NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de Gary D

TÉMOIGNAGE :

            Je suis tombé sur votre site par hasard car je ne savais pas qu’il en existait un sur le sujet, mais je n’étais pas sans ignorer le terme « EMI ». Ayant vécu ma propre EMI et lu ce que vos membres ont expérimenté ainsi que votre description de l’EMI, eh bien, j’étais plutôt interloqué. Tant et si bien, que j’ai décidé de partager mon EMI avec votre groupe. Au fil des années, j’ai partagé cette histoire avec d’autres, mais seulement lorsque je les connaissais bien. J’avais toujours peur de ce que les autres puissent dire ou penser; mais après avoir visité votre site, je ressens que je devrais partager. En espérant que d’autres viendront et ne cacheront plus au monde ni à eux-mêmes une si merveilleuse expérience. Je serais disponible pour n’importe quel genre de vérification, incluant l’hypnose, du moins en rapport avec certains éléments que j’ai rapportés ici. C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire, mais sans en trouver le temps. Les suggestions à ce propos sont bienvenues. Si vous connaissez un bon hypnotiseur qui fait ce genre de choses, je vous prie de m’envoyer ses coordonnées. Je vis toujours près de Los Angeles.  

J’étais âgé de 17 ans et j’avais terminé un cours de plongée sous-marine en 1972; je plongeais avec quelques amis du collège, mais pas de façon régulière. Nous plongions à la plage de Corona Del Mar en Californie. Ce jour-là, au moment où je partais pour plonger, ma mère semblait vraiment inquiète lorsqu’elle me demanda de ne pas y aller; et en fait, elle me demandait d’abandonner ce passe-temps. Bien sûr, avoir 17 ans vous rend immortel, alors je lui ai dit : « D’accord, maman, ne t’inquiète pas. » Notre plongée débuta comme toutes les autres, nous étions prudents; nous ne plongions qu’à 6 ou 18 m sous l’eau, et nous étions toujours trois, Richard, Ricky et moi.  

J’ai remarqué que ma principale source d’oxygène était défectueuse car je ne pouvais pas aspirer d’air par mon régulateur. Je me suis débattu avec, mais j’ai abandonné. Ce n’était pas un problème puisque nous étions à 12 m sous l’eau et que j’avais une valve pour la bonbonne d’air. J’ai tiré le fil connecté à la bonbonne, j’ai pris un grand bol d’air, puis à ma seconde inspiration, la bonbonne a flanché. En réalité, je ne saurais vous dire aujourd’hui si c’est la bonbonne d’air ou le régulateur qui a mal fonctionné. Je n’étais pas du tout un expert en plongée, pas plus que maintenant. À cause de ce problème avec la bonbonne d’air principale, j’étais derrière Richard et Ricky, et j’ai commencé à avoir peur. Comme j’avais déjà vidé mes poumons, je n’avais plus d’air maintenant, et l’ascension libre sans air dans mes poumons ne me semblait pas une option favorable. L’ascension libre était mon point le plus faible lors de mon certificat de plongée sous-marine; elle fut d’ailleurs dument notée à mon examen final.  

J’ai essayé d’attirer l’attention de Richard et Ricky, mais ils ne répondirent pas. En vérité, il nous arrivait parfois de déconner, alors ils ont dû penser que j’essayais de les attirer vers moi pour nous arracher nos masques. Je leur ai fait le code « manque d’air sous l’eau », et ils m’ont répondu en me montrant le « majeur »; et je flottais là, espérant en vain qu’ils reviennent me donner de l’air. Ils ne sont pas venus; désormais je me concentrais simplement pour garder le régulateur dans ma bouche avant de perdre conscience. Je sentais que la perte de conscience approchait rapidement et j’ai commencé à me sentir vraiment préoccupé et anxieux tout s’arrêtait pour moi au jeune âge de 18 ans, avec tant de choses à vivre. Là, j’avais réellement peur et je pensais à ce que serait la déception de mes parents, en particulier de ma mère. Elle n’avait jamais aimé la plongée sous-marine et ce jour-là elle m’avait clairement exprimé son chagrin à propos de la plongée. Avec les années, j’en suis venu à comprendre et à respecter le lien psychique très étroit que j’avais avec ma mère.  

