NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

Dans la lumière Divine
par le Dr. Susan

EXPERIENCE : 

En ce samedi matin pluvieux de l’Illinois, je me rappelle ce jour de l’hiver 1955 au Texas, je me tenais devant l’évier de la cuisine de notre nouvelle maison, je pensais à mon mari membre de l’armée de l’air qui venait de partir la semaine précédente pour une affectation de 3 ans en Angleterre. Mes deux chères filles, Cathy 6 ans et Carole 18 mois, jouaient à côté de moi. Nous devions rejoindre mon mari quelques semaines plus tard. Notre vie était tellement merveilleuse, nous avions beaucoup de chance. Deux années plus tôt, j’étais athée, maintenant j’étais chrétienne et j’avais une famille et un foyer chrétiens. 

LA MORT A FRAPPE A LA PORTE 

Alors que j’étais debout dans la cuisine, une douleur m’a soudain transpercé l’abdomen, me mettant à genoux. En l’espace d’une heure, j’ai été trop faible pour rester debout. Je m’inquiétais pour mes enfants et j’ai appelé ma mère et mon père pour qu’il nous viennent en aide. En tant qu’infirmière, je savais que quelque chose de grave se passait et j’essayais de raisonner sur la source de cette douleur. La semaine précédente, j’avais été voir le gynécologue de la base aérienne parce que « je savais » que j’étais enceinte. Après examen, il m’a contredite et a déclaré que je n’étais pas enceinte. Je ne l’ai pas cru. Tandis que j’étais allongée sur mon lit de douleurs, je savais ce que mes symptômes m’annonçaient, J’ETAIS enceinte, bien sûr, mais il s’agissait d’une grossesse extra-utérine où l’embryon s’implante dans une trompe de Fallope et non dans l’utérus. Cela signifiait que la douleur ressentie était due à une rupture de la trompe consécutive à la croissance de l’embryon, j’avais une hémorragie interne de l’abdomen. Notre pasteur et sa femme sont arrivés pour prier avec ma mère et mon père. 

LA VIE APRES LA MORT 

Le trajet vers l’hôpital de la base a été douloureux. A l’arrivée on a dit d’attendre à mon père et moi-même, bien que les symptômes aient été communiqués au personnel. J’ai finalement été installée sur une table dans une salle d’examen, j’ai alors commencé à sentir ma vie m’échapper, mes pensées étaient pour mes bébés et ce qui allait leur arriver, qui les aimerait et prendrait soin d’eux ? 

Mon audition était excellente, je pouvais entendre tous les mots échangés dans la pièce. Deux médecins étaient présents ainsi que trois assistants. Je pouvais dire qu’ils étaient inquiets lorsqu’ils ont essayé d’obtenir le pouls et la tension. A ce moment, j’ai commencé à flotter doucement vers le plafond où je me suis arrêtée et mon regard a plongé vers la scène qui se déroulait plus bas. Mon corps sans vie était sur la table et un médecin a dit un autre docteur qui venait de passer la porte : « Où étiez-vous, nous vous avons appelé, maintenant c’est trop tard, elle est partie, nous n’avons pas de pouls ni de tension. » Un autre médecin a dit : « Qu’allons-nous dire à son mari, il a été affecté en Angleterre et il n’est parti que depuis une semaine. » Depuis ma position au dessus d’eux, je me suis dit : « Oui, qu’allez-vous dire à mon mari, c’est une bonne question. Bien vu ! » Je me rappelle avoir pensé à ce moment : «  Comment puis-je faire de l’humour en un moment comme celui-ci ? »

Je ne me voyais plus sur la table en dessous, pas plus que les occupants de la pièce. J’ai soudain remarqué la plus céleste des lumières englobant tout. Ma douleur était partie et je sentais mon corps comme jamais auparavant, libre. Je ressentais de la joie et du contentement. J’ai entendu la plus belle des musiques, elle n’aurait pu provenir que du paradis, j’ai pensé : « C’est donc ainsi que résonne la musique du paradis. ». J’ai pris conscience d’un sentiment de paix qui dépasse toute compréhension. J’ai commencé à regarder cette lumière et à percevoir ce qui m’arrivait, je voulais ne plus jamais partir. J’étais en présence d’un être divin que certains appellent le Fils de Dieu, Jésus. Je ne L’ai pas vu, mais Il était là dans la lumière et il m’a parlé télépathiquement. J’ai senti l’Amour de Dieu déborder. Il m’a dit que je devais retourner auprès de mes jeunes enfants et que j’avais du travail à accomplir sur terre. Je ne voulais pas partir, mais lentement je suis retournée à mon corps, qui, à ce moment là se trouvait dans une autre pièce en préparation pour l’opération. Je suis restée consciente suffisamment longtemps pour que le personnel explique que mon cœur battait à nouveau et que j’allais en chirurgie afin que la grossesse extra-utérine ainsi que le sang dans mon abdomen soient extraits. A partir de ce moment là et pendant plusieurs heures, je n’ai eu conscience de rien. 

