NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Leonard K

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J’ai subi une appendicite à l’âge de 8 ans. C’était exactement comme pour le petit garçon qui aide son père à écrire « Heaven is for Real », sauf que mon expérience s’est produite en 1963. C’était quasiment un mois avant l’assassinat de JFK. Je me souviens qu’après avoir joué dehors dans les tas de feuilles d’automne, j’ai été malade pendant le dîner. Jusqu’à ce soir-là, j’aimais la casserole de thon de ma mère. C’était l’époque de la grippe. J’avais la fièvre et je ne gardais rien, pas même l’eau. On a appelé le médecin. Mes symptômes semblaient classiques, je ne suis pas allé à l’école. Maman n’a plus jamais fait de casserole de thon parce que je n’en supportais plus l’odeur. Mes deux parents travaillaient, mais maman est restée avec moi la majeure partie du temps. Le canapé du salon m’a servi de lit de malade. Le reste de la famille ne voulait pas être malade ; mes vomissements violents leur faisaient peur. Le week-end s’est écoulé et j’étais toujours trop malade pour retourner à l’école.

Maman s’est inquiétée pour son travail, elle m’a laissé seul un matin pendant qu’elle allait s’entretenir avec son patron. Cela m’était égal de rester seul, je savais pouvoir la joindre au téléphone si j’avais besoin d’elle. Tout à coup, j’ai eu extrêmement soif, je suis allé à l’évier de la cuisine pour boire de l’eau. Je savais que j’allais probablement vomir, mais la soif était intolérable. L’eau avait un goût fantastique. J’ai eu l’impression de pouvoir la garder. J’ai perdu connaissance avant même de m’éloigner de l’évier. Ma vue s’est estompée et tout est devenu blanc. Je me suis réveillé sur le sol de la cuisine et j’ai rampé vers le canapé du salon. C’est là que maman m’a retrouvé peu de temps après.

Me retournant sans cesse sur les coussins, il m’était impossible de trouver une position confortable. J’ai soudain ressenti un mouvement dans les intestins, comme si la pression avait été relâchée, je me suis immédiatement senti mieux. Je l’ai dit à ma mère et j’ai voulu me lever, mais elle m’a obligé à rester allongé parce que j’étais très pâle. Le lendemain mon aspect était encore pire, elle m’a emmené en voiture. Le médecin m’a regardé et il a compris que quelque chose n’allait pas. Il m’a touché l’abdomen et j’ai hurlé. Papa avait quitté la ville pour son travail, maman a dû m’emmener à l’hôpital sans avoir ses connaissances. Les infirmières m’ont rasé le ventre afin de me préparer pour l’opération. Maman entrait et sortait de la chambre entre chaque appel d’urgence qu’elle passait pour joindre mon père,. Papa était encore sur la route avec son patron. Maman a laissé un message dans le café d’une petite ville où ils étaient censés s’arrêter pour une pause-café. Le caractère d’urgence de la situation m’a soudain effrayé. Je pleurais pendant que les infirmières poussaient mon brancard de la chambre vers le couloir sombre de l’hôpital. Maman avait peur et je le savais. Le brancard a percuté des portes battantes pour entrer dans le bloc opératoire.

J’étais terrifié quand l’infirmière m’a attaché sur la table pour que je ne puisse pas bouger. On m’a mis un masque sur le visage. J’ai vu qu’on mettait un linge sur le masque. L’infirmière m’a dit de jouer avec elle en faisant semblant de gonfler un ballon en respirant à fond. On a versé de l’éther sur le masque, je me suis plaint de l’odeur. Après quelques instants j’ai perdu conscience. C’était l’hôpital d’une petite ville en 1963, on m’a fourni les meilleurs soins dont on disposait. Il a été découvert par la suite que l’appendice avait déjà éclaté.

J’ai soudain pris conscience de la racine de mon existence. C’était comme si je m’étais dit : « Je pense, donc je suis. Et maintenant je dois continuer ». D’une façon ou d’une autre, j’avais compris que j’étais toujours vivant, mais je me trouvais dans un endroit très obscur. Tous les évènements qui m’avaient conduit en ce lieu paisible n’avaient plus d’importance. Je ne sentais plus mon corps car j’en étais séparé. Finalement, mon environnement a éveillé ma curiosité, j’ai lentement recouvré la vue. J’ai découvert un long cordon qui pendait de mon existence blanchâtre étirée. Il menait à mon corps sur la table d’opération. A cause de lui, je ne pouvais ni monter, ni descendre. Puis j’ai épié les traînées d’autres personnes qui paraissaient bien plus âgées que moi, elles semblaient très heureuses de monter. Elles n’étaient pas reliées à leur corps comme moi. J’ignore comment, j’ai compris qu’elles étaient mortes. J’en ai vu monter tout un groupe qui avait subi un accident de voiture. Elles montaient parce qu’elles étaient heureuses d’être libérées de leur corps, mais je ne savais pas où elles allaient. L’une d’elles a paru inquiète de voir que j’étais bloqué, c’était un vieil homme. Il s’est arrêté pour m’aider à monter, mais en dépit de son aide je n’ai pas pu bouger. Il a continué sans moi. Je suis resté seul, mais au début je n’ai pas eu peur car je ne ressentais rien.

Ensuite j’ai vu des clignements d’yeux au loin. Au début il n’y en avait que quelques-uns, puis un grand nombre m’a encerclé. Ils étaient méchants et me détestaient, je ne comprenais pas pourquoi. Quand ils se sont rendu compte que je ne pouvais pas m’éloigner d’eux, ils ont attaqué. Ils pouvaient lire dans mes pensées, ma peur les a enhardis. Rapidement, ils ont plongé, passant près de moi à toute vitesse. C’était une pure torture, ils me tourmentaient comme s’il s’agissait d’un jeu, ils ne recherchaient que souffrance et chagrin. J’ai fini par retrouver ma voix et j’ai hurlé mon angoisse : « Mon Dieu, je t’en prie, fais-les arrêter ! ». Je ne faisais que répéter des paroles que j’avais entendues quand j’étais vivant. La notion de « Dieu » ne s’était pas encore totalement formée en moi.

Les traînées haineuses se sont enfuies brusquement lorsqu’une voix masculine à la tonalité très douce s’est fait entendre. M’ayant entendu appeler, il m’a demandé ce que je faisais là tout seul. Il a continué à me parler et je l’ai beaucoup apprécié car il semblait vraiment très attentionné envers moi. Je lui ai montré mon lien et il a compris. Il a baissé le regard vers le bloc opératoire et il s’est rendu compte que j’étais très malade. A mesure que nous discutions, je l’ai vu plus nettement comme si la mise au point se faisait sur lui, il brillait pour que je le voie mieux. Il est resté et m’a protégé des traînées méchantes. J’ai compris que j’allais être en sécurité tant qu’il serait présent. Je crois qu’il s’agissait d’un ange. Il portait d’amples vêtements blancs, il était très humble. J’ai remarqué qu’il portait un genre d’épée ou de longue corne. Il avait peut-être les deux, mais il ne les a pas utilisés. Lorsque je lui ai demandé à quoi cela servait, il a répondu qu’un jour à venir on allait lui demander de les utiliser, mais pas tout de suite. Il avait la faculté de voir certains des évènements passés de ma vie, il a été très heureux de découvrir un moment amusant. J’étais tout petit et devant l’église avec un groupe d’autres gamins je chantais : « Jesus Loves Me ». Je ne connaissais pas toutes les paroles. Apparemment je me suis remis à chanter et l’assistance a éclaté de rire quand un autre gamin a essayé de m’aider à bien chanter.

L’ange paraissait être en communication avec une puissance supérieure. Régulièrement il s’interrompait pour écouter ou parler vers le haut. Une décision avait été prise. Apparemment, il a été appelé à un autre endroit, mon opération ici-bas ne se passait pas très bien, l’ange m’a donc installé dans une bulle de protection. Il m’a dit qu’elle allait me faire monter là où les autres traînées s’étaient rendues, que j’allais être en sécurité à l’intérieur de la bulle. Il est parti et j’ai été entraîné vers le haut. Je l’aimais parce qu’il était attentionné. Il ne m’a pas dit son nom, qui n’a pas été évoqué. J’étais à nouveau seul dans l’obscurité, j’ai senti que je montais doucement. J’ai regardé à l’extérieur de la bulle et j’ai vu des millions d’étoiles. Je flottais au-dessus de la terre et je voyais l’éclat des galaxies. Puis une formation circulaire, semblable à un tourbillon ou un tunnel en rotation, est apparue devant moi. Au début elle paraissait immense parce que ses limites extérieures étaient pointillées d’étoiles qu’elle extrayait de l’univers dans son mouvement circulaire. En flottant plus près, je me suis rendu compte que les étoiles étaient en fait des traînées (ou des esprits) comme moi. Certaines paraissaient enthousiastes, comme si elles étaient heureuses tandis qu’elles étaient aspirées, j’étais donc heureux aussi. Quand nous sommes arrivés au centre de l’entonnoir, notre mouvement s’est considérablement accéléré, il y a eu de magnifiques éclairs lumineux multicolores. Puis ma bulle a cessé de bouger après avoir rebondi sur une barrière nuageuse à l’aspect cotonneux au-dessus de nous. La barrière empêchait tout mouvement supplémentaire.