Je me souviens à quel point j’étais tourmenté et inquiet juste avant de m’évanouir, mais, une fraction de seconde avant de perdre conscience, un sentiment d’euphorie m’a envahi. Je ne ressentais aucune peur ni douleur, rien; en fait, je me sentais heureux et libre et c’était vraiment étrange. Puis, je me suis retrouvé au-dessus de la plage en train de regarder en bas où se trouvait notre équipement, la glacière et nos choses personnelles. Je pouvais voir à travers l’eau et voir notre bouée par delà les broyeurs. Je savais que Richard et Ricky étaient toujours sous l’eau. Je me sentais très vivant et indemne. La seule chose qui me manquait, c’était mon équipement de plongée; cela m’a immédiatement alarmé car nous l’avions loué et devions rembourser si quelque chose n’allait pas. Mais à chaque fois que je m’inquiétais, le calme reprenait le dessus et je cessais de me faire du souci. J’ai toujours détesté l’altitude, alors j’ai ignoré la perte de mon équipement pour plutôt essayer de comprendre comment il se faisait que j’étais capable de voler et de flotter. Encore une fois, le calme reprit le dessus, le même calme que j’avais ressenti avant de perdre conscience.  

J’ai commencé à regarder autour et j’ai noté que je me dirigeais vers le nord-ouest; c’est là que j’ai commencé à être vraiment attentif à ce qui m’arrivait. Je ne saurais vous dire si j’étais intégral, un esprit ou autre chose du genre. Je me sentais sauf, dans mon corps physique, et j’avais ma montre de plongée. J’ai alors remarqué que je pouvais contrôler le mouvement de mon vol et vraiment m’arrêter lorsque je me concentrais sur l’immobilité. Si je restais immobile trop longtemps, je commençais à vibrer intensément. Étant donné ma crainte des hauteurs, eh bien, je croyais que j’allais tomber du ciel. Lorsque je cessais de me concentrer sur l’immobilité, je recommençais à me mouvoir, comme si quelqu’un ou quelque chose s’en chargeait. Je me sentais insouciant et sans peur, mais, à un degré extrême. À chaque fois que j’avais peur, ce sentiment était immédiatement remplacé par un bonheur total, c’était un sentiment impressionnant.  

J’ai remarqué que ma trajectoire me ramenait vers ma ville. Je me souviens clairement que je flottais au-dessus de Disneyland et de Knott’s Berry Farm; c’était vraiment étrange. J’avais la certitude d’être guidé par une force invisible. Je ne voyais personne; que le sol et le ciel à l’horizon. J’ai décidé de mesurer la distance parcourue en évaluant visuellement l’espace entre des points de repère au sol. Puis, je me servais de l’aiguille des secondes de ma montre pour vérifier le temps de parcours. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça; je me souviens d’avoir simplement eu l’idée de le faire parce que cela me paraissait adapté aux circonstances. Bien sûr, cela aurait donné une mesure imprécise, mais il me semblait que c’était la meilleure chose à faire.  

Eh bien, je n’ai pas mis longtemps à réaliser que je ne pouvais pas évaluer les distances visuellement avec précision; ainsi, à la longue, je me suis lassé du procédé. Cependant, avant d’abandonner le projet, j’ai observé et, intuitivement (je pouvais réellement le ressentir intérieurement, une forte impression), j’en ai conclu ce qui suit. Tandis que je tentais de mesurer visuellement les distances en me basant sur des repères et en me chronométrant à l’aide de ma montre, j’ai remarqué que l’aiguille des secondes gardait toujours la même cadence linéaire. Or la distance au sol n’était pas constante; elle variait en distances inégales, certaines se répétant, d’autres non; ma vitesse variait, mais pas celle de ma montre. Alors, cette intuition profonde, qui semblait m’accompagner tout au long de l’expérience, me porta à croire que quelque chose n’allait pas.  

J’ai essayé d’avoir peur, mais cela n’avait aucune emprise et je ne fus pas très surpris d’entrer dans la ville où j’habitais par le sud-est car après tout c’était la direction que j’avais suivie depuis mon départ de la plage. J’ai fini par me retrouver en train de flotter au-dessus de ma maison; je voulais désespérément descendre et marcher, mais je ne le pouvais pas. J’ai pu m’immobiliser puisque j’avais pratiqué cela depuis le début du voyage. Voilà que je flottais au-dessus de ma maison. Je pouvais ressentir la présence de ma mère dans la cuisine, je pouvais sentir exactement où elle se tenait. Je pouvais éprouver son immense tristesse et son inquiétude à propos de quelque chose que j’ignorais. J’ai recommencé à vibrer et, par peur de tomber du ciel à travers le toit de la maison, je me suis détendu et j’ai commencé à avancer.  

