NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

E.S.T. de John K

DESCRIPTION DE L'EXPERIENCE :

A la fin de l’hiver 1984, j’étais déprimé et j’envisageais de mettre fin à mes jours. J’avais acheté deux lames de rasoir ayant planifié mon suicide. De ce désespoir est née la plus grande expérience spirituelle de ma vie. Voici l’histoire de la nuit où Dieu m’a visité.

En 1983, je suis entré dans un monastère du Minnesota central. Je ne vais pas entrer dans les détails de ma vie, mais à l’époque j’étais dans la confusion à de nombreux niveaux, je m’étais persuadé de devoir entrer dans les ordres afin de mener une vie contemplative et spirituelle. A 24 ans j’étais perdu, sentiment d’éloignement de ma famille, échec à l’université, dans mes relations, improbables perspectives d’un avenir meilleur.

Après une période de candidature de trois mois, j’étais devenu novice et je vivais dans une partie ancienne du cloître. La vie d’un novice est faite de nombreuses heures de silence, je me sentais donc très isolé. Je ne me suis pas intégré avec les autres novices, je venais d’un environnement si différent. Cela a augmenté mon sentiment d’isolement et de solitude, ce qui a fini par provoquer une profonde déprime. J’avais beaucoup trop de temps libre, tard le soir tout seul dans ma cellule, pour ruminer sur mes problèmes de caractère, les erreurs que j’avais commises, le point où j’en étais arrivé.

Je ne pouvais parler à personne de ce qui m’arrivait, je commençais à sentir la noirceur me consumer. J’avais l’impression d’avoir percuté un mur, qu’il n’y avait aucune perspective de sortie du cul-de-sac où je me trouvais. La nuit, je me suis mis à imaginer mon suicide. J’avais foi en Dieu, mais je n’éprouvais aucun amour pour moi-même. Planifier mon suicide est devenu une habitude nocturne. La nuit où l’évènement a eu lieu, j’en étais presque arrivé au passage à l’acte.

J’étais dans mon lit cette nuit solitaire, loin de mes amis et de ma famille, au point le plus sombre de toute ma vie. Allongé, je me suis mis à prier tout en pleurant. J’ai dit à Dieu : « Si tu existes vraiment, il faut que tu m’aides tout de suite. Je suis au bout du rouleau et sans ton aide et ton amour, je ne peux plus continuer. Si tu existes vraiment, alors tu dois te manifester maintenant. Sinon, ton silence sera la réponse. »

En cet instant, alors que j’étais allongé dans cette vieille pièce caverneuse dans un angle de l’abbaye, la chambre s’est emplie d’un vent chaud. Des rayons de lumière ont paru m’envelopper, j’ai eu la sensation d’être pris et bercé dans des bras immenses. J’ai été absorbé par le plus stupéfiant des sentiments de compassion et d’amour jamais éprouvé. Je n’avais rien ressenti de tel auparavant. Je savais être dans l’étreinte du Christ. La seule chose que je voyais, c’était une lumière chaude et dorée, en fait je ne voyais ni le Christ, ni le Père. Dieu m’a parlé d’une belle voix masculine, pas avec des mots mais par télépathie. C’était stupéfiant, Dieu m’a dit : « Je suis ici pour toi mon enfant. Je t’aime totalement. Tu es mon enfant et je suis ton Père. ».

Immédiatement, il m’a été communiqué que Dieu aimait chaque cellule de mon corps, chaque molécule, je ressentais cet amour comme si j’avais été immergé dans un énorme océan d’amour, d’acceptation et de pardon complets. Dieu m’a dit : « Je t’aime, je t’ai toujours aimé. Rien de ce que tu pourrais dire ou faire ne peut te priver de mon amour. Tu es parfait et tu seras toujours parfait. ».

