Page d�Accueil � NDERF

Vie au moment de la Mort

T�moignages d�EMI
Partagez votre EMI

 

Recherche sur les NDEs provoquées par suicide, Etude du Dr. Kenneth Ring Vie au moment de la Mort

Dans son livre Vie au moment de la Mort, Dr. Kenneth Ring a analysé l’expérience de mort imminente chez 24 personnes qui avaient fait une tentative de suicide. Parmi elles, aucune n’a vécu le phénomène du tunnel, ni vu une lumière brillante mais réconfortante, ni ressenti une présence, aucune n’a été réunie avec des personnes aimées qui étaient déjà mortes, aucune n’est entrée dans un monde transcendant de beauté paradisiaque. A la place, l’expérience de mort imminente liée à un suicide tend à être tronquée, « ratée », fermée. Cela commence bien avec un sentiment de soulagement ou de paix et cela continue avec une impression de détachement du corps et ce, au même degré que lors des expériences de mort imminente non provoquées par une tentative de suicide. Mais cela tend à la fin, vers un sentiment de dérive vers un vide sombre ou ténébreux – une sorte de « no man’s land ». Les recherches du Dr. Ring suggèrent fermement que l’expérience de mort imminente provoquée par une tentative de suicide reste inachevée ; elle tend à se fondre, à se dissoudre avant l’apparition des éléments transcendants, caractéristiques des NDEs sans rapport avec un suicide.

Un jeune homme a essayé de se supprimer en absorbant un assortiment de pilules. Le résultat d’une telle ingestion a été, pour lui, un état d’inconscience qui a duré 4 jours. Il se rappelle s’être trouvé dans une « zone grise » :
 

“La seule chose dont je peux me souvenir est seulement cette grisaille.  Comme si j’étais dans une eau grise ou quelque chose comme çà. Je ne pouvais rien réellement voir. Je ne pouvais pas me voir moi-même. C’était comme si mon esprit était là, présent mais sans corps associé.
 

Alors qu’il était dans cet état, il se sentait bien :
 

« En temps normal, je suis très anxieux, une personne très nerveuse – beaucoup de peurs et de choses comme çà. Et durant ce temps, toute la peur s’était envolée.  Je n’avais aucune crainte. Je ressentais presque un sentiment d’aventure, d’excitation. » (Vouliez-vous rester dans ces conditions ?) . « Oh oui ! c’était un sentiment très agréable ”.
 

Il captait également de la musique :
 

« J’ai également entendu de la musique – différents types de musiques » (Dites-moi à quoi elles ressemblaient). « C’était généralement semblable à de la musique classique ; j’aime la musique classique. Ce n’était pas exactement la musique que j’avais entendue mais c’était du même genre ». (Est-ce que vous vous souvenez de l’état dans lequel vous étiez en écoutant cette musique ?). « Cela me relaxait. Les peurs s’évaporaient et j’écoutais cette musique. Encore une fois, le sentiment d’espoir, qu’il existe quelque chose de mieux quelque part ».
 

Il rapporta également que tout, y compris la musique, semblait « creux et métallique » et que ces sensations acoustiques étaient en accord avec la grisaille qui l’ensevelissait. Il sentait la grisaille se répandre en lui, le remplir et cela lui semblait bon. Au bout d’un moment, il pris conscience d’une voix :
 

« Je pense qu’il s’agissait d’une voix de femme, mais je n’ai pas reconnu la voix » (Est-ce que vous vous souvenez de ce qu’elle vous a dit ?). « Non, je me rappelle seulement que c’était une voix douce. Je me rappelle juste un peu de cette grisaille – sa voix essayait de m’appeler vers elle” (C’était une voix amicable, une voix rassurante en quelque sorte?). « Oui. » (…et vous vous sentiez guidé vers elle ?). « Oui. Exactement. Comme si c’était l’endroit où je devais être.
 

Il essaya de se déplacer vers l’endroit d’où provenait la voix :
 

« En fait, c’était comme si j’essayais de me déplacer vers l’endroit d’où provenait la voix, mais quelque chose me retenait. Je sais que je voulais être là ; je savais que dès que je serais là, tout serait parfait. J’en étais sûr. Je n’avais aucune question à ce sujet. Mais il y avait toujours quelque chose qui m’empêchait d’aller là. »
 

Durant cette expérience, il a vu des images de personnes qu’il avait connues. Ces personnes semblaient représenter la possibilité d’une vie de qualité; elles semblaient y faire attention. Il décrivit cela comme « repasser un enregistrement de sa vie ». Il ajouta la remarque suivante :

« Il me semblait que cette femme était plus forte que moi. Je voulais les rejoindre mais il y avait partie de moi qui [ pause ] voulait revoir ces images."
 

“La chose dont je me souviens le plus est un sentiment de chute. Comme si je descendais très vite et que je me suis heurté. Et je me suis alors réveillé en sursaut. »
 

“Lorsque je me suis réveillé, ma première pensée a été Oh!, Mon Dieu, Merci. Je l’ai fait et j’en étais extrêmement heureux. [Il avait été très dépressif avant sa tentative de suicide.]
 

J’étais juste assis là entrain d’y penser et j’ai senti –je ne sais pas- une chaleur envahir mon corps. J’étais très heureux, très excité, mais c’était alors [pause] plus que de la satisfaction – j’ai deviné que c’était de l’extase. Mais je ne pourrais pas l’expliquer à cet instant. Cela allait bien au-delà des mots ».

Ces passages résument les principales caractéristiques de cette expérience. Au cours de son interview, il a également indiqué que bien qu’il n’ait jamais vu clairement son corps physique sur le lit, il a ressenti l’impression d’un détachement de son corps et a eu le sentiment qu’il n’avait plus du tout de poids – il était seulement « pur esprit ». Il n’a également jamais eu aucune notion du temps. Quand il est momentanément retourné dans la conscience de son corps (avant de se perdre dans la grisaille), il a trouvé que la sensation qu’il avait du monde était très largement élargies – les couleurs étaient plus claires et vibraient davantage. La seule composante effrayante de son expérience était sa peur (qui fut finalement vaincue) de retourner dans son corps. Son expérience « dans la grisaille » était vraiment agréable, et si l’on en juge ses effets immédiats, très positive et puissante sur le plan émotionnel.

Cette expérience particulière comprend beaucoup de passages qui sont communs avec les expériences non liées à une tentative de suicide : noyé dans un vaste espace, un sentiment de bien-être, l’ouïe de musique et d’une voix réconfortante, l’ouïe de sons magnifiés, la vision d’images de sa propre vie et ainsi de suite.

Dans l’étude du Dr. Ring, il rapporta que personne, ayant fait une tentative de suicide n’a témoigné d’une expérience significativement négative. Il est cependant possible que quelques personnes aient décrit des images hallucinatoires troublantes, mais cela apparaît qualitativement être différent du ton des expériences indépendantes d’une tentative de suicide. Il est sûr que personne n’a eu le sentiment d’être en enfer ni même sur le chemin de l’enfer. Mais cela ne veut pas dire que les tentatives de suicide ne conduisent jamais à des expériences négatives. Cela signifie seulement que cette hypothèse n’est pas mise en évidence à travers les 24 expériences de mort imminente relatées dans l’étude du Dr. Ring.