J’ai alors noté que ma trajectoire par rapport à la plage passait du nord-ouest au nord légèrement à l’est. J’étais très attentif au déroulement de cette expérience, je la ressentais, je l’observais pour être certain de n’oublier aucun des détails relatés ici. J’ai jeté un coup d’œil à la nouvelle trajectoire et je j’ai pu voir le cimetière Rose Hill de Whittier, CA. Étant donné que j’étais aéroporté, je savais instinctivement que si je maintenais ce nouveau cap, j’allais passer au-dessus du cimetière. Je pénétrai bientôt le cimetière par le sud. Je fus surpris d’être immobilisé par une force invisible. Jusque-là, j’avais de moi-même initié tous mes arrêts lorsque je me concentrais sur l’immobilité. En tous cas, c’est l’impression que j’en avais, toujours avec la profonde intuition que mes pensées et mes hypothèses étaient correctes.  

En regardant en bas, je pouvais voir clairement les lots de sépulture de ma famille occupés par mon grand-père et mon arrière-grand-mère. Il y avait d’autres terrains vacants appartenant aussi à ma famille.  

Une voix venant de nulle part me dit : « Que penses-tu de ce qui se passe là-bas? » À l’horizon, juste en face de moi, il y avait cet homme dont seule la tête était visible. Il avait l’air espagnol avec sa grosse moustache; il me parlait et je pouvais voir sa bouche remuer. Il apparaissait et disparaissait tour à tour, parfois transparent, puis à moitié transparent, puis presque solide, mais jamais vraiment solide. J’avais l’intuition que c’était lui qui me guidait et m’empêchait de tomber du ciel depuis mon départ de la plage; et depuis ma maison jusqu’au cimetière. Avec les années, j’en suis venu à l’appeler « Le Guide ». Il répéta : « Que penses-tu de ce qui se passe là-bas? » J’ai donc regardé en bas encore, ne m’attendant pas à y voir quoi que ce soit de nouveau. Surtout que j’avais regardé les tombes de la famille pour une durée qui m’avait semblé fort longue de toute façon, avant que « Le Guide » apparaisse et commence à me parler.  

Lorsque je regardai cette fois, des funérailles se déroulaient. Or, à peine une seconde plus tôt, il n’y avait pas funérailles, ça, j’en suis certain. J’étais trop haut dans le ciel pour bien voir ce qui se passait sous moi en bas. Je savais que c’était des funérailles parce que je voyais le cercueil, mais je ne pouvais reconnaître personne. De tout mon voyage, c’était la première fois que je voyais des gens au sol. Je me suis tourné vers Le Guide en disant « Peux-tu me rapprocher pour que je vois mieux les gens? », et il a gentiment répondu « Non ». Ce qui m’a obligé à regarder de nouveau et à me débrouiller tout seul. Je me rappelle clairement m’être alors concentré sur les personnes les plus proches du cercueil, quand j’ai vu une femme soutenue par un homme se dégager de son étreinte. Elle s’est littéralement jetée sur le cercueil, et, en anglais et en espagnol, elle a dit ces choses qu’une mère dirait si son fils de 17 ans mourait. À ce moment-là, l’expérience devint réellement sombre et réelle. Je tentais d’être vraiment déçu, choqué, mais je n’arrivais pas à être triste ou inquiet. Cela m’a grandement aidé car j’aurais paniqué si j’avais pu. Mais je ne le pouvais pas. J’ai regardé Le Guide en disant « Ce sont mes funérailles, n’est-ce pas? », et il a répondu « Oui ». J’ai regardé encore, et désormais je pouvais voir mes amis et les voitures de l’époque. Plusieurs amis étaient là, ma mère et mon père étaient près de mon cercueil. Ma jeune sœur et son ami se tenaient aussi près du cercueil. Mon amie, que j’ai épousée plus tard, était également à proximité. Si j’avais pu déprimer, je l’aurais fait, mais je ne pouvais ressentir aucune tristesse, haine, douleur ni craindre quoi que ce soit, tout ce que je voyais ou ressentais était parfait. Si nous pouvions tous nous sentir ainsi dans ce monde, ce serait un monde vraiment spécial…  

Le Guide me dit ensuite : « Tu dois décider si tu veux retourner ou venir avec nous ». Mais, j’étais davantage occupé à essayer de ressentir quelque chose par rapport à mes funérailles étant donné que je ne ressentais rien. Le Guide répéta : « Tu dois décider si tu veux retourner ou venir avec nous ». Le fait d’être incapable d’avoir peur ou autre, ne m’empêcha pas d’être grognon avec Le Guide. Alors, je lui ai dit : « Tu m’as dit ça deux fois maintenant, tu as utilisé le mot NOUS deux fois, et il n’y a que toi et moi ici; que veux-tu dire quand tu dis NOUS? » C’était dit sur un ton grincheux.  

