NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Judi T

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

ATTAQUE PROBABLE / PERTE DE CONNAISSANCE CERTAINE

A l’époque de cette expérience, je travaillais dans un emploi très stressant, j’arrivais juste de l’étranger après de nombreux mois de déplacements mouvementés et de lourdes négociations incessantes. Le soir suivant, je venais de coucher mes jeunes enfants dans mon lit et je me suis moi-même endormie. Mon mari est arrivé quelques minutes plus tard et il a commencé à emmener les petits dans leur chambre. Quand il a pris le premier, la chair du côté droit de mon corps s’est mise à « hurler ». J’avais l’impression qu’elle se tordait sur elle-même. J’ai presque immédiatement jailli hors de mon corps (ce n’était pas la première fois que je vivais une EMI, je me souviens d’en avoir vécu une autre. J’ai également vécu d’autres expériences spirituelles, entre autres le souvenir d’une vie antérieure qu’une tante m’a rappelée).

J’ai fusé par le haut de la tête, à travers le mur de la maison (le lit était installé contre ce mur), je me suis mise debout et j’ai parlé à une silhouette humaine, semblable à un nuage aux contours bleus (j’ai fini par comprendre qu’il s’agissait de l’un des mes anges gardiens). Je lui ai demandé de l’aide parce que mon corps était en train de mourir (je n’avais aucun doute sur son désir ou sa capacité à m’aider). Il m’a répondu « Pendant si longtemps Il t’a demandé de partir. Maintenant, regarde ce qui t’arrive. ».

Immédiatement (1) j’ai su que je le connaissais, qu’il me connaissait, qu’il était bien et dans l’ordre des choses qu’il en soit ainsi, (2) j’ai su qu’il faisait référence au travail que Dieu m’avait ordonné de quitter en janvier 1997. Mais j’avais tenté de me défiler afin de le conserver. (3) J’étais contrariée parce qu’à ce stade critique, j’avais le sentiment qu’il était injuste de me sermonner.

J’ai donc dit : « D’accord, d’accord, je vais partir, je vais le quitter. Aide-moi juste en pour mon corps. ». Il m’a dit de retourner dedans et d’essayer d’appeler mon mari. C’est ce que j’ai fait, mais le côté gauche de la bouche me faisait « défaut », je ne le maîtrisais pas et je ne parvenais pas à articuler. J’ai bondi hors de mon corps en disant que la bouche ne fonctionnait pas. A travers le mur de la maison, je voyais l’intérieur notre chambre, mon mari était toujours là en train d’emmener les enfants, l’ange m’a dit de repartir et d’essayer avec le cerveau. Je suis retournée à l’intérieur et j’ai essayé d’appeler mon mari avec mon cerveau, mais j’avais l’impression d’un vieux disque qu’on passe à vitesse trop basse. A nouveau je suis sortie de mon corps en pensant : « Eh bien ! C’est fini – Adios amigos. ». Je lui ai dit que le cerveau ne fonctionnait plus, il a alors répondu « D’accord, retournes-y, je m’en occupe. ». J’ai à nouveau pénétré à l’intérieur de mon corps, bizarrement j’étais capable d’avoir des pensées « localisées » (pas à distance comme lorsqu’on essaie d’appeler quelqu’un). J’ai demandé à Dieu que je ne meure pas, mais s’il le fallait quand même, de me laisser tenir jusqu’au matin, afin que mes enfants ne subissent pas le traumatisme de la mort de leur mère durant la nuit, sans pouvoir dire adieu. J’ai dit : « Père, que ta volonté soit faite, pas la mienne, je remets mon esprit entre tes mains. ». Ensuite, je n’ai eu conscience de rien jusqu’à ce que mon mari se mette au lit. L’ensemble a duré environ vingt minutes.

Quand mon mari s’est couché, apparemment j’avais été réanimée, je lui ai dit que je ne me sentais pas bien (il a confirmé cette déclaration le lendemain matin), il semble que j’aie perdu à nouveau connaissance. Lors de mon souvenir suivant, j’ai compris que je m’étais réveillée. C’était le matin et j’ai vérifié pour savoir si j’étais « encore bien ici ». Je suis sortie dehors pour « découvrir le monde », je me sentais un peu fatiguée comme si je venais de courir. A l’extérieur, les montagnes, les arbres et les fleurs paraissaient plus brillants et j’étais heureuse d’être de retour. J’ai appelé ma sœur (qui est médecin) et je lui ai dit ce qui s’était passé. Elle m’a fait passer une série d’examens, comme elle a trouvé mes réactions trop lentes du côté gauche, elle m’a immédiatement envoyé passer un scanner CAT. Celui-ci a montré un endroit calcifié (durci) dans le cerveau. Les examens ultérieurs : EEG, ECG et résonance magnétique ont été totalement négatifs. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Je subissais une douleur atroce du côté gauche, il semble qu’il s’agissait d’une attaque.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Sortie du sommeil mais conscience et lucidité totale lorsque la douleur affreuse a débuté.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Oui. Les lumières de la pièce étaient éteintes, avec les oreilles je n’entendais aucun bruit physique provenant de mon mari ou de moi-même. J’ai toutefois entendu un gémissement aigu tandis que la chair « hurlait ».

