NDERF Page d’Accueil Témoignages d’EMI Partagez votre EMI

EMI d'Elaine G

 

TÉMOIGNAGE :


J'avais 4 ans, un matin d'été à Glasgow, Ecosse, peu de temps après une grève d'éboueurs où on a vu un infestation de rats sur les docks de mon quartier, ce qui a nécessité l'intervention de l'armée afin de les exterminer. J'étais animée, car c'était la première fois depuis un bon moment qu'on nous a permis de sortir. J'étais alor accompagnée de trois autres amis. Un garçon plus âgé avait escaladé une «digue» (le mur qui séparait les immeubles), et il nous a lancé un gros rat vivant. Le rat m'a mordu la figure, et mon coeur s'est arrêté.

Ma mère, au 11ème étage de l'immeuble, est descendue en courant à mon aide. Je suis restée morte environ 3 ou 4 minutes, je suppose, mais je n'ai pas vraiment de souvenir du temps écoulé, c'est une conjecture, faite en calculant le temps qu'il lui a fallu pour  descendre l'escalier et de réanimer mon coeur (elle est infirmière diplômée).

Je me sentais sans poids, et calme. Tout autour de moi s'étendait un pré vert, et c'était tranquille et silencieux. Le soleil brillait. Je ne ressentais aucune menace, et, à dire vrai, je ne me suis jamais sentie si bien à l'aise qu'en ce moment-là. Il y avait des formes humaines, dont une femme, et j'ai l'impression qu'elle était une parente décédée, mais toutefois je n'ai aucune idée qui elle était, précisément. On m'a fait savoir que ce n'était pas mon heure, que je devais retourner. Je ne le voulais pas, mais je n'ai pas eu le choix, j'ai recommencé à respirer, et c'est là qu'a commencé la panique et la douleur.

Je sais que je suis calme face à la mort, encore maintenant, et j'ai parlé avec bien des gens qui la redoute. Merci.

Elaine G

Ce type d’expérience est-il difficile à décrire en mots? Non

Au moment de cette expérience, y avait-il une situation menaçant votre vie? Oui

A quel moment pendant l’expérience étiez-vous au niveau d’état de conscience et de lucidité maximum ?
Je dirais qu'au bout de quelques secondes de l'expérience.

Comparez votre niveau d’état conscience et de lucidité maximum pendant l’expérience et votre état de conscience et lucidité habituel de tous les jours? Plus de conscience et de lucidité que d'habitude. Je me trouvais en parfaite clarté, comme s'il n'y avait plus de questions à poser, et que tout ce qui existait manifestait son existence justement là dans ce pré. C'est rare que je me sente si calme maintenant, car il y toujours des questions qui restent à poser.

Votre vue était-elle différente d’une manière quelconque de votre vue de tous les jours? Oui, tout était si clair, le vert du pré était d'une qualité casiment palpable, c'était reluisant sans aveugler. Aucune douleur n'y appartenait. Présence, pure et simple.

Votre audition différait-elle de manière quelconque de votre audition normale?
Oui, c'était calme et tranquille, mais non sans bruit, seulement sans discordance. Aucune distraction ne s'imposait.

Avez-vous vécu une séparation de votre conscience et de votre corps? Oui

Quelles émotions ressentiez-vous pendant l’expérience? Paix, calme, et chaleur. Je me sentais protégée et en sécurité.

Etes-vous passé(e) dans ou à travers un tunnel ou un espace fermé? Non

Avez-vous vu une lumière? Oui, ce n'était pas une lumière brillante, ni ne sortait d'un tunnel. Elle était tout autour de moi, comme dans un beau jour ensoleillé, mais sans que je voie le soleil, la lumière

Avez-vous rencontré ou vu d’autres êtres? Oui, je ne suis pas certaine de combien ils étaient, ils étaient en face de moi.  J'avais l'impression que j'aurais dû les connaître, et jusqu'à présent je tiens à l'idée qu'ils étaient des parents à moi, pourtant je n'en suis pas sûre. On m'a dit que tout irait bien pour moi, mais que ce n'était pas mon heure de rester là, il fallait retourner.

Avez-vous revu des évènements passés de votre vie? Non

Avez-vous observé ou entendu, pendant votre expérience, quelque chose concernant des personnes ou des évènements et qui a pu être vérifié par la suite ? Non

Avez-vous vu ou visité des lieux, niveaux ou dimensions admirables ou particuliers ? Oui, j'étais dans un pré vert et beau, comblé de lumière, calme, doux et tranquille.

