NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI d'Irene

DESCRIPTION DE L'EXPERIENCE : 

28 NOVEMBRE 2005

Au cours d’une procédure médicale ce jour là, pour en savoir plus sur ce qui ce passait dans mon cœur, j’ai eu une des expériences des plus insolite. Ce n’était pas vraiment pénible, pas douloureux non plus, plus comme une sensation de néant, comme peut-être ou je devrais dire que mon corps physique était dans le vide comme l’était ma conscience. Je m’explique : j’étais dans ce que l’on appelle une situation de « Cath-Lab »ayant été préparée pour une procédure appelée Cardio angiographie ou cardio artériographie. J’ai été couchée sur un lit très dur, très inconfortable, (j’ai des problèmes au dos et au cou assez profonds). Je savais que cela devait être fait et ne pas avoir dormi beaucoup la nuit précédente, je me sentais un peu endormie et relativement décontractée. Paul mon cardiologue est un gars vraiment doux et bien qu’inconfortable, j’étais à l’aise.

Je me souviens très bien du moment lorsqu’il a poussé le cathéter ou il l’a dirigé dans la veine dans la partie de l’aine droite afin de passer par le haut de l’artère fémorale en haut du cœur et je me souviens que ça m’a fait terriblement mal. J’ai pris quelques respirations profondes et après quelques minutes, ce n’était plus si douloureux – Le pire a été que je ne pouvais pas bouger – Ou devrais-je dire que je n’étais pas autorisée à bouger. A un moment donné, au début, j’ai voulu me gratter le nez, l’irritation était devenue intense (Comme ça arrive quand normalement vous n’êtes pas autorisé à bouger) Jane l’infirmière principale en cardiologie de service m’a réprimandée, « Irène, vous ne pouvez pas bouger, qu’est ce qui ne va pas ? », « j’ai répondu, désolée, mais mon nez me gratte vraiment », elle m’a alors gratté le nez et m’a informé que c’était la dernière fois – Je devais rester parfaitement immobile ! C’est alors que la procédure a commencée et que j’ai priée pour que mon nez ou toute autre partie de mon corps ne me picote plus jusqu’à ce que soit fini. J’ai pris une profonde respiration.

J’étais totalement ignorante du temps que cette procédure prendrai, mais je souviens avoir entendu Paul, Jane et l’autre infirmière parler avec désinvolture des zones particulières où le cathéter passait. Je ne pouvais pas voir les écrans où il pouvait suivre l’avancée du cathéter. A un moment donné, Paul m’a dit « qu’il allait maintenant injecter le colorant dans la veine afin de pouvoir obtenir des images claires des artères » et avec ça « vous allez ressentir une sensation inconfortable, chaude, mais seulement pendant un court instant. Je devais tout simplement me détendre et ce sentiment disparaîtrait rapidement ». J’ai de nouveau pris une profonde inspiration, mais je n’étais pas tout à fait prête à recevoir cette chaleur qui m’envahi. C’était comme si tout mon corps avait été placé dans un bain chaud, chaud comme s’il n’y avait pas eu d’eau froide ajouté dedans, c’était un petit choc de sentir cette chaleur tout autour de moi, et cela d’un seul coup. Encore une fois, les docteurs savent le mieux, il m’a fait me calmer et c’est quand les choses se sont gâtées. Comme je l’ai mentionné plus haut, je n’avais pas beaucoup dormi la nuit précédente. Cependant l’aspect inquiétant était que je peux dire honnêtement que j’ai eu une prémonition ou je devrai dire une intuition sur cette petite intervention, bien que je ne puisse pas la décrire précisément. J’ai toutefois demandé à ma sœur le jour précédent l’intervention que si quelque chose devait m’arriver etc, etc… Et aie également mentionnée à mon mari que j’avais un sentiment « d’inquiétude » J’ai  autorisé le côté intelligent de ma conscience à prendre le relais et d’arrêter d’être idiote afin que l’intervention puisse prendre place.