Tout à coup, deux bras ont traversé la brume, j’ai été attrapé et entraîné par les épaules. Là, l’air ravi, se trouvait un garçon que je ne connaissais pas. Il était vêtu d’un pantalon d’aspect moderne, je me souviens également d’un blouson de cuir. Je l’aimais aussi parce qu’il était gentil avec moi. Comme nous ne nous connaissions pas, il m’a emmené un peu plus loin où de nombreuses personnes attendaient pour nous Accueillir. Je devais avoir l’air perdu, mais je n’avais pas peur parce que tout le monde était très gentil, tous voulaient avoir l’opportunité de me dire qui ils étaient. Puis ils me demandaient qui j’étais, j’ai répondu : « Je m’appelle Leonard K. ». Je me sentais tout petit et dépassé tandis que je prononçais mon nom. Au début, aucun n’a semblé me reconnaître, ils en ont discuté entre eux. Puis quelqu’un m’a demandé le nom de mon père, j’ai répondu : « Lyle », nombre d’entre eux sont restés bouche bée en se rendant compte qu’ils connaissaient mon père. J’étais un petit garçon et la plupart paraissaient vraiment âgés, je n’ai donc pas compris toute la communication soudaine affluant vers moi. Deux femmes se sont alors présentées comme les grand-mères de mon père. Je savais que mon père avait des parents, mais il m’a fallu un moment pour réaliser qu’il avait aussi eu des grands-parents. Il n’en avait jamais parlé. J’imagine que j’étais trop jeune pour réaliser que mes grands-parents en vie avaient autrefois été jeunes comme moi, qu’ils avaient aussi eu des parents.

Après que j’aie intégré cette notion, il y a eu une grande fête, on m’a présenté à beaucoup d’autres personnes. Mes deux arrière-grand-mères paternelles sont restées avec moi, elles m’ont présenté aussi à mes arrière-grand-pères. Tous deux étaient très gentils, l’amour que nous avons tous partagé ensemble est difficile à traduire en mots. Il était intense et systématique. Une parenthèse : l’importance des liens familiaux, de se souvenir à qui l’on est lié, a depuis lors été instillée en moi. Par bonheur, des oncles et tantes en vie avaient déjà réalisé une grande partie du travail essentiel de préservation des photos et documents anciens, ceux-ci se trouvent aujourd’hui en ma possession. Si nécessaire, je peux identifier un membre de la famille. Je suis assez fier de deux photos accrochées au mur dans leur cadre ovale. Elles représentent ces mêmes arrière-grands-parents rencontrés au paradis en 1963. Les clichés ont été réalisés vers 1900, je les ai immédiatement reconnus lorsque ma grand-mère en vie me les a montrés de nombreuses années plus tard. Hansine et Kristen, Kathrine et Mich'l, je vous aime énormément. Oh ! Je dois aussi mentionner Jimmy. C’est le garçon qui m’a porté à travers la barrière nuageuse. C’était le cousin de mon père. Jimmy a été tué en Corée au début des années 50 (je suis né en 1955).

Après les présentations et que les choses se soient calmées, j’ai passé du temps à discuter avec grand-mère et grand-père (les parents de ma grand-mère en vie). Ils m’ont tous deux annoncé que quelqu’un de très particulier allait venir m’Accueillir. Je ne me souviens plus s’ils ont indiqué de qui il s’agissait. Une femme très agréable nous a rejoint rapidement, elle était vêtue d’une tunique dont l’étoffe au tissage lâche ressemblait à de la toile de sac. Elle portait une chevelure grise à la coupe très irrégulière. Jusqu’à ce que cette femme nous rejoigne, tous les autres membres de la famille paraissaient porter les vêtements de leur époque. Cette femme particulière m’a expliqué qu’elle allait m’emmener dans un endroit où elle allait pouvoir me montrer quelque chose de très important. Dès à présent, je pense que le mieux serait que je la désigne par le nom de « Mère », car c’est exactement l’impression qu’elle me donnait. C’était comme si elle en avait su davantage que moi à mon propre sujet. Quand elle m’a demandé si j’étais prêt, cela ne m’a pas posé de problème d’aller avec elle. Elle possédait en elle une concentration d’amour qui m’a immédiatement attiré. Les membres de ma famille en avait également, celui de Mère était toutefois plus puissant. Tandis que nous nous déplacions, elle s’est mise à briller, nous sommes rapidement arrivés dans un endroit où Mère m’a expliqué que j’appartenais à une famille remontant sur de multiples générations. Mère a simplement agité le bras et un tunnel rond et grisâtre s’est ouvert devant nous. Il allait très profondément et revenait comme si on avait pu y entrer si on le souhaitait. Elle a pointé du doigt de nombreuses générations de ma famille repartant par cette ouverture. Je voyais des gens, la plupart en couples, ils retournaient dans le tunnel par phases représentant chaque génération ayant vécu avant moi.

La première personne se détachant était une femme qui balayait le seuil de sa maison. D’une manière ou d’une autre, j’ai compris qu’elle ne s’était jamais mariée. Certaines générations précédentes avaient conscience que nous les voyions, elles semblaient nous connaître. Je me souviens en particulier  d’un couple assis sur des fauteuils, la femme a souri en agitant le bras au loin. Il était évident qu’elle était contente de nous voir. Je n’en suis pas certain, mais je pense que les gens dans les fauteuils étaient mes arrière-arrière-grand-parents Danois. Je contemplais une histoire céleste de ma famille. Je suis remonté sur une très longue distance, ainsi que Mère l’avait expliqué. Ensuite elle a indiqué le centre même du tunnel, elle a expliqué qu’une lumière puissante se trouvait tout au bout. Tout à coup, la lumière s’est retrouvée devant nous. Mère m’a laissé seul tandis que la lumière pénétrait toutes les fractions de moi-même. Je me sentais simultanément complet et démantelé. La meilleure analogie simple que je puisse fournir serait de se trouver devant un puissant ventilateur alors qu’on est tout mouillé. Un incroyable vent chaud et pénétrant est entré en moi, pareil à la vie elle-même. Je brillais alors avec la lumière, j’étais extrêmement heureux. J’avais pris la forme d’un bambin dans les bras de Mère, je riais avec elle.

Tout à coup, le film de ma vie s’est déroulé devant nous. Nous avons vu les moments que j’avais effectivement vécus sur terre avec ma famille en vie. Non seulement je voyais ces instants, mais je les ressentais également comme si j’y étais. J’étais très aimé par les membres de ma famille en vie qui jouaient avec moi, j’avais la chance d’avoir une grande famille dont les membres aimaient passer du temps ensemble. Mère et moi pouvions choisir une quelconque partie de ma vie. Je sais avoir revu ma naissance. Rien n’a été dit ou expliqué sur ma naissance, mais je me rappelle avoir vu quelque chose qui m’est resté à l’esprit. Je l’expliquerai en détail plus loin. Je me suis senti entraîné dans le monde et je n’ai pas aimé la façon dont le médecin m’a traité. Une de mes visions favorites a eu lieu quand j’ai reconnu des membres de ma famille en vie, assis autour de la table de la cuisine chez mes parents. J’ai crié de joie quand j’ai vu les parents de ma mère, Steve et Bess. Il y avait également d’autres membres de la famille mais papy Steve s’est distingué quand il a joué avec moi. J’étais en sécurité et à l’aise dans les bras de ma mère, je tendais les mains vers papy et il faisait semblant de m’engloutir les doigts. Il le faisait d’une façon drôle et preste qui me faisait hurler de joie. Je lançais les bras autour du cou de maman à la recherche de sécurité, puis je me retournais pour tendre à nouveau les mains. Papy faisait comme s’il ne m’avait pas vu, mais soudain je me retrouvais avec les doigts dans sa bouche et il faisait comme s’il me mâchait la main avec une expression stupide. A nouveau je hurlais de joie avant d’opérer une retraite vers maman. Toute la famille riait, c’était très agréable à revivre. Papy Steve aimait vraiment jouer avec ses petits-enfants et nous l’aimions tous beaucoup. Il savait faire rire et jouer un bébé comme personne, il avait beaucoup de bébés à faire jouer parce qu’il avait lui-même onze enfants. Une de mes tantes n’a que quelques années de plus que moi.