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui. J’avais conscience que ma forme était comme d’habitude. Je ne me suis toutefois pas focalisée sur mon apparence, j’étais en effet davantage préoccupée par mes tentatives afin d’obtenir de l’aide pour mon corps physique.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Le gémissement aigu quand la chair hurlait, juste avant que je ne jaillisse de mon corps.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non. Dans les deux occasions où je me souviens d’avoir quitté mon corps en mourant, je n’ai pas « manifesté de tunnel ». Il semble plutôt que les expériences aient constitué des « interruptions » ou juste un passage au « Quartier Général » ;o).

Avez-vous vu une lumière ? Oui. Une silhouette. C’était comme s’il avait été spécialement désigné  pour s’occuper de moi. Après qu’il ait commencé à me sermonner, je me suis seulement rappelé que je « le » connaissais (c’est à dire son essence). Peut-être ai-je reconnu « son comportement » ;o). Il m’a dirigée, aidée, protégée et soutenue à travers cette expérience. Je savais que ce qu’il me disait de faire était  correct étant donné les circonstances, mais je paniquais un peu trop pour penser par moi-même.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Oui. Mon mari qui emmenait le deuxième et le troisième enfant. Ma mère, que j’ai également tenté d’appeler, m’a dit qu’à peu près au moment où cela se passait, elle a ressenti une grande inquiétude à mon sujet (j’ai fait confirmer par mon mari l’heure qu’elle a fournie). Elle a immédiatement éteint la télévision et a insisté pour que mon père se joigne à elle afin de prier immédiatement pour moi.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Tandis que j’étais hors du corps, le mur était transparent pour moi. C’était comme le négatif d’une photographie.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Non. Pas pendant l’événement, mais par la suite, oui.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Indécise. Il semble que je parlais à l’ange dans une zone délimitée. Nous n’avions ni besoin, ni envie de davantage d’espace, mais celui-ci semblait effectivement confiné. Franchir la limite qui se situait à ma gauche n’entrait pas en ligne de compte, nous nous préoccupions en effet du corps qui se trouvait à ma droite, dans la chambre à l’intérieur de la maison.

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Indécise. J’ai davantage confiance  dans la véracité et ma compréhension des indications reçues à propos de l’avenir de ma vie et de celles d’autrui.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. Voir plus haut.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Non. Ce n’était pas la première fois que je vivais une EMI, de plus j’ai toujours éprouvé de l’intérêt pour les expériences spirituelles. Je ne fais que mieux les comprendre maintenant, j’ai davantage confiance dans les messages.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Le temps n’a plus d’importance. Je ne porte pas de montre. Je sais que chacun a un dessein, que certaines personnes sont nées avec une mission particulière dans le but d’élever le monde.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? J’ai réalisé plusieurs changements positifs.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Meilleures relations familiales.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Elles y croient parce qu’elles sont déjà familières de telles expériences.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Paix, gratitude et désir d’obéissance.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? Le pire : la chair qui hurlait. La meilleure : l’ensemble de la rencontre.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? Non

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire de www.nderf.org : Le questionnaire est très exhaustif. 

Pouvez-vous décrire plus complètement comment vous avez su que vous étiez morte ? 

Bonjour Jody,

En fait personne n’était présent pour certifier cliniquement que j’étais morte. Dans ce sens c’était en fait une « affaire privée ». Mon mari n’en a pas même mesuré la portée… j’ai « dormi » toute la nuit la tête sur son épaule (lorsque je me suis réveillée j’ai davantage eu l’impression d’avoir été inconsciente). L’incident a eu lieu la nuit à la maison, le lendemain matin je paraissais m’être rétablie, sauf en ce qui concerne les effets secondaires que j’ai décrits dans mon récit.

Je dois cependant dire qu’en me basant sur cette expérience, il est clair que les humains savent qu’ils meurent au moment où cela leur arrive. La sensation à cet instant ne peut être confondue avec aucune autre, comme par exemple : l’évanouissement, l’endormissement. La sensation de mourir semble être unique et tout à fait identifiable.

Quelques mois après cette expérience, j’ai vu un documentaire télévisé dans lequel étaient décrits les symptômes d’une attaque imminente. Avant l’EMI j’ai ressenti chacun de ces symptômes, y compris le genre de « décollage et de flottement » que l’on ressent en marchant.

Bien que j’aie apprécié mon travail de l’époque, j’avais commencé à beaucoup stresser vis à vis de certains éléments de responsabilité.

J’espère que ceci vous aidera.

Judith