NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Kim G

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J’étais dans une clinique de soins d’urgences où on me posait une perfusion CIP. Le cathéter a été inséré, puis l’infirmière m’a emmené en radiologie pour en confirmer le placement. J’étais juste revenu de la radio quand j’ai dit au technicien que j’avais des vertiges, que je ne me sentais pas bien. Personne ne se trouvait dans la salle des patients, j’ai commencé à être en état de choc, car j’étais allergique au cathéter, en effet celui-ci était en latex.

Les vertiges sont devenus violents et j’ai dû m’allonger sur la table d’examen. J’ai commencé à me sentir faible, il est devenu difficile de parler. J’entendais tout le monde autour de moi essayant différentes procédures pour me ramener. Je me suis rendu compte que je n’étais pas dans mon corps mais que je semblais me trouver dans une zone parallèle à la nôtre.

Lorsque j’ai basculé dans cet univers parallèle, j’étais en mesure de me trouver dans cet endroit et simultanément observer l’équipe médicale, discutant des différentes procédures pour que je réagisse.

J’étais dans un endroit qui possède une lumière illimitée. Il n’y avait aucun point de repère. La lumière était blanche et englobait tout. Mon corps a été absorbé dans cette lumière. Je me suis senti environné par des personnes. J’en connaissais certaines, d’autres non. Une voix inconnue me parlait. Tandis qu’on me parlait, j’ai senti que mon corps était ailleurs, seule mon âme était présente. J’ai éprouvé le contentement et la sérénité les plus intenses de toute ma vie. Mon corps me fait vivre une souffrance permanente. Je ne sentais plus mon corps et donc la douleur non plus.

Les voix m’ont demandé si je voulais rester là-bas. J’ai répondu oui car c’était l’endroit le plus réconfortant que j’aie fréquenté. Ensuite, des voix différentes m’ont souhaité la bienvenue à cet endroit. Puis j’ai entendu mon père décédé me demander si je pensais avoir accompli tout ce que je désirais faire à l’endroit où mon corps était resté. Je me souviens avoir réfléchi à cette demande. J’ai alors réalisé que si je répondais oui, j’allais être bloquée là-bas. J’ai également pris conscience que cet endroit était une étape vers un ailleurs encore plus important. Tout le monde disait vouloir que je reste.

J’ai alors entendu mon mari m’appeler. Il ne cessait de répéter mon nom en disant : « Réveille-toi Kim ! ». J’ai ignoré sa demande à cause du plaisir extrême d’être arrivée quelque part où il n’y avait aucune douleur. J’éprouvais une telle joie et un tel contentement que je ne voulais pas repartir.

Ensuite, la voix de mon père a déclaré que je devais prendre une décision. Je me suis mise à réfléchir au motifs qui me feraient rester là-bas ou repartir sur terre. J’ai entendu mon père dire qu’il restait encore beaucoup de travail à faire avec ma famille. Je me suis tout à coup rendu compte que je ne voulais pas rester là-bas.

J’ai tenté de me détacher de cet univers chaud, à la lumière blanche, où toute douleur s’évanouit, où des vagues de contentement et d’amour déferlaient tout autour de moi.

J’ai dit à mon père que je voulais repartir. A cet instant, je me suis retrouvée sur la table d’opération, j’entendais mon mari qui m’appelait afin de me réveiller. J’ai lutté pour me réveiller. J’ai alors réalisé que l’autre univers ne voulait pas que je parte, j’ai commencé à être tiraillée entre cet univers et les appels de mon mari. Cette lutte a semblé persister quelques temps, je n’avais toutefois aucune notion du temps. Je suis retournée dans mon corps avec un claquement, comme si j’avais été projetée en moi-même. J’ai immédiatement commencé à vomir massivement de grandes quantités de mucus. On m’a dit plus tard qu’au moins 1 litre de mucus s’est évacué de mon corps.