À l’instant même, un paysage apparut derrière Le Guide; un magnifique paysage dont je n’ai rien vu de semblable au cours de ma vie. J’ai visité beaucoup d’endroits, ici sur terre, mais je n’en ai pas encore trouvé un où les plantes et les arbres rayonnent comme en cet endroit. C’était une superbe jungle tropicale; je pouvais voir voler des oiseaux ayant trois queues distinctes – différents des oiseaux que j’ai vus ici, sur terre. Je pouvais voir des plantes et des arbres étranges. C’était tellement beau, tellement paisible et resplendissant, tout était resplendissant et vivant. À ce moment-là, j’ai commencé à comprendre ce qui se passait. Désormais je sais que ce que je vois et donc que j’expérimente n’a rien de terrestre ou de matériel.  

Simultanément à l’apparition du paysage, je notai un profond canyon le démarquant. Le Guide et moi étant d’un côté et le paradis tropical de l’autre. Dans la mesure où je pouvais m’inquiéter, j’étais préoccupé par le fait que cet endroit exerçait une forte attraction sur mes cellules comme pour m’inciter à traverser le canyon. En fait, j’avais l’impression que c’était davantage mes atomes qui étaient attirés par cet endroit. Mon instinct me disait que si je traversais cette crevasse, je ne pourrais pas revenir. Pourtant cet endroit exerçait une attraction sur tout mon être. Je voulais ardemment y aller, mais, je savais que je ne pourrais pas en revenir. Je pensais à l’impact que cela aurait sur ma sœur, mes parents, mon amie et mes amis, si je traversais. Je pensais que je ne pourrai pas être père, que je n’aurais pas d’enfants. J’avais seulement 17 ans et je voulais expérimenter davantage de la vie. Alors, j’ai continué à me concentrer pour éviter qu’un seul atome ou qu’une seule cellule ne traverse la démarcation devant moi. Cependant, j’avais la dérangeante impression que j’appartenais à cet endroit, que j’en étais originaire. Cet endroit était mon foyer et tout venait de là, visible ou invisible. Je voulais vraiment y être, allez là-bas, mais, si je traversais la démarcation, je savais qu’il y aurait des conséquences. Durant toute la durée de cette expérience, l’intuition fut mon unique guide, et j’ai toujours senti que j’étais déjà allé là auparavant, de toute façon.  

Le Guide répéta : « Tu dois décider si tu veux retourner ou venir avec nous ». Je l’ai regardé en lui demandant : « Pourquoi répètes-tu NOUS puisqu’il n’y a que nous deux ici ». Au même instant, derrière ce magnifique paysage, un homme descendit du ciel comme sur un escalier invisible. Il avait l’air de descendre des marches sans jamais vraiment toucher le sol; il semblait flotter et ne jamais être en contact avec ce que je percevais comme étant le sol ou le plancher. Ainsi, son mouvement ne me paraissait très naturel, et j’ai remarqué que contrairement à mon guide, il était solide, je ne pouvais pas voir à travers lui.  

Pendant tout ce temps-là, je m’efforçais de comprendre pleinement cette expérience, d’évaluer les choses, et je le faisais très lentement. Mais je n’ai pas mis beaucoup de temps à reconnaître qui était descendu du ciel. C’était Jésus-Christ (que maintenant j’appelle « figure divine » pour éviter la personnification). Eh bien, je le savais parce que je le savais, tout simplement; il ressemblait « en quelque sorte » à toutes les images que j’avais vues de lui sur terre, mais pas en tous points à ces images. Regarder Jésus-Christ le fils de Dieu tel qu’il avait été connu sur terre éveille un sentiment plutôt singulier. Il était vêtu d’une longue robe bleue, c’était un homme (un être) mince, beaucoup plus beau que toutes les images que j’avais vues sur terre. Ses cheveux étaient blonds, ondulés et longs, mais pas très longs. Un seul regard vers lui et vous aviez l’impression qu’il était de votre famille, votre père. Mes cellules et mes atomes voulaient s’envoler et l’étreindre, mais je savais que si je traversais le canyon, ce serait un voyage plutôt permanent. Mon instinct m’empêchait de traverser le canyon car intuitivement je savais ce qui arriverait si je traversais. Je voulais laisser les options ouvertes, si possible.  

Plusieurs fois depuis les 33 dernières années, j’ai pensé que si j’avais cette chance à nouveau, je sauterais sur l’occasion. J’ai pensé tellement de fois – pourquoi n’y es-tu pas allé, idiot, tu as manqué le voyage de ta vie.    