Mère et moi nous étreignions souvent tandis que nous regardions les différents épisodes de ma courte vie. Elle en est ensuite arrivée à un incident qualifié d’important car j’avais fait quelque chose qu’elle voulait corriger. Je m’étais mis en colère contre Steve, mon grand frère. Je m’en souvenais car un haut niveau de colère avait stimulé mon agressivité. Je l’avais frappé à la tête avec une fausse batte de baseball. Elle était en bois et elle lui avait fait davantage de mal que je ne l’avais cru à l’époque. Mère a indiqué que se mettre en colère au point de blesser quelqu’un est mal et que je ne devais jamais le refaire. J’ai tout à fait compris et je n’ai jamais frappé ou blessé un autre être humain depuis, pas volontairement en tout cas. De nombreuses années plus tard, j’ai mentionné cet épisode de mon EMI à ma mère terrestre, ce qui l’a déconcertée car elle ne se rappelait plus que j’avais blessé Steve de cette manière. Steve ne se souvient pas de cet incident non-plus. Moi par contre, oui, j’ai en effet pu sentir la colère en moi à cet instant. J’arrive maintenant à la partie de mon EMI qui n’est toujours pas claire pour moi. Les souvenirs les plus forts que j’ai mentionnés jusqu’à maintenant concernent ma famille, avec l’incroyable chaleur aimante dont j’ai profité en sa compagnie.

Maintenant, je vais tenter de décrire des visions hors séquence pour moi, je ne me souviens en effet pas quand elles ont eu lieu, ni pourquoi. J’en ai déjà mentionné une au début de ce récit, quand j’ai eu une vision des Ecritures et que j’ai entendu une voix m’indiquer des problèmes avec les informations qu’elle contenait. Je crois qu’on m’a dit des choses très particulières sur les Ecritures, mais je ne parviens pas à me rappeler de tous les détails. Tout ce que je souhaite ajouter ici, c’est que de nombreux problèmes causés par les Ecritures sont liés à la politique, comment les humains ont pendant longtemps mal interprété la signification de certains passages. Dieu est amour, nous sommes tous ses enfants ; aucune croyance, religion, gouvernement ou institution créé par nous sur terre n’a le droit de revendiquer que son influence et sa puissance viennent de lui. C’est encore davantage le cas s’ils causent du tort à nos frères humains. Ainsi que je l’ai dit plus haut, il est difficile de ne pas donner l’impression de prêcher quand on décrit une EMI. Autre fait important que vous devez savoir. Les personnes sont bien plus importantes pour Dieu que les institutions dont elles sont membres. Nous sommes tous responsables de nos propres actes. Il n’existe pas d’Eglise, de gouvernement, d’institution ou autre qui détienne les clés du paradis. Vous possédez déjà les clés du paradis dans votre cœur, tout simplement parce que vous êtes un enfant de Dieu. Toutes les religions institutionnelles existant sur cette terre sont déficientes d’une manière ou d’une autre. Que leurs fidèles soient avertis, si vous voulez vraiment que Dieu vous accepte, alors trouvez un endroit solitaire, invoquez-le en écartant toute fierté personnelle et ouvrez votre cœur. Pensez à l’amour que vous avez reçu d’autrui, protégez cet amour, c’est votre bien le plus cher. 

Enfin, voici une vision puissante qui me laisse totalement perplexe. On m’a emmené dans un endroit où j’ai vu un grand modèle de la terre paraissant se trouver sur un socle, comme s’il s’agissait d’une machine. Il était très détaillé, on voyait des taches de lumière brillant à la surface. Un être qui n’était pas Mère expliquait que toutes les choses sur terre pouvaient être observées, comme si ce globe fonctionnait à la manière d’une capsule temporelle. Je me souviens d’avoir été fasciné, l’être a montré que mon époque se trouvait dans la région des Etats-Unis. J’ai eu la sensation qu’on pouvait observer l’avenir et j’ai voulu le voir. Ma période a été identifiée et on m’a dit que j’allais observer certains bouleversements. Je sais qu’on m’a appris qu’un évènement en particulier allait se produire, mais je ne me rappelle pas de ce fait précis. Toutefois, je me souviens d’avoir demandé pourquoi la survenue d’un malheur spécifique allait être permise, alors que le paradis savait déjà qu’il allait arriver. Je voulais savoir pourquoi on n’allait pas l’empêcher. On m’a simplement répondu : « Tu ne dois pas te préoccuper des évènements du monde. Ce que tu as vu va se produire va arriver parce qu’il le faut. ». En d’autres termes, on m’a dit qu’au cours de ma vie je n’allais jouer aucun rôle dans cet évènement précis, que je n’allais pas pouvoir empêcher des évènements à venir. Je les ai vus parce qu’ils étaient censés avoir lieu. Je crois maintenant que ce qu’on m’a montré au début, c’est la grande tristesse provoquée par la mort de JFK, il ne lui restait que quelques semaines à vivre.

J’ai mentionné précédemment que la personne ou entité qui décrivait la fonction de ce globe n’était pas Mère. Je ne me souviens pas de son aspect, mais je suis persuadé qu’il s’agissait d’une femme. Cette entité tenait plus du professeur que de l’être aimant. Je pense également que c’est à ce moment de l’EMI qu’on m’a dit, qu’afin de me protéger, je n’allais pas au cours de ma jeunesse me souvenir d’une grande partie de ce que j’avais vécu au paradis. On m’a également appris qu’en grandissant  tout allait se révéler et que j’allais le comprendre. On m’a dit la vérité. Comme tous les humains, cependant, il m’est plus facile de déterminer ce que les autres devraient faire que ce qui serait mieux pour moi-même. J’ai fait des erreurs comme tout le monde. Je suis bien plus âgé aujourd’hui, je fais parfois des rêves puissants qui m’avertissent qu’un évènement important va se produire dans le monde. Je n’en comprends pas toujours la signification. Par exemple : j’ai eu la vision d’une très grande ville. Deux grands immeubles brûlaient. Puis un gros avion à réaction est tombé du ciel avant de s’écraser en pleine campagne. Le crash a provoqué un grand boum qui m’a réveillé. Jusqu’au 11 septembre 2001, je n’avais aucune idée de ce que cela signifiait. J’ai fait ce rêve plusieurs mois avant l’évènement. Voici un autre exemple : j’ai vu la carte d’un océan avec des îles. C’était une partie du globe près de l’Inde. Une grande étoile est apparue à un endroit de l’océan. Je flottais au-dessus de la terre, des milliers de lumières brillantes ont jailli de la surface des îles voisines avant de passer à côté de moi en volant à toute vitesse. Elles produisaient toutes le même hurlement en filant près de moi. Le tsunami destructeur de 2004 a eu lieu quelques semaines plus tard. L’épicentre du tremblement de terre qui l’a provoqué se trouvait à l’endroit où j’ai vu l’étoile sur la carte. J’ai fait d’autres rêves, mais je ne veux pas être catalogué comme une personne qui peut prédire l’avenir. Je ne sais jamais ce que signifient mes rêves avant que l’évènement réel ne se produise. Je me souviens aussi de l’ouragan Katrina, de l’explosion d’un train de banlieue en Espagne environ à la même époque. Avant ces évènements plus récents, je me rappelle avoir vu un soldat marcher sur des vitraux brisés dans une église endommagée. J’ai fait ce rêve juste avant la guerre de Bosnie.

Mère et moi étions à nouveau ensemble, elle m’a ramené vers les membres de ma famille. Je me suis précipité plein d’enthousiasme vers Mich'l et Kathrine, tel le petit garçon que j’étais. Je leur ai dit à quel point j’étais heureux de voir comment notre famille était liée. Ils étaient très contents de me voir revenir ainsi. Mes arrière-arrière-grand-parents étaient là également, ils étaient heureux aussi, mais ils s’exprimaient moins. Je pense que des difficultés linguistiques les empêchaient de parler davantage. J’ai découvert plus tard dans mes recherches généalogiques qu’Hansine n’avait jamais appris à parler Anglais, Kristen est mort dans les années 20 à seulement 50 ans. Nous pouvions communiquer, mais avec moins de mots. Mère est revenue vers moi en m’expliquant qu’une décision devait être prise très rapidement. Elle m’a demandé si je voulais rester au paradis ou retourner sur terre. Quand mon arrière-grand-père m’était apparu pour la première fois, il était assis dans un beau fauteuil à dossier haut. Il s’est alors levé et m’a invité à m’asseoir dans son fauteuil si je le souhaitais. Je l’ai fait, mais pour moi ce n’était qu’un fauteuil. Puis Mère m’a indiqué un très beau fauteuil, elle m’a dit que ce serait le mien si je le voulais. Elle m’a également fait asseoir dedans, elle m’a expliqué qu’il m’appartiendrait pour toujours, comme place d’honneur, si je choisissais de rester au paradis. Je ne possédais aucune référence concernant la notion d’honneur, j’étais en effet trop petit et je n’ai pas compris. J’aimais énormément être près de mes arrière-grands-parents, nous-nous aimions à un niveau élevé. Je comprenais bien que rester au paradis signifiait que je pourrais passer l’éternité avec eux.

