NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Ginny S

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE : 

Aux environs de 2 h 30 le matin du 16 juin 2001, je rentrais à moto de Lacia vers mon camping pendant la Biker’s Week (semaine des motards). J’étais passagère sur la Harley de mon compagnon. Avec nous, il y avait 3 autres amis. Nous avons abordé un virage dans lequel un énorme 4x4 Dodge King Cab faisait demi-tour. Le camion occupait les deux voies de notre trajectoire. Nous ne pouvions passer nulle part ni nous arrêter. Nous roulions à environ 65 Km/h, nous avons bloqué les freins quand nous avons vu le camion. Mon ami et moi l’avons percuté sur le côté.

J’ai été catapultée dans les airs à environ 10 mètres de hauteur et j’ai atterri à près de 15 mètres de la moto. Je ne portais pas de casque et j’ai heurté le sol de la tête. Dans l’accident je me suis fracturé le crâne, je ne présentais plus aucun signe vital. A partir de ce moment, je ne me rappelle pas clairement de la plupart des évènements. On m’a dit que l’une des deux autres motos qui nous accompagnaient, a également percuté le camion. Il y avait deux amis proches sur la moto qui n’est pas entrée en collision. Ils ont remonté la route et arrêté la circulation. S’ils n’avaient pas été là, le véhicule suivant qui aurait pris ce virage nous aurait probablement écrasés.

La première voiture qui est arrivée s’est arrêtée pour nous secourir. C’était deux policiers qui n’étaient pas en service. Etrangement, l’un des deux était une ancienne ambulancière. Elle m’a réanimée et m’a sauvée la vie. Elle a appuyé sur ma poitrine tellement fort qu’elle m’a fracturé une côte. Nous avons tous été emmenés à l’hôpital. Après la réanimation, j’étais éveillée et j’ai commencé à parler. Même à l’hôpital, j’étais réveillée la plupart du temps. Après mon hospitalisation, je ne me souviens pourtant pas avoir repris conscience avant plusieurs heures.

Ce dont je me rappelle, se sont des flashs de lumières colorées, probablement celles des ambulances et de la police. Je me souviens avoir eu une vue plongeante sur une fille qu’on mettait sur un brancard. Je me suis probablement vue moi-même car j’étais la seule femme impliquée dans l’accident. Bizarrement, je me rappelle aussi vaguement qu’on s’occupait de mon cou alors qu’on me mettait sur le brancard, ce qui a pris environ 3 secondes.

Dans mon premier souvenir éveillé à l’hôpital, j’ai demandé ce que je faisais là à une infirmière. Elle m’a expliqué que j’avais tout simplement eu un accident, tout à coup, j’ai pensé : « Oh oui ! » et je me suis souvenu de tout ce dont je me rappelle maintenant. Ce qui rend cela tellement étrange pour moi, c’est que je sais par ceux qui étaient présents que j’étais éveillée sur les lieux de l’accident, ainsi que pendant les heures durant lesquelles on me faisait subir des tests à l’hôpital. Mais je me suis sentie comme si je venais de m’éveiller d’un sommeil tellement profond et agréable que c’en était inexplicable et effrayant. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’affecter ? Oui

Précisez : après l’expérience je me suis réveillée à l’hôpital sans souvenir de ce qui venait juste de se produire. Mais après avoir été informée que j’avais eu un accident, je me suis instantanément rappelé des détails de l’accident. Quand j’ai repris connaissance, je me sentais comme si je me réveillais du sommeil le plus paisible et profond qu’on puisse imaginer. J’ignore si cette sensation intense de relaxation était due à la morphine qu’on m’avait administrée à l’hôpital.

L’expérience était-elle difficile à exprimer avec des mots ? Oui

Qu’est-ce qui dans l’expérience la rend difficile à transmettre ? L’intense peur me glaçant jusqu’aux os, le sommeil incroyable et pourtant effrayant duquel je me suis éveillée, les images fragmentaires dont je me souviens.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Je suis passée par la mort clinique, l’inconscience, des reprises de connaissance temporaires, le réveil. Cependant, je ne pense pas avoir été vraiment lucide. J’avais une commotion grave, je ne me suis pas sentie lucide pendant des mois.

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Oui, j’ai cru que toute l’expérience était un rêve, jusqu’à ce que l’infirmière me donne la raison de mon hospitalisation.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps ? Oui

Décrivez votre apparence ou forme hors de votre corps : j’étais éveillée, mais je ne me rappelle pas l’avoir été. Lorsqu’on m’a dit que j’avais été consciente et que je parlais, je me suis totalement souvenu d’autres évènements.