Donc, voila, ayant eu le colorant de contraste injecté, le sentiment chaud, dégoutant étant passé puis… L’enfer s’est déchaîné. Mon corps a fait une réaction très rapide, ça ressemblait à des nausées, mais 100 fois pire, cela émanait du creux de mon estomac et m’enveloppait si rapidement que tout ce que j’ai pu dire était… « Paul, je ne me sens pas vraiment bien ! » Je l’ai entendu dire avec une certaine urgence dans l’esprit, « tiens bon Irène, nous y sommes presque. J’ai ressenti une sensation qui était tout à fait surréaliste d’inclinaison vers le haut et vers le bas – Et puis, du bout de mes orteils remontant vers le haut, jusqu’en haut de ma tête, mon corps tout entier a été aspiré vers le haut. Il me semble qu’il y a eu un temps de repos d’environ 5 mètres à la verticale et comme je regardais vers le bas, j’ai vu une scène très étrange. Je n’avais pas peur mais j’étais surtout intriguée, j’ai pu voir en couleurs vives « moi » ou du moins ma tête englobée dans une couverture de liquide noir avec Jane à ma droite et à gauche, l’autre infirmière dont je n’ai jamais réellement entendu le nom, elle se tenait au niveau de ce qui aurait été mes épaules. Paul se tenait debout à droite au niveau de ma cuisse et encore une fois tous les trois étaient dans leurs habits de chirurgie, tous avec des couleurs vives, sauf que tout, même le lit restait entouré d’une bordure noire s’apparentant à un bain d’encre flottant. J’étais intriguée par ce que je voyais, j’ai alors eu le souvenir de scènes de la série télévisée « The Twilght Zone », cela a occupé mes pensées momentanément,  je n’ai ressenti aucune douleur, aucune crainte, mais plus une « matière de fait » dans le sens où je me suis dit « Oh, là je suis là-bas – mais, mais comment se fait-il que tout est entouré de noir ? »

Je ne suis pas sûr de savoir combien de temps j’ai été témoin de cette scène, mais la chose suivante dont je me souviens et que Paul, mon cardiologue disait « Tu es de retour Irène, prends quelques respirations profondes pour moi ma chérie, c’est ok, profondes, tiens bon, pour moi » Consciencieusement, j’ai écouté et respiré profondément, je n’aurais jamais imaginé respirer si profondément, mais je savais qu’en inspirant, je gémissais, encore et encore, j’ai eu la sensation que mon corps avait travaillé très, très dur. Je n’étais pas sûr de ce que j’avais enduré. Ce n’était pas agréable et je n’en avais pas le contrôle. Mais il n’y avait eu aucune douleur, aucune crainte, mais un genre de fatigue que je ne souhaiterai pas à mon pire ennemi. Il semblait qu’il n’y a eu aucune autre sensation négative de flaccidité tout autour. Qu’est que j’étais épuisée ! J’ai senti la main de Jane me caressant le front, encore et encore, et maintenant, je me suis rendu compte que c’était la première bonne sensation depuis mon arrivée dans le cath-lab. Par la suite, je me souviens très bien à un moment donné demander ave une voix chancelante « Paul,… Paul, que s’est-il passé ? ».

J’ai entendu Jane l’appeler et lui disant que je voulais savoir ce qui était arrivé, « dis lui Paul, a-t-elle dit, dis lui ce qui est arrivé ». Je me suis dit qu’à ce stade il avait du être très occupé pour me « ramener » et maintenant veiller à ce que je sois de retour. Juste une ou trois secondes plus tard sa voix réconfortante a dit « c’est ok ma chérie, respire juste et détends toi, respire profondément, maintenant tu es ok ». A ce stade j’ai du m’évanouir. La chose suivante dont je me souviens et sans remettre en question (chose étrange pour moi de ne pas remettre en question) je me suis retrouvée dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital où j’ai été Accueillie par Michelle l’infirmière qui a pris soin de moi pendant 10 jours avant d’aller dans une unité normale. Cette foi ci j’étais définitivement en soins intensifs.