Ensuite je me suis enquis de ma mère en vie. Je voulais savoir si j’allais être autorisé à lui reparler, afin de pouvoir lui raconter cet endroit merveilleux. Mère m’a dit que si je restais au paradis, ma mère en vie allait être très triste de me perdre. Je n’y voyais aucun motif de tristesse, j’aimais énormément ma mère en vie, j’ai donc décidé que je voulais retourner sur terre. Mère et mes arrière-grands-parents se sont mis à dialoguer très rapidement. Hansine en particulier, n’aimait pas l’idée de me renvoyer. Elle m’a dit que ma vie ici-bas allait être très difficile. Je pense qu’elle voulait dire que la vie sur terre est dure en comparaison de l’existence au paradis. Encore une fois, je pense qu’il y a eu un problème de traduction. Ensuite Hansine a protesté auprès de Mère en affirmant qu’être renvoyé sur terre pourrait me détruire. Elle voulait juste me protéger. Mère avait de l’autorité, elle a mis fin à ce plaidoyer en  indiquant que j’avais pris ma décision. La discussion était terminée, mes arrière-grands-parents ont commencé à me donner quelques instructions de dernière minute. Ils m’ont dit : « Vas à l’école, lis tes livres, fais des études, sois un bon garçon. Nous t’aimons. ». J’ai entendu une brève description de ce que ma vie allait être, car j’ai posé beaucoup de questions, un livre a été mentionné. Jimmy était à nouveau avec moi, il m’a ramené vers l’ouverture dans la barrière nuageuse où il m’avait attrapé précédemment. J’ai dit au revoir à tout le monde, Jimmy m’a donné un bon élan vers le bas. Je me suis retrouvé en descente à grande vitesse dans un tube étroit avec des éclats de nombreuses couleurs brillantes. Ce n’était pas particulièrement agréable cette fois-ci, car il ne paraissait pas naturel de descendre au lieu de monter. J’ai brièvement flotté au-dessus de mon corps.

J’avais été renvoyé à mon lit d’hôpital. Je suis entré dans mon corps et j’ai immédiatement remis en question ma décision de retour, la maladie était en effet toujours là, elle m’attendait, c’était presque trop dur à supporter. J’ai perdu connaissance à cause de cela. Lorsque je me suis réveillé dans mon corps, j’étais vraiment sonné, Je ne pouvais rien faire d’autre que rester allongé sans bouger, à demi endormi, tandis que mon ouïe se rétablissait très lentement. Au début, les voix de ma famille en vie n’étaient que de faibles murmures. Mes parents étaient là, je me souviens de la voix de tante Virginia, mamie était là également, elle me tenait la main qu’elle caressait doucement. Je sais que papi était là aussi, mais la chambre était petite, il se tenait donc en retrait. Ils étaient tous très inquiets à mon sujet et je le savais. Lorsque j’ai enfin ouvert les yeux, ils ont été heureux que j’aie repris connaissance. Quand j’ai trouvé l’énergie de parler, j’ai dit à mamie : « Mamie ! J’ai vu ta mère ! ». Elle était stupéfaite. Tous les adultes se sont mis à discuter avec animation. « Oh tu as été très malade, ce devait être un rêve. ». Ils étaient tous d’accord, ils m’ont déçu. J’étais trop faible pour argumenter.

Après ce premier moment de lucidité, j’ai dû accepter que mon corps soit en très mauvais état, les pensées concernant ma visite au paradis ont été mises de côté. On me faisait sans cesse des injections douloureuses. On a pratiqué une ouverture dans l’intestin, un tube en sortait pour drainer l’infection. Un chirurgien a été appelé d’une ville plus grande parce qu’il était seul à pouvoir traiter l’appendice éclaté. Il a roulé pendant 30 Km à grande vitesse pour venir de là-bas afin de m’opérer. Si je me souviens bien je ne l’ai jamais rencontré, mais je suis certain qu’il a parlé avec mes parents. Le médecin local qui s’occupait alors de mes soins quotidiens était celui qui m’avait envoyé à l’hôpital au début. Je l’aimais bien, même s’il m’a fait mal pour me retirer les points et s’il s’est assuré que les piqûres continuent. L’infection provenant de l’appendice éclaté ne s’est pas suffisamment répandue pour me tuer. Le chirurgien a découvert qu’elle s’était majoritairement cantonnée à une masse solide qu’il a pu extraire. Toutefois, durant une courte période il n’y eut que peu d’espoir de survie, le médecin local est en effet venu parler à mes parents au cours de l’opération, il ne pensait pas que j’allais résister. Il s’en est fallu de peu. Les injections contenaient de la pénicilline, on l’a utilisée pour assainir la partie infectée des intestins. J’ai finalement dû subir ces piqûres pendant des semaines, on me faisait fréquemment des tests sanguins, ainsi que des prélèvements de gouttes de sang. On a laissé l’appendice en place jusqu’à ce que l’infection soit jugulée, puis une deuxième opération a été programmée après Thanksgiving pour enfin enlever la partie endommagée de l’intestin.

J’ai eu l’impression de rester une éternité à l’hôpital, mais aux environs du jour des funérailles de JFK,  on m’a autorisé à rentrer chez moi pour la convalescence de la première opération. A la maison, j’ai tout vu sur notre téléviseur en noir et blanc. J’étais trop malade pour m’en préoccuper. La tristesse était envahissante, mais rester chez moi quelques temps pour guérir était la meilleure chose à faire pour moi. En quelques semaines, je suis redevenu suffisamment guilleret pour courir sans trop souffrir, me voir ainsi a rendu mes parents très heureux. Est alors arrivé le jour tant redouté où je devais retourner à l’hôpital pour la deuxième opération. Si je me souviens bien, on était début décembre. Je me suis beaucoup plaint des forts relents d’éther dans les couloirs, ce qui me rendait malade. L’éther n’est pas censé avoir d’odeur en soi, J’ignore de quel produit chimique il s’agissait. Une infirmière m’a dit que ces émanations provenaient des pneus en caoutchouc du brancard, mais je savais qu’elle plaisantait. J’ai reporté toutes mes craintes là-dessus, mais en réalité je soupçonnais que l’obscurité avec les traînées méchantes pourrait revenir, j’ignorais si j’allais être assez fort pour les affronter à nouveau. J’avais l’impression d’entrer dans une cage de chiens furieux qui allaient me mordre éternellement. Je n’étais qu’un petit garçon et je savais devoir faire face seul. Cette fois j’ai hurlé quand l’infirmière m’a emmené dans le couloir. Je crois que j’ai fait pleurer ma mère. Apparemment, l’éther a cependant été utilisé alors de manière plus compétente, ou bien ma profonde inspiration a vraiment fonctionné, je ne me rappelle en effet pas de grand-chose ; si ce n’est le vague souvenir de descendre le tunnel pour la deuxième fois. Peut-être Dieu m’a-t-il protégé dans ma jeunesse ainsi qu’on m’a dit qu’il allait le faire. Quand je me suis réveillé dans la chambre, je me sentais à nouveau incroyablement mal. On a informé mes parents que l’opération avait réussi, mais que j’avais commencé à me réveiller sur la table avant que le chirurgien n’ait terminé, une deuxième dose d’éther m’a fait vomir avant de me rendormir. C’est bizarre, mais je me souviens effectivement vaguement du médecin invectivant l’infirmière à cause de cela. Je me suis longtemps également senti mal après la deuxième opération, j’ai à nouveau passé de nombreuses semaines à l’hôpital. Cette fois je n’avais pas de tube dans le ventre, il me semble que les injections étaient moins fréquentes. J’avais tellement perdu de poids qu’on me faisait les piqûres dans les muscles des cuisses. Lorsque je suis finalement rentré chez moi juste avant Noël, j’avais les jambes comme des pelotes d’épingles, couvertes de marques d’aiguille. 

Maintenant, je voudrais vous parler des nouvelles informations que j’ai reçues de ma mère terrestre en 2012, peu avant sa mort. Après la naissance de ma fille au début des années 90, il est devenu important pour Alene (ma femme) et moi de passer autant de temps que possible avec mes parents, de sorte qu’ils puissent participer à la vie de notre fille. Ils habitaient à 700 Km de chez nous, nous profitions des vacances pour leur rendre visite chaque fois que nous le pouvions. Jennifer aimait vraiment beaucoup mes parents. Un soir nous avons décidé de nous promener dans ma ville natale afin que Jennifer puisse dépenser un peu son trop-plein d’énergie avant d’aller se coucher. Maman était encore en bonne santé, elle aimait donc également se promener. Incidemment, notre promenade nous a menés jusqu’à une extrémité de la ville où la plupart des maisons sont anciennes. A mesure que nous avancions, je posais fréquemment des questions sur certaines maisons. Maman savait presque toujours qui avait habité là, ou qui l’avait fait construire autrefois. C’était très intéressant d’entendre maman parler de l’ancien temps. Nous sommes finalement arrivés à un angle de rues devant une grande maison à 2 étages. J’ai été surpris d’apprendre qu’elle avait été utilisée jadis comme hôpital du comté, avant que l’hôpital en briques qui m’était si familier ne soit construit. Puis maman a pointé du doigt une fenêtre à l’étage, me disant qu’il s’agissait de la pièce où je suis né. Elle m’a raconté que ma naissance fut toute une affaire parce que son vieux médecin avait fait une erreur.

