NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Leona B

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J’ai séjourné 5 jours à l’hôpital. J’avais bu car mon ex-mari m’avait violemment agressée. J’étais dans le coma et je faisais des attaques. De l’hôpital, je ne me rappelle rien, si ce n’est l’expérience et le jour de mon réveil. Ma famille a été appelée à l’hôpital pour me dire adieu, en effet mon corps se détériorait et les traitements ne contrôlaient pas les crises. C’est ce que m’ont raconté les membres de ma famille qui sont venus me dire adieu un par un, ma sœur qui priait à mon chevet a vu la ligne du moniteur devenir plate et j’ai cessé de respirer. Elle m’a étreinte en pleurant, m’ordonnant de ne pas mourir. Elle m’a dit que j’ai enfin trouvé le repos au moment où je suis morte. Environ cinq minutes se sont écoulées, elle me tenait toujours quand j’ai ouvert les yeux en disant : « Salut Madeline ! ». Les médecins n’avaient aucune explication quant aux raisons de mon rétablissement. Après être revenue chez moi plus tard dans la semaine, j’ai raconté mon expérience à ma sœur.

Mon récit :

Ceci est ma seule expérience durant mon séjour à l’hôpital. Je me suis réveillée en ressentant une sérénité incroyable, comme si je venais de traverser une tornade. On m’a fait traverser la blancheur en direction d’un horizon blanc, j’ai cru qu’il s’agissait d’une route parce que je marchais dessus. A un endroit, sur le côté de la route, j’ai vu un chien gravement mutilé. J’ai ressenti qu’il allait bien, mais je l’ai regardé avec tristesse. Puis un homme s’est approché de moi (j’ose le décrire comme ressemblant aux images que j’ai vues de Jésus). Il  était à côté de moi, le bras autour de mon épaule, m’entraînant avec lui. J’ai demandé ce qui allait arriver au chien. Il a dit : « Ne t’inquiète pas, il va bien. ». Je ne me satisfaisais pas de sa réponse, alors que je commençais à lui demander ce qu’il voulait dire, j’ai été aspirée en arrière tellement vite que je ne peux même pas le décrire. Je me suis retrouvée dans mon lit d’hôpital, j’ai ouvert les yeux et j’ai vu les grands yeux bleus de ma sœur emplis de larmes, elle paraissait sous le choc de me voir. Je me rappelle avoir dit : « Salut Madeline. ». C’est tout. 

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. La paix incroyable est difficile à décrire. Je me sentais au delà d’une sérénité absolument merveilleuse, j’étais libre de toute préoccupation.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Non

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? J’étais totalement consciente et lucide pendant mon expérience. Ma sœur m’a dit que j’étais morte.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. C’était réel.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Sans douleur. Je ne me préoccupais pas du tout de mon apparence, je n’avais pas conscience de mon corps.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Un courant d’air, un aspirateur.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Oui. Vite, un tunnel, blanc.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Après le tunnel.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Un homme aux cheveux longs, barbu, vêtu de blanc, ressemblant aux personnages de la bible.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non. Je n’ai plus peur de la mort. Je ne souhaite pas la précipiter, mais elle ne me gêne pas du tout. Récemment, cela m’a aidé à mieux accepter la mort de ma mère et celle de mon père.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. Par la suite, ma sœur et moi avons eu une incroyable connaissance réciproque de l’expérience de chacune. Je n’ai pas vécu d’autre expérience depuis. Mais elle fait des rêves prémonitoires d’évènements négatifs. Elle a rêvé que ma maison brûlait, elle a vu ma mère pleurer (celle-ci est décédée), ma mère disait « Tout a disparu Madeline ». Madeline m’a appelée et m’a dit de vérifier notre circuit électrique. Comme elle l’avait prévu, il y avait une prise qui faisait court-circuit derrière le canapé. Elle était en train de fondre quand j’ai retiré le canapé. J’ai demandé à ma sœur comment elle savait que c’était un problème électrique, elle a répondu qu’elle l’avait senti dans son rêve. Je pense que Madeline a un lien particulier avec Dieu. Elle a eu d’autres prémonitions en rêve qui se sont réalisées. Elle a demandé à Dieu de me laisser rester sur terre et il l’a écoutée. Nous pensons qu’il existe une raison pour laquelle nous restons ensemble sur terre. Nous ne savons seulement pas encore de quoi il s’agit.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. Déjà expliqué.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Le temps n’avait pas d’importance.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Une sensation de savoir, je ne peux pas le décrire.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Indécise