Je n’ai connu aucun autre horrible épisode de tachycardie supra ventriculaire, à cette époque, ce qui avait nécessité cette angiographie. J’ai été  surveillée par cette talentueuse dame pendant seulement 24 heures. J’ai ressenti un grand réconfort en sachant que je serai sous sa garde une fois de plus. J’ai encore une fois eu la sensation d’avoir enduré quelque chose semblable à plusieurs marathons et m’être endormie. J’ai dormi, dormi et dormi. Je n’ai aucune idée de combien de temps après le début de tout cela que je me suis réveillée après son second bonjour, « hello Irène vous vous souvenez de moi ? Je m’occupe de vous de nouveau aujourd’hui ! » J’ai atteint sa main et me suis accrochée fermement et lui aie dit, « Michelle, c’est tellement agréable de vous revoir. » Sans remettre en cause les pourquoi et comment (encore une fois, je n’étais pas moi-même) sans aucune idée réelle d’où mon corps physique était vraiment allé et plus important encore, ce qui en avait transpiré. J’ai juste pris confiance. A un moment donné, après que le jeune cardiologue Richard est venu vérifier mes signes vitaux et m’a demandé comment je me j’allais. Au cours de cet examen, il m’a demandé si je savais ce qui était arrivé, j’ai répondu : « Pas exactement » et a demandé « ce que je faisais ici dans ce service ? » Il m’a dit que j’étais en fait en soins intensifs et que Paul avait sonné pour dire qu’il reviendrait me voir après avoir terminé sa tournée de la clinique.

L’examinassions fût finie, mais il m’a demandé de garder le masque d’oxygène, parce que mes niveaux étaient bas.

Pus l’infirmière est arrivée et a demandée si je désirais une tasse de thé et quelque chose à manger. J’ai refusé la nourriture, mais ai accepté une tasse de thé. Malheureusement je me suis rendormie de nouveau. Je me suis réveillé à nouveau à côté d’une tasse de thé froide. Je voulais désespérément, comme si je ne voulais pas être endormie quand Paul allait arriver. J’ai demandé d’aller aux toilettes, mais comme j’étais reliée un moniteur, je n’étais pas autorisée à bouger du lit. Un infirmier du nom de Raj a vu que j’avais un besoin et c’est lui qui m’a demandé « donc, avez-vous vu la lumière blanche brillante ? »  « Heu ? » ais je répondu – Oh, j’ai réalisé que j’étais en fait « descendue » comme ils disent, et ce qui explique les choses que j’ai vue dans le sens visuel et celles que j’ai ressenties dans le sens physique. Raj m’a montré les deux marques sur mon corps où les plaquettes ont été mise en place pour la « cardio-inversion ». J’ai dit à Raj que je n’étais pas sûre quoique ce soit, ce n’était ni blanc ou ni brillant.

Raj m’a amené de la nourriture, j’ai pensé que je pouvais l’avaler – Quelques sandwichs et une salade de fruits avec une autre tasse de thé. Puis il a ordonné un bai pour me rafraîchir et a appelé les infirmières pour cette corvée. Michelle m’a faite me sentir confortable une fois de plus. Je ne pouvais pas attendre l’arrivée de Paul. Il a pris ce qui était comme une éternité et fidèle à ses habitudes. Je me suis endormie de nouveau, probablement à cause de ce bain qui avait été merveilleux. Enfin, Paul est arrivé et a expliqué dans des termes précis ce qui avait mal tourné. Apparemment bien que lui-même ai effectué plus de 2000 de ces Cardio-angiographies comme Cardio—Electro-Physiologiste et jusqu’à présent, il n’a personnellement vécu aucune qui ne se soit mal passée. Ok, donc une première pour chacun de nous. Il a expliqué qu’apparemment la zone géographique où il a injecté le colorant de contraste, celle qui part du cœur a eu un spasme et a essayé d’expulser le colorant ailleurs. Il a ensuite été forcé a aller dans un autre endroit du cœur qui en a refusé l’entré, donc, c’est alors que mon cœur a fait une FV (Fibrillation Ventriculaire). Le rythme du cœur se précipite et provoque une crise cardiaque et dans mon cas, mon cœur s’est arrêté et a requis « l’équipe » qui a fait repartir mon cœur en rythme sinusal. Waouh ! Quelle nouvelle ! Je suis morte ?... Paul m’a expliqué que pendant seulement une dizaines de secondes. Il a réaffirmé également que bien qu’il ai personnellement effectué plus de 2000 de ces procédures, c’était une première pour lui, mais que l’injection du colorant et le rejet, ces évènements sont communs. Je ne devais pas avoir de craintes que cela se reproduise dans la vie de tous les jours. Je devais sortir de mon esprit que ça ne pourrai jamais arriver de nouveau, à moins que cette procédure soit répétée. La bonne nouvelle est que les artères coronaires se sont avérés être relativement clairs avec  une accumulation de cholestérol seulement minime. A ce stade, je parlais de « mon expérience, quelque peu surréaliste ». Dix minutes plus tard, mon mari est arrivé et Paul a jugé nécessaire d’expliquer tout cela encore une fois et c’est Nick qui a posé la question « es-ce que le cœur d’Irène s’est arrêté ? » Oui, il s’est arrêté, mais seulement pendant 10 secondes, » a répondu Paul, mais elle va être ok maintenant. J’ai été au repos durant toute la journée et quand il revint le soir, j’étais en mesure d’être libérée, si je me sentais bien et il me fourni une ordonnance pour un autre médicament anti-arythmique, je suis à l’essai pendant plusieurs semaines.