Avez-vous eu le sentiment d’une modification de l’espace ou du temps? Incertaine, pour sûr je n'étais pas séparée longtemps, peut-être 3 ou 4 minutes seulement, mais cela m'a semblé beaucoup plus long, comme si je m'étais trouvée dans ce pré à longueur de journée. Je n'ai jamais revu un tel pré, alors peut-être s'agit-il d'une modification de l'espace.

Avez-vous eu le sentiment d’avoir accès à une connaissance particulière, à un but et / ou à un ordre de l’univers ? Oui, j'ai retenu la notion que la mort n'est pas à craindre, que nous ne cessons pas d'exister par le simple fait de mourir.

Avez-vous atteint une limite ou une structure physique de délimitation? Incertaine, je ne comprends pas tout à fait la question, je crois que si la séparation avait duré plus longtemps ce serait une question que je comprendrais.

Avez-vous eu conscience d’évènements à venir ? Non

Suite à votre expérience, avez-vous eu des dons spéciaux, paranormaux, de voyance ou autre, que vous n’aviez pas avant l’expérience ? Incertain, peut-être en effet on pourrait considérer comme un don, la capacité de calmer les autres quand ils ont peur.

Avez-vous raconté cette expérience à d’autres personnes ? Oui, j'ai toujours accepté ce qui m'est arrivé et je l'ai discuté volontiers, sauf pendant quelques années d'école secondaire, ne voulant pas me mettre en butte de moquerie. Certains, et ils sont nombreux, ne l'acceptent pas du tout. Pour d'autres, par contre, cela a fourni un point d'accrochage, je l'espère bien.


Connaissiez-vous les expériences de mort imminente (EMI) avant votre expérience ?
Non

Comment considériez-vous la réalité de votre expérience peu après qu’elle a eu lieu? L'expérience était certainement réelle, car j'étais très jeune à l'époque, je crois que je l'ai tout simplement accepté comme parfaitement normal. Parfois j'en arrive à croire que le pré représentait le réel, et que toute autre chose est une déformation de cette perfection, en quelque sorte.

Y a-t-il eu une ou plusieurs parties de l’expérience particulièrement significative(s) ou avec une valeur spéciale pour vous ?

Le pré même est si clair dans mon esprit, et encore aujourd'hui c'est la chose la plus belle que je n'aie jamais vue. Voir des personnes décédées, tout en sachant qu'elles étaient mortes, mais toutefois présentes et capables de me parler, de me réconforter, a été  un fait énormément puissant - le fait de savoir que rien ne finit, qu'on continuera.

Bien entendu, j'ai une phobie des rats depuis ce temps-là, mais je cherche à m'en guérir.

Comment considérez-vous actuellement la réalité de votre expérience?

L'expérience était certainement réelle. Je comprends un peu la science de ce qui s'est passé théoriquement, la chimie cérébrale qui produirait des sensations d'euphorie, etc. Pourtant, cela n'empêche pas que pour moi l'expérience demeure une réalité. Peut-être pas pour tout le monde, mais pour moi, en l'occurrence, c'était très réel, et cela n'a pas changé.

Vos relations ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?

Incertain, car j'étais très jeune, et je n'ai donc pas de façon très claire de formuler une comparaison. Je sais tout de même que d'autres personnes que je connais paniquent en face de la mort, de la défaillance du corps, et je sais que moi je ne panique pas. Ce qui fait que je suis un peu différente à cet égard.

Vos croyances/pratiques religieuses ont-elles changé spécifiquement à cause de votre expérience ?

Oui, j'ai été baptisé protestante, et , quoique la famille n'ait jamais été très croyante ni pratiquante, je savais dès ma jeunesse (peut-être 7 ou 8 ans) que ce qu'on peut lire dans la bible n'est guère proche de ce que je ressentais. Je suis devenue païenne, adorant la nature.

Après l’expérience, d’autres éléments dans votre vie, des médicaments ou des substances ont-ils reproduit une partie de l’expérience ?

Oui. Adolescente j'ai frôlé les drogues, mais rien ne s'approchait de la force de cette expérience à 4 ans. Déçue, j'ai donc renoncé à me droguer.

J'ai eu plusieurs épisodes de déjà-vu. A 26 ans, en train d'accoucher de mon fils, j'étais à l'article de la mort, et je craignais pour la vie de mon fils. Je me rappelle que j'ai voulu négocier, en offrant ma propre vie, si mon fils naissait sauf et sain. Encore une fois quelqu'un s'est approché de moi, je crois que c'était ma grand-mère maternelle, décédée depuis 30 ans, qui m'a informée que mon fils s'en tirerait, mais que je ne devais plus jamais porter un enfant, au risque certain de mort.

Les questions posées et les informations que vous venez de fournir décrivent-elles complètement et avec exactitude votre expérience ? Oui.