NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Lavette H

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Je ne savais pas nager et on m’a poussée du côté profond d’une piscine. J’ai coulé comme une pierre. Quand j’ai touché le fond, mon moi (ainsi que je l’appelle) est sorti de mon corps. Je me suis instantanément retrouvée au dessus et à droite de mon corps, derrière l’épaule droite. Je savais parfaitement que le corps qui se noyait était le mien. Je n’avais pourtant aucune empathie à son égard tandis que je le regardais se noyer et lutter pour survivre, j’en étais totalement détachée. Je me suis immédiatement demandé : « Comment puis-je être ici et là en même temps ? ».

J’ai mis les mains devant moi et je les ai jointes, j’ai senti leur contact et je les ai identifiées comme étant mes mains. Je ne parvenais pas à comprendre comment c’était possible, j’ai pris une profonde inspiration et j’ai dit : « Ça alors ! Je peux respirer sous l’eau ! ». J’ai été distraite par les voix de celles qui parlaient du sort de mon corps tandis qu’il se noyait. J’entendais nettement leurs paroles, j’avais conscience de leurs émotions concernant mon corps qui se noyait, mais je ne m’en préoccupais toujours pas. J’ai recentré mon attention sur le fait que mourir ne fait pas mal du tout.

J’étais stupéfaite de voir à quel point les couleurs et la lumière étaient beaucoup plus réelles et vibrantes autour de moi. Voilà la réalité, ce corps n’était qu’un manteau que j’avais porté. Cela faisait du bien d’en être sorti. Je me sentais libérée de la douleur, de la confusion et toute la lourdeur du poids de la vie sur les épaules. Toute ma vision de la vie changeait au rythme de mes pensées. Tandis que je baignais dans l’émerveillement de tout cela, celle qui m’avait poussée a plongé pour aller me chercher. J’ai observé tandis qu’elle remontait le corps à la surface. Aussi vite qu’il était sorti de mon corps, mon moi l’a réintégré, j’en ai immédiatement été furieuse.

J’ai alors pu ressentir l’expérience que le corps avait vécue pendant que j’en étais séparée. Il avait été terrifié, en colère, angoissé, effrayé. Je n’avais rien vécu de tel, j’étais pourtant maintenant forcée de ressentir l’état que la chair avait éprouvé, même si je n’avais pas été avec elle quand c’était arrivé. A aucun moment je n’ai vu par les yeux du corps, je ne faisais que ressentir ce que celui-ci avait éprouvé vis-à-vis de ce qui lui était arrivé. Je savais également qu’aucune des personnes présentes n’avait vu mon moi sortir du corps, je ne pouvais absolument pas leur en parler. Il semblait qu’alors que je me trouvais dans le corps, celui-ci avait la priorité et maîtrisait tous mes actes. Il possédait un fort instinct de conservation et il n’avait pas conscience du fait que mourir n’est pas un problème. J’ai alors pris conscience que la séparation ne blesse pas le moi, mais qu’elle fait très mal au corps. Le moi peut faire l’expérience du corps tandis qu’il s’y trouve, mais le corps ne peut pas faire l’expérience du moi, il ignore totalement son existence. 

 Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Noyade.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? 100%

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? NON ! C’était plus réel que maintenant alors que j’écris ceci.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Exactement la même apparence que mon corps de chair, y compris les grains de beauté et les cicatrices.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Les voix et les pensées de celles qui m’entouraient.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Indécise. Pas de lumière individualisée, juste une luminosité  ou un éclairage, c’était comme si je m’étais trouvée dans une lumière tamisée toute ma vie et que quelqu’un aurait allumé la lumière. Comme après un film quand toutes les lumières reviennent dans la salle.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Non

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non. La mort telle que nous l’envisageons n’existe pas.

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ? Oui. J’ai entendu une conversation au sujet d’une personne qui m’avait aidée et une dispute a éclaté entre les participantes. Certaines voulaient me laisser le temps d’apprendre à nager, les autres avaient peur et exigeaient qu’on me sauve.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Nous vivons tous dans un monde multidimensionnel, quand nous sommes dans la chair toutefois, nous ne pouvons pas le voir avec nos yeux réels, nous ne voyons qu’ici et maintenant.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. La vie n’est pas ce qu’on nous enseigne, ni ce que nous pensons, la vie a existé, existe et existera toujours.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Indécise. Je n’étais pas au courant de la décision de mon retour mais j’en étais furieuse. Je suppose que j’aurais dit non si j’avais eu le choix, on ne me l’a donc pas laissé.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Je sens, sans même les voir, si les gens sont positifs ou négatifs (bons ou mauvais).

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je suis moins tendue à propos de la vie que ne le sont les autres, je sais qu’il existe d’autres choses à savoir que ce que l’on nous a enseigné, je me consacre davantage à les découvrir, je suis très forte et stable auprès des mourants et de leurs proches.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Quand on découvre qui l’on est vraiment, ainsi que le sens de la vie, cela change tout sur soi-même. Je suis impliquée dans mes relations, ma vie quotidienne consiste toujours à tirer le maximum de ce qu’on m’a accordé. Les pratiques religieuses ne sont que des traditions, pour moi la véritable religion c’est de vivre et de donner vie à fond en honnêteté et pureté.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je suis passée de timide et soumise à très dominante.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. J’impressionne les gens, de toute façon c’est l’une de ces situations qu’il faut vivre pour y croire. Je l’ai toutefois racontée à mon père la veille de son attaque. Quand il a repris conscience à l’hôpital il était incapable de parler, mais il a insisté très vivement pour que je reste avec lui jusqu’à ce qu’il meure. Il ne cessait de faire « Oui, oui ! » de la tête.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? J’étais furieuse d’être de retour dans ce terrible endroit de douleur et de chagrin.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure à été d’être là-bas, la pire, de revenir.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Ce fut la deuxième expérience surnaturelle sur les trois que j’ai vécues, toutefois c’est la seule que je puisse qualifier d’EMI, même si ce ne fut pas la plus profonde des trois.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui. Des années plus tard j’ai été visitée, on m’a rappelé cet évènement, on m’a fait savoir que la raison pour laquelle je n’avais pas été autorisée à mourir était sur le point de porter ses fruits dans ma vie.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Indécise. Pour comprendre totalement la plénitude de cette expérience, il me faudrait expliquer d’autres évènements qui se sont produits avant celui-ci. Cela constituerait un autre questionnaire en soi.

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire : Davantage de questions sur l’environnement, la situation de famille.