Je suis né en 1955, la méthode communément utilisée pour aider les femmes à affronter la douleur consistait à leur administre du gaz hilarant. Le médecin et mon père étaient tous deux de grands chasseurs, ils aimaient parler des parties de chasse près de la rivière, ils y tiraient les canards et les oies qui se posaient pendant la migration automnale. Apparemment ma naissance se passait comme prévu, le médecin a fait une pause cigarette avec mon père afin de pouvoir parler chasse. Le docteur a ouvert le gaz hilarant et placé le masque près du visage de maman. Il lui a dit de tourner la tête vers le masque et de respirer dès que la douleur serait trop forte. Puis il a fait une longue pause en conversant avec mon père. Quand il est revenu auprès de maman, il a découvert qu’elle avait le masque collé au visage, elle avait perdu connaissance après avoir reçu une forte dose de gaz. Il a fallu la réanimer. Elle m’a dit que j’étais resté sans réaction pendant plusieurs semaines après la naissance, elle avait craint que l’incident ne m’ait causé des dommages au cerveau. Au début, j’ai trouvé cette histoire amusante, pendant des années j’en plaisantais en disant que mon entrée dans la vie était pleine de gaz hilarant, ce qui m'amuse toujours. Mais avec le temps, je me suis souvenu d’une partie de mon EMI à 8 ans, j’avais vu une scène de ma naissance qui ne m’avait pas plu. J’ai observé le médecin m’extraire de maman, il m’a traité avec rudesse. Il était inquiet parce que je ne respirais pas.

Quelques mois avant la mort de maman, j’ai passé beaucoup de temps avec elle à la maison de retraite, elle m’a parlé de nombreuses choses qu’elle regrettait dans sa vie. Elle a toujours respecté ma croyance totale en la réalité des EMI, cela paraissait l’apaiser quand nous en discutions. Maman m’a demandé pardon à de nombreuses reprises pour l’incident de ma naissance. Je lui ai pardonné, pourquoi ne l’aurais-je pas fait, je l’aimais. C’est à cette époque qu’elle m’a avoué que la crainte de dommages au cerveau avait été très présente, je ne réagissais pas comme un bébé normal. Elle m’a en fait traité différemment de mon frère et de ma sœur, ce qui a provoqué leur ressentiment à mon égard. Maman croyait que j’avais besoin de protection. Elle m’a également raconté qu’elle avait perdu un bébé à cause d’une fausse-couche, elle pensait qu’il s’agissait d’une fille. Maman n’avait jamais mentionné cela à personne, elle culpabilisait d’avoir tiré la chasse. Je pense que papa était au courant, mais cela ne s’est pas ébruité dans la famille. Tout à coup je me suis souvenu que pendant l’EMI j’avais revécu ma naissance, j’avais failli mourir pendant l’accouchement. Je me suis rappelé de la sensation d’être poussé tête la première dans le canal génital, les mouvements naturels de ce processus avaient soudain cessé. Les muscles de maman se sont relâchés, à tel point que j’ai pu remonter afin de diminuer l’étranglement qui était en train de me tuer. Puis j’ai quitté mon corps de bébé, devenant tout à coup une boule d’énergie brillante. J’ai rencontré une autre boule d’énergie qui voulait jouer. Nous-nous aimions et nous volions alentour en figures échevelées tandis que des éclairs colorés explosaient devant nous. C’était tout à fait magnifique, la sensation de voler était très réaliste. D’une manière ou d’une autre je savais que cette autre boule d’énergie était une fille.  Nous étions devenus de grands amis. Elle volait de manière plus sauvage et irrégulière que je n’osais le faire. Je me retenais de voler trop vite parce que je sentais qu’un autre évènement était censé se produire. Puis un homme nous a rejoints, nous avons communiqué avec lui. Il a expliqué à la fille que je devais partir. J’imagine qu’il voulait dire que j’étais toujours censé naître. Ce n’était toutefois pas le cas pour cette fille. Elle a protesté parce qu’elle m’appréciait, elle voulait continuer à jouer. J’ai écouté l’homme et j’ai été renvoyé à mon corps de bébé. La fille a continué à voler alentour sans moi. Finalement je suis né quand maman n’a plus reçu de gaz hilarant. Elle avait des difficultés à contrôler ses muscles et le médecin a utilisé les forceps pour m’extraire. Comme mentionné plus haut, cela donnait l’impression qu’il me brutalisait. Aujourd’hui je pense que l’autre boule d’énergie avec laquelle je volais dans tous les sens était ma sœur, celle de la fausse-couche quelques années auparavant. Elle était très heureuse et drôle, mais un peu remuante malgré tout. 

Voilà, je suis sûr que certaines personnes vont automatiquement supposer que les éclairs de lumière et autres ont simplement été provoqués par le gaz hilarant. Et pourquoi pas, on vit ce genre de choses ici-bas, à cause d’une surdose de drogue par exemple. Je voudrais toutefois insister sur le fait qu’à l’âge de 8 ans, j’ai revu ma courte vie en compagnie de Mère, je me rappelle avoir vu ma naissance. Non seulement je l’ai vue, mais je l’ai ressentie, exactement comme tous les autres évènements de ma vie passés en revue. Pour moi, le vol en tant que boule d’énergie était réel, je me souviens encore de ce que j’éprouvais et cela s’est produit il y a 50 ans. Je ne peux pas distinguer ces sensations en les cataloguant comme étant induites par la drogue, alors qu’elles sont similaires à celles ressenties durant l’intégralité de mon EMI à l’âge de 8 ans. Je suis certain d’avoir failli mourir à la naissance et d’avoir alors vécu une EMI. C’est également la raison pour laquelle je n’ai plus eu de réaction pendant environ 2 semaines après l’accouchement, c’est aussi à cause de cela que ma mère a toujours caché sa culpabilité à l’égard de ma naissance. Elle m’a protégé de son mieux parce qu’elle a toujours pensé que j’avais un problème lié à l’accouchement. 

Voici un autre évènement étrange qui s’est produit avant ma puissante EMI à l’âge de 8 ans. Tous les enfants de ma classe de CE1 jouaient dans la cour à la récréation. Je poursuivais un camarade avec qui j’aimais jouer ; il ne me traitait pas de fille comme certains. Nous avons couru vers l’aire de jeu puis nous avons grimpé le plus vite possible sur la plateforme. Je suis arrivé le premier et je l’ai attendu. Croyant qu’il y avait une main courante pour me retenir, je me suis laissé aller en arrière, mais j’ai eu tort. Je suis tombé en arrière, j’ai essayé de me rattraper mais trop tard. J’ai regardé vers le bas et j’ai vu mon corps étendu sur le sol en contrebas. Je flottais alors au-dessus de mon corps, j’étais bleu. J’ai cru que j’étais encore en train de tomber et j’ai tendu le bras pour attraper une barre de la plateforme afin de stopper la chute. J’ai passé le bras à travers la barre plusieurs fois avant d’abandonner. Des enfants se sont soudain précipités vers mon corps. J’ai entendu un enseignant leur crier de s’arrêter avant qu’ils ne m’atteignent. J’ai glissé vers mon corps et il m’a fallu du temps pour revenir à moi. J’étais bien secoué et on m’a renvoyé chez moi pour me remettre.

La raison pour laquelle j’ai raconté cela, c’est peut-être pour affirmer ma conviction que j’étais vraiment différent à cause de l’EMI à la naissance. Pourquoi n’ai-je pas simplement perdu connaissance en heurtant violemment le sol ? Sur le moment, j’ai eu l’impression de tomber sur une grande distance, elle ne mesurait en fait que 1,5 m environ. Je ne me suis rien cassé, je n’ai pas saigné, je n’avais pas de bosse sur la tête, mais je suis quand-même sorti de mon corps en prenant peur et j’étais bleu pendant la décorporation. Je ne me rappelle ni d’avoir heurté le sol, ni d’avoir souffert. D’autre part, en ce qui concerne mes capacités d’apprentissage, les enseignants ont  constamment signalé à mes parents qu’il était difficile de capter mon attention, que j’avais des difficultés à apprendre parce que je n’étais pas concentré. Mon esprit divaguait continuellement car j’étais un rêveur. Je n’étais pas stupide, j’étais occuper à traiter les informations à ma manière. Je crois également que l’expérience à la naissance a augmenté l’intensité de l’EMI à 8 ans, que c’est pour cela que je m’en souviens avec tant de détails aujourd’hui. 

Une dernière chose, la mort de mon père. Il est décédé en 2002, dix ans avant maman. Après plusieurs attaques, il est devenu évident que maman ne pouvait plus s’occuper de lui. Elle l’avait fait seule pendant plusieurs années, heureusement ce furent de bonnes années pour lui. Mais le temps de la dernière attaque est arrivé, celle-ci l’a laissé grabataire à l’hôpital. Après plusieurs mois de soins palliatifs, il a finalement été décidé qu’il fallait supprimer l’assistance médicale afin que mon père ne soit plus ni alimenté, ni hydraté. Il l‘avait demandé dans ses dernières volontés, parce qu’il ne voulait pas être une charge pour sa famille. Je l’admirais pour cela, mais ce fut extrêmement difficile pour maman de l’accepter, elle a encouragé papa à respirer jusqu’à son dernier souffle, la pensée de le perdre était en effet trop dure pour elle. J’ai pris des congés et passé plusieurs semaines avec maman tandis que papa partait doucement. Son confort a toujours été préservé, il a reçu des soins palliatifs qui ont constitué une aide véritable. Je pense que, d’une manière ou d’une autre, il savait que son heure était venu. Il était en effet parfois capable de sourire, il le faisait bien dans le contexte. Ce fut une période très occupée pour nous tous, j’étais présent avec papa le matin, puis maman me relevait et passait la plus grande partie de l’après-midi avec lui. Le soir, nous allions souvent à l’hôpital ensemble pour saluer des membres de la famille qui lui rendaient une dernière visite. J’étais toujours heureux d’être avec la famille. 