VISITATION DIVINE AU CHEVET 

Le Ciel avait un autre message pour moi et cette fois je n’ai pas quitté mon corps. J’étais alitée en convalescence suite à l’opération, le plus grand moment de ma vie est arrivé. La lumière céleste est revenue, remplissant complètement la chambre. Cette fois, une vision de Jésus m’est apparue dans la lumière et Il était beau, Il remplissait la pièce de Sa présence,  l’amour et la miséricorde étaient présents. La vision que j’ai eue de Lui partait de Ses épaules et s’interrompait en haut de Sa tête. Il m’a parlé télépathiquement en disant : « Rappelle-toi ce que je t’ai dit, rappelle-toi  comment je me suis révélé à toi et ce sera un réconfort et une source stable pour toi dans les années à venir, pour le travail que tu accompliras. Maintenant, tu sais que tu n’as pas à craindre la mort. » 

LES JOURS SUIVANTS 

Dans les quelques jours qui suivirent mon séjour à l’hôpital, de nombreux membres du personnel ont, par curiosité, trouvé des prétextes pour me rendre visite dans ma chambre. Les nouvelles voyagent vite dans les cercles médicaux, tout le monde savait que j’avais été déclarée morte et que je vivais à nouveau. J’avais les Ecritures à mon chevet, lorsque le gynécologue m’a rendu visite, il l’a remarqué et m’a interrogé sur mes croyances religieuses. Je savais qu’il avait entendu dire ce que j’avais dévoilé à certains membres du personnel qui étaient venus me rendre visite. Ils étaient présents lorsque ma mort avait été déclarée. Après que je me sois remise, je leur ai rapporté leurs conversations complètes alors que j’étais morte. Ils ont été stupéfiés. 

J’ai quitté l’hôpital de la base quelques jours plus tard, en roulant vers notre maison, j’ai vu à une fenêtre mon bébé et ma fille de 6 ans qui nous cherchaient. Je me suis dit en mon cœur : « Merci mon Dieu de me permettre de retourner vers mes jeunes enfants et de m’accorder le privilège d’être leur mère. » Je me rappellerai toujours leurs doux visages à la fenêtre. 

LES ANNEES SUIVANTES 

Plus tard, nous avons rejoint mon mari en Angleterre et accompli notre mission en travaillant avec des enfants et des adolescents. Mon expérience avec la mort a donné une dimension plus grande à ma vie et à mes cours de catéchisme pour les jeunes. De retour aux USA, ma famille a grandi et j’ai continué travail et instruction, enseignant la profession d’infirmière  en tant que professeur d’université. J’ai toujours été reconnaissante que l’on m’ait fait revenir sur terre et que j’aie eu une seconde chance, mon temps ici doit être utilisé intelligemment. Je suis maintenant retraitée et je suis une patiente ayant un cancer en phase terminale qui a vécu une très bonne vie. 43 années plus tard, l’expérience que j’ai faite de la mort vit toujours dans mon cœur, mon âme et mon esprit. La miséricorde et l’amour de Dieu sont durables. 

Dans les années 50, le modèle médical concernant les pratiques suivies par les médecins et les hôpitaux ne laissait pas de place pour les phénomènes comprenant les expériences de mort imminente ou les personnes qui meurent puis qui revivent, illuminées par des expériences célestes. Mon expérience de la mort était sacrée pour moi et je l’ai gardée proche de mon cœur. Je ne l’ai partagée qu’avec mon mari, mon père puis plus tard, mes enfants. Dans les années 70, des livres sur le sujet on commencé à paraître et j’ai découvert tout un groupe de gens ayant eu une expérience similaire. Cependant, nombre de ces personnes disaient avoir revu leur vie et être allées dans un tunnel. Je n’ai vécu aucun des deux. Peut-être que le passage en revue de ma vie a eu lieu lorsque je suis devenue chrétienne, à ce moment là j’ai examiné ma vie et j’ai confessé mes péchés au Christ. Il est réconfortant pour moi que notre société soit bien informée aujourd’hui et que les recherches sur la mort et son processus progressent sans cesse. 

Note de NDERF : Merci Susan de partager cette expérience inspiratrice ! L’expérience du tunnel ne se produit que dans environ 30% de toutes les EMI. Je pense que l’EMI fournit ce dont on a besoin et je suis d’accord avec vous pour dire que l’examen de vie effectué par vous-même, pourrait l’avoir rendu superflu dans votre vie.