NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI de G Ryan

DESCRIPTION DE L’EXPERIENCE :

J’étudie les médias à l’université de Londres. C’est arrivé alors que je tournais un petit film pour mes cours.

Nous utilisions une église désaffectée, nous étions très enthousiastes car il nous avait fallu dix semaines pour obtenir la permission. L’église était en cours de restauration, même s’il n’y avait rien à l’intérieur qui aurait pu faire penser à une église, il y avait une quantité considérable de détritus et différents matériaux de construction au centre. Bien que la porte menant aux marches ait été recouverte de rubalise, nous avons décidé d’utiliser la galerie qui courrait tout le long des deux côtés de l’église. Elle faisait environ trois mètres de large et se trouvait à 7 mètres de hauteur.

Après avoir commencé à filmer, nous avons dû arrêter plusieurs fois à cause des craquements de la galerie. Quand Jo, notre cadreuse, est retournée au coffret de caméra à environ 5 mètres du tournage pour changer la bande, Shane, Charlie et moi (nous étions tous, y compris Jo, des amis proches du lycée) nous sommes appuyés à la balustrade. Celle-ci a cédé et nous sommes tombés au sol.

J’ai ouvert les yeux, j’ai regardé vers le haut en pensant « Ça alors, c’est une longue chute et je ne me suis même pas fait mal. ». Quelque chose me soutenait la tête, j’avais donc une bonne vision d’ensemble, une grande partie de la galerie était maintenant au niveau du sol. Je n’ai pas beaucoup pensé à Charlie ou à Shane, comme s’ils n’étaient pas tombés, j’ai senti quelque chose s’écouler sur mes flancs, ce qui m’a fait regarder vers le bas. Pointant de ma poitrine, il y avait une tige de métal, du genre de celles que l’on met dans le béton. Je n’ai pas paniqué ; je suis simplement resté là, immobile, sentant ce qui à l’évidence était du sang coulant le long de mes côtes, saturant mon T-shirt au passage.

Du coin de l’œil, j’ai aperçu un mouvement, j’ai vu Shane se lever, le dos profondément lacéré, il boitait vers le mur en titubant. Je me suis alors rendu compte que j’entendais des hurlements, mais assourdis comme si quelqu’un criait dans un oreiller, j’ai levé les yeux en direction des cris, sur la galerie j’ai vu Jo qui regardait en bas, le visage figé en un mélange de hurlements et de pleurs. Cela m’a fait sourire, bien que ne sachant pourquoi. Je voulais qu’elle cesse, mais je ne pouvais pas parler, je n’ai même pas essayé.

J’ai à nouveau regardé la tige dans ma poitrine, j’ai fini par comprendre que j’allais mourir, mais je ne savais pas pourquoi, je n’étais pas certain de vouloir mourir déjà, je n’avais pas le choix. La perspective de la mort ne m’a pas fait peur, je n’en ai jamais eu peur, j’avais pourtant toujours cru que j’allais avoir peur lorsque le moment finirait par arriver, mais ce ne fut pas le cas. A nouveau j’ai saisi un mouvement du coin de l’œil. Shane s’agenouillait sur les décombres en hurlant furieusement, il n’arrêtait pas de crier contre quelque chose ou quelqu’un : « Charlie ! Réveille-toi. » ne cessait-il de répéter.

Je me suis alors tout à coup rendu compte que j’aurais dû avoir mal, ce n’était pas le cas. Je n’avais même pas bougé, je n’avais pas essayé. J’ai soudain senti de la chaleur m’envahir, pour la première fois j’ai ressenti la douleur sous forme de milliers de poings me frappant sur tout le corps, mais je ne m’en préoccupais pas, je me concentrais sur la sensation de chaleur qui remontait maintenant dans mon corps, des jambes aux bras, puis au cou, pareille au soleil sur la peau, mais elle irradiait de l’intérieur. Ma vision était maintenant lentement restreinte par un anneau noir, grossissant de plus en plus, progressant au milieu de mon champ de vision. « Réveille-toi. » a hurlé Shane à nouveau. Perdant espoir, il a regardé dans ma direction, réalisant ma situation. J’ai souri faiblement, ne sachant pourquoi. Il a levé les yeux vers Jo, lui criant des instructions, mais je n’ai rien entendu, j’en étais incapable. Il s’est ensuite mis à boiter vers moi, continuant à hurler furieusement : « Greg ! » tandis qu’il approchait, mais avant que je ne fasse quoi que ce soit, le cercle obscur autour de mes yeux s’est totalement refermé.

Ce fut comme si j’avais cligné des yeux, je les ais rouverts soudain, mais ma position avait changé, j’étais maintenant en hauteur, j’ai regardé autour de moi et j’ai découvert que j’étais sur la galerie. Je ne volais ou ne flottais pas, j’étais juste accroupis là, sur le bord, me regardant en contrebas, observant Shane qui me retirait la tige de la poitrine, il criait, mais c’était le silence, aucun son. J’ai regardé à droite et j’ai vu Jo, elle aussi criait fort. Elle remettait une batterie dans son portable, mais elle tremblait trop pour la faire coulisser correctement en place.

Je n’avais jamais eu aussi froid. De la sensation de forte chaleur que j’avais éprouvée en gisant sur les décombres, j’étais maintenant passé au froid, mais ce n’était pas une sensation pénible, il semble que c’était juste le genre de sensation qu’on accepte sans se poser de question. Je portais exactement les mêmes vêtements qu’auparavant, même les taches de sang étaient encore là. Ma vue n’était pas… humaine. Elle était fragmentée, pourtant je voyais parfaitement, sinon mieux, ce n’était pas la vue que j’avais avant, tout brillait d’une teinte argentée.