C’est difficile à décrire, mais c’est comme si nous nous étions regardés pendant des heures. Dès l’instant où je l’ai vu, j’ai su qu’il savait tout de moi, mon passé, mon présent, mon futur. J’avais l’impression de ne pas valoir grand-chose, ou mieux dit, d’être banal. J’avais l’impression que je ne pouvais rien dire à cet être sans qu’il ne le sache déjà. Je pouvais le ressentir dans ma tête, je pouvais ressentir sa pensée juste un peu avant tout ce que j’éprouvais et pensais. Je voulais VRAIMENT partir avec lui, mais je planifiais déjà mes excuses pour ne pas y aller. Je me sentais mal à l’aise car je pouvais le ressentir dans ma tête et je savais qu’il m’était impossible de décevoir cet être par la pensée ou d’une autre manière. Il était exactement comme on l’avait décrit sur terre. Il était omniscient, clairvoyant, et vous pouviez le ressentir. Mais il semblait tellement détendu ainsi que bienveillant; j’ai vécu plein d’émotions tandis que nous nous regardions.  

Puis, Jésus m’a dit : « Tu dois décider si tu viens avec nous ou si tu préfères retourner ». J’ai alors réalisé la chose la plus étonnante de toute ma vie – il me parlait directement dans ma tête sans jamais remuer les lèvres. Je pouvais sentir cela sortir de sa tête et entrer dans la mienne, mes oreilles n’ont jamais servi pendant je communiquais avec lui. C’était tout simplement étonnant de communiquer par conversation télépathique avec cet être. Cela m’a abasourdi et je me sentais à la fois tellement différent et tellement spécial. Étrangement, cela me paraissait tout à fait naturel et je me demandais pourquoi je ne pouvais pas faire cela dans mon vieux monde. Je ressentais distinctement qu’il savait ce que j’allais dire avant même que je pense à le dire. J’ai essayé de parler à Jésus télépathiquement mais, le moins qu’on puisse dire, c’est que mes efforts étaient risibles. Ma bouche remuait sans arrêt et des sons en sortaient, mais j’avais une bonne idée du concept. J’en ai conclu que c’était quelque chose que les humains étaient incapables de faire. Je me sentais toujours très humain. Je ne faisais que penser aux bonnes raisons pour lesquelles je ne voulais pas partir avec eux et préférais retourner, tout en étant très respectueux et essayant de ne pas heurter les sentiments de quiconque. Je fus surpris lorsqu’il dit : « Je savais que tu prendrais cette décision ».  

Il n’a pas ajouté d’autre commentaire, il a simplement acquiescé en me souriant. Je flottais là, instinctivement, en attendant qu’on me renvoie. Jésus me parla encore dans ma tête, non pas à travers mes oreilles. Il me dit « J’aurai un travail à faire à travers toi un jour », et j’ai répondu en pensée « N’importe quand, je ferai tout ce que tu me demanderas ». Puis, il a dit « Ta vie va être longue », et j’ai répondu en pensée « Merci ». Lorsqu’il a quitté, j’ai encore remarqué qu’il n’avait pas l’air de toucher le sol. Boom! J’étais de retour dans l’eau avec Richard et Ricky très proches,  avec une expression d’extrême frayeur sur le visage. J’ai saisi l’occasion pour leur ôter le régulateur de la bouche et respirer, et respirer, et respirer.  

Puis, nous avons partagé l’air et commencé à remonter à la surface. Une fois sur la plage, je suis resté là, anéanti par ce qui était arrivé, doutant totalement de ce que je venais tout juste d’expérimenter. Émotionnellement perturbé, mais calme et me sentant privilégié d’être revenu dans ce monde. J’ai demandé à Richard et Ricky ce qui était arrivé et ils me l’ont raconté. Ils étaient revenus vers moi vu que je m’étais distancié un peu trop. Ils dirent que lorsqu’ils m’ont approché ils m’ont vu commencer à changer de couleur, à passer du brun pâle au bleu, puis au bleu foncé et au gris terne. Je flottais là, dans l’eau, un être gris pâle et sans vie. Ils m’ont dit avoir eu peur de me toucher ou de me bouger. Ils ont dit qu’après ce qui leur avait paru 10 ou 15 minutes au minimum, la couleur avait commencé à changer encore. Ils ont dit que j’étais passé du gris pâle au bleu foncé, et puis au bleu pâle et finalement au brun pâle. Ils avaient l’air pétrifiés quand je les ai vus derrière leurs masques. C’est à ce moment-là que je me suis emparé de leurs régulateurs.  

