NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Kathy R

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

1er récit : 11 ans ; vacances à Kiefer, bien !

Je nageais dans la piscine d’une amie, sa fille à sauté du bord après que j’y aie moi-même plongé. Elle a atterri sur moi et a été surprise. Comme elle était plus jeune que moi, elle a eu très peur et m’a repoussée sous l’eau, elle avait les jambes enroulées autour de ma poitrine et de mon cou.

Je me souviens de m’être vue chez moi en Georgie, jouant dehors avec mon petit frère, par terre en train de faire des tartes avec de la terre, jetant des pierres, grimpant dans les arbres. Je me suis vue en train de travailler dans le jardin avec ma mère et mon père. J’ai vu mes grands-parents et arrière-grands-parents (vivants à l’époque). Les vacances que nous avions passées ensemble.

C’était comme si le film de mes 11 brèves années passait sous l’eau de la piscine. Ma grand-mère (décédée alors que j’avais 9 ans) énonçait mon nom comme si elle m’avait appelé avec un haut-parleur. Je voyais son visage et j’ai tendu la main vers elle pour la toucher sous l’eau, à cet instant j’ai eu les paupières tellement lourdes que je ne pouvais plus les garder ouvertes, je coulais vers le fond. Je me souviens que la température de l’eau chauffée par le soleil a commencé à décroître. Ma vision suivante, ce fut ma mère qui venait de me tirer hors de la piscine. Après avoir été examinée par les urgentistes, on a diagnostiqué que j’allais bien et on m’a permis de rester chez les amis au lieu d’aller à l’hôpital. 

2ème récit : environ 20-21 ans, chez moi à Ringgold en Georgie.

J’ai ressenti des douleurs au ventre alors que j’étais chez des voisins, j’ai décidé de me précipiter vers mon appartement. A environ 4 pas de leur porte, je me suis effondrée sur le trottoir en béton, j’ai commencé à faire des convulsions.

Au cours de la crise je n’ai senti aucune douleur, je n’en éprouve jamais d’habitude, quand il s’agit du haut mal je ne réalise pas non plus que j’ai une attaque, jusqu’à ce qu’elle soit terminée. Cette fois là paraissait un peu différente… c’était familier et j’avais un peu la sensation de rêver que je mourais, que je me parlais à moi-même dans ce rêve. J’ai vu une obscurité totale avec un soupçon de lumière au centre, comme si elle brillait à travers un trou d’épingle. Je me suis concentrée sur cette lumière pour voir de quoi il s’agissait, j’ai alors commencé à entendre de la musique.

Décrire la lumière est simple… elle était intense, une lumière blanche à brûler les yeux, plus brillante que tout ce que j’ai vu dans ma vie et pourtant tellement petite que ce n’était qu’un soupçon de lumière.

Je ne parviens pas à décrire la musique, je ne l’ai jamais pu. Elle était apaisante, différente de tout ce que j’ai entendu ailleurs, avant ou depuis, pourtant elle me paraissait familière, comme si j’en connaissais l’air ; aucune voix dans cette musique, elle n’avait pas non plus de véritable rythme, elle existait tout simplement.

A cet instant j’ai entendu ma propre voix dire : « C’est donc ainsi quand on meurt, ce n’est pas si mal. »

Ensuite j’ai entendu mon nom répété encore et encore par une voix frénétique qui me suppliait de me réveiller. Lorsque j’ai ouvert les yeux, sans même me rendre compte à qui je parlais, ni où je me trouvais, j’ai dit : « Je viens de mourir… je viens tout simplement de mourir. ». C’est alors que j’ai senti le goût du sang  et que j’ai ressenti la douleur due à une fracture de la mâchoire, ainsi qu’à une bosse vraiment énorme à la tête. On m’a emmenée aux Urgences, j’ai essayé d’expliquer au médecin ce qui s’était passé. A son avis, je m’étais juste cogné la tête très violemment et c’était ce qui avait provoqué la lumière… des ratés du cerveau. Il n’avait aucune explication pour la musique, il m’a envoyée vers un autre médecin pour les sutures, les radios, etc. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Récit 2 à l’âge de 20-21 ans ; on venait juste de diagnostiquer un cancer du foie pour mon arrière-grand-mère.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Je pensais être lucide, mais les témoins de chaque évènement ont déclaré que j’avais les yeux fermés, que je respirais à peine.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? La seconde expérience m’a semblée être un rêve, elle m’était familière.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Indécise. 2ème récit, je me parlais à moi-même comme si j’étais quelqu’un d’autre.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Oui. Des voix et de la musique.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Indécise.

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Dans la seconde expérience, j’étais très attirée par la petite quantité de lumière que je voyais. Elle était très petite, mais j’avais l’impression qu’elle tentait de m’attirer à elle, ou plutôt de maintenir mon attention concentrée sur elle. Ensuite j’ai entendu la musique qui m’a distraite.

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. Premier récit à l’âge de 11 ans : J’ai vu ma grand-mère décédée alors que j’avais 9 ans. Elle m’appelait sans cesse, sa voix était un peu amplifiée.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Oui. Premier récit à l’âge de 11 ans ; Je me suis vue faire toutes les activités de l’enfance que j’avais accomplies ; jouer dehors avec mon petit frère, modeler la terre, lancer des pierres, grimper aux arbres. Je me suis vue lors de rassemblements familiaux, d’évènements de vacances quand toute notre famille était réunie, parents, grands-parents et arrière-grands-parents, tantes, oncles et cousins. Je n’ai rien appris d’autre que ce je connaissais de mes 11 brèves années.

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Non

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Dans les deux expériences, c’était comme si le temps s’était arrêté, comme s’il repartait en arrière.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Non

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Oui. Dans la deuxième expérience j’ai eu la sensation que la lumière était une limite ; un point de séparation entre l’endroit où je me trouvais et là ou je pouvais aller.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Non

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. Mes instincts intérieurs se sont considérablement accrus ; par exemple : je sais quand quelque chose de vraiment mauvais va se produire. Je ne dirais pas que c’est un don, c’est simplement un instinct que j’écoute davantage maintenant, au lieu de l’ignorer.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je suis terrifiée par la mort.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? J’ai très peur de mourir ; j’ai des crises de panique, je suis maintenant considérée comme handicapée à cause des crises incontrôlables.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je pense que je suis davantage paranoïaque maintenant.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Je l’ai raconté à la famille et à des amis. Ils ont vécu les mêmes expériences que moi.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Frayeur, nervosité.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? Récit 1 : la meilleure a été de voir ma grand-mère.

La pire de voir la peur sur le visage de ma mère après qu’elle m’ait sortie de la piscine.

Récit 2 : la meilleure a été la sérénité, l’absence de douleur et de confusion, ne pas craindre d’être curieuse.

La pire : la fracture de la mâchoire !

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui