est-il pas d’évoluer au long de chaque vie, de vivre et d’apprendre à mieux faire pour la fois suivante? A l’évidence pas tout à fait. J’ai eu la nette impression que l’on vit des vies afin d’élever la conscience. En élevant les vibrations autour de nous, nous avons modifié la terre, changé l’expérience de la vie. 

Je me sentais tellement en sécurité, en plénitude. Il devenait visible à quel point je m’étais sentie fractionnée, combien je m’étais sentie distincte. Même si j’avais toujours su qu’en tant que personne nous sommes liés, j’ignorais que nous étions tous la MEME. Nous possédons tous la même connaissance en nous-même. J’ai progressé vers le bout du couloir, en direction de la brume et des magnifiques lumières. J’ai remarqué un de mes anciens petits-amis, il tenait des fleurs roses et blanches. Il s’est déplacé de l’extérieur vers moi. Je ressentais son amour et j’étais stupéfaite de le voir là. J’ignorais son décès quelques années auparavant. Je n’en avais pas la moindre idée. J’avais souvent pensé à lui, il me manquait, un amour d’adolescence que je n’avais pas revu depuis des années. Je l’ai remercié d’être là. Je me suis retournée vers la droite et j’ai vu la mère de mon beau-père de l’époque. Elle tendait les bras vers moi. Je ne l’ai pas connue dans la vie « réelle » car elle est morte bien avant. Elle avait la même apparence qu’au temps de son décès. Cheveux blancs, beau sourire. Je lui ai demandé pourquoi elle avait toujours l’air aussi âgée (encore une fois mes remises en cause) ? Elle s’est alors transformée en une jolie jeune fille. Elle m’a dit que sa forme dépendait de sa propre volonté. Elle pouvait devenir tout et n’importe quoi. Je l’ai remerciée d’être là également, j’ai toutefois demandé pourquoi mon propre grand-père n’était pas présent. Elle a déclaré qu’il était très occupé, mais qu’il était toujours là, toujours autour de moi car nous faisons tous partie de la même source d’énergie. 

On m’a tendu un crayon de couleur orange. Oui, oui, un crayon ! On m’a dit que je devais abandonner toutes mes peurs, on m’a demandé de les écrire dans l’air. C’est ce que j’ai fait. Mot pour mot je me suis mise à écrire : « peur, amours perdues, frustration, haine, indignité » tous mes sentiments douloureux envers moi-même et les autres. On m’a dit de les laisser partir. Alors que j’étais en train d’écrire, le haut de la liste s’est effacé, comme un genre de défilement. J’éprouvais un sentiment incroyable, j’avais l’impression d’être parfaite, comme si tout était comme il convient. Chaque pièce du puzzle était à sa place. J’avais connaissance de choses au-delà de ma propre conscience, comme s’il me suffisait de me concentrer dessus car elles étaient déjà là, je devais juste les laisser entrer dans mon champ de vision. Tout ce que je pourrais souhaiter était disponible. Il me suffisait de le laisser venir, de le voir. Un peu comme lorsqu’on perd quelque chose. On revient en arrière et on regarde encore et encore aux mêmes endroits. Tout à coup, la dixième fois, on ouvre le tiroir et on voit l’objet perdu ! Il n’est pas arrivé là par magie, il a toujours été là, on ne l’avait tout simplement pas vu. Alors j’ai vu !! C’était la loi de la manifestation juste devant moi. Comment tout est là et qu’il me suffit de laisser venir. En me débarrassant de toute cette peur et de tous les sentiments qu’elle a créés, je pouvais sans effort le laisser apparaître dans mon champ de vision. Cela m’appartenait déjà, il me fallait seulement le voir. 

