NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Linda B

EXPERIENCE : 

En 1990 on m’a emmenée d’urgence à l’hôpital à cause d’une hémorragie interne grave due à une grossesse extra-utérine. A l’époque, j’étais complètement athée. J’ai été élevée en tant que Bouddhiste par ma mère, mais à 13 ans je suis devenue athée. Je suis née avec un physique avantageux et j’avais l’impression d’avoir été élevée dans un gâteau chinois de « bonne aventure ». J’étais extrêmement arrogante, vaniteuse, suffisante et très matérialiste. A l’hôpital, je hurlais de douleur. Il était très tôt quand j’ai été admise aux Urgences, environ 3h du matin.

Il y avait là un garçon qui, pour une raison quelconque, s’était cassé le bras, il était effrayé par mes hurlements. Un interne, je crois, a essayé de faire cesser mes cris, mais sans résultat. Il était en colère contre moi, j’ai vu qu’il était vraiment furieux. J’ignore pourquoi cela m’a mis en rogne, mais c’était bien le cas. Je me suis dit : je vais lui montrer. Je vais partir, tout simplement, partir en esprit. Je savais pouvoir le faire car, étant enfant, je l’avais déjà fait tellement souvent (à cause de mauvais traitements). Je l’ai donc fait. Je souffrais tellement que je me suis simplement abandonnée.

Je pouvais entendre tout le monde dans la pièce. J’ai entendu quelqu’un dire : « Nous sommes en train de la perdre. ». J’ai entendu la machine pour le cœur commencer à faire biiiiiiiiiiiiip. Ensuite, la même voix qui avait dit : « Nous sommes en train de la perdre. », s’est exclamé : « Merde, elle est………….. », je ne sais pas ce qui s’est passé après cela.

Ensuite, je me suis retrouvée en train de flotter au dessus de la table où j’avais été allongée. J’étais assez contente de moi. En fait, je me trouvais supérieure. C’est sûr, je leur avais bien fait peur, ai-je clairement pensé. Lorsque le médecin a redit à haute voix : « Nous sommes en train de la perdre les gars ! », j’ai ressenti une traction inquiétante sur ce que je pense pouvoir appeler mon âme ou mon esprit. On me tirait vers le bas et, je ne sais comment, j’ai compris que c’était vers le bas. J’ai atterri sans problème sur ou dans une autre dimension, tout à fait différente de la terre. J’étais seule au début, puis j’ai senti une présence avec moi, mais je n’étais pas certaine de qui ou de quoi il s’agissait. J’ai commencé à prendre peur. Cet endroit était nouveau pour moi. Mon esprit n’était jamais venu là. Je crois avoir fermé les yeux dans l’espoir de revenir mais, j’ignore comment, j’ai compris que je n’allais pas repartir.

Lorsque j’ai rouvert les yeux, j’étais en enfer. Une certaine salle de l’enfer. Il y avait des odeurs horribles et une telle obscurité, on ne pouvait que ressentir. J’ai vu des personnes enchaînées que l’on torturait de façons tellement affreuses, que je ne peux toujours pas en parler. Je détestais cet endroit et je voulais désespérément le quitter, mais je ne le pouvais pas. Je demeurais là, à regarder, sentir et ressentir toute la souffrance et l’horreur de cet endroit.

Ensuite, il y a eu une voix, juste une voix. Elle était familière, mais je savais que je ne Le connaissais pas. Il me parlait simplement et de façon tellement directe. Il m’a expliqué que l’endroit où je me trouvais n’était plus réservé aux personnes comme moi. Il a dit qu’avant qu’Il ne naisse, tout le monde mourrait et venait à cet endroit. Il n’y avait pas d’espoir. Mais depuis Sa mort, Il avait fait quelque chose. Je ne me rappelle pas ce qu’Il a dit qu’Il avait fait, mais que depuis lors, les gens meurent et maintenant ils attendent dans un autre endroit. Je ne comprenais absolument pas car j’avais tellement peur. Je voulais ne pas être là.

La voix a dit ensuite : « L’aimes-tu ? » et je me rappelle nettement avoir pensé, pourquoi me demandes-tu cela, tu sais déjà tout. Je n’ai pas eu de réponse. Seulement le silence. Cela m’a vraiment contrariée. Puis, tout à coup, j’ai été tirée à nouveau, seulement cette fois, j’ai eu l’impression qu’on me tirait vers le haut. Quand je me suis arrêtée, j’ai vu des personnes autour de moi, mais pas vraiment proches, comme à distance. Il y avait des gens que je connaissais et des gens dont je savais que je ne les connaissais pas. C’était vraiment bizarre. La sensation était tellement bonne, sans souci, sereine. J’étais tellement intelligente à ce moment là, c’était comme si je savais tout.

Ensuite, j’ai regardé vers le haut, ou devant moi, je ne suis pas sûre, c’était le plus bel endroit que j’aie jamais vu. Il y avait, cela paraît banal, des portes de perles, des portes immenses faites de perles. Ces portes étaient fermées, mais alors que je regardais, elles ont commencé à s’ouvrir vers moi. A l’intérieur, je pouvais voir des rues pavées d’or, avec des enfilades de châteaux et de châteaux, couverts de diamants et de pierres vertes. C’était éclatant. Quand mes yeux ont été remplis, la scène est devenue blanche (pas noire) et la même voix m’a demandé : « Eh bien Linda, que crois-tu ? ». A cet instant, je me suis éveillée et j’ai pris une profonde inspiration.

J’ai ouvert les yeux sur une infirmière et avec le plus beau des sentiments que j’aie jamais eu, je lui ai souri et je lui ai dit que Dieu existe et qu’Il nous aime ! Depuis, je n’ai jamais cessé de croire en Lui. J’ai complètement changé ma vie à cause de cela. Bien que très solitaire à cause de la sensibilité qui est mienne maintenant, j’apprend à retisser des liens. Je n’ai pas pu en parler jusqu’à une période récente. J’ai constamment étudié et je suis très retirée. Il est étrange que je n’aie pas adhéré à une foi après cette expérience, mais elle m’a insufflé une grande crainte du Seigneur. 

Merci de m’avoir lue.