NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI d'Ina N

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE : 

Je saignais depuis 3 jours, cette nuit-là j’étais très faible quand je suis allée me coucher (mais je suis têtue également). Ma sœur se trouvait dans la cuisine. Mon compagnon et moi nous querellions à l’époque, c’était donc la dernière personne que j’aurais voulu voir, mais je me suis quand-même allongée à côté de lui. Je ne me souviens plus combien de temps s’est écoulé avant que je ne me regarde vers le bas, secouant la tête en le voyant tout en pensant : « Quel c. ! ». Immédiatement après je me suis dit, toujours regardant vers le bas : « Ina si tu ne te lèves pas MAINTENANT ! tu ne te réveilleras pas demain-matin, LEVE-TOI ! ». Tout de suite après je me suis retrouvée assise. J’ai regardé mon compagnon, je n’ai même pas pris la peine de lui dire que je partais. Je suis allée dans la cuisine. Ma sœur m’a dit : « Tu veux partir ? » J’ai répondu : « Oui. ».

Il a fallu 20 minutes pour arriver, pendant ce temps j’avais rempli une grande tasse de sang. Quand nous sommes arrivées à l’hôpital, l’infirmière des Urgence a été assez désagréable, elle a cru que j’étais ivre, ma sœur lui a alors montré la tasse. Je me rappelle ensuite d’avoir été allongée dans un lit, j’ai entendu le code d’alerte vitale à plusieurs reprise, c’est alors que j’ai compris.

Dans mon souvenir suivant je regardais en contrebas, 4 ou 5 personnes étaient autour de moi, essayant désespérément de trouver une veine, je regardais horrifiée (j’ai trouvé cela traumatisant). Je me suis mise à chercher ma sœur que j’ai découverte en train de faire les cent pas dans le couloir, soutenue par son compagnon, elle avait l’air tellement effrayée. On m’a emmenée en Médecine, à ce moment-là j’ai senti que quelque chose n’allait pas, j’ai tenté de dire à l’infirmière que l’aiguille n’était pas bien insérée (transfusion sanguine). Mais elle a répondu : « Mais non mon petit, ça va. ». En fait je savais que j’allais mourir si je n’arrivais pas à l’inciter à vérifier. Je l’ai donc à nouveau interpellée, lui faisant voir que j’avais raison. J’ai échoué aux Soins Intensifs, j’ai entendu qu’on disait ne pas pouvoir traiter un cas aussi compliqué, on m’a donc transférée en ambulance à Toronto.

En chemin à l’arrière de l’ambulance, l’ambulancier était très attentionné, j’étais très faible. Une fois arrivés à un certain endroit sur l’autoroute (une bretelle que je détestais), il semble que j’ai exactement su où nous étions. J’ai demandé à l’ambulancier de dire au chauffeur  de ralentir car je ne voulais pas avoir d’accident. Il m’a d’abord demandé comment je savais, puis il a répété au conducteur ce que je venais de dire, celui-ci a répondu : « Vous avez très peu de chances de mourir comme cela, Madame. ». Je pense que le garçon à l’arrière près de moi était un peu effrayé.

Cela a démarré aux Soins Intensifs de l’hôpital Wellesley, aujourd’hui encore je ne suis pas vraiment certaine de l’étage où je me trouvais, toutefois  j’ai vécu quelques expériences de sortie du corps là-bas.

Le bureau de mon médecin se trouvait au 4ème étage, je flottais au-dessus de lui tandis qu’il était assis sur le bord de son bureau, expliquant à ma mère que les 72 heures à venir étaient cruciales, qu’elle allait peut-être souhaiter faire venir les plus proches membres de la famille (mes enfants de 4 et 5 ans).

La fois suivante, je regardais vers le bas, ma mère était en train de prendre mon pouls, elle avait l’air si triste. Je me suis retrouvée dans la salle d’attente où j’ai trouvé ma sœur, son ami et mes deux enfants. Ces derniers n’avaient aucune idée de ce qui se passait, ils jouaient à rebondir sur le divan, ma sœur avait l’air tellement triste, je les ressentais tous, mais se sont mes enfants qui m’ont vraiment émue. Je me suis dit : « Qui va s’occuper d’eux si je pars ? ». J’éprouvais toujours des sentiments, mais pas de douleur.