Je voulais passer derrière le voile, j’en ai eu la pensée, m’attendant plus ou moins à y être aspirée, mais ce ne fut pas le cas. On m’a dit que je ne pouvais pas encore pénétrer dans ce monde, j’étais requise dans mon corps, ce qui se trouve derrière le voile est réservé au moment où la vie prend fin sur terre. J’ai demandé à quoi cela ressemblait, on m’a dit ou plutôt fait ressentir, que tout est paix, amour et compréhension. J’avais compris que les pensées créent les formes. Je me suis donc imaginée dans une immense et splendide demeure. Ce fut étrange car j’ai effectivement ressenti mon propre ego. Je n’avais jamais senti mon ego distinct de moi-même. Il voulait une grande maison sophistiquée, mais là-bas, toutes les autres âmes n’avaient aucun besoin d’une immense maison. Toutes créaient pour elles-mêmes quelque chose de curatif, j’ai compris que derrière ce voile attendaient la guérison, l’amour, la compréhension. Le tout, sans ego ni jugement. J’ai su que j’étais seule à me juger. Je jugeais même ma maison ! L’ego ne fait pas partie de l’au-delà. J’ai ressenti une traction au centre de mon être, j’ai compris que le temps qui me restait là-bas était très limité. Je ne voulais pas partir. Je ressentais une trop grande plénitude, je me sentais aimée… aimée !!! Un amour authentique, pas celui saupoudré de jugement et de mise à l’épreuve, je faisais partie de quelque chose, je n’étais pas différente, j’étais la même. J’ai demandé (avec mes émotions) si on voulait bien m’autoriser à jeter un bref coup d’œil pour voir à quoi cela ressemblera lorsque mon heure sera venue. 

Tout à coup, sans préavis, j’ai entendu et ressenti la plus bruyante des fêtes ! J’ai senti et vu mes parents, mes amis et un million d’autres êtres qui m’applaudissaient, m’Accueillant pour mon retour chez moi. J’ai vu la lumière la plus brillante de toute ma vie. C’était comme un  chaud sirop emplissant la moindre parcelle de mon être. La lumière était amour, amour pur. C’était tellement fantastique que je pleure au simple fait de l’écrire. J’étais souhaitée, j’étais aimée, j’étais nécessaire, j’avais le sentiment qu’une place m’attendait et qu’il en serait ainsi jusqu’à ce que mon heure soit effectivement venue. Ce chaud soleil, lumière dorée d’épais sirop, était vivant avec sentiments, richesses et déculpabilisation. Pendant une fraction de seconde, j’ai su ce que représente être libéré de toute attache terrestre, que la compréhension me serait acquise pour toujours. Savoir que je suis force créatrice dans ma propre vie, ce que je pense de moi-même et des autres influence mon environnement. Il ne m’était pas nécessaire de penser d’une certaine manière pour être acceptée, je l’étais tout simplement. J’étais dans la magnifique lumière, j’ai compris que je la porte en moi, chaque jour de ma vie. Elle ne m’a jamais abandonnée. Elle fait partie de moi. Dès l’instant où j’ai réalisé cela, j’ai ressenti un sursaut en arrière, boum, pas de descente en arrière avec couleurs et beauté comme cela avait été le cas à l’aller. J’étais simplement revenue à mon point de départ, dans ma chambre obscure. Je me suis immédiatement mise à pleurer. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ?     Non       

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ?  Oui.     C’est difficile à communiquer uniquement parce qu’il me semble ne pas trouver les mots dans notre langue pour décrire correctement, transmettre les sentiments extrêmement intenses que j’éprouvais. Les couleurs que j’ai vues ne ressemblaient à rien de ce que j’ai pu percevoir par le biais des yeux humains. Je trouve presque étrange d’essayer d’en parler, je n’ai en effet jamais rien vécu de pareil dans mon corps physique sur terre. Il est impossible de décrire correctement ce que j’ai ressenti et vu en utilisant le langage. 

Au moment de l’expérience une situation mettait-elle votre vie en danger ?          Non       

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ?           J’étais totalement lucide, consciente au point de poser des questions. J’étais curieuse et j’éprouvais le sentiment suivant : « Voilà ma chance de connaître la vérité. ». Je me suis toujours posé des questions, comme tout le monde. J’ai pu obtenir les réponses. 