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Indécise. Je n’ai pas été impliquée dans mon retour, seuls Dieu et Madeline l’étaient.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Indécise. Mon père et ma mère m’ont rendu visite après leur mort. Mon père une fois, ma mère, deux.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je n’ai plus peur de la mort.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Je suis plus sereine pour tout.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je prends davantage soin de moi-même.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Ma mère a été soulagée d’apprendre qu’il n’y avait pas de souffrance, elle n’a pas eu peur quand elle est morte. Elle est morte d’un cancer au cerveau, elle a souffert atrocement.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? J’ai eu la sensation de savoir quelque chose que personne d’autre ne sait.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La paix a été la meilleure. Je n’ai pas la sensation qu’il y ait eu du pire, si ce n’est que j’ai été déçue de devoir m’en aller de là-bas.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? C’est à peu près tout.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

 

DIALOGUE ULTERIEUR PAR MAIL AVEC LE DR JEFF LONG :

 

02/11/03 – Dr Jeff Long

Bonjour,

Merci pour votre remarquable contribution au site web www.nderf.org (fondation de recherche sur les expériences de mort imminente). Nous sommes impatients de publier (anonymement)  votre récit dans un avenir proche, nous vous avertirons rapidement lorsque nous le ferons. Votre contribution va nous aider à mieux connaître les EMI et sera une inspiration pour de nombreuses personnes. J’ai quelques idées concernant l’aspect de votre expérience impliquant un chien mutilé et j’aimerais les partager avec vous. Toutefois, afin de m’aider à comprendre cette facette de votre EMI, j’aurais quelques questions. J’ai cru comprendre que le chien mutilé se trouvait à côté de la route. Quelle était votre proximité par rapport à ce chien lorsque vous êtes revenue dans votre corps ? Je veux dire par là : par rapport à la route sur laquelle vous vous trouviez, étiez-vous en avant, en arrière, ou encore à côté de la partie de la route près de laquelle se trouvait le chien ? Par ailleurs, concernant le personnage vous accompagnant au moment où vous êtes revenue à votre corps, ce personnage était-il devant vous, derrière vous ou à côté de vous ? J’apprécierais grandement ces réponses et tout autre détail que vous pourriez fournir (y compris vos propres sentiments sur la question). Merci encore pour votre récit !

Salutations les meilleures,

Dr Jeff Long

 