Quelles émotions avez-vous éprouvées pendant l’expérience ? Terrifiée, fatiguée, calme, confuse, détendue, inquiète.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? J’ai vu des flashs blancs et colorés de lumière intense. Des choses étaient dites autour de moi et j’étais légèrement consciente d’un bruit de fond, cependant, je ne l’entendais pas. C’était comme s’il était présent mais distant et tellement assourdi qu’à ce moment là je n’en avais pas conscience.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Oui

Précisez : maintenant quand je vois de nombreux gyrophares d’ambulances, de camions de pompiers et de la police, j’ai une sensation de trouble profond.

Avez-vous rencontrés ou vus d’autres êtres ? Non

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Non

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Oui

Précisez : lorsque j’ai vécu ce que je pense être une Sortie Hors du Corps, j’ai perdu la notion du temps. J’ai perdu la totalité du temps écoulé entre les lieux de l’accident et le moment où on me mettait dans l’ambulance, jusqu’au moment ou je me suis réveillée quelques heures après l’arrivée à l’hôpital ;

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Oui

Précisez : j’avais l’impression qu’il y avait une présence avec moi, me calmant et m’assurant que tout irait bien. Mais je n’ai rien vu ni personne et je n’ai parlé à rien ni à personne. Seulement, je ne me sentais pas seule. C’est difficile à décrire. Je n’avais pas l’impression qu’il y avait quelque chose ou quelqu’un, simplement, je ne me sentais pas non plus isolée, subissant tout cela toute seule.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Non

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Non

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui

Précisez : mon attitude par rapport à la vie est significativement différente. Je suis fondamentalement consciente de ma propre mortalité. Je me pose sans cesse des questions comme : « Pourquoi sommes-nous sur terre ? Existe-t-il autre chose ? ». Je crois plus aux esprits et je me demande si j’apprendrai jamais à canaliser mon énergie afin de communiquer avec eux.

L’expérience a-t-elle affecté vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? Après mon expérience, je me suis rendu compte qu’avant celle-ci, j’avais perdu beaucoup de ma motivation. J’en étais arrivé à la conclusion que le sort était contre moi, ce qui a abouti à cette nuit là où cela s’est réalisé. Il doit y avoir une raison pour laquelle Dieu veut que je sois ici. J’ai décidé de me recentrer et je vais entamer des études juridiques en septembre 2003.

Avez vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui

Précisez : je n’ai pas raconté mon expérience à de très nombreuses personnes. J’ai le sentiment que lorsque je le fais, la plupart du temps les gens ne comprennent pas vraiment. Ce n’est pas qu’ils ne veulent pas me croire, c’est avant tout parce qu’ils sont sceptiques sur le sujet. Les seules personnes à qui j’aimerais en parler, seraient probablement des gens concernés.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? Immense peur de la mort, confusion, colère, chance, reconnaissance, solitude.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? La pire partie de cette expérience a été l’extrême peur de la mort que j’ai ressentie ensuite. Au début j’ai souhaité ne pas avoir survécu à l’accident car j’avais le sentiment que je n’aurais alors jamais rien su et que ce n’aurait pas été plus mal. Je pensais qu’ainsi tout aurait été terminé, alors qu’il me fallait tout revivre à nouveau. J’ai imaginé mourir de toutes les manières possibles. C’était très perturbant de regarder les gens mourir dans des films, parce que je m’imaginais mourir de la même manière.

La meilleure chose qui soit ressortie de cet accident c’est ma propre conscience de moi-même. Je me suis refocalisée et motivée. Je vois des aspects de la vie dont je n’avais pas conscience auparavant. Cet accident a également libéré mon imagination et ma curiosité.

Votre vie a-t-elle changé spécifiquement en conséquence de cette expérience ?

Précisez : oui, je vois le monde différemment. Je suis reconnaissante de tout ce que j’ai.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui

Précisez : voir certains films dans lesquels les gens meurent où sont blessés d’une manière similaire peut réactiver pour moi toute l’expérience. Je fais aussi des rêves liés. Les gyrophares des véhicules de secours peuvent raviver des émotions de l’accident.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui

Merci de proposer toute vos suggestions afin d’améliorer le questionnaire de www.nderf.org : Je me demande parfois si d’autres vivent ce profond sommeil qui était tellement confortable, c’était effrayant.