Papa et moi ne nous sommes pas toujours aussi bien entendu dans ma jeunesse. Après mon EMI, il ne comprenait pas que mon esprit puisse divaguer vers des choses qu’il trouvait bizarres. C’était un homme très structuré avec une grande maîtrise, il semblait toujours attentif à ce qu’il faisait. J’étais exactement le contraire et cela le frustrait terriblement. En public, je l’ai souvent gêné en disant des choses que les gens trouvaient étranges, il me le faisait savoir. Lorsque je suis devenu un jeune adulte, il a semblé fier de moi parce que je gagnais bien ma vie, mais je suis resté partagé car j’avais le sentiment qu’il montrait plus facilement de l’amour envers ses autres enfants, alors qu’il paraissait éviter ma présence. Nous n’en avons jamais parlé. J’étais très proche de maman, c’est avec elle que je communiquais le mieux. Un équilibre a semblé s’établir dans la famille. En passant du temps seul avec papa à l’hôpital, tandis qu’il partait lentement, je lui ai raconté certains de mes meilleurs souvenirs ; j’ai parlé de choses que nous faisions en famille quand j’étais plus jeune. Il souriait alors beaucoup, mais son regard était souvent vide, parfois il gémissait. Je me souviens d’un jour tout à fait particulier. Par la fenêtre, il m’a reconnu alors que je pénétrais dans l’hôpital à l’heure habituelle, ce jour-là il a réussi à tendre la main pour me toucher le bras comme pour dire bonjour. Il avait l’air très heureux de me voir, mais dès que je lui ai rendu son bonjour, son cerveau endommagé a commencé à lui poser problème, son bras a tremblé puis est retombé.

Dès lors, il a décliné rapidement. Vers la fin, alors qu’il était beaucoup plus faible, je lui ai raconté à nouveau mon EMI. Il savait déjà tout car au fil des années j’en avais souvent parlé, mais il n’a jamais vraiment dit qu’il y croyait. Il a toutefois lu mon premier récit, écrit des années auparavant. Il avait immédiatement réalisé que le jeune homme qui m’a attrapé à travers la barrière nuageuse était son cousin Jimmy, que j’ai décrit comme un garçon insouciant. A l’époque, Maman avait montré mon texte au prêtre, il leur avait dit que leur Eglise ne croyait pas à ce genre de choses. Je me suis assuré de rappeler à papa que je connaissais l’apparence de ses grands-parents, je les lui ai décrits. Je savais que Mich'l était vraiment petit, que sa femme, Kathrine, était plus grande que lui. Je savais également qu’ils étaient très gentils et qu’ils aimaient les enfants. Papa connaissait Hansine, mais Kristen, son grand-père, est mort avant sa naissance. Je ne me rappelle pas exactement de tous les détails que j’ai racontés à papa à leur sujet, mais je ne sais comment, j’ai compris qu’il m’écoutait. Je voulais surtout qu’il sache qu’il ne fallait pas craindre la mort, que les membres décédés de sa famille allaient l’attendre pour le faire monter. Je lui ai annoncé la grande fête à laquelle il devait s’attendre à son arrivée au paradis. Toute la famille était dans sa chambre quand papa est décédé. Lorsqu’il a rendu son dernier souffle, il a fermé les yeux, il avait l’air prêt à partir. Son corps a eu un sursaut et ce fut fini. Je lui ai dit adieu. La colère et le ressentiment que j’avais eu contre lui pendant tant d’années avaient disparu depuis longtemps. Il a été très courageux quand il est mort. Il n’a montré absolument aucune peur, c’est moi qui ai dû me détourner dans un moment de faiblesse. Je ne voulais pas voir mon père séparé de son corps. Je ne suis pas parfait, je ne suis pas toujours fort. J’ai été très impressionné par la façon si paisible dont mon père est mort. Il était prêt à partir. J’ai beaucoup de respect pour lui aujourd’hui. J’étais en colère contre lui autrefois, car je voyais en lui une faiblesse qui semblait alimenter mon ressentiment. Quand il est mort, il a affiché plus de force que jamais. Il m’a impressionné par la somme de courage qu’il a démontré, je l’aime encore plus grâce à cela. Nourrir des rancunes contre quelqu’un c’est stupide, j’avais tout à fait tort. Je n’ai pas pleuré à cause de la mort de papa.

Pendant les jours précédant ses funérailles, j’ai eu peu d’opportunités de m’isoler. J’ai entendu maman pleurer quelques fois, je sais que mon frère et ma sœur l’ont fait aussi. Je n’avais pas envie de pleurer parce que je n’étais pas triste. Par contre, j’avais la sensation de continuer à porter le fardeau de l’imminence de sa mort, je voulais avoir une chance de m’en débarrasser. Je le savais être dans un monde meilleur. Il se trouve qu’on m’a envoyé à l’église où les obsèques devaient avoir lieu. On m’a demandé d’aller chercher de la nourriture déposée dans la cuisine pour notre famille. J’ai fait le tour du bâtiment en écoutant soigneusement pour savoir s’il y avait du monde. Il n’y avait personne. C’est cette église que je fréquentais quand j’étais petit. A l’époque c’était comme une extension de notre maison. La plupart des gens qui venait à l’église du temps de mon enfance avaient comme moi fait leur vie ailleurs, mais maman et papa étaient toujours restés dans la paroisse. Je suis allé jusqu’aux marches de l’autel et je me suis agenouillé. J’ai enfin eu l’opportunité de totalement lâcher prise, j’ai poussé un profond soupir de soulagement parce que mon père ne souffrait plus. Puis j’ai déclaré à Dieu sans ambiguïté: « C’est fait, papa est parti, s’il te plaît pardonne-moi si j’ai fait quelque chose de mal. ». Une voix profonde et vibrante a résonné au-dessus de moi, elle était puissante. « Contemplez mon fils, dont je suis fier ! ». J’ai été surpris, j’ai tout à coup eu la sensation que de nombreuses personnes me regardaient d’en haut. Le même amour reçu à 8 ans s’est déversé en moi, je me suis senti revigoré. Après être resté seul sur terre durant ce qui m’a semblé une éternité, j’ai enfin su que j’étais quelqu’un dont Dieu pouvait être fier. Je suis retourné à ma voiture et j’ai pleuré comme un bébé… des pleurs de joie.

Informations générales :

Sexe :         masculin

Date de l’EMI :          début novembre 1963

Eléments de l’EMI :

Au moment de votre expérience, y avait-il un événement qui menaçait votre vie ?     Oui  maladie  Appendicite, éclatement de l’appendice la veille de l’opération. Maladie, traumatisme ou autre état non-considéré comme mettant la vie en danger

Fin octobre 1963, à 8 ans, je suis tombé malade chez moi avec des vomissements et une fièvre évoquant la grippe. Après avoir été absent de l’école pendant une semaine, mon état a empiré et on m’a emmené chez le médecin. Celui-ci a immédiatement ordonné une opération d’urgence. L’appendice avait déjà éclaté.

Comment considérez-vous la teneur de votre expérience ?     A la fois agréable ET pénible

L’expérience a comporté :     une décorporation

Vous êtes-vous senti séparée de votre corps ?   Indécis  J’ai vu un accident de voiture qui a attiré mon attention car j’ai entendu une femme hurler de peur sur terre. Je n’ai aucune idée de l’endroit où cela s’est produit, c’est comme si j’avais été incapable de déterminer d’où provenaient les esprits des personnes décédées.

J'ai clairement quitté mon corps et j'existais en dehors

Quel était votre degré de conscience et de lucidité durant cette expérience comparativement à celui que vous avez au quotidien en temps normal ?     Plus conscient(e) et lucide que d’habitude   Pouvoir revoir les évènements de ma vie passée et les ressentir a également été très intense.

Durant votre expérience, à quel moment étiez-vous au niveau maximum de conscience et de lucidité ?     Lorsque Mère m’a laissé seul tandis que la lumière intense m’enveloppait.

Vos pensées étaient-elles accélérées ?     Incroyablement rapides

Est-ce que le temps vous a paru s'accélérer ou ralentir ?     Tout semblait se passer en même temps, ou le temps s’est arrêté, ou il n’y avait pas de notion de temps

   Certaines parties de mon EMI ne sont pas repérables dans le temps. Par exemple, je ne me souviens pas quand on m’a montré les nombreux problèmes existant sur terre à cause des Ecritures. Je ne rappelle pas non-plus quand on m’a montré le modèle de terre sur lequel on pouvait déterminer la période de ma vie. Je pense toutefois qu’on me l’a montré juste avant que je retourne avec Mère vers les membres de ma famille.