            D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ?   Non, j’étais totalement consciente de tout ce qui se passait. Je voyais dans toutes les directions, j’ai éprouvé des sensations jamais ressenties dans ma vie auparavant. 

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ?     Oui.     Je n’étais que lumière. Je ne voyais pas mes contours, mais j’avais conscience de moi-même. 

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ?            Amour, confiance, compassion, jubilation et enthousiasme. Je pense avoir ressenti tout ce qu’il est possible d’éprouver, c’était tellement merveilleux!! 

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ?           J’ai entendu un bourdonnement. Toutefois, en me concentrant sur lui, il m’a paru consister en un million de voix différentes. Cela ne m’a pourtant pas troublée. 

DESCRIPTION DES LIEUX : avez-vous reconnu des lieux familiers ou des lieux relevant d’enseignements religieux connus ou bien avez-vous visité des lieux peuplés de créatures incroyables ou surprenantes ?    Rien de négatif. Par ailleurs, cela ne ressemblait pas à ma représentation du « paradis ». C’était davantage une façon d’être ou un état d’esprit, du genre : nous créons notre propre « paradis » avec nos propres pensées. 

Avez-vous vu une lumière ?           Oui.     Un point de lumière blanche sur la gauche du plafond de ma chambre. A la fin de l’expérience, j’ai vu et senti une lumière jaune/dorée qui englobait tout, elle était chaude, épaisse, j’ignore comment la décrire autrement, ni légère, ni aérienne, mais chaleureuse, épaisse, c’était l’AMOUR. 

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ?           Oui.     Voir plus haut. 

Avez-vous fait des tests pendant que vous étiez hors du corps ou dans un autre état de conscience modifié ? Oui     

J’ai essayé de traverser le voile brumeux. Cela n’a pas marché (rires). 

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ?          Oui.     J’ignorais que mon ex-petit-ami était déjà mort. J’ai pu le vérifier après l’expérience. Par malheur, il s’est suicidé. Je peux donc affirmer que les personnes qui se suicident se trouvent sans-doute sur ce plan de l’autre-monde. 

Avez-vous remarqué la manière dont vos 5 sens fonctionnaient, si oui, en quoi étaient-ils différents ?          Indécise.            C’était comme si tous les sens étaient englobés en un seul, j’étais hypersensible. Je ne me rappelle pas avoir gouté ou senti quoi que ce soit, mais émotionnellement parlant j’avais passé la vitesse supérieure. Encore une fois c’est difficile à exprimer avec des mots. Je voyais à 360 degrés, tout ce qui m’environnait. J’avais conscience de tout ce qui se trouvait devant, à côté, derrière, au-dessus, au-dessous de moi, ainsi qu’en moi-même. 

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ?    Oui.     C’était comme s’il n’y avait pas de temps. J’avais le sentiment de vivre en d’autres endroits, dans d’autres corps, le tout simultanément. Personne ne me l’a dit, je l’ai ressenti. De la connaissance était liée aux sentiments ou plutôt imbriquée dedans. Donc ce que je sentais, je le « savais » également. 

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ?    Oui.     Je savais que le temps ne défilait pas de A à Z, je sentais qu’il était suspendu. Je savais que les évènements de la vie sont « possibles ». Que rien n’est gravé dans le marbre. Je savais que ce sont en fait les croyances rigides qui nous bloquent en nous-mêmes. J’ai compris qu’on se sur-identifie à son moi externe et qu’on se sous-identifie à ce qui réside en soi. Je savais que le sens de la vie consiste à faire l’expérience de tout, que mon âme souhaitait l’état physique. J’avais toujours pensé : « La vie est dure, pourquoi diable voudrait-on être ici ? ». Je me suis rendu compte que mon âme réclame la vie à corps et à cris. Se trouver à l’état physique est un honneur et il faut en être reconnaissant. J’ai senti que j’abandonnais tant de peurs piégées au fond de moi. Ce que j’ai vu et ressenti m’a changée. Je n’avais plus peur d’être moi, cette personne bizarre et différente car dotée de facultés insolites qui la rendent étrange. Il arrive encore que cela me pose problème, je n’affiche en effet pas mes pouvoirs. Je n’en ai toutefois plus honte, pas plus que de moi-même, plus maintenant. 