Une fois sur la plage, ils n’arrêtaient pas de me demander des explications car ils sentaient que quelque chose m’était arrivé. Mais, je n’étais pas d’humeur à en parler parce que je n’y croyais pas moi-même. J’essayais de comprendre et je n’y arrivais pas très bien. J’ai demandé à Richard de nous conduire à la maison, nous avions pris ma voiture ce jour-là. Nous plongions généralement très tôt, ainsi nous avions tout le reste de la journée après. Nous avons rapporté l’équipement loué et pris l’autoroute. Le questionnement recommença : « Qu’est-ce qui t’es arrivé? » « Il t’est arrivé quelque chose, dis-nous ce que c’est. » Je pouvais à peine rester assis sur le siège du passager avant, je me sentais faible et épuisé, je me sentais bizarre. J’ai finalement dit à Richard et Ricky qu’effectivement quelque chose s’était passé mais que je ne savais pas trop comment leur expliquer. Je leur ai dit qu’ils ne me croiraient pas si je leur disais ce qui était arrivé.   

Gary  

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire en mots?       Non      

Je m’en rappelle encore très clairement, de tout.
 
Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie? Non      

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?

Aussitôt que j’ai quitté mon corps. Je sais aujourd’hui qu’à la minute où j’ai quitté mon corps, j’étais dans un état de conscience supérieur.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours?  

Plus conscient et alerte que de normal.

Expliquez :

Pour moi, mon intuition était tellement précise, juste, que je l’utilisais entièrement pour me fournir de l’information. En particulier, lorsque je ne savais pas quoi faire. Contrairement à maintenant, je serais sceptique si elle me disait que j’ai été ici auparavant. Mais dans cet autre monde, elle était en fait très exacte et je lui obéissais sans hésitation.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours?   Oui    

J’ai vu des entités transparentes et des solides. Mes yeux voyaient de magnifiques couleurs qui semblaient briller ou rayonner des arbres et des plantes, du sol, des rochers; les oiseaux semblaient briller d’une couleur intense et claire. La perception profonde semblait également améliorée.

Votre audition différait-elle de manière quelconque de votre audition normale?         Non      

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps?                   Oui


Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience?            

Une absence de toutes les émotions qu’on pourrait éprouver lorsqu’on meurt. Je ne ressentais aucune douleur, inquiétude, blessure, aucune peur – il est IMPOSSIBLE (!!!) de ressentir de mauvaises émotions dans ce monde-là. Du moins, c’est ce que j’ai ressenti. Vous pouviez éprouver de grandes émotions de paix, d’appartenance, d’éternité, le sentiment que vous aviez éprouvé et que vous éprouveriez à jamais. Vous vous sentiez, je me sentais uni à l’univers – banal, mais VRAI.

Êtes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé?         Non

Avez-vous vu une lumière?        Non      

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres?   Oui
    

Un guide m’est apparu, et il disparaissait et réapparaissait de la réalité; il était parfois transparent, une quelconque transparence. Je pouvais toujours voir à travers lui, quel que soit son état. Il y avait toujours un endroit où je pouvais voir à travers lui. J’avais l’impression de le connaître mais je n’ai jamais pu l’identifier à quelqu’un de connu, mais j’avais la forte impression qu’il me connaissait et me protégeait. Il m’a parlé souvent mais il utilisait sa bouche et je l’entendais à travers mes oreilles.  

Jésus-Christ ou un être représentant Jésus. Jésus semblait flotter sans jamais vraiment toucher le sol. Il était solide en tout temps. Il pouvait lire ma pensée. Il m’a parlé sans remuer les lèvres. Il me parlait dans ma tête et je n’ai jamais entendu un seul mot à mes oreilles. Nos communications étaient strictement télépathiques. Je l’identifie à Jésus-Christ. Le compte-rendu exact de nos communications se trouve dans le récit de mon EMI.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie?      Non      

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ?
      Oui
    

Je n’ai pas élaboré sur le sujet dans mon histoire parce que c’aurait été trop long. Mais, tandis que nous retournions de la plage vers la maison, nous avons parlé de la température qu’il faisait dans notre ville. Puisque j’y étais allé, je me souvenais que c’était ensoleillé avec des nuages dispersés. La question était de savoir si le temps s’était éclairci. J’ai dit à Richard et Ricky qu’il faisait soleil là où nous vivions. À notre arrivée, le ciel et la température étaient tels que je les avais décrits. En fait, ma description était très précise concernant le soleil et les nuages. Je crois que c’est la première fois que  j’ai commencé à croire que ça m’était réellement arrivé. Que j’avais vécu une EMI.  