Puis Dieu m’a appelé par mon nom véritable, pas celui que m’ont donné mes parents. Un nom aussi ancien, éternel que l’univers lui-même. C’est bizarre, je l’ai oublié peu de temps après, mais quand il l’a prononcé, je l’ai reconnu instantanément et j’ai compris que j’étais chez moi, que j’étais venu là auparavant. J’ai soudain eu le sentiment de me trouver au milieu de l’univers, que celui-ci était totalement inclus dans l’amour de Dieu. J’ai pris conscience que le Dieu dont je faisais l’expérience n’était pas seulement une force de vie, une conscience impersonnelle, mais qu’il avait aussi une personnalité, une intégrité que je n’ai jamais connue chez mon père. Dieu avait le sens de l’humour ! Lui et moi avons ri du fait que j’avais remis en question Son existence. Cela me paraissait être l’idée la plus drôle du monde, nous avons ri en y pensant. Je me suis rendu compte que c’était moi l’ombre et lui la réalité. L’idée même de mettre en cause son existence était source d’hilarité pour Dieu et moi. Je sanglotais, bouleversé par l’immense quantité d’amour affluant à travers moi et autour, dans le même temps je riais.

C’est alors que j’ai demandé à Dieu pourquoi ma vie avait comporté tant de souffrance, où était-il pendant que j’avais si mal et si peur. Il m’a alors dit de lui tenir la main pendant qu’il me montrait quelque chose. Je ne sais pas exactement comment décrire ce qui s’est produit ensuite. La seule image que je puisse donner est la suivante : avez-vous déjà vu une mare à la surface de laquelle remontent des bulles à mesure que se décompose la matière du fond. Eh bien, tandis que Dieu me tenait la main, je voyais venir flotter devant moi de gros morceaux de souvenirs (dont j’avais inhibé un bon nombre car trop douloureux). Je me suis vu enfant, être agressé physiquement et émotionnellement par mon père. Je me suis vu à l’école primaire, raillé par d’autres garçons et filles parce que j’étais solitaire. Je me suis vu en train de souffrir dans les mains de religieuses et d’enseignants qui ne savaient que m’humilier et me dénigrer. Les souvenirs étaient terribles, en les regardant j’éprouvais tant de chagrin et de compassion pour moi-même en tant qu’enfant. Il m’a alors dit de regarder plus attentivement, c’est là que j’ai vu une lumière autour de mon corps pendant chacun de ces évènements. Je sentais l’amour de Dieu pour moi en tant que petit garçon. Il m’a alors dit qu’il avait toujours été tout à côté de moi, qu’il ne m’avait jamais quitté. En cet instant, j’étais totalement submergé par son amour. J’ai alors vu que tous ceux m’ayant un jour fait du mal (depuis mon enfance jusqu’à certaines personnes au monastère avec lesquelles j’avais des problèmes), tous avaient de la lumière autour du corps.

J’ai vu que nous étions tous des enfants blessés, que la raison de notre présence ici-bas c’était de nous aimer, de nous pardonner les uns aux autres, de nous aider mutuellement dans ce voyage spirituel. J’ai ressenti l’amour et la compassion éprouvés par Dieu non seulement à mon égard, mais aussi pour tous ceux que j’ai rencontrés dans ma vie. J’étais empli de compassion et de pardon pour tout le monde. Dieu m’a ensuite étroitement étreint, il m’a dit qu’il serait toujours avec moi, que je ne devais pas perdre ma foi en lui. Il m’a dit que je ne pouvais rien faire qui le fasse m’abandonner, je devais savoir que tout allait bien. Après que cette expérience ait paru durer plusieurs heures, j’ai senti que la présence de Dieu s’amoindrissait, même s’il restait un crépuscule de lumière dorée dans la pièce. J’ai quitté ma chambre et je suis allé frapper la porte de la cellule du père maître. Il était 3h14. Il s’est assis avec moi tandis qu’en sanglotant sans cesse, je lui relatais ce qui venait de se passer. Il a fait montre de beaucoup d’empathie, me disant que j’avais véritablement rencontré Dieu, que j’étais béni. Je pense qu’il s’inquiétait aussi pour ma santé mentale ! Il m’a dispensé de travaux les jours suivants, car je revisitais en permanence l’expérience et j’étais très, très émotif. Il m’a fallu deux jours pour arrêter de pleurer.