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ?             Indécise.      J’ai voulu progresser davantage dans la zone brumeuse devant moi. Je sentais qu’un million d’âmes communiquaient simultanément avec moi. Je voulais vraiment être totalement enveloppée dans cet environnement. J’entendais, je ressentais les voix me disant avec douceur que le temps de quitter ma vie n’était pas en fait venu. On ne m’a pas laissé la possibilité de rester, sinon, je vous assure que je serais restée. Même si je n’avais pas quitté un corps souffrant, je n’aurais pas pu être davantage indifférente au souhait de revenir. 

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ?       Oui.     Plus ou moins oui et non. Je savais que j’allais pouvoir vérifier des faits, sinon on ne me les aurait pas fournis. Je savais que j’allais aider des gens en ce qui concerne leur compréhension de la vie (même si j’avais combattu cela toute ma vie). Je n’ai jamais souhaité être « bizarre » ou « différente », je voulais juste être comme tout le monde. Plus je rejetais ma capacité à tout simplement connaître certaines choses de la vie, à propos des gens, des endroits, des évènements, de l’avenir, plus cela prenait vie en moi. En voici un autre exemple. Comment quelque chose d’aussi important pouvait m’arriver uniquement dans un but personnel, seulement pour moi. Je n’y crois pas. Donc le fait d’avoir de l’intuition n’est pas quelque chose que je puisse laisser sommeiller en moi. Sans que j’en parle, des petits morceaux de cette connaissance s’écoulent de moi chaque jour. Je ne pense pas devoir nécessairement parler à une personne dans le besoin, mon  souffle suffit quasiment. C’est très étrange, laisser l’énergie s’écouler de soi vers autrui, échanger l’invisible. Si je peux le ressentir, je sais que tout le monde en est plus ou moins capable, qu’en fait nous sommes tous reliés. 

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ?       Oui.     J’ai eu conscience d’être entraînée en arrière. J’ai également eu le sentiment d’être sur le point de repartir. 

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ?         Oui.     Mes pouvoirs intuitifs/paranormaux ont augmenté grâce à ma compréhension du fonctionnement effectif de l’au-delà et de la vie terrestre. 

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ?   Oui.    J’ai maintenant la certitude que nous vivons simultanément plusieurs vies. Nous ne sommes ni punis, ni jugés par qui que ce soit. Notre jugement a lieu ici-bas, nous ne cessons de juger autrui et nous-mêmes, je pense pourtant qu’il ne devrait pas en être ainsi. Je sais maintenant qu’il est bien « d’exister » tout simplement. Que le fait que je sois là, que je vive suffit. J’essaie chaque jour d’être bonne envers moi-même et les autres. Certains jours c’est plus facile que d’autres mais j’essaie, particulièrement en ce qui concerne le fait de juger. Je ne laisse vraiment aucune place au jugement dans ma vie. 

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ?       Nous sommes tous constitués de la même lumière, de la même énergie. Etre tellement reliée, voir les similitudes entre moi et autrui m’a permis de communiquer très facilement avec les autres, de les accompagner dans leur voyage ici-bas. Je peux dire aux gens avec une totale certitude que nous sommes tous liés, que nous ne faisons qu’un. Je sais qu’il n’y a absolument rien à craindre de la mort, je sais qu’il ne s’agit que d’un passage hors du physique. 