Est-ce que vos sens étaient plus vifs que d'habitude ?     Incroyablement plus aiguisés

Pendant l’expérience, votre vue était-elle différente de ce qu’elle était juste avant ?   Lorsque j’ai été attaqué par les trainées, je me trouvais seul dans l’obscurité, tout ce que je voyais avait l’air gris, sans couleur. L’ange qui m’a aidé était coloré, quand j’ai communiqué avec une puissance supérieure, je me souviens d’avoir vu un jaune chaud au-dessus de moi.

Pendant l’expérience, votre ouïe était-elle différente de ce qu’elle était juste avant ?  Je n’ai rien entendu jusqu’à ce que les traînées ne m’attaquent en riant. Mon ouïe s’est améliorée immédiatement lorsque l’ange m’a parlé.

Avez-vous eu l'impression d'être conscient(e) d’évènements se déroulant ailleurs ?   Non

L’expérience a comporté :     un tunnel

Avez-vous traversé un tunnel ?     Oui     Puis une formation circulaire, semblable à un tourbillon ou un tunnel en rotation, est apparue devant moi. Au début elle paraissait immense parce que ses limites extérieures étaient pointillées d’étoiles qu’elle extrayait de l’univers dans son mouvement circulaire. En flottant plus près, je me suis rendu compte que les étoiles étaient en fait des traînées (ou des esprits) comme moi. Certaines paraissaient enthousiastes, comme si elles étaient heureuses tandis qu’elles étaient aspirées, j’étais donc heureux aussi. Quand nous sommes arrivés au centre de l’entonnoir, notre mouvement s’est considérablement accéléré, il y a eu de magnifiques éclairs lumineux multicolores. Puis ma bulle a cessé de bouger après avoir rebondi sur une barrière nuageuse à l’aspect cotonneux au-dessus de nous. La barrière empêchait tout mouvement supplémentaire. Tout à coup, deux bras ont traversé la brume, j’ai été attrapé et entraîné par les épaules. Là, l’air ravi, se trouvait un garçon que je ne connaissais pas. Il était vêtu d’un pantalon d’aspect moderne, je me souviens également d’un blouson de cuir. Je l’aimais aussi parce qu’il était gentil avec moi. Comme nous ne nous connaissions pas, il m’a emmené un peu plus loin où de nombreuses personnes

L’expérience a comporté :     la présence de personnes décédées

Avez-vous vu un(des) être(s) pendant votre expérience ?     J’ai senti leur présence

Avez-vous rencontré ou été conscient(e) de la présence d'êtres décédés (ou encore en vie) ?     Oui     Des membres de la famille. L’entité que j’ai baptisée « Mère » était habillée de vêtements semblables à ceux des représentations de l’antiquité.

L'expérience a comporté :     l’obscurité

L'expérience a comporté :     une lumière surnaturelle

Avez-vous vu ou vous êtes-vous senti(e) entouré par une lumière intense ?     Une lumière nettement ésotérique ou surnaturelle

Avez-vous vu une lumière surnaturelle ?     Oui   Mère m’a indiqué un autre tunnel comportant des paliers alignés et aussi d’autres membres de la famille en remontant dans l’histoire. Au centre de ce tunnel se trouvait une lumière intense.

Avez-vous eu l'impression d'entrer dans un autre monde, surnaturel ?     Un monde nettement ésotérique ou surnaturel     Après avoir revu ma vie, je me rappelle qu’on m’a fait faire un genre de visite, mais je m’en souviens peu. On m’a dit que mes souvenirs ne s’éclairciraient que lorsque je serais plus âgé. C’est ce qui s’est produit.

Quelles émotions avez-vous ressenties durant l'expérience ?     Au début, confusion et peur, puis amour et paix incroyables lorsque j’ai atteint le paradis. J’ai eu le sentiment d’être important comme tous les autres.

Avez-vous éprouvé une sensation de paix ou de bien-être ?     Paix ou bien-être incroyable

Avez-vous éprouvé un sentiment de joie ?     Une joie incroyable

Avez-vous eu l'impression d'être en harmonie ou d'être uni(e) avec l'Univers ?   Je me sentais uni(e) au monde ou ne faisait qu'un avec le monde

L'expérience a comporté :     une connaissance ou un dessein particulier

Avez-vous soudainement eu l'impression de comprendre tout ?     Tout sur l'univers     Une partie de l’expérience incluait une gigantesque quantité de savoir, je me rappelle avoir alors pensé que c’était parfaitement logique.

L'expérience a comporté :     revoir ma vie

Est-ce que des scènes de votre passé vous sont revenues ?     Je me suis souvenu de nombreux évènements passés.     La première personne se détachant était une femme qui balayait le seuil de sa maison. D’une manière ou d’une autre, j’ai compris qu’elle ne s’était jamais mariée. Certaines générations précédentes avaient conscience que nous les voyions, elles semblaient nous connaître. Je me souviens en particulier  d’un couple assis sur des fauteuils, la femme a souri en agitant le bras au loin. Il était évident qu’elle était contente de nous voir. Je n’en suis pas certain, mais je pense que les gens dans les fauteuils étaient mes arrière-arrière-grand-parents Danois. Je contemplais une histoire céleste de ma famille. Je suis remonté sur une très longue distance, ainsi que Mère l’avait expliqué. Ensuite elle a indiqué le centre même du tunnel, elle a expliqué qu’une lumière puissante se trouvait tout au bout. Tout à coup, la lumière s’est retrouvée devant nous. Mère m’a laissé seul tandis que la lumière pénétrait toutes les fractions de moi-même. Je me sentais simultanément complet et démantelé. La meilleure analogie simple que je puisse fournir serait de se trouver devant un puissant ventilateur alors qu’on est tout mouillé. Un incroyable vent chaud et pénétrant est entré en moi, pareil à la vie elle-même. Je brillais alors avec la lumière, j’étais extrêmement heureux. J’avais pris la forme d’un bambin dans les bras de Mère, je riais avec elle. Tout à coup, le film de ma vie s’est déroulé devant nous. Nous avons vu les moments que j’avais effectivement vécus sur terre avec ma famille en vie. Non seulement je voyais ces instants, mais je les ressentais également comme si j’y étais. J’étais très aimé par les membres de ma famille en vie qui jouaient avec moi, j’avais la chance d’avoir une grande famille dont les membres aimaient passer du temps ensemble. Mère et moi pouvions choisir une quelconque partie de ma vie. Je sais avoir revu ma naissance. Rien n’a été dit ou expliqué sur ma naissance, mais je me rappelle avoir vu quelque chose qui m’est resté à l’esprit. Je l’expliquerai en détail plus loin. Je me suis senti entraîné dans le monde et je n’ai pas aimé la façon dont le médecin m’a traité. Une de mes visions favorites a eu lieu quand j’ai reconnu des membres de ma famille en vie, assis autour de la table de la cuisine chez mes parents. J’ai crié de joie quand j’ai vu les parents de ma mère, Steve et Bess. Il y avait également d’autres membres de la famille mais papy Steve s’est distingué quand il a joué avec moi. J’étais en sécurité et à l’aise dans les bras de ma mère, je tendais les mains vers papy et il faisait semblant de m’engloutir les doigts. Il le faisait d’une façon drôle et preste qui me faisait hurler de joie. Je lançais les bras autour du cou de maman à la recherche de sécurité, puis je me retournais pour tendre à nouveau les mains. Papy faisait comme s’il ne m’avait pas vu, mais soudain je me retrouvais avec les doigts dans sa bouche et il faisait comme s’il me mâchait la main avec une expression stupide. A nouveau je hurlais de joie avant d’opérer une retraite vers maman. Toute la famille riait, c’était très agréable à revivre. Papy Steve aimait vraiment jouer avec ses petits-enfants et nous l’aimions tous beaucoup. Il savait faire rire et jouer un bébé comme personne, il avait beaucoup de bébés à faire jouer parce qu’il avait lui-même onze enfants. Une de mes tantes n’a que quelques années de plus que moi. Mère et moi nous étreignions souvent tandis que nous regardions les différents épisodes de ma courte vie. Elle en est ensuite arrivée à un incident qualifié d’important car j’avais fait quelque chose qu’elle voulait corriger. Je m’étais mis en colère contre Steve, mon grand frère. Je m’en souvenais car un haut niveau de colère avait stimulé mon agressivité. Je l’avais frappé à la tête avec une fausse batte de baseball. Elle était en bois et elle lui avait fait davantage de mal que je ne l’avais cru à l’époque. Mère a indiqué que se mettre en colère au point de blesser quelqu’un est mal et que je ne devais jamais le refaire. J’ai tout à fait compris et je n’ai jamais frappé ou blessé un autre être humain depuis, pas volontairement en tout cas. De nombreuses années plus tard, j’ai mentionné cet épisode de mon EMI à ma mère terrestre, ce qui l’a déconcertée car elle ne se rappelait plus que j’avais blessé Steve de cette manière. Steve ne se souvient pas de cet incident non-plus. Moi par contre, oui, j’ai en effet pu sentir la colère en moi à cet instant.  

