NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Joni H

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

Il n’y a pas eu de tunnel, ni de sensation d’être transportée… Tout simplement, là au dessus de moi se trouvait une aile d’un BLANC indescriptible. Elle n’avait ni commencement ni fin. Je voyais les plumes de façon très détaillée. Il y avait deux voix, toutefois elles ne s’adressaient pas directement à moi, mais l’une à l’autre. L’une d’elles a dit : « Nous allons lui donner son nouveau nom. » l’autre a répondu : « Mais cela ne fait pas encore trois jours. » la première a répliqué : « Nous allons lui donner son nouveau nom quand même. ».

Durant tout ceci, je voyais de petits êtres sans forme, presque comme de petits points, ils peignaient littéralement des genres d’œuvres d’art. Les couleurs étaient tellement éclatantes, l’aile décrite plus haut était d’une blancheur plus intense qu’il n’est visible sur terre, presque luminescente.

Je n’avais pas peur, aucune pensée, si ce n’est la révérence pour la beauté des nombreuses couleurs variées et pour la blancheur de l’aile immense. Je n’ai pas été projetée à nouveau dans le corps ni quoi que ce soit de ce genre. Je me suis tout simplement retrouvée ici, comme par magie j’imagine. J’apprécie la couleur et les fleurs de façon incroyable, bien plus maintenant que je ne le faisais auparavant. Les voix m’ont stupéfaite parce que je ne voyais personne, pas de gens, elles se parlaient tout simplement au sujet de mon « nouveau » nom. Je suppose que la vie m’a laissé imaginer un jour mon nouveau nom, car les voix ne m’ont pas dit ce qu’il en est. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Indécise. Provoqué par une surdose d’antidépresseurs.

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. Très petits êtres, n’ayant pas de véritable forme, comme s’ils étaient loin, il serait mieux de dire que je ne pouvais pas voir leur forme.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation menaçant votre vie ? Oui. Surdose médicamenteuse mortelle, tentative de suicide.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Je n’avais absolument pas conscience de mon corps physique, ni de quoi que ce soit ayant trait à la vie ou à la mort.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Non. Très lucide, très réveillée, proche et personnelle.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Non

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Oui. Les petits êtres produisaient des sons aigus, agréables.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Non

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres ? Oui. N°4, je n’ai pas reconnu les voix ni les autres sons.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ? Indécise. Une autre vision s’est vérifiée, mon cher fils n’allait plus être avec moi. Depuis mon hospitalisation il a vécu avec mon frère, c’est toujours le cas en cet instant même.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? J’étais vraiment dans une autre dimension, mais ce n’était pas comme si j’avais été déplacée ou transportée.

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui. Le temps n’existait pas là-bas, je ne sentais pas de notion de temps, ni quoi que ce soit de cette nature.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Non

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Indécise. Il n’y avait pas de limite, ni de pensée pour prendre une décision, juste de l’émerveillement.

N°13, la seconde vision. Mon frère et mon ex-compagnon étaient à mon chevet, chacun me criant indépendamment : « Je vais te prendre ton fils. » d’une voix très colérique. Après six jours de coma, de retour dans une chambre normale, j’ai appelé mon frère, il s’est mis à me parler très méchamment, comme s’il avait souhaité que je meure, il était en colère et il a effectivement mon fils maintenant.

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Non

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Je ressens les sentiments d’autrui comme s’il s’agissait des miens, maintenant je ne supporte plus de me trouver dans ce que j’appelle désormais une ambiance de nuages noirs dans une pièce ou avec des gens.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je suis convaincue qu’il existe une vie, une véritable vie après la mort, plus réelle que celle dans laquelle nous sommes maintenant.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Principalement, j’ai le sentiment de ne plus être la même personne qu’auparavant, différente, particulière.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ? Oui. Je suis handicapée à cause de la surdose, je ne remarcherai plus jamais. Je suis seule. J’apprends à tirer le meilleur possible de ce voyage, à aider autrui, A AIDER AUTRUI.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Les médecins la qualifient d’hallucinations. Les personnes davantage informées l’appellent vision. Effectivement, les gens me disent que quelque chose de particulier m’est certainement arrivé, j’ai en effet survécu malgré la gravité de la surdose. Un coma de six jours a été suffisant pour que j’apprenne que je ne devais pas me retirer la vie terrestre, c’est une décision qui ne m’appartient pas.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Joie, besoin de la raconter à autrui.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La meilleure : les jolies couleurs et un nouveau nom. La pire : mon fils n’est plus avec moi.

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ? La vie est difficile, mais il ne faut jamais, jamais abandonner. Appelez quelqu’un, courrez chercher de l’aide si c’est nécessaire, afin de rester ici jusqu’à ce que votre heure soit arrivée.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. J’ai expliqué de mon mieux, pour certaines choses il n’existe aucun mot permettant une description exacte, pas sur notre niveau terrestre.

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire : Non. Bonnes questions, très bonnes questions.