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ?         Oui.     Je vais développer à la question 28. Quoi qu’il en soit, j’ai vécu des expériences au cours desquelles l’univers m’a relié à des gens de la manière la plus folle, en particulier concernant une personne qui envisageait de se suicider. Je sais que cela ne fait pas partie de l’EMI, mais je SAIS que c’est grâce à celle-ci que j’ai été en mesure de l’aider. L’évènement de notre rencontre, la façon dont cette dernière s’est produite et les circonstances qui y ont amené, demeurent une des expériences les plus importantes de ma vie. Grâce à la connaissance j’ai pu l’empêcher de se suicider en réfléchissant sur sa vie, la guérison est intervenue. Je suis incapable de décrire comment cela a changé ma vie en tant qu’être humain. Tout est parti de la connaissance de ma propre « vérité » au travers de mon expérience dans « l’autre-monde ».  

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ?         Oui.     J’ai occasionnellement raconté mon expérience, lorsqu’on me demandait ce que je croyais qu’il arrive après la mort. Je pense que le simple fait d’en parler à des gens leur ouvre une nouvelle porte. Une façon de penser, de nouvelles possibilités. Je suis une personne ordinaire qui se trouve être intuitive. Je suis cependant un être humain comme tous les autres et je pense que cela aide à renforcer la crédibilité de ce que je dis. Après mon expérience, je me suis sentie tellement plus reliée à tous et à tout ce qui m’environnait, depuis la table de la salle à manger jusqu’au voisin d’à côté. C’était un sentiment très étrange. Je l’accepte comme normal maintenant, tout simplement en tant que tel. Nous sommes tous énergie, reliés à la source comparable à une araignée à 10 millions de pattes. Je suis l’une de ces pattes, tout comme vous. 

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ?  Lorsque j’ai été soudain rejetée dans mon lit, je me suis mise à pleurer de façon incontrôlable. C’était la réaction de mon corps à un évènement aussi merveilleusement magnifique. Je ne pleurais pas de peur, mais plutôt d’un genre de surcharge sensorielle. 

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ?      Mon intellect physique a immédiatement remis en cause ce que je venais juste de vivre. Je voulais conserver le sentiment d’amour écrasant et de jubilation teinté de frénésie : « Je viens de gagner 100 millions de Dollars à la loterie !! », le tout englobé dans un seul vaste sentiment. Je l’éprouve toujours, mais il se situe aux confins de mon corps et de mon esprit. Le décrire oralement semble tellement l’amoindrir. Au lieu de m’aider à saisir mes sentiments, les mots semblent plutôt être des barrières qui m’empêchent de les exprimer, si cela a un sens. 

Souhaiteriez-vous ajouter autre chose au sujet de l’expérience ?        Au cours de ma vie, j’ai vécu d’autres expériences stupéfiantes, l’une d’elles ayant en fait trait à l’au-delà. Dans celle-ci j’étais dans un autre monde, spectatrice d’une EMI vécue par des personnes suite à un accident de voiture. J’ignore pourquoi je me trouvais là, j’y étais, c’est tout. J’étais témoin direct et j’ignore si elles savaient que j’étais là, mais j’y étais. Cette expérience a également changé ma façon de voir la vie, les gens et l’autre-monde. En y réfléchissant, j’ai toujours du mal à « en faire le tour », pour m’exprimer ainsi. J’ai en effet été tellement privilégiée de me retrouver là. 

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances en ont-ils reproduit une partie ?         Oui.     Je suis souvent en harmonie avec certaines personnes que je rencontre, des gens qui souffrent beaucoup dans leur vie quotidienne. C’est plus qu’une coïncidence. En AUCUNE façon ces rencontres ne pourraient se produire seulement « par hasard ». Je ne leur parle pas nécessairement de mon expérience, mais le fait que je sache ce qui nous attend, comment nous sommes tous liés et comment l’univers créateur fait effectivement partie de notre moi intérieur, tout cela m’aide à avoir une sorte d’attention et de compréhension personnelle plus profonde des autres et de leur vie. 

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ?               Oui     

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire.    Je n’en vois aucune. Merci de m’avoir permis de raconter mon expérience.