Je suis sortie de ce combat léthargique, ressentant les douleurs de mon corps, comprenant immédiatement la décision que je venais de prendre. L’équipe soignante était tellement enthousiaste que je sois réveillée que personne ne m’a posé de question. J’ai été emmenée en ambulance à l’hôpital qui se trouve à 20 minutes de la clinique. Pendant le transport, j’ai réfléchi à l’endroit illuminé de blanc et tout à coup j’y suis retournée. J’ai à nouveau éprouvé cette chaleur englobant tout et ce contentement tels que ma vie n’en avait jamais connu. J’ai lutté pour repartir, à nouveau j’ai réintégré mon corps dans un claquement, juste à temps pour voir les ambulanciers au dessus de moi avec un défibrillateur dans les mains. Ils tentaient de me réanimer en m’administrant des chocs électriques au cœur.

Aux Urgences on m’a droguée parce que je me débattais violemment sur la table. Je ne me rappelle absolument pas m’être trouvée aux Urgences.

J’ai plus tard raconté à mon mari ce qui m’était arrivé, je lui ai demandé de me raconter sa version de l’histoire. Je lui ai dit que par moments je n’étais plus dans mon corps. Il pense que s’il n’avait pas été là pour m’appeler, on m’aurait perdue.

Je me suis rendu compte que c’est exact. J’aurais été heureuse de rester avec la lumière blanche, ressentant la chaude énergie déferlant à travers mon corps entier, là où la douleur n’existe plus, seul sont présents l’amour et le contentement. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non. Réaction allergique au latex, choc anaphylactique.

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. On m’avait posé un cathéter CIP pour l’utilisation d’antibiotique en ambulatoire, c’était une procédure standard, l’équipe de la clinique ne comprenait pas ce qui m’arrivait. Mon mari était là et il a dû leur dire exactement ce qu’ils devaient faire.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Je pouvais tout sentir. Je ne ressentais pas mon corps. J’avais le sentiment de pouvoir prendre des décisions, écouter des questions, y réfléchir et y répondre.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. Ce n’était pas un rêve. J’avais la sensation de me trouver dans un univers parallèle d’où je pouvais voir ce qui se passait dans la chambre où se trouvait mon corps, mais l’espace où résidait alors mon âme était empli de lumière blanche et de chaleur.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. Mon corps est resté dans la chambre où je me trouvais. Mon âme était dans un autre endroit, discutant avec des personnes dont je savais qu’elles étaient décédées.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Non

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Oui.

Précisez : C’était comme si j’avais bondi hors de mon corps vers un autre endroit qui ne comportait ni limite ni repère.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. La lumière blanche m’environnait. Il y avait une lumière blanche personnelle pour chaque personne dont je ressentais la présence auprès de moi. Chacun de nous avait sa propre lumière. La lumière semblait environner la personne, telle une forme de sentiment, pas une forme physique comme on en voit sur terre.

La lumière blanche était un sentiment de chaleur et de contentement ;

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Je savais qu’ils étaient tous décédés. Ce savoir a été octroyé à mes pensées. J’ai reconnu certaines personnes, d’autres non. J’écoutais mon père qui me posait une question. Je me souviens de ne pas avoir exprimé la réponse, je l’ai pensée et j’ai senti que tout le monde savait ce que j’essayais de dire. Nous communiquions par ondes de pensée.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Oui. Après l’expérience initiale, j’ai été transférée à l’hôpital par ambulance. Je pensais à ce qui s’était passé, particulièrement à la lumière blanche, la chaleur de contentement et le bonheur de ne ressentir aucune douleur. Dès que j’ai pensé à cet endroit, j’y suis retourné comme si je ne l’avais jamais quitté. Je n’ai entendu aucune voix, j’ai seulement éprouvé de la joie pure.