Jésus m’a dit qu’il travaillerait avec moi et que j’aurais une longue vie. Aujourd’hui, j’ai quelques problèmes de santé mineurs mais je n’ai jamais eu de chirurgie, ce qui surprend toujours mes médecins.  

Dans le même ordre d’idée, après mon EMI, j’ai eu deux accidents de voiture qui auraient dû ou pu être fatals. Or lorsque c’est arrivé – ceci peut sembler vraiment étrange – mais allons-y - … Lorsque ces accidents sont survenus j’ai, bien sûr, eu très peur car je savais que j’allais mourir simplement à cause de ce qui m’arrivait dans la voiture. J’étais seul les deux fois, et je tournoyais sur l’autoroute. Mais la peur cédait à un sentiment de bonheur total, comme durant mon EMI. Alors, quand cela s’est présenté au beau milieu de l’accident (les deux fois), j’ai reconnu l’émotion et l’impression de l’EMI. Immédiatement, je perdais toute crainte. J’avais également l’impression qu’un grand couvercle de verre se déposait sur ma voiture. Comme un champ de force pour me protéger. Lors du deuxième accident, en réalité, j’ai lâché le volant aussitôt que le couvercle de verre protecteur a été installé sur ma voiture. Je pouvais voir des voitures entrer en collision avec moi et puis être repoussées, sans dommage pour ma voiture ni celles que j’étais supposé frapper ou celles qui me frappaient. Désolé si cela paraît insensé, mais c’est la VÉRITÉ. Ainsi, d’une certaine façon, cela validait ce que Jésus m’avait dit, à savoir qu’il me protégerait pour je réalise sa requête, soit, accomplir quelque chose pour lui. Il avait également dit que je vivrais longtemps; ces deux accidents me sont arrivés à 18 ans. Alors, j’ai toujours attribué ma survie à ce que Jésus m’avait dit.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ?       Oui
    

Oui, une magnifique jungle tropicale très colorée et radieuse. Avec des arbres et des plantes et des rochers et des oiseaux. Mais je ne pouvais la voir que de l’autre côté d’un profond canyon qui nous en séparait, mon guide et moi. Jésus se tenait dans ce paysage de l’autre côté du canyon.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps?                 Oui     

Au début, quand j’ai quitté mon corps j’avais ma montre de plongée. J’ai mesuré la distance de façon très peu scientifique en me repérant sur des éléments au sol et les mesurant à l’aide de l’aiguille des secondes de ma montre. Pas du tout scientifique. Mais, ma conclusion a été et est toujours que je mesurais le temps dans un temps altéré. Le sol ne bougeait jamais de façon linéaire, au mieux, les distances étaient erratiques. Les distances variaient toujours, parfois se répétaient, et puis, tout à coup elles devenaient plus longues ou plus courtes que la distance initiale. Or ma montre ne changeait pas de rythme. J’ai l’intuition, l’impression, que j’étais dans une zone de temps différent. Ma montre terrestre était inutile, ou inapte à mesurer le temps ou à refléter le temps.  

De même, je peux affirmer sans me tromper que tout cela a pris une heure ou plus. Il me semblait que l’EMI avait duré très longtemps. Mais, lorsque j’ai demandé à mes partenaires de plongée combien de temps j’avais été inconscient ils m’ont répondu qu’ils estimaient cela à 10-15 minutes. J’avais donc une raison de plus de croire que ma montre de plongée n’avait pas mesuré le temps de mon EMI.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ?    
      Oui    
Simplement la connaissance transmise par Jésus à savoir que je vivrais longtemps et qu’il m’utiliserait pour un genre de travail à faire. Mais, si cela importe, je savais, lorsque j’ai vu cet endroit superbe, que j’y étais déjà allé et que je venais de cet endroit. Je savais que c’était mon véritable foyer. Je savais également par instinct que si je traversais le canyon, je cesserais d’exister sur terre.


Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation?                  Oui    

Un canyon très profond apparut; mon guide et moi étions sur l’un des versants. Le magnifique paysage et Jésus étaient sur l’autre versant. LA CERTITUDE que si je traversais, je n’existerais plus sur terre et que je ferais partie de ce magnifique endroit.