Final contrôle quelques heures plus tard et Paul a demandé si j’avais besoin d’un certificat médical pour mon travail, ce que j’ai demandé et il a aussi suggéré d’écrire une lettre personnelle à mon employeur expliquant certaines de mes absences récentes. Je devais me reposée pendant quelques jours et revenir en chirurgie dans environs 3 semaines. Après tout les contrôles finaux, j‘ai fait mes adieux et mes remerciements éternels à Michelle, Richard et Raj et suis rentrée à la maison, dans mon lit, avec un sentiment profond d’émerveillement, qu’aujourd’hui je suis réellement et cliniquement décédée pendant « 10 secondes ou plus ».  

 Ce type d’expérience est-il difficile à décrire en mots?       Non        

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie? Oui 

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?  Quand je regardais d’en haut.  

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours?   Plus consciente et lucide que la normale.  

Si votre niveau le plus haut de conscience et la vigilance pendant l'expérience différait votre normal de chaque conscience de jour et vigilance, expliquez s'il vous plaît : Profonde sensation de calme, couleurs vives excepté pour “la mer de liquide noire” entourant tout ce que je pouvais voir.  

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours?   Oui, les couleurs étaient beaucoup plus brillantes.  

Votre audition différait-elle de manière quelconque de votre audition normale?            Oui, je pouvais tout entendre quand je flottais au dessus.  

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps?         Oui 

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience?             Sérénité.  

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé?  Non        

Avez-vous vu une lumière?         Non      

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres?   Non        

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie?      Non        

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ?       Pas certaine, j’ai seulement vu le docteur et deux infirmières, je ne pouvais pas entendre ce qu’ils disaient.  

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ?       Non             

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps?        Oui, je n’ai eu aucunes idées du jour ou de l’heure, tout a semblé ralentir.  

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ?           Non      

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation?          Non        

Avez-vous eu conscience d’évènements à venir ?  Non           

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ?     Pas certaine, il s’est avéré que je suis un petit peu médium.  

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ?        Oui, je l’ai dit à quelques personnes proche de ma famille, en particulier à ma belle sœur qui m’a dit que cela ressemblait à une (OBE) sortie de corps et que je devais écrire ce qui est arrivé ce jour. Tout le monde a réagit avec sentiment d’émerveillement.  

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ?         Non           

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu ?            L’expérience était définitivement réelle. La preuve pour moi qu’il y a un esprit séparé ou une conscience séparée et surement c’est impossible qu’il n’y ai rien après que le corps physique meurt.  

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur spéciale pour vous ?    La plus significative a  été quand j’ai eu la sensation que mon corps physique (excepté la tête) a été sucé ou aspiré vers le haut de ma tête, c’était sans douleur, mais m’a fait penser que cette perte n’avait pas d’importance. Une chose naturelle qui arrivait. Spécialement le fait de voir mes infirmières et docteur et ma tête sans le corps complètement entouré par cette mer de liquide noir. Ce que je pouvais voir était également sans importance.          

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?           Non        

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?            Non        

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non        

Y a-t-il autre chose que vous souhaiteriez ajouter au sujet de l’expérience ?            Il n’y pas eu de craintes du tout, juste émerveillement.  

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ?          Oui, je pense que tout ce qui m’est arrivé pendant mon expérience a été écrit.