J’ai réalisé que cet endroit n’était pas l’endroit ultime d’existence. J’ai eu le sentiment que ces personnes n’avaient pas accompli certaines tâches qui allaient les mener à un endroit supérieur. Je savais que si je restais, je n’allais pas retourner dans mon corps. J’ai pu penser aux répercussions qu’allait entraîner cette perte sur le chagrin de ma famille. J’ai compris que je revenais pour une raison particulière. Il me fallait effectuer une tâche dont j’ignorais ce qu’elle pouvait être. Après l’avoir accomplie, l’univers allait changer par le poids de cette réalisation. Je me suis rendu compte que je n’allais peut-être même pas savoir ce que je devais faire pour l’accomplir.

Je sais que je n’aurai plus peur de mourir. Je sais que l’autre endroit est une forme de contentement. Je sais qu’il existe des niveaux en direction de la partie ultime de cet univers, que je suis seulement allée dans l’un de ces endroits. Un endroit focalisé sur la tâche. Je sais que je dois faire quelque chose dans ma vie pour aider quelqu’un.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. Il y a quelque chose que je dois faire, que cet endroit m’a demandé d’accomplir. J’ai le sentiment de devoir aider quelqu’un qui touchera ma vie autant qu’il est possible. J’ignore de quoi il s’agit. J’ai très fortement le sentiment que je dois aider quiconque le demande. J’ai la sensation qu’une fois ma tâche accomplie, je retournerai vers l’endroit supérieur de contentement dans lequel je suis déjà allée.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui. Cet univers parallèle était une réplique du nôtre sauf qu’il n’y avait pas de corps physiques là-bas. C’était comme s’il y avait eu deux espaces l’un à côté de l’autre, que j’étais autorisée à regarder là où gisait mon corps, puis diriger à nouveau mes pensées vers l’univers dans lequel je me trouvais. J’ai compris que l’endroit où j’étais m’offrait quelque chose que la terre n’aurait jamais pu me proposer, que j’étais libre de toute douleur, joyeuse, contentée, en paix.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Le temps allait plus vite là où se trouvait mon corps. Dans l’autre univers il n’y avait pas de sensation de précipitation du temps.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. Je savais qu’il s’agissait d’une étape vers un meilleur endroit de lumière blanche. Afin d’aller vers un niveau différent, d’être plus proche du pur contentement, il me fallait accomplir une tâche sur terre. Il me fallait repartir sur terre pour aider quelqu’un. J’avais le sentiment qu’après l’avoir fait, à ma mort, j’allais avoir achevé le travail pour lequel je suis sur terre.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. La lumière blanche s’étendait aussi loin que l’œil pouvait voir. Il n’y avait aucune structure physique de matière, pas même mon corps. Cet endroit était purement un processus de pensée. Je savais que si je restais là-bas, mon essence allait constamment rechercher ce que je n’aurais pas accompli sur terre. Je savais que je devais quitter cet endroit afin d’accomplir une tâche.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Oui. Je savais que je devais retourner dans mon corps. Il me fallait aider quelqu’un, la personne que j’allais aider allait faire quelque chose d’impressionnant  qui allait faire passer l’univers à un ordre non chaotique.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. Je savais que je luttais contre les personnes dans cet endroit de contentement afin de pouvoir retourner dans mon corps. Au début la lutte a été difficile, elles ne voulaient en effet pas que je parte.

J’entendais la voix de mon mari me demandant de me réveiller. Je savais que je devais retourner dans mon corps et parler à mon mari. Une lutte se déroulait, en tirant et poussant.

Je me souviens avoir dit à mon mari que les gens de là-bas ne voulaient pas me laisser partir.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? J’ai la capacité de sentir l’énergie d’une personne en identifiant le genre d’énergie qu’elle émet vers les autres. En utilisant un bijou qu’elle porte souvent, j’ai le pouvoir de raconter à une personne l’histoire émotionnelle de l’objet.