Avez-vous eu conscience d’événements à venir ?  Non

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ?     Oui     
La protection d’un champ de force invisible m’a sauvé la vie deux fois lors d’accidents de voiture. J’ai vu des événements futurs qui allaient menacer ma survie et je les ai évités. Une fois, alors que je revenais à la maison, je voulais dépasser un camion semi-remorque. Mais, lorsque j’ai commencé à dépasser, j’ai vu que sa roue droite avant allait se détacher. Qu’elle heurterait ma voiture et que je foncerais dans un haut mur de blocs. Cela m’a empêché de dépasser tout de suite, et je suis resté derrière le camion. Finalement, j’y suis allé et j’ai dépassé le camion sans problème. Puis, j’ai entendu un gros bruit. J’ai regardé dans mon rétroviseur pour constater que la roue avant du camion s’était détachée et roulait dans la voie que je venais de dépasser. Elle a sauté la courbe et a frappé le mur de blocs. Exactement comme je l’avais vu. J’ai remercié Dieu…
 

Il m’est également arrivé des choses étranges avant mon EMI.     

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ?       Oui
Varie – j’ai partagé avec d’autres lorsque je sentais que c’était approprié. Plusieurs doutaient. D’autres citaient des choses bibliques pour corroborer l’histoire. Je ne sais pas s’ils étaient influencés. J’ai commencé à partager mon expérience peu après que ce soit arrivé avec les amis intimes et la famille. Richard est devenu médecin, alors j’ai partagé avec lui avant son départ pour l’école de médecine et puis encore après la mort d’un ami étudiant proche. Aujourd’hui, je partage avec des gens du genre nouvel âge ou spirituel, et de par ma décision de partager avec vous. Ça me fait beaucoup de bien intérieurement. Je n’ai jamais partagé publiquement si vous désirez le faire.   

Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ?        Oui    

Je crois que j’en avais entendu parler entre les années 60 et 70. J’ai un petit côté scientifique dans l’âme. Mais, je réfutais ce que je lisais comme étant pure foutaise. Ils étaient de la catégorie « je viens de la lumière pour t’emmener », si je me souviens bien. Je ne les croyais pas vraiment, et en plus, il y avait le magazine Omni de la période précédant mon EMI. Ils avaient publié un article disant que les médecins et psychiatres, etc., croyaient qu’il s’agissait d’une réponse chimique peut-être même implantée dans l’ADN pour nous aider lorsque nous mourrions. Parce que la mort était la fin de tout, etc. Cette réponse chimique serait activée lorsque nous commencions à mourir. Mais, mon opinion a beaucoup changé après ma propre EMI. Aujourd’hui, Omni ne pourrait pas témoigner de ceux qui sont tués instantanément et qui reviennent. Je serais porté à penser que l’organisme humain n’a pas le temps de réagir à la réponse chimique pendant la mort instantanée. C’est peut-être la raison pour laquelle le magazine n’est plus publié.   

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle ait eu lieu?           
L’expérience était définitivement réelle.

Je l’ai révisée des milliers de fois d’un bout à l’autre. Franchement, il y a des jours où ça ne semble pas réel et d’autres jours où ça l’est. Mais, ce qui m’est arrivé ce jour-là à la plage était tout à fait réel, donc, je ne pas esquiver cette impression même quand j’essaie très fort. Je vous l’ai envoyé parce que maintenant, je veux vérifier les choses que j’ai écrites à ce propos. Cela me semblait réel, mais je suis très sceptique parfois, alors je cherche à valider quand j’ai le temps. De plus, le fait d’avoir été protégé de blessures mortelles tel que Jésus l’avait suggéré, authentifie. Le fait qu’au cours de mes 50 années de vie je n’ai jamais eu de chirurgie, authentifie. Je crois que l’EMI confirme la vie après la mort d’une manière très différente. En vieillissant, je choisis maintenant d’y croire plutôt que l’inverse. Parce que parfois je trouve difficile d’y croire moi-même.        

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur spéciale pour vous ?        Non J’ai déjà répondu à cela.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience:
L’expérience était tout à fait réelle. Voyez plus haut.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?         Non      

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?            Oui
    

Je trouve difficile de croire que nous pouvons vénérer autant de dieux, comme c’est le cas avec tant de religions, dont certaines croient ou ne croient pas en Jésus. C’est une farce que d’avoir autant d’interprétations. Le tout est hors focus. Oui, mes croyances ont changé – je crois maintenant que l’énergie de l’âme de la vie a existé et existera pour l’éternité. Cela a toujours été et il en sera toujours ainsi. Nous ne pouvons pas mourir, nous vivons simplement nos vies d’une manière différente de la vie que nous expérimentons ici sur terre.   

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des
substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ?
Non       Jamais

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ?  Oui

Dans le mille…