L'expérience a comporté :     une connaissance de l’avenir

Est-ce que des scènes de votre avenir vous sont apparues ?     Des scènes de l’avenir du monde     Je fais parfois des rêves imagés d’évènements à venir, mais je comprends rarement ce qu’ils signifient avant que l’évènement n’ait lieu.

Êtes-vous arrivée à une frontière ou à un point de non-retour ?     J'ai atteint une barrière que l'on ne m’a pas permis de dépasser; ou j'ai été renvoyé(e) contre ma volonté.   J’ai demandé si j’allais être autorisé à informer ma mère en vie de l’endroit où je me trouvais, on m’a répondu qu’elle allait être très triste si je restais, j’ai donc décidé de revenir.

 

Dieu, spiritualité et religion :

Quelle importance accordiez-vous à la religion ou la vie spirituelle avant cette expérience ?     Peu importante pour moi

Quelle était votre religion avant cette expérience ?  Chrétien- Protestant   Catéchisme et messe durant toute ma jeunesse.

Vos pratiques religieuses ont-elles changé depuis cette expérience ?     Oui     Les offices chrétiens me laissent un sentiment de vacuité. Les rituels que nous avons créés pour adorer Dieu sont peu opérants pour moi. Je déteste entendre des responsables religieux affirmer que les individus sont moins importants pour Dieu que des groupes de personnes qui prient ensemble.

Quelle importance accordez-vous à votre vie religieuse ou spirituelle après votre expérience ?     Très importante pour moi

Quelle-est votre religion maintenant ?     Autre ou plusieurs religions   Je ne suis pas actuellement fidèle d’une Eglise chrétienne. Je ne crois pas qu’une religion institutionnelle sur terre détienne les clés du paradis.

Est-ce que cette expérience comportait des éléments conformes à vos croyances terrestres ?     Un contenu partiellement en accord, partiellement en désaccord avec les croyances que j’avais à l'époque de votre expérience.     Le concept d’un modèle de terre utilisé pour déterminer l’avenir et qui serait utilisé au paradis, ne faisait pas partie de l’éducation chrétienne que mes parents m’avaient inculquée.

Vos valeurs et croyances ont-elles changé à la suite de cette expérience ?     Non   

L'expérience a comporté :     la présence d’êtres surnaturels

Avez-vous eu l'impression de rencontrer un être ou une présence ésotérique, ou d'entendre une voix non identifiable ?     J'ai rencontré un être précis, ou une voix, clairement ésotérique ou surnaturelle   La voix de Dieu est très profonde, elle vibre de façon pénétrante, mais je n’ai pas souvenir de l’avoir entendue avant que mon père meure.

Avez-vous vu des esprits religieux ou des morts ?     J’ai senti leur présence

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres ayant vécu précédemment sur terre et dont le nom est mentionné par les religions (par exemple : Jésus, Mahomet, Bouddha, etc.) ?     Indécis   En effet, le premier être que j’ai rencontré ressemblait à un ange, mais certaines personnes auxquelles j’ai raconté mon histoire pensent qu’il devait s’agir de Jésus.

Durant votre expérience, avez-vous acquis de l'information à propos d'une existence avant la vie de mortel ?     Non   

Durant votre expérience, avez-vous acquis de l'information sur un lien ou une unicité dans l’univers ?     Indécis     C’est une compréhension générale qui m’est venue, je ressentais l’unité. Désolé de ne pouvoir être plus précis.

Croyiez-vous en l'existence de Dieu avant votre expérience ?     Existence probable de Dieu

Durant votre expérience, avez-vous acquis de l'information sur l'existence de Dieu ?     Oui     Mère m’a dit que la lumière intense émanait de Dieu. Par conséquent, pour moi il existe.

Croyez-vous en l'existence de Dieu à la suite de cette expérience ?     Existence de Dieu indubitable

 

Concernant nos vies terrestres en dehors de la religion :

Durant votre expérience, avez-vous acquis une connaissance ou de l'information particulière à propos de votre dessein ?  Non 

Avant cette expérience, croyiez-vous que nos vies terrestres sont significatives et importantes ?     Peut-être significatives et importantes

Durant l'expérience, avez-vous reçu de l'information quant au sens de la vie ?     Non   

Croyiez-vous à la vie après la vie avant cette expérience ?     Je n’étais pas certain que l’au-delà existe.

Croyez-vous en une vie après la vie à la suite de cette expérience ?     Existence indubitable d’une vie après la vie     Oui     Je savais être toujours vivant, car je pouvais penser, poser des questions, recevoir des informations dont une partie était communiquée sans utiliser la parole. Les membres de ma famille que j’ai rencontrés paraissaient tout à fait vivants. Je savais être au paradis, sous forme spirituelle.

Aviez-vous peur de la mort avant cette expérience ?     Je n’avais pas peur de la mort

Avez-vous peur de la mort après votre expérience ?     J’avais très peur de la mort

Aviez-vous peur de vivre votre vie avant cette expérience ?     Je n’avais pas peur de vivre ma vie terrestre

Après cette expérience, aviez-vous peur de vivre ?     Je n’avais pas peur de vivre ma vie terrestre

Avant votre expérience, croyiez-vous que nos vies terrestres sont importantes et significatives ?     Peut-être importantes et significatives

A la suite de votre expérience, croyiez-vous que nos vies terrestres sont importantes et significatives ?     Importantes et significatives

Avez-vous appris comment vivre nos vies ?     Non   

Durant votre expérience, avez-vous acquis de l'information à propos des difficultés, défis et obstacles de la vie ?     Non   

Étiez-vous compatissant(e) avant cette expérience ?     Peu compatissant envers autrui

Durant cette expérience, avez-vous appris quelque chose à propos de l'amour ?     Non   

Etiez-vous compatissant(e) après cette expérience ?     Très compatissant envers autrui

Quels changements sont survenus dans votre vie à la suite de votre expérience ?     Après être retourné à l’école, j’ai été très déprimé, je pleurais beaucoup. Je suis revenu avec un plus grand sens de la cruauté existant ici-bas. Maintenant que je suis adulte, passer du temps seul me convient parfaitement.   

Est-ce que vos relations ont changé précisément à cause de cette expérience ?    La profondeur de l’amour que j’attends d’autrui est souvent irréaliste. Je peux être très naïf.

 

Après l'EMI :

Est-ce que l'expérience a été difficile à décrire en mots ?    Oui   Je ne suis pas certain qu’existent les mots nécessaires pour la décrire totalement. Pas dans mon vocabulaire en tout cas.

Avec quelle précision vous rappelez-vous de l'expérience en comparaison d'autres événements à l’époque de l'expérience ?   Je me souviens plus précisément de l’expérience que d’autres évènements de ma vie à l’époque 

A la suite de votre expérience, avez-vous acquis des capacités médiumniques, hors de l'ordinaire ou d'autres dons spéciaux que vous n'aviez pas avant ?     Oui     Je fais souvent des rêves avant que des évènements importants ne se produisent.

Une ou plusieurs parties de l'expérience sont-elles particulièrement significatives pour vous ?      Les liens familiaux, le souvenir de ceux qui sont morts avant nous sont très importants. Ils restent reliés à nous, ils peuvent ressentir les souvenirs positifs que nous avons d’eux.

Avez-vous déjà raconté cette expérience ?   Oui    J’ai écrit mon premier récit personnel de l’EMI il y a 25 ans. Je l’ai fait lire à un oncle qui était pasteur luthérien, il l’a diffusé à ma famille dans un bulletin, je pense qu’il l’a également communiqué à nombre de ses amis.

Aviez-vous connaissance des expériences de mort imminente (EMI) avant cette expérience ?   Non  

Qu'avez-vous pensé de la réalité de l'expérience que vous avez-vécue peu de temps (jours ou semaines) après qu'elle soit survenue ?     L'expérience était tout à fait réelle     Lorsque j’étais encore petit, je n’en ai pas beaucoup parlé parce que je suis devenu très timide. C’est fut bien plus net en grandissant, on m’avait dit qu’il en serait ainsi et c’est bien ce qui s’est passé.

Que pensez-vous de la réalité de l'expérience maintenant ?     L'expérience était tout à fait réelle     J’ai l’impression que c’est arrivé hier. Il est parfois difficile de communiquer avec moi, parce que j’ai tendance à interrompre les gens en finissant leurs phrases. Je m’efforce toutefois de ne pas le faire.

Est-ce que quelque chose a reproduit une partie de cette expérience à une période de votre vie ?   Oui   Quand j’ai prié seul après la mort de mon père et que Dieu m’a parlé. Il m’est parfois arrivé depuis de quitter mon corps et de flotter.

Souhaitez-vous ajouter autre chose à propos de votre expérience ?     Etant donné que j’avais déjà écrit le récit de mon EMI, j’en ai copié-collé une grande partie. Bien-sûr ce serait davantage de travail pour vous, mais vous devriez fournir un endroit où l’on puisse télécharger le fichier intégralement. Nombre de mes interprétations n’apparaissent pas avec vos questions.