J’ai la capacité d’utiliser la « Lumière Blanche » pour me purifier et m’emplir d’énergie positive. Je sais maintenant que je peux aller rechercher l’énergie de cet autre univers et voir si elle a basculé ou changé. Il y a un nouveau sentiment d’urgence, cet endroit pourrait basculer vers un autre état qui n’en ferait plus un endroit réconfortant où vivre.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Nous avons tous entendu parler d’expériences de mort imminente d’autres personnes. En tant qu’humains nous hésitons à la raconter aux autres car nous sentons qu’ils ne vont pas y croire. J’ai le sentiment qu’une personne de confession chrétienne ne croira pas en l’existence d’un tel endroit.

Je le raconte à ceux qui croient à la réincarnation. C’est en effet la force de modification de vie que j’ai ressentie quand je suis morte. Je sais maintenant qu’à ma mort, je serai emplie de contentement et de joie.

De quelle manière l’expérience a-t-elle affecté vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Je peux en parler à ceux qui pourraient croire en un tel endroit. Je n’en ai pas parlé avec quelqu’un qui l’ait vécu. Je voudrais crier à tous ceux que je connais de ne pas gaspiller leur temps sur terre avec des choses mesquines comme l’inquiétude, mais d’aider les autres autant qu’il est possible. Se focaliser sur la construction de son propre bonheur en aidant les autres.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je ressens de la joie à aider tout le monde, je partirai dans un sentiment de contentement pour avoir accompli une tâche sur terre. Je ne refuse jamais d’aider des amis ou d’autres personnes. J’ai pris conscience que notre temps sur terre est compté.

Avez vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Certaines personnes croient qu’un endroit pourrait exister après la mort. La  plupart des chrétiens croient en un endroit physique alors que cet endroit se trouve là où va notre esprit. Je n’en parle pas tellement à d’autres personnes. J’ignore si elle vont me croire, pourtant cela m’est égal. Si elles doivent savoir qu’un autre endroit existe, alors cela leur sera révélé en temps utile.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Joie d’être de retour dans mon propre corps. La certitude de connaître l’existence d’un endroit où, lors de la mort, réside non pas le corps mais l’esprit. Je suis heureuse d’avoir eu la chance que cela m’arrive. Je ressens également l’urgence d’aider les autres dans ce monde.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La pire partie de cette expérience a été de comprendre que j’avais laissé mon corps derrière moi, que je me trouvais ailleurs et aussi que les gens de cet endroit me tiraillaient pour que je reste là-bas.

La meilleure partie est de savoir que purs joie et contentement existeront après ma mort.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? En tant que bouddhiste je crois en la réincarnation. Après cette expérience de mort imminente, je me rends compte qu’il existe différents niveaux après la mort. Autant qu’il est possible, il faut tenter d’accomplir toutes les tâches afin d’aider les autres tant qu’on est sur terre. Si on gaspille sa vie, on continuera a évoluer sur terre afin de réapprendre la raison originelle pour laquelle on se trouve ici.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui. Je peux méditer en utilisant la force de la « Lumière » pour purifier mon corps des sentiments négatifs. Je peux me débarrasser des pensées négatives et entrer dans un état de pure joie. Je peux rechercher cet endroit à travers la lumière afin de voir s’il se trouve toujours là, mais je ne peux pas y pénétrer.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. Il peut être très difficile de décrire cet endroit en utilisant notre langue pour certains sentiments alors qu’ils n’ont pas de nom. Je ne peux communiquer à personne la force de ma croyance après avoir vécu cette EMI.

Après que cela soit arrivé, je suis allée à la bibliothèque et j’ai recherché des informations supplémentaires sur la « lumière blanche ». Je suis tombée sur un livre que j’ai utilisé dans le passé pour méditer avec la lumière blanche, afin de me débarrasser de la négativité et de supprimer ma douleur médicalement.

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire : Avez-vous recherché d’autres personnes ayant vécu une expérience similaire à la vôtre ?  Avez-vous tenté de trouver des livres qui expliquent ce qui vous est arrivé ?