02/11/03 – Leona

Bonjour Dr Long,

Merci pour votre lettre. Je vais répondre à vos questions avec plaisir. Cette route paraissait avoir la taille d’une route de campagne, mais je ne pourrais pas vous dire s’il s’agissait d’un chemin ou d’une route goudronnée. Toutefois, il y avait une haie sur ma droite. Elle mesurait entre 50 centimètres et 1 mètre. Cette haie semblait se situer à environ 5 mètres de l’endroit où j’étais. Le chien se trouvait sur le sol, juste de l’autre côté. La distance entre moi et le chien était de 5 à 8 mètres. Il était devant moi sur ma droite, au moment où je l’ai dépassé je me suis retournée pour voir qui avait passé le bras autour de mon épaule, ainsi que pour poser ma question. En fait aucun mot n’est sorti de ma bouche. Mais j’ai su qu’il avait compris. Quand j’ai dépassé le chien, le personnage était devant moi, me faisant face puis il s’est retourné en passant le bras sur mes épaules. Je me rappelle que sa main droite me réconfortait en me tenant l’épaule droite, sa main gauche touchait mon épaule gauche alors qu’il me guidait sur cette route qui continuait dans la même direction, il était à côté de moi. J’attendais sa réponse. Tout cela se passait simultanément. Ensuite il y a eu ce foutu aspirateur. Tout à coup il a fait du bruit et la paix a disparu. J’ai eu l’impression d’être volée. Je n’étais pas en colère mais je voulais à nouveau la paix que j’avais ressentie. Je crois qu’ensuite j’ai dormi. Je pense que c’est le lendemain que les médecins et les infirmières ont eu l’air stupéfaits. Ils ont dit qu’ils ne s’attendaient pas à ce que je « m’en tire ». Je savais quelque chose qu’ils ignoraient. Je voulais que cela demeure ainsi. Seules ma sœur et ma mère ont eu connaissance de mon expérience. Lorsque ma mère a découvert qu’elle était en train de mourir du cancer, elle m’a posé de nombreuses questions sur le sujet. Je lui ai dit : « Oh maman, n’en aie pas peur, souhaite-la. La sérénité est incroyable, tu n’auras plus mal. » (depuis l’âge de 30 ans elle souffrait tellement d’arthrite rhumatoïde, elle ne vivait aucune journée sans douleur). Quand on a diagnostiqué son cancer au cerveau, elle ne m’a pas dit qu’elle était mourante. Quoi qu’il en soit, elle m’a remerciée, me disant combien j’avais de la chance d’avoir vécu ce qui arrive après cette vie-ci. Plus nous en parlions, plus elle paraissait rassérénée. J’ai vécu la mort de ma mère et celle de mon père avec plus de facilité que ma sœur. Je sais que je les reverrai. Je sais qu’ils m’ont rendu visite après leur mort. Ma mère deux fois, mon père une fois. Ils sont venus me voir. Ils ont toutefois dû partir, car ils ne sont pas revenus. J’ignore si je l’ai mentionné dans le questionnaire, mais je me souciais de mon apparence. J’avais les cheveux mêlés et ma chemise de nuit était tachée. Ma sœur m’a dit : « Eh bien, pendant 2 jours tu te débattais et tu bavais. Je ne sais pas comment ton corps a supporté de tels coups. » . J’espère avoir répondu à vos questions. N’hésitez pas à m’écrire à nouveau si vous en avez d’autres.

Salutations

Leona B.

 

03/11/03

Bonjour,

Merci pour les informations supplémentaires. Une de mes préoccupations concernant la publication de votre récit, c’est la vision du chien mutilé. De très nombreuses personnes qui visitent notre site  web ont perdu un animal cher. Aussi je pense que la compréhension de cet aspect de votre expérience est très importante, afin d’éviter des inquiétudes inutiles concernant ce qui arrive aux animaux de compagnie après leur mort. Ceci dit, j’aimerais beaucoup que vous commentiez mon interprétation de la raison de cette vision, je serais aussi bien sûr très intéressé par vos commentaires sur cet aspect de votre expérience. Mon interprétation de la vision du chien mutilé est la suivante. J’ai peut-être tort et votre point de vue sur le sujet est probablement plus juste. Je pense que la route sur laquelle vous vous trouviez était une représentation de votre parcours de vie sur terre. La haie que vous avez vue sur votre droite était une « limite » vous suggérant de ne pas la franchir. Généralement, on trouve des limites dans les EMI, ce sont des frontières entre l’endroit ou se trouve le témoin et celui où il ne peut pas aller s’il doit retourner à son corps physique. Presque toujours, ces limites se trouvent exactement en travers du chemin que le témoin emprunte pendant son expérience. La limite que vous décrivez était différente dans le sens où elle ne croisait pas la route sur laquelle vous vous trouviez, elle la longeait au contraire. Je pense que le chien représente votre vie brisée jusqu’au moment où vous avez été hospitalisée. Votre chemin terrestre est maintenant sorti de la souffrance et les dommages que vous avez subis sont représentés par le chien. Ceci suggère l’importance de rester sur votre chemin (ou route) de vie, de ne pas rester trop en dehors. Il est très significatif que vous ayez regardé le personnage  que vous avez rencontré (je suspecte fortement qu’il s’agissait de Jésus) à l’endroit de la route où vous dépassiez le chien (en passant l’événement de votre vie qui a provoqué l’EMI), vous avez acquis la capacité de voir celui qui vous aidait (guidait) le long du chemin, ce que faisait ce personnage. Votre récit est une belle représentation de l’aide dont je pense que nous bénéficions tous dans notre périple terrestre, ainsi que du fait qu’il nous faut tous parvenir à un point permettant de voir et de reconnaître l’aide divine qui est disponible pour tous. Il était probablement très important pour vous, dans votre cheminement terrestre de parvenir à voir que vous pouvez vous tourner vers les autres pour vous aider dans ce voyage, que le divin est toujours avec vous sur cette route terrestre. Je pense que lorsque votre expérience a pris fin, vous n’étiez pas très loin sur la route après avoir dépassé le chien (merci de me le préciser). Dans le contexte de cette discussion, vous allez peut-être pouvoir donner une signification particulière concernant ce chien. Merci encore d’avoir raconté votre expérience remarquable ! N’hésitez pas à confirmer ou contester ce qui précède. J’aimerais beaucoup que vous partagiez vos réflexions à ce sujet.