Je crois vraiment que j’avais le choix et cette fois-là j’ai décidé de rester. C’est stupéfiant ce que l’amour peut accomplir, ce n’était pas mon heure. Je souhaite cependant dire que je vois la vie d’une manière toute nouvelle. Je pense que nous sommes tous de l’énergie, que nous vivons dans une enveloppe. Lorsque cette enveloppe meurt, notre énergie continue à vivre… 

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire avec des mots ? Non

Au moment de l’expérience une situation mettait-elle votre vie en danger ? Oui. J’ai un lupus, je ne suis pas certaine que c’était l’origine du problème.

A quel moment de l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ? Chaque fois que je suis sortie.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience à votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours ? Plus consciente et lucide que d’habitude.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de la vue de tous les jours (pour tous les aspects tels que clarté, champ de vision, couleurs, luminosité, degré profond de perception de la massivité/transparence des objets, etc.) ? Non

Votre ouïe différait-elle de manière quelconque de l’audition normale (pour tous les aspects tels que clarté, capacité à identifier la source sonore, hauteur, force, etc.) ? Non

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience ? Tristesse pour ceux qui restaient ici, mais je me sentais totalement en paix.

Pendant votre expérience, avez-vous observé ou entendu quelque chose  concernant des personnes ou des évènements et qui ait pu être vérifié par la suite ? Oui. J’ai demandé à mon médecin s’il s’était assis là où je l’avais vu et s’il avait parlé à ma mère. Il a répondu oui, ajoutant qu’au cours de sa carrière il avait déjà entendu ce genre d’histoire de la part d’autres patients. Ma mère a également confirmé qu’elle avait pris mon pouls et aussi que le médecin lui avait dit que les prochaines 72 heures allaient être cruciales.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou remarquables ? Non. J’aurais bien aimé.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui. J’ai l’impression qu’il me fallait vivre cela pour découvrir qu’il n’y a rien à craindre. J’ai utilisé ma propre expérience pour aider d’autres personnes à surmonter la perte d’un proche.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Indécise. Mes dons paranormaux sont très puissants, lire les tarots est devenu très facile pour moi. Souvent, je vois également des Sphères, des ovnis. Je suis très consciente de ce qui se passe dans l’univers.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Je raconte mon passé à tous et tout le monde me croit. J’ai aidé de nombreuses personnes grâce à mes expériences de vie.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu (quelques jours ou semaines) : L’expérience était tout à fait réelle.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience : L’expérience était tout à fait réelle. Autant que mes accouchements.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Non

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Non

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances en ont-ils reproduit une partie ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui. Vous avez posé les bonnes questions.

 

TÉMOIGNAGE :

Depuis 3 jours je perdais du sang, et cette nuit-là, lorsque je me suis couchée, j'étais déjà affaiblie (mais il faut dire que je suis têtue). Ma frangine était dans la cuisine.

A cette époque- là, on se disputait, mon copain et moi, ce qui fait que j'étais très peu disposée à le voir, mais je me suis tout de même couchée à côté de lui. Je ne peux pas me rappeler combien de temps après je me suis trouvée au dessus de mon corps, que je regardais. J'ai regardé aussi mon copain, j'ai hoché la tête en disant «quel idiot», et ensuite je me souviens d'avoir dit,  en parlant à moi-même, toujours d'en haut:  «Ina, si tu ne te lèves pas MAINTENANT, tu ne te réveilleras pas demain matin! Lève-toi!»

Tout de suite je me suis retrouvée assise, j'ai regardé mon copain, et puis je ne lui ai même pas dit que je partais. Je suis allée à la cuisine, ma soeur me dit, veux-tu y aller? et je dit oui.

Le trajet nous a pris 20 minutes, le temps de remplir de sang une grande tasse. Arrivée à l'hôpital, l'infirmière de service était peu Accueillante, elle m'a prise pour une ivrogne, mais alors ma soeur lui a montré la tasse.

Ensuite je me souviens d'être couchée sur un lit, et j'ai entendu «Code Blue Emergency» à plusieurs reprises (ce qui signale un cas de mort imminente).

Mon prochain souvenir en est que je regardais d'en haut 4 ou 5 personnes, à chaque côté de mon corps, qui essayaient d'urgence de trouver une veine. J'en ai eu horreur. J'ai commencé à chercher ma soeur, et je l'ai trouvée, effarée, dans le hall. Elle y marchait d'un bout à l'autre, son copain la soutenait, elle avait l'air tellement effrayée.

On m'a transférée à un autre étage médical, cependant je sentais que quelquechose n'allait pas bien. J'ai essayé de dire à l'infirmière que l'aiguille n'était pas bien insérée ( pour la transfusion sanguine).