La raison pour laquelle j’écris ces lignes, c’est que trente années se sont maintenant écoulées depuis l’expérience. Pour moi il est un fait qu’il s’agit de l’expérience la plus réelle que j’aie vécu, plus réelle que ma vie actuelle. Je fais ce récit dans l’espoir qu’il prenne du sens pour d’autres qui luttent avec leurs propres expériences, ainsi que pour me remémorer encore une fois à quel point Dieu m’aime.

Je souhaiterais ajouter une chose qui me frappe vraiment au sujet de l’expérience, c’est que Dieu aime tout le monde, son amour est total, quiconque recherche l’amour et la vérité les trouvera en Dieu, quel que soit le système de croyance.

Au moment de votre expérience, y avait-il une situation mettant votre vie en danger ?   Oui   J’envisageais le suicide, je l’avais planifié, j’allais passer à l’acte le lendemain.

Cette expérience est-elle difficile à décrire avec des mots ?    Oui    Il est impossible de décrire spatialement comment l’ensemble de l’évènement s’est produit.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à celui de tous les jours.    Plus conscient et lucide que d’habitude    Dès que j’ai senti le vent surnaturel souffler à travers la pièce, alors que ni porte, ni fenêtre n’étaient ouverts… ma perception de la conscience s’est amplifiée, difficile à expliquer.

Veuillez comparer votre vue pendant l’expérience à celle que vous aviez juste avant l’expérience.    Je voyais les souvenirs flotter au niveau de mes yeux ouverts, comme s’il s’était véritablement agi d’évènements en cours.

Veuillez comparer votre ouïe pendant l’expérience à celle que vous aviez juste avant l’expérience.    Pas de différence.

Avez-vous vu ou entendu des évènements terrestres qui se déroulaient alors que votre conscience était séparée de votre corps physique/terrestre ?    Non 

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ?    Révérence, peine, joie, honte, euphorie… Paix et sécurité incroyables.

Avez-vous traversé un tunnel ?    Non

Avez-vous vu une lumière surnaturelle ?    Oui    Dorée, surnaturelle.

Vous a-t-il semblé rencontrer un être ou une présence ésotérique, ou bien entendre une voix non identifiée J’ai rencontré un être précis, ou une voix clairement d’origine ésotérique ou surnaturelle    J’étais en présence de Dieu.

Avez-vous rencontré ou décelé des êtres décédés (ou en vie) ?    Non  

Au cours de l’expérience, avez-vous eu connaissance d’évènements de votre passé ?    Oui    Détaillé par le menu dans mon récit.

Vous a-t-il semblé pénétrer dans un monde différent, surnaturel ?    Non

Le temps a-t-il paru accélérer ou ralentir ?    Non

Soudainement, vous a-t-il  semblé tout comprendre ?    Tout sur moi ou sur les autres

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ?    Non

Etes-vous arrivé(e) à une limite ou un point de non-retour ?    Non

Avez-vous vu des scènes de l’avenir ?    Non

Avez-vous  le sentiment d’avoir connaissance d’un savoir ou dessein particulier ?    Non

Veuillez expliquer tout changement qui aurait eu lieu dans votre vie après votre expérience :    Légers changements dans ma vie.

Après s’être produite, votre expérience a-t-elle provoqué des changements dans vos valeurs ou vos croyances ?    Oui   

Après votre expérience, possédiez-vous des facultés paranormales, sortant de l’ordinaire ou autres que vous n’aviez pas avant l’expérience ?    Non   

Avez-vous raconté cette expérience à quelqu’un ?   Oui   A très, très peu de personnes.

Avant votre expérience, connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) ?    Non   

Peu après avoir vécu votre expérience (quelques jours ou semaines), comment considériez-vous sa réalité :     L’expérience était tout à fait réelle  

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience :     L’expérience était tout à fait réelle

Vos relations ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?    Indécis    L’expérience n’a pas éliminé tous mes échecs ou problèmes personnels.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé directement à cause de votre expérience ?    Oui  

Au cours de votre vie, est-ce que quoi que ce soit, à un moment quelconque, aurait reproduit une partie de l’expérience ?     Non  

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles votre expérience complètement et avec exactitude ?    Oui