Très cordialement, 

Dr Jeff Long

 

03/11/03 – Leona 

Re-bonjour Docteur, 

Ainsi que je l’ai pensé à l’époque et que je le crois toujours maintenant, cette créature a traversé la mort en même temps que moi, j’étais et je suis réconfortée de savoir que les créatures de Dieu sont toutes « traitées » de la même manière. J’ai toutefois la sensation que les êtres humains sont filtrés. Certains vont vers le niveau suivant avec facilité tandis que d’autres subissent un voyage plus difficile. J’ai le sentiment d’avoir été renvoyée parce que j’étais encore utile à quelque chose ici. Que ce soit en renfort pour ma famille, mes enfants ou pour fournir de l’attention et de l’amour à une personne qui en a besoin. J’ignore ce dont il s’agit. Peut-être me fallait-il encore prouver ma foi en Jésus. Peut-être devais-je prendre soin de mon père dans la détresse après la mort de ma mère, il était terriblement peiné et solitaire. J’ai emménagé chez lui et je me suis occupé de lui par amour. J’en ai déjà été récompensée. Dieu m’a envoyé la personne la plus merveilleuse que j’aie rencontrée. Je suis tombée amoureuse et je me suis mariée en avril. Il a le cœur pur et nous avons accompli ensemble des choses que je croyais impossibles. J’ai souvent prié pour qu’il arrive. Il me dit  toujours: « J’ai prié pour que tu apparaisses. ». A une certaine époque, nous étions tous deux en train de nous débarrasser des décombres du passé, nous nous sommes rencontrés à ce moment là. Dieu nous a réunis, j’en suis aussi sûre qu’on puisse l’être. Je sais qu’il me reste autre chose à faire, je le sens et je serai prête. En ce qui concerne la limite, je n’ai pas du tout ressenti qu’il s’agissait d’une frontière. Elle ne représentait rien pour moi, mais je ne suis pas restée suffisamment longtemps pour faire des interprétations. Je me trouvais sur la route et j’avançais, j’ai vu le chien, je l’ai vu**, j’ai senti un bras sur mon épaule, j’ai regardé le personnage, j’ai exprimé mon inquiétude concernant le chien et FFFFFFFFFF ! Je ne peux vous en dire davantage, si ce n’est que pour moi le temps n’importait pas. Mon expérience s’est arrêtée juste après le FFFFFFFF de l’aspirateur. J’aurais aimé savoir ce que vous pensez du souci de mon apparence. Cela m’intrigue.

Amicalement,

Leona 

PS : parler de lui comme d’un personnage ou d’un homme me met mal à l’aise. Il s’agissait d’une personne d’autorité et de grand savoir. Je ne veux pas être présomptueuse en le qualifiant de quoi que ce soit. Je préfère donc dire « il ».

 

05/11/03 – Dr Jeff Long 

Bonjour,

Merci pour vos observations supplémentaires ! En réponse à votre question sur le souci de votre apparence : j’ignore quoi en dire. Vous avez failli mourir, vous étiez probablement sous de multiples traitements, c’est peut-être lié. J’insiste sur le fait que les études existantes ont établi que les traitements n’influencent pas la probabilité de survenue d’une EMI, ni son contenu lorsqu’elle se produit. Si vous êtes d’accord, j’aimerais beaucoup publier votre récit (anonymement) sur le site web www.nderf.org, accompagné en dessous du dialogue lié à votre expérience. Si vous n’êtes pas d’accord, merci de m’en informer. Merci encore pour avoir partagé votre remarquable expérience.

Cordialement,

Dr Jeff Long