Mais elle m'a dit «Non, ma petite, tu vas très bien». Bon, moi je savais que si je ne la persuadais pas de le vérifier, j'étais morte à coup sûr. Alors, j'ai insisté, et voilà, j'avais raison. On m'a mise aux soins intensifs, où ils n'étaient pas à même de s'occuper d'un cas si compliqué, donc on m'a renvoyée en ambulance à Toronto.

En route, dans l'ambulance, l'infirmier avec moi à l'arrière était très attentif à me soigner, et moi j'étais très faible. Mais, quand nous sommes arrivés à une certaine partie de la route, je savais exactement où nous étions. Je detestais cette bretelle, alors je lui ai dit de demander au chauffeur de ralentir sur la bretelle, car je ne voulais pas qu'il m'arrive un accident. D'abord il m'a demandé comment je savais où nous étions, puis il a répété ma requête au chauffeur. Celui-ci a répondu: «Ce n'est pas comme ça que vous allez mourir, madame!»  (J'ai l'impression que mon compagnon a trouvé cela un peu bizarre et inquiétant.)

Au début, j'étais aux soins intensifs de l'hôpital Wellesley, jusqu'à présent je ne suis pas certaine sur quel étage, mais j'y ai eu une paire d'expériences où mon esprit s'est détaché de mon corps physique.

1. Le bureau du docteur traitant était situé au 4ème étage, et je planais au dessus de lui comme il était assis sur le bord de son secrétaire, en train de parler à ma mère, lui disant que les 72 heures à venir étaient cruciales, et qu'elle voudrait sans doute faire venir les membres de la famille les plus proches (c'est-à-dire, mes 2 enfants de 4 et 5 ans).

2. La seconde fois, je regardais en bas, où j'ai vu ma mère qui prenait mon pouls, d'un air si triste. Ensuite j'ai fini par être dans la salle d'attente où j'ai vu ma soeur avec son copain, et mes 2 enfants qui n'avaient aucune idée de ce qui se passait, ils jouaient et sautaient sur le guéridon. Ma soeur avait l'air si triste que je me suis apitoyée d'eux tous. Mais surtout c'est mes enfants qui m'ont touchée au vif. Je me suis dit: «Qui va s'occuper d'eux, si je n'y suis plus?». J'avais encore des émotions, mais aucune souffrance.

En fait, je suis certaine que j'ai eu le choix, et que j'ai choisi de rester, cette-fois-ci.  C'est étonnant, le pouvoir de l'Amour, ce n'était pas mon temps. Mais je dois dire que je vois la vie sous une autre perspective, tout à fait. Je crois que nous sommes faits d'énergie, et nous habitons ici-bas une coquille.  Passée la coquille, l'énergie vie encore...


Ce type d’expérience est-il difficile à décrire en mots? Non

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie? Oui

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?
Chque fois que je quittais mon corps physique

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours? Plus de conscience et de lucidité que d'habitude

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours? Non

Votre audition différait-elle de manière quelconque de votre audition normale? Non

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience?

Tristesse, pour ceux qui restaient ici-bas, moi quant à moi, je ne ressentais que paix.

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé? Non

Avez-vous vu une lumière? Non

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres? Non

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ?

Oui, j'ai demandé au docteur traitant s'il était vraiment assis là où je l'avais vu, et s'il avait parlé à ma mère. Il l'a confirmé, et il a dit que plusieurs autres patients lui avaient raconté des choses pareilles, dans sa vie en médecine. Ma mère aussi a confirmé qu'effectivement elle prenait mon pouls, et que le docteur lui avait dit que les prochaines 72 heures étaient cruciales.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non, j'aurais bien voulu

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps? Non

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ?

Oui, j'avais l'idée que c'était une expérience qui m'était nécessaire, pour apprendre qu'il n'y a rien à craindre. J'ai utilisé cette expérience pour aider les autres, quand ils perdent quelqu'un de proche.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation? Non

Avez-vous eu conscience d’évènements à venir ? Non

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ?

Incertaine. Mes pouvoirs psychiques sont très forts, et la lecture des cartes Tarot m'est devenue très facile.  En plus, j'ai nombreuses rencontres avec des orbes (phénomènes lumineux), et je suis témoin d'OVNIs. Je suis très consciente de ce qui se passe dans l'univers.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ?

Oui, je raconte mon passé à tout le monde, et tout le monde me croit. J'ai aidé beaucoup de personnes en racontant les expériences de ma vie.

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ? Non

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu Expérience  était certainement réelle

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience: Expérience  était certainement réelle, aussi réelle qu'un accouchement.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Non

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ? Non

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Non

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui, vous avez posés les bonnes questions.