Je me suis regardé en bas à nouveau. Shane tentait vainement de me réanimer, cela ne semblait pas fonctionner. Même si la  tige était enlevée, le poumon était évidemment perforé, mais Shane n’a pas abandonné. Jo avait maintenant réussi à insérer la batterie dans le portable, à composer un numéro et elle l’avait porté à l’oreille. Je me souviens d’avoir regardé ses lèvres. Elles tremblaient tandis qu’elle parlait, je ne distinguais pas ce qu’elle disait. Puis quelque chose à attiré mon regard. Quelque chose ou quelqu’un approchait le long de la galerie, juste derrière Jo. C’était Charlie.

J’ai rapidement jeté un coup d’œil à son corps en bas. A l’évidence il était mort. Il avait la tête dangereusement éloignée des épaules. J’ai regardé Charlie à nouveau. Il avait le regard vague, mais avec des larmes dans les yeux. Il s’est assis, laissant pendre les jambes par-dessus le bord de la galerie brisée, juste de l’autre côté d’une Jo frénétique. Il s’est regardé en bas. « Charlie ? » ais-je appelé, ne sachant pas s’il allait m’entendre. Il a levé les yeux brusquement. Son visage s’est crispé. « J’ai peur Greg. ». Je l’ai regardé, puis son corps sans vie à nouveau. Il était clair que personne ne pouvait plus rien faire pour lui maintenant. Il était mort, point final. Lui aussi se regardait. « Je sais. » ais-je répondu, tandis que je sentais une larme me rouler sur le visage.

Les portes se sont ouvertes violemment, une équipe médicale de trois personnes est entrée en courant, deux hommes et une femme. Nous avons observé la femme qui examinait Charlie, tandis que les autres couraient vers moi. Alors que l’un d’eux ouvrait sa valise, il tourné les yeux vers la femme qui s’occupait de Charlie. Tout le monde la regardait à ce moment là, même Jo. Elle a secoué la tête lentement. Charlie était mort. Il m’a regardé à nouveau. Si Charlie était mort, pourquoi étais-je en train de le fixer dans les yeux maintenant ? « Tu dois y aller Greg. » a-t-il dit. J’ai réalisé que je devais essayer de réintégrer mon corps. Je lui ai demandé : « Et toi ? ». « Greg, je suis mort. Tu as vu la femme ; je n’y peux rien. ». « Si, tu peux » ai-je plaidé, « Il faut que tu essaie Charlie. » il a eu un petit sourire, il a hoché la tête. Il s’est levé, moi aussi, nous avons marché l’un vers l’autre. Je l’ai regardé dans les yeux pendant un instant. Ils étaient emplis de larmes et je ne pouvais rien y faire. Il m’a étreint, Charlie n’étreignait jamais les hommes. Il m’a serré vraiment fort, puis il m’a relâché, pleurant encore plus fort. Il m’a dit « Adieu Greg. », je lui ai répondu : « Au revoir Charlie. ». J’ai tourné le regard vers moi-même sur le sol et j’ai sauté. 

Je me suis réveillé… Vivant. 

Médicaments ou substances liés à l’expérience, ayant potentiellement pu l’influencer ? Non

Ce type d’expérience était-il difficile à exprimer avec des mots ? Oui. L’émotion que je ressentais, elle était différente de tout ce que j’avais éprouvé auparavant.

Au moment de l’expérience y avait-il une situation mettant votre vie en danger ? Oui. Je suis tombé d’une galerie.

Quel était votre état de conscience et de lucidité au moment de l’expérience ? Total

D’une certaine manière, l’expérience ressemblait-elle à un rêve ? Pas du tout.

Avez-vous entendu des sons ou des bruits inhabituels ? Durant toute l’expérience, je n’ai entendu que la voix de Charlie.

Etes-vous passé(e) dans ou avez-vous traversé un tunnel ou un espace fermé ? Non

Avez-vous vu une lumière ? Non

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie ? Non

Pendant votre expérience avez-vous observé ou entendu quoi que ce soit, concernant des personnes ou des évènements, qui ait pu être vérifié par la suite ? Oui. Charlie est mort, quand j’ai dit à Jo que je savais qu’elle avait eu des ennuis avec le portable, elle m’a répondu que c’était exact.

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Non

Avez-vous ressenti une modification de l’espace ou du temps ? Non

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un sens et / ou à un ordre de l’univers ? Non

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation ? Non

Avez-vous pris connaissance d’évènements à venir ? Non

Avez-vous été impliqué(e) dans, ou au courant d’une décision de retour au corps ? Oui. Charlie m’a convaincu. Je ressentais surtout de la peur.

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Oui. J’ai pu me souvenir de ce jour de façon extraordinairement détaillée, c’est pourquoi j’ai pu fournir une description aussi bonne. J’ai également le pouvoir de savoir quand quelque chose va se produire, même si je ne le recherche pas ! Je n’ai pas le choix.

A la suite de l’expérience, votre comportement ou vos croyances ont-ils changé ? Oui. Je suis chrétien maintenant, je vais à l’église (la même) tous les dimanches.

De quelle manière l’expérience a-t-elle influencé vos relations ? Votre vie quotidienne ? Vos pratiques religieuses ou assimilées ? Vos choix de carrière ? De toutes les manières imaginables.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui. Seulement à Jo et Shane, ils étaient stupéfaits et au début ils ne m’ont pas cru.

Quelles émotions avez-vous éprouvées suite à votre expérience ? DOULEUR plus que quoi que ce soit.

Quelle a été la partie la meilleure et puis la pire de votre expérience ? Dire adieu à Charlie a été la pire, le sentiment stupéfiant que j’ai éprouvé en me regardant depuis la galerie a été la meilleure.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ? Oui. On m’a prescrit un antidépresseur qui a relancé toute la partie paranormale.